Navigation – Plan du site
17
Moḥammad Ḥasan Abrīšamī

« Sarv dar farhang-e īrānī va naqš-hā-ye Haḫāmanešī ». Pažūheš-hā-ye īrānšenāsī, Nāmvāre-ye doctor Maḥmūd Afšār, vol. 15, 1384/2005, pp. 9-29. [Le cyprès dans la culture iranienne et les dessins achéménides]

Compte-rendu réalisé par Morteza Kotobi

Texte intégral

1Le cyprès, arbre à feuilles persistantes, jouit tout au long de l’histoire pré et post-islamique iranienne d’une place toute spécifique dans les cultures populaire et savante du pays. Il figure non seulement dans les textes anciens, mais il apparaît sur des inscriptions sur pierre.

2« Du zoroastrisme à l’Islam », « de la politique à la littérature », « de la liberté à l’éternité », « de la guerre à la paix », « des outils aux parfums » sont autant de thèmes à travers lesquels l’A. présente cet arbre qu’il nous fait voir dans les déserts et les cours royales d’Iran, dans les contes anciens et les mythes populaires. Il ne manque pas d’évoquer les vertus du cyprès, tant sur le plan agronomique que médicinal.

3Une cinquantaine de références ferment le travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morteza Kotobi. Moḥammad Ḥasan Abrīšamī, « « Sarv dar farhang-e īrānī va naqš-hā-ye Haḫāmanešī ». Pažūheš-hā-ye īrānšenāsī, Nāmvāre-ye doctor Maḥmūd Afšār, vol. 15, 1384/2005, pp. 9-29. [Le cyprès dans la culture iranienne et les dessins achéménides] », Abstracta Iranica [En ligne], Volume 28 | 2007, document 17, mis en ligne le 18 septembre 2007, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/abstractairanica/9922

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page