Navigation – Plan du site
344
Mas‘ūd Pedrām

Rowšanfekrān-e dīnī va modernīte dar Īrān-e pas az enqelāb. Tehrān, Gām-e now, 1382/2003, 209 p. [Les intellectuels religieux et la modernité en Iran post-révolutionnaire]

Compte-rendu réalisé par Hosseyn Mirzaï

Entrées d’index

Rubriques :

12.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1Il s’agit d’apporter trois réponses à l’idée de la modernité « importée » en Iran post-révolutionnaire. En effet, l’A., à travers trois personnages-clés de la pensée socio-islamique, A. Fardīd, ‘A. Sorūš et ‘A. Šarī‘atī, essaie d’analyser les trois principales positions qui sont toujours actuelles face à cette inévitable « invasion » qu’est la modernité.

2La première des trois se défie d’emblée de la modernité et la fustige en tant que corps étranger : c’est le refus, la négation. La deuxième va dans le sens d’une acceptation du fondement de la modernité, non sans méfiance toutefois : c’est la recherche. Et enfin, la troisième procède à son analyse critique afin de pouvoir la rendre acceptable : c’est l’acceptation conditionnelle.

3Le livre est composé de cinq chapitres : le premier (48 p.) comprend la genèse de l’intellectualisme religieux et la mise en cause de la modernité. Sont proposés, dès ce 1er chapitre, trois modèles à travailler dans ce face à face : confrontation, reconstruction et réformisme. Le second (20 p.) fournit la base historique de la pensée moderniste en Islam sous l’influence des courants étrangers. Le troisième (40 p.) va plus ouvertement vers l’affrontement de l’Islam traditionnel modernisant face au phénomène moderniste : l’occidentalité de Āl-e Aḥmad, la résistance philosophique. Le quatrième (30 p.) développe le propre du modernisme islamique. Le cinquième enfin (32 p.) est centré sur un Islam toujours critique et toujours résistant.

4L’A., au terme de ses efforts, sombre dans une confusion qu’il essaie péniblement de surmonter. Toutefois, l'ouvrage, procédant à l'évaluation des diverses positions à l’intérieur de la famille islamique face à la modernité, contribue à la reconstruction de la pensée républicaine de l’Islam et aide ainsi le chercheur, musulman ou non, à y voir plus clair.

5Une liste de noms, de thèmes et concepts ainsi qu’une bibliographie persane et étrangère de 11 pages ferment l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hosseyn Mirzaï. Mas‘ūd Pedrām, « Rowšanfekrān-e dīnī va modernīte dar Īrān-e pas az enqelāb. Tehrān, Gām-e now, 1382/2003, 209 p. [Les intellectuels religieux et la modernité en Iran post-révolutionnaire] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 344, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6581

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page