Navigation – Plan du site

AccueilL’Atelier du CRH23L'industrie des poudres et explosifsAspects de la Résistance dans les...

L'industrie des poudres et explosifs

Aspects de la Résistance dans les Poudreries

Aspects of the French Resistance in Powder Mills
Aspekte der Widerstandes in den Pulverfabriken
Yves Ploux, Anne Ploux et Guillaume Pollack

Résumés

L’histoire de la Résistance passe aussi par celle des itinéraires individuels et de l'expérience vécue dans la clandestinité, à l'échelle de l'infime et de l'intime. L'article montre les tentatives répétées de la famille Ploux, dont le mari, Marc, travaille dans une poudrerie du Finistère, de passer en Angleterre et leurs échecs. Puis il montre les actes individuels visant à gêner les efforts allemands et leur synergie en de plus vastes organisations, les réseaux, pilotés par les services secrets des Alliés et de la France libre, mais toujours fragiles et menacés. Il est aussi attentif au rôle propre des femmes et des enfants dans la Résistance. Enfin il continue l'enquête sur l'engagement d'une partie des Polytechniciens dans la Résistance

Haut de page

Texte intégral

Introduction de Guillaume Pollack1

  • 1 L’introduction et les notes ont été rédigées par Guillaume Pollack.
  • 2 Pierre Laborie, « Qu’est-ce que la Résistance ? », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire histor (...)
  • 3 François Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », dans (...)

1« La Résistance française ne fut pas une chose simple, et son histoire ne l’est pas »2. Pierre Laborie résume ainsi les difficultés à caractériser la lutte clandestine qui se déroule en France entre 1940 et 1945. Parler simplement d’opposition des Français à l’occupant et au Régime de Vichy ne suffit pas, car cela masque la complexité des comportements résistants, ainsi que celle de leurs structures et de leurs modes d’action : engagement volontaire, pour la liberté, contre le nazisme, par réaction à la défaite militaire de mai-juin 1940 et à une occupation partielle du territoire jusqu’en 1942, puis totale ? Les motivations sont diverses et doivent être replacées dans l’univers mental des acteurs et des soubresauts de l’opinion. La Résistance, si elle se définit par ses objectifs, emploie une pluralité de modalités pour agir qui peuvent tout aussi bien être individuelles que collectives. « Résister, c’est réagir » écrit François Marcot3 pour qui il existe « deux cercles concentriques aux limites floues : une Résistance-organisation, qui ne comprend de toute évidence qu’une toute petite minorité, et une Résistance-mouvement, phénomène social beaucoup plus vaste », mais il admet ne pas se faire « trop d’illusions sur la fiabilité de cette distinction ». Et pour cause : aucune n’est en marge de l’autre, et sans la Résistance-mouvement, il n’y aurait pas eu de Résistance-organisation. Faire l’histoire de la Résistance, c’est entrer dans un univers clandestin par excellence, une fédération de volontés individuelles unies dans un refus épidermique : celui de la défaite et de l’Occupation. Il se concrétise dans des regroupements collectifs à faible effectif puis dans la structuration de plus vastes organisations qui forment autant de sociétés secrètes dont les rouages sont difficiles, a posteriori, à pénétrer.

  • 4 Laurent Douzou, La désobéissance. Histoire du mouvement Libération-sud, Paris, Odile Jacob, 1995, p (...)
  • 5 Plusieurs enquêtes dans les archives sont menées dès la Libération. Celle effectuée par le major Ro (...)
  • 6 Sébastien Albertelli, Les services secrets du général de Gaulle. Le BCRA (1940-1944), Paris, Perrin (...)

2L’histoire est une connaissance par trace, cela est souvent répété, mais comment faire l’histoire d’hommes et de femmes qui, pour des raisons de survie, doivent n’en garder aucune, ou si peu, au moment de l’action ? Tous les chercheurs ont été confrontés au même problème, résumé ainsi par Laurent Douzou en 1995 : « Au fur et à mesure que les années s’écoulent, les éléments de cette histoire s’évanouissent. Le danger est grand de ne plus être en mesure d’écrire l’histoire d’un monde que nous aurions perdu [...] et définitivement perdu »4. Un quart de siècle plus tard, les chercheurs peuvent certes s’appuyer sur des archives nouvellement ouvertes. De la même manière, les archives du Special Operations Executive (SOE), jusqu’au début des années 2000, n’avaient été consultées que par quelques historiens « triés sur le volet »5. Depuis leur versement en 2000, elles deviennent enfin accessibles. En France, les documents relatifs au Bureau central de renseignement et d’action (BCRA), les services secrets du général de Gaulle, sont conservés aux Archives nationales et ont commencé à être méticuleusement exploités6. À Vincennes, le Service historique de la Défense (SHD) a rendu accessibles les dossiers d’homologation des réseaux et des mouvements – accessibilité entravée néanmoins par les dispositions de la récente instruction générale interministérielle 1300. Ces documents sont précieux, mais ce qu’ils nous donnent à voir de la Résistance invite à une « approche par le haut », encadrée essentiellement par des dispositions administratives peu soucieuses de rendre compte de l’expérience vécue dans la Résistance à l’échelle de l’infime et de l’intime.

  • 7 Laurent Douzou (dir.), Faire l’histoire de la Résistance, Rennes, PUR, 2010.
  • 8 Par exemple, Alya Aglan, Mémoires résistantes. Histoire du réseau Jade-Fitzroy, Paris, Cerf, 1990.

3La Résistance est, en effet, une histoire sans fin parce qu’elle s’appuie sur autant d’expériences individuelles qu’il y eut de résistants ou d’occupés. L’approche organisationnelle – parce qu’elle met davantage en valeur des rouages d’ailleurs fortement reconstruits à la Libération – opacifie les itinéraires individuels et l’expérience vécue de la clandestinité. Pour en rendre compte, il faut nécessairement s’appuyer sur les témoignages. Dès le lendemain de la Libération, la Commission d’histoire de l’Occupation et de la Libération de la France (CHOLF) puis le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CHDGM) ont lancé des enquêteurs dans la collecte d’archives orales auprès des anciens résistants. Les apports et les limites de ces entreprises sont connues7 mais le recours aux archives orales est une nécessité pour quiconque souhaite approcher la réalité du combat clandestin autrement que par l’usage d organigrammes froids, reconstruits à l’heure du bilan8. Le temps passant, la pratique de ces enquêtes se heurte à la disparition progressive des témoins, chacun emportant avec lui une part d’histoire et une part de la mémoire de son organisation. Car l’histoire de la Résistance est ainsi faite : il s’agit, souvent, du récolement de faits partiels dont chaque acteur ou actrice est dépositaire. Tous n’ont pas pu, malheureusement, témoigner ou rédiger ce que fut leur expérience résistante. Restent, heureusement, les souvenirs des enfants, petits-enfants et familles qui ont pu recueillir de brèves ou de plus longues évocations, transcrites par écrit. C’est ainsi qu’émergent des traces indirectes d’expériences individuelles, si précieuses, pour connaître certains aspects sensibles et intimes des coulisses de la Résistance.

  • 9 Sur les itinéraires des ingénieurs des poudres dans le cadre des « administrations polytechnicienne (...)
  • 10 AN, Archives du CHDGM, 72 AJ 70, dossier du réseau Johnny et 72 AJ 6, dossier du réseau Jade-Amicol
  • 11 Pour le dossier d’homologation du réseau Johnny : SHD, GR 17 P 154 ; pour celui du réseau Jade-Amic (...)
  • 12 SHD, GR 16 P 482271.
  • 13 SHD, GR 28 P 4 221, dossiers personnels des agents du réseau Johnny ; SHD, GR 28 P 4 363 à 366, dos (...)

4C’est ce à quoi concourt le « témoignage filial » qui est présenté ici. Pour la journée d’étude de 2007 dont ce numéro de revue est issu, Yves Ploux, capitaine de vaisseau et l’un des administrateurs de l’association X Résistance, et sa femme Anne Ploux, dont les deux parents étaient également résistants, ont souhaité retracer les principaux aspects de l’engagement du polytechnicien Marc Ploux, né le 15 mars 1903 à Bordeaux, X 1925, ingénieur à la Poudrerie de Pont-de-Buis (Finistère)9, homologué au titre des Forces Françaises Combattantes (FFC) et des Forces Françaises Libres (FFL). Ce texte revu par eux en 2008 est déterminant car autrement la documentation archivistique est lacunaire. Aucun témoignage ne semble avoir été conservé dans les dossiers des réseaux Johnny et Jade-Amicol, pour lesquels il a travaillé, conservés aux Archives nationales10. Au SHD, les dossiers d’homologation des deux réseaux de résistance constitués après la guerre sont issus d’une procédure administrative qui laisse peu de place au travail des agents, dont l’identité est mentionnée simplement dans trois longues listes nominatives11. Un dossier administratif à son nom est conservé au SHD12, mais aucun dossier personnel n’a été constitué par la Direction générale des études et recherches (DGER) à son sujet après la guerre13. Autrement dit, sans ce texte qui utilise aussi les archives familiales et des comptes rendus d’entretiens entre le Service industriel des Poudreries nationales et les Allemands, l’itinéraire de Marc Ploux serait pratiquement impossible à reconstituer.

  • 14 Claire Andrieu, Tombés du ciel. Le sort des pilotes abattus en Europe 1939-1945, Paris, Tallandier, (...)

5Ce témoignage est, d’abord, le « souvenir personnel » d’un enfant pris, avec sa famille dans la déroute de l’armée française, entraînant l’exode de populations venues du Nord mais aussi des tentatives de départ « en catastrophe » vers l’Angleterre. Ces dernières ne sont pas des marques d’une quelconque lâcheté. Elles sont, pour reprendre l’expression de l’historienne Claire Andrieu, « un plébiscite contre l’envahisseur »14, un refus de se soumettre à une occupation étrangère. L’Appel du 18 juin 1940, date attribuée dans le texte à cette volonté de départ, ne constitue pas une motivation fondamentale. Le texte met en avant le rôle des ports bretons, notamment celui de Brest, vers qui les candidats au départ se précipitent, mais aussi les incertitudes et les obstacles rencontrés. Quitter la France à l’été 1940 n’est pas simplement le fait d’une volonté, c’est aussi profiter d’une opportunité géographique tout d’abord. C’est aussi rencontrer des obstacles : c’est aussi être soumis à des aléas : le refus des pêcheurs d’embarquer des ingénieurs qu’ils prennent pour des espions allemands est ici significatif. Renouvelées jusqu’en 1942, les tentatives multiples pour partir en Angleterre se soldent toutes par des échecs.

  • 15 Philippe de Vomécourt, Les Artisans de la liberté, Paris, PAC, 1975.
  • 16 Emmanuel Couanault, Des agents ordinaires. Le réseau « Johnny » 1940-1943, Châteaulin, Locus Solus, (...)
  • 17 André Kervella, Le Réseau Jade. L’Intelligence Service Britannique au cœur de la Résistance françai (...)
  • 18 Nous nous permettons de citer notre thèse de doctorat, À travers les frontières. La résistance des (...)

6Le texte montre, également, cette résistance pionnière qui emprunte des voies détournées et l’engagement des polytechniciens dans la Résistance, dont le lecteur appréciera ici la presque prosopographie. Point de sabotage tonitruant, mais des actes du quotidien, profitant généralement d’une situation professionnelle adéquate, visant à gêner les efforts allemands. Certains, comme Philippe de Vomécourt, égarent des trains allemands15. D’autres, comme Marc Ploux, procèdent à « l’enlèvement et à la mise à l’abri des distributeurs de presses à déshydrater et à filer, pièces essentielles dans le cycle de fabrication des poudres ». Le texte permet aussi d’appréhender la synergie de ces refus individuels en de plus vastes organisations, les réseaux, qui sont pilotés par les services secrets alliés et de la France libre. S’il existe quelques monographies universitaires ou plus grand public des réseaux Johnny16 et Jade-Amicol17, leurs efforts doivent être replacés dans le contexte de l’activité des 268 réseaux FFC dont nous avons fait l’histoire globale18. L’évocation de ces organisations ne peut se faire en dehors de l’étude précise des itinéraires personnels de celles et ceux qui se sont battus en leur sein. Aussi, ce texte est bienvenu car il permet d’observer quelques aspects de l’expérience combattante de Marc Ploux au sein de ces organisations que leur essence même rend difficilement perméables à l’analyse, sauf à « descendre » à hauteur des hommes et des femmes qui les composent. Il montre aussi leur fragilité et la précarité de leurs agents, menacés par les trahisons permettant aux polices allemandes de se lancer sur leurs traces.

7Bien sûr, n’importe quel témoignage comprend sa part de subjectivité et de reconstruction, voire d’erreurs plus ou moins importantes. Nul chercheur ne l’ignore : les témoignages sont des sources brutes dont le traitement nécessite le croisement avec d’autres archives, d’autres témoignages, d’autres expériences vécues. Mais ce texte est une pièce nouvelle permettant l’élaboration d’une histoire à la fois plus individuelle et plus vaste, celle de l’engagement d’hommes et de femmes, au péril de leur vie, contre l’occupation nazie et pour la liberté d’un pays.

L’action de Marc Ploux : un témoignage filial (2008)

  • 19 Notes établies par Guillaume Pollack.
  • 20 Suzanne Ploux (1908-1992), née à Rochefort (actuelle Charente-Maritime), élève de la maison de la L (...)

8Nous sommes le 18 juin 194019. J’ai un peu moins de six ans et mon père, Marc Ploux, est ingénieur principal à la Poudrerie de Pont-de-Buis dans le Finistère. C’est le soir et nous roulons dans une des grosses voitures de la Poudrerie à travers la campagne bretonne. Nous sommes en famille, mon père, ma mère20, ma sœur aînée, ma petite sœur âgée de deux ans et moi, encombrés par des caisses de documents.

9Nous savons que nous allons tenter un départ pour l’Angleterre et nous demandons à nos parents : « Allons-nous être torpillés ? ». Ce à quoi notre mère, qui était assez vive et sans doute quelque peu angoissée, répond « Taisez-vous petits sots ».

10Nous arrivons sur le port du Rosmeur à Douarnenez et j’ai le souvenir d’un quai encombré par une foule assez agitée et au Nord, au-dessus la presqu’île de Crozon, deux grandes lueurs illuminent le ciel. Ce sont les dépôts de carburant de la Marine nationale à Brest, incendiés avant l’arrivée des Allemands.

11Pendant que les ingénieurs de Pont-de-Buis, dont M. Corvaisier, parlementent avec les patrons des bateaux de pêche, on nous fait descendre dans le poste d’équipage d’un thonier prêt à appareiller – j’en garde un souvenir que l’on peut qualifier de cuisant, m’étant brûlé l’oreille au rat de cave qui éclairait faiblement cet endroit insolite. Mais finalement, nous ne partons pas ; les marins, dans la confusion qui règne, soupçonnent les ingénieurs d’être des espions, bien que ceux-ci, en uniforme, aient produit leurs papiers militaires. Nous revenons à l’aube à Pont-de-Buis et deux jours après, les Allemands investissent la Poudrerie.

  • 21 Le discours est prononcé par le général de Gaulle, arrivé la veille, le 18 juin 940 à la BBC à 18 h (...)
  • 22 L’éclosion d’une résistance pionnière en Bretagne, en zone occupée, dès 1940 est caractérisée par l (...)

12Si j’évoque cet épisode, c’est pour souligner qu’avant la signature de l’armistice et même, dans ce cas, sans que l’appel du général de Gaulle ait été entendu21, la volonté de poursuivre la lutte s’était manifestée et ceci tout particulièrement en Bretagne22.

13Le parcours de Marc Ploux dans la Résistance trouve ici son point de départ et ce qu’il fera dans les semaines qui suivirent caractérise bien ses actions ultérieures et celles des autres personnes que j’évoquerai :
-refus de travailler pour l’ennemi, directement ou non ;
-activités dans les organisations de la Résistance.

Illustration 1. Marc Ploux : portrait

Illustration 1. Marc Ploux : portrait

Archives familiales.

Illustration 2. Marc Ploux : carte d’identité.

Illustration 2. Marc Ploux : carte d’identité.

Archives familiales.

Illustration 3. Marc Ploux : parcours.

Illustration 3. Marc Ploux : parcours.

Archives familiales.

Illustration 4. Marc Ploux : décorations

Illustration 4. Marc Ploux : décorations

Archives familiales.

La Poudrerie de Pont-de-Buis et le réseau Johnny

14Avant l’arrivée des Allemands à Pont-de-Buis, Marc Ploux fait procéder à l’enlèvement et à la mise à l’abri des distributeurs de presses à déshydrater et à filer, pièces essentielles dans le cycle de fabrication des poudres ; ces pièces, dont la remise en place sera exigée par la Direction des Poudres et qui seront recherchées par l’occupant, ne seront pas retrouvées ; leur absence sera l’une des causes de la mise en sommeil de la Poudrerie.

  • 23 Il s’agit du polytechnicien de la promotion 1910 Paul Louis Jean Michet de Varine-Bohan (1889-1979)
  • 24 Créée en avril 1941 pour répondre aux commandes allemandes de poudres et explosifs.
  • 25 Il s’agit de Paul Robert. Il est directeur de Pont-de-Buis de 1942 à 1944.

15Le 25 janvier 1943, le directeur du Service industriel des Poudreries nationales (SIPN)23 fait à nouveau état de la situation de ces presses qui empêche leur affectation et leur mise en service à la Poudrerie de Saint-Médard pour le compte de l’Omnium des produits azotiques (OPA)24. Ce n’est qu’au début de 1943, sous la responsabilité d’un autre Directeur25, que les distributeurs sont retrouvés, remis en place et les presses expédiées à Saint-Médard.

  • 26 Après la défaite de la Pologne face à l’Allemagne et l’URSS en septembre 1939, le président de la (...)
  • 27 Le BCRA est le nom des services secrets du général de Gaulle, créés à l’été 1940 et placé sous le c (...)
  • 28 Il s’agit de l’Intelligence Service et de sa branche « renseignement », le MI6, dépendant du Foreig (...)

16Au deuxième semestre de 1940, bien que la loi du 21 juillet 1940 qui rend les ingénieurs militaires à la vie civile leur interdise de quitter le territoire, Marc Ploux renouvelle sans succès ses tentatives de départ pour l’Angleterre, par l’île de Batz puis par Camaret, le 16 décembre 1940 ; sa place sur le bateau de pêche « L’Émigrant » est cédée à des officiers polonais en fuite26. Ce n’est que par la suite, en 1942, qu’il renonce à partir pour l’Angleterre, le BCRA27 et les services anglais28 ayant insisté sur la nécessité d’avoir sur place des informateurs sûrs et qualifiés.

  • 29 Antoine Vourc’h (1885-1964) et sa famille se distinguent par leur engagement dans la presque totali (...)

17C’est dans ces circonstances qu’il se met, à la fin de 1940, en relation avec le docteur Vourc’h, de Plomodiern29, ancien combattant de la Grande Guerre, qui fait preuve d’un patriotisme intransigeant et dont deux fils sont déjà partis pour l’Angleterre ; c’est grâce au docteur Vourc’h que Marc Ploux entre en mars 1941 au réseau de renseignement « Mission Allah » plus connu sous le nom de « Réseau Johnny ».

18Dirigé par Robert Alaterre, ancien archiviste à l’ambassade de France à Londres, débarqué avec son radio sur les côtes du Finistère-Nord le 19 mars 1941, ce réseau étend ses antennes en Bretagne (Quimper, Rennes, Nantes), dans la région parisienne, à Cherbourg, Rouen, Dijon. Par l’intermédiaire de ses moyens (radio, courriers), Marc Ploux fournit au BCRA et à l’Intelligence Service des informations sur l’activité des établissements travaillant pour l’Allemagne.

19Il faut souligner à ce stade que la nature précise de ces informations et l’usage qui en a été fait ne sont pas connus dans le détail, car les archives de l’Intelligence Service ne sont pas, à l’heure où nous sommes, ouvertes au public.

20Cependant, selon le témoignage de Marc Ploux lui-même, corroboré par la déposition d’agents du Réseau lors de leur arrivée en Angleterre, les courriers transportés par eux contenaient des informations sur les activités des poudreries, en particulier celle de Blancpignon à Anglet, spécialisée dans la fabrication des explosifs et qui sera bombardée.

21Je quitte un moment cet aspect de renseignements pour évoquer le contexte général de la Poudrerie de Pont-de-Buis entre 1940 et 1943.

22Les fabrications s’arrêtent à la Poudrerie de Pont-de-Buis le 18 juin 1940. À cette date, l’établissement emploie 2 640 ouvriers et 2 000 ouvrières et la production maximale se situe autour de 40 tonnes par jour. Dans les conventions d’armistice, l’établissement, situé en zone occupée, est considéré comme butin de guerre et placé sous contrôle allemand.

  • 30 Louis Maurel (1907-1944), polytechnicien de la promotion 1927, est ingénieur principal des poudres (...)

23Les fabrications ne reprendront pas – pour les raisons que j’ai évoquées – et, selon des déclarations faites par les Allemands au cours d’entretiens avec le SIPN et directement à Louis Maurel30, directeur de juin 1941 à fin 1942, à cause de la proximité de l’Angleterre, de l’activité des réseaux de renseignements et finalement des risques de bombardement.

24Les ouvriers et ouvrières embauchés pour les fabrications de guerre sont progressivement licenciés. Les ouvriers titulaires sont employés dans les tourbières des Monts d’Arrée et à l’entretien des routes. Une faible partie d’entre eux sera par la suite employée pour l’entretien du site et le lavage de poudres anciennes.

  • 31 Pierre Laborie a notamment travaillé sur « l’opinion publique » en France durant la guerre. Il mont (...)

25L’état d’esprit général de la population est anti-allemand31 et il faut noter que les ouvriers acceptèrent de vivre avec des petits salaires alors que s’offrait la possibilité de travailler pour l’OPA avec des rémunérations bien plus élevées.

26En 1960, le maire de Pont-de-Buis, dans un moment difficile pour la Poudrerie, pourra soutenir la population ouvrière en rappelant aux autorités gouvernementales qu’elle a dans le passé refusé de travailler pour les Allemands.

27Parmi les actions avérées de résistance, en plus de tracts et de graffitis hostiles au gouvernement de Vichy, je citerai l’attentat du 9 septembre 1942 contre le téléphérique assurant le transport des poudres vers la gare d’embarquement et le véritable sabotage des livraisons en provenance de la Poudrerie du Moulin Blanc et à destination des Poudreries de l’OPA, effectuées alors que Louis Maurel était directeur.

28Par la suite, les événements se trouvent entremêlés.

29En mai 1941, de Varine-Bohan, directeur du SIPN, informe Marc Ploux que, selon le colonel Von Horn, chargé pour la Wehrmacht du contrôle des établissements, il devient suspect à Pont-de-Buis. Marc Ploux se met à l’abri chez son père à Bordeaux pendant un mois. Sa nomination à la Poudrerie de Saint-Chamas est décidée par le SIPN, mais les Allemands s’y opposent ; il est mis à l’écart du Service des poudres et rejoint le Service des industries chimiques (SIC) à Rouen.

  • 32 Jean Malavoy (1903-1945), polytechnicien de la promotion 1921, ingénieur en chef du corps des Mines (...)
  • 33 Jean Cavaillès (1903-1944), ancien élève de l’École normale supérieure, est agrégé de philosophie e (...)
  • 34 Libération-Nord est en fait un mouvement de résistance, tourné vers l’action politique et la propag (...)

30Son activité dans le réseau Johnny ne s’arrête pas pour autant. À Rouen il rencontre Jean Malavoy32, ingénieur du corps des Mines, membre du réseau. Il continue à fournir des renseignements sur les poudreries. Il est aussi en relation avec Marcel Ferrières, ingénieur des Tabacs et ingénieur de réserve des Poudres, et avec son beau-frère Jean Cavaillès33 ; tous deux sont membres des réseaux Libération-Nord34 et Cohors.

31Cependant le réseau Johnny voit approcher sa fin ; à la suite de trahisons, trente-cinq de ses agents sont arrêtés en février et mars 1942 ; parmi eux, Jean Malavoy, soumis par les Allemands aux conditions du décret « Nacht und Nebel », et qui sera fusillé à Gusen, commando de Mauthausen.

  • 35 L’Abwehr est le service de renseignement de la Wehrmacht chargé du contre-espionnage. En pratique, (...)

32Le 8 avril 1942, au cours d’une réunion chez le docteur Vourc’h à Plomodiern, sont examinées les conditions d’un redémarrage du réseau. Y assistent le docteur et Mme Vourc’h, Mme Leroux, principale informatrice sur la flotte allemande de Brest, Marc et Suzanne Ploux. Un message est rédigé, il met en garde les services de Londres à l’encontre des émissions ultérieures du réseau. Alors que la réunion prend fin, des agents de l’Abwehr35 surgissent, arrêtent Mme Leroux et par miracle ne procèdent pas à un coup de filet général.

  • 36 Jean-Louis Billardon (1889-1953), X 1909, entré dans le réseau Jade en 1941. SHD, GR 16 P 60110.

33Le message est confié par Marc Ploux à Jean-Louis Billardon, dijonnais, ingénieur en chef des Poudres de réserve, très actif dans la région et qui achemine lui-même ses informations vers la Suisse par des parcours à travers le Jura36.

La Poudrerie de Vonges et le réseau Jade-Amicol

34Deux événements surviennent alors : Marc Ploux est nommé directeur de la Poudrerie de Vonges au mois d’avril 1942, alors qu’à l’été 1941 il avait pris contact avec des membres du réseau Jade-Amicol. J’aborderai donc successivement la résistance à la Poudrerie de Vonges et les activités du réseau Jade-Amicol.

La Poudrerie de Vonges (Côte-d’Or)

  • 37 Après la défaite, la France est divisée en sept zones. La zone occupée comprend la partie française (...)

35La Poudrerie de Vonges, située en zone occupée37, fabrique en 1942 des explosifs pour l’exploitation des mines et des carrières. Ces explosifs sont pour partie destinés aux mines de fer de Lorraine et servent donc en amont aux fabrications d’armement pour l’Allemagne. Marc Ploux ralentit volontairement la production et le transport en tirant argument des problèmes de sécurité et de manque de personnels.

  • 38 André Marie Joseph Ploux (Bordeaux 1904-1995 ; X 1925).

36À titre d’exemple, l’expédition de poudre noire est arrêtée sous le prétexte du manque de paillards, grandes toiles que l’on étale sur le plancher des wagons ; une fois les paillards réapprovisionnés, il faut trouver autre chose… C’est au point que le directeur du SIPN déclare à André Ploux38, lui aussi ingénieur du corps des Poudres : « Votre frère est intelligent mais il n’arrive jamais à rien, ne produit rien » et à Marc Ploux : « Vous vous foutez de moi depuis le début ». La direction du SIPN est amenée à demander à la Poudrerie d’Esquerdes de subvenir aux défaillances de Vonges. On note sur les comptes rendus de réunions du SIPN avec les autorités allemandes qu’au deuxième semestre 1943, la consommation de dinitronaphtalène (DNN) pour la fabrication d’explosifs nitratés est de 9 tonnes pour Vonges à comparer à 75 tonnes pour Esquerdes et 53 tonnes pour Saint-Chamas.

  • 39 Les « prélèvements » concernent la main-d’œuvre au départ pour l’Allemagne, soit dans le cas de la (...)

37Dans ce contexte de faible production, la question du personnel est pour Marc Ploux un véritable problème car les Allemands effectuent des prélèvements pour l’Allemagne39. On cite par exemple, lors d’une réunion entre le SIPN et les Allemands le 9 février 1943, « un prélèvement de 40 réduit à 34 par la disparition de 6 ». Marc Ploux s’oppose d’une manière constante à ces départs en maintenant à un niveau qui ne se justifie pas dans la pratique le nombre d’employés affectés au gardiennage et à la sécurité (50) et en recrutant même du personnel au chômage après avoir été employé l’été aux travaux agricoles.

38Il refuse de donner suite aux ordres des Allemands de désigner du personnel pour l’Allemagne et va jusqu’à prévenir par téléphone, devant les Allemands venus les chercher, des ouvriers qui pourront ainsi échapper au départ. À la suite de cet incident, il est condamné par les autorités locales d’occupation, en avril 1944, à cinq semaines de prison et 10 000 francs d’amende « pour avoir empêché le départ de travailleurs pour l’Allemagne ». Finalement, en mai 1944, il doit quitter Vonges pour le SIC de Nantes.

39À propos de cette période à Vonges, nous avons conservé une lettre des représentants du personnel de la Poudrerie datée du 1er décembre 1944 et dans laquelle ils expriment toute leur reconnaissance à Marc Ploux pour avoir usé de tous les moyens pour paralyser la marche de la fabrication et aidé la classe ouvrière.

Illustration 5. Lettre des représentants du personnel de la Poudrerie de Vonges adressée à Marc Ploux le 1er décembre 1944

Image 1000000000000238000002AEF634D104D95AA0CA.tif

Archives de Marc Ploux, conservées dans la famille.

Le réseau Jade-Amicol

40J’en viens aux activités du Réseau Jade-Amicol.

  • 40 Il s’agit plus précisément d’un réseau rattaché au MI6.
  • 41 Claude Arnould (1899-1978) est né en 1899 dans le Nord, dans une famille de la bourgeoisie d’affair (...)

41Le réseau Jade-Amicol, qui appartenait à l’Intelligence Service40, travaillait principalement dans le domaine du renseignement militaire et des évasions. À ses débuts, c’était une branche du réseau Jade-Fitzroy ; il devint autonome en janvier 1942 sous la direction du lieutenant-colonel Arnould (dit colonel Ollivier)41, qui, à l’origine, surveillait les mouvements des troupes allemandes pour le compte des services de renseignements de l’armée d’armistice, et de Philippe Keun, capitaine de l’armée britannique et officier de l’Intelligence Service.

42En 1944, ce réseau comprenait plus de 1 000 agents répartis sur toute la France métropolitaine (notamment dans le Sud-Ouest, à Paris, Lyon, Nancy, Nantes).

  • 42 Sir Stewart Graham Menzies (1890-1968) est le chef des services de renseignement anglais de 1939 à (...)

43Le nombre et le rythme des liaisons aériennes maritimes et par radio avec l’Angleterre caractérisent bien son niveau d’activité (courriers vers Londres par voie aérienne, mensuels jusqu’en janvier 1943, puis bimensuels ; contacts radio journaliers avec l’Angleterre pour les renseignements prioritaires). La contribution du réseau à la lutte contre l’ennemi sera reconnue, en particulier par le général Menzies42, chef de l’Intelligence Service.

44C’est par le père jésuite Dieuzayde, ancien aumônier des étudiants catholiques de Bordeaux avec lequel il était très lié, que Marc Ploux est mis en relation avec le colonel Ollivier à l’été 1941, lors de son séjour forcé à Bordeaux, quand le réseau en est encore au stade des prémices. Au cours de cette première rencontre, le colonel Ollivier lui demande de faire partir deux agents anglais pour l’Angleterre via la Bretagne. Cette mission n’aboutira pas ; elle marque cependant le début de l’action de Marc Ploux à Jade-Amicol.

45C’est lorsqu’il est à Vonges que celle-ci se développe. Les demandes des Anglais parviennent à Jean-Louis Billardon et sont traitées par Marc Ploux dans son domaine ; c’est ainsi qu’il continue à transmettre des informations sur les poudreries (on retrouve la Poudrerie de Blancpignon) puis sur les infrastructures destinées aux V1 (Vergeltungswaffe 1 : « arme de représailles ») dans le Nord de la France ainsi que sur les très importants travaux situés à Wizernes, (près de Dunkerque) dont on saura par la suite qu’ils sont destinés au stockage et au lancement des V2 (Vergeltungswaffe 2 : « arme de représailles »).

46Le réseau dispose dans le Nord d’un informateur, M. Leclerc, ingénieur des Travaux publics de l’État (TPE). Ce n’est pas un hasard : M. Leclerc est un cousin de J.-L. Billardon, qui lui-même connaît très bien la région, pour être né à Esquerdes.

  • 43 Il s’agit du polytechnicien Jean-Marie Gustave Creusot (1913-1979).

47À la même époque, Marc Ploux accueille chez lui à Vonges le capitaine Philippe Keun, au cours de ses nombreux déplacements liés à ses missions aériennes en Angleterre ou à la réception de matériel. Il est aidé dans toute son activité à Vonges et au réseau par l’ingénieur du corps des Poudres Creusot43 qui accueillera chez lui des agents parachutés.

  • 44 Marc Ploux revient ensuite à Pont-de-Buis, comme directeur. Il terminera sa carrière comme directeu (...)

48Comme je l’ai indiqué, en mai 1944 Marc Ploux rejoint le Service des industries chimiques de Nantes, qu’il quitte en octobre pour la Poudrerie d’Esquerdes44. Bien qu’il soit au réseau Jade-Amicol jusqu’en septembre, nous ne disposons pas d’informations précises sur son activité pendant cette période.

49Louis Maurel, dont j’ai déjà évoqué le passage à Pont-de-Buis, appartenait à la promotion 1927 de l’École polytechnique. Il entre au service des Poudres en 1929 et avant la guerre, il est successivement affecté aux Poudreries de Saint-Chamas, du Ripault et de Vonges. Il est nommé directeur de Pont-de-Buis à l’été 1941.

50Comme je l’ai indiqué, son action à Pont-de-Buis consiste à décourager toute tentative de remise en marche ; comme faits précis, je citerai les envois dans de très mauvaises conditions de matériel prélevé au Moulin-Blanc pour les établissements de l’OPA. Il faut rappeler aussi que sous son autorité les distributeurs de presses ne seront pas retrouvés.

  • 45 Il s’agit de Marguerite Vourc’h (1893-1950).

51Louis Maurel avait maintenu des contacts avec Madame Vourc’h45, dont l’activité dans la Résistance n’avait pas cessé avec la fin du réseau Johnny. Nommé au Service des industries chimiques de Montpellier en 1942, il devient à la fin de cette même année adjoint au chef local de l’Armée secrète.

  • 46 Le terme « Gestapo » est utilisé de manière générique pour désigner le kaléidoscope des polices all (...)

52Parmi ses activités, on connaît la livraison d’explosifs à la Résistance, et l’aide apportée aux déserteurs de la Wehrmacht. C’est celle-ci qui le conduira à sa perte. Arrêté par la Gestapo46, à la suite des aveux d’un déserteur luxembourgeois repris et torturé, il est condamné à mort par un tribunal de guerre allemand et fusillé à Lyon le 21 février 1944. À l’image de toute sa vie, sa fin a été exemplaire ; il a laissé des lettres empreintes d’espoir à sa famille. Pour montrer toute la valeur du parcours de Louis Maurel dans la Résistance, il faut rappeler que Madame Maurel était juive d’origine russe et que sa famille a été exterminée dans les camps.

53Lucien Vacelet, ingénieur du corps des Poudres, est en poste à Saint-Chamas en 1941 ; l’établissement se situe en zone non occupée. Avant toute activité importante dans la Résistance, Lucien Vacelet est déjà dénoncé par la section locale de la Légion française des combattants à cause, selon ses propres termes, « du peu d’enthousiasme pour les réalisations de l’autorité de fait qui gouvernait alors la France ». Il est couramment appelé « le gaulliste » dans le milieu qui lui est hostile.

54Donc, surveillé et même « brûlé », il estime qu’il lui est impossible de participer aux activités des résistants de Saint-Chamas sous peine de les compromettre.

55Cependant Lucien Vacelet entretient des relations amicales avec Louis Maurel, alors au Service des industries chimiques de Montpellier, et c’est sous le couvert de motifs de service qu’il lui procure des renseignements sur les parcs à explosifs de la région (Baussenc, Miramas).

56Par la suite, il reçoit de Maurel des instructions pour entraver l’activité de la Poudrerie, notamment la livraison d’explosifs pour encartouchage et utilisation dans les mines de fer de Lorraine. Il va jusqu’à fournir à Louis Maurel de petites quantités d’explosifs en vue de constituer un stock pour des opérations futures et entraîner les résistants.

57Louis Maurel devait lui envoyer un émissaire pour concrétiser une participation plus active à la Résistance, mais ce projet n’aboutit pas : Lucien Vacelet fut arrêté par la Gestapo le 17 septembre 1943. Cette arrestation précéda de peu celle de Louis Maurel. Cependant elles ne semblent pas avoir été liées car il fut « seulement » reproché à Lucien Vacelet sa qualité de dangereux propagandiste gaulliste. Déporté à Buchenwald, Lucien Vacelet fut rapatrié le 30 avril 1945. Après la guerre, il fut notamment directeur de Pont-de-Buis en 1965 et mourut prématurément en 1971.

  • 47 Gérard Arvengas ingénieur en chef des poudres (Bourges 1891-1952 ; X 1912).
  • 48 Charles Garaud, ingénieur en chef des poudres (Le Puy-en-Velay 1903-Flossenbürg Bavière 1944 ; X 19 (...)
  • 49 Roger Nancy, ingénieur en chef des poudres (Le Havre 1915-1991 ; X 1934).
  • 50 Alain Darney (dir.), 1688 / 1988. La Poudrerie de Pont-de-Buis. Trois siècles d’histoire au bord de (...)

58Mon propos s’arrête ici. C’est avec regret que, faute d’informations suffisantes, je n’ai pu évoquer les parcours de Gérard Arvengas47, de Charles Garaud48 mort en déportation, de Roger Nancy49 et de M. Canis, ingénieur de fabrication des Poudres, entré au réseau Jade-Amicol en mai 194250.

Haut de page

Notes

1 L’introduction et les notes ont été rédigées par Guillaume Pollack.

2 Pierre Laborie, « Qu’est-ce que la Résistance ? », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 29-38, ici p. 30.

3 François Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance : intentionnalité et fonctionnalité », dans Antoine Prost (dir.), La Résistance : une histoire sociale, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, p. 21-41, ici p. 21.

4 Laurent Douzou, La désobéissance. Histoire du mouvement Libération-sud, Paris, Odile Jacob, 1995, p. 16.

5 Plusieurs enquêtes dans les archives sont menées dès la Libération. Celle effectuée par le major Robert Bourne-Patterson, intitulée British circuits in France 1941-1944, aujourd’hui conservée aux National Archives sous la cote HS7/122, a été publiée seulement en 2016 : SOE in France, 1941-1945: An Official Account of the Special Operations Executive’s ’British’ Circuits in France, Barnsley, Frontline Books, 2016 ; celle de l’historien William Mackenzie n’a été publiée qu’en 2000, sous le titre : The Secret History of SOE – Special Operations Executive 1940-1945, Londres, BPR Publications, 2000 ; celle de Michael Foot, SOE in France. An Account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944, Londres, Her Majesty’s Stationery Office, 1966, a été traduite 42 ans plus tard : Des Anglais dans la Résistance. Le Service Secret Britannique d’Action (SOE) en France 1940-1944, Paris, Tallandier, 2008.

6 Sébastien Albertelli, Les services secrets du général de Gaulle. Le BCRA (1940-1944), Paris, Perrin, 2009.

7 Laurent Douzou (dir.), Faire l’histoire de la Résistance, Rennes, PUR, 2010.

8 Par exemple, Alya Aglan, Mémoires résistantes. Histoire du réseau Jade-Fitzroy, Paris, Cerf, 1990.

9 Sur les itinéraires des ingénieurs des poudres dans le cadre des « administrations polytechniciennes » sous l’Occupation, voir Marc Olivier Baruch, Vincent Guigueno (dir.), Le choix des X. L’École polytechnique et les polytechniciens, 1939-1945, Paris, Fayard, 2000.

10 AN, Archives du CHDGM, 72 AJ 70, dossier du réseau Johnny et 72 AJ 6, dossier du réseau Jade-Amicol.

11 Pour le dossier d’homologation du réseau Johnny : SHD, GR 17 P 154 ; pour celui du réseau Jade-Amicol : SHD, GR 17 P 150.

12 SHD, GR 16 P 482271.

13 SHD, GR 28 P 4 221, dossiers personnels des agents du réseau Johnny ; SHD, GR 28 P 4 363 à 366, dossiers personnels des agents des réseaux Jade-Fitzroy et Jade-Amicol.

14 Claire Andrieu, Tombés du ciel. Le sort des pilotes abattus en Europe 1939-1945, Paris, Tallandier, 2021, p. 54.

15 Philippe de Vomécourt, Les Artisans de la liberté, Paris, PAC, 1975.

16 Emmanuel Couanault, Des agents ordinaires. Le réseau « Johnny » 1940-1943, Châteaulin, Locus Solus, 2016.

17 André Kervella, Le Réseau Jade. L’Intelligence Service Britannique au cœur de la Résistance française (Paris, Bordeaux, Brest, Lyon…), Paris, Éditions Nouveau Monde, 2021.

18 Nous nous permettons de citer notre thèse de doctorat, À travers les frontières. La résistance des réseaux (1940-1945), thèse présentée sous la direction de Alya Aglan et soutenue le 10 septembre 2020 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

19 Notes établies par Guillaume Pollack.

20 Suzanne Ploux (1908-1992), née à Rochefort (actuelle Charente-Maritime), élève de la maison de la Légion d’Honneur, mariée à Marc Ploux en 1931 et engagée dans la Résistance également au réseau Johnny. Après la guerre, elle se consacre à une carrière politique dans le parti gaulliste et est une des premières femmes maires françaises après son élection à la mairie de Saint-Ségal (Finistère). Elle est députée du Finistère (1963-1973) et secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale (1973-1974). Elle est aussi représentante de la France à l’Assemblée parlementaire de l’Europe (1968-1973).

21 Le discours est prononcé par le général de Gaulle, arrivé la veille, le 18 juin 940 à la BBC à 18 heures et diffusé à 22 heures. Sa composition est essentiellement connue par la retranscription en allemand par les services d’écoute suisses, les extraits diffusés dans la presse anglaise le lendemain voire dans quelques organes de presse français plus tard, ou par bouche-à-oreille. Effectivement peu entendu sur le moment par une population qui ne connaissait ni le nom du général, ni sa présence à Londres, il demeure néanmoins l’acte symbolique de la naissance de la France libre. Voir Jean-Louis Crémieux-Brilhac, L’Appel du 18 Juin et les appels du général de Gaulle des mois de juin et juillet 1940, Paris, Armand Colin, 2010 et Aurélie Luneau, L’Appel du 18 Juin, Paris, Perrin, 2020.

22 L’éclosion d’une résistance pionnière en Bretagne, en zone occupée, dès 1940 est caractérisée par les départs plus ou moins massifs de sa population vers l’Angleterre, l’exemple le plus connu étant celui des hommes de l’île de Sein. Sa situation géographique face aux côtes anglaises et la présence de nombreux ports et de plages permettent le développement de filières d’évasion par mer mettent en avant le rôle des pêcheurs bretons, mais encouragent aussi à l’implantation des premiers agents secrets venus de Londres. Voir, parmi d’autres, Christian Bougeard (dir.), Bretagne et identités régionales durant la Seconde Guerre mondiale, Brest, Université de Bretagne occidentale-Centre de recherche bretonne et celtique, 2002 et « Bretagne », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 273-275 ; Jacqueline Sainclivier, La Résistance en Ille-et-Vilaine, 1940-1944, Rennes, PUR, 1993 et La Bretagne dans la guerre 1939-1945, Rennes, Ouest-France 1994.

23 Il s’agit du polytechnicien de la promotion 1910 Paul Louis Jean Michet de Varine-Bohan (1889-1979).

24 Créée en avril 1941 pour répondre aux commandes allemandes de poudres et explosifs.

25 Il s’agit de Paul Robert. Il est directeur de Pont-de-Buis de 1942 à 1944.

26 Après la défaite de la Pologne face à l’Allemagne et l’URSS en septembre 1939, le président de la République polonaise, Ignacy Mościcki, et son gouvernement quittent Varsovie pour échapper à la capture et passent en Roumanie où ils sont provisoirement internés. L’objectif est de parvenir en France pour se placer sous la protection de leur allié. Le Président se résout à transmettre ses pouvoirs à Władysław Raczkiewicz qui nomme le général Władysław Sikorski au poste de Premier ministre, lequel prête serment le 1er octobre 1939. L’administration demeurée légale en exil prend alors le nom de « Gouvernement de la République de Pologne en exil » et se reconstitue officiellement en France, à Angers, le 22 novembre de la même année. Une nouvelle armée, composée d’émigrés ou de réfugiés, d’environ 75 000 hommes, est levée et participe aux combats à Narvik (Brigade des Highlands Polonaise) puis à la campagne de France (Première division de grenadiers et Seconde division d’infanterie), tandis que deux autres divisions sont en formation. Des pilotes polonais, qui s’étaient également échappés via la Hongrie en septembre 1939, combattent dans le ciel de France. L’armée polonaise est emportée par la défaite de la France. Le 12 juin 1940, le Gouvernement en exil polonais quitte Angers pour rejoindre la Grande-Bretagne avec 20 000 combattants qui ont échappé à la capture, mais là aussi de très nombreux polonais restent sur le territoire français. Une partie s’efforce de s’échapper, une autre forme l’embryon des premiers réseaux de renseignement en France. Voir Jean Medrala, Les réseaux de renseignements franco-polonais 1940-1944, Paris, L’Harmattan, 2005 ; Guillaume Pollack, À travers les frontières. La résistance des réseaux (1940-1945), thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Alya Aglan, Université Paris 1, 2020, p. 90-92 et Janine Ponty, « Polonais », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 905-906.

27 Le BCRA est le nom des services secrets du général de Gaulle, créés à l’été 1940 et placé sous le commandement d’André Dewavrin (Passy). Voir Sébastien Albertelli, Les services secrets du général de Gaulle. Le BCRA (1940-1944), Paris, Perrin, 2009.

28 Il s’agit de l’Intelligence Service et de sa branche « renseignement », le MI6, dépendant du Foreign Office. Après la défaite, ils pilotent plusieurs dizaines de réseaux de renseignement et d’évasion en France. Voir Christopher Andrew, Secret Service. The Making of the British Intelligence Community, Londres, Heinemann, 1985 ; Francis Harry Hinsley, British Intelligence in the Second World War, Londres, HMSO, 1970-1990 ; Keith Jeffery, MI6: The History of the Secret Intelligence Service 1909-1949, Londres, Bloomsbury, 2011 ; Guillaume Pollack, À travers les frontières. La résistance des réseaux (1940-1945), thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Alya Aglan, Université Paris 1, 2020.

29 Antoine Vourc’h (1885-1964) et sa famille se distinguent par leur engagement dans la presque totalité des activités de la Résistance bretonne et au sein de la France libre. Deux des fils, Jean et Guy, partent pour l’Angleterre dès 1940 avant d’être rejoints par un troisième frère, Paul, en novembre 1941. La famille poursuit ses activités en liaison avec le réseau Johnny pour lequel ils recueillent des renseignements et hébergent des agents, notamment l’opérateur radio Jean Le Roux. Suite à l’effondrement du réseau, Antoine Vourc’h se réfugie à Lyon, tandis que le reste de sa famille continue le combat, pour le compte des réseaux d’évasion Bordeaux-Loupiac, dont ils hébergent le chef Jean-Claude Camors, et Bourgogne. Voir Anne Ploux-Vourc’h, « La famille Ploux pendant la Deuxième Guerre mondiale », (propos recueillis par Marie-Clotilde Génin-Jacquet), Bulletin de l’Association française des Compagnons de la Libération, supplément au no 13, juin 2019, p. 43-46 ; Christian Bougeard, « Vourc’h (famille) », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 550 ; Emmanuel Couanault, Des agents ordinaires. Le réseau « Johnny » 1940-1943, Châteaulin, Locus Solus, 2016 ; Guillaume Pollack, À travers les frontières. La résistance des réseaux (1940-1945), thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Alya Aglan, Université Paris 1, 2020.

30 Louis Maurel (1907-1944), polytechnicien de la promotion 1927, est ingénieur principal des poudres à la Poudrerie nationale de Vonges (Côte-d’Or) jusqu’en juin 1940 puis chef du service d’essence de la Poudrerie nationale de Saint-Chamas (Bouches-du-Rhône) en juillet 1940, directeur de la Poudrerie nationale de Pont-de-Buis, de la Poudrerie du Moulin Blanc (Finistère) et de la Poudrerie nationale du Ripault (Indre-et-Loire) en juillet 1941, enfin chef des services d’industries chimiques de l’État à Montpellier (Hérault) en novembre 1942. Il était aussi membre de l’Union des cadres industriels de la France combattante fondée par Pierre Le Brun. Il s’engage dans la Résistance au sein de l’Armée Secrète, notamment dans l’Hérault. Il est arrêté le 8 octobre 1943 et jugé par le tribunal allemand de Montpellier le 17 janvier 1944. Il est condamné à mort et transféré à la prison de Montluc à Lyon et fusillé le 21 février 1944. Voir Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier, « Maurel, Louis, Jean, Charles », dans Jean-Pierre Besse, Thomas Pouty et Delphine Leneveu (dir.), Les fusillés (1940-1944). Dictionnaire biographique des fusillés et exécutés par condamnation et comme otages ou guillotinés, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2015. https://fusilles-40-44.maitron.fr/?article152131.

31 Pierre Laborie a notamment travaillé sur « l’opinion publique » en France durant la guerre. Il montre que, si le maréchal Pétain conserve un prestige certain, c’est bien une société du « non-consentement » et guère « accommodante » qui émerge au fil des mois. L’adhésion au nazisme touche malgré tout quelques collaborationnistes parisiens déterminés à faire de la France un État dont les structures seraient fortement inspirées par le IIIe Reich. Voir Pierre Laborie, L’opinion française sous Vichy : les Français et la crise d’identité nationale, 1936-1944, Paris, Seuil, 2001 ou Le chagrin et le venin. Occupation, Résistance, Idées reçues, Paris, Gallimard, 2014, édition remaniée et mise à jour de la première version de l’ouvrage : Le Chagrin et le Venin : la France sous l’Occupation, mémoire et idées reçues, Paris, Bayard, 2011.

32 Jean Malavoy (1903-1945), polytechnicien de la promotion 1921, ingénieur en chef du corps des Mines, est membre du réseau Johnny. Il est arrêté le 2 mars 1942 et déporté le 13 septembre 1943 à Mauthausen. Il meurt au camp de Gusen.

33 Jean Cavaillès (1903-1944), ancien élève de l’École normale supérieure, est agrégé de philosophie et enseigne à l’Université de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand en 1940. Fondateur, avec Emmanuel d’Astier de la Vigerie, de « la dernière colonne » qui jette les bases du mouvement Libération-Sud, il entre ensuite au comité directeur du mouvement Libération-Nord qu’il contribue à développer avec Christian Pineau. Au retour de Londres de ce dernier, il devient chef du réseau Phalanx ZO, connu ensuite sous le nom de Cohors. Brièvement arrêté en septembre 1942, il s’évade et parvient à Londres en février 1943. Il revient en France mais est arrêté à Paris le 28 août 1943. Condamné à mort, il est exécuté le 17 février 1944. Voir Alya Aglan, Jean-Pierre Azéma (dir.), Jean Cavaillès ou la Pensée en actes, Paris, Flammarion, 2002 et Guillaume Pollack, À travers les frontières. La résistance des réseaux (1940-1945), thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Alya Aglan, Université Paris 1, 2020.

34 Libération-Nord est en fait un mouvement de résistance, tourné vers l’action politique et la propagande. Voir Alya Aglan, La résistance sacrifiée. Le mouvement Libération-Nord (1940-1947), Paris, Flammarion, 1999.

35 L’Abwehr est le service de renseignement de la Wehrmacht chargé du contre-espionnage. En pratique, ses agents ne procèdent pas eux-mêmes aux arrestations mais en délèguent l’exécution à la Feldgendarmerie et à la Geheime Feldpolizei (GFP).

36 Jean-Louis Billardon (1889-1953), X 1909, entré dans le réseau Jade en 1941. SHD, GR 16 P 60110.

37 Après la défaite, la France est divisée en sept zones. La zone occupée comprend la partie française au Nord de la ligne de démarcation la séparant avec la zone non-occupée sous administration du régime de Vichy, jusqu’à la zone interdite couvrant le Nord et l’Est de la France et qui comprend dix-sept départements jusqu’à la frontière suisse.

38 André Marie Joseph Ploux (Bordeaux 1904-1995 ; X 1925).

39 Les « prélèvements » concernent la main-d’œuvre au départ pour l’Allemagne, soit dans le cas de la « Relève » à partir de septembre 1942, soit du Service du travail obligatoire (STO) à partir de février 1943.

40 Il s’agit plus précisément d’un réseau rattaché au MI6.

41 Claude Arnould (1899-1978) est né en 1899 dans le Nord, dans une famille de la bourgeoisie d’affaires éminemment catholique. Il s’engage à 17 ans dans l’Armée pour combattre aux côtés des soldats de la Grande Guerre. En septembre 1920, il travaille pour la légation de France à Copenhague pour qui il recueille des renseignements à travers l’Europe avant de revenir en France pour reprendre l’entreprise familiale. Marié et père de trois enfants en 1939, il participe à la campagne de France avant d’être démobilisé en septembre 1940. Il travaille d’abord pour les services spéciaux de l’armée de Vichy puis, à l’aide des milieux catholiques qu’il contacte à Bordeaux, et notamment le père Dieuzayde (1877-1958), il forme un premier réseau. En 1942, il prend contact avec le MI6 avec lequel il souhaite désormais travailler puis rencontre un de ses agents, Philippe Keun, avec qui il fonde le réseau Jade-Amicol. Voir le dossier d’homologation du réseau Jade-Amicol, SHD, GR 17 P 150 et Philippe Souleau, « Jade-Amicol », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 152-153.

42 Sir Stewart Graham Menzies (1890-1968) est le chef des services de renseignement anglais de 1939 à 1952 ; Voir Keith Jeffery, MI6: The History of the Secret Intelligence Service 1909-1949, Londres, Bloomsbury, 2011. 

43 Il s’agit du polytechnicien Jean-Marie Gustave Creusot (1913-1979).

44 Marc Ploux revient ensuite à Pont-de-Buis, comme directeur. Il terminera sa carrière comme directeur de la Poudrerie de Sevran-Livry (Seine-Saint-Denis), et décèdera en 1988.

45 Il s’agit de Marguerite Vourc’h (1893-1950).

46 Le terme « Gestapo » est utilisé de manière générique pour désigner le kaléidoscope des polices allemandes, qui la plupart du temps ne sont pas la Gestapo. Le Militärbefehlshaber in Frankreich (MBF), le commandement militaire en France, est chargé du « maintien de l’ordre » en zone occupée. Les organes répressifs sont nombreux : l’Abwehr, service de renseignement de la Wehrmacht, est chargée du contre-espionnage et délègue l’exécution à la Feldgendarmerie et à la Geheime Feldpolizei (GFP). Dès l’été 1940, le Reichssicherheitshauptamt (RSHA) envoie le « commando Knochen » à Paris, c’est l’antenne locale de la Sipo-SD (police de sécurité). Voir, par exemple, Patrice Arnaud, Fabien Théofilakis (dir.), Gestapo et polices allemandes – France, Europe de l’Ouest, 1939-1945, Paris, Éditions CNRS, 2017 ou Gaël Eismann, Hôtel Majestic. Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944), Paris, Tallandier, 2010.

47 Gérard Arvengas ingénieur en chef des poudres (Bourges 1891-1952 ; X 1912).

48 Charles Garaud, ingénieur en chef des poudres (Le Puy-en-Velay 1903-Flossenbürg Bavière 1944 ; X 1924), résistant FFI et DIR (SHD, GR 16 P 242186).

49 Roger Nancy, ingénieur en chef des poudres (Le Havre 1915-1991 ; X 1934).

50 Alain Darney (dir.), 1688 / 1988. La Poudrerie de Pont-de-Buis. Trois siècles d’histoire au bord de la Douffine, Quimper, Imprimerie Bargain, 1988.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Marc Ploux : portrait
Crédits Archives familiales.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/23699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Illustration 2. Marc Ploux : carte d’identité.
Crédits Archives familiales.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/23699/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Illustration 3. Marc Ploux : parcours.
Crédits Archives familiales.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/23699/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Illustration 4. Marc Ploux : décorations
Crédits Archives familiales.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/23699/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Illustration 5. Lettre des représentants du personnel de la Poudrerie de Vonges adressée à Marc Ploux le 1er décembre 1944
Crédits Archives de Marc Ploux, conservées dans la famille.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/23699/img-5.tif
Fichier image/tiff, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Ploux, Anne Ploux et Guillaume Pollack, « Aspects de la Résistance dans les Poudreries »L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/acrh/23699 ; DOI : https://doi.org/10.4000/acrh.23699

Haut de page

Auteurs

Yves Ploux

L’auteur est capitaine de vaisseau honoraire. Fils du Résistant Marc Ploux (1925), il a été membre du Conseil d’administration de l’association X Résistance, créée en 1997

Anne Ploux

La femme d’Yves Ploux, Anne Ploux, est la fille de deux autres Résistants de Bretagne, le docteur Antoine Vourc’h et Madeleine Vourc’h, tous deux médaillés de la Résistance. « Cette nombreuse famille est l’exemple même d’une Résistance née des liens familiaux, amicaux et professionnels qu’elle sut créer où les hommes ont rejoint Londres et où les parents et les filles aidèrent à la création et au soutien des réseaux de Résistance dans le Finistère, avant de rejoindre Alger et de participer à la Libération de la France » (Jean Novosseloff, “Les rencontres autour de la Résistance des familles”, Lettre de la Fondation de la Résistance, no 63, décembre 2010, p. 10). Publication : « La famille Vourc’h pendant la Deuxième Guerre mondiale » (propos recueillis par Marie-Clotilde Génin-Jacquey), Association des familles de compagnon de la Libération, supplément au bulletin no 13, juin 2019, p. 44-46. Voir également « Vourc’h, une famille engagée », polejeanmoulin.com, no 21 août 2021, mise à jour le 23 septembre 2021. https://polejeanmoulin.com/page-28/page-191/.
Yves et Anne Ploux, outre leurs propres souvenirs, ont recueilli des souvenirs, consulté des archives et des sources imprimées pour reconstituer l'engagement de Marc Ploux et celle du milieu des poudriers résistants. La femme d'Yves Ploux, Suzanne, s'est également engagée dans la Résistance

Guillaume Pollack

L’auteur de l’introduction est docteur en histoire contemporaine, ATER à l'université de Paris-Est-Créteil au Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC) et chercheur partenaire à l’UMR SIRICE de l'université Paris 1. Ses travaux portent sur l'histoire de la Résistance et plus particulièrement de ses réseaux et des services secrets alliés pendant la Seconde Guerre mondiale

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search