Navigation – Plan du site

AccueilL’Atelier du CRH23Les arsenaux terrestres et maritimesLa Collaboration des arsenaux bre...

Les arsenaux terrestres et maritimes

La Collaboration des arsenaux bretons sous l’Occupation

The Collaboration of Britanny’s naval Arsenals with Germany during the Occupation of France
Die Kollaboration der Marinewerften in der Bretagne während der Besatzungszeit
Lars Hellwinkel

Résumés

Avec l’occupation des côtes françaises durant l’été 1940, la Marine de guerre allemande non seulement obtient un accès direct à l’Atlantique mais encore prend possession des arsenaux de Brest, Lorient et Cherbourg. Centré sur les deux arsenaux de Bretagne, l'article analyse l’intégration des arsenaux maritimes français à la stratégie de guerre navale de l’Allemagne contre la Grande-Bretagne et met en évidence le rôle de la Marine de Vichy dans la collaboration militaire avec le Troisième Reich

Haut de page

Texte intégral

« L’arsenal tournait avec mauvaise humeur, mais il tournait
quand même. Discipline. » (Amiral Philippon)

  • 1 L’épigraphe provient de Jean Philippon, Le blocus du « Scharnhorst » et du « Gneisenau », Paris, Éd (...)
  • 2 Claude Huan, « La construction navale française 1940-1942 », Études d’histoire maritime, no 1, 1990 (...)
  • 3 Étienne Taillemite, Histoire ignorée de la marine française, Paris, Librairie Académique Perrin, 20 (...)

1Cette contribution1 étudie, à l’aune de l’exemple breton, la participation des arsenaux de la Marine française à « l’effort de guerre » allemand durant la Seconde Guerre mondiale et la période d’Occupation. Au moment de la capitulation française, la Navale disposait de quatre grands arsenaux métropolitains, situés à Cherbourg, à Brest, à Lorient et à Toulon. Avec la signature du traité d’armistice franco-allemand à Rethondes le 22 juin 1940, trois d’entre eux ainsi que les établissements techniques d’Indret et de Ruelle, les installations de la Marine à Rochefort et la plupart des grands chantiers navals privés se trouvaient désormais en zone occupée2. Les bases situées en Afrique avaient, quant à elle, plus un rôle de stations navales et leurs compétences techniques étaient en deçà de celles des ports métropolitains3. La Kriegsmarine avait ainsi la capacité d’organiser ses offensives contre le Royaume-Uni, son dernier adversaire, en menant ses attaques depuis les ports de l’Atlantique. L’Amirauté allemande, selon les mémoires de son commandant en chef l’amiral Erich Raeder, jouissait d’installations portuaires libérées à haute valeur stratégique : « […] la Kriegsmarine n’avait pas seulement exigé la cession de la flotte entière, y compris les bâtiments de la flotte auxiliaire et les unités en cours de construction, mais aussi de toutes les installations à terre ». Cependant, « le gros » de la flotte française avait pu se retirer en Méditerranée, notamment dans les ports de l’Afrique du Nord, et les petits bâtiments de servitude avaient, quant à eux, quitté leurs bases pour rallier les ports britanniques où ils furent saisis dans le cadre de l’opération « Catapult ». Comment s’est alors organisée la collaboration militaire dans des arsenaux en partie détruits, mais dont la main-d’œuvre était présente sur place ? Comment penser la mise à disposition de ports militaires et de commerce qui, dans les opérations de guerre, détenaient à la fois un rôle offensif et défensif ? Comment se sont déroulées les opérations de remise en ordre et de collaborations techniques et militaires ?

La reprises des activités des arsenaux français

2La remise en état des anciennes bases de la Marine française, après leur sabordage, fut l’un des premiers objectifs de l’occupant, car l’utilisation de la côte Atlantique française lui était essentielle : les sous-marins gagnaient une semaine d’action sans perdre de temps dans des allers-retours entre la Mer du Nord, l’Atlantique et la Manche. Et avec l’utilisation de l’infrastructure française, les chantiers navals allemands pouvaient désormais se concentrer sur la mise en œuvre du vaste programme de construction sous-marine réclamé depuis 1939 par le commandant supérieur des sous-marins, l’amiral Dönitz. Il fut d’ailleurs le premier à exiger que les ports français soient mis le plus rapidement possible à la disposition de la guerre sous-marine.

  • 4 Bundesarchiv-Militärarchiv (Département militaire des Archives fédérales allemandes), RM 45 IV 463, (...)
  • 5 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTD 113, renseignements du vice-am (...)
  • 6 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 765, rapport du Service mines et torpilles (Sperrwaffenkommand (...)
  • 7 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 765, rapport du Regierungsbaurat Dreher au sujet de l’action d (...)
  • 8 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTD 113, ordre de l’amiral de Labo (...)
  • 9 Service historique de la Défense, Département Marine, Annexe de Brest, 5 E 56, deuxième Région mari (...)
  • 10 Service historique de la Défense, Département Marine, Annexe de Brest, 5 E 56, deuxième Région mari (...)
  • 11 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 463, journal de guerre de l’amiral commandant la Kriegsmarine (...)

3Les états des lieux dressés par les officiers allemands témoignaient cependant de situations ambivalentes. À Brest, la principale base atlantique, l’amiral allemand von Arnauld de la Perière, notait le 23 juin 1940, l’importance des destructions tout en soulignant son potentiel : « Des immenses quantités en matériels. L’armement pour la plupart détruit, les culasses manquent. Cuirassé Clemenceau achevé à 10 %. Trois sous-marins sabordés. Endommagements graves aux différentes installations. Beaucoup d’engins sabotés, grues etc. Les ouvriers désœuvrés. Partout grand désordre »4. Plus encore, les services de la Kriegsmarine n’étaient pas seulement confrontés aux sabordages des armements, ils se heurtaient aussi à l’absence de navires capables de protéger les côtes atlantiques alors qu’une grande partie de sa flotte se trouvait mobilisée en Norvège. À Brest, par exemple, les officiers allemands n’avaient découvert que trois petits remorqueurs à flot5. Et pour protéger cette nouvelle base, la Kriegsmarine réquisitionna des bateaux civils, dont des chalutiers de pêche qu’elle transforma en bâtiments auxiliaires. De même, les services de la Kriegsmarine essayaient aussi de remettre en état les anciennes batteries-côtières françaises. L’aménagement des navires auxiliaires et la réparation des canons exigeant une main-d’œuvre qualifiée, les autorités demandèrent le concours des personnels français. Ce furent ainsi les ouvriers des Constructions navales6 et de l’Artillerie navale7 de Brest qui sécurisèrent la base devenue allemande et assemblèrent les armes avec des pièces de fabrication française, découvertes dans les dépôts ou sur les navires sabordés. L’emploi des ouvriers français avait été facilité par la poursuite des activités de l’arsenal après l’armistice. Sur décision de l’amiral français de Laborde, tous les directeurs étaient restés sur place au moment de l’évacuation militaire, afin d’éviter d’éventuels troubles sociaux « comme il était prescrit dans l’ordre du 18 juin 1940, peu avant l’arrivée des premiers éléments de l’armée allemande à Brest »8. La Préfecture de la deuxième Région maritime a renouvelé cet ordre le 19 juin 1940, en ordonnant à tous les officiers d’être à leur poste au matin du 20 juin 1940 afin que tous les services de l’arsenal fonctionnent normalement9. Son commandant, le major-général et vice-amiral Brohan, avait décidé d’instaurer la continuité de service de l’administration générale, le service d’eau et le service de voirie des Travaux maritimes ainsi qu’une partie des mouvements généraux, la centrale électrique des Constructions navales et les contrôles du Service d’ordre aux portes10. Plus encore, les Travaux maritimes avaient été chargés de la réparation du réseau téléphonique et de l’éclairage de l’arsenal. Si le vice-amiral Brohan fût arrêté en même temps que le préfet maritime, le vice-amiral Traub, le maintien en service des directeurs techniques fut par contre approuvé par l’amiral von Arnauld de la Perière11.

  • 12 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTD 113, rapport du C.V. Marie de (...)

4Sur l’initiative du directeur des Constructions navales, l’ingénieur général Rocquebert, se tint une réunion à la Direction des constructions navales, au cours de laquelle les différents directeurs avaient discuté l’attitude à adopter vis-à-vis les Allemands, lorsque ceux-ci allaient vouloir remettre l’arsenal en état de fonctionnement. À l’occasion de cette réunion, le capitaine de vaisseau Marie, dernier représentant de l’état-major du préfet de la deuxième Région maritime, déclara aux directeurs que l’Arsenal de Brest était coupé de toute relation avec les autorités françaises, et qu’il n’avait aucun pouvoir de parler en leur nom d’une telle autorité, la remise en marche des ateliers serait alors « affaire de conscience individuelle » de chaque directeur ; il paraissait acceptable à l’officier de participer à tous les travaux non spécifiquement militaires12.

  • 13 Kriegstagebuch der Seekriegsleitung 1939-1945 (journal de guerre de la Direction de la guerre naval (...)
  • 14 Archives municipales de Brest, journal La Dépêche, 25 juin 1940.

5La « remise en marche » de l’Arsenal de Brest pour les besoins de la Kriegsmarine fut l’une des premières occupations des autorités maritimes allemandes. Déjà le 25 juin 1940, le commandement de la Kriegsmarine à l’Ouest avait demandé à ses supérieurs à Berlin leur accord pour remettre immédiatement l’arsenal en service pour l’utiliser pour la guerre de course dans l’Atlantique et d’y créer au plus vite un point de ravitaillement pour sous-marins13. Le même jour, un avis publié par la Kriegsmarine dans le quotidien brestois, la Dépêche, fit appel à tous les ouvriers français désireux de travailler de se présenter à l’arsenal14. Et le 4 juillet 1940, l’Arsenal de Brest reprenait le service.

  • 15 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 768, note du commandant du port de Lorient (Hafenkommandant Lo (...)
  • 16 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 768, note du commandant du port de Lorient (Hafenkommandant Lo (...)

6L’Arsenal de Lorient avait, lui aussi, repris son activité. La Kriegsmarine avait tout d’abord organisé la réparation de chalutiers de pêche, travail non militaire mais qui donnait cependant aux services allemands l’occasion de se faire une idée de son fonctionnement15. D’après l’officier allemand qui supervisait les opérations, ce travail avait donné toute satisfaction16. La coopération à Lorient avait été facilitée par le fait que le directeur des Constructions navales, contrairement au directeur de l’Intendance maritime, avait accepté d’entrer directement en contact avec les autorités allemandes, ce qu’explique l’ingénieur mécanicien général Le Puth, affecté à l’Arsenal de Lorient entre 1940 et 1945, dans ses souvenirs d’après-guerre :

  • 17 Voir les souvenirs de l’ingénieur mécanicien général Le Puth, « Quelques souvenirs de la vie lorien (...)

L’ingénieur général Antoine […] pensait qu’il convenait de s’organiser tout de suite dans la défaite pour la rendre moins amère et en limiter les conséquences directes – les Allemands demandèrent aussitôt à entrer en contact avec le directeur des Constructions Navales – de ce fait celui-ci devint automatiquement le chef de tout le port de guerre de Lorient, confirmé plus tard par le gouvernement français.17

7La remise en marche des arsenaux pour le compte allemand par les différents services français fut ensuite approuvée par le secrétariat d’État à la Marine à Vichy qui déclare dans une note du 3 août 1940 :

  • 18 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTA 25 : mémorandum « Travaux des (...)

Les travaux sur les bâtiments en construction, non encore à flot, doivent être limités à ceux nécessaires pour libérer la cale ou le bassin de construction. […] Les bâtiments sabordés et coulés par nous, ou échoués sur la côte, pourront être renfloués. […] Dans les territoires occupés par les Allemands […] ces travaux seront considérés comme des volants pour éviter le chômage.18

  • 19 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTB 60, note no 39 F.M.F. 4 du 10  (...)
  • 20 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 805, note du Service Bâtiment auprès de l’amiral commandant la (...)
  • 21 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 765, note du Service mines et torpilles de l’arsenal allemand (...)

8C’était bien dans cet esprit de combattre le chômage, afin d’éviter que les ouvriers français soient employés ailleurs, que le commandant en chef de la Marine française, l’amiral Darlan, donna par exemple l’ordre au directeur de l’Intendance maritime de Brest de choisir dans ce port des projets demandant le maximum d’ouvriers comme la remise en état des bassins de radoub ou la poursuite de la construction du nouveau foyer du marin19. Dès lors, les ouvriers de l’Arsenal de Brest contribuèrent, dès le mois de décembre 1940, à la réparation des portes des deux grands bassins du port militaire de Laninon et construisirent deux nouvelles portes pour les bassins de Pontaniou à l’intérieur même de l’arsenal20. Mais les ouvriers français ont aussi contribué à des travaux militaires. Le 25 septembre 1940 par exemple, un train militaire allemand chargé de mines à destination d’une flottille de contre-torpilleurs allemande arrivait au Port de Commerce de Brest. Pour le chargement de la cargaison sur les contre-torpilleurs allemands, la Kriegsmarine utilisa quelques ouvriers français qui armaient les grues et mobilisa quelques remorqueurs avec équipages français pour le mouvement des navires allemands. D’après un rapport du service allemand responsable, tous ces travaux se passèrent sans incidents, le personnel français s’était montré « travailleur et obéissant » et malgré des problèmes de compréhension, le chargement des contre-torpilleurs, manœuvre très délicate en raison du danger représenté par les mines, s’était déroulé d’une façon « irréprochable »21.

  • 22 Bundesarchiv-Militärarchiv, W 04-19264, note du Hafenbauressort Brest du 31 décembre 1940 [en allem (...)
  • 23 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 35 II 179, télégramme du bâtiment « Richard Beitzen » B. Nr. G 35/40 (...)

9La majorité des ouvriers de l’arsenal était cependant employée à des travaux techniques. Aux opérations de transformation de chalutiers de pêche en patrouilleurs auxiliaires allemands, le Service des Réparations ajoutait celle du renflouement des navires français sabordés à l’intérieur de l’arsenal en juin 1940. Dans le même temps, les Constructions Navales organisait la défense des postes d’accostage prévus pour les contre-torpilleurs allemands faisant escale au port militaire22. Le savoir-faire des ouvriers français servait enfin à de nombreuses réparations sur les premiers navires allemands affectés au port de Brest. En janvier 1941 par exemple, les réparations des machines sur le contre-torpilleur Richard Beitzen ne pouvaient être achevées qu’en recourant aux ateliers de l’arsenal français23.

Entre collaboration et freinage, entre « lenteur et qualité »

  • 24 Paul Coat, Les Arsenaux de la Marine, Brest/Paris, Éditions de la Cité, 1982, p. 18.

10Pour autant, la reprise de l’activité de l’Arsenal de Brest pour le compte allemand ne se passa pas sans incidents. Peu après le début de l’Occupation, le directeur des Constructions navales, refusa par exemple le concours de ses ouvriers aux réparations du contre-torpilleur français Cyclone, sabordé à l’arsenal au moment de l’évacuation du port en juin 1940. Pour cette opposition, l’ingénieur général Rocquebert fut arrêté le 18 septembre 1940 puis expulsé en zone libre24.

11L’opposition croissante des services français envers les commandes allemandes contraint le secrétaire d’État à la Marine, l’amiral Darlan, à publier une directive le 30 septembre 1940 dans laquelle il déclarait :

  • 25 Note no 19517 FMF 3/SECA du 30 septembre 1940 citée par Jean-Claude Catherine, « Face à la Kriegsma (...)

Il me paraît tout à fait vain de chercher à s’opposer aux demandes allemandes. Un refus n’aurait d’autre résultat que d’entraîner des mesures de contraintes s’accompagnant d’inconvénients graves. [...] La seule solution réaliste consiste à accepter dans leur principe les demandes des Allemands en cherchant à obtenir d’eux des contreparties aussi substantielles que possible. En dehors de leurs avantages intrinsèques, ces compensations permettraient de justifier auprès du personnel ouvrier des chantiers l’attitude du gouvernement et d’en obtenir une activité normale25.

  • 26 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTD 114, « Rapport sur la situatio (...)

12À Brest, l’activité de l’arsenal français au profit de la Kriegsmarine alla de pair avec l’utilisation du port par la flotte allemande. Après les opérations d’aménagement de la nouvelle base allemande, les ateliers français contribuaient désormais à la réparation de trois grands bâtiments de la flotte allemande à partir de mars 1941. Les deux croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneisenau avaient gagné le port après une opération contre les convois britanniques de l’Atlantique ; ils furent rejoints par le croiseur Prinz Eugen. Pour la réparation du Scharnhorst, qui se trouvait en avarie de machines, des pièces de machines furent par exemple transférées à l’atelier des machines de l’arsenal français26. Bien qu’ici les travaux ne fussent pas exécutés avec enthousiasme par les ouvriers français, la Kriegsmarine exprimait sa grande satisfaction comme le montre le témoignage d’après-guerre de l’amiral allemand Hoffmann, à l’époque commandant du Scharnhorst :

  • 27 Citation d’après Jacques Mordal, La Marine à l’épreuve. De l’armistice de 1940 au procès Auphan, Pa (...)

Lorsque nous demandions un travail aux ouvriers de Brest, nous savions qu’il serait exécuté avec une extrême lenteur, dont la cause évidemment ne nous surprenait pas. Mais au point de vue de la qualité du travail effectué, tous mes officiers étaient unanimes à reconnaître qu’elle était supérieure à tout ce qui aurait pu être fait à Kiel ou à Wilhelmshaven27.

  • 28 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 7 1227, note OKM K III Nr. 1027/40 Gkdos, du 17 juillet 1940 sur l’u (...)
  • 29 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 805, note Flottenkdo. 2. Adm. Flotte B. Nr. Gkdos 482 A I du 1(...)
  • 30 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTB 147, Effectifs du personnel ou (...)
  • 31 Voir le compte rendu de la conférence navale du 4 février 1941 dans Gerhard Wagner, Lagevorträge de (...)
  • 32 Voir le compte-rendu de la conférence navale du 4 février 1941 dans Gerhard Wagner, Lagevorträge de (...)
  • 33 Karl Dönitz, Dix ans et vingt jours, Paris, Plon, 1959, p. 127-128.

13Le responsable des arsenaux auprès de la Direction des constructions navales allemandes avait encore demandé en juillet 1940 qu’aucune réparation sur les grands navires de guerre allemands ne soit effectuée par des ouvriers français en raison du danger de sabotage28. Mais la pénurie en ouvriers qualifiés du côté allemand ne laissait aucune autre alternative. À Brest, par exemple, le personnel allemand ne comptait en février 1941 que 470 ouvriers29 alors que l’effectif français s’élevait à plus de 6 000 hommes30. Cette main-d’œuvre française représentait pour la Kriegsmarine une réserve « sûre » en ouvriers qualifiés, Malgré les doutes prononcés par Hitler lui-même à l’égard du grand nombre d’ouvriers étrangers travaillant dans les bases navales allemandes, au cours de la Conférence sur la guerre navale du 4 février 194131, la Kriegsmarine ne pouvait pas renoncer à cette main-d’œuvre étrangère, même si cette situation était selon les mots de son commandant en chef, l’amiral Raeder, « très désagréable »32. La pénurie en ouvriers allemands sur la côte Atlantique s’observe avec l’obligation faite à la Kriegsmarine d’enlever environ 800 ouvriers allemands sur l’ensemble de ses bases en France afin de pouvoir terminer au plus vite les réparations des trois grands navires bloqués à Brest, ce qui provoquait de fait un retard important dans les réparations des sous-marins et contre lequel l’amiral Dönitz protestait en vain33.

  • 34 Yves Buffetaut, Les ports français 1939-1945. Les ports de l’Atlantique, Bourg-en-Bresse, Éditions (...)
  • 35 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTB 28, note Direction des service (...)
  • 36 Souvenirs d’Adolf Nidrich, ancien ouvrier de l’arsenal allemand de Lorient, confiés à l’auteur le 2 (...)

14Après le retour des grands bâtiments de la flotte en Allemagne en février 1942, le port de Brest servit surtout de base pour sous-marins. Bien que les réparations sur ces unités étaient en grande partie effectuées par des ouvriers allemands à l’intérieur de la base sous-marine construite à cet effet au port militaire34, les ouvriers de l’arsenal français continuaient à réparer les patrouilleurs ou bâtiments de servitude dont l’importance augmentait avec les attaques aériennes alliées car sans l’aide d’un patrouilleur dragueur de mines ou d’un remorqueur, un sous-marin ne pouvait ni rallier ni quitter sa base en toute sécurité. Lorsque la Kriegsmarine manquait par exemple d’ouvriers électriciens à La Pallice en août 1942, la Marine française accepta, selon sa note, « dans un esprit d’entente et de collaboration » d’envoyer des ouvriers spécialistes de l’Arsenal de Cherbourg sur la côte Atlantique, à la seule condition que ses ouvriers ne seraient employés que sur des vedettes lance-torpilles ou patrouilleurs et non pas sur des navires plus grands et qu’ils travailleraient uniquement sous les ordres français35. Parfois, les services de la Kriegsmarine devaient aussi recourir au concours des arsenaux français parce qu’ils manquaient eux-mêmes de machines-outils spéciales comme le montre l’exemple à Lorient où les ouvriers allemands devaient à chaque fois qu’ils devaient effectuer des travaux sur la tôle s’adresser à l’atelier de laminage de l’arsenal français36.

  • 37 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTB 145, note Port de Brest-Direct (...)

15Quand la Marine française évalua en décembre 1940 le taux de ses personnels sans occupation dans les ports en zone occupée, le directeur des Constructions navales de Brest déclara que tous ses employés travaillaient pour le compte allemand et que du fait de l’importance croissante des commandes allemandes, les Constructions navales de Brest auraient encore du travail pour plusieurs mois37. En mai 1941 par exemple, les Constructions navales à Brest construisaient un dock flottant pour la Kriegsmarine et ils élaboraient le projet d’une protection des portes des grands bassins à Laninon contre des attaques à la torpille.

  • 38 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, 1 BB2 224, secrétariat d’État à la (...)
  • 39 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes TTB 28, compte rendu d’un entretien (...)
  • 40 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTB 28, note de la Direction des s (...)

16La Direction centrale des industries navales à Vichy constata finalement en septembre 1942 que presque la totalité des 16 000 ouvriers des arsenaux en zone occupée travaillait pour le compte allemand et que l’importance de leur concours augmentait encore par l’exécution de travaux autrefois exécutés dans les arsenaux par des ouvriers allemands38. Un mois plus tôt, un accord avait été conclu entre les représentants de la Marine française et les représentants de la Kriegsmarine en France pour que les ouvriers français ne soient plus employés directement à bord des navires de guerre, y compris les vedettes lance-torpilles et les patrouilleurs39. Dans une note du 2 septembre 1942, le directeur des services de la Marine militaire en zone occupée, l’amiral Jardel, expliquait ces négociations avec les autorités maritimes allemandes par le fait qu’elles représentaient la seule méthode possible pour faire coïncider les intérêts de la Marine française et allemande en précisant : « Nous avons un intérêt primordial à ce que nos ouvriers des arsenaux travaillent ; qu’ils travaillent dans ces arsenaux et non en Allemagne et qu’ils continuent à être payés par les autorités allemandes »40.

Le rôle central des Arsenaux dans les opérations militaires

  • 41 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 410, journal de marche du directeur supérieur de l’arsenal all (...)

17Après un bombardement sévère de Lorient, en octobre 1942, le commandant de l’arsenal allemand, le vice-amiral Matthiae, évaluait la part prise par les ateliers français dans le rendement de l’arsenal allemand, afin d’évaluer les risques d’un arrêt de travail de ses ouvriers. D’après ce rapport, un tel arrêt aurait pour conséquence l’arrêt quasi total des réparations sur des bâtiments de surface à Lorient et une baisse des réparations sur les sous-marins de 20 % à 30 %41.

  • 42 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 410, journal de marche du directeur supérieur de l’arsenal all (...)
  • 43 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 1731, ordre du jour de l’arsenal allemand de Brest (Kriegsmari (...)

18Cet exemple montre très bien comment les arsenaux allemands dépendaient en automne 1942 du concours français. Il va de soi que les autorités maritimes allemandes en France essayaient désormais de garder un bon contact avec les services français. Quoique les travaux dans les ateliers français de Lorient étaient par exemple surveillés par un ingénieur allemand, ce dernier ne devait avoir qu’un rôle consultatif et il lui fut interdit formellement par l’amiral Matthiae de se mêler de l’organisation de l’atelier français42. Il en était de même pour l’Arsenal de Brest, où les ateliers français étaient également surveillés par un ingénieur allemand. Toutes les commandes passées aux ateliers français nécessitaient l’accord du service allemand chargé de la surveillance de l’atelier concerné. Par exemple, pour des travaux de tôle il fallait l’agrément des constructions navales allemandes alors que pour des réparations de chaudières ou des travaux électrotechniques il fallait l’accord du service machines de l’arsenal allemand. À Brest, fin septembre 1942, les ateliers français étaient surchargés de commandes du côté allemand et la direction allemande donna l’ordre aux différentes unités de la Kriegsmarine de ne pas charger l’arsenal français de travaux de moindre importance ou qui pouvaient être effectués par les moyens des flottilles elles-mêmes43.

  • 44 Archives nationales, Paris, AJ401284, situation des commandes passées à l’arsenal de Brest pour le (...)
  • 45 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 1731, ordre du jour de l’arsenal allemand de Brest (Kriegsmari (...)

19À cette époque, l’arsenal effectuait des réparations sur dix remorqueurs, trois grands forceurs de barrage, un torpilleur, six dragueurs de mines, un pétrolier, trois cargos et six petits patrouilleurs de la flottille de protection du port44. Certains services allemands ont essayé par la suite d’entrer directement en contact avec les ateliers français qui acceptaient sous la contrainte les travaux demandés mais cela représentait en même temps le retrait de la main d’œuvre à des missions plus importantes et c’est pour cette raison que la direction allemande de l’arsenal rappela le 8 octobre 1942 aux différents services allemands que le contact direct avec les ateliers français était interdit45.

  • 46 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTD 142, rapport sur l’activité du (...)

20Mais les ouvriers français ne travaillaient pas seulement dans les ateliers français pour le compte de la Kriegsmarine. Comme le montre l’exemple de l’arsenal de Lorient, où, sur demande du commandant allemand, les Industries Navales françaises avaient ouvert, le 1er mars 1943, un chantier à l’intérieur même de la base sous-marine. À ses débuts, il ne comprenait que cinquante ouvriers français encadrés par deux ingénieurs et trois agents techniques, mais au cours du mois, le personnel français comptait 466 personnes, dont 337 ouvriers des Industries Navales et trente-huit ouvriers de l’Artillerie Navale46. Une centaine d’entre eux travaillait directement sous les ordres allemands dans les services de la Construction navale tandis que les autres furent employés à des travaux d’aménagements.

21Parmi les travaux effectués par les ouvriers français à l’intérieur de la base sous-marine se trouvaient les opérations de montages de pompes et de tuyautages, l’installation de trois chaudières et des travaux de soudure. Après la constitution de sept équipes de mouvements généraux, les ouvriers français démontaient un pont roulant à l’intérieur d’une des alvéoles de la base, posaient des rails pour le chemin de roulement de ce pont, installaient une grande citerne et posaient des vitres dans les nouveaux ateliers. À l’extérieur de la base, les ouvriers des Industries Navales contribuaient à la construction d’une porte de bassin et aux réparations de chalutiers.

  • 47 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTD 142, rapport sur l’activité du (...)

22Le compte rendu du chef de chantier qualifie les rapports avec les différents services allemands d’« excellents » et l’agent tient à signaler que les ouvriers français pouvaient utiliser librement les ateliers allemands47. En revanche, au département Artillerie, la situation était bien différente, car les ouvriers de l’Artillerie Navale y avaient été mélangés avec des ouvriers allemands et des Français, embauchés d’ailleurs, et l’entrée avait été interdite aux agents techniques français, même pour le pointage des heures de travail.

  • 48 Archives nationales, Paris, AJ401287, Denkschrift der Deutschen Waffenstillstandskommission über de (...)
  • 49 Archives nationales, Paris, AJ401287, note DWStK/Marine 130/44 Gkdos. Die Bedeutung der Mitarbeit d (...)

23Tous les ouvriers des Industries Navales qui travaillaient au chantier français à la base sous-marine touchaient une indemnité, mais leurs salaires restaient pourtant faibles comparés à ceux payés par les autorités allemandes aux ouvriers français embauchés ailleurs. Il n’est donc pas surprenant que certains ouvriers des Industries Navales aient demandé, et obtenu, des congés afin de pouvoir travailler directement sous les ordres des autorités allemandes et ainsi de bénéficier des avantages financiers attachés à leur nouvel emploi. Finalement, dans une étude établie en juillet 1944 par le groupe Marine auprès de la Commission d’Armistice allemande à Wiesbaden, la Kriegsmarine dut se rendre compte que la totalité des réparations en France sur les navires de surface allemands fut à ce moment effectuée par les ateliers français48. Souvent, le nombre des ouvriers allemands dans les ports était très inférieur à celui des Français comme le montre l’exemple du département Artillerie Navale à l’Arsenal de Toulon où un millier d’ouvriers français, placés sous les ordres de la Marine française, avaient été chargés de la réparation de toutes les armes allemandes sur la côte méditerranéenne alors que le personnel allemand ne s’élevait qu’à 76 ouvriers49.

  • 50 Robert Frank, « Deutsche Okkupation, Kollaboration und französische Gesellschaft 1940-1944 », dans (...)
  • 51 Anne-Laure Le Boulanger, La question de la main-d’œuvre dans le Finistère : 1940-1944, Maîtrise d’h (...)

24Peut-on qualifier le travail des ouvriers des arsenaux pour le compte allemand de collaboration ? Tout d’abord, on doit se demander : quels choix, l’ouvrier brestois avait-il ? À côté du travail à l’arsenal, il n’y avait dans la région que les chantiers du « Mur de l’Atlantique » ou d’autres emplois encore mais réalisés au bénéfice de l’occupant. L’historien français Robert Frank, dans une étude traitant la question d’une « collaboration pour survivre » de certaines entreprises françaises, a constaté que « la plupart des ouvriers français refusait moins le travail pour l’Allemagne que le travail en Allemagne »50. Le choix des ouvriers des arsenaux confirme cette hypothèse. Il leur fallait faire vivre et nourrir leurs familles, comme l’a montré l’historienne brestoise Anne-Laure Le Boulanger dans son étude de maîtrise portant sur la question de la main-d’œuvre dans le Finistère entre 1940 et 1944. Elle écrit ainsi, au sujet des ouvriers de l’arsenal : « Quand il faut remplir son estomac et celui des enfants, le ravitaillement devient l’unique préoccupation mais n’empêche pas une hostilité sourde »51.

  • 52 Voir le témoignage de Paul Coat, « Six cents ouvriers de l’arsenal déportés à Hambourg », Les Cahie (...)

25Même si quelques détachements d’ouvriers ont aussi été envoyés dans les arsenaux en Allemagne dans le cadre du STO52, la majorité des ouvriers de la Marine française a pu rester chez elle. Mais il faut aussi souligner que les arsenaux étaient des entreprises d’État, placées sous le contrôle du secrétariat à la Marine et que la Marine française continuait à assurer le contrôle de ses installations tout au long de la guerre jusqu’à la Libération. Les ouvriers ne suivaient alors que les ordres de leurs ingénieurs qui eux, recevaient leurs ordres directement de Vichy et il n’est pas surprenant que dans leurs souvenirs, les ouvriers mettent souvent en avant qu’ils ont travaillé dans un atelier français sous des ordres français, même la pièce de tôle qu’ils avaient confectionnée était destinée à la réparation d’un navire de guerre allemand.

  • 53 Service historique de la Défense, Département Marine, Annexe de Brest, 5 E 81, copie de la note du (...)
  • 54 Service historique de la Défense, Département Marine, Annexe de Brest, 5 E 81, copie de la note du (...)
  • 55 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTD 142, note de l’État-major de l (...)
  • 56 Archives départementales du Finistère, 200 W 76, rapport du commandant de la Compagnie de Brest de (...)
  • 57 Archives nationales, Paris, 3 AG2 362, renseignements du BCRA sur les chantiers navals en France, d (...)

26Ainsi, les ouvriers des arsenaux prenaient leur part à la collaboration, initiée par le régime de Vichy, avec le Reich allemand ; plus encore, ils en furent la parfaite illustration quand l’amiral Darlan devint le chef du gouvernement. Mais les ouvriers ont aussi payé un lourd tribut à la guerre aérienne : quand ils trouvaient la mort dans les bombardements, la Marine française, par culpabilité morale, s’empressait de leur faire attribuer la mention « Mort pour la France »53 ou de récompenser les survivants avec des médailles d’honneur. Ce fut le cas à Brest, après les bombardements sévères de mai et septembre 194354. À Lorient, les ouvriers des Industries Navales qui ont trouvé la mort dans le bombardement du 6 mars 1943, furent cités à l’ordre de l’Armée de Mer parce qu’ils s’étaient comportés comme des « ouvriers modèles de conscience professionnelle et de courage, venus régulièrement à leur travail en méprisant le danger »55. Mais le danger ne venait pas du seul ciel. En février 1942, une explosion eu lieu au bassin no 1 de l’Arsenal de Brest56. Des ouvriers français qui soudaient des plaques métalliques sur un bâtiment allemand, avait ignoré la présence d’un réservoir d’essence, qui en explosant tuait quatre ouvriers et en blessait deux autres. Citons pour conclure sur l’information d’un agent du Bureau central de Renseignements et d’action (BCRA) portant sur les ouvriers des Chantiers de Bretagne à Nantes, qui peut sans doute s’appliquer à la majorité des travailleurs des constructions navales françaises : « dans l’ensemble, les ouvriers, presque en totalité, n’aiment pas les Allemands et ne les supportent que parce qu’ils ne peuvent faire autrement »57.

  • 58 Lars Hellwinkel, « Les arsenaux de la Marine française face à la Libération : l’impact de l’épurati (...)
  • 59 Amiral Auphan, Jacques Mordal, La Marine française dans la Seconde Guerre mondiale, Paris, Éditions (...)

27Après la Libération, les arsenaux ont, très rapidement, contribué au réarmement de la Marine française et à la reconstruction des ports. L’épuration n’ayant concerné que les grades supérieurs, eut des effets très limités sur la Marine58. Quant aux ouvriers rescapés des bombardements, ils reprenaient leur travail dans les ateliers souvent en ruines, et en déblayant les arsenaux dévastés, participaient désormais à la reconstruction du pays. Et le voile de l’oubli tomba sur le rôle des arsenaux sous l’Occupation. Un oubli qui était facilité par le fait que la plupart des archives militaires françaises et allemandes avaient été détruites à la fin de la guerre. Ce n’est d’ailleurs pas surprenant que l’un des derniers dirigeants de la Marine de Vichy, l’amiral Auphan, avait pu déclarer dans un de ces nombreux livres d’après-guerre que le travail effectué par les services de la Marine française en zone occupée s’était limité « à des opérations de nature industrielle à l’exclusion de tout travail militaire » et que ce travail avait alors permis « une surveillance vigilante du patrimoine » et « une sauvegarde efficace des ouvriers »59. Mais confronté aux documents allemands de l’époque, on ne peut que constater le rôle joué par les arsenaux français dans le rendement des bases navales allemandes de la France occupée.

Haut de page

Notes

1 L’épigraphe provient de Jean Philippon, Le blocus du « Scharnhorst » et du « Gneisenau », Paris, Éditions France-Empire, 1967, p. 73.

2 Claude Huan, « La construction navale française 1940-1942 », Études d’histoire maritime, no 1, 1990, p. 177-206, ici p. 177

3 Étienne Taillemite, Histoire ignorée de la marine française, Paris, Librairie Académique Perrin, 2003, p. 420. Voir également : « Les bases et les arsenaux français d’outre-mer, du Second Empire à nos jours », dans Actes du colloque : Les bases et les arsenaux français d’outre-mer, du Second Empire à nos jours, organisé en mai 2000 par le comité pour l’histoire de l’armement, le Service historique de la Marine et le Centre d’études d’histoire de la Défense, Paris, Panazol, 2002.

4 Bundesarchiv-Militärarchiv (Département militaire des Archives fédérales allemandes), RM 45 IV 463, journal de guerre de l’amiral commandant de la Kriegsmarine en Bretagne du 23 juin 1940 [en allemand].

5 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTD 113, renseignements du vice-amiral Traub, ancien préfet maritime de la deuxième Région, sur ses relations avec les autorités allemandes depuis l’entrée des Allemands à Brest le 19 juin 1940 [datés du 4 juillet 1941], p. 5.

6 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 765, rapport du Service mines et torpilles (Sperrwaffenkommando) de l’arsenal allemand de Brest du 1er août 1940 [en allemand].

7 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 765, rapport du Regierungsbaurat Dreher au sujet de l’action d’un groupe de travail de l’arsenal de Wilhelmshaven à Brest du 22 juillet 1940, annexe de la note OKM A Wa A IB Nr. 17903/40 geh. du 28 octobre 1940 au Marinebefehlshaber Bretagne [en allemand].

8 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTD 113, ordre de l’amiral de Laborde, commandant en chef les forces maritimes de l’Ouest, du 18 juin 1940 à 17 heures.

9 Service historique de la Défense, Département Marine, Annexe de Brest, 5 E 56, deuxième Région maritime – État-major, ordre du 19 juin 1940 [sans numéro].

10 Service historique de la Défense, Département Marine, Annexe de Brest, 5 E 56, deuxième Région maritime – Port de Brest – majorité générale, ordre du 20 juin 1940 [sans numéro].

11 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 463, journal de guerre de l’amiral commandant la Kriegsmarine en Bretagne (Marinebefehlshaber Bretagne) du 22 juin 1940 [en allemand].

12 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTD 113, rapport du C.V. Marie de l’État-major de la 2Région maritime sur les évènements de Brest entre le 17 et le 29 juin 1940, rédigé à Neris-les-Bains le 10 juillet 1941, p. 5 et suivantes.

13 Kriegstagebuch der Seekriegsleitung 1939-1945 (journal de guerre de la Direction de la guerre navale allemande), Werner Rahn, Gerhard Schreiber, Hansjoseph Maierhöfer, Bonn, Mittler & Son, 1988-1995, vol. 10, p. 265, en date du 25 juin 1940 [en allemand].

14 Archives municipales de Brest, journal La Dépêche, 25 juin 1940.

15 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 768, note du commandant du port de Lorient (Hafenkommandant Lorient) B. Nr. 102/40 g. du 3 juillet 1940 [en allemand].

16 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 768, note du commandant du port de Lorient (Hafenkommandant Lorient) B. Nr. 102/40 g. du 3 juillet 1940 [en allemand].

17 Voir les souvenirs de l’ingénieur mécanicien général Le Puth, « Quelques souvenirs de la vie lorientaise de 1940 à 1945 », Académie de Marine, Communications et Mémoires, no 1, 1955, p. 71-115, ici p. 79.

18 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTA 25 : mémorandum « Travaux des arsenaux de la Marine et des chantiers travaillant pour la Marine de guerre pour l’ingénieur général du génie maritime Norguet », [sans date]. Le mémorandum a été transmis sans signature à Norguet et fut de retour à Vichy le 3 août 1940.

19 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTB 60, note no 39 F.M.F. 4 du 10 août 1940.

20 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 805, note du Service Bâtiment auprès de l’amiral commandant la Kriegsmarine en France (Kommandierender Admiral Frankreich – Baudirektor) B. Nr. Gkdos 3279 du 10 décembre 1940 [en allemand].

21 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 765, note du Service mines et torpilles de l’arsenal allemand de Brest (Kriegsmarinearsenal Brest-Abteilung Sperrwaffen) B. Nr. 150/40 à l’amiral commandant la Kriegsmarine en Bretagne du 27 septembre 1940 [en allemand].

22 Bundesarchiv-Militärarchiv, W 04-19264, note du Hafenbauressort Brest du 31 décembre 1940 [en allemand].

23 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 35 II 179, télégramme du bâtiment « Richard Beitzen » B. Nr. G 35/40 du 13 janvier 1941 cité dans une note du commandant les contre-torpilleurs F.d.Z. B. Nr. G 581 M du 13 février 1941 [en allemand].

24 Paul Coat, Les Arsenaux de la Marine, Brest/Paris, Éditions de la Cité, 1982, p. 18.

25 Note no 19517 FMF 3/SECA du 30 septembre 1940 citée par Jean-Claude Catherine, « Face à la Kriegsmarine, marins et personnels d’arsenaux à Lorient (Morbihan), Brest (Finistère) et Wiesbaden », Revue Historique des Armées, no 195, 1994, p. 88-110, ici p. 93.

26 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTD 114, « Rapport sur la situation à Brest le 13 mai 1941 » [sans numéro].

27 Citation d’après Jacques Mordal, La Marine à l’épreuve. De l’armistice de 1940 au procès Auphan, Paris, Plon, 1956, p. 84-85.

28 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 7 1227, note OKM K III Nr. 1027/40 Gkdos, du 17 juillet 1940 sur l’utilisation des capacités en construction navale française, p. 5 [en allemand].

29 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 805, note Flottenkdo. 2. Adm. Flotte B. Nr. Gkdos 482 A I du 1er mars 1941 [en allemand].

30 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTB 147, Effectifs du personnel ouvrier par Direction pour le Port de Brest à la date du 1er janvier 1941.

31 Voir le compte rendu de la conférence navale du 4 février 1941 dans Gerhard Wagner, Lagevorträge des Oberbefehlshabers der Kriegsmarine vor Hitler 1939-1945, Munich, J. F. Lehmanns Verlag, 1972, p. 189.

32 Voir le compte-rendu de la conférence navale du 4 février 1941 dans Gerhard Wagner, Lagevorträge des Oberbefehlshabers der Kriegsmarine vor Hitler 1939-1945, Munich, J. F. Lehmanns Verlag, 1972, p. 189.

33 Karl Dönitz, Dix ans et vingt jours, Paris, Plon, 1959, p. 127-128.

34 Yves Buffetaut, Les ports français 1939-1945. Les ports de l’Atlantique, Bourg-en-Bresse, Éditions Marines, 1994, p. 36-37 : d’après une note de renseignements sur la base sous-marine de Brest du 9 juillet 1944, il y avait aussi quelques Français qui travaillaient à la base sous-marine, mais ces ouvriers n’effectuaient que des travaux futiles alors que les travaux d’importance furent effectués par les ouvriers allemands.

35 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTB 28, note Direction des services de la Marine militaire en zone occupée (D.S.M.M.Z.O.) no 427 Cab. du 28 août 1942.

36 Souvenirs d’Adolf Nidrich, ancien ouvrier de l’arsenal allemand de Lorient, confiés à l’auteur le 25 avril 2005.

37 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTB 145, note Port de Brest-Direction des constructions navales no 2630 A du 26 décembre 1940.

38 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, 1 BB2 224, secrétariat d’État à la Marine-Direction centrale des industries navales no 17001 IN. O du 13 septembre 1942.

39 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes TTB 28, compte rendu d’un entretien entre l’amiral Schultze, Admiral Frankreich, et l’amiral Kinzel chargé des arsenaux, en présence du chef d’État-major allemand, Direction des services de la Marine militaire en zone occupée (D.S.M.M.Z.O.) no 378 Cab. du 1er août 1942.

40 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTB 28, note de la Direction des services de la Marine militaire en zone occupée (D.S.M.M.Z.O.) no 451 Cab. du 2 septembre 1942.

41 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 410, journal de marche du directeur supérieur de l’arsenal allemand de Lorient (Kriegstagebuch Oberwerftdirektor Lorient) octobre 1942 [en allemand].

42 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 410, journal de marche du directeur supérieur de l’arsenal allemand de Lorient (Kriegstagebuch Oberwerftdirektor Lorient) octobre 1942 [en allemand].

43 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 1731, ordre du jour de l’arsenal allemand de Brest (Kriegsmarinewerft Brest-Werfttagesbefehl) no 137, commandes aux ateliers français des Constructions Navales, du 30 septembre 1942 [en allemand].

44 Archives nationales, Paris, AJ401284, situation des commandes passées à l’arsenal de Brest pour le 15 octobre 1942, document attaché au rapport du capitaine de corvette Tirpitz sur la « collaboration avec les Français » [sans date] envoyé au groupe Marine auprès de la commission d’armistice allemande par le service arsenaux auprès de l’amiral commandant la Kriegsmarine à l’Ouest, note B. Nr. G 15420 W 1 du 19 novembre 1942 [en allemand].

45 Bundesarchiv-Militärarchiv, RM 45 IV 1731, ordre du jour de l’arsenal allemand de Brest (Kriegsmarinewerft Brest-Werfttagesbefehl) no 141 du 8 octobre 1942 [en allemand].

46 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTD 142, rapport sur l’activité du chantier de Kéroman durant le mois de mars 1943, document attaché à la note sur l’organisation des Services du 3e arrondissement maritime à la date du 1er avril 1943, État-major de l’arrondissement maritime de Lorient, no 350 E.M. du 7 avril 1943.

47 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTD 142, rapport sur l’activité du chantier de Kéroman durant le mois de mars 1943, document attaché à la note sur l’organisation des Services du 3e arrondissement maritime à la date du 1er avril 1943, État-major de l’arrondissement maritime de Lorient, no 350 E.M. du 7 avril 1943.

48 Archives nationales, Paris, AJ401287, Denkschrift der Deutschen Waffenstillstandskommission über den Einsatz der französischen Marine für Aufgaben der deutschen Seekriegführung B. Nr. DWStK/Marine 130/44 Gkdos, du 1er juillet 1944 [en allemand].

49 Archives nationales, Paris, AJ401287, note DWStK/Marine 130/44 Gkdos. Die Bedeutung der Mitarbeit der französischen Marine für die deutsche Seekriegführung [en allemand].

50 Robert Frank, « Deutsche Okkupation, Kollaboration und französische Gesellschaft 1940-1944 », dans Werner Röhr (dir.), Europa unterm Hakenkreuz. Okkupation und Kollaboration (1938-1945). Beiträge zu Konzepten und Praxis der Kollaboration in der deutschen Okkupationspolitik, Berlin, Hüthig, 1994, p. 87-100, ici p. 93.

51 Anne-Laure Le Boulanger, La question de la main-d’œuvre dans le Finistère : 1940-1944, Maîtrise d’histoire, sous la direction de Christian Bougeard, Université de Bretagne Occidentale, Brest, 1997, p. 112.

52 Voir le témoignage de Paul Coat, « Six cents ouvriers de l’arsenal déportés à Hambourg », Les Cahiers de l’Iroise, no 167, 1995, p. 23-26, ici p. 23.

53 Service historique de la Défense, Département Marine, Annexe de Brest, 5 E 81, copie de la note du secrétariat d’État à la Marine et aux Colonies/Marine – Direction centrale des industries navales/bureau du personnel no 2613 I.N. 2 du 29 mai 1943 au chef de l’arrondissement maritime Brest.

54 Service historique de la Défense, Département Marine, Annexe de Brest, 5 E 81, copie de la note du secrétariat d’État à la Marine et aux Colonies/Marine – D.C.I.N./bureau du personnel no 4842 I.N. 2 du 28 septembre 1943 : « Attribution de médailles d’Honneur aux personnels non militaires de la Marine », D.I.N. Brest : 2 médailles en or, 1 médaille en vermeil, 5 médailles en argent, 11 médailles en bronze.

55 Service historique de la Défense, Département Marine, Vincennes, TTD 142, note de l’État-major de l’arrondissement maritime de Lorient no 63 du 10 mars 1943.

56 Archives départementales du Finistère, 200 W 76, rapport du commandant de la Compagnie de Brest de la légion de gendarmerie maritime no 85/2 du 19 février 1942 au sous-préfet de Brest.

57 Archives nationales, Paris, 3 AG2 362, renseignements du BCRA sur les chantiers navals en France, document, RZ 57/21.000 émission du 15 avril 1943.

58 Lars Hellwinkel, « Les arsenaux de la Marine française face à la Libération : l’impact de l’épuration et ses conséquences pour les personnels », dans Marc Bergère (dir.), L’épuration économique en France à la Libération, Rennes, PUR, 2008, p. 271-282. Voir aussi Claude d’Abzac-Epezy, « L’épuration dans l’armée, mythe et réalité », dans Olivier Forcade, Philippe Vial, Éric Duhamel (dir.), Militaires en république 1870-1962, les officiers, le pouvoir et la vie publique en France, Paris, Éditions de la Sorbonne, 1999, p. 667-686.

59 Amiral Auphan, Jacques Mordal, La Marine française dans la Seconde Guerre mondiale, Paris, Éditions France Empire, 1976, p. 465.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lars Hellwinkel, « La Collaboration des arsenaux bretons sous l’Occupation »L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/acrh/23525 ; DOI : https://doi.org/10.4000/acrh.23525

Haut de page

Auteur

Lars Hellwinkel

L’auteur est docteur en histoire en cotutelle (Christian-Albrechts-Universität zu Kiel et Université de Bretagne Occidentale). Il est proviseur du lycée de Stade et conseiller à la mémoire du camp de Sandbostel. Historien des bases navales allemandes sous l'Occupation et des attitudes françaises à leur égard, il a publié deux livres : sa thèse sur Brest (Der deutsche Kriegsmarinestützpunkt Brest, Bochum, Verlag Dr. Dieter Winkler, 2010) et une étude de l'ensemble des bases navales allemandes en France : Hitlers Tor zum Atlantik. Die deutschen Marinestützpunkte in Frankreich 1940-1945, Berlin, Ch. Links, 2012 (également traduite en anglais: Hitler’s Gateway to the Atlantic. German Naval Bases in France 1940-1945, Barnsley, Seaforth Publishing, 2014). Article récent : « Une frontière oubliée ? La zone côtière interdite en France occupée, 1941-1944 », Les Cahiers Sirice, no 22, 2019, p. 55-68

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search