Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 277. IslamAz Madina to Gilkand (Shajarai mu...

264
Saidahmad Qalandar

Az Madina to Gilkand (Shajarai muboraki hazrati eshoni Naqshbandkhon ibni Sohibzodai Foruqī). Douchanbe, JDMM « Sunnatullo », 2004, 176 p., ill., fig. [De Médine à Gilkand (La généalogie bénie de Sa Sainteté Īshān Naqshband-Khān b. Sāhib-Zāda Fārūqī)]

Compte-rendu réalisé par Stéphane A. Dudoignon

Entrées d’index

Rubriques :

7. Islam
Haut de page

Texte intégral

1Par un excellent connaisseur des lignées de sayyids (ou sayyid-zādas) du Tadjikistan central et méridional, le présent ouvrage, généreusement illustré, se penche sur la généalogie d’Īshān Miyān Fazl Naqshband-Khān b. Sāhib-Zāda « Fārūqī » (1898-1977), un shaykh naqshbandī du village de Lūchāb, bord d’eau jadis dépourvu de végétation, à présent blotti dans d’épaisses roselières, à la périphérie nord-ouest de Douchanbe. Basé sur les shajaras anciennes et modernes, très détaillées, aujourd’hui détenues par la famille d’Īshān ‘Abduh-Khān b. Īshān Miyān Fazl Naqshband-Khān, l’ouvrage présente une suite de portraits de membres de la lignée, en remontant jusqu’au calife Abū Bakr via « Imām Rabbānī » Ahmad Sirhindī (auquel sont consacrés plusieurs chapitres didactiques) et plusieurs figures importantes de la lignée en Transoxiane, à commencer par Miyān Fazl-Muhammad « Sāhib-Zāda » qui installa les siens dans la région de Hissar (aujourd’hui à la périphérie méridionale de Douchanbe) dans la première moitié du 19e s. Bien que destiné à un public très général, et marqué par un fort souci apologétique – mais ne répond-il pas à une commande de la famille ? –, l’ouvrage constitue une tentative encore rare, en Asie Centrale anciennement soviétique, d’étude d’une shajara moderne. Les nombreuses illustrations ajoutent à l’intérêt documentaire du livre, notamment les photographies des tombeaux des membres de la lignée, celles des sceaux de plusieurs de ces derniers (notamment celui de Miyān Fazl-Muhammad), enfin celles de divers documents au premier rang desquels les shajaras sur lesquelles est bâtie cette étude. Au chapitre des regrets, il faut déplorer le faible recours aux sources manuscrites et l’habituelle absence de toute référence aux travaux non persanophones de ces dix dernières années, en particulier ouzbeks (Bakhtyar Babadjanov) et allemands (Anke von Kügelgen) sur l’histoire des lignées de sayyids Rabbānī en Transoxiane depuis le 18e s. – toutes choses qui réduisent considérablement la portée d’une telle monographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane A. Dudoignon. Saidahmad Qalandar, « Az Madina to Gilkand (Shajarai muboraki hazrati eshoni Naqshbandkhon ibni Sohibzodai Foruqī). Douchanbe, JDMM « Sunnatullo », 2004, 176 p., ill., fig. [De Médine à Gilkand (La généalogie bénie de Sa Sainteté Īshān Naqshband-Khān b. Sāhib-Zāda Fārūqī)] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 264, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6205 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.6205

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search