Navigation – Plan du site
385
Anne-Sophie Vivier

Comment peut-on être Afzâdi ? Individu et société dans un village persan. Thèse d’anthropologie sociale préparée sous la direction de J.-P. Digard, Paris, EHESS, 2004, 527 p.

Compte-rendu réalisé par Jean-Pierre Digard

Entrées d’index

Rubriques :

16.1. Iran

Auteurs mentionnés :

Philippe Rochard
Haut de page

Texte intégral

1Excellente et substantielle thèse sur un village de la région de Kermân dans lequel
A.-S. Vivier, alors boursière de l’IFRI, a vécu et enquêté d’octobre 2001 à juin 2003. Partie pour s’intéresser aux structures communautaires villageoises, elle s’est vite aperçue que la vie quotidienne des Afzâdis était, de manière plus générale, tendue entre, d’une part, un système de contraintes résultant des normes sociales et culturelles locales et, d’autre part, la tendance à une individualisation croissante sous l’influence de la culture urbaine.

2Pour étudier comment les individus se fraient leur chemin entre les normes, A.-S. Vivier s’est efforcée de repérer les « processus d’individuation » à l’œuvre dans quatre domaines principaux (auxquels correspondent les quatre parties de sa thèse) : 1) les croyances et les pratiques religieuses, dans la mesure où elles contribuent à former une définition particulière de l’individu et de son rapport à une communauté plus vaste (village, communauté shi’ite, communauté musulmane, etc.) ; 2) les rapports de genre et la façon dont le genre façonne l’identité sociale de l’individu et détermine son rapport au monde et aux autres ; 3) la parenté et la famille, leur place dans la construction de l’identité sociale et la façon dont elle détermine les relations sociales ; 4) les structures communautaires et les questions d’identité, d’intégration ou d’exclusion, de cohésion intra- ou de conflits inter-communautaires.

3Précédant ces quatre parties, une introduction théorique dresse le bilan des travaux sur individu et société. Entre les écoles à perspective holiste, comme le fonctionnalisme et le structuralisme, illustrée surtout par les travaux de Louis Dumont, d’une part, et les tenants d’un « individu prométhéen » (Hervé Varenne), qui agirait toujours selon sa volonté propre, indépendamment de toute contrainte culturelle et sociale, d’autre part, A.-S. Vivier choisit une voie médiane ouverte par les défenseurs de la « theory of agency », c’est-à-dire de l’idée que la liberté de l’individu n’est pas contradictoire avec le poids des structures sociales et culturelles, car elle se définit moins par une totale absence de contrainte, que par la possibilité de choisir entre différentes possibilités offertes par la société.

4Toute la suite, c’est-à-dire la majeure partie du travail, procède d’une ethnographie fine et sensible, servie par une écriture précise et élégante, l’une et l’autre donnant des pages exemplaires comme celles, par exemple, sur les subtilités de la politesse (ta’ârof, pp. 382-389).

5Au total, on dispose, avec cette monographie, d’un travail original, intelligent et rigoureux, qui, avec celui de Philippe Rochard sur le zurkhâne (Abs. Ir. 25, c.r. n°364 et Abs. Ir. 26, c.r. n°465), marque incontestablement un renouveau des études ethnologiques sur le monde iranien, ce dont on ne peut que se réjouir. A signaler sa publication en mai prochain aux éditions de l’IFRI: « Afzâd. Ethnologie d’un village d’Iran ». BI 63, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Digard. Anne-Sophie Vivier, « Comment peut-on être Afzâdi ? Individu et société dans un village persan. Thèse d’anthropologie sociale préparée sous la direction de J.-P. Digard, Paris, EHESS, 2004, 527 p. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 27 | 2006, document 385, mis en ligne le 02 janvier 2007, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/6715

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page