Skip to navigation – Site map

HomeNuméros21News and NotesStatuettes en terre cuite de l’ép...

News and Notes

Statuettes en terre cuite de l’époque hellénistique en Italie : Production et variations

Sophie Féret

Abstract

Ma recherche est centrée sur la construction d’une typologie des statuettes en terre cuite de l’époque hellénistique, et principalement celles qui datent des IIIe et IIe siècles av. n.è. en Italie. Celles-ci se caractérisent par un renouvellement iconographique des figurines génériques, sans attribut, dont les plus emblématiques sont les représentations de femmes drapées, appelées aussi « tanagréennes ».

My research is focused on building a typology for terracotta figurines of the Hellenistic era, more specifically those dating back to the third and second centuries B.C.E. in Italy. These generic figurines, with no specific characteristics, feature a renewal in statuette iconography. The most emblematic ones usually represent women wrapped in veils, also called Tanagra figurines.

Top of page

Full text

« Tout classement est supérieur au chaos ; et même un classement au niveau des propriétés sensibles est une étape vers un ordre rationnel »

Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, 1962

  • 1 Chronique de l’exposition du musée Campana au Palais de l’Industrie à Paris en 1862 (Bulletin monum (...)

1En 1862, Arcisse de Caumont écrivait : « La terre cuite, c’est la monnaie courante de la statuaire grecque, c’est l’esquisse rapide, c’est la représentation à bon marché des œuvres de bronze et de marbre »1. Le moulage est, en ce sens, un des premiers exemples de fabrication et de diffusion d’images en nombre car il a cette capacité de reproduire mécaniquement des objets. Par le matériau et le procédé, les artisans ont les moyens de multiplier des objets similaires. Aussi, la coroplathie se situe, dans son rapport à l’idée de création, entre l’artisanat et une forme de proto-industrie dont les produits sériels sont standardisés pour répondre à une consommation de masse.

2Du point de vue archéologique, ces terres cuites abondent là où elles ont été utilisées (nécropoles, et surtout sanctuaires), alors même que les lieux de productions restent fugaces. Ces grandes quantités de fragments sont de formidables témoins de la culture matérielle, tout en étant un frein pour leur approche globale. Ce constat a motivé ma recherche fondée sur la construction d’une typologie qui permettrait de mieux cerner ces objets multiples dans leur répétitivité et dans leur diversité. Son objectif est de proposer de nouvelles grilles de lecture et des instruments de recherche (catalogue raisonné et base de données relationnelle) exploitables à une large échelle.

3L’Italie hellénistique a constitué le terrain d’enquête de ma thèse (fig. 1-2). Le corpus est formé de 3225 statuettes dont les provenances et les contextes archéologiques sont connus. La comparaison entre des objets issus de plusieurs horizons culturels (grecs, italiques, romains, étrusques) met en lumière la circulation et surtout l’appropriation de modèles d’origine grecque. En effet, le style dit « de Tanagra » commun à la koinè hellénistique fut largement adopté en Italie. Comme mobilier funéraire dans les tombes ou comme offrandes votives dans les sanctuaires, les tanagréennes côtoient d’autres expressions plastiques (bustes, ex-voto anatomiques…). Ces statuettes se caractérisent par un manque évident d’attributs iconographiques. La formule, ô combien passe-partout, « figure féminine drapée » est utilisée pour les désigner.

Fig. 1 – Contexte interprétatif des sites

Fig. 1 – Contexte interprétatif des sites

Crédit : Sophie Féret

Fig. 2 – Nombre de statuettes par site

Fig. 2 – Nombre de statuettes par site

Crédit : Sophie Féret

4Proposer une typologie de ces figurines génériques implique de s’affranchir des critères iconographiques habituels pour s’attacher à leur forme : à la pondération, aux attitudes, au vêtement (cf. extrait du catalogue). Une typologie morphologique permet de mieux apprécier les variations stylistiques, les multiples versions données à une même forme (fig. 3), la diversité des assemblages et des finitions (têtes, accessoires, bases, polychromie…) qui individualisent les figurines. Cette lecture facilite aussi les comparaisons avec d’autres productions artisanales exploitant les mêmes modèles. C’est le cas, par exemple, avec la petite plastique en bronze (fig. 4).

Fig. 3 – Exemples de diagramme de dérivation en série

Fig. 3 – Exemples de diagramme de dérivation en série

Crédit : MiBACT (Ministero per Beni e le attività culturali e per il turismo) ; Photos : Sophie Féret

Fig. 4 – Comparaisons entre la statuette en bronze du sanctuaire de Sepino et des figurines en terre cuite dont les vêtements et les attitudes sont équivalentes

Fig. 4 – Comparaisons entre la statuette en bronze du sanctuaire de Sepino et des figurines en terre cuite dont les vêtements et les attitudes sont équivalentes

Crédit : MiBACT

5Ce classement autorise une analyse susceptible de donner davantage de sens à des objets dépourvus d’apparentes significations, enchevêtrés dans une sérialité des formes d’où émergent parfois certaines singularités. Quelles aient été découvertes dans des sanctuaires ou dans des nécropoles, ces statuettes revêtent une matérialité religieuse, du moins un sens symbolique, renforcé par le caractère répétitif des images. Cette réflexion comporte des développements sur les principales échelles de production de ces figurines et sur l’interprétation des images selon leurs contextes.

6Au-delà de la mise en ordre des connaissances, quelle est la finalité de cette entreprise ? Premièrement, d’offrir à la communauté scientifique des instruments de recherche comme une base de données ou des planches typologiques (appendice 1), permettant d’identifier et de mieux appréhender la grande masse des figurines hellénistiques dont la présence est parfois minimisée, pour la simple raison qu’elles laissent l’impression confuse d’être toujours plus ou moins identiques mais jamais rigoureusement semblables. Cette simple mise en ordre des connaissances permet plus largement, d’interroger nos schémas interprétatifs sous l’angle du multiple. En effet, le dépôt d’objets en multiple est à la fois ce qui entrave les études de ces terres cuites hellénistiques mais également ce qui les caractérise le mieux. Cette problématique du multiple questionne le champ des connaissances en l’histoire de l’art, dans le rapport standardisation vs invention, et celui du fait religieux, dans l’interprétation données aux pratiques votives.

Appendice 1 : Extrait de la typologie

Cet extrait du catalogue donne un premier aperçu de l’organisation de cette typologie morphologique des figurines hellénistiques, des critères de description et des différents niveaux de classement. Il permet également de présenter, même brièvement, les différents outils graphiques développés (dessins, planches typologiques).

7A141 Fig. debout drapée, manteau maintenu par le bras droit à la naissance du cou, bras gauche le long du corps. La jambe droite est portante.

8Types A141a à A141f.

9Attributs et accessoires : Eros.

10Figure féminine drapée. La jambe droite est portante. Le bras droit est plié assez haut sur le buste. Dans la plupart des cas, le manteau couvre la tête (sauf 353).

11Le type A141a a été identifié dans des tombes de la côte ionienne (Héraclée, Tarente, Torre dell’Ovo). Le type A141b en est une interprétation filiforme.

12Le type A141c se compose d’une petite série de figurines trouvées à Satricum.

13Ce groupe trouve son corolaire parmi un groupe iconographique d’Alexandrie sans pour autant qu’on puisse relier précisément les séries entre elles (Kassab 2007, n° 22, 23, 24, 148, 149, 90, 196).

341. Héraclée – Policoro  Nécropole méridionale, tombe 23, lotto 228. Funéraire. Sur la base de comparaisons avec Bell 1981 (Morgantina n°382/85). Datation proposée par Bell (second quart du IIIe siècle av. n.è.) ; Pianu 1990, Tombe 64, p. 78-79, fig. 1, pl. XXXII.

Type A141a : 1 exemplaire. Hteur totale : 14,4 cm. Tête : Voile.

342. Tarente - Contrada Vaccarella, Prop. De Tullio, tombe 128 (12/08/1915). Funéraire. B1-C1. (325-225 av. n.è.). Graepler 1997, tombe 24, p. 116, fig. 256.

Type A141a+2 : 1 exemplaire. Hteur totale : 11,7 cm. Tête : Voile.

343. Torre dell'Ovo – Lieu-dit Monacizzo – Tombe 4. Funéraire. Palumbo 1986, p. 109, n °538, pl. XXIV. Type A141a+2 : 1 exemplaire. Hteur totale : 10 cm. Attribut : Eros. Tête : Voile.

344. Capoue. Votif. Baroni, Casolo 1990, p. 129, pl. VI,3.

Type A141b : 1 exemplaire. Hteur totale : 13,5 cm. Pour comparaisons, voir une figurine du Musée Gréco-romain d'Alexandrie (inv. 21937, D. Kassab, in Tanagra Mythe et archéologie, 246).

345-347. Satricum. Votif. Van Tongeren 1983, p. 82-83, type A15bii, pl. 2.

Type A141c : 3 exemplaires. Hteur totale : 13,7 cm. Tête : Voile.

348. Satricum. Votif. Inédit.

Type A141c : 1 exemplaire. Hteur totale : 6 cm. Fragment. Argile brun rouge.

Top of page

Notes

1 Chronique de l’exposition du musée Campana au Palais de l’Industrie à Paris en 1862 (Bulletin monumental 8, 579).

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 – Contexte interprétatif des sites
Credits Crédit : Sophie Féret
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/2643/img-1.jpg
File image/jpeg, 276k
Title Fig. 2 – Nombre de statuettes par site
Credits Crédit : Sophie Féret
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/2643/img-2.jpg
File image/jpeg, 232k
Title Fig. 3 – Exemples de diagramme de dérivation en série
Credits Crédit : MiBACT (Ministero per Beni e le attività culturali e per il turismo) ; Photos : Sophie Féret
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/2643/img-3.jpg
File image/jpeg, 133k
Title Fig. 4 – Comparaisons entre la statuette en bronze du sanctuaire de Sepino et des figurines en terre cuite dont les vêtements et les attitudes sont équivalentes
Credits Crédit : MiBACT
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/2643/img-4.jpg
File image/jpeg, 199k
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/2643/img-5.jpg
File image/jpeg, 114k
URL http://journals.openedition.org/acost/docannexe/image/2643/img-6.jpg
File image/jpeg, 153k
Top of page

References

Electronic reference

Sophie Féret, « Statuettes en terre cuite de l’époque hellénistique en Italie : Production et variations », Les Carnets de l’ACoSt [Online], 21 | 2020, Online since 15 December 2020, connection on 19 April 2021. URL : http://journals.openedition.org/acost/2643 ; DOI : https://doi.org/10.4000/acost.2643

Top of page

About the author

Sophie Féret

Docteur à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne
sofiferet@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les Carnets de l'ACoSt est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Association for Coroplastic Studies
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search