Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2711. Littérature11.1. Littérature persane11.1.2. Littérature persane moderneNaẓariyye-ye romān va vīžegī-hā-y...

324
Moḥammad Rafī‘ Maḥmūdiyān

Naẓariyye-ye romān va vīžegī-hā-ye romān-e fārsī. Tehrān, Našr-e Farzān-e rūz, 1382. [La théorie du roman et les spécificités du roman persan]

Compte-rendu réalisé par Julie Duvigneau

Texte intégral

1Cet ouvrage est une réflexion sur les cent ans d'existence du roman persan à la lumière des théories et des exemples européens. Après un chapitre très général, placé sous l'égide de Bakhtine, Auerbach, Lukacs et Ian Watt sur la situation du roman à l'époque moderne et sa prééminence comme forme fictionnelle à la fin du 20e s. en Europe, l'A. dégage ses particularités négativement par des comparaisons avec l'épopée, le conte et la fable. Le troisième chapitre présente une réflexion intéressante sur les forces de cohérence et de dislocation internes au roman, dégageant ainsi des lois propres à ce genre, avant de passer en revue, dans le chapitre suivant, les stratégies d'évitement de ces forces centrifuge et centripète.

2Dans le chapitre cinq, l'A. tente de dégager une figure cohérente du roman en Iran, en comparant La chouette aveugle de Ṣādeq Hedāyat, Le maître d'école de Āl-e Aḥmad et Le prince Ehtejab de Golšīrī et en faisant quelques références à Sīmīn Dānešvar et à Aḥmad Maḥmūd. Après avoir dégagé les spécificités du roman persan (de tradition orientale et musulmane, par opposition au roman occidental de tradition chrétienne et même protestante), comme un « réalisme excessif », la non particularisation des personnages, la grande attention accordée aux jeux de style et de langage, la complexité de la structure d'ensemble compensée par l'homogénéité des parties, l'A. en conclut à la situation marginale du roman persan par rapport au genre, ce qui s'explique peut-être par le choix des romans caractéristiques.

3Le chapitre six est une approche sociologique du roman persan et une interrogation sur ses possibilités de réception à l'étranger, l'A. finissant sur l'affirmation de son intérêt pour le reste du monde.

4Cet ouvrage témoigne bien de la position ambiguë en Iran à l'égard du roman, où la nouvelle a toujours la préférence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Duvigneau. Moḥammad Rafī‘ Maḥmūdiyān, « Naẓariyye-ye romān va vīžegī-hā-ye romān-e fārsī. Tehrān, Našr-e Farzān-e rūz, 1382. [La théorie du roman et les spécificités du roman persan] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 324, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6514 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.6514

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search