Navigation – Plan du site
260
Hartmann, A. et Hartmann, A. (éd.)

Geschichte und Erinnerung im Islam. Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2004.

Compte-rendu réalisé par Antoine Borrut

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif s’inscrit dans le cadre des travaux conduits à l’université de Gießen sur les cultures du souvenir. La démarche se veut résolument pluridisciplinaire, ainsi qu’en témoigne la variété de la quinzaine de contributions, faisant suite à une introduction théorique très dense.

2L’éditrice part du constat d’un déficit d’études sur la thématique de la mémoire en islam, en stigmatisant l’absence d’un Pierre Nora du Proche ou Moyen-Orient. Dans le même temps, force est de constater la place qu’occupe ce passé remémoré dans les discours contemporains, où l’on met volontiers en avant un « âge d’or » de l’islam premier (et/ou classique), et où l’on note l’omniprésence de la notion de turāṯ (patrimoine / héritage culturel).

3Parmi les contributions, signalons notamment l’étude de G. Hendrich, sur la réception d’Averroès aujourd’hui, alors que M. Turki souligne l’importance de la thématique de la mémoire dans le monde arabe du 20e s., et les stratégies de l’oubli qui vont de pair. R. Hattemer s’interroge pour sa part sur la place des premiers califes dans la mémoire islamique contemporaine, et les motivations qui la sous-tendent, tandis que S. Damir-Geilsdorf propose une enquête de même nature sur le concept « d’âge d’or » dans les discours d’aujourd’hui. J. Gertel aborde la question du souvenir et de la construction de soi, en tant que production d’un savoir social, et A. Hartmann met en lumière l’élaboration d’un discours anhistorique en s’interrogeant sur les rapports entre califat et pouvoir en islam.

4On déplorera que cet ouvrage important ne soit pas pourvu d’une bibliographie générale qui en aurait fait un outil plus commode. À la longue liste de références théoriques sur la thématique de la mémoire proposée dans l’introduction et au fil de l’ouvrage (qui doit beaucoup aux travaux des chercheurs allemands, à l’instar de ceux, fondamentaux, de l’égyptologue J. Assmann), on ajoutera les travaux des médiévistes allemands, en particulier ceux d’O.-G. Oexle, G. Tellenbach, G. Althoff, J. Fried, etc. Un solide bilan de cette production est désormais disponible en français, voir M. Borgolte, « Memoria. Bilan intermédiaire d’un projet de recherche sur le Moyen Age », in : J.-C. Schmitt, O. G. Oexle (dirs.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne. Actes des colloques de Sèvres (1997) et Göttingen (1998) organisés par le C.N.R.S. et le Max-Planck-Institut für Geschichte, Publications de la Sorbonne, Paris, 2003, p. 53-69 (à compléter par les contributions de J. Fried et de M. Lauwers dans le même volume).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Borrut. Hartmann, A. et Hartmann, A. (éd.), « Geschichte und Erinnerung im Islam. Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2004. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 260, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6183

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page