Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 275. Art et Archéologie. Période Mu...5.1. Monde iranophone« Chancellerie et naissance de no...

250
Francis Richard

« Chancellerie et naissance de nouvelles écritures : la calligraphie persane ». Studia Islamica, 96 (2004), pp. 75-79.

Compte-rendu réalisé par Michele Bernardini

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En partant du modèle de l’écriture dīvānī, inaugurée à la cour du Sultān Mehmed II vers 1480 grâce au secrétaire Sayyidī Moḥammad Monšī, F. Richard recherche des exemples de la création de nouvelles écritures dans le milieu persan. Parmi les exemples mentionnés, il souligne le cas de Yāqūt al-Musta‘ṣimī (m. 1299) qui passa de la cour abbaside au service du gouverneur ilkhanide Joveynī. Yāqūt aurait produit une écriture “nasḫī” proche du “tult”. L’A. souligne l’absence de documents qui permettraient d’étudier le véritable apport des ḥurūfīs à la naissance d’une nouvelle écriture. Toutefois, il décrit une nouvelle écriture, apparue toujours au cours du 13e s., le ta‘līq ou écriture “suspendue” qui est attestée dans la calligraphie d’un Mehr va Moštarī de ‘Aṣṣār Tabrīzī datant de 1370. L’A. s’intéresse aussi à la naissance du nasta‘līq qui s’impose à peu près à la même époque dans le Fārs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michele Bernardini. Francis Richard, « « Chancellerie et naissance de nouvelles écritures : la calligraphie persane ». Studia Islamica, 96 (2004), pp. 75-79. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 250, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6157 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.6157

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search