Navigation – Plan du site
461
Morteḍā Farhādī

Vāre : noʽī taʽāvonī-ye sonnatī-ye kohan va zanāne dar Īrān (darāmadī be mardom-šenāsī va jāmeʽe-šenāsī-ye taʽāvon va mošārekat-e mardomī) / Vâra : an old traditional women-specific Cooperative in Iran (An Introduction to Anthropology & Sociology of Co-operation & Participation). Tehrān, Vezārat-e Jahād-e Kešāvarzī, 1380/2001, 627 p., bibl., tables, lexique, graphiques et cartes.

Compte-rendu réalisé par Morteza Kotobi

Entrées d’index

Rubriques :

16.1. Iran
Haut de page

Texte intégral

1Le vāre est une sorte de coopérative traditionnelle de collecte du lait, non officielle et exclusivement féminine, pratiquée depuis des centaines d’années.

2Le Pr. Farhādī dessine ici avec maîtrise le cadre de l’organisation sociale complexe par laquelle s’élabore le vāre, tout au long de 10 chapitres éclairants.

3Le 1er chapitre analyse la démarche méthodologique qui a été privilégiée, en donnant toutes les précisions sur le nombre de ces coopératives, les critères de l’échantillonnage (224 villages répartis dans 83 cantons), ainsi que les différences rencontrées. Le 2e chapitre est consacré à l’ampleur de ce phénomène coopératif dans la culture et dans l’économie du pays. L’A. évoque la variété des formes de vāre, et les diverses appellations qui leur sont données selon les régions et les dialectes. Le 3e chapitre concerne les raisons culturelles de la longévité de cette pratique. L’A. saisit l’occasion pour évoquer aussi la sacralité de certains objets et aliments et les motifs qui ont pu amener cette sacralisation dans la vie quotidienne. Le chapitre suivant est davantage consacré aux motivations sociales et économiques de cette pratique, tandis que le 5e chapitre analyse les critères selon lesquels seront choisies les femmes qui participent à la coopération : aisance matérielle, qualité du lait fourni par le bétail, mais aussi rapports de voisinage et statut social ; entrent en jeu d’autres facteurs tels que la pratique religieuse, le caractère personnel de chacune, la santé, la propreté, la ponctualité, l’honnêteté…

4Viennent ensuite, dans le 6e chapitre, les conditions climatiques et géographiques, plus particulièrement celles qui se rapportent à la fête et au rituel qui préside au déclenchement de l’opération : ces rites et coutumes interviennent pour maintenir l’interdépendance des individus et des familles et pour établir la confiance entre les différents groupes.

5Le 7e chapitre étudie la manière de mesurer le lait, avec la description des ustensiles et l’étalonnage des mesures. Les deux derniers chapitres sont consacrés aux tournées de ramassage du lait dans les villages et aux précautions de transport.

6131 pages de bibliographie et d’indices variées complètent utilement ce travail (noms de personnes, de tribus, de lieux, expressions locales, tables, images et cartes).

7La rédaction de ce document, unique dans son genre, s’inscrit dans la série des travaux réalisés par l’A. dans le domaine des activités coopératives à travers le pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morteza Kotobi. Morteḍā Farhādī, « Vāre : noʽī taʽāvonī-ye sonnatī-ye kohan va zanāne dar Īrān (darāmadī be mardom-šenāsī va jāmeʽe-šenāsī-ye taʽāvon va mošārekat-e mardomī) / Vâra : an old traditional women-specific Cooperative in Iran (An Introduction to Anthropology & Sociology of Co-operation & Participation). Tehrān, Vezārat-e Jahād-e Kešāvarzī, 1380/2001, 627 p., bibl., tables, lexique, graphiques et cartes. », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 26 | 2005, document 461, mis en ligne le 18 novembre 2005, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/903

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page