Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2711. Littérature11.1. Littérature persane11.1.1. Littérature persane class...Tāziyān-nāme-ye pārsī. Ḫolaṣe-ye ...

311
Ḥamīdollāh Morādī

Tāziyān-nāme-ye pārsī. Ḫolaṣe-ye Ḫāvarān-nāme-ye Ebn-e Ḥosām Ḫūsfī. Tehrān, Markaz-e Našr-e Dānešgāhī, 1382/2004, 344 p.

Compte-rendu réalisé par Michele Bernardini

Entrées d’index

Index by keyword :

Shāhnāmeh

noms/names :

Ferdowsi
Haut de page

Texte intégral

1Ce volume contient une édition abrégée du Ḫāvarān-nāme (terminé en 830H/1426-27) un maṯnavī écrit par Moḥammad b. Ḥosām de Ḫūsf (l’ancienne Ḫawst), auteur qui vécut entre le 14e et le 15e s. Parmi les manuscrits utilisés par l’éditeur, la copie principale est le Ms. 7570, conservé dans le Musée des Arts Décoratifs de Téhéran (Mūze-ye honar-hā-ye taz'īnī) ; c’est non seulement le plus ancien manuscrit connu de ce texte, mais il fut écrit du vivant du poète, car il date de 854/1450-51. L’éditeur emploie aussi d’autres manuscrits, tel que le Ms. Add. 19/766 de la British Museum Library ; le Ms. 3443 (Cat. Ethé 897) de l’India Office, richement illustré, et, dans la même bibliothèque, le Ms. 2557 (Cat. Ethé 896) qui est la plus ancienne copie de production indienne. Dans son introduction, l’éditeur analyse la personnalité d’Ebn-e Ḥosām à travers le récit de son œuvre et en mettant à contribution les données trouvées dans des taḏkeres. Il examine ainsi son caractère d’imitateur d’œuvres classiques, visible aussi bien dans le maṯnavī que dans la qaṣīde. En particulier, Morādī examine la qaṣīde connue comme faḫriye dans laquelle l’A. déclare son intention d’écrire une réplique aux vers de Ḫāqānī. Ainsi, l’introduction touche à la question de l’appartenance d’Ebn-e Ḥosām au milieu chiite et sa fonction de vā‘eẓ. Dans un chapitre dédié au Ḫāvarān-nāme (« Ḫāvarān-nāme čegūne ketābī ast ? »), Morādī propose d’intégrer ce texte dans la tradition de l’ḥamāse en prenant en considération surtout les apports du Tārīḫ-e ḥamāse-hā-ye Īrānī, important ouvrage de Ḏabīḥollāh Ṣafā (paru en 1954), et d’autres travaux de recherche, comme ceux d’Aḥmad Aḥmadī Bīrjandī. Il trace les lignes principales, exemples à l’appui, de la descendance de cette œuvre du Šāh-nāme de Ferdowsī. Malheureusement cette analyse ne prend en considération ni le contexte historique où le Ḫāvarān-nāme fut écrit, ni les recherches importantes menées en Occident sur cet auteur, comme c’est le cas des études de Giovanna Calasso. On peut également ajouter que la partie de l’ouvrage consacrée aux manuscrits ne fait aucune mention des recherches des historiens de l’art dédiées aux peintures qui illustrent souvent les manuscrits du Ḫāvarān-nāme. Quant au texte même du Ḫāvarān-nāme, il est reproduit en version non intégrale, de nombreuses parties étant des résumés en prose par l’éditeur. Comme la numérotation des vers édités ici est continue, cela empêche de saisir la réelle ampleur et l’articulation du texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michele Bernardini. Ḥamīdollāh Morādī, « Tāziyān-nāme-ye pārsī. Ḫolaṣe-ye Ḫāvarān-nāme-ye Ebn-e Ḥosām Ḫūsfī. Tehrān, Markaz-e Našr-e Dānešgāhī, 1382/2004, 344 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 311, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6433 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.6433

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search