Navigation – Plan du site

AccueilL’Atelier du CRH22Les biens des émigrants. Représen...

Les biens des émigrants. Représentation et interchangeabilité dans des communautés de la Suisse italienne (xviie-xviiie siècles)

Emigrants’ Properties. Representation and Interchangeability within Swiss Italian Communities (17th-18th Centuries)
Francesca Chiesi Ermotti

Résumés

Cette contribution étudie le fonctionnement de communautés concernées par les départs des émigrants dans les bailliages communs de l’ancienne Confédération helvétique sous l’Ancien Régime. Ces territoires soumis à la domination de douze des treize cantons confédérés pendant l’époque moderne (aujourd’hui Suisse italienne) représentent un cadre privilégié pour l’étude des phénomènes migratoires et des enjeux de l’absence. Bénéficiant d’une certaine autonomie à l’égard des cantons souverains, les communautés jouissent de compétences importantes leur permettant d’intervenir dans la gestion des biens des émigrants, ainsi que dans leur représentation. Les décisions prises par les assemblées vicinales attestent d’une implication active dans la tutelle des maisons, en confiant la représentation des absents en particulier à des familles de notables. La délégation que ces dernières reçoivent de représenter les émigrants leur confère une autorité considérable, puisqu’elles obtiennent la faculté de préserver des patrimoines et des droits menacés par l’absence. L’interchangeabilité des membres de la communauté assure ainsi l’accomplissement des obligations réciproques et le maintien des liens sociaux dans un contexte de mobilité accrue.

Haut de page

Texte intégral

Prémisse

1Cette contribution illustre les premiers résultats d’une recherche consacrée au fonctionnement de communautés concernées pas les départs d’émigrants dans l’ancienne Confédération suisse sous l’Ancien Régime. Le thème de la gestion des biens des absents et de leur représentation revêt un intérêt particulier dans un contexte caractérisé par une tradition d’émigration solide tel que les bailliages communs du Corps helvétique aux xviie-xviiie siècles. Ces territoires au sud des Alpes, soumis à l’époque moderne à la domination de 12 des 13 cantons confédérés et qui aujourd’hui forment la Suisse italienne, représentent un cadre privilégié pour l’étude des phénomènes migratoires.

Carte 1: Heinrich Keller, canton du Tessin, vers 1820, Atlas de la Suisse

Carte 1: Heinrich Keller, canton du Tessin, vers 1820, Atlas de la Suisse

Légende: Atlas de la Suisse voir http://www.zumbo.ch/​maps/​navigate/​navigate.php?map_nr=139&lang=de.

  • 1 Parmi l’abondante bibliographie sur ce sujet, voir la synthèse récente de Luigi Lorenzetti, « Migra (...)
  • 2 André Holenstein, Mitten in Europa. Verflechtung und Abgrenzung in der Schweizer Geschichte, Baden, (...)

2De nombreux travaux ont montré la richesse et la variété des itinéraires de migrants, qui depuis les bailliages italiens se dirigent vers des centres du continent, s’inscrivant dans le contexte des migrations de métier d’Ancien Régime1. L’émigration de marchands, colporteurs, artisans et maestranze artistiques (peintres, architectes, stucateurs, tailleurs, contremaîtres) y est décrite comme temporaire, masculine et de retour. Elle n’implique aucunement un établissement définitif dans les villes d’accueil et tire sa force du lien puissant que les migrants maintiennent avec le village d’origine, où restent leurs femmes et les enfants. La mobilité des émigrants sud-alpins renforce ainsi l’enchevêtrement socio-économique d’un Corps helvétique situé au « milieu de l’Europe » et qui se construit dans l’interaction avec les États limitrophes2.

  • 3 Pio Caroni, « Sovrani e sudditi nel labirinto del diritto », dans Raffaello Ceschi (dir.), Storia d (...)
  • 4 Raffaello Ceschi, « Governanti e governati », dans Raffaello Ceschi (dir.), Storia della Svizzera i (...)

3Définis par une itinérance incessante, les bailliages sujets aux cantons suisses se caractérisent par une fragmentation institutionnelle et politique à l’intérieur d’une entité polycentrique comme l’ancienne Confédération3. L’alternance des baillis, représentants des autorités souveraines désignés chaque deux ans, ainsi que les rivalités entre cantons rendent inefficace l’action d’un gouvernement devant contrôler un territoire étendu. La lenteur du processus décisionnel retarde des réformes nécessaires entraînant un immobilisme aggravé par la corruption des fonctionnaires et les résistances des sujets4. D’autre part, cette inaction vaut aux cantons la réputation d’une condescendance respectueuse des coutumes locales. Le maintien des privilèges accordés aux sujets, remontant à la domination milanaise, y est interprété comme un élément de stabilité dans un contexte pacifié, où les communautés locales jouissent d’une certaine autonomie. La mobilité de la population des préfectures au sud des Alpes s’allie donc à une gestion relativement autonome des communautés de voisinage (vicinanze), en définissant un cadre pertinent pour appréhender les vides créés par l’émigration.

4L’essaimage européen des émigrants des bailliages suisses n’est en effet pas l’objet de cette recherche, qui vise à approfondir les enjeux de leur absence dans les communautés d’origine. À l’aide d’un corpus documentaire constitué d’archives privées (correspondances familiales) et de sources communales (registres des décisions prises par les assemblées vicinales), il s’agira d’éclairer les implications de la mobilité professionnelle des migrants sur les réalités communautaires qu’ils quittent périodiquement. Dans les villages désertés par les émigrants et dans les foyers privés des chefs de famille, des problèmes surgissent quant à la gestion des biens des absents, à la défense de leurs intérêts et des droits liés à l’appartenance locale, ainsi qu’au respect des obligations relevant de leur inscription communautaire. À qui revient la protection de ces prérogatives ? Qui est en mesure d’assumer les devoirs propres à l’institution domestique ? À qui incombe la responsabilité de représenter les absents ? Quelles sont les mesures adoptées par les communautés pour contrer les effets de la mobilité de leurs membres ? Ces questions se posent avec une acuité particulière lorsque les absents sont désignés pour succéder et des dispositifs de tutelle doivent être mis en place pour protéger des héritages jacents, en assurant leur transmission aux héritiers légitimes.

Des villages en migration

  • 5 Sur l’émigration depuis la commune alpine, voir Francesca Chiesi Ermotti Le Alpi in movimento. Vice (...)
  • 6 Sur les parcours des émigrants de Meride, voir Giuseppe Martinola, Lettere dai paesi transalpini de (...)

5Ces aspects seront examinés à travers une analyse comparée de deux villages sis dans une vallée escarpée dans le haut val Maggia et sur les collines du Mendrisiotto : Campo Vallemaggia et Meride. De ces deux localités proviennent des dynasties de migrants, dont les itinéraires professionnels n’empruntent pas les mêmes chemins et qui diffèrent quant à leur typologie, s’agissant respectivement d’une émigration marchande et d’une émigration artistique. De Campo Vallemaggia partent des marchands migrants installés dans des villes du Saint-Empire romain germanique ou de la péninsule italienne, où ils gèrent des magasins de produits coloniaux ou de quincaillerie dès la deuxième moitié du xviie siècle5. La commune de Meride est par contre la patrie de stucateurs et de peintres, qui travaillent dans des résidences aristocratiques ou dans des églises au cours des xviie-xviiie siècles6. Ces artistes migrants se déplacent en fonction des commandes et de l’ouverture de nouveaux chantiers sur un vaste territoire, qui, de l’ancienne Confédération helvétique, s’étend vers le Royaume de France, le Saint-Empire romain germanique, les Royaumes de Bohème, d’Hongrie, de Pologne, l’Empire russe, ainsi que les principautés italiennes et les États pontificaux.

  • 7 Les lettres des émigrants représentent une partie considérable des Archives des familles Pedrazzini (...)

6Malgré les différences observées entre ces deux traditions migratoires, plusieurs analogies les rapprochent. Ces similitudes consistent d’abord dans les caractéristiques de l’absence des émigrants. Puisqu’il s’agit d’une mobilité circulaire et cyclique, les séjours à l’étranger sont généralement limités dans le temps : après des périodes plus ou moins longues passées loin de la patrie, les émigrants reviennent dans leur terre natale. Une autre analogie entre les deux cas réside dans le rôle prépondérant que des familles d’émigrants y ont revêtu : les Pedrazzini à Campo Vallemaggia et les Oldelli à Meride. Leur influence et leur aisance, consacrées par une ascension sociale remarquable, se sont manifestées entre autres dans les fonctions que ces notables ont assumées en tant qu’agents des compatriotes émigrés et représentants des absents. D’ailleurs, les archives privées de ces familles illustrent, dans la conservation des milliers de lettres et d’actes notariés, la conscience d’un rôle prééminent, endossé pour assurer l’accomplissement d’obligations réciproques et le maintien des liens sociaux7.

L’absence des émigrants et la représentativité des hommes

  • 8 Laurence Fontaine, Pouvoir, identités et migrations dans les hautes vallées des Alpes occidentales (...)
  • 9 Rose Duroux, « The temporary migration of males and the power of females in a stem-family society. (...)

7De l’étude comparative des deux communes émerge la force du lien ininterrompu des émigrants avec la patrie et l’importance de la relation entretenue par les absents avec ceux qui restent, des aspects qui caractérisent d’autres circulations depuis les espaces alpins à l’époque moderne8. Le lien que les émigrants maintiennent avec la communauté d’origine est garanti par la présence des femmes dans les maisons désertées : elles gardent le « feu allumé » et préservent les droits qui y sont associés. En l’absence des hommes, les femmes seules sont obligées d’assumer des responsabilités et des tâches parfois très éprouvantes (notamment pendant la période des travaux agricoles), qui normalement incombent aux époux9. La documentation relative aux cas étudiés révèle le zèle des épouses dans l’accomplissement des ordres transmis par les émigrants, concernant tant l’éducation des enfants que l’achat de terres, l’approvisionnement en vivres de la maison ou les labeurs des champs. Toutefois, les compétences des femmes sont limitées de par l’impossibilité d’exercer certaines fonctions et de jouir de certains droits. Il leur est interdit, par exemple, de siéger (à la place des hommes absents) dans les assemblées publiques qui réunissent les membres de la communauté et elles ne peuvent pas non plus agir en leur nom lors de la rédaction d’un acte notarié. Devant être assistées par des agents, les femmes des émigrants nécessitent de l’aide d’autres hommes en mesure de représenter les absents et d’en défendre les droits.

  • 10 Sur la représentation et l’agence, voir Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales. (...)
  • 11 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia [ACC], Libro delle relazioni (dell’usciere di Campo), 1772 (...)

8L’absence des hommes du village requiert le concours d’autres hommes, qui puissent les remplacer jusqu’à leur retour. Néanmoins, les voisins qui partent travailler au loin ne sont que très rarement mentionnés dans la documentation communale. L’invisibilité des émigrants dans les sources résulterait de leur représentation, leur absence n’étant pas signalée puisqu’ils seraient suppléés. Les documents attestent de deux formes de représentation intimement liées et qui ne s’excluraient pas mutuellement10. Premièrement, les droits et les intérêts des émigrants sont défendus par des syndics élus annuellement ou ponctuellement (pour des questions concernant la collectivité) par les membres de la communauté réunis. En prêtant serment, ils s’engagent à agir « en faveur des mineurs et des absents », se chargeant de représenter leurs voix lors des délibérations de l’assemblée11.

  • 12 Les statuts de Campo Vallemaggia décrètent que si il faut attribuer un agent ou un tuteur à des veu (...)
  • 13 Voir sur cet aspect la définition de la catégorie juridique des « misérables », qui à l’époque mode (...)
  • 14 La nomination de l’agent ou la ratification de celle-ci est du ressort de l’assemblée des voisins, (...)

9En second lieu, à un niveau individuel, il appartient à l’émigrant lui-même de désigner un représentant qui agisse en son nom pendant son absence. Cette fonction représentative est généralement endossée par des membres de sa famille. À défaut de parents proches aptes à remplir cette tâche, ou dans le cas où il n’y aurait pas eu de délégation de la part de l’absent, la communauté procède à l’élection d’un agent. Dans les statuts communaux, il est fait mention de la nomination de « tuteurs ou agents » pour les veuves et les absents12. Le rapprochement entre absents, mineurs et veuves évoque l’assimilation entre les membres vulnérables et incapables dans les sociétés d’Ancien Régime13. De même que pour des sujets juridiquement faibles, la vicinanza se charge d’élire des agents œuvrant au nom des absents, afin de protéger les relations sociales et économiques qui fondent la communauté14. Désignés par les voisins, les agents sont donc appelés à remplacer les émigrants dans l’exercice de leurs droits et dans l’accomplissement de leurs obligations. La représentation est ainsi assimilée à une fonction institutionnelle pour les responsabilités qu’elle comporte à l’égard des autorités communales.

  • 15 On désigne par le terme d’agenzia la fonction de représentation assumée par l’agent se substituant (...)

10Dans les deux villages analysés, la correspondance des émigrants et les relations des assemblées vicinales attribuent volontiers le rôle d’agents à des descendants des familles Pedrazzini et Oldelli, auxquels les absents sont souvent apparentés. Cette similitude entre le fonctionnement des deux voisinages met au centre du système migratoire villageois des familles influentes et riches, qui s’adonnent à l’émigration, mais qui en même temps concentrent sur elles des fonctions d’administration et de représentation. Les Oldelli comptent parmi leurs membres des notaires et des ecclésiastiques, tandis que les Pedrazzini exercent des charges qui les lient aux autorités helvétiques. Il n’est toutefois pas aisé de déterminer les raisons du choix porté sur ces deux groupes familiaux. S’agirait-il d’une obligation communautaire ou plutôt d’une responsabilité liée à leur prééminence sociale et à leur solidité financière ? Est-ce que l’agence15 leur serait rétribuée ou il y aurait une forme de compensation dans la réciprocité des services rendus ? Dans tous les cas, la délégation que ces familles reçoivent de représenter les absents leur confère une autorité considérable, en obtenant la faculté de préserver des patrimoines et des droits menacés par l’absence. Leurs héritiers deviennent les agents d’une communauté dispersée, dont ils rendent possible les absences répétées, en confirmant l’étroite relation entre les hommes qui partent et ceux qui restent.

Les responsabilités des agents

11L’interchangeabilité des membres de la communauté, qui agit en tant que corps et comme personne juridique afin de défendre les droits des absents, est un trait distinctif des sociétés mobiles d’Ancien Régime. Le mandat des agents est temporaire et lié à la durée des absences, touchant à son terme lorsque l’émigrant peut à nouveau exercer ses droits. Il est soumis au respect des ordres émanant de l’absent, bien que des divergences d’interprétation entre agent et mandant puissent provoquer des désaccords et en entraver l’exécution. L’acceptation de cette charge de la part du désigné n’est pas automatique ni inconditionnelle, puisqu’il s’agit d’une tâche ingrate pouvant causer des ennuis à l’agent. Celui-ci a le devoir de se porter garant pour l’absent en cas d’insolvabilité et d’assumer ses obligations à l’égard de la communauté. Il semblerait donc que le représentant doive disposer d’une certaine assise financière, afin d’assurer le recouvrement des dettes.

  • 16 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP, Copialettere II Guglielmo Maria I Pedrazzini, 707, 03.04. (...)
  • 17 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP, Copialettere II Guglielmo Maria I Pedrazzini, 801, 18.09. (...)
  • 18 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP, Copialettere III Guglielmo Maria I Pedrazzini, MA 447 B 7 (...)

12Les sources relatent divers exemples relatifs à la récusation d’un agent par l’émigrant ou, au contraire, à l’opposition d’un agent à sa nomination. Les raisons de ces désistements peuvent résider dans l’incompatibilité de fonctions, des conflits familiaux ou la concurrence entre agents. Guglielmo Maria Pedrazzini à Campo exerce par exemple la tutelle sur la maison de son cousin Giovanni Giacomo Tosetti, marchand qui dirige le magasin Pedrazzini à Kassel. En 1799, lorsque le père de l’émigrant meurt sans tester dans le village alpin, Pedrazzini agit comme représentant de Tosetti, en assistant son épouse16. Il n’arrivera toutefois pas à apaiser les conflits entre la femme de l’émigrant et sa sœur célibataire, qui refusent de vivre sous le même toit à cause de divergences insurmontables et de jalousies. Tout en assurant son aide au marchand à Kassel, il renonce à l’agence de l’épouse de celui-ci pour ne pas être mêlé aux querelles des femmes et lui conseille de s’adresser plutôt à son beau-frère Spaletta17. D’ailleurs, par cette démission il veut éviter de se heurter à son cousin Giovanni Battista Pedrazzini, qui est l’assistant de la sœur de l’émigrant, ne désirant pas exacerber les tensions familiales qui les séparent. En 1789, Guglielmo Maria Pedrazzini affirme à son cousin Giovanni Antonio Scamoni, établi à Concordia, ne pas vouloir assumer le rôle d’agent dans l’administration des biens de la tante de l’émigrant, car son frère est l’agent de la partie adverse18.

  • 19 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 117, 12.05.1782 ; p. (...)
  • 20 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 214, 13.06.1790.
  • 21 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 215, 11.07.1790.

13L’élection d’un agent pour un voisin émigré de la part de la communauté peut également rencontrer des obstacles à la suite du refus de la représentation. En 1782, la commune de Campo cherche une personne qui puisse garantir pour la fille d’un étranger qui y est installé, Melchiorre Holzer, et choisit comme garant Michele Maria Pedrazzini, qui cependant l’année suivante refuse de continuer à remplir cette tâche19. En 1790, la veuve Giacomina Fantina demande un agent pour gérer ses affaires et la communauté nomme Guglielmo Andrea Maria Pedrazzini, qui à ce moment régit le bailliage en tant que commissaire suppléant20. Il semblerait pourtant que ce dernier n’ait pas accepté, car le mois successif la veuve réitère son désir d’être assistée par un agent, élu cette fois en la personne de Guglielmo Coppini21.

  • 22 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 33-34, 13.03.1774 ; (...)
  • 23 La communauté autorise également des voisins à produire des actes juridiques contre les plus proche (...)
  • 24 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 73-74, 27.04.1778.
  • 25 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 3, 12.03.1772.
  • 26 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 74, 03.05.1778.

14Dans les années 1770 un long conflit concernant la désignation d’un représentant pour le marchand Guglielmo Spaletta à Reggio Emilia oppose la commune de Campo à l’émigrant. Celui-ci n’a pas respecté ses devoirs quant à l’entretien des routes du village et refuse de verser les impôts correspondants22. La communauté doit alors nommer un agent en désignant le plus proche parent, qui sera tenu de payer les dépenses occasionnées et les peines pécuniaires. Pour ce faire, elle a recours à des arbres généalogiques et aux témoignages des anciens du village. Le choix est longuement débattu lors des réunions vicinales entre 1772 et 1779, alors que la cause est portée devant le tribunal du bailliage23. Cependant, dans un contexte où plusieurs membres de la famille de l’absent sont partis à l’étranger et en l’absence d’anciens qui puissent « discerner la parenté », l’identification d’un agent est difficulteuse24. En outre, malgré l’obligation d’endosser la charge de représentant, les voisins désignés (dont plusieurs héritiers Pedrazzini) cherchent par tous les moyens à se faire « libérer de l’agence » (liberare dall’agenzia), en invoquant différents prétextes25. Alors que la commune se défend des accusations de négligence en affirmant avoir tout mis en œuvre pour fournir un agent à l’absent, ses habitants n’aspirent pas à un rôle inconfortable26. Bien que l’agence apparaisse comme un dispositif assurant la tutelle de l’institution domestique, et par conséquent la cohésion communautaire, dans de telles circonstances son acceptation est problématique.

  • 27 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere III Guglielmo Maria I Pedrazzini, MA 447 B 58 (...)
  • 28 Archivio di Stato del Canton Ticino, Archivio Oldelli, Lettere dei mastri IV (P-V), 25, Domenico An (...)

15Les lettres des émigrants détaillent les nombreuses responsabilités qui incombent aux agents. Ceux-ci se chargent de la tenue de la correspondance et ils écrivent au nom d’épouses désirant des précisions quant à la gestion du patrimoine familial. Il revient à l’agent de fournir régulièrement au propriétaire émigré la comptabilité de l’administration des biens pour approbation. Il reçoit l’autorité nécessaire pour exécuter des paiements, pour faire des acquisitions ou pour recouvrer des créances. Ces tâches sont accomplies pendant des années par Guglielmo Maria Pedrazzini pour son beau-frère Gaspare Lamberti, marchand à Ansbach, pour lequel il suit l’avancement du chantier de sa nouvelle demeure à Campo dans les années 1789-179027. En 1692, l’artiste Domenico Andrea Rossi, à Prague, bénéficie de l’aide du notaire Alfonso Oldelli, à Meride, qu’il remercie pour avoir été aux côtés de son épouse à Lugano, afin d’obtenir une somme d’argent de ses débiteurs28. Il le prie ensuite d’assister sa femme dans un litige contre des émigrants pour que, grâce à sa protection, elle reçoive le paiement de la dette. À cette fin, il lui envoie une procuration, au cas où il devrait comparaître devant le bailli.

  • 29 Archivio di Stato del Canton Ticino, Archivio Oldelli, Lettere dei mastri I (A-F), 25, Giovanni Bat (...)
  • 30 Copialettere Guglielmo Andrea Pedrazzini (propriété de L. Pedrazzini, Lugano), 09.08.1796.
  • 31 Archivio di Stato del Canton Ticino, Archivio Oldelli, Lettere dei mastri I (A-F), 25, Giuseppe De (...)
  • 32 Archivio di Stato del Canton Ticino, Archivio Oldelli, Lettere dei mastri I (A-F), 25, Giovanni Ant (...)

16Les ordres transmis à l’agent concernent également le maintien des droits de voisinage, puisqu’il lui arrive de devoir verser l’impôt communal (la taglia), afin de confirmer l’appartenance de l’émigrant à la communauté. En 1730, le stucateur Giovanni Battista Clerici écrit de Mannheim au notaire Giovanni Oldelli à Meride, en affirmant vouloir verser une somme de 200 écus pour le voisinage, dont sa famille a été exclue en 170329. Dans une lettre de 1796 pour l’émigrant Giovanni Antonio Camani à Colorno, Guglielmo Andrea Pedrazzini précise qu’à Campo, pour il « vicinato », il faut payer 10 sous chaque 10 ans30. D’autre part, les absents peuvent ne pas approuver les initiatives d’agents qui les contrarient par des décisions prises sans leur consentement. En 1741, le stucateur Giuseppe De Martini, à Berlin, reproche au notaire Giovanni Oldelli de lui avoir acheté, à Meride, un terrain trop cher et peu rentable sans l’avoir consulté31. En 1751, l’artiste Giovanni Antonio Fossati, à Faenza, se fâche contre le notaire Oldelli, qui a ordonné des interventions sur ses fonds sans l’avertir32.

  • 33 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere I Guglielmo Maria I Pedrazzini, 133, 11.08.17 (...)
  • 34 Copialettere Guglielmo Andrea Pedrazzini (propriété de L. Pedrazzini, Lugano), 27.04.1804.

17D’ailleurs, il se peut que les voyages de l’émigrant se succèdent et que ses absences se prolongent dans le temps, en devenant définitives. Il en suit un accroissement des responsabilités de l’agent, qui s’étalent sur une période de plus en plus longue. Dans ces cas, les obligations des représentants peuvent se transmettre de père en fils ou d’un membre à l’autre de la famille entre les générations. Au début des années 1770, Guglielmo Maria Pedrazzini se substitue à ses oncles Pietro Antonio et Giovanni Battista Pedrazzini dans l’agence du marchand Guglielmo Spaletta, à Reggio, en perpétuant une tradition familiale33. Il renouera ensuite – dès 1791 – les rapports avec le fils de l’émigrant Venceslao Spaletta Trivelli, qui succède à son père. En 1814, Guglielmo Andrea Pedrazzini affirme avoir administré pendant plus de 20 ans les biens de son cousin, Antonio Maria Jecchi, établi à Sabbioneta34. À cause des longs séjours loin de la terre natale, l’absent devient étranger à son propre patrimoine. Il doit alors solliciter l’aide de l’agent, chargé d’établir des inventaires des biens et de vendre ou acquérir des propriétés, tout en s’occupant d’assurer le rendement des terrains cultivés, de définir les contrats de métayage ou de rénover des immeubles.

18Si les absences prolongées des migrants permettent d’appréhender les caractéristiques de leur représentation, le décès d’un émigrant ou d’un membre de sa famille en révèle la signification intrinsèque dans un contexte de mobilité. Le rôle de l’agent devient décisif dans de telles circonstances, compte tenu de la vulnérabilité des biens et de la distance qui sépare les acteurs.

L’héritage des absents

  • 35 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere III Guglielmo Maria I Pedrazzini, MA 447 B 85 (...)
  • 36 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Guglielmo Andrea Pedrazzini, 19.01.1823.

19La mort d’un émigrant loin de sa patrie est un accident qui laisse peu de traces dans la documentation consultée. Les sources ne donnent que des vagues renseignements sur ces événements funestes. Ce silence est peut-être dû au fait qu’en général les richesses des émigrants se situent dans l’espace d’origine, où ils possèdent des terres, des immeubles, du bétail et des créances. Par ailleurs, les artistes ou les migrants moins fortunés partent essentiellement avec les outils du métier et quelques effets personnels. En 1792, Guglielmo Maria Pedrazzini prie son cousin Carlo Scamoni, à Mirandola, d’aller à Concordia pour assister la veuve indigente de l’émigrant Giovanni Giacomo Spenzi et sa famille qui vivent dans la misère35. Il lui demande de se renseigner sur leurs affaires et de vérifier la possibilité d’obtenir de l’argent comptant. En 1823, l’émigrant Lingeri, grand buveur réduit à la pauvreté, décède dans une taverne à Casalmaggiore36. Ses quelques « objets d’une saleté répugnante » sont confiés à la tutelle du compatriote Antonio Jecchi, à Sabbioneta, qui se constitue garant pour les dépenses de l’enterrement ou pour d’autres frais jusqu’à l’arrivée de l’héritier du défunt, le neveu Giacomo Luigi Coppini, négociant actif à Kassel. D’autre part, les capitaux des marchands ayant fondé des entreprises familiales avec des sièges dans des villes étrangères sont vraisemblablement protégés par la structure sociétaire et les accords entre les associés qui s’y alternent, tandis que les gains en argent comptant des migrants sont envoyés aux familles depuis les centres d’émigration.

  • 37 Sur le thème des biens des absents voir Simona Cerutti, « À qui appartiennent les biens qui n’appar (...)
  • 38 Sur cet aspect voir Alessandro Buono, « Le procedure di identificazione come procedure di contestua (...)
  • 39 Copialettere Guglielmo Andrea Pedrazzini (propriété de L. Pedrazzini, Lugano), 04.05.1797.

20Dans les villages des bailliages helvétiques, la disparition d’une personne, dont l’émigrant est l’héritier désigné, est un cas mieux documenté du fait des répercussions sur les destins individuels et des enjeux communautaires. La gestion des patrimoines jacents, restés temporairement sans propriétaire dans l’attente que l’héritier légitime en revendique la possession, revêt une importance particulière dans des communautés d’où partent de nombreux migrants37. La transmission de biens et de droits à des héritiers absents peut se heurter à des obstacles. Ceux-ci ne concernent pas tant la succession, car l’héritier est généralement indiqué par le défunt dans son testament et est un membre connu de la communauté. Les émigrants appelés à recueillir une succession, qui vivent loin de la patrie, dont on n’a plus de nouvelles et qui ne peuvent pas être identifiés avec certitude, constituent une exception38. En 1797, dans une lettre adressée à son cousin Giovanni Antonio Camani à Colorno, Guglielmo Andrea Pedrazzini demande, par exemple, des renseignements sur un émigrant de Campo, Giovanni Pietro Gobbi, ferronnier de 38 ans, qui s’est marié avec la fille d’un autre ferronnier à Padoue et dont le père, Pietro Antonio Gobbi, avait un magasin à Castiglione39. Afin d’obtenir des informations sur le compatriote absent depuis longtemps et de savoir si lui ou sa femme sont encore en vie, et si ils ont des descendants, il fait publier des annonces sur le journal de Padoue. Il se dit confiant d’obtenir des renseignements, s’agissant d’un héritage qui doit être attribué.

  • 40 Bernard Derouet, « Parenté et marché foncier à l’époque moderne. Une réinterprétation », Annales. H (...)
  • 41 Archivio di Stato del Canton Ticino, Archivio Oldelli, Lettere dei mastri I (A-F), 25, Carlo Giorgi (...)
  • 42 Copialettere Guglielmo Andrea Pedrazzini (propriété de L. Pedrazzini, Lugano), 14.11.1803 ; 16.05.1 (...)

21Dans les sources analysées, l’obstacle empêchant la transmission du patrimoine concerne plutôt la distance qui sépare l’héritier de l’héritage. Cette distance géographique et temporelle, due à l’absence de l’émigrant du lieu où se trouvent les biens dont il doit hériter, décrit une vacance de succession exigeant des mesures précises. L’éloignement peut, en effet, mettre en danger la reconnaissance des droits de l’absent40. Il faut parfois plusieurs mois avant que le parent appelé à recueillir la succession puisse retourner au village afin de disposer des biens légués. En 1783, l’artiste Carlo Giorgio Fossati, à Faenza, reçoit la nouvelle de la mort de sa mère, mais il affirme ne pas pouvoir se rapatrier à Meride tout de suite à cause d’un travail qu’il doit achever pour un commanditaire41. Il prie alors le notaire Giovanni Oldelli d’assister son père « par charité », tandis qu’à son retour il règlera au mieux ses affaires. À l’automne 1803, Antonio Jecchi, émigré à Sabbioneta, est averti du décès de sa tante. Il ne pourra pourtant se rendre à Campo pour s’occuper des biens de la défunte que l’été suivant, son agent Guglielmo Andrea Pedrazzini lui déconseillant d’y retourner avant la fin des travaux agricoles42.

22Dans le laps de temps qui sépare le décès du testateur de l’entrée en possession de son patrimoine par l’héritier, les biens jacents se trouvent donc dans un état de vulnérabilité : ils doivent être confiés à un tiers et administrés par un substitut. Le rôle de l’agent consiste alors dans la protection des droits de l’émigrant et dans la mise en sécurité de biens dont celui-ci est l’héritier : avant même qu’il puisse retourner au village, le représentant agit déjà en son nom en certifiant la succession.

  • 43 La présence de servantes, de veuves ou de femmes célibataires dans la maison d’un défunt peut être (...)
  • 44 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere I Guglielmo Maria I Pedrazzini, 670, 23.05.17 (...)
  • 45 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere II Guglielmo Maria I Pedrazzini, 747, 21.06.1 (...)
  • 46 Il vaut mieux confier les clés des maisons du défunt à des tiers (et souvent au curé de la paroisse (...)
  • 47 Archivio di Stato del Canton Ticino, Archivio Oldelli, Lettere dei mastri I (A-F), 25, Carlo Giorgi (...)
  • 48 Copialettere Guglielmo Andrea Pedrazzini (propriété de L. Pedrazzini, Lugano), 14.11.1803.

23Il incombe d’abord à l’agent de vérifier avec un certain empressement que la maison du défunt soit fermée et scellée, et que les clés soient confiées à une personne de confiance43. Il doit y ôter rapidement les objets précieux et rédiger un inventaire des biens, afin d’éviter des vols et des déprédations. En 1775, Guglielmo Maria Pedrazzini annonce au marchand Guglielmo Spaletta, à Reggio, le décès de sa sœur et affirme s’être rendu promptement dans sa maison à Campo après l’enterrement, pour faire l’inventaire des biens44. Toutefois, puisque parmi les objets appartenant à la défunte, certains draps et linges ont déjà été donnés par l’autre sœur de l’émigrant à sa nièce, l’agent décide de verrouiller la porte de l’habitation. En 1779, à la suite du décès sans testament du père du marchand Martino Tosetti, installé à Mayence, l’assemblée vicinale confie la tutelle de sa maison de Campo à Giovanni Battista Pedrazzini45. Le jour après sa nomination, l’agent fait apposer des scellés sur les armoires et les caisses, dont il confie les clés au curé, ne sachant pas qui les a conservées jusqu’à ce moment46. En 1783, à la suite de la mort de sa mère, l’émigrant Carlo Giorgio Fossati demande, depuis Faenza, à Giovanni Oldelli, à Meride, d’agir en son nom « afin de ne pas avoir de soucis »47. Il le charge de faire un inventaire de tous les biens meubles se trouvant dans sa maison et demande à ce qu’elle soit fermée à clé pour qu’elle ne soit pas pillée. En 1803, avant de mourir dans son habitation de Campo, Giovanna Maria Serazzi appelle à son chevet Guglielmo Andrea Pedrazzini, auquel elle confie le peu d’argent qu’elle possède et les clés de sa maison48. Cependant, l’homme refuse de les garder et les donne au curé qui assiste la moribonde. Ce refus suggère la nécessité d’une consécration publique de l’agent de la part de la communauté, ainsi que de l’accord de la famille de la défunte. Après le décès de la femme, il écrit au neveu et héritier, Antonio Jecchi, à Sabbioneta, pour l’informer que le syndic municipal a apposé des scellés à la maison et qu’avec le président de la commune il exécutera l’inventaire des biens, voulant agir dans la légalité. En outre, afin de mettre les biens de valeur en sécurité, il les transfère dans un endroit sûr jusqu’au retour de l’émigrant.

  • 49 Copialettere Guglielmo Andrea Pedrazzini (propriété de L. Pedrazzini, Lugano), 24.11.1794 ; 11.02.1 (...)

24Ayant établi l’inventaire après décès, l’agent doit ensuite s’occuper de l’entretien des propriétés du défunt, qui souvent se composent de terrains agricoles (champs et vignes), de pâturages et de surfaces boisées. En accord avec le futur propriétaire, il se charge de les faire cultiver par des laboureurs et ordonne de couper le bois, faucher les foins, faire les vendanges, recueillir les châtaignes et paître le bétail. Après avoir pris possession des terres ou des immeubles dont il a hérité, l’émigrant veut parfois aliéner ces biens. Pour conclure la vente, il s’adresse encore une fois à l’agent, afin de bénéficier de ses compétences et de ses connaissances dans le contexte d’origine. En 1795, Guglielmo Andrea Pedrazzini vend, par exemple, les propriétés dans la vallée natale qui appartiennent à la tante de son cousin Giovanni Antonio Scamoni, installé à Colorno, et il doit se charger également des impôts qui pèsent sur ses terres49. Cependant, il arrive que l’agent rencontre des difficultés à tirer profit de la vente des fonds, parce qu’ils se sont dépréciés entre-temps ou ont été mal entretenus en l’absence du propriétaire. Par ailleurs, il n’est pas rare que l’administrateur veuille acquérir des propriétés ou des droits hérités par l’émigrant.

  • 50 Sur le ritual heir, voir les articles qui y sont consacrés pour l’Extrême-Orient dans ce même dossi (...)
  • 51 Angelo Torre, Il consumo di devozioni. Religione e comunità nelle campagne dell’Ancien Régime, Veni (...)
  • 52 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere I Guglielmo Maria I Pedrazzini, 230, 16.01.17 (...)
  • 53 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere III Guglielmo Maria I Pedrazzini, MA 447 B 50 (...)
  • 54 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere III Guglielmo Maria I Pedrazzini, MA 447 B 72 (...)
  • 55 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere III Guglielmo Maria I Pedrazzini, MA 447 B 79 (...)
  • 56 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere III Guglielmo Maria I Pedrazzini, MA 447 B 94 (...)

25Enfin, la tutelle et l’administration du patrimoine de l’absent comportent également, pour l’agent, l’exécution de legs pieux, le versement d’aumônes et la célébration de messes pour les défunts. Une des fonctions essentielles du successeur réside en effet dans sa qualité d’« héritier rituel », devant assurer un certain nombre de rites50. Par les aumônes destinées aux cérémonies religieuses qui honorent la mémoire des morts de sa famille ou par des legs paroissiaux, l’héritier légitime publiquement son statut en s’inscrivant dans une chaîne de succession et en affirmant son appartenance à la communauté51. Les responsabilités rituelles qu’il assume par le biais de son agent l’identifient comme tel devant les voisins. La dimension religieuse ou rituelle acquiert donc une valeur particulière dans le processus de nomination et de reconnaissance de l’héritier, notamment s’il est absent. Dans les années 1770, Guglielmo Maria Pedrazzini est chargé de distribuer une certaine quantité de sel (il lume di sale), à Campo, comme aumône pour le frère et la sœur décédés de Giovanni Battista Scamoni, à Mirandola, ou pour les parents défunts du marchand Martino Tosetti, établi à Mayence52. Dans les églises du village natal, des offices funèbres sont célébrés dans les jours qui suivent l’arrivée d’une lettre annonçant la mort d’un compatriote à l’étranger, tandis que des messes anniversaires sont dites pour les défunts des familles d’émigrants. En 1788, Guglielmo Maria Pedrazzini est chargé par les héritiers de la veuve Giovanna Maria Scamoni, décédée à Concordia, de verser l’aumône à un prêtre pour qu’il fasse des offices à l’occasion de l’enterrement, du troisième et du septième jour après la mort53. En 1790, il demande au curé Pontoni de Cimalmotto de célébrer un office funèbre pour l’épouse du marchand Guglielmo Spaletta, de Reggio, décédée peu de temps avant54. En 1791, il écrit à Venceslao Spaletta Trivelli, à Reggio, pour lui faire ses condoléances suite au décès de son père. Il lui confirme avoir fait célébrer un office funèbre pour le défunt, comme il l’a fait l’année précédente pour sa mère, « afin de permettre aux parents d’exprimer leur considération et leur attachement »55. En 1794, Pedrazzini précise à son cousin, Venceslao Spaletta, le montant des aumônes versées à des chanoines pour la célébration de messes d’anniversaire56. Les legs pieux et les messes révèlent leur fonction de légitimation dans la transmission des patrimoines familiaux et dans la succession devant une communauté qui en est le témoin.

Conclusion

  • 57 L’ingérence des fonctionnaires royaux qui se saisissent des héritages vacants ou jacents est attest (...)

26L’analyse du fonctionnement de quelques villages dans les bailliages sud-alpins de l’ancienne Confédération helvétique concernés par la mobilité professionnelle des habitants a révélé le rôle que les communautés ont rempli dans la tutelle des biens des absents et dans leur représentation. En désignant de leur propre autorité des représentants pour les absents ou en cautionnant le choix fait par les émigrants eux-mêmes de nommer des procureurs pour gérer leurs patrimoines, les membres des communautés locales ont érigé un système en mesure de préserver la continuité des institutions familiales et communautaires, apparemment sans l’ingérence d’entités externes ou de pouvoirs supérieurs. Bénéficiant d’une certaine autonomie à l’égard des cantons souverains, de telles communautés ont joui de compétences importantes leur permettant d’intervenir dans la gestion des richesses des émigrants et des héritages jacents. Les décisions prises par les assemblées vicinales attestent d’une implication active dans la tutelle des maisons, dont la perpétuation et l’intégrité patrimoniale sont menacées par les absences ou les décès. Sans intervention de la part des officiers du bailli, ou d’autres représentants des autorités souveraines57, les institutions communautaires ont exercé des prérogatives de protection en confiant l’agence des absents, entre autres, à des familles de notables comme les Pedrazzini, à Campo Vallemaggia, et les Oldelli, à Meride. Les héritiers de ces dynasties de marchands ou d’artistes migrants ont assumé de nombreuses responsabilités envers les absents, obligations qui pourraient les identifier comme exécuteurs testamentaires d’une communauté en partie dispersée, en accroissant leur autorité et leur influence. Cette interchangeabilité des voisins, qui, pourtant, n’efface pas des rapports hiérarchiques ou des inégalités, repose sur l’action d’individus agissant en tant que membres co-solidaires et co-responsables d’un corps, qui s’oppose aux ruptures provoquées par l’absence.

Haut de page

Notes

1 Parmi l’abondante bibliographie sur ce sujet, voir la synthèse récente de Luigi Lorenzetti, « Migrazioni di mestiere e economie dell’emigrazione nelle Alpi italiane (xvi-xviii sec.) », dans Markus A. Denzel, Andrea Bonoldi, Anne Montenach et Françoise Vannotti (éd.), Oeconomia Alpium I : Wirtschaftsgeschichte des Alpenraums in vorindustrieller Zeit. Forschungsaufriss, - konzepte und - perspektiven, Berlin et Boston, De Gruyter Oldenbourg, 2017, p. 148-171.

2 André Holenstein, Mitten in Europa. Verflechtung und Abgrenzung in der Schweizer Geschichte, Baden, Hier und Jetz, 2014.

3 Pio Caroni, « Sovrani e sudditi nel labirinto del diritto », dans Raffaello Ceschi (dir.), Storia della Svizzera italiana. Dal Cinquecento al Settecento, Bellinzona, Stato del Cantone Ticino, 2000, p. 581-596 ; André Holenstein, « Die Herrschaft der Eidgenossen. Aspekte eidgenössischer Regierung und Verwaltung in den Landvogteien und Gemeinen Herrschaften », Itinera, no 33, 2012, p. 9-30 ; Marco Schnyder, « Partenaires, patrons et médiateurs. Aspects de la domination des cantons suisses au sud des Alpes (xviie-xviiie siècles) », dans Lukas Gschwend, Pascale Sutter (éd.), Zwischen Konflikt und Integration : Herrschaftsverhältnisse in Landvogteien und Gemeinen Herrschaften (15. -18. Jahrhundert). Entre conflit et intégration : les rapports de pouvoir dans les bailliages et les bailliages communs (xve - xviiie siècles), Itinera, no 33, 2012, p. 115-142.

4 Raffaello Ceschi, « Governanti e governati », dans Raffaello Ceschi (dir.), Storia della Svizzera italiana. Dal Cinquecento al Settecento, Bellinzona, Stato del Cantone Ticino, 2000, p. 45-72.

5 Sur l’émigration depuis la commune alpine, voir Francesca Chiesi Ermotti Le Alpi in movimento. Vicende del casato dei mercanti migranti Pedrazzini di Campo Vallemaggia (xviiie siècle), Bellinzona, Casagrande, 2019.

6 Sur les parcours des émigrants de Meride, voir Giuseppe Martinola, Lettere dai paesi transalpini degli artisti di Meride e dei villaggi vicini (xvii-xix), Bellinzona, Edizioni dello Stato, 1963 ; Raul Merzario, Adamocrazia. Famiglie di emigranti in una regione alpina (Svizzera italiana, xviii secolo), Bologne, Il Mulino, 2000.

7 Les lettres des émigrants représentent une partie considérable des Archives des familles Pedrazzini (AFP) et sont réunies dans la section « Lettere dei mastri » du fonds Oldelli aux Archives d’État du Canton du Tessin (ASTi) à Bellinzona. Raul Merzario, « Il notaio e l’emigrante. Il carteggio degli Oldelli di Meride (xvii secolo) », dans Ottavio Besomi, Carlo Caruso (dir.), Cultura d’élite e cultura popolare nell’arco alpino fra Cinque e Seicento, Basel, Boston et Berlin, Birkhäuser Verlag, 1995, p. 233-245.

8 Laurence Fontaine, Pouvoir, identités et migrations dans les hautes vallées des Alpes occidentales (xviie-xviiie siècles), Grenoble, PUG, 2003 ; Luigi Lorenzetti, Raul Merzario, Il fuoco acceso. Famiglie e migrazioni alpine nell’Italia moderna, Rome, Donzelli, 2005 ; Pier Paolo Viazzo, « La mobilità nelle frontiere alpine », dans Paola Corti, Matteo Sanfilippo, Migrazioni, Annali della Storia d’Italia, Turin, Einaudi, 2009, v. 24, p. 91-105.

9 Rose Duroux, « The temporary migration of males and the power of females in a stem-family society. The case of 19th-century Auvergne », The History of the Family, v. 6, 2001, p. 33-49 ; Marina Cavallera, « Un “motore immobile”. Emigrazioni maschili di mestiere e ruolo della donna nella montagna lombarda dell’età moderna », dans Nelly Valsangiacomo, Luigi Lorenzetti (dir.), Donne e lavoro. Prospettive per una storia delle montagne europee, xviii-xx secc., Milan, F. Angeli, 2010, p. 26-49 ; Anne Montenach, « Femmes des montagnes dans l’économie informelle : les “faux-saunières” en Haut-Dauphiné au xviiie siècle », dans Nelly Valsangiacomo, Luigi Lorenzetti (dir.), Donne e lavoro. Prospettive per una storia delle montagne europee, xviii-xx secc., Milan, F. Angeli, 2010, p. 68-82 ; Ofelia Rey Castelao, « Les femmes “seules” du nord-ouest de l’Espagne. Trajectoires féminines dans un territoire d’émigration 1700-1860 », Annales de démographie historique, v. 112, no 2, 2006, p. 105-133.

10 Sur la représentation et l’agence, voir Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales. E.S.C., v. 44, no 6, 1989, p. 1505-1520 ; Carlo Ginzburg, « Représentation : le mot, l’idée, la chose », Annales. E.S.C., v. 46, no 6, 1991, p. 1219-1234 ; Antonio Padoa Schioppa (dir.), Agire per altri : la rappresentanza negoziale processuale amministrativa nella prospettiva storica, Naples, Jovene, 2010 ; Bartolomé Clavero Salvador, « La máscara de Boecio : antropologías del sujeto entre persona e individuo, teología y derecho », Quaderni fiorentini per la storia del pensiero giuridico moderno, v. 39, no 1, 2010, p. 7-40.

11 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia [ACC], Libro delle relazioni (dell’usciere di Campo), 1772-1791, p. 60, 13.07.1777 ; p. 100, 08.10.1780 ; p. 178, [juillet] 1788 ; p. 195, 12.07.1789 ; p. 204, 27.12.1789 ; p. 229, 31.12.1791 ; Libro delle risoluzione della commune di Campo Vallemaggia, 1791-1803, p. 7, 08.07.1792 ; p. 33v, 28.12.1796.

12 Les statuts de Campo Vallemaggia décrètent que si il faut attribuer un agent ou un tuteur à des veuves, à une famille ou à des absents, la squadra (une des trois subdivisions administratives de la commune) à laquelle ils appartiennent est obligée de leur assigner le plus proche parent. Archivio di Stato del Canton Ticino [ASTi], Archivio delle Famiglie Pedrazzini [AFP], CA Statuti Gride, MA 462, Ordine de l’onorando comune di Campo, 12.02.1797, chapitre 48.

13 Voir sur cet aspect la définition de la catégorie juridique des « misérables », qui à l’époque moderne dans les États savoyards regroupe « les étrangers, les pauvres, les veuves, les mineurs, les orphelins, les paysans, les soldats, les pèlerins, les marchands ». La misère de ces individus est liée non pas à des niveaux de fortune mais à leur mobilité, identifiant une faiblesse d’appartenance au tissu social. Simona Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard, 2012, p. 231-242.

14 La nomination de l’agent ou la ratification de celle-ci est du ressort de l’assemblée des voisins, car des listes avec les noms des personnes désignées chaque année (à la demande d’une personne) sont transcrites dans les registres des décisions vicinales.

15 On désigne par le terme d’agenzia la fonction de représentation assumée par l’agent se substituant à la personne absente ou qui se trouve dans l’incapacité de faire valoir ses droits.

16 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP, Copialettere II Guglielmo Maria I Pedrazzini, 707, 03.04.1779.

17 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP, Copialettere II Guglielmo Maria I Pedrazzini, 801, 18.09.1779.

18 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP, Copialettere III Guglielmo Maria I Pedrazzini, MA 447 B 706, 20.11.1789.

19 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 117, 12.05.1782 ; p. 128v, 14.12.1783.

20 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 214, 13.06.1790.

21 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 215, 11.07.1790.

22 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 33-34, 13.03.1774 ; p. 72, 12.04.1778.

23 La communauté autorise également des voisins à produire des actes juridiques contre les plus proches parents de Guglielmo Spaletta, afin qu’ils soient obligés d’assumer l’agence de l’émigrant. Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 11-12, 05.01.1773.

24 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 73-74, 27.04.1778.

25 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 3, 12.03.1772.

26 Archivio del Comune di Campo Vallemaggia, Libro delle relazioni, 1772-1791, p. 74, 03.05.1778.

27 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere III Guglielmo Maria I Pedrazzini, MA 447 B 583, 26.03.1789 et suivantes.

28 Archivio di Stato del Canton Ticino, Archivio Oldelli, Lettere dei mastri IV (P-V), 25, Domenico Andrea Rossi, 23.02.1692.

29 Archivio di Stato del Canton Ticino, Archivio Oldelli, Lettere dei mastri I (A-F), 25, Giovanni Battista Clerici, 05.08.1730.

30 Copialettere Guglielmo Andrea Pedrazzini (propriété de L. Pedrazzini, Lugano), 09.08.1796.

31 Archivio di Stato del Canton Ticino, Archivio Oldelli, Lettere dei mastri I (A-F), 25, Giuseppe De Martini, 01.04.1741.

32 Archivio di Stato del Canton Ticino, Archivio Oldelli, Lettere dei mastri I (A-F), 25, Giovanni Antonio Fossati, 16.05.1751.

33 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere I Guglielmo Maria I Pedrazzini, 133, 11.08.1772 ; 181, 10.11.1772.

34 Copialettere Guglielmo Andrea Pedrazzini (propriété de L. Pedrazzini, Lugano), 27.04.1804.

35 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere III Guglielmo Maria I Pedrazzini, MA 447 B 850 [851], 07.07.1792.

36 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Guglielmo Andrea Pedrazzini, 19.01.1823.

37 Sur le thème des biens des absents voir Simona Cerutti, « À qui appartiennent les biens qui n’appartiennent à personne ? Citoyenneté et droit d’aubaine à l’époque moderne », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 62année, no 2, 2007, p. 355-383 ; Germano Maifreda, « I beni dello straniero. Albinaggio, cittadinanza e diritti di proprietà nel Ducato di Milano (1535-1796) », Società e Storia, no 129, 2010, p. 489-530 ; Alessandro Buono, « La manutenzione dell’identità. Il riconoscimento degli eredi legittimi nello Stato di Milano e nella Repubblica di Venezia (secoli xvii e xviii) », Quaderni Storici, no 148, 2015, p. 231-266 ; Isik Tamdogan, « Qu’advenait-t-il aux biens des “étrangers” après leur décès dans la ville d’Adana au xviiie siècle ? », dans Sami Bargaoui, Simona Cerutti, Isabelle Grangaud, Appartenance locale et propriété au nord et au sud de la Méditerranée, Aix-en-Provence, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, 2015, p. 157-166.

38 Sur cet aspect voir Alessandro Buono, « Le procedure di identificazione come procedure di contestualizzatione. Persone e cose nelle cause per eredità vacanti (Stato di Milano, secc. xvi - xviii) », dans Livio Antonielli (dir.), Procedure, metodi, strumenti per l’identificazione delle persone e per il controllo del territorio, Rubbettino, Soveria Mannelli, 2014, p. 35-65.

39 Copialettere Guglielmo Andrea Pedrazzini (propriété de L. Pedrazzini, Lugano), 04.05.1797.

40 Bernard Derouet, « Parenté et marché foncier à l’époque moderne. Une réinterprétation », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 56année, no 2, 2001, p. 337-368 ; Alessandro Buono, « La manutenzione dell’identità. Il riconoscimento degli eredi legittimi nello Stato di Milano e nella Repubblica di Venezia (secoli xvii e xviii) », Quaderni Storici, no 148, 2015, p. 247.

41 Archivio di Stato del Canton Ticino, Archivio Oldelli, Lettere dei mastri I (A-F), 25, Carlo Giorgio Fossati, 05.11.1783.

42 Copialettere Guglielmo Andrea Pedrazzini (propriété de L. Pedrazzini, Lugano), 14.11.1803 ; 16.05.1804.

43 La présence de servantes, de veuves ou de femmes célibataires dans la maison d’un défunt peut être acceptée à certaines conditions. En 1775, la servante de Maria Elisabetta Spaletta, sœur du marchand Guglielmo à Reggio, est autorisée à rester dans l’habitation de la propriétaire défunte à Campo et doit s’occuper de ses biens (bétail, propriétés foncières et maison). En 1784, lorsque Giacomo Michele Fantina décède vraisemblablement loin de Campo, Guglielmo Maria Pedrazzini demande à sa sœur Giovanna Maria Scamoni à Mirandola de donner des indications quant à la mère et à la veuve du défunt, qui vivent dans la maison familiale dans le village alpin et refusent catégoriquement de faire l’inventaire des biens qui s’y trouvent. Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere I Guglielmo Maria I Pedrazzini, 670, 23.05.1775 ; Copialettere II Guglielmo Maria I Pedrazzini, 1948, 22.03.1784.

44 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere I Guglielmo Maria I Pedrazzini, 670, 23.05.1775.

45 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere II Guglielmo Maria I Pedrazzini, 747, 21.06.1779.

46 Il vaut mieux confier les clés des maisons du défunt à des tiers (et souvent au curé de la paroisse), afin d’éviter tout soupçon ou accusation d’abus. Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere II Guglielmo Maria I Pedrazzini, 780, 17.08.1779.

47 Archivio di Stato del Canton Ticino, Archivio Oldelli, Lettere dei mastri I (A-F), 25, Carlo Giorgio Fossati, 05.11.1783.

48 Copialettere Guglielmo Andrea Pedrazzini (propriété de L. Pedrazzini, Lugano), 14.11.1803.

49 Copialettere Guglielmo Andrea Pedrazzini (propriété de L. Pedrazzini, Lugano), 24.11.1794 ; 11.02.1795.

50 Sur le ritual heir, voir les articles qui y sont consacrés pour l’Extrême-Orient dans ce même dossier.

51 Angelo Torre, Il consumo di devozioni. Religione e comunità nelle campagne dell’Ancien Régime, Venise, Marsilio, 1995 ; Emanuele C. Colombo, Marco Dotti, « L’economia rituale. Dalla rendita alle celebrazioni (Lodi, età moderna) », Quaderni storici, no 147, 49, 2014, p. 871-903 ; Angelo Torre, « “Cause pie”. Riflessioni su lasciti e benefici in antico regime », Quaderni storici, no 154, 52, 2017, p. 155-180.

52 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere I Guglielmo Maria I Pedrazzini, 230, 16.01.1773 ; 670, 23.05.1775 ; Copialettere II Guglielmo Maria I Pedrazzini 747, 21.06.1779.

53 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere III Guglielmo Maria I Pedrazzini, MA 447 B 508, 11.12.1788 ; B 516, 18.12.1788.

54 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere III Guglielmo Maria I Pedrazzini, MA 447 B 724, 06.03.1790.

55 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere III Guglielmo Maria I Pedrazzini, MA 447 B 799, 08.04.1791.

56 Archivio di Stato del Canton Ticino, AFP Copialettere III Guglielmo Maria I Pedrazzini, MA 447 B 946, 27.05.1794.

57 L’ingérence des fonctionnaires royaux qui se saisissent des héritages vacants ou jacents est attestée par contre dans le contexte des États savoyards par Simona Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard, 2012, p. 31-76.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1: Heinrich Keller, canton du Tessin, vers 1820, Atlas de la Suisse
Légende Légende: Atlas de la Suisse voir http://www.zumbo.ch/​maps/​navigate/​navigate.php?map_nr=139&lang=de.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/11207/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 935k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesca Chiesi Ermotti, « Les biens des émigrants. Représentation et interchangeabilité dans des communautés de la Suisse italienne (xviie-xviiie siècles) »L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 22 | 2020, mis en ligne le 25 novembre 2020, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/acrh/11207 ; DOI : https://doi.org/10.4000/acrh.11207

Haut de page

Auteur

Francesca Chiesi Ermotti

L’auteure a soutenu une thèse en cotutelle entre l’Université de Genève et l’EHESS à Paris sur les parcours d’une famille de marchands migrants dans le Corps helvétique au XVIIIe siècle. Elle travaille actuellement auprès de la Maison de l’Histoire de l’Université de Genève. E-mail: Francesca [point] Chiesi [arobase] unige [point] ch.

Francesca Chiesi Ermotti has prepared a Ph.d. dissertation under double administrative supervision at the University of Geneva and at EHESS in Paris. Her research was centered on the course and experiences of a rich merchant family whose members migrated into the Swiss Confederate community in the 18th century. She is presently employed by the House of History of the University of Geneva. E-mail: Francesca [point] Chiesi [arobase] unige [point] ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L’Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search