Navigation – Plan du site

AccueilL’Atelier du CRH21 BisConfessions et frontières dans le...

Confessions et frontières dans le Saint-Empire moderne : le Brandebourg, Minden et le calendrier en 1668

Christophe Duhamelle

Résumés

Entre 1583 et 1700, le Saint-Empire romain germanique connaît deux calendriers, décalés de dix jours. On considère généralement que l’un des calendriers, le grégorien, est catholique, et l’autre, l’ancien calendrier julien, est protestant. Il n’existe aucune raison théologique à cette répartition, qui n’est d’ailleurs pas absolue, comme le montre le cas étudié dans cet article : en 1668 le prince-électeur du Brandebourg (protestant) impose à ses sujets (majoritairement protestants) de la principauté de Minden en Westphalie le passage au calendrier grégorien (censément « catholique »). Les arguments des différents protagonistes de cette décision et les débats qu’elle engendre révèlent des synergies et des glissements entre le religieux et d’autres domaines (dont l’économique), gauchissant ces catégories souvent réifiées par l’historiographie. Par ailleurs, le débat montre que la frontière du Minden s’inscrit dans différentes échelles mobilisées, selon les besoins, par différents acteurs. Le cas permet donc de réinscrire dans un jeu social complexe (que l’on ne peut saisir que dans la diversité des sources) les limites spatiales et catégorielles qui semblent pourtant consubstantielles à la notion d’État territorial dans l’Empire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jérôme Delatour, « Noël le 15 décembre. La réception du calendrier grégorien en France (1582) », da (...)
  • 2 Robert Rebitsch, « Die Kalenderreform in Tirol im Jahre 1583 », Innsbrucker Historische Studien, 20 (...)
  • 3 Christophe Duhamelle, « Une frontière abolie ? Le rapprochement des calendriers catholique et prote (...)
  • 4 Jennifer Powell McNutt, « Hesitant Steps : Acceptance of the Gregorian Calendar in Eighteenth-Centu (...)
  • 5 Hellmut Gutzwiller, « Die Einführung des gregorianischen Kalenders in der Eidgenossenschaft in konf (...)
  • 6 Robert Poole, « „Give us our eleven days !” : Calendar reform in eighteenth-century England », Past (...)

1Au xviie siècle, l’Europe suit deux calendriers. Le calendrier julien, hérité de Jules César, reste en vigueur sur une partie du continent. L’autre partie utilise le calendrier grégorien, nommé selon le pape Grégoire XIII qui l’a instauré en 1582. La différence entre les deux est ténue : le calcul de la date de Pâques (qui combine l’année solaire et l’année lunaire) est légèrement différent, et le calendrier grégorien supprime de temps en temps une année bissextile (tous les cent ans, sauf lors des multiples de 400 – depuis 1582, cela n’a donc eu lieu qu’en 1700, 1800 et 1900, pas en 1600 ni en 2000) afin de rattraper le léger retard d’une dizaine de minutes par an que prenait le calendrier julien par rapport à la durée effective de la révolution de notre planète autour de son étoile. Toutefois, la réforme de Grégoire XIII comportait aussi un « saut » de dix jours en avant afin de rattraper ce retard accumulé depuis le concile de Nicée (325) qui avait édicté la manière de calculer la date de Pâques : le jeudi 4 octobre 1582 fut suivi à Rome du vendredi 15 octobre 1582 – qui, pour le calendrier julien, fut également un vendredi, mais le 5 octobre. En réalité, tous les pays catholiques n’adoptèrent pas la réforme exactement en même temps. En France par exemple, c’est le 9 décembre 1583 qui fut suivi du 20 décembre1. Dans le Saint-Empire romain germanique également le saut dans le nouveau calendrier se fit en ordre dispersé : l’Autriche et le Tyrol passèrent ainsi du 4 au 15 octobre, mais en 1583, bien après la Bavière, mais un jour avant le prince-évêque de Brixen2. Surtout, la plupart des pays protestants (et orthodoxes) refusèrent le calendrier grégorien, principalement parce qu’il venait du pape. Ce refus persista longtemps : jusqu’en 1700 dans l’Empire3 et la plus grande partie de la Suisse (mais en 1701 à Genève4, en 1783 dans la Haute-Engadine et jusqu’en 1812 pour les deux communes de Schiers et Grüsch5), jusqu’en 1752 en Angleterre6. Bien que toute l’Europe continuât à nommer ensemble le même jour « dimanche » ou « mercredi », il y eut désormais pour identifier ce dimanche ou ce mercredi deux dates, décalées de dix jours (onze après 1700), le « nouveau style » grégorien étant en avance sur l’« ancien style » julien. Voilà qui n’était guère pratique – mais qui à première vue ne constitue pas un terrain d’investigation intéressant pour l’histoire sociale des catégorisations.

Différence des calendriers et histoire sociale du confessionnel

2C’est pourtant sous cet angle que j’étudie la différence des calendriers. Ce décalage bien réel, inscrit dans le quotidien et matérialisant par un changement de date la frontière confessionnelle, ne repose pas sur un fondement doctrinal, ni même religieux. Le calendrier est par lui-même, tous en conviennent alors, un adiaphoron, une chose indifférente au regard des dogmes. Le paradoxe d’un marqueur confessionnel omniprésent sans fondement religieux est ce qui en fait tout l’intérêt pour l’entreprise que je mène d’une histoire sociale des catégories d’appartenance religieuse dans le Saint-Empire à l’époque moderne.

3Ce programme m’a progressivement amené à remettre en cause trois idées qui engendrent à la fois des choix méthodiques, des sélections documentaires et des cadres interprétatifs. Ces trois idées sont présentées par ceux qui les portent comme des classements empiriques – donc neutres – alors qu’elles renvoient toujours à des options théoriques, même si ces dernières sont parfois inaperçues. D’autre part, elles se situent à l’intersection entre les « thématiques » selon lesquelles les historiens se répartissent leur tâche en différentes spécialités, et les enjeux manipulés par les acteurs du temps dans l’invention controversée qu’ils effectuent des cadres de la coexistence confessionnelle. C’est cet entrecroisement entre les catégories des contemporains et celles des historiens qui rend tout à la fois difficile et nécessaire d’effectuer un déplacement par rapport aux unes et aux autres.

4Il s’agit d’abord de déconstruire une ontologie du fait religieux postulée à la fois par une partie des acteurs des confrontations confessionnelles et par une partie de l’historiographie qui s’y consacre – surtout en Allemagne, où l’histoire des protestants et celle des catholiques demeurent deux spécialités assez étanches, en partie pratiquées dans les facultés de théologie. Cette manière d’envisager les choses fait découler les caractéristiques d’une confession de son cœur doctrinal et du programme d’orthodoxie et d’orthopraxie mis en œuvre par son clergé. Les déviances, les logiques propres des relations entre confessions, la dimension sociale de la construction confessionnelle sont rejetées aux marges du travail historien. Je m’attache au contraire à ne pas attribuer d’emblée au religieux une éminence explicative qui risquerait de masquer la diversité des usages de catégories telles que « catholiques » et « protestants ». De ce point de vue, la différence des calendriers, parce qu’elle établit un seuil net et directement perceptible entre les utilisateurs du calendrier julien et ceux du calendrier grégorien, et parce que dans le même temps elle ne repose en rien sur une base doctrinale, est un bon observatoire d’une distinction confessionnelle inscrite dans le social.

  • 7 Pour une discussion plus approfondie et de nombreuses références bibliographiques : Christophe Duha (...)
  • 8 Voir par exemple Damien Tricoire, Mit Gott rechnen. Katholische Reform und politisches Kalkül in Fr (...)
  • 9 Et même plus : après 1700, le calcul de la date de Pâques continua à distinguer le « calendrier jul (...)

5Deuxième déconstruction : celle du privilège accordé par l’historiographie, principalement en Allemagne, à l’échelle et aux appareils étatiques pour l’étude des appartenances confessionnelles et de leur construction, soit en établissant une conjonction forte entre la « confessionnalisation » et l’« État moderne »7, soit en repliant plus récemment le politique sur la théologie8, dans les deux cas en doublant la perspective surplombante ordonnant la catégorisation confessionnelle à partir de son cœur doctrinal et ecclésial d’une perspective surplombante l’ordonnant à partir de son noyau étatique. À ce double « top-down », j’essaie moins d’opposer un « bottom-up » que de replacer la catégorisation confessionnelle dans un processus social différencié où les pouvoirs étatiques et ecclésiaux jouent un rôle important – mais ni unique, ni univoque. De ce point de vue encore, la différence des calendriers est un objet intéressant : elle concerne la société toute entière et permet d’en saisir la diversité ; les usages qui en sont faits sont plus intenses quand ils interagissent ; enfin, la question centrale – et jamais tranchée – à partir de laquelle s’est établi le refus initial par certaines autorités protestantes du calendrier grégorien est précisément l’articulation problématique entre la dimension politique du calendrier et ses implications religieuses. Pendant le long siècle où la différence des calendriers exista dans l’Empire9, la place respective des décisions politiques, des usages sociaux et de la dimension religieuse demeura soumise à des agencements variables, controversés – et donc offerts à l’analyse historique.

  • 10 Christophe Duhamelle, La Frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumiè (...)

6Troisième déconstruction enfin : celle de la notion de frontière. L’accent porté sur la congruence entre construction étatique et discipline confessionnelle, dont nous venons de parler, et le privilège accordé au cœur doctrinal sur les complexités du social, dont il était question auparavant, conduisent tous deux à faire de la frontière entre confessions un simple jointoiement de différences construites loin d’elle, et à supposer que la coïncidence entre frontière politique et frontière confessionnelle, ainsi que la linéarité croissante de l’une et de l’autre, seraient la norme. Sur le premier point, il est utile d’envisager la frontière confessionnelle aussi comme un lieu d’appropriation sociale des appartenances et de production sociale des catégories confessionnelles, dans la diversité des acteurs et de leurs intérêts10. Le second point est souvent résumé par une formule latine, cujus regio ejus religio (celui qui possède un territoire en détermine la religion), prise parfois pour argent comptant alors qu’elle ne correspond pas aux dispositions plus nuancées des deux paix de religion établies dans le Saint-Empire (la paix d’Augsbourg en 1555 et la paix de Westphalie en 1648) et reflète encore moins l’infinie variété des situations concrètes où se mêlent, sous une même autorité territoriale, de nombreuses appartenances confessionnelles et de multiples combinaisons entre obéissance politique, culte public et religion privée. Dans ce domaine également, le calendrier est un objet d’études efficace, car il rend la frontière à la fois visible et problématique. En effet, il engendre certes un seuil spatial socialement partagé par tous et brutalement binaire, mais la frontière qu’il marque apparaît d’autant mieux dans sa complexité : la question du calendrier dissocie l’appartenance politique (si l’on considère le calendrier comme relevant uniquement du pouvoir séculier) et l’appartenance religieuse (si on privilégie sa fonction d’organisation des fêtes religieuses), si bien que la plupart des conflits foisonnant dans l’Empire au sujet du calendrier mettent en jeu cette diffraction de la notion de frontière selon l’angle et les échelles auxquels les différents acteurs choisissent de la considérer.

  • 11 Falk Bretschneider, Christophe Duhamelle, « Fraktalität. Raumgeschichte und soziales Handeln im Alt (...)

7Ces trois déplacements organisent mon programme scientifique : produire une histoire sociale du confessionnel inscrite dans une histoire sociale du Saint-Empire en tant que système politique. Ce programme rejette la dichotomie (qui structure l’historiographie) entre les territoires de l’Empire et le niveau impérial et met au contraire en valeur les jeux des acteurs entre ces différentes échelles, selon ce que j’ai appelé avec Falk Bretschneider la « fractalité » de l’espace social impérial11. Ce faisant, il propose aussi de dépasser des classements historiographiques d’autant plus puissants qu’ils sont, en Allemagne, fermement ancrés non seulement dans l’organisation institutionnelle des recherches historiques et dans leurs traditions intellectuelles, mais également dans la répartition des archives et sa redistribution chaotique depuis le début du xixe siècle.

  • 12 La seule synthèse, centrée surtout sur les débats généraux et scientifiques, est récente : Edith Ko (...)
  • 13 L’essentiel sur la « querelle du calendrier », en particulier à Augsbourg, est connu dès la fin du (...)
  • 14 Voir entre autres Hans Gaab, « Der Kontakt von Abdias Trew mit Herzog August von Branschweig Lünebu (...)

8La différence des calendriers est un terrain qui permet de poursuivre ce programme. Mais elle en cumule aussi les difficultés. Il s’agit d’un domaine peu étudié12 et, lorsqu’il l’est, fractionné entre différents champs historiographiques assez étanches : l’histoire des sciences et en particulier de l’astronomie ; l’histoire du livre et en particulier des calendriers ; l’histoire locale qui rencontre souvent des conflits autour des calendriers sans, généralement, en faire un thème à part. De surcroît, la documentation archivistique est fragmentée et difficile d’accès : la diversité des calendriers croise de nombreuses zones de conflit, mais est rarement constituée en dossier thématique – d’autant moins que, contrairement à d’autres thèmes, elle n’a pas perduré jusqu’à la fin de l’Empire. De tout cela résulte un traitement éclaté et lacunaire de la question : à part la querelle initiale sur le calendrier grégorien, singulièrement à Augsbourg13, et dans une moindre mesure les débats astronomiques sur le calendrier jusqu’en 170014, la question est peu abordée, hors les mentions de conflits locaux. Ce n’est pas uniquement par vanité personnelle que je cite dans les notes de cette contribution plusieurs de mes productions ; sur la crise des Pâques de 1724, ou sur le cas dont je vais désormais parler, il n’existe à ma connaissance aucune étude antérieure. Mon travail sur la différence des calendriers est par conséquent voué à rester incomplet, d’autant que je le poursuis sur plusieurs plans que je m’efforce de mettre en résonance : les discussions des astronomes, les débats à l’échelle impériale, les conflits locaux, et les usages différenciés de la dualité des calendriers.

La principauté de Minden

9Dans le présent article, je me concentre sur un seul cas qui est loin de couvrir l’éventail de mes pistes de recherche mais qui fait bien voir le jeu différencié des catégories politiques, confessionnelles et spatiales auquel se livrent, à propos du calendrier, les différents acteurs sociaux. En 1667-1668, le prince-électeur de Brandebourg – qui n’est pas encore roi en Prusse, mais déjà l’un des dynastes les plus puissants de l’Empire – impose à une partie de ses sujets, ceux de la principauté de Minden, l’usage du calendrier grégorien. Cette décision ne concerne pas l’ensemble de ses territoires qui pour l’essentiel conservent le calendrier julien. Elle engendre des réactions et des débats dont les archives gardent des traces lacunaires mais conséquentes. Je les ai découvertes en deux temps : d’abord dans un dossier berlinois comprenant les échanges entre le gouvernement du prince-électeur et le gouvernement local de Minden, ensuite dans les archives de Münster où sont conservées quelques pièces d’origines plus diversifiées. On dispose donc ici de plusieurs voix, à plusieurs échelles, sur la même question. L’introduction du calendrier grégorien dans la principauté de Minden – un cas minuscule : le territoire dépasse à peine les 1 000 km2 et n’a pas mobilisé une activité historiographique frénétique – bouscule les équivalences admises entre obédience politique, appartenance confessionnelle et fixité de la frontière.

  • 15 Werner Freitag, Pfarrer, Kirche und ländliche Gemeinschaft : das Dekanat Vechta 1400-1803, Bielefel (...)
  • 16 Volker Wappmann, Durchbruch zur Toleranz. Die Religionspolitik des Pfalzgrafen Christian August von (...)
  • 17 Landesarchiv Nordrhein-Westfalen, Abteilung Westfalen (dépôt situé à Münster) : Fürstabtei Corvey, (...)

10Sa date est tout d’abord intéressante. Si, on l’a vu, le début de la différence des calendriers en 1582-1583 et sa fin apparente en 1700 ont été en partie étudiés, les modifications survenues entre ces deux dates sont généralement ignorées. Or elles sont constantes : c’est par exemple en 1624 que le calendrier grégorien est introduit dans la principauté-évêché d’Osnabrück15, en 1655 qu’il est mis en vigueur dans la principauté de Palatinat-Sulzbach16, en 1675 qu’il devient le calendrier unique de la ville de Höxter17. L’histoire de la différence des calendriers dans l’Empire n’est pas figée par une assignation unique, celle du calendrier julien au protestantisme, et du calendrier grégorien au catholicisme. Elle se décline au contraire en des possibilités plus nombreuses, révélatrices d’une articulation toujours problématique et retravaillée entre le politique, le confessionnel et le social.

  • 18 Hans Nordsiek, « Vom Fürstbistum zum Fürstentum Minden. Verfassungsrechtliche, politische und konfe (...)
  • 19 Sur le chapitre de Minden la meilleure présentation reste : Hermann Nottarp, « Ein Mindener Domprop (...)

11Une autre caractéristique de l’introduction du calendrier grégorien dans la principauté de Minden en 1668 renforce ce premier enseignement : elle est effectuée par un prince protestant. Les princes-électeurs de Brandebourg (calvinistes régnant sur des luthériens) ont d’emblée refusé le calendrier du pape Grégoire XIII et s’en tiennent à ce refus. En outre, la principauté de Minden elle aussi est peuplée pour l’essentiel de protestants, et ce depuis la signature en 1535 d’un accord entre la ville et le chapitre cathédral18. Ce territoire, jusqu’à la paix de Westphalie de 1648, était une principauté-évêché. Qu’elle ait été peuplée en grande majorité de protestants n’est qu’une des multiples situations qui obligent à repenser la relation entre territoire et confession. Cette situation particulière (un territoire principalement luthérien ayant à sa tête un prélat catholique élu par des chanoines en partie protestants) permet de comprendre pourquoi la principauté-évêché n’avait pas adopté le calendrier grégorien en 1583. En outre le chapitre cathédral, longtemps électeur de l’évêque, demeure une puissance sociale et politique en 1668, dominant la diète locale. La paix de 1648 a figé sa composition : chanoines protestants et catholiques y cohabitent, tous nobles de vieille origine, exerçant ensemble la supervision sur le clergé de la principauté qui est – à part la cathédrale et deux collégiales de la ville – entièrement luthérien19.

12Résumons : en 1668, un prince-électeur protestant introduit le calendrier grégorien dans une principauté presque entièrement protestante. Si l’on ajoute que cette situation correspond plus ou moins à celle qui prévaut dans les autres exemples que j’ai évoqués de passage au nouveau style entre 1583 et 1700 (la principauté-évêché d’Osnabrück présente un paysage confessionnel très bigarré ; en Palatinat-Sulzbach, le prince est encore protestant lorsqu’il instaure le grégorien dans sa principauté protestante ; à Höxter la ville est bi-confessionnelle mais son conseil décide unanimement l’adoption du nouveau style), on constate à quel point le calendrier s’insère dans une articulation entre politique et religieux qui déplace l’automatisme trop souvent postulé – celui que véhicule la formule cujus regio ejus religio – entre pouvoir princier et assignation confessionnelle.

  • 20 Sur ce point et avec d’autres exemples de cartes effectuées selon le même principe : Christophe Duh (...)

13La notion de frontière s’en trouve également relativisée. La carte qui accompagne cette contribution reflète un choix conscient de représentation : il s’agit d’une carte « en silhouette » qui donne en détail les contours d’un ensemble territorial, et rien d’autre – ici, elle est un peu trompeuse puisqu’elle reflète l’état de l’ensemble dynastique de la Maison de Brandebourg à la veille de la Révolution française ; la Frise et les margraviats franconiens se sont ajoutés à la situation qui prévalait en 1668. Mais l’essentiel est ailleurs : cette carte montre que les terres d’un des plus puissants princes de l’Empire, comme celles de tous ses homologues plus modestes, forment une manière d’archipel d’exclaves elles-mêmes trouées d’enclaves et ne présentent qu’un faible degré de continuité territoriale20. Dans cet ensemble, la principauté de Minden est un ajout récent et encore fragile : créée comme principauté laïque et attribuée à l’électeur de Brandebourg par la paix de Westphalie en 1648, elle n’a été évacuée par les troupes suédoises qu’en septembre 1650 – et le dernier prince-évêque élu, Franz Wilhelm von Wartenberg, a continué à revendiquer ses droits jusqu’à sa mort en 1661. Les prérogatives du gouvernement local et de la diète (dominée par le chapitre cathédral) ont été confirmées en 1650 par l’électeur de Brandebourg. Celui-ci est Frédéric Guillaume – le « Grand Électeur » qu’une historiographie longtemps imbue de la téléologie prussienne a présenté comme celui qui a posé les bases d’un « État moderne » rationalisé, protestant, militaire et efficace.

14Pour illustrer la façon dont, à propos du calendrier, s’exprime dans cette exclave le maniement différencié et parfois tacite des catégories confessionnelles, spatiales et politiques dans le Saint-Empire du xviie siècle, je ne vais pas détailler l’ensemble du dossier documentaire mais me concentrer sur quelques textes qui en sont tirés.

Échelles et enjeux

15Que le Grand Électeur, considéré comme le champion de l’unité prussienne avant la lettre et du protestantisme, puisse introduire le calendrier « catholique » dans une principauté luthérienne ne va donc pas de soi. Quelles sont ses motivations ? Le document où elles sont exposées le plus clairement est la « patente » (décision de l’électeur) du 21 janvier 1668 qui marque la fin du processus de décision :

  • 21 Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz Berlin, I. HA Rep. 32 Nr. 83 10535, « Fürstentum Min (...)

« Après avoir pris connaissance depuis un certain temps de la manière dont les différents calendriers dans nos territoires westphaliens ont causé une grande confusion et des disparités entre nos sujets du point de vue de leur activité et de leur commerce comme à d’autres points de vue, nous nous sommes décidé à introduire désormais et mettre en usage le nouveau calendrier dans notre principauté de Minden, comme dans notre ville d’Herford, deux lieux où il n’avait pas été en usage jusqu’à maintenant, dans le but principal que soient instaurées entre deux territoires qui n’en font qu’un et sont frontaliers une harmonie ininterrompue, une bonne conformité et une égalité susceptibles de favoriser le développement du commerce et le maintien d’une bonne intelligence »21.

  • 22 Stefan Ehrenpreis, « Wir sind mit blutigen Köpfen davongelaufen... ». Lokale Konfessionskonflikte i (...)

16Dans ce texte le prince-électeur prend pour échelle pertinente non pas celle de l’ensemble de ses terres, ni celle de la seule principauté de Minden, mais une échelle intermédiaire : « nos territoires westphaliens ». Parmi ceux-ci, Minden est un ajout récent. Le gros des acquisitions des électeurs de Brandebourg en Westphalie s’est effectué au début du xviie siècle lors du partage (entre le Brandebourg et le Palatinat-Neubourg) de la succession des ducs de Juliers-Clèves-Berg. Or ceux-ci ont longtemps pratiqué envers le partage confessionnel de l’Empire une politique médiane et attentiste dont l’une des manifestations fut l’adoption rapide et sans grande contestation de la réforme pontificale du calendrier22. Bien que ces terres soient désormais majoritairement luthériennes et placées sous l’autorité d’un prince calviniste, elles suivent donc dès l’origine le calendrier grégorien. Comme tous les droits acquis, celui-ci a été scrupuleusement conservé, en dépit de l’appartenance confessionnelle.

17Mais ce n’est pas de confession que parle l’électeur. Il parle uniquement d’« harmonie ininterrompue », de « développement du commerce » et du « maintien d’une bonne intelligence ». Il place donc au premier plan une préoccupation économique : le souci de revivifier sur ses terres le commerce et l’activité après les ravages de la guerre de Trente Ans. En dénonçant les obstacles que la diversité des calendriers dresse devant cet objectif, il reprend en outre un lieu commun qui, dès l’origine, a caractérisé les réflexions – particulièrement à la Diète d’Empire – sur la nécessité de retrouver une unité dans la manière de nommer le temps. L’électeur mobilise ici un discours habituel à l’échelle impériale, il l’applique à une échelle qui n’est ni celle d’un territoire, ni celle de son ensemble dynastique, et il évite soigneusement toute référence confessionnelle, comme le montre l’expression neutre « nouveau calendrier » (et non « grégorien »). Surtout, en affirmant sa capacité à changer le calendrier de sa propre initiative, il adopte implicitement l’idée que le comput est une chose purement politique, indifférente aux règles qui gouvernent le confessionnel et qui voudraient donc, puisque la principauté de Minden respectait le calendrier julien en 1624 (l’Année normative élevée au rang de règle éternelle par la paix de Westphalie pour la répartition de l’exercice public des confessions), qu’elle continue à le suivre. Les électeurs de Brandebourg s’étaient rangés à l’avis contraire en 1583 ; par la suite, ils proclameront le caractère religieux du calendrier à d’autres occasions. Les catégories confessionnelles et politiques valent ce que l’on veut en faire.

18La patente de l’électeur tranche ainsi dans les controverses concernant le calendrier, alors qu’elles ne sont pas tranchées du tout, la plupart des conflits portant précisément sur son inclusion ou non dans les prérogatives de l’exercice public. Il le fait au nom d’une hiérarchisation des frontières, d’une évacuation du calendrier hors des marqueurs du confessionnel, et d’un primat donné à l’uniformisation territoriale à une échelle spécifique – en quelque sorte régionale et économique. Cette position n’est d’ailleurs pas sans contradictions : elle ne s’étend pas à l’ensemble de l’Empire, où l’électeur ne prônera jamais l’adoption par tous les protestants du calendrier grégorien pour faciliter le « développement du commerce » ; et elle fait fi d’une autre frontière, celle qui sépare la principauté de Minden d’autres principautés protestantes qui l’entourent – ou plutôt : celle qui tisse des liens multiples avec ces voisins.

19C’est cette autre conception de l’échelle régionale que mobilise un deuxième texte. Il s’agit d’une supplique adressée par le conseil municipal de la ville de Minden à l’électeur, le 7 février 1668 :

  • 23 Le comté de Hoya est rattaché au Brunswick-Lunebourg depuis 1582.
  • 24 Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz Berlin, I. HA Rep. 32 Nr. 83 10535, « Fürstentum Min (...)

[ils prient l’électeur de se demander] « si l’introduction du calendrier ne risque pas d’occasionner une notable confusion et un trouble, et de paralyser en bonne partie le commerce et la bonne intelligence observée jusqu’à présent avec les pays voisins, en considération du fait que les bourgeois d’ici font leurs affaires principalement avec les sujets frontaliers du comté de Lippe, du Schaumbourg, de Hoya23 et des pays de Hesse, chez qui à l’heure actuelle l’ancien calendrier est encore en usage »24.

20Les voisins dont parle ce texte sont soigneusement choisis. Tous sont très proches – quelques heures de marche au plus. Aucun ne fait partie des autres territoires westphaliens du prince-électeur. En revanche, ils sont liés depuis longtemps au Minden, et particulièrement à la ville de Minden, où ils ont aidé les protestants à s’affirmer au xvie siècle contre leur prince-évêque. Ils sont également tous protestants, ce que le texte omet soigneusement de dire. La frontière, et c’est souvent le cas, est suffisamment compliquée et omniprésente pour offrir à divers protagonistes des arguments opposés sans qu’il soit forcément nécessaire d’en venir au fond du problème. Ici, le sujet est tellement délicat que s’impose une stratégie périphérique : il s’agit pour des sujets protestants de contester la décision prise par leur prince, lui-même protestant, de leur imposer le calendrier grégorien. On comprend que la ville de Minden se rabatte sur des arguments pratiques liés à la proximité de la frontière. Et pourtant ceux-ci suggèrent, discrètement, que Minden a son histoire et sa géographie – et son identité confessionnelle – depuis bien plus longtemps qu’elle n’est rattachée au Brandebourg.

  • 25 Les Cercles sont des regroupements de coopération régionale qui sont investis par l’Empire de certa (...)

21Un aspect important de ce texte est donc qu’il se situe, mot pour mot, sur le même terrain que les arguments avancés par le pouvoir berlinois. L’électeur disait vouloir l’unité économique de ses terres westphaliennes, souhaitant faire advenir une communauté d’intérêt entre des territoires réunis depuis peu. Le conseil de la ville de Minden lui rétorque que la vivacité du commerce existe déjà, mais dans le cadre de la Westphalie historique, incarnée institutionnellement par le Cercle d’Empire de Basse-Rhénanie-Westphalie dont font partie entre autres le Hoya, la Lippe, le Schaumbourg et les exclaves hessoises cités par le texte25. Ces voisins conservent, eux, le calendrier julien. Si bien que le nouveau calendrier risque de nuire, et non de profiter, au commerce. Même en adoptant la même sémantique que l’électeur – celle d’une pragmatique territoriale et économique – le conseil de la ville de Minden illustre la plasticité des arguments et des échelles en fonction du contexte d’énonciation.

  • 26 Voir par exemple Michaela Fenske, Marktkultur in der frühen Neuzeit. Wirtschaft, Macht und Unterhal (...)

22Il faut là aussi souligner ce que le texte ne dit pas. En ne citant que les voisins qui ne sont pas d’obédience brandebourgeoise, il ne propose pas seulement sa propre interprétation de l’échelle économique régionale, hors de la logique dynastique ; il affirme aussi que les problèmes commerciaux seraient créés par le changement de calendrier, et non résolus – autrement dit, que ce n’est pas la différence des dates, mais bien sa modification brutale, qui nuit aux relations commerciales. Ceci rejoint d’autres indices montrant que la diversité des calendriers s’est très rapidement accompagnée d’une complémentarité des marchés, des foires26 et des jours de travail dont bien des acteurs économiques, à une échelle d’action qui se joue des innombrables frontières internes à l’Empire, ont su tirer profit. À bas bruit, et en dépit des discours convenus tenus à l’échelle impériale, le double décompte des jours permet, y compris entre « adversaires confessionnels », un appareillage des activités contournant souvent les obligations religieuses et les jours chômés de chaque confession.

23En considérant que la supplique du conseil de la ville de Minden fait également silence sur la dimension confessionnelle du calendrier, on serait par conséquent tenté d’indexer l’appartenance religieuse à l’échelle considérée : « par en haut », la confessionnalisation s’efforcerait de créer une distinction forte entre protestants et catholiques ; « en bas », la population s’en arrangerait de façon plus pragmatique. Toutefois, l’interaction entre les catégories mobilisées, les différents groupes d’acteurs et les échelles auxquelles interviennent les uns et les autres, s’avère rétive à cette stratification verticale du jeu social – c’est ce que nous invite à penser un troisième document.

Le prisme local

24Il s’agit cette fois d’un texte rédigé par un pasteur. Il se trouve dans les archives de Münster et non, comme les deux précédents, dans celles du pouvoir central berlinois. Ce rapport du 20 décembre 1668 reproduit les menaces que ses ouailles domiciliées de l’autre côté de la frontière adressent à ce pasteur situé, lui, en principauté de Minden et forcé d’appliquer le nouveau calendrier :

  • 27 Landesarchiv Nordrhein-Westfalen, Abteilung Westfalen : Minden-Ravensberg, Regierung, Nr. 1 521, «  (...)

« veut-il célébrer les fêtes selon l’ancien calendrier, comme avant, ou pas ? Ils ne peuvent pas, ne veulent pas, et ne sont pas en droit de fêter selon le nouveau temps ; et s’il ne voulait pas faire comme avant, et comme il est d’usage depuis des temps immémoriaux, alors ils devront se séparer de lui et se chercher une nouvelle église »27.

  • 28 La question a été assez peu traitée. Voir par exemple Alfred Schirge, « Grenz- und Zufluchtskirchen (...)
  • 29 Lorsque la situation confessionnelle d’un territoire est analysée paroisse par paroisse, cette comp (...)

25Les paroissiens ruraux de ce pasteur introduisent une nouvelle échelle. Au rebours de la linéarité postulée de la frontière et de la « territorialité » de la principauté, ils font valoir le découpage spécifique de la paroisse. Celle-ci comprend souvent, dans l’Empire, plusieurs villages, que ce soit en pays protestant ou sur les terres du catholicisme. En lisière des territoires politiques, les limites des paroisses chevauchent donc fréquemment celles des principautés. Or, cette lisière est partout présente et le phénomène n’est donc pas marginal. Aucun lieu de la principauté de Minden ne se situe à plus d’une quinzaine de kilomètres de la frontière, et il ne s’agit là en rien d’une exception. Par conséquent, et un peu partout, les frontières paroissiales imposent une échelle qui ne coïncide pas avec celle des limites territoriales28. De même que la mosaïque ancienne des droits de patronage et de collation, cette micro-géographie propre des paroisses vient fréquemment brouiller l’articulation entre obédience politique et affiliation ecclésiale29. Elle la trouble d’autant plus que la clause de l’Année normative a figé cette dentelle de prérogatives en l’attachant intimement à la notion d’exercice public de fait, plus puissante en droit que la volonté des princes et revêtue de la force de la possessio (les « droits immémoriaux »). Le cujus regio ejus religio n’est donc pas seulement relativisé par la complexité des héritages dynastiques et freiné par les compromis impériaux qui figent les rapports de force confessionnels, il est aussi miné à l’échelle locale par la marquèterie des paroisses.

26Bien que la principauté de Minden soit toute petite, les paroissiens dont le texte du pasteur se fait l’écho ne sont donc pas les seuls à faire face à deux calendriers dans une seule paroisse. Synthétisant de nombreuses plaintes émises à ce sujet, le gouvernement de la principauté expose le problème à l’électeur, dès la phase préparatoire de la décision, le 14 mars 1667 :

  • 30 Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz Berlin, I. HA Rep. 32 Nr. 83 10535, « Fürstentum Min (...)

« dans la mesure où certains sujets frontaliers du prince de Lunebourg, du comte de Lippe et du Schaumbourg, chez qui on observe l’ancien calendrier, appartiennent aux églises de notre principauté, et en sens inverse des sujets d’ici appartiennent aux églises de ces territoires, et dans la mesure où les uns et les autres sont tenus d’aller à ces églises, il en résulterait de la confusion et du trouble pour l’office des jours fériés, d’autant que, les fêtes ne tombant pas le même jour, à cause du décalage des temps les sujets ne respecteraient plus aucun jour férié, et il est donc à craindre, au cas où les seigneurs frontaliers, le Brunswick-Lunebourg et la Hesse-Cassel, ne pourraient se résoudre à adopter le nouveau calendrier, que leurs sujets souhaitent quitter les églises de notre territoire, en raison de quoi non seulement le pasteur, mais aussi les églises verraient fortement diminuer leurs revenus dans de nombreuses localités »30.

27Parce qu’il répond aux textes princiers qui ne parlent que de politique et d’économie, l’argument est maintenu sur le strict registre des inconvénients pratiques, des revenus, et des prérogatives juridictionnelles – celles de l’exercice public qui résiste à tout (« les uns et les autres sont tenus d’aller à ces églises »). Mais c’est pourtant à cette échelle locale que la nature confessionnelle du calendrier trouve à s’exprimer, achevant de complexifier l’interaction entre acteurs, échelles et catégories.

28Pour être plus exact, la documentation mobilisée jusqu’ici donne parfois l’impression que les arguments économiques ou juridiques masquent l’aversion que ressentent ces protestants à adopter le calendrier du pape Grégoire. Ainsi, à l’issue de leur longue dissertation d’ordre géographique et économique du 7 février 1668, les responsables luthériens de la ville de Minden ajoutent, in fine :

  • 31 Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz Berlin, I. HA Rep. 32 Nr. 83 10535, « Fürstentum Min (...)

« Sans même rappeler pour quels puissants motifs […] les états luthériens et calvinistes du Saint-Empire romain se sont refusés à adopter le nouveau calendrier et à l’introduire dans leurs territoires »31.

29« Sans même rappeler » – car ces motifs étaient liés avant tout au refus d’une réforme se présentant comme une bulle pontificale, et car ce discret rappel n’est pas de ceux qu’il convient à des sujets de faire pour contester leur prince. C’est bien le propre des conflits confessionnels dans l’Empire après 1648 : ils parlent de droits acquis, d’arguties juridiques, du bornage contesté des frontières, mais très rarement de l’opposition des croyances, qui a été en quelque sorte mise de côté par la définition, constitutive de la paix, des seuls arguments légitimes pour s’affronter : ceux du droit et du fait. Il n’est donc pas surprenant que le seul à exprimer frontalement une opposition d’ordre religieux soit un autre pasteur officiant à la frontière. Il écrit en août 1668, dans un mémoire adressé au gouvernement de Minden :

  • 32 Landesarchiv Nordrhein-Westfalen, Abteilung Westfalen : Minden-Ravensberg, Regierung, Nr. 1 521, «  (...)

« D’autant qu’il n’est pas seulement très difficile et douloureux pour les églises de cette principauté, en adoptant le nouveau calendrier, d’adopter aussi et porter à l’avenir un des signes distinctifs de l’Antéchrist ; et aussi d’être désormais tant séparés de leurs coréligionnaires, proches ou lointains, qu’ils ne puissent prier dans le même temps qu’eux, ni célébrer dans le même temps qu’eux les beaux offices divins du seigneur aux très saints jours fériés »32.

  • 33 Hans Nordsiek, « Vom Fürstbistum zum Fürstentum Minden. Verfassungsrechtliche, politische und konfe (...)

30L’adoption est « difficile et douloureuse » en raison également de l’histoire, car la principauté de Minden a déjà connu une introduction du calendrier grégorien, dans des circonstances dramatiques : en 1632, le prince-évêque Franz Wilhelm von Wartenberg, récemment élu et épaulé par les troupes impériales qui occupaient depuis 1625 la forteresse de Minden, avait imposé le nouveau style dans un effort plus général de recatholicisation. Dès que le duc de Brunswick, au service de la Suède, eut pris à son tour la forteresse, Minden revint au calendrier julien – le 25 novembre 1634 fut, curieusement, suivi du 16 novembre33. Une génération plus tard, ce souvenir confère au changement de calendrier une forte charge confessionnelle masquée dans les échanges entre Minden et Berlin, mais qui ressurgit sous la plume d’un pasteur.

31Le calendrier ici retrouve sa dimension de marqueur religieux – dans des circonstances et à une échelle qui forment en quelque sorte un front renversé au regard du paradigme de la confessionnalisation par le haut. Que cette résurgence ne soit pas incompatible avec les arrangements quotidiens dont témoigne par exemple la fréquentation des marchés voisins aux jours chômés, suggère finalement la même conclusion que la plasticité de l’électeur de Brandebourg, tantôt champion du protestantisme contre le calendrier du pape, tantôt introducteur de ce même calendrier dans la principauté de Minden : dans le contexte du Saint-Empire moderne, l’identité confessionnelle ne peut être appréhendée que dans les multiples facettes, les échelles complémentaires et les rythmes divers de son travail social.

  • 34 Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz Berlin, I. HA Rep. 32 Nr. 83 10535, « Fürstentum Min (...)

32Un dernier exemple achèvera de nous en convaincre. Le 16 décembre 1677, deux conseillers du gouvernement de Minden écrivent à l’électeur : un des chanoines de la cathédrale est mort le 1er décembre. Or il revient au prince de nommer les membres du clergé de la cathédrale (catholiques comme protestants), contre paiement, pendant certains mois – la cooptation étant en vigueur le reste du temps. Les conseillers expliquent que l’accord avec le chapitre cathédral à ce sujet date d’avril 1665 ; or l’ordonnance de 1668 sur l’introduction du calendrier grégorien n’a pas évoqué ce point, « et il pourrait presque sembler, puisque rien en la matière n’a été changé, qu’il faille laisser les choses selon l’usage antérieur, selon le vieux calendrier », ce qui placerait la mort au 21 novembre et permettrait à l’électeur de donner le canonicat à son prédicateur de cour. Certes, l’électeur refuse dès le 21 décembre cette ruse qui n’apporterait que confusion. Mais la tentative des conseillers pour faire servir l’introduction en 1668 du calendrier grégorien aux intérêts du prince ajoute à la plasticité des usages du calendrier une illustration de plus34.

Conclusion

33Au sujet du Saint-Empire moderne – et de manière plus générale – les pesanteurs de l’historiographie conduisent souvent à hypostasier des catégories générales : le protestantisme est protestant, le catholicisme, catholique, on étudie le religieux ou l’économie, ou la politique, et les frontières, malgré quelques accidents locaux, sont des traits séparant des couleurs bien tranchées, comme sur nos atlas. Or, prendre au sérieux les textes produits par les contemporains, dans leur complexité et leur diversité, oblige souvent à introduire dans ces catégories non une relativisation désabusée mais les ressorts du travail social qui les mobilise. Certes, le calendrier semble un « cas limite », précisément parce qu’il est ambigu. Mais il est généralement aussi considéré comme une sorte de paradigme de la division confessionnelle. Comprendre à quel point cette division est travaillée différemment en fonction des échelles, des circonstances, des acteurs et des textes – comme l’exemple de la principauté de Minden en 1668 incite à le faire – permet donc de réintroduire l’analyse dans ce qui semble déterminé, depuis 1583, par une pesanteur confessionnelle.

34Les mêmes questions sont toujours agitées, jamais complètement tranchées : le calendrier est-il du politique, ou du religieux ? Le choix d’un calendrier ou de l’autre est-il déterminé par l’obédience politique, ou par l’appartenance confessionnelle ? L’échelle de son application est-elle l’Empire, l’ensemble dynastique régi par un même prince, chacun des différents territoires qui composent cet ensemble, ou encore l’échelle locale de l’exercice public ?

35C’est précisément parce que ces questions restent ouvertes – et signent l’impossible délimitation du confessionnel, fragmenté dans les pratiques sociales de la distinction – que la frontière joue un rôle aussi déterminant dans les conflits sur le calendrier, comme en d’autres domaines d’ailleurs. Car c’est là, concrètement, que se joue dans l’interaction l’articulation entre les différentes échelles, entre les différentes obédiences, entre les différentes conceptions de l’appartenance prioritaire. La frontière est partout mais cette omniprésence n’est pas seulement géographique. Elle est aussi au cœur de la définition de la coexistence conflictuelle des confessions, car c’est là que s’actualise la diversité des acteurs, des principes, des modalités et des rythmes de cette coexistence.

La monarchie prussienne à l’ouest de l’Oder (1791)

Haut de page

Notes

1 Jérôme Delatour, « Noël le 15 décembre. La réception du calendrier grégorien en France (1582) », dans Marie-Clotilde Hubert (dir.), Construire le temps. Normes et usages chronologiques du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Paris et Genève, Champion et Droz, 2000, p. 369-416.

2 Robert Rebitsch, « Die Kalenderreform in Tirol im Jahre 1583 », Innsbrucker Historische Studien, 20/21, 1999, p. 317-322 ; Rona Johnston Gordon, « Controlling Time in the Habsburg Lands : The Introduction of the Gregorian Calendar in Austria below the Enns », Austrian History Yearbook, 40, 2009, p. 28-36.

3 Christophe Duhamelle, « Une frontière abolie ? Le rapprochement des calendriers catholique et protestant du Saint-Empire en 1700 », dans Bertrand Forclaz (dir.), L’Expérience de la différence religieuse dans l’Europe moderne (xvie-xviiie siècles), Neuchâtel, Alphil-Presses Universitaires Suisses, 2013, p. 99-114.

4 Jennifer Powell McNutt, « Hesitant Steps : Acceptance of the Gregorian Calendar in Eighteenth-Century Geneva », Church History, 75-3, 2006, p. 544-564.

5 Hellmut Gutzwiller, « Die Einführung des gregorianischen Kalenders in der Eidgenossenschaft in konfessioneller, volkskundlicher, staatsrechtlicher und wirtschaftspolitischer Schau », Zeitschrift für Schweizerische Kirchengeschichte, 72, 1978, p. 54-73.

6 Robert Poole, « „Give us our eleven days !” : Calendar reform in eighteenth-century England », Past and Present, 149, 1995, p. 95-139.

7 Pour une discussion plus approfondie et de nombreuses références bibliographiques : Christophe Duhamelle, « Confession, confessionnalisation », Histoire, monde et cultures religieuses, 26, 2013/2, p. 59-74.

8 Voir par exemple Damien Tricoire, Mit Gott rechnen. Katholische Reform und politisches Kalkül in Frankreich, Bayern und Polen-Litauen, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2013.

9 Et même plus : après 1700, le calcul de la date de Pâques continua à distinguer le « calendrier julien amélioré » protestant du calendrier grégorien jusqu’en 1776, engendrant un décalage de cette fête en 1724 et 1748, non sans un renouveau des débats et des conflits : Christophe Duhamelle, « Die doppelte Osterfeier im Jahr 1724. Entstehung und Werdegang eines konfessionellen Konflikts im Alten Reich », dans Johannes Paulmann, Matthias Schnettger, Thomas Weller (dir.), Unversöhnte Verschiedenheit. Verfahren zur Bewältigung religiös-konfessioneller Differenz in der europäischen Neuzeit. Heinz Duchhardt zum 70. Geburtstag, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2016, p. 107-124.

10 Christophe Duhamelle, La Frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010.

11 Falk Bretschneider, Christophe Duhamelle, « Fraktalität. Raumgeschichte und soziales Handeln im Alten Reich », Zeitschrift für historische Forschung, 43-4, 2016, p. 703-746 ; Falk Bretschneider, Christophe Duhamelle (dir.), Le Saint-Empire. Histoire sociale (xvie-xviiie siècle), Paris, Éditions de la MSH, 2018.

12 La seule synthèse, centrée surtout sur les débats généraux et scientifiques, est récente : Edith Koller, Strittige Zeiten. Kalenderreform im Alten Reich 1582-1700, Berlin, de Gruyter, 2014.

13 L’essentiel sur la « querelle du calendrier », en particulier à Augsbourg, est connu dès la fin du xixe siècle (Ferdinand Kaltenbrunner, Die Polemik über die gregorianische Kalenderreform, Vienne, Karl Gerold’s Sohn, 1877 ; Felix Stieve, Der Kalenderstreit des sechzehnten Jahrhunderts in Deutschland, Munich, Verlag der königlichen Akademie, 1880) mais a été approfondi dans deux ouvrages importants (Paul Warmbrunn, Zwei Konfessionen in einer Stadt. Das Zusammenleben von Katholiken und Protestanten in den paritätischen Reichsstädten Augsburg, Biberach, Ravensburg und Dinkelsbühl von 1548-1648, Wiesbaden, Steiner, 1983, p. 359-386 ; Bernd Roeck, Eine Stadt in Krieg und Frieden. Studien zur Geschichte der Reichsstadt Augsburg zwischen Kalenderstreit und Parität, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1989, vol. 1, p. 125-188) et plusieurs fois réenvisagé depuis (par exemple Benedikt Mauer, « Kalenderstreit und Krisenstimmung. Wahrnehmungen von Protestanten in Augsburg am Vorabend des Dreiβigjährigen Krieges », dans Benigna von Krusenstjern, Hans Medick (dir.), Zwischen Alltag und Katastrophe. Der Dreißigjährige Krieg aus der Nähe, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1999, p. 345-356 ; Wolfgang Wallenta, « Der Augsburger Kalenderstreit von 1583/84. Ökonomische, politische und konfessionelle Gründe », dans Markwart Herzog (dir.), Der Streit um die Zeit. Zeitmessung – Kalenderreform – Gegenzeit – Endzeit, Stuttgart, Kohlhammer, 2002, p. 125-138).

14 Voir entre autres Hans Gaab, « Der Kontakt von Abdias Trew mit Herzog August von Branschweig Lüneburg », dans Klaus-Dieter Herbst, Stefan Kratochwil (dir.), Kommunikation in der Frühen Neuzeit, Francfort-sur-le-Main, Lang, 2009, p. 225-240 ; Jürgen Hamel, « Erhard Weigel und die Kalenderreform des Jahres 1700 », dans Reinhard E. Schielicke, Klaus-Dieter Herbst, Stefan Kratochwil (dir.), Erhard Weigel – 1625 bis 1699. Barocker Erzvater der deutschen Frühaufklärung. Beiträge des Kolloquiums anlässlich seines 300. Todestages am 20. März 1999 in Jena, Thun, Harri Deutsch, 1999, p. 135-156 ; Klaus-Dieter Herbst, « Öffentliches Räsonieren über die Kalendervereinigung in den Schreibkalendern der zweiten Hälfte des 17. Jahrhunderts », dans Rudolf Stöber, Michael Nagel, Astrid Blome, Arnulf Kutsch (dir.), Aufklärung der Öffentlichkeit – Medien der Aufklärung. Festschrift für Holger Böning zum 65. Geburtstag, Stuttgart, Franz Steiner, 2015, p. 23-51.

15 Werner Freitag, Pfarrer, Kirche und ländliche Gemeinschaft : das Dekanat Vechta 1400-1803, Bielefeld, Verlag für Regionalgeschichte, 1998, p. 269.

16 Volker Wappmann, Durchbruch zur Toleranz. Die Religionspolitik des Pfalzgrafen Christian August von Sulzbach 1622-1708, Neustadt a. d. Aisch, Degener, 1995, p. 113-118 et Staatliche Archive Bayerns, Staatsarchiv Amberg : Fürstentum Pfalz-Sulzbach, Geheime Registratur 1 329 (= Pfalz-Neuburg Akten 643), « Einführung des Gregorianischen Kalenders in Pfalz-Sulzbach 1654-1655 ».

17 Landesarchiv Nordrhein-Westfalen, Abteilung Westfalen (dépôt situé à Münster) : Fürstabtei Corvey, Akten, Nr. 929, « Stadt Höxter (1580-1664), 1675-1679 ».

18 Hans Nordsiek, « Vom Fürstbistum zum Fürstentum Minden. Verfassungsrechtliche, politische und konfessionelle Veränderungen von 1550 bis 1650 », Westfälische Zeitschrift, 140, 1990, p. 251-274.

19 Sur le chapitre de Minden la meilleure présentation reste : Hermann Nottarp, « Ein Mindener Dompropst des 18. Jahrhunderts », Westfälische Zeitschrift, 103-104, 1954, p. 93-163, p. 94-117 pour l’introduction historique. Le chapitre cathédral de Minden constitue une sorte de « cas limite » confessionnel mais pas une exception absolue, loin de là.

20 Sur ce point et avec d’autres exemples de cartes effectuées selon le même principe : Christophe Duhamelle, « Dedans, dehors. Espace et identité de l’exclave dans le Saint-Empire après la paix de Westphalie », dans Hélène Miard-Delacroix, Guillaume Garner, Béatrice von Hirschhausen (dir.), Espaces de pouvoir, espaces d’autonomie en Allemagne, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2010, p. 93-115.

21 Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz Berlin, I. HA Rep. 32 Nr. 83 10535, « Fürstentum Minden » (non fol.).

22 Stefan Ehrenpreis, « Wir sind mit blutigen Köpfen davongelaufen... ». Lokale Konfessionskonflikte im Herzogtum Berg 1550-1700, Bochum, Winkler, 1993, p. 181.

23 Le comté de Hoya est rattaché au Brunswick-Lunebourg depuis 1582.

24 Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz Berlin, I. HA Rep. 32 Nr. 83 10535, « Fürstentum Minden » (non fol.).

25 Les Cercles sont des regroupements de coopération régionale qui sont investis par l’Empire de certaines fonctions collectives, comme par exemple la régulation des monnaies ou l’exécution des décisions des tribunaux d’Empire. C’est donc une échelle de plus mobilisée dans ces débats.

26 Voir par exemple Michaela Fenske, Marktkultur in der frühen Neuzeit. Wirtschaft, Macht und Unterhaltung auf einem städtischen Jahr- und Viehmarkt, Cologne etc., Böhlau, 2006, p. 38-39 et 50.

27 Landesarchiv Nordrhein-Westfalen, Abteilung Westfalen : Minden-Ravensberg, Regierung, Nr. 1 521, « Einführung des gregorianischen Kalenders im Fürstentum Minden und in der Stadt Herford zum Jahre 1668. Osterfest 1667-1744 », fol. 40.

28 La question a été assez peu traitée. Voir par exemple Alfred Schirge, « Grenz- und Zufluchtskirchen für evangelische Niederschlesier im 17. und 18. Jahrhundert », Jahrbuch für Schlesische Kirchengeschichte, 76/77, 1997/1998, p. 205-226 ; Christophe Duhamelle, « Gerterode (Eichsfeld) im Alten Reich. Unsichere Grenzen, selbstsichere Akteure ? », Jahrbuch für Regionalgeschichte, 29, 2011, p. 63-74.

29 Lorsque la situation confessionnelle d’un territoire est analysée paroisse par paroisse, cette complexité apparaît dans toute son ampleur. Un bon exemple : Meinrad Schaab, « Die Wiederherstellung des Katholizismus in der Kurpfalz im 17. und 18. Jahrhundert », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 114 (NF 75), 1966, p. 147-205.

30 Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz Berlin, I. HA Rep. 32 Nr. 83 10535, « Fürstentum Minden » (non fol.). La princesse-abbesse (protestante) du minuscule territoire d’Herford, voisin du Minden, le 7 mars 1667 – tout en acceptant elle aussi d’introduire le calendrier grégorien à la demande de l’électeur, ce qu’elle fait en 1668 – avait également signalé le problème : « nos deux églises, ici en ville et sur le mont, comprennent parmi leurs paroissiens un nombre non négligeable d’habitants de la principauté de Minden, aussi bien que du comté de Lippe, en des lieux où l’ancien calendrier est encore observé » (Landesarchiv Nordrhein-Westfalen, Abteilung Westfalen : Fürstabtei Herford, Akten, Nr. 111, « Einführung des neuen Kalenders in den kurfürstlich brandenburgischen westfälischen Provinzen : Einbeziehung Herfords 1667-1668 », fol. 4).

31 Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz Berlin, I. HA Rep. 32 Nr. 83 10535, « Fürstentum Minden » (non fol.).

32 Landesarchiv Nordrhein-Westfalen, Abteilung Westfalen : Minden-Ravensberg, Regierung, Nr. 1 521, « Einführung des gregorianischen Kalenders im Fürstentum Minden und in der Stadt Herford zum Jahre 1668. Osterfest 1667-1744 », fol. 35-38.

33 Hans Nordsiek, « Vom Fürstbistum zum Fürstentum Minden. Verfassungsrechtliche, politische und konfessionelle Veränderungen von 1550 bis 1650 », Westfälische Zeitschrift, 140, 1990, p. 251-274, p. 263.

34 Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz Berlin, I. HA Rep. 32 Nr. 83 10535, « Fürstentum Minden », (non fol).

Haut de page

Table des illustrations

Légende La monarchie prussienne à l’ouest de l’Oder (1791)
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/10754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Duhamelle, « Confessions et frontières dans le Saint-Empire moderne : le Brandebourg, Minden et le calendrier en 1668 »L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 21 Bis | 2020, mis en ligne le 22 septembre 2020, consulté le 10 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/acrh/10754 ; DOI : https://doi.org/10.4000/acrh.10754

Haut de page

Auteur

Christophe Duhamelle

Christophe Duhamelle est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris), membre du CRH (groupe RHiSoP) ; il est également directeur du Groupement d’intérêt public « Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne » (CIERA). Travaillant sur la coexistence confessionnelle dans le Saint-Empire à l’époque moderne, il a publié entre autres La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières (Paris, 2010, traduction allemande parue en 2018) et co-dirigé avec Falk Bretschneider Le Saint-Empire. Histoire sociale (Paris, 2018). Il a en outre dirigé avec Stéphane Baciocchi la grande enquête collective qui a abouti à la publication de Reliques Romaines. Invention et circulation des corps saints des catacombes à l’époque moderne (Rome, 2016), et participé à un travail collectif sur les conversions (« Conversion et droit confessionnel dans le Saint-Empire romain germanique (xvie-xviiie siècles) » in Thomas Lienhard, Isabelle Poutrin (dir.), Pouvoir politique et conversion religieuse. I. Normes et mots, Rome, 2017). Il prépare un ouvrage sur la différence des calendriers.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search