Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2711. Littérature11.1. Littérature persane11.1.0. GénéralitésZan-e ārmānī va zan-e fattāne. Ba...

297
Āḏīn Ḥoseynzāde

Zan-e ārmānī va zan-e fattāne. Barrasī-ye taṭbīqī-ye jāygāh-e zan dar adabiyyāt-e fārsī. Tehrān, Našr-e Qaṭre, 1383, 244 p. [La femme idéale et la femme fatale. Etude comparative sur la place de la femme dans la littérature persane]

Compte-rendu réalisé par Yann Richard

Entrées d’index

noms/names :

Nezāmi, Ferdowsi, Hedāyat
Haut de page

Texte intégral

1Le présent essai reprend partiellement et développe (sans la mentionner) une excellente thèse hélas inédite, intitulée « Figuration et mise en abîme dans la littérature persane. La représentation du corps humain et le rôle de l’art et de l’artiste dans Khosrow et Chirine et Les Sept Portraits de Nézâmi et La Chouette aveugle de Hedâyat » (Sorbonne nouvelle, 2000). Dans un langage très direct, parfois surprenant pour un livre imprimé en Iran, l’A. présente une étude non seulement littéraire, mais anthropologique des rapports entre les sexes tels que présentés dans deux œuvres de Neẓāmī (12e s.) et dans le célèbre roman de Hedāyat († 1951). Deux visions opposées chez Neẓāmī : celle d’une femme instrumentalisée, sans volonté propre, dans Haft peykar, où le prince Bahrām s’unit tour à tour, quasi machinalement, à sept princesses qui ne l’ont pas choisi, et auxquelles on ne demande jamais leur avis ; celle, au contraire, de la princesse arménienne Šīrīn (dont Neẓāmī a tiré sans doute l’inspiration dans celle de ses épouses qu’il a le plus aimée), qui aime autant Ḫosrow qu’elle en est aimée, et qui montre, dans l’amour pour lui, jusqu’à la mort, une supériorité remarquable sur son amoureux, auquel elle apprend à dominer sa passion. Pour cette première partie, on aurait pu trouver aussi, chez Ferdowsī comme chez Neẓāmī ou d’autres (Ḥoseynzāde cite encore ‘Aṭṭār, Gorgānī etc…) des exemples de femmes qui, sans être tout à fait traitées à l’égal de leurs amoureux, ont parfois la supériorité sur eux, que ce soit par l’initiative de la rencontre et des sentiments (Ferdowsī) ou, comme dans le fameux conte de la Princesse noire, la magistrale leçon de patience donnée au roi amoureux. L’autre volet de l’étude, judicieusement mis en contraste, est celui de la femme fatale ou séductrice (fattāne). L’originalité de l’A., qui utilise notamment une étude de Ḥūrā Yāvarī, est de décrypter la relation ambiguë aux femmes de Hedāyat : la bayadère, mère du récitant de la Chouette aveugle, est une séductrice mais aussi une garce, qui transgresse toute morale et en particulier l’exigence amoureuse de fidélité. La beauté de la femme fatale est associée à la mort, et l’intensité la plus forte du roman, comme le souligne justement l’A., est atteinte lorsque le peintre qui a rêvé la rencontre amoureuse à partir d’images, finit par s’unir au cadavre déjà froid de la femme, pour tenter de lui redonner vie. Ḥoseynzāde a eu la judicieuse idée de rapprocher le personnage de Hedāyat de Nana (dans le roman d’Émile Zola), de Lola, la danseuse de l’Ange bleu (si bien jouée par Marlène Dietrich, 1930) qui séduit le vieux professeur, ou encore de Carmen (1874). De Zola à Hedāyat, la filiation est directement prouvée par la reprise de cette image très symbolique mise en relief par l’A., de la « mouche dorée », ce bel insecte qui se nourrit des cadavres et des excréments. Il faut saluer l’audace de l’A., un homme, enseignant en Iran, qui démonte, à l’aide de Michel Foucault et de la critique textuelle, les mécanismes littéraires servant à présenter la femme et les rapports entre les sexes. Son livre n’épuise certainement pas l’éventail de situations qui mettent en scène, dans la poésie, la fiction ou toute autre forme littéraire, cette autre moitié de l’humanité que, pendant des siècles, les hommes ont été les seuls à décrire, à décrier ou à mettre en valeur. Il montre magistralement la voie à suivre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Richard. Āḏīn Ḥoseynzāde, « Zan-e ārmānī va zan-e fattāne. Barrasī-ye taṭbīqī-ye jāygāh-e zan dar adabiyyāt-e fārsī. Tehrān, Našr-e Qaṭre, 1383, 244 p. [La femme idéale et la femme fatale. Etude comparative sur la place de la femme dans la littérature persane] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 297, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6352 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.6352

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search