Navigation – Plan du site

AccueilAbstracta IranicaVolume 2712. Sociologie12.1. IranĪrān: hoviyyat, melliyyat, qowmiy...

334
Ḥamīd Aḥmadī

Īrān: hoviyyat, melliyyat, qowmiyyat. Tehrān, Mo’asese-ye taḥqīqāt va towse‘e-ye ‘olūm-e ensānī, 1383/2004, 552 p., index.

Compte-rendu réalisé par Azadeh Kian-Thiébaut

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif et pluridisciplinaire de référence réunit les contributions de plusieurs spécialistes des questions ethniques, nationales et identitaires en Iran. L’ouvrage est divisé en quatre parties principales. La première aborde les fondements théoriques et historiques de l’identité nationale iranienne. La deuxième comprend des analyses sur l’identité iranienne et les modes de consolidation de l’unité nationale. La troisième analyse les facteurs politiques, sociaux ou culturels qui menacent l’identité iranienne dans ses formes individuelles, sociales et nationales. La quatrième aborde la question de l’identité et la problématique des ethnies iraniennes.

2Aḥmad Ašraf (« Boḥrān-e hoviyyat-e mellī va qowmī dar Īrān », pp. 133-170), analyse le processus de l’évolution et de la formation de l’identité iranienne et l’émergence des crises et des défis de l’époque moderne. A travers son analyse historique il démontre la continuité du phénomène national et celle de l’identité nationale. Jahāngīr Mo‘īnī ‘Alamdārī (« Hoviyyat, tārīḫ va ravāyat dar Īrān », pp. 25-51), montre que la formation de l’identité iranienne ne se résume pas aux efforts des intellectuels de l’Iran moderne. Elle est, selon l’A., la conséquence de l’utilisation, par des Iraniens, de l’histoire et du narratif durant les siècles précédent l’islam (cf. c.r. n°342). Ḥamīd Aḥmadī (« Dīn va melliyyat dar Īrān : hamyārī yā kešmakeš ? », pp. 53-114), aborde la relation entre l’islam et le nationalisme et leur rôle dans la formation de l’identité iranienne (cf. c.r. n°349). Morteḍā Ṯāqebfar (« Īrān-e bāstān va hoviyyat-e īrānī », pp. 243-260), analyse l’impact de l’héritage ancien de l’Iran, tant la période antéislamique qu’islamique, en particulier le Šāh-nāme de Ferdowsī, sur la formation de l’identité nationale iranienne. La contribution de Moḥammad-Ḥoseyn Sāket (« Zabān-e pārsī, payām-gozār-e eslām va hoviyyat-e īrānī », pp. 189-241), porte sur le rapport entre la langue persane et l’islam et souligne l’importance du persan dans la reconstruction de l’identité iranienne. Moḥammad-Reḍā Ḫūbrūy-Pāk (« Noḫbegān-e maḥallī, jahānī-sāzī va ro’yā-ye federālīsm », pp. 171-188), critique le modèle fédéral, revendiqué par certaines formations politiques d’obédience de gauche et par certains groupes politiques ethniques et plaide pour son incompatibilité avec la réalité de l’Iran. Au lieu du fédéralisme qui serait un modèle importé, l’A. propose les modèles issus de l’expérience historique iranienne. Ḥoseyn Bašīriye (« Īdeoložī-ye siyāsī va hoviyyat-e ejtemā‘ī dar Īrān », pp. 115-132), analyse l’instrumentalisation à des fins politiques des fondements de l’identité nationale iranienne (cf. c.r. n°352). La contribution de Abolfaḍl Delāvarī (« Šahr, hoviyyat va siyāsat dar Īrān-e mo‘āṣer », pp. 261-301), porte sur la crise identitaire liée au développement social et économique inégal du pays. Dans un entretien, Maḥmūd Zand Moqaddam (« Balūčestān-e Īrān : hoviyyat, tārīḫ va degargūnī » (entretien), pp. 305-342), décrit et analyse l’histoire, l’identité et le statut des Balouches dans la civilisation et la société iraniennes. Kāve Bayāt (« Āšnāyī bā pān-torkīsm va ta’ṯīr-e mājarā-ye Rowšanī-beyg bar ān », pp. 343-353), analyse la pensée, les activités anti-iraniennes et le rôle de Rowšanī-Beyg, une importante personnalité du panturquisme, en Iran pendant la première guerre mondiale. Rajab Īzadī (« Negāhī be yek dahe čāleš bar sar-e hoviyyat-e Āḏarbāyjān », pp. 355-439), analyse les politiques panturques de la République d’Azerbaïdjan suite à l’effondrement de l’empire soviétique et son impact en Iran. Eḥsān Hūšmand et Nāhīd Kūh-šekāf (« Ravand-e towse‘e dar manāṭeq-e kord-nešīn-e Īrān qabl va pas az enqelāb », pp. 441-485), analyse le développement économique du Kurdistan iranien et le compare avec d’autres régions du pays. ‘Abdolamīr Nabavī (« Ḫūzestān va čāleš-hā-ye qowm-garāyāne », pp. 487-530), analyse les activités et les revendications ethniques des Arabes du Khouzistan depuis les années 1920 jusqu’à aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Azadeh Kian-Thiébaut. Ḥamīd Aḥmadī, « Īrān: hoviyyat, melliyyat, qowmiyyat. Tehrān, Mo’asese-ye taḥqīqāt va towse‘e-ye ‘olūm-e ensānī, 1383/2004, 552 p., index. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 334, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6544 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abstractairanica.6544

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search