Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2711. Littérature11.1. Littérature persane11.1.1. Littérature persane class...« The palace of praise and the me...

309
Paul E. Losensky

« The palace of praise and the melons of time: descriptive patterns in ‘Abdī Bayk Šīrāzī’s Garden of Eden ». Eurasian Studies, II. 1 (2003), pp. 1-29.

Compte-rendu réalisé par Justine Landau

Texte intégral

1Exemple de poésie encomiastique de l’époque safavide, Jannat-i ‘Adan (Le jardin d’Eden) fut composé entre 1557 et 1560 (965-967) à la demande de Šāh Ṭahmāsp par Ḫwāja Zayn al-‘Ābidīn ‘Alī ‘Abdī Bayk Šīrāzī, en l’honneur du complexe palatial de Sa‘ādatābād tout récemment construit à Ja‘farābād, à l’est de Qazvīn. Outre sa valeur documentaire pour l’histoire de l’art (les descriptions qu’elle contient ont notamment donné lieu à des tentatives de reconstitution des palais disparus par Maria Szuppe et par Ehsan Eshraghi), l’A. de Welcoming Firghānī reconnaît à cette pentalogie (ḫamsa) plusieurs intérêts majeurs. Témoignage d’une architecture florissante et spécimen de poésie curiale, l’ouvrage permet d’abord de réévaluer le mécénat culturel des Safavides et leur rôle de patrons des arts et des lettres, contre l’opinion largement répandue de leur austérité religieuse exclusive. Surtout, Jannat-i ‘Adan appelle une analyse littéraire à part entière. Conçue dans la lignée du Haft paykar de Niẓāmī Ganjavī, cette pentalogie présenterait, selon l’A., le seul exemple de ḫamsa de la littérature persane à offrir une véritable unité thématique. En effet, le projet du poète de « décrire le royaume de Ja‘farābād » annonce le recours à la rhétorique du vaṣf, que l’A. interprète ici en termes d’ekphrasis de l’œuvre architecturale : la description « concentre les thématiques iconiques et typologiques de l’objet visuel ». Cependant, l’analyse précise du texte, appuyée sur l’étude de citations extensives, révèle que la structure interne n’est pas calquée sur l’organisation architecturale des palais décrits. D’un maṯnavī à l’autre, Jannat-i ‘Adan progresse plutôt d’une temporalité édénique à une temporalité naturelle (le cycle des saisons), puis culturelle et historique (la réception du prince ottoman Bayazid à Qazvin en 1559), pour reconduire, avec le topos du roi-bâtisseur, la louange du souverain comme « maître du temps » (ṣāḥib-i zamān). Il revient au poète d’éterniser par ses vers la splendeur transitoire du siège de sa puissance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Landau. Paul E. Losensky, « « The palace of praise and the melons of time: descriptive patterns in ‘Abdī Bayk Šīrāzī’s Garden of Eden ». Eurasian Studies, II. 1 (2003), pp. 1-29. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 309, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 29 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6423 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.6423

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search