Navigation – Plan du site
532
Alain Bergala, Stéfani Loppinot, Gabrielle Hachard-Sebire et Matthieu Orlean

« Les yeux ouverts, les yeux fermés. La Maison est noire, Forough Farrokhzad ». Cinéma 07, Editions Léo Scheer, printemps 2004, pp. 58-82.  - « Le choc des titans. Un feu, Ebrahim Golestan ». Cinéma 07, Editions Léo Scheer, printemps 2004, pp. 58-82. - « Splendeurs méconnues du cinéma iranien des années 1960. Autour de Kamran Shirdel ». Cinéma 07, Editions Léo Scheer, printemps 2004, pp. 58-82.

Compte-rendu réalisé par Agnès Devictor

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La très sérieuse Revue semestrielle d’esthétique et d’histoire du cinéma rend hommage au court-métrage La Maison est noire (1962) de Forūġ Farroḫzād, film fondateur d’une modernité cinématographique à l’iranienne, encore peu étudié hors d’Iran. Le DVD, jusque-là inédit, de ce film et de Un Feu (1961) de Ebrāhīm Golestān – dans d’excellentes versions sous-titrées – accompagne la revue.

2Une analyse d’A. Bergala insiste sur la puissance cinématographique de Forūġ Farroḫzād, puissance de décision dans le geste de filmer et de monter, révélée dans ce film consacré à la léproserie de Bābābāġī (Tabrīz). Il permet enfin d’apprécier la singularité de cette cinéaste, reconnue davantage comme poète, et dont l’œuvre cinématographique n’avait jusqu’à présent pas bénéficié de semblables analyses. Le texte de S. de Loppinot étudie avec justesse et originalité Un Feu, sidérant documentaire (monté par Forūġ Farroḫzād) sur l’incendie d’un puits de pétrole. L’A. retrace par ailleurs la carrière d’E. Golestān, figure de la production documentaire de la fin des années 50 et des années 60. Enfin, le troisième article présente un panorama historique très bien argumenté du documentaire iranien, exploré à partir de l’œuvre du cinéaste Kāmrān Šīrdel.

3Notons que le numéro précédent, Cinéma 06 (automne 2003), avait republié le très bel hommage écrit par le cinéaste français Chis Marker lors de la mort de Forūġ Farroḫzād en 1967. Il avait été l’un des premiers à reconnaître le talent cinématographique de la poétesse. Une analyse de La maison est noire du critique américain Jonathan Rosenbaum était également publiée dans ce numéro 06.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Devictor. Alain Bergala, Stéfani Loppinot, Gabrielle Hachard-Sebire et Matthieu Orlean, « « Les yeux ouverts, les yeux fermés. La Maison est noire, Forough Farrokhzad ». Cinéma 07, Editions Léo Scheer, printemps 2004, pp. 58-82.  - « Le choc des titans. Un feu, Ebrahim Golestan ». Cinéma 07, Editions Léo Scheer, printemps 2004, pp. 58-82. - « Splendeurs méconnues du cinéma iranien des années 1960. Autour de Kamran Shirdel ». Cinéma 07, Editions Léo Scheer, printemps 2004, pp. 58-82. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 532, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/7422

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page