Skip to navigation – Site map
At the Museums

La collection des figurines en terre cuite du Musée National d’Athènes : formation et muséographie

Christina Avronidaki and Evangelos Vivliodetis

Abstract

Cet article traite de la formation de la collection des figurines en terre cuite du Musée National Archéologique d’Athènes, vers la fin du 19ème siècle, et de l’enrichissement du fonds initial dès lors. De plus, il décrit les critères archéologiques et muséographiques utilisés pour l’exposition permanente, en 2009, d’environ 500 figurines en terre cuite, et la création d’un parcours non seulement chronologique et géographique, mais ponctuellement thématique.

This article deals with the collection of terracotta figurines of the Athens National Archaeological Museum, its formation at the end of the 19th century and its enrichment thereafter. Moreover, it presents the archaeological and museographical criteria used for the permanent exhibition in 2009 of about 500 terracotta figurines, and the subsequent creation of a chronological and geographical, but also thematic display.

Top of page

Full text

Historique de la collection1

  • 1 Le présent texte constitue la version développée d’une présentation faite lors de la Journée d’étud (...)
  • 2 Pour ce transfert, qui, selon les inventaires du Musée, a été complété en 1895, voir Petrakos 1987, (...)

1Le noyau de la collection des figurines en terre cuite du Musée National d’Athènes, comme celui de la collection des vases, a été formé pendant la dernière décennie du 19e siècle, quand les antiquités de l’Éphorie Générale des Antiquités et les riches collections de la Société Archéologique ont été transférées au musée qui venait d’être bâti2.

  • 3 Les premières mesures contre l’exportation clandestine d’antiquités sont dues à I. Kapodistrias (18 (...)
  • 4 Première Loi Archéologique de 1834. Voir Petrakos 1987, 49 ; Galanakis 2011, 186–187 ; Petrakos 201 (...)

2Les provenances de ces objets reflètent une période héroïque de l’archéologie grecque, à laquelle appartiennent les premières grandes fouilles mais aussi la lutte contre l’exportation clandestine d’antiquités3. Il faut se souvenir que, pendant cette époque, la loi permettait à tout individu de fouiller sur son terrain, de partager les trouvailles à moitié avec l’état, et en suite de vendre sa part au plus offrant. La loi permettait aussi la location des terrains nationaux pour la réalisation des fouilles privées, qui étaient souvent exécutées ou surveillées par des marchands d’antiquités4.

  • 5 La Macédoine excepté.
  • 6 Pour la grande fouille sur l’Acropole (1885–1890), voir Cavvadias et Kawerau 1906, 19–46. Les figur (...)
  • 7 Elles proviennent des fouilles ininterrompues de Philios au sanctuaire entre 1882 et 1894 (Petrakos (...)
  • 8 Fouillé entre 1887 et 1889 par l’Institut Archéologique Allemand, voir Wolters et Bruns 1940, 1–7 ; (...)
  • 9 Fouillé entre 1892 et 1895 par l’École Américaine d’Études Classiques, voir Waldstein 1902, ix, 70– (...)
  • 10 Fouillé par l’Institut Archéologique Autrichien en 1898 et 1899, voir Reicher et Wilhelm 1901 ; pou (...)
  • 11 Ce sont des figurines provenant des fouilles de 1861 à 1863, et peut-être aussi de celles de 1909–1 (...)
  • 12 Fouilles de 1890, voir Tsountas 1892 ; pour les terres cuites, 13–15.
  • 13 Pour les fouilles systématiques du Céramique par la Société Archéologique avant la remise de leur d (...)
  • 14 Pour les fouilles de P. Stamatakis à Tanagra, voir Petrakos 1987, 49, 71, 358 ; Κavvadias 2001, 34 (...)
  • 15 Pour les premières fouilles en Eubée, voir Petrakos 1987, 71, 95, 112, 120, 365–367 passim ; Chidir (...)
  • 16 Pour Ioannis Misthos et sa donation à l’état grec, entrée au musée en 1895, voir ci-dessous note 37 (...)

3Les premières figurines en terre cuite qui sont entrées au Musée National provenaient de toute la Grèce, même des régions qui se trouvaient encore sous domination étrangère5 (e.g. Crète et le Dodécanèse), ainsi que de l’Asie Mineure. Elles ont été trouvées dans des sanctuaires, comme l’Acropole d’Athènes6, le sanctuaire de Déméter à Eleusis7, le Kabirion de Thèbes8, l’Héraion d’Argos9, les sanctuaires d’Artémis à Lousoi d’Achaïe10, de Déméter et Koré à Aghios Sostis de Tégée11 et d’Apollon à Amyclai12. Elles provenaient aussi des fouilles de tombes (parfois menées légalement par des marchands-pilleurs d’antiquités), avec une majorité d’objets trouvés au Céramique d’Athènes13, à Tanagra14, Chalkis, Érétrie15 et Corinthe. S’y ajoutent les donations dont la plus importante est celle de Ioannis Misthos en 1889, comptant à peu près 1 125 figurines de l’Asie Mineure (surtout Myrina, Smyrne, Kymé, Tralles et Élaia)16. Enfin, de nombreuses terres cuites provenaient de confiscations, parfois même faites à l’étranger ou sur les bateaux qui les transportaient clandestinement.

  • 17 Loi ΒΧΜΣΤ´ de 1899 « Περί αρχαιοτήτων ». Voir Petrakos 2011, 17–18 ; Galanakis et Skaltsa 2012, 641 (...)
  • 18 Pour des références dans la presse de l’époque à ces marchands d’antiquités, parmi lesquels figurai (...)
  • 19 Fouillée par l’École Américaine en 1901, voir Weller 1903 ; pour les terres cuites, voir King 1903, (...)
  • 20 Fouillés entre 1897 et 1915, voir Theodoropoulou-Polychroniadis 2015, vii, 1–7, 17–28 ; pour les fi (...)
  • 21 Fouillés en 1902. Pour Berekla, voir brièvement Kourouniotis 1902 et Kourouniotis 1903, 169. Pour K (...)

4Au début du 20e siècle, quand les marchands d’antiquités ont été obligés par la loi d’inventorier leurs objets17, un nouveau phénomène est observé : celui des « pseudo-donations » de grandes collections d’antiquités au Musée National sous conditions. Les marchands vendaient à l’état les antiquités qui étaient jugées « nécessaires » pour l’enrichissement du Musée en recevant une petite rémunération, et en échange ils étaient libres de vendre le reste de leurs objets en payant seulement la taxe d’exportation pour ceux qui partaient pour l’étranger. Ainsi sont venues au Musée des collections comme celles de Α. Papademos, E. Geladakis, K. Drakopoulos, J.P. Lambros et A. Rhousopoulos18. Pendant la même période les trouvailles de la grotte de Pan à Vari19, et des sanctuaires d’Athéna et Poséidon à Sounion20, de Pan Nomios à Berekla et d’Artémis à Kotilon d’Arcadie21 ont été transportées au Musée. Notons enfin l’important legs de la Collection Petousis en 1907.

  • 22 Fouillées entre 1926 et 1928, voir Kyparissis 1924–25 ; Amandry et Martin 1947–48, 385–391 [S. Karo (...)
  • 23 Pour les fouilles gréco-danoises au Laphrion en 1926, 1928, 1932 et 1935, voir Poulsen et Rhomaios (...)
  • 24 Fouillé entre 1930 et 1933, voir Payne 1940, v ; pour les figurines en terre cuite, 191–255 [R.J.H. (...)
  • 25 Voir V. Sabetai, CVA Athens, Benaki Museum 1, 10–11.
  • 26 Pour Gr. Empedokles, le fondateur de la Banque Commerciale (Emporiki Trapeza), voir Tsourti – Toura (...)
  • 27 Pour la donatrice et la formation de sa collection, voir Zervoudaki 2009, 5–6.
  • 28 Pour Michail Vlastos et la donation faite, en accord avec ses souhaits, par le mari et les enfants (...)

5Plus tard, la collection a été enrichie avec des figurines provenant des tombes des Écuries Royales au centre d’Athènes22, du sanctuaire d’Artémis Laphria à Calydon23 et de l’Héraion à Perachora24. Les confiscations ont parallèlement continué, la plus importante étant celle du magasin d’antiquités de Théodore Zoumboulakis en 193825. La collection de Grigorios Empedokles en 195026, celle d’Hélène Stathatos en 195727 et la fameuse collection « Vlastos-Serpieri » en 198828, sont les dernières grandes donations au Musée.

  • 29 Voir par exemple Stasinopoulou-Kakarougka 2001–2004, 68, fig. 55.
  • 30 Voir par exemple Zervoudaki 1997, 9, pls. 7γ–στ et 9β–ζ.
  • 31 Fouilles d’Apostolos Arvanitopoulos à Demetrias (1906–1910, 1912, 1915–1916, 1921) et à Thèbes Phth (...)

6Depuis, l’agrandissement des collections du Musée National est médiocre, vu que les trouvailles des fouilles enrichissent désormais les Éphories d’Antiquités et les musées locaux : les achats sont très rares29, tandis que les donations et les confiscations livrent rarement des objets dignes de mention30, presque toujours sans contexte. Toutefois, de belles surprises peuvent se produire, comme l’identification en 2010 dans les réserves d’un grand nombre de figurines et protomés en terre cuite provenant des vieilles fouilles de Démétrias (sanctuaires de la Mère des Dieux et Pasikrata, Thesmophorion) et Thèbes Phtiotique (sanctuaire d’Athéna Polias)31.

Présentation dans l’exposition permanente

  • 32 Avronidaki et Vivliodetis 2010 ; Vivliodetis et Avronidaki 2013 ; Avronidaki et Vivliodetis 2009–20 (...)
  • 33 Stasinopoulou 2009, 5–7, fig. 11 ; Stasinopoulou 2010, 104–106.

7En 2009, environ 500 figurines de terre cuite sont présentées pour la première fois dans l’exposition permanente, au premier étage du Musée, dans les espaces de l’ancien Musée Numismatique (salles 58 et 59 ; Fig. 1)32. Inédites, elles proviennent toutes des réserves. Datant de la période géométrique à l’époque romaine, elles forment un petit mais représentatif échantillon de la très riche collection des terres cuites du Musée qui compte à peu près 8000 exemplaires. L’exposition a été conçue par l’ex-éphore de la Collection des Vases et d’Arts Mineurs Εlissavet Stasinopoulou, qui s’est appuyée sur les ateliers de production des figurines afin d’en révéler les caractéristiques particulières et le style33. Textes explicatifs, panneaux visuels et cartels viennent à l’appui du visiteur pendant son parcours.

Fig. 1. L’ancien Musée Numismatique

Photo Musée © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund

  • 34 Vivliodetis et Avronidaki 2013, 6–31.
  • 35 Fouilles de Constantinos Carapanos et de l’École Française en 1889. Voir Lechat 1891 ; les figurine (...)

8Dans la première salle34, les figurines sont exposées dans des vitrines contiguës, suivant la séquence chronologique et les ateliers (Fig. 2). Quelques productions particulières sont aussi représentées, comme les grandes figurines d’Artémis trouvées dans le petit sanctuaire de la déesse à Corfou35 et les reliefs méliens. Avant tout, on a jugé nécessaire de montrer de manière diachronique les techniques d’exécution et de décoration des figurines. Ainsi, au début de l’exposition, figurent les minéraux qui fournissent les couleurs des terres cuites, et, dans la première vitrine, les techniques de modelage et de moulage de divers périodes, représentées par des figurines modelées à la main, d’autres avec des corps montés au tour, des exemples moulés et des moules. Dans la même vitrine, pour mieux comprendre la polychromie des terres cuites, sont présentés des spécimens avec de vives couleurs et de la dorure (Fig. 3). Y fait suite la vitrine où se trouvent les figurines d’Attique, d’Eubée, de Béotie, du Péloponnèse et de Crète qui datent du 9e au 7e siècle. On observe les types caractéristiques attiques des femmes assises ou debout modelés à main libre, les chevaux et les idoles-cloches béotiennes, ainsi que les plaquettes crétoises. L’exposition se poursuit au 6e siècle avec les types dominants que sont les femmes assises sur des trônes provenant d’Attique et les figurines-planches béotiennes coiffées d’un haut polos surnommées « Pappades ». En regard sont présentées des créations contemporaines provenant des ateliers du Péloponnèse, où prennent place, entre autres, les paysans et les bergers du sanctuaire de Pan à Berekla d’Arcadie. On avance avec les figurines attiques du 5e siècle et – dans la même vitrine – avec des exemplaires corinthiens et crétois de la même période. Notons ici la présence de figurines à membres articulés. De l’autre côté de la salle on remarque avant tout les figurines béotiennes élaborées du 5e et de la première moitié du 4e siècle, surtout les femmes qui tiennent coffrets et bandelettes et les jeunes hommes portant généralement des coqs. Les pièces de la première salle de notre exposition impressionnent par la diversité des sujets et des types et la vivacité de leurs couleurs, et malgré leur modestie elles reflètent tout un monde. Ceci est manifeste dans les vitrines suivantes consacrées à la grande série des Tanagréennes (Fig. 4). Une place à part est occupée par des chefs d’œuvre de divers périodes et ateliers, placés dans trois vitrines au centre de la salle. Dans la première se trouve un assortiment de figurines béotiennes datées du 6e au 3e siècle av. J.-C. Dans la deuxième des protomés du 5e et 4e siècles. Dans la troisième vitrine sont placées des figurines du 2e et du 1er siècle av. J.-C., de grandes dimensions et d’une riche palette chromatique qui copient ou adaptent des types de grande sculpture.

Fig. 2. La première salle de la collection des figurines en terre cuite du Musée National d’Athènes (salle 58)

Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund

Fig. 3. Vitrine no 1 : les techniques

Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund

Fig. 4. Vitrine no 11 : Tanagréennes

Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund

  • 36 Vivliodetis et Avronidaki 2013, 32–46.
  • 37 Pour la biographie de Misthos et sa donation, voir Gkikaki 2012. Les figurines de Myrina de la coll (...)
  • 38 Pour les collections de l’étranger qui abritent des figurines en terre cuite provenant de Myrina, v (...)

9La deuxième salle36, qui est la plus impressionnante de l’exposition, est dominée par les figurines de Myrina, appartenant à la grande donation des terres cuites d’Asie Mineure faite à l’état grec par Ioannis Misthos (Fig. 5)37. Ce grand collectionneur installé à Smyrne a réussi en 1889, cinq ans après l’interdiction de l’exportation des antiquités de l’empire ottoman, et ensuite en 1892, d’envoyer clandestinement à Athènes la plus grande partie de sa collection. Au moment de sa mort brutale en 1895, il organisait un nouvel envoi de terres cuites en Grèce. Ces objets ont finalement abouti aux Musées Royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles, vendus en 1900 par la Banque Impériale Ottomane, qui en a pris possession après la mort de Misthos suivie des disputes familiales habituelles38.

Fig. 5. La deuxième salle de la collection (salle 59) : les figurines en terre cuite de Myrina (Collection Ioannis Misthos)

Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund

  • 39 Pour les Victoires de Myrina au Musée National, voir par exemple LIMC VI (1992) s.v. Nike, nos. 400 (...)
  • 40 Pour des Éros myrinéens au Musée National, voir par exemple LIMC IIΙ (1986) s.v. Eros, nos. 127b, 9 (...)
  • 41 Pour des exemples, voir LIMC II (1984) s.v. Aphrodite, nos. 297, 346, 406, 873, 1254 [Α. Delivorria (...)
  • 42 Pour des figurines d’Apollon provenant de Myrina au Musée National, voir LIMC II (1984) s.v. Apollo (...)
  • 43 Pour cet Éros puni, voir Zervoudaki 2003, 202–205, figs. 15–19.

10Les ateliers coroplathiques de Myrina initialement inspirés des productions béotiennes et attiques, et plus tard de celles d’Alexandrie et de Pergame, impressionnent par leur fraicheur, leur vivacité et leurs mouvements. Les chefs d’œuvre sont présentés dans cinq vitrines : des Victoires avec des draperies richement plissées qui soulignent la plasticité du corps (Fig. 6)39, des Éros éphèbes et enfants jouant avec des animaux, chevauchant des dauphins, luttant ou chassant (Fig. 7)40. Les types d’Aphrodite41, souvent représentée avec Éros, et ceux d’autres divinités, comme Apollon42, se classent parmi les plus belles créations des ateliers myrinéens. Dans le même esprit s’inscrivent les figurines d’hommes, que l’on interprète comme des danseurs et des musiciens. Dans les vitrines centrales deux exemples de grandes dimensions renvoient à des œuvres sculpturales plutôt que coroplathiques : le premier est un groupe d’ephedrismos du 2e siècle av. J.-C. et le deuxième un Éros, les mains liées derrière le dos, qui date de la fin du 2e / début du 1er siècle av. J.-C.43.

Fig. 6. Vitrine no 21 : les Victoires de Myrina

Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund

Fig. 7. Vitrine no 20 : les Éros de Myrina

Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund

11Des unités thématiques distinctes sont aussi présentées dans les deux salles de l’exposition : la dernière vitrine de la première salle est consacrée à la vie quotidienne (plutôt aux travaux agricoles et domestiques), au monde de l’enfance, et aussi à la musique et la danse (Fig. 8). Deux vitrines de la deuxième salle pénètrent dans l’univers du théâtre, avec des figurines d’acteurs et des masques, et au monde de la caricature avec des nains et des grotesques (Fig. 9).

Fig. 8. Vitrine no 14 : la vie quotidienne, l’enfance, la musique et la danse

Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund

Fig. 9 Vitrine no 24 : le théâtre

Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund

12Les figurines du Musée National d’Athènes, d’une extrême richesse de types, constituent de véritables études sur les costumes et l’embellissement, les postures et les mouvements, échos fréquents des types de la grande plastique. En même temps ils nous enseignent sur les détails techniques, les variations et l’usage des couleurs, et forment ainsi une source précieuse pour tous ceux qui s’intéressent à l’étude de la coroplathie grecque et à la civilisation grecque en général.

Top of page

Bibliography

Amandry, P. et R. Martin. 1947–48. « Chronique des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce en 1946 », BCH 71-72 : 382–422.

Avronidaki, C. et E. Vivliodetis. 2010. « Πήλινα ειδώλια », dans Εθνικό Αρχαιολογικό Μουσείο, 88–93. Athènes : Éditions Kapon.

Avronidaki, C. et E. Vivliodetis. 20092013. « Πήλινα ειδώλια (αίθ. 5859) », το Μουσείον 7 : 104106.

Baudat, B. 1953. « Terres cuites de l’École Française d’Athènes », BCH 77 : 1–45.

Banou, Ε.S. et L.K. Bournias. 2014. Kerameikos. Athènes : Olkos (http://www.latsis-foundation.org/eng/electronic-library/the-museum-cycle/kerameikos).

Burn, L. et R. Higgins. 2001. Catalogue of Greek Terracottas in the British Museum, III. Londres: The British Museum Press.

Burr, D. 1934. Terra-Cottas from Myrina in the Museum of Fine Arts, Boston. Vienne: Adolf Holzhausens Nachfolger.

Cavvadias, P. et G. Kawerau. 1906. Η ανασκαφή της Ακροπόλεως από του 1885 μέχρι του 1890/Die Ausgrabung der Akropolis vom Jahre 1885 bis zum Jahre 1890. Athènes : Hē en Athēnais Archaiologikē Hetaireia.

Chidiroglou, M. 2014. « Ειδώλια από την Εύβοια στο Εθνικό Αρχαιολογικό Μουσείο. Οι ομάδες των θεών και των ηθοποιών », dans Κοροπλαστική και μικροτεχνία στον αιγαιακό χώρο από τους γεωμετρικούς χρόνους έως και τη ρωμαϊκή περίοδο. Διεθνές Συνέδριο στη μνήμη της Ηούς Ζερβουδάκη, Ρόδος, 26-29 Νοεμβρίου 2009, ΙΙ, édité par A. Giannikouri, 2944. Athènes : Ministère de la Culture Hellénique.

Dyggve, E. et F. Poulsen. 1948. Das Laphrion, der Tempelbezirk von Kalydon. Copenhague: Munksgaard.

Gadolou, A. et G. Kavvadias. 2013. Η Συλλογή Βλαστού-Σερπιέρη. Eθνικό Αρχαιολογικό Μουσείο. Athènes : Tameio Archaiologikōn Porōn kai Apallotriōseōn.

Galanakis, Y. 2008. « Doing Business: Two Unpublished Letters from Athanasios Rhousopoulos to Arthur Evans in the Ashmolean Museum, Oxford », dans Essays in Classical Archaeology for Eleni Hatzivassiliou, 1977–2007, édité par D. Kurtz, C. Meyer, D. Saunders, A. Tsingarida, et N. Harris, 297–309. Oxford : Beazley Archive et Archaeopress.

Galanakis, Y. 2011. « An Unpublished Stirrup Jar from Athens and the 1871-2 Private Excavations in the Outer Kerameikos », BSA 106 : 167–200.

Galanakis, Y. et M. Nowak-Kemp. 2013. « Ancient Greek Skulls in the Oxford University Museum, Part II: The Rhousopoulos-Rolleston Correspondence », Journal of the History of Collections 25: 1–17 (https://doi.org/10.1093/jhc/fhq040).

Galanakis, Y. et S. Skaltsa. 2012. « Tomb Robbers, Art Dealers, and a Dikast’s Pinakion from an Athenian Grave », Hesperia 81 : 619–653. 

Gkikaki, M. 2012. « Ένας Γάλλος και ένας Έλληνας στη Σμύρνη του 19ου αι. », Μικρασιατική Ηχώ, mai-juin 2012: 67.

Hamdorf, F.W. et F. Leitmeir. 2014. Die figürlichen Terrakotten der Staatlichen Antikensammlungen München. Munich : Kunstverlag Josef Fink.

Jeammet, V. 2017. « Figurines de terre cuite et questions de muséographie », Les Carnets de l’ACoSt 16 : 1–12 (http://acost.revues.org/999).

Kaltsas, N. 2007. The National Archaeological Museum. Athènes: Olkos (http://www.latsis-foundation.org/eng/electronic-library/the-museum-cycle/the-national-archaeological-museum).

Kavvadias, G. 2001. « Οι πελίκες του 5ου αιώνα π.Χ. στο Εθνικό Αρχαιολογικό Μουσείο και το Corpus Vasorum Antiquorum », το Μουσείον 2 : 2936.

King, L.S. 1903. « The Cave at Vari, IV: Vases, Terra-cotta Statuettes, Bronzes, and Miscellaneous Objects », AJA 7 : 320–334.

Κokkou, A. 2009. Η μέριμνα για τις αρχαιότητες στην Ελλάδα και τα πρώτα μουσεία2. Athènes : Éditions Kapon.

Kokkou-Vyridi, K. 1999. Ελευσίς: Πρώιμες πυρές θυσιών στο Τελεστήριο της Ελευσίνος. Athènes: Hē en Athēnais Archaiologikē Hetaireia.

Κorka, E. (éd.) 2007. Ξένες Αρχαιολογικές Σχολές στην Ελλάδα από τον 19ο στον 21ο αιώνα/Foreign Archaeological Schools in Greece from the 19th to the 21st Century. Athènes: Ministère de la Culture Hellénique/Éditions Melissa.

Kourouniotis, K. 1902. « Aνασκαφή Ιερού Νομίου Πανός », PraktArchEt 57 : 72–75.

Kourouniotis, K. 1903. « Ανασκαφή εν Κωτίλω », ΑrchEph 42: 151–188.

Kyparissis, N. 1924-25. « Αι ανασκαφαί των Βασιλικών Στάβλων », ADelt 9, Parartēma: 68–72.

Lechat, H. 1891. « Terres cuites de Corcyre », BCH 15 : 1–112.

Leyenaar-Plaisier, P.G. 1979. Les terres cuites grecques et romaines. Catalogue de la collection du Musée national des antiquités à Leiden. Leiden : Rijksmuseum van Oudheden.

Mendel, G. 1908. Musées Imperiaux Ottomans. Catalogue des figurines grecques de terre cuite. Constantinople : Ahmed Ihsan.

Mollard-Besques, S. 1963. Musée du Louvre et Collections des Universités de France. Catalogue raisonné des figurines et reliefs en terre-cuite grecs et romains, II. Myrina. Paris : Éditions des Musées Nationaux.

Papaggeli, K. 2002. Elefsis: The Archaeological Site and the Museum. Athènes: Olkos (http://www.latsis-foundation.org/eng/electronic-library/the-museum-cycle/elefsis-the-archaeological-site-and-the-museum).

Papalexandrou, N. 2010. « Beyond the Acropolis: New Installations of Greek Antiquities in Athenian Museums », AJA 114 : 549–556.

Payne, H. 1940. Perachora. The Sanctuaries of Hera Akraia and Limenia, I. Oxford: Clarendon Press.

Petrakos, V.Chr. 1987. Η εν Αθήναις Αρχαιολογική Εταιρεία. Η ιστορία των 150 χρόνων της 18371987. Athènes : Hē en Athēnais Archaiologikē Hetaireia.

Petrakos, V.Chr. 1998. « Η ανασκαφή του Κεραμεικού από την Αρχαιολογική Εταιρεία », Ο Μέντωρ 48: 119145.

Petrakos, V.Chr. 2011. Η εν Αθήναις Αρχαιολογική Εταιρεία: Οι αρχαιολόγοι και οι ανασκαφές 18372011. Κατάλογος Εκθέσεως. Athènes : Hē en Athēnais Archaiologikē Hetaireia.

Philadelpheus, A. 1928. Πήλινα ειδώλια εκ Μυρίνης: Συλλογή Ι. Μισθού εν τω Εθνικώ Μουσείω Αθηνών. Athènes: Eleutheroudakis.

Picaud, S. 2002. « Étude des figurines et bas-reliefs en terre cuite de la collection Misthos aux Musées Royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles », (thèse de Doctorat inédite). Université Toulouse-Le Mirail.

Poulsen, F. et K. Rhomaios. 1927. Erster vorläufiger Bericht über die dänisch-griechischen Ausgrabungen von Kalydon. Copenhague : A.F. Høst & Søn.

Preka-Alexandri, K. 1991. « Αναθηματικά ειδώλια και λατρεία της Αρτέμιδος στην Κέρκυρα », (thèse de Doctorat inédite). Louvain-la-Neuve.

Reichel, W. et A. Wilhelm. 1901. « Das Heiligthum der Artemis zu Lusoi », ÖJh 4: 189.

Rhomaios, K. 1906. « Ευρήματα ανασκαφής του επί της Πάρνηθος άντρου », ΑrchEph 45: 89116.

Schmaltz, B. 1974. Das Kabirenheiligtum bei Theben, V. Terrakotten aus dem Kabirenheiligtum bei Theben. Berlin : Walter de Gruyter & Co.

Schörner, G. et H.R. Goette. 2004. Die Pan-Grotte von Vari. Mainz am Rhein: Philipp von Zabern.

Stamatopoulou, M. 2012. « The Archives of A.S. Arvanitopoulos (18741942) and their Importance for the Study of Thessalian Archaeology », dans Αρχαιολογικό Έργο Θεσσαλίας και Στερεάς Ελλάδας 3. Πρακτικά επιστημονικής συνάντησης, Βόλος, 12.315.3.2009, Ι, édité par A.A. Mazarakis-Ainian, 1729. Volos: Ergastērio Archaiologias Panepistēmiou Thessalias/Ministère de la Culture et du Tourisme.

Stamatopoulou, M. 2014. « The Pasikrata Sanctuary at Demetrias and the Alleged Funerary Sanctuaries of Thessaly: A Re-appraisal », Kernos 27: 207–255 (http://kernos.revues.org/2281).

Stasinopoulou-Kakarougka, E. 2001-2004. « Εθνικό Αρχαιολογικό Μουσείο. Συλλογή Αγγείων και Μικροτεχνίας, 2003 », ADelt 56-59, Chron.: 6869.

Stasinopoulou, E. 2009. « Εθνικό Αρχαιολογικό Μουσείο. Συλλογή Αγγείων και Μικροτεχνίας », ADelt 64, Chron.: 510.

Stasinopoulou, E. 2010. « Εθνικό Αρχαιολογικό Μουσείο. Μορφές και Ανταύγειες - Η έκθεση των Συλλογών Μικροτεχνίας της Συλλογής Αγγείων », Αρχαιολογία και Τέχνες 117: 104111.

Theodoropoulou-Polychroniadis, Z. 2015. Sounion Revisited: The Sanctuaries of Poseidon and Athena at Sounion in Attica. Oxford: Archaeopress.

Tsountas, Chr. 1892. « Εκ του Αμυκλαίου », ΑrchEph 31: 1–26.

Vivliodetis, E. et C. Avronidaki. 2013. Tα πήλινα ειδώλια. Eθνικό Αρχαιολογικό Μουσείο. Athènes: Tameio Archaiologikōn Porōn kai Apallotriōseōn.

Tsourti, E., Touratsoglou, I. et V. Penna. 2001. « Νομισματικές Συλλογές και Δωρητές », dans Νομίσματα και Νομισματική, 2847. Athènes: Tameio Archaiologikōn Porōn kai Apallotriōseōn.

Waldstein, C. 1902. The Argive Heraeum, I. Boston/ New York : Houghton, Mifflin and Company.

Waldstein, C. 1905. The Argive Heraeum, II. Boston/ New York : Houghton, Mifflin and Company.

Weller, C.H. 1903. « The Cave at Vari, I. Description, Account of Excavation, and History », AJA 7 : 263–288.

Wolters, P. et G. Bruns. 1940. Das Kabirenheiligtum bei Theben I. Berlin: Verlag Walter de Gruyter & Co.

Zervoudaki, E. 1997. « Εθνικό Αρχαιολογικό Μουσείο. Συλλογή Αγγείων και Μικροτεχνίας », ADelt 52, Chron.: 59.

Zervoudaki, E. 2003. « Ο δέσμιος Έρως. Μικρή συμβολή σε ένα ελληνιστικό θέμα », dans Επιτύμβιον Gerhard Neumann, édité par D. Damaskos, 197211. Athènes: Musée Benaki.

Zervoudaki, E. 2009. Η Συλλογή Σταθάτου. Eθνικό Αρχαιολογικό Μουσείο. Athènes: Tameio Archaiologikōn Porōn kai Apallotriōseōn.

Zoridis, P. 1977. « Η σπηλιά των Νυμφών της Πεντέλης », ΑrchEph 116, Chron.: 411.

Top of page

Endnote

1 Le présent texte constitue la version développée d’une présentation faite lors de la Journée d’étude internationale « Terres cuites grecques et romaines : 20 ans d’étude et de restauration », organisée par le C2RMF et le Musée du Louvre, le 17–18 novembre 2016. Nous voudrions remercier les organisateurs pour l’invitation d’y participer, et en particulier Violaine Jeammet qui a aussi corrigé notre texte français. Cependant, toute erreur est, uniquement, notre responsabilité.

2 Pour ce transfert, qui, selon les inventaires du Musée, a été complété en 1895, voir Petrakos 1987, 81 ; Kokkou 2009, 176–178, 187–188, 246–248.

3 Les premières mesures contre l’exportation clandestine d’antiquités sont dues à I. Kapodistrias (1828–1831), voir Kokkou 2009, 48–56 ; Petrakos 2011, 8–9.

4 Première Loi Archéologique de 1834. Voir Petrakos 1987, 49 ; Galanakis 2011, 186–187 ; Petrakos 2011, 9–10 ; Galanakis et Skaltsa 2012, 638–639.

5 La Macédoine excepté.

6 Pour la grande fouille sur l’Acropole (1885–1890), voir Cavvadias et Kawerau 1906, 19–46. Les figurines en terre cuite modelées à la main de l’Acropole abritées au Musée National seront publiées par V. Georgaka.

7 Elles proviennent des fouilles ininterrompues de Philios au sanctuaire entre 1882 et 1894 (Petrakos 1987, 62, 347 ; Papaggeli 2002, 48). Quelques unes des ces figurines ont été publiées par Κokkou-Vyridi (1999, 67, 254–256).

8 Fouillé entre 1887 et 1889 par l’Institut Archéologique Allemand, voir Wolters et Bruns 1940, 1–7 ; pour les terres cuites, voir Schmaltz 1974. Pour un aperçu de l’activité des Écoles Étrangères en Grèce, voir Korka 2007 ; Petrakos 2011, 39–44.

9 Fouillé entre 1892 et 1895 par l’École Américaine d’Études Classiques, voir Waldstein 1902, ix, 70–84 ; pour les terres cuites, voir Waldstein 1905, 3–44 [C. Waldstein – G.H. Chase].

10 Fouillé par l’Institut Archéologique Autrichien en 1898 et 1899, voir Reicher et Wilhelm 1901 ; pour les terres cuites, 37–44.

11 Ce sont des figurines provenant des fouilles de 1861 à 1863, et peut-être aussi de celles de 1909–1910. Pour les rapports des fouilles, voir Petrakos 1987, 43, 92, 112, 349 (où les citations correctes sont: AE 1862, 241–244 et ΠΑΕ 1909 [et pas 1900], 64, 300–301, 316–318). Les figurines en terre cuite d’Aghios Sostis seront publiées par A. Karapanagiotou et I. Leventi. 

12 Fouilles de 1890, voir Tsountas 1892 ; pour les terres cuites, 13–15.

13 Pour les fouilles systématiques du Céramique par la Société Archéologique avant la remise de leur direction en 1913 à l’Institut Allemand par l’arrêté du Ministère de l’Éducation, voir Petrakos 1998 ; Banou et Bournias 2014, 20–23.

14 Pour les fouilles de P. Stamatakis à Tanagra, voir Petrakos 1987, 49, 71, 358 ; Κavvadias 2001, 34 note 50, avec l’ancienne bibliographie.

15 Pour les premières fouilles en Eubée, voir Petrakos 1987, 71, 95, 112, 120, 365–367 passim ; Chidiroglou 2014, 29 et note 1, avec l’ancienne bibliographie. Les figurines en terre cuite du Musée provenant d’Eubée (Chalkis, Érétrie, Karystos) seront publiées par M. Chidiroglou.

16 Pour Ioannis Misthos et sa donation à l’état grec, entrée au musée en 1895, voir ci-dessous note 37.

17 Loi ΒΧΜΣΤ´ de 1899 « Περί αρχαιοτήτων ». Voir Petrakos 2011, 17–18 ; Galanakis et Skaltsa 2012, 641.

18 Pour des références dans la presse de l’époque à ces marchands d’antiquités, parmi lesquels figuraient des membres illustres de la société, voir https://digital.lib.auth.gr/collection/Archaeological%20events%20in%20Greek%20press%20%281832-1932%29?ln=en. Pour le numismatiste J.P. Lambros, voir brièvement Megalē Hellēnikē Enkyklopaideia s.v. Λάμπρος, Ιωάννης ; Galanakis et Nowak-Kemp 2013, 14–15 note 50. Pour le professeur d’Archéologie A. Rhousopoulos, voir Galanakis 2008 et Galanakis et Nowak-Kemp 2013. Aussi Galanakis 2011 ; Galanakis et Skaltsa 2012, passim.

19 Fouillée par l’École Américaine en 1901, voir Weller 1903 ; pour les terres cuites, voir King 1903, 328–333. Cf. Schörner et Goette 2004, 78–90. Pour le petit nombre des figurines en terre cuite provenant d’autres grottes d’Attique (Grotte de Pan de Parnētha et Grotte des Nymphes de Penteli) au Musée National, voir Rhomaios 1906, 108–109 et Zoridis 1977, 9.

20 Fouillés entre 1897 et 1915, voir Theodoropoulou-Polychroniadis 2015, vii, 1–7, 17–28 ; pour les figurines en terre cuite, 29–58.

21 Fouillés en 1902. Pour Berekla, voir brièvement Kourouniotis 1902 et Kourouniotis 1903, 169. Pour Kotilon, voir Kourouniotis 1903 ; pour les terres cuites, 169–172.

22 Fouillées entre 1926 et 1928, voir Kyparissis 1924–25 ; Amandry et Martin 1947–48, 385–391 [S. Karouzou].

23 Pour les fouilles gréco-danoises au Laphrion en 1926, 1928, 1932 et 1935, voir Poulsen et Rhomaios 1927 ; Dyggve et Poulsen 1948. Les figurines en terre cuite du sanctuaire seront publiées par S. Barfoed.

24 Fouillé entre 1930 et 1933, voir Payne 1940, v ; pour les figurines en terre cuite, 191–255 [R.J.H. Jenkins].

25 Voir V. Sabetai, CVA Athens, Benaki Museum 1, 10–11.

26 Pour Gr. Empedokles, le fondateur de la Banque Commerciale (Emporiki Trapeza), voir Tsourti – Touratsoglou – Penna 2001, 42 [E.Tsourti] et http://www.namuseum.gr/object-month/2010/jan/jan10-donor-gr.html.

27 Pour la donatrice et la formation de sa collection, voir Zervoudaki 2009, 5–6.

28 Pour Michail Vlastos et la donation faite, en accord avec ses souhaits, par le mari et les enfants de sa fille, Penelope-Ioulia Serpieri, voir Gadolou et Kavvadias 2013, 5–15.

29 Voir par exemple Stasinopoulou-Kakarougka 2001–2004, 68, fig. 55.

30 Voir par exemple Zervoudaki 1997, 9, pls. 7γ–στ et 9β–ζ.

31 Fouilles d’Apostolos Arvanitopoulos à Demetrias (1906–1910, 1912, 1915–1916, 1921) et à Thèbes Phthiotique (1907–1908), voir Petrakos 1987, 359 ; Petrakos 2011, 160. Pour l’identification du matériel au Musée National grâce aux archives d’Arvanitopoulos, voir Stamatopoulou 2009, 20–21 et note 39, 21–22, 23–24 et note 64 ; Stamatopoulou 2014, 209 note 5 ; les terres cuites seront publiées par M. Stamatopoulou et S. Ieremias.

32 Avronidaki et Vivliodetis 2010 ; Vivliodetis et Avronidaki 2013 ; Avronidaki et Vivliodetis 2009–2013. Pour un compte rendu critique, voir Papalexandrou 2010, 550. Les figurines en terre cuite préhistoriques sont exposées dans les salles du Musée dédiées à la Préhistoire. Cf. Jeammet 2017, 3–8 pour le Musée du Louvre (référence au Musée National d’Athènes, 7, fig. 5).

33 Stasinopoulou 2009, 5–7, fig. 11 ; Stasinopoulou 2010, 104–106.

34 Vivliodetis et Avronidaki 2013, 6–31.

35 Fouilles de Constantinos Carapanos et de l’École Française en 1889. Voir Lechat 1891 ; les figurines du Musée National sont aussi comprises dans Preka-Alexandri 1991 (non vidimus).

36 Vivliodetis et Avronidaki 2013, 32–46.

37 Pour la biographie de Misthos et sa donation, voir Gkikaki 2012. Les figurines de Myrina de la collection Misthos seront publiées par C. Avronidaki et E. Vivliodetis. Cf. Philadelpheus 1928.

38 Pour les collections de l’étranger qui abritent des figurines en terre cuite provenant de Myrina, voir Burr 1934, V. Voir par exemple, Istanbul : Mendel 1908, 278–440 nos. 2274–2977 ; Paris : Mollard-Besques 1963 ; Bruxelles : Picaud 2002 ; Boston : Burr 1934 ; Munich : Hamdorf et Leitmeir 2014, 398–415 nos. E 121–E 173 ; Londres : Burn et Higgins 2001, 113–126 nos. 2269–2302 ; Leiden : Leyenaar-Plaisier 1979, 253–363 nos. 668–1008. Pour la petite collection des terres cuites de Myrina à l’École Française d’Athènes, voir Baudat 1953, 1–37.

39 Pour les Victoires de Myrina au Musée National, voir par exemple LIMC VI (1992) s.v. Nike, nos. 400, 437, 462, 463, 478, 497, 515 [U. Grote].

40 Pour des Éros myrinéens au Musée National, voir par exemple LIMC IIΙ (1986) s.v. Eros, nos. 127b, 961 [H. Cassimatis].

41 Pour des exemples, voir LIMC II (1984) s.v. Aphrodite, nos. 297, 346, 406, 873, 1254 [Α. Delivorrias].

42 Pour des figurines d’Apollon provenant de Myrina au Musée National, voir LIMC II (1984) s.v. Apollon, no. 118, ad 227 [O. Palagia].

43 Pour cet Éros puni, voir Zervoudaki 2003, 202–205, figs. 15–19.

Top of page

List of illustrations

Credits Photo Musée © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1130/img-1.png
File image/png, 356k
Credits Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1130/img-2.jpg
File image/jpeg, 176k
Credits Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1130/img-3.jpg
File image/jpeg, 180k
Credits Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1130/img-4.jpg
File image/jpeg, 148k
Credits Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1130/img-5.jpg
File image/jpeg, 200k
Credits Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1130/img-6.jpg
File image/jpeg, 124k
Credits Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1130/img-7.jpg
File image/jpeg, 140k
Credits Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1130/img-8.jpg
File image/jpeg, 168k
Credits Photo I. Miari © Hellenic Ministry of Culture and Sports/Archaeological Receipts Fund
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/1130/img-9.jpg
File image/jpeg, 137k
Top of page

References

Electronic reference

Christina Avronidaki and Evangelos Vivliodetis, « La collection des figurines en terre cuite du Musée National d’Athènes : formation et muséographie », Les Carnets de l’ACoSt [Online], 17 | 2018, Online since 10 April 2018, connection on 14 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/acost/1130 ; DOI : 10.4000/acost.1130

Top of page

About the authors

Christina Avronidaki

Musée National d’Athènes
gianavro@otenet.gr

Evangelos Vivliodetis

Direction Spéciale pour la Promotion et la Mise en Valeur du Patrimoine Culturel et de la Création Contemporaine. Ministère Hellénique de la Culture et des Sports
ev.vivliodetis@hotmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les Carnets de l'ACoSt est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Association for Coroplastic Studies
  • OpenEdition Journals