Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 276. Religions (sauf Islam)6.3. Autres religionsChristianstvo i persidskaja knižn...

256
A. D. Pritula

Christianstvo i persidskaja knižnost’ XIII-XVII vv. (‘Pravoslavnyj Palestinskij Sbornik’, Vypusk 101/38). St. Petersburg, 2004, 164 p., appendices, bibliogr., index, ill.

Compte-rendu réalisé par Angelo-Michele Piemontese

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage étudie la littérature persane chrétienne transmise en écriture arabe (13e-17e s.). Ce corpus est présenté en trois volets, notamment sur la base des manuscrits de S. Pétersbourg (Institut d’Études Orientales et Académie Russe des Sciences). Le jeune auteur se propose d’abord de déterminer les caractéristiques littéraires qui distinguent les textes persans de la Pešitta syriaque et des Évangiles en traduction arabe (chap. I, pp. 10-47). L’attestation des traductions persanes des Évangiles est la marque d’une discontinuité (13e-14e s./16e-17e s.) puisque les Persans chrétiens n’employaient pas leur langue pour la liturgie. Le Diatessaron de Florence (pp. 10-21, 105-106), qui semble une traduction de l’harmonie évangélique syriaque, offre de nombreuses divergences avec les textes canoniques et les Évangiles persans (13e -14e s.). Ceux-ci sont en traductions qui découlent de l’arabe ou du syriaque, adapté au modèle d’expression arabe (Dorn 248, Borg. pers. 19). Le lectionnaire nestorien de Solhat (1374) était probablement utilisé en liturgie. Vient ensuite un chapitre sur le thème des Psaumes : présentation critique du commentaire du fameux lettré persan de l’Inde Naxšabī (14e s.), à l’ancienne qaṣīda arabe qui paraphrase un psaume (chap. II, pp. 48-67). Āyene-ye Ḥaqq-nemā, la célèbre apologie catholique par Hieronymus Xavier S. J. (Agra, 1609), est l’objet d’une analyse textuelle poussée (chap. III, pp. 68-91, et appendice, pp. 125-147). Cet ouvrage, pierre milliaire de l’histoire des relations islamo-chrétiennes, montre dans son introduction la réception de traits littéraires persans classiques tandis que sa forme dialogique semble inhabituelle par rapport à la tradition littéraire persane médiévale.

2Le Diatessaron persan de Florence requiert à mon avis une analyse paléographique et une sérieuse édition critique. L’importance des gloses perso-latines du Borg. pers. 19 (1338) ne se trouve pas soulignée. Utile liste de 123 manuscrits des collections européennes (pp. 105-122). « Summary » détaillé de l’exposé en anglais (pp. 153-162). Cette trilogie, dont quelques affirmations mériteront discussion, constitue une étude complexe qui fait avancer la recherche dans le domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angelo-Michele Piemontese. A. D. Pritula, « Christianstvo i persidskaja knižnost’ XIII-XVII vv. (‘Pravoslavnyj Palestinskij Sbornik’, Vypusk 101/38). St. Petersburg, 2004, 164 p., appendices, bibliogr., index, ill. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 256, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6172 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.6172

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search