Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2711. Littérature11.1. Littérature persane11.1.1. Littérature persane class...Nal o Daman. Seyyed ‘Alī Āl-e Dāv...

305
Fayḍī Dakanī

Nal o Daman. Seyyed ‘Alī Āl-e Dāvūd, éd., Tehrān, Markaz-e Našr-e Dānešgāhī 1107, adabīyāt-e fārsī 30, 1382/2003, 256 p. (incl. 16 p. ills.).

Compte-rendu réalisé par Anna Livia Beelaert

Entrées d’index

noms/names :

Nezāmi
Haut de page

Texte intégral

1En 1003/1594, une année avant sa mort prématurée à quarante-huit ans, Fayḍī composa à la demande du roi moghol Akbar ce maṯnavī qui aurait dû faire partie d’une ḫamsa qui ne compterait jamais plus que trois œuvres. Celle-ci est la naẓīre du Laylī o Majnūn de Neẓāmī, et écrite dans le même mètre hazaj. L’histoire est tirée du Mahabhārata sanskrit.

2Jusqu’ici le texte était difficilement accessible en quelques éditions lithographiées en Inde, et une édition non critique publiée à Téhéran en 1335/1956.

3L’édition présente est pourvue d’une introduction sommaire (qui ne tient pas compte de recherches récentes, en particulier du livre important de G. Grobbel, Der Dichter Faidī und die Religion Akbars, de 2001) et d’une liste de vingt pages de mots et d’expressions considérés, parfois à tort, “nouveaux” (sans explication, mais avec une référence aux pages), utile pour un dictionnaire futur. Malheureusement, bien que précédée d’un liste de quarante-sept manuscrits, cette édition n’est pas critique non plus.

4Comme texte de base Āl-e Dāvūd a choisi (sans argumentation) un manuscrit conservé à la bibliothèque du Majles à Téhéran (no. 9158), non daté, mais probablement du 11e/17e s. Trois autres manuscrits, tous non datés, furent collationnés partiellement (ils sont conservés respectivement à la bibliothèque du Majles, à la bibliothèque de l’Université de Téhéran et à la bibliothèque Ganj Baḫš à Islamabad; Āl-e Dāvūd considère les deux derniers comme datant du 11e/17e s.) ; enfin aussi une lithographie (Lucknow, 1930) a été consultée. Curieusement, Āl-e Dāvūd écrit (p. 38) s’être abstenu de mentionner les variantes parce qu’il y en avait trop. En effet, l’appareil critique est presque inexistant, ce qui est d’autant plus regrettable que déjà le nombre de vers – au dire de l’éditeur dans le relevé des manuscrits – est très variable (de moins de 3000 à plus de 4000 vers). Le travail reste donc encore à faire.

5Entretemps nous avons à notre disposition un texte à utiliser avec précaution, certes, mais qui néanmoins nous permet de juger des grandes différences entre l’histoire sanskrite originelle et le poème de Fayḍī, différences non pas tellement au niveau de l’intrigue, bien qu’il y en ait là aussi, mais au niveau de son interprétation. Il ne s’agit plus en premier lieu d’un hymne à un amour conjugal à toute épreuve, mais, par analogie au maṯnavī dont celui-ci est le pendant, d’un amour qui aboutit à la folie. Aussi ce poème mystique ne se termine-t-il pas avec l’heureuse réunion des protagonistes, mais avec leur immolation commune sur le bûcher, aspirant à une vérité au-delà du vaṣl et ferāq auxquels ils ont été soumis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Livia Beelaert. Fayḍī Dakanī, « Nal o Daman. Seyyed ‘Alī Āl-e Dāvūd, éd., Tehrān, Markaz-e Našr-e Dānešgāhī 1107, adabīyāt-e fārsī 30, 1382/2003, 256 p. (incl. 16 p. ills.). », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 305, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 05 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6402 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.6402

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search