Navigation – Plan du site

AccueilL’Atelier du CRH21 BisDes Parisiens écrivent à l’admini...

Des Parisiens écrivent à l’administration. Le jeu des frontières sociales et spatiales (1920-1945)

Isabelle Backouche

Résumé

Isabelle Backouche rapproche deux terrains d’enquête sur lesquels elle travaille actuellement. D’une part, l’annexion de la zone non aedificandi, une bande de 250 mètres déclarée inconstructible en 1841 parce qu’elle longe la fortification, et largement urbanisée au moment de son incorporation au territoire parisien en 1919. D’autre part, le vaste transfert d’appartements des familles juives parisiennes pendant l’occupation, sous l’égide de la préfecture de la Seine. Dans les deux cas, les Parisiennes et Parisiens concernés – les zoniers expulsés, les familles qui tentent d’investir un appartement précédemment occupé par des Juifs – écrivent à l’administration pour plaider leur cause. C’est à partir de ces écrits ordinaires que l’usage des frontières spatiales et sociales mises en œuvre dans les argumentaires est analysé. Cette observation donne l’occasion de comprendre comment des normes sociales sont travaillées par les acteurs, et par là, de restituer leur participation aux dynamiques spatiales à plusieurs échelles qui affectent la capitale au 20e siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Considérant les enjeux moraux autour de la question de la réaffectation des appartements, et ne sou (...)

1Le 10 octobre 1942, Monsieur C. C.1, gérant d’immeubles à Paris, écrit au Commissariat Général aux Questions Juives (CGQJ dorénavant) :

  • 2 Archives nationales (désormais AN), AJ 38 795.

« Un administrateur de biens est-il tenu de déclarer les appartements inoccupés appartenant à des Israélites. La chose semble impossible car la plupart du temps le gérant ignore si son locataire est juif »2.

2En revanche, A. B., locataire d’un propriétaire juif n’ignore rien de la confession de ce dernier :

  • 3 Ibid., lettre du 1er novembre 1941.

« Etant locataire d’un immeuble appartenant à un juif, dois-je continuer à lui payer un loyer ou bien dois-je attendre qu’un gérant soit nommé »3.

3Quant à R. B., il s’appuie sur la distinction qui existe à ses yeux entre Français et Juifs, demandant au CGQJ :

  • 4 Ibid., lettre du 27 novembre 1942.

« si une solution va prochainement être donnée à la question des locaux d’habitation occupés primitivement par des juifs qui se trouvent actuellement, soit en zone libre, soit arrêtés. De nombreux logements ou appartements se trouvent ainsi non habités alors que beaucoup de Français vivent dans des taudis ou dans des locaux trop étroits »4.

  • 5 Lois du 3 octobre 1940 et du 2 juin 1941 « portant statut des juifs » ; ordonnance allemande du 27 (...)
  • 6 Archives de Paris (désormais AP), Perotin 106-50-1, carton 1, lettre du 21 février 1920.

4Ces courriers adressés pendant l’Occupation au CGQJ, administration ad hoc mise en place en mars 1941 pour procéder à l’exclusion des Juifs de la société française, dessinent des frontières sociales à l’aune des remaniements induits par la législation antisémite toute récente5. De nouvelles catégories circulent, du juridique au social, mais la difficulté à les utiliser dans les affaires courantes de chacun saute aux yeux. Comment identifier un locataire juif ? La question posée par C. C., qui se pose aussi au chercheur, pointe la difficulté de l’application de mesures antisémites qui impose un compartimentage de la société entre Juifs et non Juifs, lequel est souvent assimilé à une opposition entre Juifs et Français comme en témoigne la lettre de R.B. Cette distinction entre le « eux » et le « nous » est aussi utilisée par les habitants de la zone non aedificandi, espace parisien périphérique, dans l’entre-deux-guerres. Ainsi, Léon Leclerc, habitant de la zone des Lilas, écrit-il en 1920 : « Cette partie de la zone n’est pas habitée par des chiffonniers »6, se démarquant de la réputation stigmatisante de cet espace suburbain en voie d’incorporation à la capitale. Dans le même temps, cette frontière immatérielle semble absente de la vie quotidienne des zoniers, au point que Mr Figoni se renseigne avant d’acquérir son lieu de vie :

  • 7 Ibid., carton 18, lettre du 22 juin 1925.

« Le propriétaire de la maison que j’habite 173 av. Gallieni à Bagnolet veux (sic) bien me vendre la maison et le terrain qui l’entoure mais comme je voudrais construire dessus le terrain je voudrais savoir 1° si le terrain ne dépend pas de la zone et si j’ai le droit de construire »7.

5Ces corpus de lettres ont en commun la forme de la requête personnelle mais sont ancrés dans des situations fort différentes. Ils documentent les usages de la frontière par des requérants qui écrivent à l’administration, s’appropriant une frontière qui marque des distinctions sociales et/ou spatiales, les deux étant parfois articulées et solidaires. En départageant les habitants de la capitale pour circonscrire leurs droits respectifs, ces frontières sont aussi utilisées comme arguments en leur faveur. La frontière sociale n’est donc ni intangible ni universelle, elle est dessinée par la pratique des catégories juridiques que l’administration invente et impose aux administrés. L’observation du point de contact entre administrés et administration remet en cause des visions monolithiques de chacune des parties, et met en valeur la manière dont chacune joue des marges de manœuvre qui lui sont offertes. Les administrés ne sont pas soumis et accablés, ils naviguent entre les différentes administrations, adaptent leurs argumentaires, se mettent en scène différemment selon la qualité de leur interlocuteur. Par ailleurs, l’administration doit tenir compte de la capacité de résistance ou des exigences des administrés, et elle sait également tirer profit des demandes adressées pour obtenir des informations collatérales. Ainsi, la régulation des activités sociales ne découle pas de l’application univoque des normes par l’administration, elle est bien le fruit d’un échange qui se joue à la frontière et à propos des frontières.

  • 8 Ce versant de l’article s’inscrit dans une recherche collective concernant le vaste transfert d’app (...)

6Comment les « habitants » utilisent-ils ces déclinaisons de la frontière pour s’adresser à l’administration ? Dans quelle mesure les revendications d’appartenance, sociale ou spatiale, se modulent-elles en fonction des administrations réceptrices ? Comment le zonier utilise-t-il ses « ressources territoriales » pour plaider sa cause ? Comment analyser les propos des demandeurs d’appartement quand ils se démarquent des familles dont ils veulent investir l’ancien appartement ? Sont-ils opportunistes ou antisémites8 ?

7Après avoir montré comment les catégories sociales érigées par les administrations sont appropriées ou contestées par les requérants, nous aborderons la description des intérêts qui poussent ces hommes et ces femmes à négocier les catégories sociales et l’usage qu’ils en font. Enfin, la synergie entre découpages sociaux et ancrages spatiaux sera abordée, autre point de convergence entre ces deux corpus.

Des administrations qui imposent des normes contestées ou appropriées

  • 9 Les corpus analysés sont issus des dossiers d’expropriation de la zone à partir des années 1920 (ar (...)

8Ces lettres manifestent la capacité de ces Parisiens à se mobiliser pour requérir ou résister9. L’écriture est ici un passage à l’acte qui documente des processus sociaux, invisibles à partir d’autres sources ou d’autres échelles d’observation. Proche de l’ethnographie, l’analyse scrute le dialogue ouvert par chacun et chacune pour discuter de la fabrique et de l’usage des catégories sociales, montrant leur caractère mouvant et plastique.

Vies ordinaires en contexte extraordinaire

  • 10 Vincent Dubois, La Vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère, Economica, 1 (...)

9Les deux situations historiques dans lesquelles sont plongés les scripteurs des lettres peuvent être qualifiées d’exceptionnelles : d’une part, une opération d’urbanisme à l’échelle de toute la capitale qui implique un grand nombre d’interlocuteurs (État, armée, préfecture de la Seine, maires des communes périphériques), d’autre part, l’Occupation allemande et les bombardements sur la capitale. En confrontant leurs écrits, il s’agit de marginaliser le contexte extraordinaire qui justifie la production de ces lettres, et de les ramener en quelque sorte à une forme de banalité qui permette leur exploitation pour scruter l’ordre social tel qu’il se dit, et ses usages. Les politistes ont bien montré ce qu’on peut tirer de l’observation « au guichet »10, au cœur de l’interaction en train de se faire, en portant attention aux paroles énoncées et à la rhétorique utilisée.

  • 11 Les récentes publications sur la zone privilégient un angle d’histoire culturelle, notamment Jérôme (...)

10Servant de catalyseur dans les deux cas, un problème ordinaire commun, celui du logement et surtout sa rareté dans le premier xxe siècle. Il nourrit des lettres dont chacune est une pièce d’un vaste puzzle au service d’une histoire sociale qui a peu concerné ces deux moments de l’histoire parisienne11. Jamais absent, le contexte politique se lit en filigrane, servant de trame à l’exposition de soi et cadrant les argumentaires des lettres. La situation ordinaire de devoir trouver un toit, pour soi et sa famille, provoque la rédaction des requêtes dont beaucoup sont issues du même milieu social : des foyers modestes, exclus de la propriété, soumis aux règles du marché immobilier.

11Ainsi, les deux corpus permettent d’analyser l’intrication entre la vie ordinaire des Parisiens, et une situation extraordinaire – rupture ou événement – qui brise le cours des choses : il faut quitter la zone coûte que coûte alors qu’on y a aménagé un chez soi, on espère améliorer sa situation immobilière en investissant un logement de famille juive. Cette confrontation entre trivialité de la vie quotidienne et bouleversement crée une situation expérimentale : observer l’événement souvent retenu dans l’historiographie à d’autres échelles (l’agrandissement de Paris, l’antisémitisme de Vichy) à partir de ses effets sur la société, et en retour, à partir de la manière dont les requérants s’emparent de la rupture à laquelle ils sont confrontés pour s’exposer, analyser comment ils s’inscrivent dans l’événement en question.

Le face-à-face entre administrés et administration

12Dans un cas – celui de la zone – la catégorisation imposée par l’administration est contestée, dans l’autre, les Parisiens à la recherche d’un appartement s’approprient ces catégories sociales – la distinction entre Juifs et non Juifs – pour fonder leur requête. Ces situations empiriques ont d’abord pour objet de mettre en valeur la négociation – entre contestation et appropriation – des normes imposées par l’administration, et de décrire ainsi l’actualisation sociale des frontières juridiques au fil des lettres.

  • 12 Isabelle Backouche, « La Zone et les zoniers parisiens. Un territoire habité, un espace stigmatisé  (...)
  • 13 Jusqu’en 1919, les portions de zone appartenaient aux communes riveraines de Paris, on est zonier d (...)
  • 14 Florence Bourillon et Annie Fourcaut, Agrandir Paris, 1860-1970, Paris, Publications de la Sorbonne (...)

13Jusque dans les années 1950, et avant d’être remplacée par le boulevard Périphérique, la zone est une bande de 250 mètres qui forme un anneau autour de Paris au-delà des fortifications construites en 1841. La question de son caractère inconstructible fait débat depuis le milieu du xixe siècle, et au moment où une convention est passée entre l’État et la ville de Paris en 1912, elle s’est largement peuplée et construite12. Il est alors décidé que la zone sera vidée de ses habitants et annexée à Paris13. La guerre interrompt le processus, mais à partir de 1912, la ville multiplie les constats d’infraction, à savoir l’interdiction de construire ou d’agrandir une maison. En effet, les expropriations et expulsions donneront lieu à des indemnités et, pour la ville, il s’agit de minorer les sommes à verser. À la sortie de la guerre, la loi du 19 avril 1919 entérine l’annexion, nouveau déplacement de la frontière de Paris, curieusement négligé par l’historiographie qui reste polarisée sur l’annexion de 186014. Paris s’agrandit en englobant cet anneau urbain, longtemps resté dans un statut ambigu qui a nourri sa réputation caricaturale d’espace déshérité et mal famé comme le décrit, parmi bien d’autres, en 1930, Henri Puget :

  • 15 Henri Puget, « La Région Parisienne. Les problèmes actuels, les projets d’aménagement », Les cahier (...)

« Les plus pauvres ou ceux dont la famille est la plus nombreuse s’entassent dans les misérables cabanes de la zone militaire, ce lépreux anneau qui entoure Paris »15.

14Or, anticipant sur l’indemnisation à venir, un décret de 1901 impose une norme restrictive de construction, ne tolérant que :

  • 16 Décret relatif aux servitudes de l’enceinte de Paris, 13 juillet 1901.

« les baraques en bois à simple rez-de-chaussée, d’une superficie maxima de vingt mètres carrés (20m2), montées ou non sur socle en maçonnerie de vingt-cinq centimètres (0,25m) de hauteur et cinquante centimètres (0,50m) d’épaisseur, couvertes en bois, en tôle ou en carton bitumé et sans cheminée en maçonnerie […] ; les tentes en toile et les abris légers en toile sur carcasses légères en bois […] ; le stationnement (moyennant la possession par les intéressés d’une autorisation de police), des voitures montées sur leurs roues, à condition que ces voitures ne soient pas reliées entre elles »16.

15Voici donc le paysage de la zone, tant décrié comme étant la preuve que ses habitants sont des marginaux, sociaux et spatiaux, minutieusement décrit par un texte normatif qui s’impose à tous au risque d’une amende. Ainsi, la zone est une frontière épaisse (250 m) qui offre l’occasion de scruter les négociations autour d’une norme, sociale et spatiale, qui compartimente l’espace parisien.

16Autres administrés qui s’adressent aux autorités : les Parisiens et banlieusards à la recherche d’un appartement sous l’Occupation à Paris alors que la pénurie, chronique depuis le xixe siècle, est aggravée par les bombardements de la région parisienne à partir de 1942. Tandis que les Juifs sont persécutés et arrêtés, des fureteurs de logement saisissent l’occasion pour améliorer leur situation immobilière. Dans un premier temps, on écrit au CGQJ qui prend en charge l’aryanisation de la société française lancée à partir d’octobre 1940 dans la zone occupée. Le CGQJ apparaît donc comme l’interlocuteur privilégié pour tous ceux qui cherchent un « logement juif » vacant. Cette première vague de demandes adressées au CGQJ témoigne d’une dynamique sociale autonome, indépendante d’une politique publique du logement. Mais face à l’afflux des demandes, et aux exigences des autorités allemandes, un service du relogement est mis en place à partir de l’été 1943 au 2 rue Pernelle, sous l’égide de la préfecture de la Seine, pour officiellement réaffecter ces appartements vacants à des sinistrés qu’il s’agit de soulager.

17Ainsi, le cas de la période de l’Occupation est envisagé à partir de deux corpus de lettres, selon qu’elles sont adressées au CGQJ ou à la rue Pernelle, deux interlocuteurs dont la raison d’être administrative est totalement différente, ce qui oriente la teneur des lettres qui leur sont adressées. Alors que les premières sont « spontanées », nourries des échos de la persécution antisémite, les secondes sont le produit d’une information qui circule par voie de presse comme le rappellent nombre de courriers :

  • 17 AP, Perotin 901-62-1, carton 46, Lettre de Madame H., du 23 août 1943.

« Ayant lu dans les journeaux (sic) que je devais m’adresser à vous pour occuper un logement habité précédemment par une famille juive, je viens vous soumettre mon cas »17.

18Effectivement, l’édition du 23 août 1943 du Matin titre en p. 4 : « Pour le secours immédiat aux sinistrés que n’a-t-on plus largement recours aux biens juifs », et stipule :

  • 18 Le Matin, 23 août 1943.

« En exécution d’une décision des autorités d’occupation, et pour pallier les difficultés actuelles de logement, les appartements détenus par des Juifs, devenus disponibles dans le département de la Seine, ne peuvent être reloués sans autorisation préalable. Cette autorisation devra être demandée par écrit à l’Office d’habitation, service des logements vacants et du relogement, 2, rue Pernelle, Paris (4e) »18.

19La finalité des lettres est la même – obtenir d’être mieux logé – mais les requérants adoptent des répertoires distincts, susceptibles de séduire l’administration à laquelle ils s’adressent afin d’obtenir gain de cause. Alors que le partage entre Juifs et non Juifs est central pour qui s’adresse au CGQJ, la qualité de sinistré est déterminante pour la rue Pernelle. S’appropriant les catégories qui légitiment les administrations auxquelles ils s’adressent, les demandeurs produisent des variations – au sens musical – autour de la frontière sociale susceptible de rendre recevable leur attente.

Usages de la frontière

  • 19 Il est difficile d’avancer un chiffre mais à ce stade de la recherche, ce sont plusieurs centaines (...)

20La lecture des lettres fournit l’occasion de scruter la manière dont les requérants manipulent les distinctions sociales introduites par la législation antisémite. D’une part, les prétentions des demandeurs de logement poussent l’administration à préciser son rôle et à éclaircir des zones d’ombre, d’autre part, la banalisation des procédures administratives, perceptible au fil des lettres19, stabilise la norme excluante, et ouvre sur une discussion concernant l’antisémitisme de leurs auteurs. Ses ressorts sont plus complexes qu’une simple imprégnation idéologique, même si cette dernière n’est jamais à exclure. Il s’agit alors de décrire les situations sociales qui raffermissent l’exclusion des Juifs au gré des intérêts personnels et immobiliers des Parisiens. L’appropriation des catégories sociales imposées par le régime de Vichy et leur usage à des fins personnelles, sont ici considérés comme des marqueurs de l’adhésion à la politique antisémite, ou au moins comme des garants de sa mise en œuvre dans la société parisienne.

21Les sollicitations de l’administration par voie de presse sont un détonateur pour la production de lettres qui montrent la variabilité de ces appropriations des clivages sociaux. Le 14 janvier 1943, le CGQJ fait paraître dans le Matin en première page un articulet intitulé : « Tous les biens appartenant à des Juifs doivent être déclarés sous huit jours ».

Doc. 1 : Le Matin, 14 janvier 1943. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

L’appel est lancé aux gérants, concierges et locataires qui doivent signaler si les « immeubles juifs » ont bien fait l’objet d’une déclaration afin d’être pourvus d’un administrateur provisoire. Or les réponses détournent l’objet initial pour se transformer en signalement de locataires juifs qu’on pourrait assimiler à des dénonciations. Ainsi, B. M. écrit le 27 janvier 1943 :

  • 20 AN AJ 38 carton 811.

« conformément à la communication parue dernièrement dans les journaux, nous vous avisons qu’un appartement de notre immeuble 40 rue de Lubeck est loué à Monsieur C. G. pour habitation bourgeoise »20.

22La frontière est franchie entre biens juifs/personnes juives. D’autres lettres décrivent les biens mobiliers des locataires juifs, interprétant de façon extensive la demande du CGQJ qui ne concerne que les propriétaires juifs devant être aryanisés. Toute l’ambigüité tourne autour du mot « biens », et les auteurs des lettres considèrent que les biens mobiliers en font partie, ce qui les amène à donner la liste de leurs locataires juifs, présents ou absents, mais dont les meubles sont toujours dans les lieux. La grande variété des réponses est une forme de test sur la capacité des acteurs à user d’une frontière sociale, mettant en œuvre une large gamme de comportements, de la dénonciation au seul souci de rester en règle avec la loi. Le décalage entre l’objet de l’appel paru par voie de presse et la teneur d’une réponse est un indicateur de la relation que le scripteur entretient avec les Juifs, et la nature délatrice du courrier oriente vers le constat d’une forme d’antisémitisme peu contestable. Ainsi, Mme R. écrit :

  • 21 Ibid.

« Conformément aux instructions, je m’empresse comme concierge au n° 8 de la rue au Maire, de vous signaler les noms des Israélites résidents dans la maison : Mr H., famille, 3 personnes ; Mr R., famille, 3 personnes ; Mr H., famille, 5 personnes ; Mr R., famille, 3 personnes »21.

23J. P., mandataire de plusieurs propriétaires d’immeubles, écrit pour « donner la liste des locataires juifs, ou présumés juifs y habitant ». Ce sont dix familles qu’il désigne à huit adresses différentes, précisant parfois qu’elles sont en zone libre, et il conclut :

  • 22 Ibid., lettre du 29 janvier 1943. Les termes soulignés le sont dans le document.

« Je ne puis être, comme je l’ai indiqué précédemment, affirmatif, pour certains des locataires énumérés ci-dessus et c’est la raison pour laquelle j’ai indiqué : juifs ou présumés juifs »22.

  • 23 Ibid., lettre du 26 janvier 1943.

24Tant de précautions décrivent le loyalisme prudent dont font preuve ces administrés. A. M. adresse une liste identique de 32 noms sur dix adresses, ayant recours à un registre moral qui donne une autre tonalité à ses propos : « Voici la liste des locataires juifs ou douteux dans les maisons dont je suis gérant ou propriétaire »23. Ces lettres de gérants relèvent d’une forme d’antisémitisme à visée utilitariste : ils souhaitent faire débarrasser les meubles des familles juives pour pouvoir relouer l’appartement.

25Le souci d’être en règle avec la loi est flagrant dans les lettres des concierges comme Madame M. au 51 rue Marcadet (18e) :

  • 24 Ibid., lettre du 21 janvier 1943.

« j’ai comme locataire plusieurs juifs dans la maison et qui sont déportés, je vous en fait la déclaration, envoyé moi monsieur le commissaire si possible quelqu’un ou me faire répondre que je sache se qu’il faut faire pour me mettre en règle (sic) »24.

26Détails sur la trajectoire des familles et compartimentage entre Juifs et non Juifs s’égrènent au fil de ces centaines de lettres offrant l’occasion de scruter la capacité des administrés à user de la frontière entre Juifs et non Juifs, et à contribuer au repérage des victimes de l’antisémitisme.

Des frontières pour faire valoir ses droits

Des frontières inclusives

27L’approche par les frontières, analytiques et sociales, semble fructueuse dans la mesure où elle se moule sur les prétentions des scripteurs : parce qu’ils adhèrent ou réfutent le cloisonnement de la société qui isole les zoniers et les Juifs dans leur différence, les requérants considèrent qu’ils ont des droits à faire valoir auprès de l’administration. Joseph Verrechia habite la zone de Pantin (16 bis route de Flandre) et il plaide pour pouvoir rester dans sa « maisonnette en planche » où il habite avec ses huit enfants. Pour cela, il est prêt à subvertir une autre limite, celle de la nationalité, en échange du statu quo :

  • 25 AP, Perotin 106/50/1, carton 28, lettre de Joseph Verrechia, Pantin, 24 mars 1939. Le nombre de nat (...)

« J’informe Monsieur le Préfet que je suis sujet Italien habitant la France depuis dix huit ans, père de huit enfants nés en France et je me propose de me faire naturalisé (sic) français pour donner mes enfants à ma patrie d’adoption »25.

28Cet homme qui n’a jamais ressenti le besoin jusque-là de se faire naturaliser français, présente cette démarche comme un don à la France, ses enfants devenant une forme de monnaie d’échange. Il rejoindra la communauté nationale pour pouvoir subsister sur la zone. Un jeu d’échelles, social et spatial, mis en œuvre par un habitant de la zone qui nous informe sur la diversité sociale de cet espace urbain mais aussi sur les manipulations auxquelles sont prêts à se livrer les zoniers.

29Pour subsister dans leur lieu de vie, les zoniers réactivent l’existence d’un groupe social installé sur le territoire. Emile Di Méo revient à la charge pour construire une maison en brique, autorisation qu’on lui a toujours refusée, et il argumente ainsi :

  • 26 Ibid., lettre d’Emile Di Méo, Pantin, 19 mars 1927.

« maintenant je vois dans la même zone des autres qu’ils sont en train de bâtir une maison en briques. Je demande, monsieur le Préfet, de votre justice, la permission à bâtir moi aussi une maison dans la même zone car je beaucoup besoin de ça (sic) »26.

30Cette solidarité en creux est également invoquée quand un zonier se juge plus mal traité que ses voisins comme l’indique Pedro Juste à qui on a demandé de démolir sa baraque :

  • 27 Ibid., lettre de Pedro Juste, Saint-Ouen, 19 juillet 1930.

« Etant entouré de nombreux locataires qui se trouvent dans le même cas que moi, et n’ont reçu aucune sommation les concernant, je prierai Messieurs les membres du conseil de vouloir bien m’accorder l’autorisation provisoire de résider aux dits lieux et de ce fait surseoir à la démolition de la baraque »27.

31Les habitants de la zone sont soudés par leur condition de locataire précaire, mais également par leur situation de voisinage. A la cohésion sociale s’ajoute une cohésion spatiale qui interfère dans ces opérations de classification et de catégorisation.

32Les scripteurs sont également soucieux de monter en généralité au-delà de leur cas personnel, autre biais pour figer les frontières sociales. Mme D., en quête d’un logement, écrit directement au Maréchal Pétain (doc. 2) :

  • 28 AP Perotin, 901-62-1, carton 54, lettre du 15 novembre 1943.

« J’avisai immédiatement le préfet de la Seine, le 8-11 de cet état de chose, en lui demandant de vouloir bien faire le nécessaire pour que soient réduites au maximum des formalités singulièrement déplacées dans un cas pareil – qui est loin d’être unique »28.

33On n’écrit pas que pour soi, et on donne du poids à sa situation particulière en arguant du fait que beaucoup sont confrontés aux mêmes difficultés. Porte-parole d’un groupe de Parisiens malmenés par l’administration, il s’agit de faire peser sur elle le poids d’une communauté invisible, réactivée par chaque lettre.

Doc. 2 : Lettre au maréchal Pétain du 15 novembre 1943. Sources : Archives de Paris

Porosité des frontières sociales

  • 29 AN, AJ 38 1142, 20e liste d’appartements mis sous scellés et parfois vidés de leurs meubles par les (...)

34C’est un appartement, 11 rue de Saint-Marceaux (17e) que Mme D., sinistrée de Courbevoie, convoite. Elle sait que l’appartement a été vidé de ses meubles par les Allemands en octobre 1943, bien avant que la liste officielle d’appartements vidés et disponibles ne soit transmise à la préfecture de la Seine29. Elle a bien effectué un travail de terrain pour repérer le logement qu’elle désire investir et en exiger l’attribution. Les fouineurs d’appartements n’attendent pas qu’on leur propose un logement, ils sillonnent le territoire proche de leur lieu de vie, et Mme D. espère entrer dans Paris, franchissant ici une autre frontière. La relation entre administrés et administration s’inverse, les premiers sont force de proposition, et ce basculement n’est lisible que grâce au croisement des documents, et notamment des lettres de requête.

35Sa lettre du 15 novembre 1943 (voir Doc. 2) éclaire une autre proximité, ici une frontière qu’on imagine souvent imperméable entre les Parisiens et les autorités d’occupation. Mme D. prétend qu’elle a :

  • 30 AP Perotin, 901-62-1, carton 54, lettre du 15 novembre 1943.

« obtenu de la Kommandantur, la levée de réquisition sur un appartement de juif […] 11 rue St Marceau à Paris – appartenant à la ville de Paris »30.

  • 31 Sarah Gensburger, Images d’un pillage. Album de la spoliation des Juifs à Paris, 1940-1944, Paris, (...)

36Elle exhibe ainsi sa proximité avec la Kommandantur à l’image de ces Parisiens qui naviguent entre l’avenue d’Iéna (Dienststelle Western (DW), service qui gère le déménagement des meubles des appartements juifs31) et l’avenue de l’Opéra (Kommandantur), réalisant ainsi l’interface administratif indispensable pour faire avancer leur dossier.

  • 32 AP, Perotin 901/62/1, carton 63, appartement F.

37C’est aussi pour se défendre qu’après-guerre, certains bricolent leur parcours durant l’Occupation, et le croisement des documents met à mal les catégories analytiques établies par l’historiographie, parfois trop étanches. En effet, les personnes installées dans les « appartements juifs » se voient pour certains menacés d’expulsion quand la famille juive est suffisamment dotée – en argent et en ressources sociales – pour se lancer dans un procès. R. R. ayant reçu un ordre de déguerpir de son logement, écrit au ministre de la Reconstruction en 1945, faisant état des services rendus contre l’occupant : prisonnier de guerre pendant deux ans, il est ensuite passé à la résistance, son fils est « résistant de la première heure c’est à dire avant le départ des boches », sa sœur a fait de la prison pour menées gaullistes. Or, R. R. est directeur d’un cinéma 158 avenue Parmentier (11e), et c’est grâce à une recommandation de la DW qu’il a obtenu un logement très commode au 148 avenue Parmentier en mai 194432. Cette double facette du personnage est troublante, pas nécessairement impossible, et elle met en valeur la part de construction des rôles qui a pu s’opérer à la Libération. Sa profession de foi comme résistant n’empêche pas R. R. d’être xénophobe (il signale en PS : « le juif en question s’appelle J. F., un nom bien Français »), à quoi s’ajoute la délation pour travail clandestin :

  • 33 AN, 19771095/1, lettre du 28 juillet 1945.

« Nous sommes menacés d’être mis sur le pavé, car on ne trouve aucun logement, à aucun prix, et cela au profit d’étrangers, donc des Français sont mis dehors pour permettre à des étrangers réfugiés à Nice, de reprendre leur trafic, c’est à dire de faire travailler en chambre et ne pas payer cher leurs ouvriers, et ne déclarer que ce qu’ils veulent »33.

38La pénurie de logement, commune aux deux situations, fait office de loupe sur le récit des scripteurs d’où émerge des inscriptions sociales polyvalentes. R. R., le gérant de cinéma, a pu faire de la résistance comme sa famille mais il n’a pas rechigné à bénéficier d’une recommandation allemande pour investir un « appartement juif ». Attitudes dans la sphère privée et la sphère publique ne se recouvrent pas, intérêt personnel et dévouement à la nation obéissent à deux registres ordonnés par des échelles différentes, et prendre acte de cette dichotomie est une manière de travailler avec les catégories des acteurs pour décrire la société parisienne sous l’Occupation.

  • 34 AP, 901/62/1, carton 58, appartement G.

39Pour obtenir une autorisation de relogement au 153 rue du Temple (3e), G. C., elle aussi, bricole sa biographie afin d’obtenir gain de cause. Elle est vendeuse dans une crèmerie sise au 151 rue du Temple, et adresse quatre lettres entre le 7 mars et le 15 avril 1944 au service de la rue Pernelle, à quoi il faut ajouter une lettre qu’elle prétend avoir envoyée à Pierre Laval pour exposer son cas34. Elle réclame explicitement « un logement de juif », et déplore que tout soit réservé aux sinistrés, mettant en accusation le partage entre les faibles dont elle considère faire partie et les sinistrés. Elle déploie ensuite un répertoire d’arguments qui sont autant de facettes de sa biographie mises en exergue pour apitoyer les autorités : elle est française, elle est fille-mère et a élevé seule sa fille, elle rappelle qu’elle a été mise au ban de la société pour cet état, et qu’aujourd’hui elle considère que l’État a une dette envers elle. Elle saisit donc le contexte inauguré par la persécution antisémite pour exiger réparation, en l’occurrence un appartement à proximité de son lieu de travail.

40Au-delà des cas particuliers, certaines institutions entérinent ces fragmentations sociales nées du conflit mondial. En août 1945, l’Union confédérale des locataires de France écrit au ministère de la reconstruction et de l’urbanisme pour lui soumettre une série d’affaires ayant trait à des expulsions de sinistrés afin de réintégrer des spoliés. Deux catégories sociales, nées du conflit, entrent en concurrence à cette date :

  • 35 AN, 19771095/1, lettre du 2 août 1945.

« Si nous sommes complètement d’accord pour redonner aux spoliés le logement dont ils ont été privés, nous ne pouvons, par contre permettre que l’on jette à la rue sans se préoccuper de leur sort des familles Françaises qui parfois sont autant, sinon plus, dignes d’intérêt »35.

  • 36 Ordonnance du 14 novembre 1944 concernant la réintégration de certains locataires, JO du 15 novembr (...)

41Introduisant une hiérarchie, fruit de la concurrence des victimes, cette institution défend les expulsables français en reléguant les spoliés de l’autre côté de la frontière nationale. La rhétorique de défense utilise aussi bien des catégories juridiques consolidées au fil des ordonnances adoptées après la Libération36 que des catégories relevant du préjugé : les Juifs sont des étrangers qui seraient moins dignes d’intérêt que les sinistrés.

Enjeux spatiaux et intérêts sociaux

42Les auteurs de lettres argumentent en faveur de leur situation spatiale dans Paris : ils ne veulent (ou ne peuvent) pas quitter la zone tandis que les autres souhaitent investir un « appartement juif ». Les premiers considèrent qu’ils sont devenus Parisiens depuis 1919 et récusent les distinctions induites par la nouvelle « zone sanitaire », qualification que l’État a eu la prudence de faire inscrire dans la loi pour maintenir les terrains zoniers sous un régime spécial au-delà de la destruction des fortifications. Au contraire, les seconds se sont totalement appropriés la catégorie « appartement juif » qui compartimente le parc immobilier parisien, une frontière qui justifie les prétentions des requérants. L’intentionnalité est avérée dans les deux cas, mais sa valeur sociale n’est pas identique. Les uns réclament la disparition des effets d’une frontière disparue, les autres martèlent son existence lettre après lettre. L’usage social de la limite actualise la mise à l’écart dont sont victimes les zoniers et les Juifs. Mais cette marginalisation relève d’une dynamique différente : les zoniers souhaitent être considérés comme des habitants ordinaires et traités en conséquence alors que les demandeurs d’appartement en passant à l’acte, excluent les Juifs de l’espace parisien, l’effet se faisant sentir par addition de chacune des réaffectations puisqu’on évalue à 25 000 le nombre de logements de familles juives concerné.

Contraintes d’une frontière imperceptible

  • 37 Décret d’annexion du 27 juillet 1930, JO du 1er août 1930, p. 8864.

43Pour certains zoniers le déplacement de la frontière a des effets tangibles. Monsieur Calmel, dont le café au 17 rue de Paris est entré dans la capitale37, écrit au maire de son arrondissement (19e) en août 1938 :

  • 38 AP, 1338 W carton 2138, lettre du 24 août 1938. Il occupe la façade de la parcelle 42 qui correspon (...)

« voilà 6 ans que nous sommes établis au café n° 17 ayant à ce moment là acheté ce fonds assez cher quand nous y sommes venus nous avions le marché devant notre porte, et même au-delà jusqu’à la barrière, mais maintenant de notre coté il nous le suprime (sic) entre le n° 21 jusqu’au 13…nous sommes trois commerçants qui ne sommes pas du tout satisfaits »38.

44À cette date, la commune de Pantin réorganise l’implantation de son marché, rapatriant sur son territoire les marchands qui étaient installés sur la zone (doc. 3). Il s’agit de maintenir une desserte commerciale pour les Pantinois et de continuer à percevoir les droits sur les marchands. Mais Calmel ne peut se résigner à voir disparaître l’animation induite par le marché et garante de la prospérité de son café. Alors, il prend la plume pour se plaindre au maire et contester ce nouveau partage spatial aux conséquences économiques évidentes.

Doc. 3 : Opération d’expropriation, Zone de Pantin, 1938. Sources : Archives de Paris

  • 39 AP, 106-50-1, carton 18, lettre d’avril 1927.

45En effet, dans la plupart des cas, la limite extérieure de la zone était une frontière virtuelle, sans aucune matérialisation dans l’espace. Or la question est déterminante pour connaître ses droits et se projeter dans l’avenir. Plusieurs courriers demandent ce qu’il en est à propos de leur propriété telle la veuve Sibille qui a l’intention de construire sur sa parcelle à Bagnolet et demande en 1927 si elle est dans la zone des fortifications39. Un plan est dressé et on lui répond :

  • 40 Ibid., lettre du directeur de l’extension de Paris, 23 avril 1927.

« une toute petite partie seulement du terrain mesurant 9m2 se trouve située en dehors de la zone […]. Je vous rappelle que la loi du 19 avril 1919 a maintenu, dans l’intérêt de l’hygiène et de la salubrité publiques, l’interdiction d’élever toute construction dans la zone de servitude ainsi que l’interdiction de réparer les constructions anciennes »40

46Hygiène et salubrité sont invoquées pour limiter la capacité d’action des habitants sur leur logement tandis que l’interdiction d’entretenir provoque la lente dégradation de cet espace urbain, non pas en raison de la négligence de ses habitants mais bien du fait de la volonté de l’administration. En 1923, Mr Guiffaut écrit au préfet dans la perspective de l’achat d’une maison en meulière au 72 av. Jean Jaurès à Bagnolet, ajoutant en bas de sa lettre un petit croquis (doc. 4) :

  • 41 Ibid., lettre du 16 novembre 1923.

« je viens vous demander en cas d’expropriation si cette maison est passible du même sort que certaines se trouvant sur la zone. Le propriétaire prétend avoir eu l’autorisation de construire et prétend que l’on ne peut pas le faire partir, étant dans le doute avant d’engager mon argent j’ai préféré être renseigné »41.

Doc. 4 : Lettre au préfet du 16 novembre 1923. Sources : Archives de Paris

  • 42 Ibid., estimation foncière, 23 juillet 1925.

47Ainsi, les habitants de la zone ne savent pas s’ils vivent sur la zone ce qui en dit long sur l’impact de cette frontière immatérielle sur leur vie et sur la marginalité de cet espace urbain qui semble s’inscrire dans une parfaite continuité avec la commune dont il dépend. La limite de la zone s’est surimposée sur les limites foncières antérieures, clivant le sort des habitants sans qu’ils ne s’en rendent compte. Et parfois la volonté de dissimulation est flagrante comme le souligne l’administration quand une affiche de vente aux enchères de 1925 de trois lots au lieu-dit Les Gouvieux à Bagnolet ne stipule pas qu’ils sont tous trois localisés dans la zone, ni d’ailleurs le cahier des charges déposé chez le notaire42.

48Les cas de terrain à cheval sur la zone et le territoire communal sont fréquents, transformant la frontière en véritable contrainte pour construire. Albert Jouin en a conscience et il souhaite une matérialisation sur le terrain afin de s’y conformer :

  • 43 Ibid., lettre du 28 novembre 1924.

« en vue de construire sur la partie libre de servitude, je vous prie Monsieur le Directeur de bien vouloir me faire tracer exactement la ligne dite de zone afin de pouvoir tout à fait prochainement commencer d’y édifier une construction. Je vous prierai de bien vouloir me faire prévenir du jour où ce tracé sera exécuté de manière à ce que j’en prenne bien connaissance »43.

Bénéfices de la disparition de la frontière

49Ces échanges épistolaires jettent aussi la lumière sur les stratégies spéculatives à l’œuvre. Certains propriétaires de la zone écrivent à l’administration, sachant qu’ils seront expropriés et offrent une vente à l’amiable, tel Mr Mélinon, propriétaire sur la zone de Bagnolet, qui préfère céder :

  • 44 Ibid., lettre du 29 octobre 1925.

« le peu de terrain qui nous reste de famille à la ville de Paris, qui doit plus tard prendre possession de cet emplacement pour l’extension et l’aménagement, que de la vendre à des spéculateurs, qui cherchent à profiter de l’expropriation »44.

  • 45 Ibid., lettre au préfet du 9 février 1922.
  • 46 Ibid., lettre au préfet du 19 janvier 1922.

50Lucien Crosnier propose lui aussi de vendre à la ville son bien sur la zone de Bagnolet, ajoutant qu’il « jouit d’une situation privilégiée » dans la mesure où il est traversant entre deux rues importantes45. Mr Graindorge offre en janvier 1922 de vendre pour : « 40 francs par mètre 3 terrains admirablement placés »46 (doc. 5).

Doc. 5 : lettre au préfet du 19 janvier 1922. Source : Archives de Paris

  • 47 Ibid., lettre du 19 mars 1921.
  • 48 Ibid., lettre du 12 octobre 1927.

Ils sont en général déboutés de leurs prétentions, l’administration faisant systématiquement des propositions largement inférieures. Edmond Perin demande 70 fcs le m2 pour son terrain rue de Ménilmontant en mars 192147. L’administration note qu’il a acquis ce bien en 1910 pour le prix de 16 francs le m2. Perin aurait-il tenté de spéculer sur l’avenir de la zone ? Le déplacement de la frontière parisienne actualise les stratégies des propriétaires qui manifestent ainsi leur capacité à anticiper le sort de leurs terrains. Face à leurs velléités, l’administration tente de contenir la circulation des informations. Quand Mr Didion se plaint de son propriétaire qui lui avait fait une promesse de vente de son terrain sur la zone de Bagnolet pour 50 francs du m2 en 1912, lequel lui réclame 120 frcs du m2 en 1927, il demande : « quel est le prix actuel des terrains situés dans la zone de Paris »48. A quoi l’administration répond systématiquement de passer au bureau quai de la Rapée, soucieuse de ne pas laisser de trace écrite donnant la moindre estimation des terrains qui pourrait ensuite circuler entre propriétaires. Preuve du souci que l’administration attache aux échanges épistolaires avec les administrés, et dont l’historien doit faire son miel pour dépasser une lecture trop simple des conjonctures sociales.

L’ancrage spatial comme ressource

  • 49 Adresse d’origine pour les sinistrés, adresse de relogement temporaire, adresse professionnelle. Un (...)

51Les demandes d’appartements sont localisées dans un voisinage (même immeuble, même secteur) qui dessine la modalité d’inscription de ces Parisiens dans l’espace proche de leur logement, la manière dont ils vivent dans leur territoire quotidien et les frontières de leur aire de survie en cette difficile période. La spatialisation de toutes les informations concernant les adresses des requérants49 révèle les proximités qui fondent les demandes. Mme E. habite 8 rue Pierre Dupont (10e), et elle vise un appartement au 192 rue Lafayette (10e), à 300 mètres de chez elle. Sa lettre témoigne d’une bonne connaissance du circuit administratif :

  • 50 AN AJ 38 796, lettre à la rue Pernelle, 30 mars 1944.

« Permettez moi donc de solliciter de votre bienveillance un logement juif (après la levée des scellés) situé 192 rue Lafayette. Néanmoins, je sais que ces logements vacants sont réservés aux sinistrés et que seul vous êtes qualifié pour pouvoir faire réaliser l’échange que je vous demande en vous cédant le mien pour ces derniers »50.

52Madame E. a intégré deux frontières sociales actives dans cette période : les Juifs et elle, les sinistrés et elle. Et pour arriver à ses fins, elle propose un échange, ce qui témoigne d’une certaine dextérité à manipuler des catégories administratives instaurées récemment. L’usage social du clivage entre plusieurs catégories d’habitants les rend opérationnelles, nuançant l’idée d’une circulation unilatérale des compartimentages sociaux depuis le haut de la société et relativisant la soumission des Parisiens à un ordre social dicté par le politique. Le contact avec l’administration est l’occasion, et le lieu, d’une mise en mots et en scène d’un « eux » et d’un « nous » au service de la conquête d’un appartement : la distinction sociale n’est pas abstraite, elle doit opérer en faveur du requérant.

  • 51 Parmi les 5 600 appartement de notre corpus, 463 sont attribués à des bénéficiaires résidant déjà d (...)
  • 52 Pierre Bonnin et Roselyne Villanova (dir.), Loges, concierges et gardiens, Paris, Créaphis, 2006.

53L’accumulation de ces demandes de voisinage51 laisse penser que les informations circulent grâce au bouche à oreille auquel les concierges participent activement52. Mme G., sinistrée et hébergée au 31 Bd Ornano (18e) chez ses parents, écrit le 7 juin 1944 au CGQJ :

  • 53 AN, AJ 38 796, lettre du 7 juin 1944 au CGQJ.

« Une de nos amies qui est concierge m’a prévenu (sic) qu’il y avait dans son immeuble 2 beaux logements qui sont occupés par des juifs et qui se sont enfuis il y a environ 2 ans en laissant leurs meubles »53.

54Elle précise que le propriétaire ne demande pas mieux que de louer à des aryens, et que dans l’immeuble de ses parents, trois « logements juifs » ont été transférés à des sinistrés. Elle termine en donnant l’adresse et le nom du Juif : 58 bis rue Ramey, 5e étage, Mr R.

55Autre manière d’user de l’espace, les zoniers sont solidaires face à l’expulsion. L’administration en est consciente lorsqu’elle souhaite en 1920 faire appliquer les 693 contraventions dressées depuis 1912, et suspendues en raison de la guerre :

  • 54 AP 106-50-1-carton 1, note au directeur de l’extension de Paris, 20 janvier 1920.

« je me propose d’y procéder dès maintenant comme suit pour ne pas trop soulever de protestation de la part des zoniers : chaque semaine, les arrêtés du conseil de préfecture seraient notifiés à une vingtaine de contrevenants au maximum, et autant que possible pour des constructions édifiées sur des points différents de la zone »54..

56La dilution temporelle et spatiale des notifications permet de parer à d’éventuelles résistances fondées sur la cohésion des zoniers à l’échelle locale. D’ailleurs, ils argumentent en expliquant qu’ils ne peuvent être déplacés comme des pions sur un échiquier. Alors que l’administration considère la zone de façon homogène comme espace à évacuer et aménager, les zoniers introduisent des distinctions géographiques, souhaitant subsister à proximité de leur zone qui est pour eux un espace de ressources (travail, réseau professionnel et amical). Cette fragmentation de la zone fait obstacle aux intentions de l’administration qui envisage de reloger les zoniers quel que soit leur lieu de résidence d’origine, notamment dans un immeuble construit à cet effet à Villejuif. Ce lotissement, baptisé l’Avenir de la Zone, est adapté aux propriétés supposées du zonier :

  • 55 AP, Perotin 106/50/1, carton 11, projet de construction pour le relogement des zoniers, s. d.

« Cette réinstallation doit être prévue dans des conditions particulières et spéciales à cette catégorie d’habitants qui demande à être replacée dans une atmosphère convenant à ses ressources, son genre d’existence et sa condition sociale »55.

  • 56 Ibid., note au directeur du plan de Paris par la sous-direction des services de l’habitation, 21 av (...)
  • 57 Ibid., note du 15 février 1937.
  • 58 AN, AJ 38 796, lettre du 16 avril 1943.
  • 59 Ibid., lettre du 23 avril 1943.

57Ainsi, au-delà de l’expulsion, et de la disparition de la zone, la catégorie « zonier » subsiste et la spécificité de cet espace urbain contamine ses habitants. La convergence des logiques de chacun des acteurs durcit la catégorie sociale « zonier » : les expulsés doivent prouver qu’ils sont zoniers pour investir l’Avenir de la Zone, la société qui a construit l’immeuble doit s’assurer que le candidat a bien droit au tarif préférentiel, enfin, la préfecture de la Seine a financé le projet afin de faciliter l’évacuation, et si les candidats zoniers manquent, les logements seront attribués à d’autres locataires, étrangers à la zone. Pourtant ce dispositif ad hoc est un échec : l’administration déplore que pour 180 logements en habitations collectives et 76 en habitations individuelles, offerts à des prix inférieurs de 15 à 20 % aux maxima légaux, seul un candidat s’est manifesté qui par ailleurs a refusé le local56. Beaucoup de locataires de la zone de Saint-Ouen travaillent dans les usines de la commune, et partir vivre à Villejuif les éloigne trop de leur lieu de travail. La modicité du loyer proposé serait annihilée par le prix du transport journalier57. De même, les zoniers du Pré-Saint-Gervais travaillent dans le 19e arrondissement, notamment aux abattoirs de la Villette, et il est inconcevable qu’ils aillent vivre à Villejuif. Il en est de même pour ceux de Bagnolet et des Lilas. Cette question de la proximité du lieu de travail est récurrente dans les lettres des demandeurs d’appartements. Sinistrée de Boulogne où elle vit sous les bombardements, la veuve D. sillonne Paris à la recherche d’un appartement, et elle écrit très vindicative au CGQJ : « un appartement dans Paris me conviendrait s’il n’était pas trop éloigné de Billancourt où je travaille chez Farman (magasinière défalqueuse) »58. E. D. souhaite investir l’appartement de « juifs actuellement internés à l’étranger parait-il », au 6 rue du Moulinet à Paris 13e, et il écrit au CGQJ : « je voudrais me rapprocher de mon travail »59.

58L’attention à l’espace comme ressource sociale est un moyen de restituer aux auteurs de lettres une capacité stratégique. Leur inscription dans l’espace parisien n’est pas le résultat d’une ségrégation qui reproduirait fatalement la relégation. Pour subsister sur leur espace de vie ou investir un autre logement, ils construisent des argumentaires fort éclairant sur les politiques publiques dont ils sont l’objet, confirmant que la parole des administrés enrichit la compréhension des logiques à l’œuvre dans le changement urbain.

***

59Ces corpus de lettres offrent l’occasion de réviser la hiérarchie entre administration et administrés dans la mesure où elles montrent combien la norme juridique est travaillée par l’interaction entre les requérants et les autorités. Les frontières qui séparent des mondes qui déploient chacun leur propre logique ne sont pas étanches. En ce qui concerne la zone, l’administration est obsédée par la chronologie des constructions, et par le montant des indemnités à verser, s’obstinant à mesurer l’âge des installations. À l’inverse, les zoniers résistent et opposent des preuves écrites fragiles au regard de l’ambigüité du statut de la zone. De même, la ténacité des Parisiens à la recherche d’un appartement, et leur connaissance des rouages administratifs pour obtenir gain de cause, jettent une lumière crue sur l’impasse de l’historiographie à propos du logement à Paris pendant l’Occupation. Cette question a toute sa place dans l’étude des spoliations. En effet, cette quête immobilière s’articule avec la persécution antisémite, ce qui n’avait pas été encore vraiment documenté à ce jour, et encore moins le rôle actif que l’administration avait pu jouer. L’analyse de ces lettres, magnifique interface entre les acteurs, permet de sortir d’un cliché qui opposerait une administration toute puissante à des zoniers démunis ou des Parisiens désespérés.

60Il s’agissait, à partir de ces corpus de renverser la perspective en partant du point de vue des habitants. Dans les deux cas, la pénurie suscite l’indignation chez les requérants et alimente des stratégies fondées sur le compartimentage social, qu’il soit nié ou revendiqué. Cette appropriation des distinctions sociales produit des effets sur la frontière établie par les administrations. Les plaignants l’utilisent à leur profit, ou bien, ils la contestent, le jeu entre normes et usages est au cœur de l’analyse. Réaffirmée ou transgressée, la frontière opère comme un catalyseur des comportements sociaux éclairant ces situations historiques. Que dire de la banalisation de la requête de Jacques Deschamps auprès du CGQJ : 

  • 60 Ibid., lettre du 10 avril 1943.

« voulant louer un appartement ayant appartenu à un juif, Mr B., 2 rue de Provence, et les autorités allemandes me demandant pour retirer les scellés, une attestation comme quoi Mr B. est juif, je vous serais très reconnaissant de bien vouloir me procurer au plus tôt la dite attestation »60

61Chaque requérant considère qu’il a des droits, c’est pour cela qu’il prend la plume. Et chacun bricole avec deux registres de catégories. Certaines sont d’évidence : « le juif », « le zonier », mais elles sont intimement tricotées avec d’autres catégories « contre » comme « le juif absent », « le juif en vacances », « le juif qui a deux logements », la charge négative devant lester leur requête. Au contraire le zonier n’a pas besoin d’attaquer l’autre, il doit se défendre. Et les catégories qu’il utilise sont plutôt inclusives : il a un métier, une famille, le souci de son avenir et de son confort. Si les premiers cherchent à se démarquer, les seconds cherchent à se glisser dans l’anonymat de la population parisienne.

62Cette perspective d’histoire sociale n’est pas aveugle aux décisions politiques. Au contraire, elle permet de scruter les modalités de leur diffusion et l’adaptation des catégories utilisées pour mettre en œuvre des politiques publiques, l’éradication de la zone d’une part, le relogement sous l’Occupation d’autre part. En somme, ces deux corpus documentent une porosité à double sens entre administration et société. A propos des corpus de lettres relatives aux appartements, la question de l’antisémitisme est centrale : le eux et le nous articule bien des plaidoyers, et s’il est difficile de discerner entre l’adhésion à l’idéologie anti juive ambiante et l’opportunité de s’en saisir pour améliorer sa situation immobilière, ces demandes témoignent d’une forte incorporation des catégories imposées par l’administration. Mauvais payeur, infirme, absent, prisonnier de guerre, l’ancien locataire juif est d’abord juif. La recherche d’un profit quel qu’il soit occulterait-elle la qualification d’antisémitisme ? La question est posée, mais elle montre que la dynamique qui a concouru à l’exclusion des Juifs de la société parisienne est complexe, et alimentée par la quête de bénéfices personnels.

  • 61 La zone sera expropriée et expulsée de façon massive à partir de 1941, avec le même arsenal législa (...)

63Dans les deux corpus, les argumentaires des requérants sont fondés principalement sur la catégorie à laquelle ils appartiennent, opposée à celle de ceux dont ils se distinguent (le zonier des Lilas/le chiffonnier de Saint-Ouen ; le français qui a un fils prisonnier/ le Juif en fuite ou interné). Il s’agit de prendre au sérieux ces assignations, non pas parce qu’elles sont inconnues, mais parce que ces deux corpus nous permettent d’apprendre comment les acteurs sociaux les utilisent. C’est donc à la fois la construction, l’appropriation et l’usage de ces catégories sociales qui sont au cœur de l’analyse, et leur rapprochement se justifie par les implications spatiales de leur déclinaison. En donnant à voir des frontières sociales, les requérants plaident pour leur situation dans l’espace parisien. Le lien est fort entre assignation sociale et statut spatial : les zoniers veulent se diluer dans la population parisienne puisque la zone fait partie du territoire parisien, les candidats au relogement échafaudent l’amélioration de leur situation immobilière en tenant pour acquis que les familles juives ne reviendront pas. Les premiers disparaitront par la mise en œuvre d’une politique violente et sans appel sous le régime de Vichy61, alors que les seconds tenteront de subsister dans le logement qu’ils occupent légalement, faisant jouer la concurrence des victimes de la guerre que sont les sinistrés, les prisonniers, les résistants et les déportés raciaux.

Haut de page

Notes

1 Considérant les enjeux moraux autour de la question de la réaffectation des appartements, et ne souhaitant pas faire peser sur les descendants l’opprobre que peuvent susciter les agissements de leurs aïeux, j’ai décidé d’anonymiser la totalité des noms de ce corpus. D’un point de vue juridique, ces archives sont librement consultables sans aucune dérogation. Il est donc tout à fait loisible à qui veut de s’y référer.

2 Archives nationales (désormais AN), AJ 38 795.

3 Ibid., lettre du 1er novembre 1941.

4 Ibid., lettre du 27 novembre 1942.

5 Lois du 3 octobre 1940 et du 2 juin 1941 « portant statut des juifs » ; ordonnance allemande du 27 septembre 1940.

6 Archives de Paris (désormais AP), Perotin 106-50-1, carton 1, lettre du 21 février 1920.

7 Ibid., carton 18, lettre du 22 juin 1925.

8 Ce versant de l’article s’inscrit dans une recherche collective concernant le vaste transfert d’appartements opéré à partir de 1942 à Paris, I. Backouche, S. Gensburger, E. Le Bourhis, https://politika.io/fr/notice/opportunites-antisemitisme-logement-a-paris-19431944

9 Les corpus analysés sont issus des dossiers d’expropriation de la zone à partir des années 1920 (archives de Paris) d’une part, et des dossiers de réattribution des appartements par la préfecture de la Seine (archives de Paris) ou de lettres individuelles de demande d’appartement adressées au CGQJ (archives nationales), d’autre part.

10 Vincent Dubois, La Vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère, Economica, 1999.

11 Les récentes publications sur la zone privilégient un angle d’histoire culturelle, notamment Jérôme Beauchez, James Cannon, « Cette mauvaise réputation…Quand la « zone » fait des histoires (1895-1975) », Ethnologie française, 2018/2, n° 170, p. 329-344. La thèse de Anne Granier reconstitue le territoire de la zone grâce à un SIG, La Zone et les zoniers de Paris, approches spatiales d’une marge urbaine (1912-1946), ENS Lyon, 2017. En ce qui concerne la situation des locataires à Paris, nous renvoyons à l’ouvrage de Danièle Voldmann, Locataires et propriétaires. Une histoire française, Paris, 2016.

12 Isabelle Backouche, « La Zone et les zoniers parisiens. Un territoire habité, un espace stigmatisé », Genres urbains. Autour d’Annie Fourcaut, Paris, Créaphis, 2019, p. 49-66.

13 Jusqu’en 1919, les portions de zone appartenaient aux communes riveraines de Paris, on est zonier des Lilas ou d’Ivry.

14 Florence Bourillon et Annie Fourcaut, Agrandir Paris, 1860-1970, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012.

15 Henri Puget, « La Région Parisienne. Les problèmes actuels, les projets d’aménagement », Les cahiers de la République des lettres, des sciences et des arts, n° 12, 1930, p. 22. On retrouve la même expression dans la loi du 4 juin 1941 autorisant des travaux dans la région parisienne : « L’aménagement de la « zone », cette ceinture lépreuse qui déshonore la capitale », JO du 8 juin 1941.

16 Décret relatif aux servitudes de l’enceinte de Paris, 13 juillet 1901.

17 AP, Perotin 901-62-1, carton 46, Lettre de Madame H., du 23 août 1943.

18 Le Matin, 23 août 1943.

19 Il est difficile d’avancer un chiffre mais à ce stade de la recherche, ce sont plusieurs centaines de lettres qui sont concernées.

20 AN AJ 38 carton 811.

21 Ibid.

22 Ibid., lettre du 29 janvier 1943. Les termes soulignés le sont dans le document.

23 Ibid., lettre du 26 janvier 1943.

24 Ibid., lettre du 21 janvier 1943.

25 AP, Perotin 106/50/1, carton 28, lettre de Joseph Verrechia, Pantin, 24 mars 1939. Le nombre de naturalisations en France entre 1927 et 1940 est en pleine croissance, atteignant 81 000 en 1938 ce qui laisse penser que Verrechia connaît la procédure.

26 Ibid., lettre d’Emile Di Méo, Pantin, 19 mars 1927.

27 Ibid., lettre de Pedro Juste, Saint-Ouen, 19 juillet 1930.

28 AP Perotin, 901-62-1, carton 54, lettre du 15 novembre 1943.

29 AN, AJ 38 1142, 20e liste d’appartements mis sous scellés et parfois vidés de leurs meubles par les autorités allemandes, 29 mars 1944.

30 AP Perotin, 901-62-1, carton 54, lettre du 15 novembre 1943.

31 Sarah Gensburger, Images d’un pillage. Album de la spoliation des Juifs à Paris, 1940-1944, Paris, Textuel, 2010.

32 AP, Perotin 901/62/1, carton 63, appartement F.

33 AN, 19771095/1, lettre du 28 juillet 1945.

34 AP, 901/62/1, carton 58, appartement G.

35 AN, 19771095/1, lettre du 2 août 1945.

36 Ordonnance du 14 novembre 1944 concernant la réintégration de certains locataires, JO du 15 novembre 1944, p. 1309. L’article 2 énumère les catégories de locataires protégés de l’éviction immédiate sans solution de relogement soit les sinistrés, les évacués, les réfugiés, la famille des mobilisés, prisonniers de guerre, déportés politique ou du travail. Les déportés raciaux, et les victimes de l’antisémitisme de Vichy ne sont pas cités.

37 Décret d’annexion du 27 juillet 1930, JO du 1er août 1930, p. 8864.

38 AP, 1338 W carton 2138, lettre du 24 août 1938. Il occupe la façade de la parcelle 42 qui correspond au n°17 de la rue de Paris.

39 AP, 106-50-1, carton 18, lettre d’avril 1927.

40 Ibid., lettre du directeur de l’extension de Paris, 23 avril 1927.

41 Ibid., lettre du 16 novembre 1923.

42 Ibid., estimation foncière, 23 juillet 1925.

43 Ibid., lettre du 28 novembre 1924.

44 Ibid., lettre du 29 octobre 1925.

45 Ibid., lettre au préfet du 9 février 1922.

46 Ibid., lettre au préfet du 19 janvier 1922.

47 Ibid., lettre du 19 mars 1921.

48 Ibid., lettre du 12 octobre 1927.

49 Adresse d’origine pour les sinistrés, adresse de relogement temporaire, adresse professionnelle. Un SIG a permis de révéler les frontières et les porosités entre micro-espaces, I. Backouche, S. Gensburger, E. Le Bourhis, « Spoliation et voisinage. Le logement à Paris, 1943-1945 », dossier L’Espace de la persécution des Juifs. Paris dans la Seconde Guerre mondiale, à paraître dans Histoire Urbaine.

50 AN AJ 38 796, lettre à la rue Pernelle, 30 mars 1944.

51 Parmi les 5 600 appartement de notre corpus, 463 sont attribués à des bénéficiaires résidant déjà dans l’immeuble en question alors que 912 appartements sont attribués à des bénéficiaires résidant à moins de 400 mètres.

52 Pierre Bonnin et Roselyne Villanova (dir.), Loges, concierges et gardiens, Paris, Créaphis, 2006.

53 AN, AJ 38 796, lettre du 7 juin 1944 au CGQJ.

54 AP 106-50-1-carton 1, note au directeur de l’extension de Paris, 20 janvier 1920.

55 AP, Perotin 106/50/1, carton 11, projet de construction pour le relogement des zoniers, s. d.

56 Ibid., note au directeur du plan de Paris par la sous-direction des services de l’habitation, 21 avril 1937.

57 Ibid., note du 15 février 1937.

58 AN, AJ 38 796, lettre du 16 avril 1943.

59 Ibid., lettre du 23 avril 1943.

60 Ibid., lettre du 10 avril 1943.

61 La zone sera expropriée et expulsée de façon massive à partir de 1941, avec le même arsenal législatif que l’îlot 16 et le même préjugé à l’égard de ses habitants, voir I. Backouche, Paris transformé. Le Marais 1900-1980 : de l’îlot insalubre au secteur sauvegardé, Paris, Créaphis, 2019 [2016].

Haut de page

Table des illustrations

Légende Doc. 1 : Le Matin, 14 janvier 1943. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/10753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Doc. 2 : Lettre au maréchal Pétain du 15 novembre 1943. Sources : Archives de Paris
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/10753/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Doc. 3 : Opération d’expropriation, Zone de Pantin, 1938. Sources : Archives de Paris
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/10753/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Légende Doc. 4 : Lettre au préfet du 16 novembre 1923. Sources : Archives de Paris
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/10753/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Doc. 5 : lettre au préfet du 19 janvier 1922. Source : Archives de Paris
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/10753/img-5.png
Fichier image/png, 697k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Backouche, « Des Parisiens écrivent à l’administration. Le jeu des frontières sociales et spatiales (1920-1945) »L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 21 Bis | 2020, mis en ligne le 21 septembre 2020, consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/acrh/10753 ; DOI : https://doi.org/10.4000/acrh.10753

Haut de page

Auteur

Isabelle Backouche

Isabelle Backouche est directrice d’études à l’EHESS (Centre de Recherches historiques). Historienne, ses recherches portent sur le changement urbain en articulant transformations sociales et matérielles de la ville.
Elle a publié La Trace du fleuve. La Seine et Paris, 1750-1850, Editions de l’EHESS, 2000 [rééd. 2016], ouvrage dans lequel elle analyse les transformations du rôle du fleuve dans la capitale.
Elle a travaillé ensuite sur la question de l’aménagement des villes dans la seconde moitié du 20e siècle, à partir de la question de la protection des abords des monuments historiques, et a publié Aménager la ville. Les centres urbains français entre conservation et rénovation (de 1943 à nos jours), Armand Colin, 2013.
Ses récentes enquêtes portent sur le terrain parisien, notamment sur l’îlot insalubre n° 16 au sud du Marais. Dans son dernier ouvrage, elle scrute les motivations de cet aménagement urbain sous Vichy, montrant que la transformation de la ville ne peut être isolée de contextes multiples, qu’ils soient politiques ou esthétiques (Paris transformé. Le Marais 1900-1980 : de l’îlot insalubre au secteur sauvegardé, Creaphis, 2016 [rééd. 2019]).
Elle a également codirigé un ouvrage collectif paru en 2018 qui aborde les mobilisations sociales en prise avec les aménagements urbains. Le livre met en valeur la pluralité des points de vue et la capacité d’un grand nombre d’acteurs à résister à des décisions venues du haut (Isabelle Backouche, Nicolas Lyon-Caen, Nathalie Montel, Valérie Theis, Loïc Vadelorge et Charlotte Vorms (dir.), La Ville est à nous. Aménagement urbain et mobilisations sociales depuis le Moyen-Age, Paris, Editions de la Sorbonne, 2018 ; I. Backouche, « Mobilisations urbaines et histoire des vainqueurs. Le cas de l’axe nord-sud à Paris (1959-1976) », pp. 263-284). Enfin, elle a participé à la vaste enquête sur la philanthropie à partir du terrain parisien (« Micro-tactiques de l’implantation charitable : quatre quartiers parisiens », in Ch . Topalov, Philanthropes en 1900. Londres, New York, Paris, Genève, Paris, Créaphis, p. 387-434 (avec Ch. Topalov).
Aujourd’hui, elle participe à une enquête collective sur le vaste transfert d’appartements des familles juives locataires à Paris sous l’occupation (« Opportunités et antisémitisme. Le logement à Paris, 1943-44 », avec S. Gensburger et E. Le Bourhis, Politika, mis en ligne en juin 2017, https://www.politika.io/fr/notice/opportunites-antisemitisme-logement-a-paris-19431944), et poursuit un travail d’histoire sociale sur la Zone autour de Paris au 20e siècle (« La Zone et les zoniers parisiens. Un territoire habité, un espace stigmatisé », Genres urbains. Autour d’Annie Fourcaut, Paris, Créaphis, 2019, pp. 49-66).
Soucieuse de mettre à la disposition du grand public les connaissances produites par la recherche, elle travaille au sein de l’association Faire-Savoirs à la production de balades sonores disponibles sur la webapp passe-ici, https://passe-ici.fr/. Elle a publié avec S. Gensburger, « Entendre l’histoire pour comprendre son élaboration : des bulles sonores à la webapp ‘passe-ici.fr’ », (Re)conquérir des publics ? Les écritures de l’histoire sociale, Le Mouvement Social, n° 269, oct-déc 2019.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search