Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2711. Littérature11.1. Littérature persane11.1.1. Littérature persane class...Taḏkere-ye šo‘arā-ye Ḫojand. Tehr...

312
‘Abd al-Mannān Naṣr al-Dīn Ḫojandī

Taḏkere-ye šo‘arā-ye ojand. Tehrān, Markaz-e asnād va ḫadamāt-e pažūhešī, 1384/[2005], 378 p., bibliographie, index des auteurs, index des œuvres. [Répertoire des poètes de Khoudjand]

Compte-rendu réalisé par Stéphane A. Dudoignon

Texte intégral

1Dans la lignée d’une série de répertoires (tadhkiras) poétiques publiés à Khoudjand ces dernières années (voir notamment les travaux de l’érudit local Ergashali Shodiev), l’A. propose une suite de notice sur les poètes persans de forme classique originaires de cette ville et de sa région à l’ouest de la vallée de Ferghana, depuis les origines jusqu’à la fin de la période soviétique. Classées sans ordre ni alphabétique ni chronologique, ce qui en rend l’utilisation malaisée, avec juste une section spéciale sur les « dames rhéteurs » (bānuwān-i sukhan-gūy) du 19e s. (pp. 339-360, voir sur ce point une anthologie plus complète publiée il y a quelques années par Rayhāna Khātūn), les notices présentent un profil traditionnel : quelques brefs paragraphes sur la biographie de chaque poète sont suivis d’exemples de ses œuvres. Basé sur de nombreux albums manuscrits de l’Institut des Etudes Orientales de Douchanbe, et sur plusieurs dīwāns publiés au cours de la décennie écoulée (parmi lesquels deux éditions iraniennes successives de celui de Kamāl Khujandī), l’ouvrage s’alimente également de nombreux travaux de savants modernes et contemporains (ceux de Shodiev en particulier, ou d’Amirbek Habibzoda, mais aussi la Namūna de ‘Aynī [1926], les travaux de religieux locaux comme l’actuel mufti de la région H. Mūsà-Zāda sur le mystique du 14e s. Shaykh Maslahat al-Dīn, saint tutélaire de Khoudjand, ou encore l’ouvrage récent de Sabbāgh sur les lettrés tadjiks modernes émigrés dans la péninsule Arabique). Il en résulte un ensemble intéressant et relativement original, par son caractère traditionaliste même, notamment par la place qu’il ménage aux auteurs féminins, et par celle accordée à un nombre important d’auteurs émigrés – pendant la période médiévale vers l’Iran ou vers l’Hindoustan, ou au 20e s. vers l’Afghanistan ou le Proche-Orient arabe : autant de nouveautés très significatives dans l’historiographie littéraire de la Transoxiane persanophone et persanisante. A déplorer peut-être, en dépit de la floraison récente des échanges avec l’Iran et d’une meilleure circulation des publications académiques : l’absence d’accès de l’auteur aux sources manuscrites conservées hors du Tadjikistan, par exemple à l’Institut Biruni de Tachkent ou dans les bibliothèques de Moscou et de Saint-Pétersbourg, pour ne rien dire des collections occidentales – une limitation caractéristique de l’état de l’érudition et de la recherche dans l’ancien domaine soviétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane A. Dudoignon. ‘Abd al-Mannān Naṣr al-Dīn Ḫojandī, « Taḏkere-ye šo‘arā-ye ojand. Tehrān, Markaz-e asnād va ḫadamāt-e pažūhešī, 1384/[2005], 378 p., bibliographie, index des auteurs, index des œuvres. [Répertoire des poètes de Khoudjand] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 312, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6436 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.6436

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search