Navigation – Plan du site

Récits concurrents dans la monarchie austro-hongroise : politique et visions de l’histoire (1867-1914)

Thèse soutenue le 18 octobre 2019
Imre Tarafas

Texte intégral

1Thèse en co-tutelle dirigée par Marie-Vic Ozouf-Marignier (EHESS) et Gábor Czoch (Eötvös Loránd University), devant un jury composé de Marie-Elizabeth Ducreux (CNRS), Jacques Le Rider (EPHE), Gergely Romsics (Académie hongroise des sciences de Budapest) et Gábor Sonkoly (Eötvös Loránd University).

2Résumé : L’objectif de la thèse est l’analyse comparative des historiographies austro-allemande et hongroise, en effleurant l’historiographie tchèque, entre 1867 et 1914. Les questions fondamentales de la légitimité de l’empire supranational et de la coexistence des sociétés nationales ayant un passé conflictuel sont examinées dans les différents Grands récits. Les sources principales sont les Grands récits austro-allemand, hongrois et tchèque, publiés entre 1867 et 1914 avec le but de façonner la mémoire collective directement. Les représentations réciproques des rôles et missions historiques, ainsi que l’utilisation des notions-clés relatives à la loyauté politique y sont examinées. La question principale est de savoir dans quelle mesure ces Grands récits historiques sont compatibles les uns avec les autres, et de voir s’ils offrent un pacte mémoriel permettant la coexistence au sein d’un empire commun. Pour répondre à cette question, il ne suffit pas de s’en remettre aux Grands récits ; les différents raisonnements historiques des pamphlets politiques austro-allemands et hongrois de l’époque traitant l’arrangement dualiste sont analysés en effleurant les Tchèques, ainsi que les buts idéologiques de la science historique chez ces trois groupes. Dans le cas hongrois et austro-allemand, l’usage des notions-clés comme nation, nationalité, Vaterland, Gesamtstaat ou encore Östrerreich, est également analysé. Dans la deuxième partie de la thèse, nous examinons comment la discipline, qui a revendiqué avec de plus en plus de succès, le droit du discours légitime sur le passé, se rapportait, d’une manière plutôt implicite, aux constructions historiques différentes de la sphère politique. Les catégories les plus importantes de l’analyse sont, au-delà du pacte mémoriel, le canon et le master narratif. La conclusion la plus importante est que, dans les Grands récits hongrois, les principaux éléments du master narrative des hommes politiques indépendantistes prévalent, chez l’« aulique » Fraknói aussi bien que chez l’indépendantiste Acsády. De plus, l’ordre des valeurs trouvées dans les récits hongrois donne une place centrale à l’indépendance. Chez les auteurs austro-allemands, c’est la diversité qui saute aux yeux lors de l’analyse des sources. Nous n’y trouvons pas de consensus même à propos de plusieurs notions de base (comme, par exemple, le Gesamtstaat). Pour cette raison, il ne s’agit pas de transmettre une quelconque idéologie impériale dépassée, mais plutôt de l’absence d’une idéologie impériale uniformément transmise, bien qu’il n’y ait pas de sentiment anti-autrichien ouvert non plus. L’image de l’Autriche chez l’auteur tchèque examiné, Josef Pekař, est essentiellement identique à celle de František Palacký qui insiste sur un arrangement fédéral et sur la reconnaissance de l’État tchèque. En même temps, on ne peut pas démontrer une sympathie envers les Slaves de Hongrie chez Pekař. En examinant les rapports des Grands récits entre eux, on constate que les récits impériaux n’ont pas servi de master narratif pour les auteurs hongrois ou tchèques. Pour cela, les interprétations du passé par les historiens examinés étaient trop diverses et s’opposaient même dans des questions fondamentales. Ainsi, un pacte mémoriel n’a pas pu naître. De plus, l’incertitude conceptuelle des récits impériaux nous rappelle de ne pas exagérer la thèse de la viabilité de l’Empire, suggérée récemment par plusieurs auteurs éminents.

3Mots clés : nationalisme, histoire de la monarchie austro-hongroise, historiographie hongroise au 19e siècle, historiographie autrichienne au 19e siècle, historiographie tchèque au 19e siècle, identité autrichienne, master narrative, pacte mémoriel.

4Title: Rival Historical Narratives in the Austro-Hungarian Empire: Politics and Visions of History (1867-1914).

5Abstract: The purpose of the thesis is a comparative analysis of Austro-German and Hungarian historiographies with a glance at Czech historiography between 1867 and 1914. The basic question of the legitimacy of the supra-national empire and those of the co-existence of national societies with conflicts in the past are examined in the various historical narratives. The main sources are the Austro-German, Hungarian and Czech Grand récits published between 1867 and 1914 with the aim of directly shaping collective memory. The representations of the historical role and mission of each other and their views of key notions relating to political loyalty are examined. The main questions are aimed at determining to what extent these historical narratives are compatible with each other, and whether they provide a pacte mémoriel permitting the co-existence within a common empire. To assess this question, it is not enough to rely on historical narratives ; therefore the historical reasoning of Austro-German and Hungarian pamphlets, discussing the dualistic arrangement are also analysed, with a glance at the Czechs. In the Hungarian and Austro-German contexts, the contemporary use of such key notions of political loyalty as nemzet, Vaterland, Mutterland or Österreich is also presented. The second part of the thesis analyses the ways in which historiography, which vindicated the right to the legitimate discourse on the past, approached these different historical constructions, mainly implicitly. The main concepts of the analysis were those of the canon, the master narrative and the pacte mémoriel. According to the main results of the research, in the Hungarian Grand Récits, the essential element of the independentists’ master narrative prevails over that of the partisans of the Ausgleich. This is true of Vilmos Fraknói, an author loyal to the dynasty and Austria, as well as of Ignác Acsády, who is leaning towards an independentist world view. Moreover, the scale of values found in these works place the independence as the most valuable possession of a nation. In the case of the Austro-German authors, the diversity of the corpus was striking, even in the case of basic notions (such as the Gesamtstaat) no consensus could be detected. In the work of the Czech author analysed in the thesis, Josef Pekar, we find an image of Austria which is greatly similar to the one in Frantisek Palacky’s political pamphlets in which Palacky advocates for a federal system and the recognition of the Bohemian state rights. However, Pekar does not share Palacky’s sympathies for the Slavic minotities of Hungary. Comparing the different historical narratives with each other, it can be concluded that the imperial histories did not serve as a master narrative for Hungarian and Czech authors. The interpretations of the past by the historians examined were too divers for that, they clashed in basic questions. In consequence, a pacte mémoriel could not be realized. Furthermore, the uncertainties regarding some key notions in the imperial histories is a warning not to exaggerate the thesis of the viability of the Empire, recently brought forward by several excellent authors.

6Keywords: Nationalism, History of the Austro-Hungarian Empire, Austrian Historiography in the 19th Century, Czech Historiography in the 19th Century, Hungarian Historiography in the 19th Century, Austrian Identity, Master Narrative, Pacte Memorial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Imre Tarafas, « Récits concurrents dans la monarchie austro-hongroise : politique et visions de l’histoire (1867-1914) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 07 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/acrh/10574

Haut de page

Auteur

Imre Tarafas

E-Mail : Tarafasimre [arobase] gmail [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals