Navigation – Plan du site
515
Moḥammad-Reḍā Darvīšī

Dā’erat ol-ma‘āref-e sāz-hā-ye Īrān. Jeld-e dovvom : Pūst-ṣedā-hā va ḫod-ṣedā-hā-ye navāḥī-ye Īrān. Tehrān, Māhūr, 2005, 703 p. (en persan) + 24 p. (en anglais), photos, cartes, tableaux. [Encyclopédie des instruments de musique en Iran : Les membranophones et les idiophones de toutes les régions de l’Iran]

Compte-rendu réalisé par Sāsān Fāṭemī

Entrées d’index

Rubriques :

17.1.Musique
Haut de page

Texte intégral

1C’est le deuxième volume de cette encyclopédie dont le premier, consacré aux cordophones de l’Iran, avait gagné le prix Klaus Wachsmann pour la meilleure publication en organologie en 2002. Ce volume présente les membranophones et les idiophones de toutes les régions de l’Iran selon une classification inspirée de celle de Sachs-Hornbostel, mais adaptée au cas de l’Iran. Le livre est divisé inégalement en deux parties dont la première, plus longue, présente les membranophones et la deuxième les idiophones. Chaque partie est divisée à son tour en plusieurs chapitres selon la classification de l’A. Les chapitres de la première partie divise les membranophones en trois catégories principales (à percussion, à friction et les membrano-idiophones). La première, étant plus vaste et couvrant à elle seule 8 chapitres de cette partie, prend comme critère principal de ses divisions internes le nombre de peaux des instruments (un, deux, même trois et plus). La deuxième partie a moins de divisions que la première et ne comporte que trois chapitres, présentant successivement les idiophones à percussion et les idiophones entrechoqués, (chapitre le plus long), les lamellophones, et les idiophones à friction.

2Dans chaque chapitre de ces deux parties, l’A. aborde son sujet région par région. Rien qu’en consultant la table des matières, on peut donc avoir rapidement une idée de la distribution de chaque catégorie d’instruments dans les régions de l’Iran et dans le pays en général. On remarque par exemple que les idiophones à friction et les lamellophones sont très peu diversifiés et peu répandus en Iran par rapport aux idiophones à percussion et les idiophones entrechoqués qui sont très nombreux dans presque toutes les régions du pays.

3L’A. donne pour chaque instrument des explications concernant son apparence, sa taille et ses mesures, les circonstances dans lesquelles ils sont joués en y ajoutant quelquefois la transcription des rythmes principaux qu’ils exécutent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sāsān Fāṭemī. Moḥammad-Reḍā Darvīšī, « Dā’erat ol-ma‘āref-e sāz-hā-ye Īrān. Jeld-e dovvom : Pūst-ṣedā-hā va ḫod-ṣedā-hā-ye navāḥī-ye Īrān. Tehrān, Māhūr, 2005, 703 p. (en persan) + 24 p. (en anglais), photos, cartes, tableaux. [Encyclopédie des instruments de musique en Iran : Les membranophones et les idiophones de toutes les régions de l’Iran] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 515, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/7572

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page