Navigation – Plan du site

AccueilL’Atelier du CRH25Pierre Damien et l’illusion de la...

Pierre Damien et l’illusion de la conversation épistolaire

Peter Damian and the Illusion of Epistolary Conversation
Pedro Damián y la ilusión de la conversación epistolar
Patrick Henriet

Résumés

Cet article présente la correspondance de Pierre Damien (180 lettres), la partie la plus importante de son œuvre. Pierre Damien est parfaitement conscient qu’il pratique un genre intermédiaire entre la lettre et le traité à visée édifiante. Pour illustrer cette dimension de sa correspondance, nous nous interrogeons sur le rapport entre lettres et exempla d’une part, lettres et prédication de l’autre. Nous mettons aussi l’accent, exemples à l’appui, sur la dimension intertextuelle très forte de ce corpus et nous revenons pour finir sur une formule saisissante et à notre sens très juste d’Owen J. Blum : la correspondance de Pierre Damien est une « summa in epistolary form », puisque tous les sujets y sont abordés. Cependant, plus qu’à une volonté de déchiffrement du monde, on a affaire à un projet de réforme de la société chrétienne.
En définitive, l’immense correspondance de Pierre Damien est un exemple précoce et incomparable à son époque de circulation d’une parole silencieuse qui a pour but de poser les ciments d’une société chrétienne rénovée depuis l’ermitage. Cette prise de parole n’appelle guère à la réciprocité : elle est plus l’expression d’un magistère que d’un échange

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut le rapprocher du corpus épistolaire anselmien, plus tardif d’une bonne génération. Pour un (...)
  • 2 Kurt Reindel, Die Briefe des Petrus Damiani, Munich, Monumenta Germaniae historica (Die Briefe der (...)
  • 3 Sur la présence des lettres de Pierre Damien dans les incunables, voir Fridolin Dressler, Petrus Da (...)
  • 4 Voir Kurt Reindel, Studien, 1, p. 41-47, ainsi que Dante Balboni, « L’abate Costantino Gaetani (156 (...)
  • 5 Beati Petri Damiani monachi ordinis sancti Benedicti operum tomus […], Rome, 1606-1640 ; PL 144-145
  • 6 La correspondance de Pierre n’est cependant guère prise en compte dans le livre de L. Ott, Untersuc (...)

1Pierre Damien (v. 1007-1072), moine, ermite, cardinal, réformateur, l’une des figures majeures de l’Église dans la deuxième moitié du xie siècle, a laissé un corpus épistolaire qui n’a guère d’équivalent à son époque1. Les 180 lettres conservées ont été publiées par Kurt Reindel en quatre volumes qui totalisent plus de deux mille pages2 Pour la bonne compréhension de ce qui suit, il convient de rappeler brièvement l’histoire de leurs vicissitudes éditoriales. De nombreuses lettres de Pierre ont été publiées dès les débuts de l’imprimerie puis tout au long de l’époque moderne, par Lippomano dans les années 1550, puis pas Marguerin de la Bigne et enfin par Baronius en 16053. Mais jusqu’à la fin du xxe siècle, qui voulait les consulter dans leur intégralité devait recourir au magnum opus du bénédictin sicilien Costantino Gaetani, qui avait été chargé par Clément VIII de l’édition des œuvres complètes de Pierre Damien4. Quatre volumes parurent entre 1606 et 16405. Le premier renfermait les lettres distribuées en huit livres, classées selon les correspondants. Le troisième recueillait quant à lui seize opuscula correspondant à de très longues lettres. Enfin les vies de saints, dont certaines étaient issues de la correspondance, se trouvaient dans le tome 2. La logique d’organisation propre à la tradition manuscrite avait donc été volontairement et totalement négligée. C’est cette édition, imprimée dans la Patrologie latine, qui fut utilisée jusqu’à celle de Reindel dans les Monumenta Germaniae Historica, publiée entre 1983 et 1993. Le savant philologue allemand choisit quant à lui de considérer comme des lettres tous les textes envoyés par Pierre Damien à un ou à plusieurs destinataires sous une forme épistolaire. Il les classa par ailleurs selon l’ordre chronologique reconstitué de leur rédaction, aucune d’entre elles n’étant datée. Le résultat est clair : il convient certes de ne pas minorer l’importance des poèmes, des sermons et des vies de saints qui ne se trouvent pas dans la correspondance (ainsi la célèbre Vita Romualdi), mais il apparaît maintenant clairement que l’essentiel de l’œuvre de Pierre Damien a été transmis sous une forme épistolaire. Pas une seule de ses œuvres théologiques ou polémiques n’échappe à ce mode de transmission, ce qui constitue une différence notable avec les autres grands corpus épistolaires monastiques des xie et xiie siècles (Anselme de Canterbury, Pierre le Vénérable, saint Bernard etc.)6.

Confection et conservation des lettres

  • 7 Nicolangelo D’Acunto, « Introduzione generale », dans Opere di Pier Damiani. Lettere, 1, Rome, Citt (...)

2Dans une riche introduction à la traduction italienne du corpus épistolaire, Nicolangelo d’Acunto a établi une typologie distinguant des lettres brèves, qui sont généralement écrites pour régler une question factuelle et font moins de trois pages dans l’édition Reindel, des lettres de taille moyenne, qui abordent des questions théologiques, doctrinales ou disciplinaires, et ne dépassent pas dix pages, enfin des opuscules, du même type que les précédentes mais dépassant les dix pages7. Or les lettres moyennes représentent 33,3 % et les opuscules 36,2 % du total. En d’autres termes, les lettres/traités dégagées de préoccupations à court terme représentent plus des deux tiers du corpus.

  • 8 Kurt Reindel, Studien, 1, p. 54-55 ; Jean Leclercq, Saint Pierre Damien, ermite et homme d’Église, (...)
  • 9 Peter Damian. Letters, translated by Owen J. Blum, O. F. M., 7 vols., Washington D.C., Catholic Uni (...)
  • 10 On a cependant quelques exemplaires de sa « signature » : Kurt Reindel, « Die Handschriften der Wer (...)

3Afin d’éviter les anachronismes, il ne sera pas inutile de rappeler quelques-unes des caractéristiques de l’art épistolaire antique et médiéval, qui le différencient profondément de son héritier de l’époque contemporaine (en tout cas jusqu’à cette époque récente où l’on écrivait encore des lettres). Commençons par la dimension matérielle. Je suivrai ici la reconstitution de Kurt Reindel, fondée à la fois sur ce que l’on sait par ailleurs de la composition des lettres au Moyen Âge, et sur les différentes indications données au fil du temps par Pierre Damien lui-même8. Celui-ci avait ordinairement à sa disposition des secrétaires qui faisaient office de scribe. On connaît le nom de quatre d’entre eux : Ariprandus, Sylvestre, Damien (qui était sans doute son neveu) et enfin Jean de Lodi, qui écrivit sa vita juste après sa mort9. Dans un premier temps le secrétaire écrit sur des tablettes de cire, sous la dictée de Pierre. Un autre scribe, l’antiquarius, transpose ensuite le texte sur des feuilles de parchemin, les schedulae, enfin un dernier scribe est chargé de la copie définitive qui sera envoyée au destinataire. Il n’est donc pas très surprenant qu’on ne possède aucun texte autographe de Pierre Damien10. La lettre de l’étape 1 et celle de l’étape 3 sont sans doute assez différentes car un effort d’amplification rhétorique, parfois considérable, intervient à un stade qu’il est difficile de fixer avec précision. Peut-être faut-il le situer au moment où est composée la schedula, ou peut-être seulement entre celle-ci et la version définitive. On voit bien en tout cas que le processus est long, complexe, et que la spontanéité n’y a guère de part. Cependant le travail de copie n’est pas arrivé à son terme car il faut encore conserver la lettre.

  • 11 Ep. 31, Kurt Reindel (éd.), I, p. 284-330 ; lettre de Léon IX, p. 285-286. Voir la traduction franç (...)
  • 12 Peter Damian. Letters, translated by Owen J. Blum, O. F. M., 7 vols, Washington D.C., Catholic Univ (...)
  • 13 Biblioteca Apostolica Vaticana : Vat. Lat. 4930, originaire de Fonte Avellana ; Vat. lat. 3797, ori (...)
  • 14 En 1059 sans doute, Pierre Damien a d’abord chargé les évêques Théodose de Sinigallia et Rodolphe d (...)
  • 15 Peter Damian. Letters, translated by Owen J. Blum, O. F. M., 7 vols., Washington D.C., Catholic Uni (...)

4Si l’on a gardé 180 lettres de Pierre Damien, on ne possède qu’une seule réponse à l’une d’entre elles, celle du pape Léon IX qui est placée au début de l’opus 31, le célèbre Liber Gommorhianus : cette missive pontificale a été recopiée en tête de l’opuscule parce qu’elle donnait à celui-ci une plus grande légitimité11. L’absence des réponses envoyées à Pierre peut s’expliquer de deux façons. D’une part, et c’est une évidence, certaines lettres n’ont sans doute pas eu de réponse. Mais surtout, les lettres de Pierre n’ont jamais été conservées isolément. On n’en a même trouvé aucune sous une forme indépendante dans le lieu de destination : nous ne possédons donc que ce qu’Owen J. Blum appelle des « house-copies »12. Elles sont conservées en collections, mais aucune de ces dernières ne contient toutes les lettres. Je ne rentrerai pas ici dans le détail de la tradition manuscrite, remarquablement éclairée par Reindel, mais je signalerai tout de même qu’il existe six manuscrits principaux (originaires de Fonte Avellana et du Mont-Cassin), tous du xie siècle13. Le chercheur allemand a bien montré que l’édition de la correspondance commence sans doute du vivant même de Pierre, qui autorise certaines corrections. Le rôle de Jean de Lodi est ici essentiel14. Les meilleurs manuscrits sont issus, directement ou indirectement, de Fonte Avellana (l’un d’eux est un autographe de Jean15). Pour le dire autrement, quiconque s’interroge sur la correspondance de Pierre Damien comme exemple de communication, de circulation et d’échange de la parole en milieu monastique doit vite déchanter : le point de départ et le point d’arrivée se confondent, il s’agit de Fonte Avellana dans les deux cas. Il faut donc envisager cet art d’écrire, son objet et sa fonction, d’une autre manière.

Le modus epistolae : contraintes et liberté

  • 16 Giles Constable, Letters and Letter-Collections, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moyen (...)
  • 17 Jean Leclercq, Saint Pierre Damien, ermite et homme d’Église, Rome, edizioni di Storia e letteratur (...)
  • 18 Voir les références recueillies par James J. Murphy, Medieval Rhetoric: A Select Bibliography, Toro (...)

5La correspondance médiévale était largement publique, même lorsque la lettre n’avait qu’un seul destinataire16. Elle était en même temps orale autant qu’écrite. Dom Jean Leclercq rappelle dans son livre sur Pierre Damien qu’elle était dictée à un secrétaire puis, une fois arrivée à destination, lue à voix haute en présence d’un ou de plusieurs témoins17 Elle était par ailleurs le plus souvent pensée en vue de sa publication dans une collection. Enfin, si les correspondances contemporaines sont souvent perçues, parfois un peu abusivement, comme un lieu de spontanéité, voire de liberté d’écriture, il n’en allait pas de même au Moyen Âge car il fallait se conformer à certaines règles. L’art décrire était un ars, une technique : c’était l’ars dictandi ou ars dictaminis18. L’extraordinaire correspondance de Pierre Damien doit donc être replacée dans un contexte plus ample que celui qui aide à dater et à comprendre chacune des pièces qui la composent. Il faut en particulier prendre en compte une volonté croissante, à partir du xie siècle, de codifier les règles d’exposition et de rédaction.

  • 19 Sur Albéric du Mont-Cassin comme initiateur de l’ars dictaminis médiéval, voir James J. Murphy, « A (...)
  • 20 Anselmo Lentini, « Alberico di Monte Cassino nel quadro della Riforma gregoriana », Studi Gregorian (...)

6Les premiers ouvrages connus d’ars dictaminis sont presque contemporains de Pierre Damien et l’on pense tout particulièrement à Albéric du Mont-Cassin, mort une vingtaine d’années seulement après l’ermite de Fonte Avellana19. Dans le traité qu’il compose à la fin de sa vie, Albéric puise volontiers ses exemples chez Pierre, révélant en même temps une pensée réformatrice proche de celle de Grégoire VII20. On ne doit donc pas perdre de vue que la plus importante correspondance du xie siècle apparaît dans un contexte marqué par une intensification des échanges épistolaires en contexte réformateur et polémique.

  • 21 Fridolin Dressler, Petrus Damiani. Leben und Werk, Rome, Pontificio Ateneo S. Anselmo (Studia Ansel (...)
  • 22 Nicolangelo D’Acunto, « Introduzione generale », dans Opere di Pier Damiani. Lettere, 1, Rome, Citt (...)

7Pierre Damien connaît et applique généralement des règles qui n’avaient pas encore été codifiées mais qui existaient déjà et que l’on retrouve dans les traités postérieurs d’ars dictaminis21. Il sait aussi faire preuve à l’occasion d’une grande liberté. Ainsi, les artes dictandi engagent à être bref sans excès et à ne traiter qu’un seul thème par lettre : des règles qu’il respecte souvent bien mal !22 Pierre est d’ailleurs parfaitement conscient de s’écarter de l’art épistolaire pour pratiquer un genre intermédiaire entre la lettre et le traité à visée édifiante. Très important à cet égard est ce passage de la lettre 44, véritable traité sur l’érémitisme adressé à l’ermite florentin Teuzon, qui totalise pas moins de vingt-cinq pages dans l’édition de Reindel :

  • 23 Verum nos dum aedificationis fraternae studio ardenter insistimus, modum epistolae supergressi sumu (...)

En vérité, comme nous insistons ardemment pour édifier nos frères, nous avons débordé le cadre du genre épistolaire (modum epistolae) et contre les habitudes de ce genre, nous avons placé des titres en tête de chaque section afin qu’une plume embarrassée n’engendre pas de lassitude dans l’âme du lecteur23.

  • 24 Voir William D. Patt, « The Early “Ars Dictaminis” as Response to a Changing Society », Viator, 9, (...)
  • 25 Qui si vult, ut sibi quoque aliquid scribam, scribendo praecipiat, ep. 114, Kurt Reindel (éd.), III (...)

8Cette volonté consciente de ne pas toujours respecter les règles du genre épistolaire, qui est ici un cadre et non but, se retrouve ultérieurement chez des auteurs tels qu’Hildebert de Lavardin, Pierre le Vénérable ou encore Bernard de Clairvaux24. La correspondance de Pierre Damien, dès lors qu’elle dépasse le stade du simple billet informatif, a toujours pour objectif de convaincre, d’entraîner, voire de convertir. Pierre ne demande qu’à écrire : « S’il veut que je lui écrive quelque chose, qu’il le demande en m’écrivant25 ». Sa volonté de convaincre s’exprime ensuite de différentes façons : nous aborderons cette question sous deux angles, celui des récits exemplaires et celui du rapport entre corpus épistolaire et prédication.

Art épistolaire et récit exemplaire

  • 26 Lodewijk J. Engels, « Aspekte der Anwendung von exempla bei Petrus Damiani », dans Willem J. Aerts, (...)
  • 27 Voir le catalogue dressé par Elise Haddad dans Pierre Damien et les exempla, à paraître.
  • 28 Stefano Mula, « Les exempla de Pierre Damien et leur diffusion aux xiie et xiiie siècles », dans Ma (...)
  • 29 Isabelle Rosé, « Les Collationes d’Odon de Cluny († 942). Un premier recueil d’exempla rédigé en mi (...)

9Comme aucun autre auteur sans doute avant lui, Pierre Damien parsème ses lettres, à commencer par les plus longues et les plus ambitieuses, de nombreux récits exemplaires26. On peut en dénombrer plus d’une centaine27 Ces récits nous ont été transmis par les lettres, dont ils proviennent, mais aussi par une collection d’une soixantaine d’entre eux, extraits de leur matrice épistolaire28. Si la grande histoire des exempla commence aux xiie et xiiie siècles, le procédé consistant à illustrer des vérités d’ordre théologique, dogmatique ou disciplinaire par des sections narratives exemplaires, n’était pas nouveau. Grégoire le Grand en particulier avait construit ses Dialogues conformément à ce système, et on peut citer par la suite d’autres auteurs comme Odon de Cluny, très dépendant de Grégoire tout comme Pierre Damien29. Mais il existe une différence notable entre ces prestigieux auteurs et celui-ci. Un Grégoire, un Odon, sont aussi les auteurs d’œuvres théologiques importantes dans lesquelles les récits exemplaires n’ont aucune part. Les choses sont assez différentes avec Pierre. Comme nous l’avons déjà dit, ses traités les plus ambitieux sont truffés d’exempla. En d’autres termes, alors que les récits narratifs, aussi importants soient-ils, ne représentent qu’une part nettement minoritaire de l’œuvre d’un Grégoire, alors qu’ils sont peut-être une sorte de concession à un registre nécessaire mais inférieur, ils sont présents dans pratiquement tous les traités importants de Pierre ; on pourrait même dire qu’ils sont au cœur de sa principale réalisation, si l’on accepte de considérer le corpus épistolaire comme une œuvre unique. Nous reviendrons sur cette notion. Retenons pour l’instant cette idée : personne avant Pierre Damien n’avait accordé une telle place aux récits exemplaires dans une œuvre aussi ambitieuse. C’est le signe d’une volonté constante de convaincre tous ses interlocuteurs. Il y a donc une sorte d’obsession pastorale dans la correspondance Cela nous amène à poser maintenant la question du lien de celle-ci avec la prédication.

Art épistolaire et prédication

  • 30 Ep. 65, Kurt Reindel (éd.), II, p. 228-247 (sermon p. 232-236) : Ut autem ad compendium veniam, asc (...)
  • 31 His itaque rationibus de praerogativa et principatu sedis apostolicae redditis populus omnino beniv (...)
  • 32 Il s’agit des lettres 49 et 160 à Hildebrand (ep. 87, Kurt Reindel (éd.), II, p. 505.d. et II, p. 6 (...)

10Pierre Damien avait progressivement acquis une grande réputation dans le domaine de la prédication. Dans la lettre 65, adressée à Hildebrand, il rapporte les résultats de sa légation à Milan (1059). La ville connaissait alors différents problèmes, depuis les agissements du mouvement réformateur contestataire appelé Pataria jusqu’aux relations entre la papauté et l’archevêque de Milan. Pierre retranscrit en partie le sermon qu’il a prononcé à cette occasion devant le peuple pour défendre la sujétion filiale de l’église de Milan à celle de Rome30. Il précise à la fin de ce texte que les auditeurs furent convaincus31. Pendant un temps, lettre et sermon ne font donc qu’un. Il a par ailleurs été suggéré que certaines lettres de Pierre étaient lues après leur réception comme s’il s’agissait de sermons, et deux textes ont été présentées comme appartenant quasiment à ce genre32. De fait, les lettres de Pierre relèvent bien d’un effort que l’on peut sans doute qualifier de pastoral. Cette option s’appuie sur un genre de vie, monastique ou érémitique, et sur un comportement, exigeant et désintéressé. De ce point de vue, Pierre est l’un de ceux qui, au xie siècle, a le plus fortement lié la prédication, dans son sens le plus large, avec la fonction légitimante de l’ascèse. Dans une lettre à Alexandre II qui date sans doute de 1063, il aborde assez précocement la question des chanoines réguliers et pose la question de savoir qui a la légitimité de prêcher. Le lien entre vie apostolique, commune et pauvre, et la prise de parole, est affirmé très clairement :

  • 33 […] quia illi duntaxat idonei sunt ad praedicationis officium, qui nullum terrenae facultatis possi (...)

Ils sont seuls aptes à prêcher, ceux qui n’ont aucun appétit des richesses terrestres et qui, ne possédant rien en propre, possèdent tout en commun33

11C’est ici la question de l’exemplarité qui est abordée, Pierre étant particulièrement sensible, de même que tous les réformateurs des xie et xiie siècles, à l’idéal grégorien du verbo et exemplo. Une bonne vie et une bonne mort sont en définitive préférables aux mots. Dans une lettre à Ariprand, ermite de Fonte Avellana qui lui servit un temps de secrétaire, Pierre compare l’efficacité de la prédication et celle de l’exemple fourni par les martyrs :

  • 34 Sed forte dicas : Multos lucrifacerem, si gracia praedicacionis affluerem, si copiam scienciae litt (...)

Tu diras peut-être : “J’en gagnerais beaucoup [d’âmes], si j’étais doté de la grâce de la prédication et si j’avais en abondance la science des lettres”. Et moi [Pierre], je réponds : “Eléazar aurait-il pu éloigner beaucoup de gens de l’idolâtrie s’il avait vécu, et les Maccabées, et les innombrables martyrs du Christ, auraient-ils pu affermir beaucoup de gens dans le combat de la foi s’ils avaient décidé de différer le supplice de la persécution qui leur était infligée ? En réalité ils édifièrent de façon plus efficace en subissant les tourments et les peines avec le martyre qu’en prêchant ; mettant la parole de côté, ils laissèrent à leurs successeurs un exemple (exemplum) à imiter”34.

12Les martyrs ont donc laissé un exemplum : le mot n’est pas anodin. Il ne sert pas seulement à désigner, dans la perspective grégorienne qui a été rappelée, l’accord verbo et exemplo des paroles et de la vie, mais aussi ces textes narratifs placés à la fin de nombreuses lettres dans un but d’enseignement. Les divers sens du mot se rejoignent. La gigantesque entreprise épistolaire de Pierre Damien participe d’un effort constant de réforme de l’Église et des comportements qui promeut surtout la vie régulière et ce martyre non sanglant qu’est, dans la lignée de Grégoire le Grand là encore, la vie ascétique. La vie est supérieure aux mots, mais il faut des mots pour le rappeler et les lettres, prédication écrite et multiforme, jouent ce rôle. Il serait erroné cependant d’en tirer la conclusion que le discours de Pierre n’est qu’intra-monastique. Comme le montre la liste des destinataires, il s’adresse en effet à tous les chrétiens.

Les destinataires : uniques ou interchangeables ?

  • 35 Micol Long, « La lettre “substitut de la personne” au xie siècle. Pierre Damien, Baudri de Bourguei (...)
  • 36 Redditas michi sanctitatis vestrae litteras, discolo quodam deferente presbytero, laetus arripui, o (...)
  • 37 Mellifluam vestrae sanctitatis epistolam, quanta cordis aviditate susceperim, perseverantia probat. (...)
  • 38 Pierre Damien : cum ea sepe confabulor (ep. 87, Kurt Reindel (éd.), II, p. 505.) ; Jérôme : Nunc cu (...)
  • 39 Jean Leclercq, Saint Pierre Damien, ermite et homme d’Église, Rome, edizioni di Storia e letteratur (...)
  • 40 L’expression est de dom Jean Leclercq, Saint Pierre Damien, ermite et homme d’Église, Rome, edizion (...)

13Dire que les destinataires de Pierre Damien étaient totalement interchangeables à ses yeux serait aussi réducteur que faux. Chez Pierre comme chez bien d’autres écrivains de ce temps, la lettre pouvait même jouer, jusqu’à un certain point, le rôle de « substitut de la personne »35. Elle palliait l’absence d’un être cher et pouvait être traitée avec des égards qui en faisaient plus qu’un objet matériel, car elle portait ou était « l’empreinte » de son auteur. Ainsi Pierre Damien se saisit joyeusement de telle lettre du pape Alexandre II, il l’embrasse, il la déplie, il la lit enfin « rapidement et avec avidité »36. À l’évêque Olderic de Fermo, il explique que sa lettre, soigneusement conservée dans sa cellule, est désormais sa cohabitatrix car en elle il peut voir « l’image du vrai visage » de son ami et la beauté de son « homme intérieur »37. Il va jusqu’à « parler avec elle », une expression que l’on trouve déjà chez saint Jérôme38. Il existe bien, pour reprendre une expression de dom Jean Leclercq, des lettres « d’amitié pure »39. Ainsi avec l’impératrice Agnès, « il laissera parler son cœur brûlant »40 :

  • 41 Ubi scilicet est thesaurus meus, ibi et cor meum. Thesaurus enim meus proculdubio Christus est, que (...)

Car là où est mon trésor, là est mon cœur (Mt. 6, 21). Mon trésor en effet, c’est le Christ sans aucun doute ; et comme je n’ignore pas qu’il est enfermé dans le coffre de ta poitrine, je la tiens pour le temple du trésor céleste. Pour cette raison, où que tu ailles, je ne m’éloigne pas de toi41.

  • 42 Voir ainsi que pour les exemples qui suivent, Kurt Reindel (éd.), Studien, I, p. 60-61.
  • 43 Ep. 107, Kurt Reindel (éd.), III, p. 185-188, reprenant ep. 99, Kurt Reindel (éd.), III, p. 97-100.
  • 44 Au moine Adam : ep. 92, Kurt Reindel (éd.), III, p. 14-26. À sa sœur : ep. 93, Kurt Reindel (éd.), (...)
  • 45 Ep. 49, Kurt Reindel (éd.), II, p. 62-77. Voir M. Della Santa, « Il sabato giudaico nell’interpreta (...)
  • 46 Ep. 160, Kurt Reindel (éd.), IV, p. 100-134.

14Amitié, tendresse, préoccupations, colère, une gamme variée d’émotions se fait jour dans la correspondance de Pierre, qui s’adresse toujours à des personnes et non à des abstractions. Cela ne signifie cependant pas que le destinataire ne soit pas, dans plus d’un cas, interchangeable42. Ainsi la lettre 107, adressée à Alexandre II et à Hildebrand pour le Carême 1064, donne la copie d’une autre lettre adressée l’année précédente à l’archevêque Annon de Cologne43. Pierre envoie l’opuscule consacré aux événements qui précéderont la venue de l’Antéchrist au moine Adam et, dans une version plus courte, à sa sœur44. L’opus 49 sur le sens spirituel du sabbat semble avoir été expédié à Hildebrand, au cardinal Étienne de Saint-Chrysogone, à Alfanus, archevêque de Salerne et à Didier du Mont-Cassin45. La lettre 160, consacrée aux 42 étapes du peuple hébreux dans le désert, est envoyée à Hildebrand et à Albéric du Mont-Cassin46. Si chaque correspondant entretient des liens particuliers avec Pierre Damien, ses conseils et ses exhortations ont toujours une portée générale qui, bien souvent, vaut pour l’ensemble des chrétiens. De là l’intertextualité particulièrement marquée de l’ensemble du corpus épistolaire

Intertextualités du corpus épistolaire

  • 47 Notons aussi l’existence de la lettre 76, adressée à Dominique et aux frères de Suavicino. Sur Domi (...)

15Si des destinataires différents pouvaient recevoir un même texte, un même texte pouvait aussi être réutilisé partiellement dans plusieurs lettres. Le corpus épistolaire de Pierre Damien possède une dimension intertextuelle très forte qui tend à montrer sa dimension non pas impersonnelle mais plutôt suprapersonnelle. Le cas de Dominique l’encuirassé († 1060), un ermite de Fonte Avellana auquel Pierre a consacré une célèbre Vita, nous en fournit un bel exemple. De ce grand adepte de l’autoflagellation qui portait une cuirasse (lorica), il est question dans six lettres différentes47.

  • 48 Ep. 44, Kurt Reindel (éd.), II, p. 21, l.4-p. 22, l. 17 = Ep. 109, Kurt Reindel (éd.), III, p. 210, (...)
  • 49 Ep. 50, Kurt Reindel (éd.), II, p. 102, l.17-p. 103, l. 7 = Ep. 109, Kurt Reindel (éd.), III, p. 21 (...)
  • 50 Ep. 109, Kurt Reindel (éd.), III, p. 215, l. 13-25.
  • 51 Ep. 66, Kurt Reindel (éd.), II, p. 275, l. 1-p. 276, l. 22 = Ep. 109, Kurt Reindel (éd.), III, p. 2 (...)
  • 52 Ep. 111, Kurt Reindel (éd.), III, p. 256 : Sed qui talia quaerit audire, curet opuscula nostra perc (...)

16- La lettre 44 (1055-1057) est adressée à l’ermite florentin Teuzon. Un long passage consacré à Dominique est repris dans la Vita48 ;
- La lettre 50 (1057) est adressée à Étienne, un moine devenu ermite. Elle décrit la vie des anachorètes et un paragraphe est consacré à Dominique, à ses psalmodies, à ses flagellations et au fait qu’il s’endormait souvent à demi-nu sur le sol. Ce paragraphe est repris dans la Vita49 ;
- La lettre 53 est adressée au prieur de l’ermitage de Suavicino (1057-1058). Pierre y présente Dominique comme un vieillard et précise qu’il avait trouvé un texte établissant une équivalence pénitentielle chiffrée pour les psaumes récités les bras en croix. Elle n’a pas été conservée intégralement, mais un fragment en a été transmis dans la lettre 10950 ;
- La lettre 66 (fin 1059-octobre 1060) est adressée à la comtesse Blanche, retirée dans un monastère milanais. C’est un véritable traité spirituel. Là encore, un passage est consacré à Dominique : on le retrouve dans la Vita51 ;
- La lettre 111 (1064) est adressée à l’archevêque Hugues de Besançon. Pierre Damien complimente celui-ci et le met en garde contre l’usage qui se répandait en Gaule, chez les clercs et les moines, de s’assoir pendant l’office. Quelques lignes sont consacrées à Dominique et aux mille génuflexions qu’il faisait quotidiennement, ainsi qu’à sa cuirasse. Pierre ajoute : « Mais celui qui veut entendre cela, qu’il prenne la peine de parcourir nos opuscules »52.

17Tous ces textes confluent dans la « lettre » 109, datée de juillet-août 1064 et adressée au pape Alexandre II. Pierre y donne en réalité deux vies de saints, celle de Rodolphe de Gubbio († 1064) et surtout celle de Dominique l’encuirassé († 1060). Il compose là une œuvre originale tout en reprenant à ses précédentes œuvres les différents passages qui ont été cités : cette façon de procéder montre bien qu’il a toutes ses lettres en sa possession, sans doute dans un recueil qui ne correspond exactement à aucun de ceux que nous avons conservés, et qu’il utilise celui-ci comme une réserve de textes.

  • 53 Ces récits ont pour but de pousser les lecteurs à l’imitation, mais peut-être pas à une imitation t (...)
  • 54 Sur les destinataires des lettres de Pierre Damien, Kurt Reindel, « Petrus Damiani und seine Korres (...)
  • 55 Voir ep. 161, Kurt Reindel (éd.), IV, p. 135, l. 12 ; Kurt Reindel (éd.), p. 136, l. 10.
  • 56 Ep. 109, Kurt Reindel (éd.), III, p. 213, l. 24-25 : in epistola quoque, quam Blancae comitissae di (...)

18La figure de Dominique joue donc le rôle de référence ascétique et pénitentielle, elle est une sorte d’exemplum vivant qui circule entre les différents correspondants53. Il convient de souligner la diversité de ces derniers54 : une grande aristocrate retirée dans un monastère, des ermites proches de Pierre, un ermite urbain, un pape, un archevêque. Le fait que Dominique puisse leur servir de modèle à tous montre qu’il existe chez notre ermite épistolier un idéal unique de vie chrétienne, ascétique et pénitentiel, ou à tout le moins un dénominateur commun aux différents groupes qui conforment la société : Pierre explique ailleurs, dans une lettre aux moines du Mont-Cassin, que désormais certains laïques pratiquaient aussi l’auto-flagellation55. Ce modèle circule jusqu’au sommet de l’Église, puisqu’il est adressé pour finir au pape. Il y a donc bien ici interchangeabilité des correspondants. À travers tous ses opuscula et dans toutes ses lettres, Pierre bâtit une œuvre unique. Il en est parfaitement conscient. Ainsi, lorsqu’il recopie dans la Vita un passage de la lettre qu’il avait adressée à la comtesse Blanche, il l’introduit par la formule suivante : « Et dans une lettre que nous avons adressée à la comtesse Blanche, on peut voir que nous avons placé ce qui suit »56. Cette incise montre que Pierre ne tient pas à dissimuler ses auto-citations. Cependant deux lignes plus loin, au sein même du passage tiré de la lettre à Blanche, il recopie textuellement la phrase suivante qui introduit un développement relatif aux flagellations de Dominique :

  • 57 Ep. 109, Kurt Reindel (éd.), III, p. 214, l. 3-4 : Sed quia de illo in aliis nostris opusculis iam (...)

Mais comme nous avons déjà dit beaucoup de choses sur lui dans nos autres opuscules, rapportons maintenant ce qu’il nous a raconté en venant nous trouver il n’y a pas même six jours57.

19Cette mention qui figurait dans la lettre à la comtesse Blanche est reprise dans la Vita qui est envoyée au pape mais en réalité elle n’a plus guère de sens, puisque tous les passages contenus dans les autres opuscula ont été rassemblés dans celle-ci. Si Pierre n’a pas jugé bon d’enlever cette phrase, c’est sans doute parce qu’il a ordonné à un scribe scrupuleux de recopier ce passage, mais c’est aussi peut-être parce qu’il ne lui déplaisait pas de rappeler que Dominique était présent en différentes parties de son œuvre, c’est à dire en différents chapitres de son grand livre épistolaire. Tout lecteur était ainsi invité à lire des lettres qui ne lui avaient pas été adressées.

  • 58 Owen J. Blum, Letters, 1 : « a loosely structured Summa in epistolary form », p. 17, ainsi que Kurt (...)

20Dans l’introduction qui précède sa traduction des lettres de Pierre Damien, Owen J. Blum écrit que celui-ci a construit « une summa librement composée sous une forme épistolaire »58. La formule est saisissante et elle nous semble juste. Pierre aborde en effet les sujets les plus divers : possibilité de revenir au monde après avoir pris l’habit monastique, description de la vie dans l’ermitage, éloge de la pauvreté, mépris des biens temporels, condamnation de l’ignorance et de la négligence des clercs, éloge des chanoines réguliers qui renoncent aux biens propres, condamnation de la simonie, réflexions sur la validité des sacrements, difficultés exégétiques, interprétation symbolique du bestiaire, traité sur la toute-puissance de Dieu, condamnation de la sodomie, réflexions sur la brièveté de la vie vue à travers celle des papes, considérations liturgiques sur les vigiles, éloge du silence etc. Le rapprochement avec les sommes de l’époque scolastique n’est pas dénué de fondement, mais il n’est pas non plus totalement satisfaisant. En effet, les sommes obéissent à une logique théologique alors que Pierre Damien, s’il écrit bien des opuscules de nature théologique, poursuit un autre objectif : c’est le désir d’exposer ce que doit être une vie authentiquement chrétienne qui cimente l’ensemble de ses lettres. La société entière est concernée car elle doit regarder vers l’ermitage, qui offre un modèle de renoncement au monde en même temps qu’un idéal de comportement fait de pratiques à la portée de tous : pénitence, silence, prière, flagellation etc. Plus qu’une volonté de déchiffrer le monde, les lettres exposent un projet de réforme de la société chrétienne, de l’Église comme institution et comme communauté des fidèles.

21La correspondance médiévale ne favorise pas la spontanéité. Cette remarque vaut aussi pour Pierre Damien. Ses lettres n’en sont pas moins remplies de précisions autobiographiques qui vont souvent bien au-delà des simples éléments factuels. Ce point mériterait une étude exhaustive. La clé de cette apparente contradiction se trouve peut-être dans la précision suivante, donnée par Pierre lui-même dans la lettre où il demande à Théodose de Sinigallia et à Rodolphe de Gubbio de gérer l’édition de son corpus épistolaire :

  • 59 Noverit sanctitas vestra, dilectissimi mihi patres et domini, quia praesumpsi quaedam opuscula scri (...)

Très aimés pères et seigneurs, votre sainteté doit savoir que j’ai eu l’audace d’écrire un certain nombre d’opuscules, non pour ajouter quoi que ce soit aux lois de l’Église, ce qui eût été téméraire, mais essentiellement parce que sans exercice je ne supportais pas l’ennui d’un loisir sans objet et d’une cellule éloignée de tout ; ainsi, moi qui n’avais pas appris à suer utilement par le travail manuel, je contiendrais par le fouet de la méditation un cœur inconstant et lascif, et j’évacuerais plus facilement le vacarme des pensées agressives et le risque de l’acédie rampante59.

  • 60 Monachus non doctoris habet, sed plangentis officium : Saint Jérôme, Adversus Vigilantium, 15, dans (...)

22L’écriture épistolaire joue donc pour Pierre un rôle de substitut au travail manuel, pour lequel il se déclare incompétent ; elle permet d’éviter l’acédie, que l’on peut caractériser sommairement comme une forme de dépression propre au mode de vie monastique. En d’autres termes, écrire est une ascèse, et c’est précisément parce que l’ascèse est un effort individuel que Pierre apparaît autant dans sa correspondance. La fonction du moine n’est pas d’enseigner mais de « pleurer », avait écrit saint Jérôme60 : cette dimension classique de la spiritualité monastique n’épuise pas le sens de son entreprise épistolaire, mais elle contribue à l’expliquer.

23Quoi qu’il en soit, l’immense correspondance de Pierre Damien est un exemple précoce et incomparable à son époque de circulation d’une parole silencieuse, qui a pour but de poser les ciments spirituels d’une société chrétienne rénovée depuis l’ermitage. Expression prioritaire d’un magistère ascétique, elle n’appelle pas nécessairement la réciprocité.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 On peut le rapprocher du corpus épistolaire anselmien, plus tardif d’une bonne génération. Pour un panorama général voir Carl Erdmann, Studien zur Briefliteratur Deutschlands im elften Jahrhundert, Leipzig, K.W. Hiersemann (Schriften des Reichsinstitut für ältere deutsche Geschichtskunde, 1), 1938, p. 1-15 ; Giles Constable, Letters and Letter-Collections, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 17), 1976, p. 31-38 ; Giles Constable, « Introduction », dans The Letters of Peter the Venerable, Cambridge Massachussetts-Londres, Harvard University Press (Harvard Historical Studies, 78), 1967 ; Giles Constable, « Letter-Collection in the Middle Ages », dans Tanja Broser, Andreas Fischer, Matthias Thunser (éd.), Kuriale Briefkultur im späteren Mittelater. Gestaltung-Überlieferung-Rezeption, Vienne-Cologne-Weimar, 2015, p. 35-51. La bibliographie consacrée à Pierre Damien est gigantesque : elle a été recueillie par Ugo Facchini, Bibliografia di Pier Damiani, Rome, Città Nuova (Opere di Pier Damiani. Complementi, 1), 2007. Une nouvelle édition est prévue.

2 Kurt Reindel, Die Briefe des Petrus Damiani, Munich, Monumenta Germaniae historica (Die Briefe der deutschen Kaiserzeit, IV, 1-4), 1983-1993. À compléter pour la tradition manuscrite par Kurt Reindel, « Studien zur Überlieferung der Werke des Petrus Damiani », 1, dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 15, 1959, p. 23-102 ; Kurt Reindel, « Studien zur Überlieferung der Werke des Petrus Damiani », 2, dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 16, 1960, p. 73-154 ; Kurt Reindel, « Studien zur Überlieferung der Werke des Petrus Damiani », 3, dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 18, 1962, p. 317-417. On se reportera aussi à l’édition italienne des lettres, qui reprend le texte de l’édition de Reindel en l’accompagnant d’une traduction et de commentaires (6 volumes pour le moment, jusqu’à la lettre 150), et à la traduction anglaise (achevée, avec notes et commentaires mais sans le texte latin) : Opere di Pier Damiani. Lettere, 6 vols., Nicolangelo D’Acunto, Lorenzo Saraceno (dir.), Rome, Città Nuova (Opere di Pier Damiani, I/1-I/6), 2000-2018 ; Letters of Peter Damian, translated by Owen J. Blum, O. F. M., 7 vols., Washington D.C., Catholic University of America Press (The Fathers of the Church, Mediaeval Continuation), 1989-2005, (avec Irven M. Resnick à partir du tome 5).

3 Sur la présence des lettres de Pierre Damien dans les incunables, voir Fridolin Dressler, Petrus Damiani. Leben und Werk, Rome, Pontificio Ateneo S. Anselmo (Studia Anselmiana, 34), 1954, p. 227-233. Les références précises aux éditions de Lippomanus, de Marguerin de la Bigne et de Baronius se trouvent dans Kurt Reindel, Studien, 1, p. 25-40, avec des tableaux de concordance qui permettent d’établir la liste des textes publiés et, lorsque cela est possible, d’identifier les manuscrits utilisés.

4 Voir Kurt Reindel, Studien, 1, p. 41-47, ainsi que Dante Balboni, « L’abate Costantino Gaetani (1568-1650) editore delle opere di S. Pier Damiani (1606-1640) », dans Ascetica cristiana e ascetica giansenista e quietista nelle regioni di influenza avellanita. Atti del I Convegno del Centro di Studi Avellaniti, Fonte Avellana, 1977, p. 111-125.

5 Beati Petri Damiani monachi ordinis sancti Benedicti operum tomus […], Rome, 1606-1640 ; PL 144-145.

6 La correspondance de Pierre n’est cependant guère prise en compte dans le livre de L. Ott, Untersuchungen zur theologischen Briefliteratur der Frühscholastik, Münster, Aschendorff Verlag, 1937.

7 Nicolangelo D’Acunto, « Introduzione generale », dans Opere di Pier Damiani. Lettere, 1, Rome, Citta Nuova, 2000-2011, p. 44-158, ici p. 63-72.

8 Kurt Reindel, Studien, 1, p. 54-55 ; Jean Leclercq, Saint Pierre Damien, ermite et homme d’Église, Rome, edizioni di Storia e letteratura (Uomini e dottrine, 8), 1960, p. 155 ; Nicolangelo D’Acunto, « Introduzione generale », dans Opere di Pier Damiani. Lettere, 1, Rome, Citta Nuova, 2000-2011, p. 90-96.

9 Peter Damian. Letters, translated by Owen J. Blum, O. F. M., 7 vols., Washington D.C., Catholic University of America Press (The Fathers of the Church, Mediaeval Continuation), 1989-2005, ici vol. 1, p. 15.

10 On a cependant quelques exemplaires de sa « signature » : Kurt Reindel, « Die Handschriften der Werke des Petrus Damiani », dans San Pier Damiani. Atti del convegno di studi nel IX centenario della morte, Faenza, 1973, p. 93-113, ici p. 94-95, et la liste des souscriptions de Pierre Damien dans Nicolangelo D’Acunto, « Introduzione generale », dans Opere di Pier Damiani. Lettere, 1, Rome, Citta Nuova, 2000-2011, p. 91.

11 Ep. 31, Kurt Reindel (éd.), I, p. 284-330 ; lettre de Léon IX, p. 285-286. Voir la traduction française de J.F. Cottier dans Pierre Damien, Le Livre de Gomorrhe, Paris, Éditions du Cerf, 2021.

12 Peter Damian. Letters, translated by Owen J. Blum, O. F. M., 7 vols, Washington D.C., Catholic University of America Press (The Fathers of the Church, Mediaeval Continuation), 1989-2005, ici vol. 1, p. 16.

13 Biblioteca Apostolica Vaticana : Vat. Lat. 4930, originaire de Fonte Avellana ; Vat. lat. 3797, originaire de Fonte Avellana ; Vat. Urb. Lat. 503, originaire de Fonte Avellana ; Vat. Lat. 4920, originaire de Fonte Avellana ; Monte Cassino, Biblioteca dell’abbazia, Casinensis 358 ; Casinensis 359.

14 En 1059 sans doute, Pierre Damien a d’abord chargé les évêques Théodose de Sinigallia et Rodolphe de Gubbio (auquel il consacrera plus tard une Vita) de réviser sa correspondance (ep. 62, Kurt Reindel (éd.), II, p. 219-220). Vers 1064, il en charge un groupe composé des abbés Gebizo, Tebaldus et de Jean de Lodi (ep. 116, Kurt Reindel (éd.), III, p. 316) ; Kurt Reindel, Studien, 1, p.63-64 ; Nicolangelo D’Acunto, « Introduzione generale », dans Opere di Pier Damiani. Lettere, 1, Rome, Citta Nuova, 2000-2011, p. 94.

15 Peter Damian. Letters, translated by Owen J. Blum, O. F. M., 7 vols., Washington D.C., Catholic University of America Press (The Fathers of the Church, Mediaeval Continuation), 1989-2005, ici vol. 1, p. 16. Le Vat. Lat. 4930 est de la main de Jean de Lodi. On retrouve en partie celle-ci dans le Vat. Urb. Lat. 503. Sur Jean de Lodi, Giovanni Lucchesi, Giovanni da Lodi “Il discepolo”, dans San Pier Damiano nel IX centenario della morte (1072-1972), IV, Cesena, 1978, p. 7-66.

16 Giles Constable, Letters and Letter-Collections, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 17), 1976, p. 11 et la suite. Ici page 11 et suivante  : « Whereas intimacy, spontaneity, and privacy are now considered the essence of the epistolary genre, in the Middle Ages letters were for the most part self-conscious, quasi-public literary documents, often written with an eye to future collection and publication ».

17 Jean Leclercq, Saint Pierre Damien, ermite et homme d’Église, Rome, edizioni di Storia e letteratura (Uomini e dottrine, 8), 1960, p. 153, et « Les lettres familières d’un moine du Bec », dans Analecta monastica, II, Rome, Herder (Studia anselmiana, 31), 1953, p. 141-173, ici p. 145-150.

18 Voir les références recueillies par James J. Murphy, Medieval Rhetoric: A Select Bibliography, Toronto, University of Toronto Press (Toronto Medieval Bibliographies, 3), 1971, p. 55-70, et récemment la perspective historiographique et les références données par Anne-Marie Turcan-Verkerk, « L’art épistolaire au xiie siècle : naissance et développement de l’ars dictaminis (1080-1180) », dans Annuaire de l’École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences historiques et philologiques, 140, 2009, p. 155-158. Recherches récentes : Benoit Grévin, Anne-Marie Turcan-Verkerk (éd.), Le dictamen dans tous ses états. Perspectives de recherche sur la théorie et la pratique de l’ars dictaminis (xie-xve siècles), Turnhout, Brepols (Bibliothèque d'histoire culturelle du Moyen Âge, 16), 2015.

19 Sur Albéric du Mont-Cassin comme initiateur de l’ars dictaminis médiéval, voir James J. Murphy, « Alberic of Monte Cassino: Father of the Medieval ars dictaminis », The American Benedictine Review, 22 , 1971, p. 129-146, et surtout Franz Josef Worstbrock, « Die Anfänge der mittelalterlichen Ars dictandi », Frühmittelalterliche Studien, 23, 1989, p. 1-42, spécialement p. 28-29.

20 Anselmo Lentini, « Alberico di Monte Cassino nel quadro della Riforma gregoriana », Studi Gregoriani, 4, 1952, p. 55-109, ici p. 63-64 ; Owen J. Blum, « Alberic of Monte Cassino and a Letter of Saint Peter Damian to Hildebrand », Studi Gregoriani, 5, 1956, p. 291-298.

21 Fridolin Dressler, Petrus Damiani. Leben und Werk, Rome, Pontificio Ateneo S. Anselmo (Studia Anselmiana, 34), 1954, p. 190 ; Kurt Reindel, « Petrus Damiani und seine Korrespondenten », Studi Gregoriani, 10, 1975, p. 203-219, ici p. 210 ; Paul Oscar Kristeller, Renaissance Philosophy and the Mediaeval Tradition, Latrobe, Archabbey Press, 1966, p. 89 (même remarque à propos d’une lettre adressée par Gunzo de Novare aux moines de Reichenau en 965) ; Giles Constable, Letters and Letter-Collections, Turnhout, Brepols (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 17), 1976, p. 31.

22 Nicolangelo D’Acunto, « Introduzione generale », dans Opere di Pier Damiani. Lettere, 1, Rome, Citta Nuova, 2000-2011, p. 48.

23 Verum nos dum aedificationis fraternae studio ardenter insistimus, modum epistolae supergressi sumus, ideoque etiam titulos contra morem epistolae singulis quibusque periodis congruenter affiximus, ne laciniosi stili satietatem lectoris animo gignere videremur, ep. 44, Kurt Reindel (éd.), II, p. 3.

24 Voir William D. Patt, « The Early “Ars Dictaminis” as Response to a Changing Society », Viator, 9, 1978, p. 133-155, ici p. 145. Pour Hildebert de Lavardin, voir Peter Von Moos, Hildebert von Lavardin, 1056-1133, Stuttgart, Anton Hiersemann (Pariser historische Studien, 3), 1965, p. 77 et suivante ; pour Pierre le Vénérable et saint Bernard, Giles Constable, The letters of Peter the Venerable, I, Cambridge-Massachusetts, 1967, p. 32 et 35.

25 Qui si vult, ut sibi quoque aliquid scribam, scribendo praecipiat, ep. 114, Kurt Reindel (éd.), III, p. 306 (à propos de l’abbé Adrald de Breme, dans le Piémont).

26 Lodewijk J. Engels, « Aspekte der Anwendung von exempla bei Petrus Damiani », dans Willem J. Aerts, Martin Gosman (dir.), Exemplum et Similitudo. Alexander the Great and Other Heroes as Points of Reference in Medieval Literature, Groningen, E. Forsten (Mediaevalia Groningana, 8), 1988, p. 19-53, et surtout Stefano Mula, « Les exempla de Pierre Damien et leur diffusion aux xiie et xiiie siècles », dans Marie Anne Polo de Beaulieu, Jacques Berlioz, Pascal Collomb (éd.), Le Tonnerre des exemples. Exempla et médiation culturelle dans l’Occident médiéval, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 161-174. On trouvera plusieurs études sur cette question, dont une de Stefano Mula, dans les actes d’un colloque à paraître : Marie Anne Polo de Beaulieu, Patrick Henriet (dir.), Pierre Damien et les exempla. Stratégie auctoriale et réception.

27 Voir le catalogue dressé par Elise Haddad dans Pierre Damien et les exempla, à paraître.

28 Stefano Mula, « Les exempla de Pierre Damien et leur diffusion aux xiie et xiiie siècles », dans Marie Anne Polo de Beaulieu, Jacques Berlioz, Pascal Collomb (éd.), Le Tonnerre des exemples. Exempla et médiation culturelle dans l’Occident médiéval, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 161-174 : les exempla proviennent d’une douzaine de lettres. Le manuscrit le plus complet est originaire de Saint-Victor (Paris, BnF, ms. lat. 14657).

29 Isabelle Rosé, « Les Collationes d’Odon de Cluny († 942). Un premier recueil d’exempla rédigé en milieu « clunisien » ? », dans Marie Anne Polo de Beaulieu, Jacques Berlioz, Pascal Collomb (éd.), Le Tonnerre des exemples. Exempla et médiation culturelle dans l’Occident médiéval, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 145-159.

30 Ep. 65, Kurt Reindel (éd.), II, p. 228-247 (sermon p. 232-236) : Ut autem ad compendium veniam, ascendi pulpitum, ac sedato vix populo huiusmodi sum verbis exorsus… Sur cette mission, voir Pietro Palazzini, « La missione milanese di San Pier Damiani e il Privilegium S. R. Ecclesiae », dans Atti e memorie della Deputazione di storia patria per le Marche, VIII, 7 (1971-1973), p. 171-195.

31 His itaque rationibus de praerogativa et principatu sedis apostolicae redditis populus omnino benivolus redditur, et executurum se, quicquid iniungerem, unanimiter pollicetur, ep. 65, Kurt Reindel (éd.), II, p. 236.

32 Il s’agit des lettres 49 et 160 à Hildebrand (ep. 87, Kurt Reindel (éd.), II, p. 505.d. et II, p. 62-77 et IV, p. 100-134). Voir Patricia Ranft, The Theology of Work. Peter Damian and the Medieval Religious Renewal Movement, New York, Palgrave, 2006, qui note p. 91 : « Because of the medieval customs of reading letters aloud in communal settings and of circulating the written form of sermons, it is often difficult to see where one form of communication stops and the other begins ». Dans le cas des deux lettres mentionnées, la remarque nous semble plus justifiée pour la 49, théoriquement adressée à Hildebrand (ou, selon les manuscrits, au cardinal Étienne de Saint-Chrysogone, à Alfanus, archevêque de Salerne et encore à Didier du Mont-Cassin : voir note 45 Pierre s’y adresse à des fratres carissimi. Sur le rapport lettres/sermons, voir aussi Jean Leclercq, Saint Pierre Damien, ermite et homme d’Église, Rome, edizioni di Storia e letteratura (Uomini e dottrine, 8), 1960, p. 163 : « Il n’y a cependant point de grande différence entre le style de ces deux genres d’écrits : si les épîtres étaient dictées, par conséquent déclamées à haute voix avant d'être mises par écrit, les sermons sont rédigés, mais non prononcés devant une assistance. Dans les deux cas, il s'agit d'une rhétorique écrite ».

33 […] quia illi duntaxat idonei sunt ad praedicationis officium, qui nullum terrenae facultatis possident lucrum, et dum aliquid singulare non habent, communiter omnia possident, ep. 98, Kurt Reindel (éd.), III, p. 96.

34 Sed forte dicas : Multos lucrifacerem, si gracia praedicacionis affluerem, si copiam scienciae litteralis haberem. Et ego respondeo, quoniam et Eleazarus multos potuisset ab ydololatria revocare, si viveret, et Machabei et innumerabiles Christi martyres plurimos ad agonem fidei firmare potuissent, si persecucionis illatae differre supplicia decrevissent. Sed quoniam ad penarum perferenda tormenta efficacius edificaverunt martyrizando quam praedicando, postponentes verbum reliquere sequentibus imitacionis exemplum, ep. 117, Kurt Reindel (éd.), III, p. 319.

35 Micol Long, « La lettre “substitut de la personne” au xie siècle. Pierre Damien, Baudri de Bourgueil et les autres », dans Thomas Deswarte, Klaus Herbers et Hélène Sirantoine (éd.), Écriture et genre épistolaires : ive-xie siècle, 1, Madrid, Casa de Velázquez, 165, 2018, p. 181-188, dont je m’inspire dans les lignes qui suivent.

36 Redditas michi sanctitatis vestrae litteras, discolo quodam deferente presbytero, laetus arripui, osculatus explicui, celeri sub aviditate perlegi, ep. 96, Kurt Reindel (éd.), III, p. 90.

37 Mellifluam vestrae sanctitatis epistolam, quanta cordis aviditate susceperim, perseverantia probat. Eam quippe cohabitatricem michi in cellulam iugiter teneo, cum ea sepe confabulor, in ea interioris hominis vestri speciem ac veri vultus imaginem manifeste contemplor, ep. 87, Kurt Reindel (éd.), II, p. 505.

38 Pierre Damien : cum ea sepe confabulor (ep. 87, Kurt Reindel (éd.), II, p. 505.) ; Jérôme : Nunc cum vestris litteris fabulor, illas amplexor, illae mecum loquuntur, Jérôme. Lettres, I, Jérôme Labourt (éd.), Paris, 1982 (2èmetirage), § 2, p. 21. Cette source probable de Pierre Damien n’est pas relevée par Kurt Reindel (éd.), mais la phrase a sans doute été mise à profit aussi bien pour cette lettre que pour la 96 (osculatus explicui / illas amplexor). Voir en revanche Micol Long, « La lettre « substitut de la personne » au xie siècle. Pierre Damien, Baudri de Bourgueil et les autres », dans Thomas Deswarte, Klaus Herbers et Hélène Sirantoine (éd.), Écriture et genre épistolaires : ive-xie siècle, 1, Madrid, Casa de Velázquez, 2018, p. 185, note 32.

39 Jean Leclercq, Saint Pierre Damien, ermite et homme d’Église, Rome, edizioni di Storia e letteratura (Uomini e dottrine, 8), 1960, p. 93.

40 L’expression est de dom Jean Leclercq, Saint Pierre Damien, ermite et homme d’Église, Rome, edizioni di Storia e letteratura (Uomini e dottrine, 8), 1960, p. 127.

41 Ubi scilicet est thesaurus meus, ibi et cor meum. Thesaurus enim meus proculdubio Christus est, quem quia reconditum in erario tui pectoris non ignoro, thesauri caelestis exedram <te> deputo, ideoque prorsus a te quocumque verteris non recedo, ep. 149, Kurt Reindel (éd.), III, p. 547. La citation de Mathieu, 6, 21 (Ubi enim est thesaurus tuus, ibi est et cor tuum), a été adaptée. Cité par Jean Leclercq, Saint Pierre Damien, ermite et homme d’Église, Rome, edizioni di Storia e letteratura (Uomini e dottrine, 8), 1960, p. 130 (avec une traduction plutôt libre). J’ai traduit sans tenir compte du te, qui ne figure pas dans le manuscrit et qui est une conjecture de dom Wilmart reprise par Kurt Reindel. Cette lettre magnifique ne figure pas dans l’édition de Gaetani car elle ne fut découverte par Wilmart qu’en 1932 : André Wilmart, « Une lettre de S. Pierre Damien à l’impératrice Agnès », Revue Bénédictine, 44, 1932, p. 125-146.

42 Voir ainsi que pour les exemples qui suivent, Kurt Reindel (éd.), Studien, I, p. 60-61.

43 Ep. 107, Kurt Reindel (éd.), III, p. 185-188, reprenant ep. 99, Kurt Reindel (éd.), III, p. 97-100.

44 Au moine Adam : ep. 92, Kurt Reindel (éd.), III, p. 14-26. À sa sœur : ep. 93, Kurt Reindel (éd.), III, p. 26-30.

45 Ep. 49, Kurt Reindel (éd.), II, p. 62-77. Voir M. Della Santa, « Il sabato giudaico nell’interpretazione di S. Pier Damiano », dans Vita monastica, 10, 1956, p. 68-73.

46 Ep. 160, Kurt Reindel (éd.), IV, p. 100-134.

47 Notons aussi l’existence de la lettre 76, adressée à Dominique et aux frères de Suavicino. Sur Dominique l’encuirassé, dont la Vita est transmise dans la même lettre que celle de Rodolphe de Gubbio, voir Umberto Longo, Come angeli in terra. Pier Damiani, la santità e la riforma del seccolo XI, Rome, Viella (sacro/santo, n.s. 19), 2012, p. 149-233.

48 Ep. 44, Kurt Reindel (éd.), II, p. 21, l.4-p. 22, l. 17 = Ep. 109, Kurt Reindel (éd.), III, p. 210, l. 11-p. 212, l. 3.

49 Ep. 50, Kurt Reindel (éd.), II, p. 102, l.17-p. 103, l. 7 = Ep. 109, Kurt Reindel (éd.), III, p. 213, l. 16-23.

50 Ep. 109, Kurt Reindel (éd.), III, p. 215, l. 13-25.

51 Ep. 66, Kurt Reindel (éd.), II, p. 275, l. 1-p. 276, l. 22 = Ep. 109, Kurt Reindel (éd.), III, p. 213, l. 24-p. 215, l. 8.

52 Ep. 111, Kurt Reindel (éd.), III, p. 256 : Sed qui talia quaerit audire, curet opuscula nostra percurrere.

53 Ces récits ont pour but de pousser les lecteurs à l’imitation, mais peut-être pas à une imitation totale : voir les données du problème dans Umberto Longo, Come angeli in terra. Pier Damiani, la santità e la riforma del seccolo XI, Rome, Viella (sacro/santo, n.s. 19), 2012, p. 168-177.

54 Sur les destinataires des lettres de Pierre Damien, Kurt Reindel, « Petrus Damiani und seine Korrespondenten ».

55 Voir ep. 161, Kurt Reindel (éd.), IV, p. 135, l. 12 ; Kurt Reindel (éd.), p. 136, l. 10.

56 Ep. 109, Kurt Reindel (éd.), III, p. 213, l. 24-25 : in epistola quoque, quam Blancae comitissae direximus, haec nos indidisse videmus.

57 Ep. 109, Kurt Reindel (éd.), III, p. 214, l. 3-4 : Sed quia de illo in aliis nostris opusculis iam plura digessimus, nunc quod vix ante sex dies ad nos veniens retulit proferamus.

58 Owen J. Blum, Letters, 1 : « a loosely structured Summa in epistolary form », p. 17, ainsi que Kurt Reindel, « Petrus Damiani und seine Korrespondenten », p. 217-219.

59 Noverit sanctitas vestra, dilectissimi mihi patres et domini, quia praesumpsi quaedam opuscula scribere, non tam videlicet, ut legivis aecclesiasticis, quod temerarium fuerat, aliquid adderem, quam ob hoc praecipue, quia sine quolibet exercitio inertis ocii et remotioris cellulae tedia non perferrem, ut qui operibus manuum utiliter insudare non noveram, cor vagum atque lascivum quodam meditationis loro restringerem, sicque cogitationum ingruentium strepitum atque accidiae obrepentis instantiam facilius propulsarem, ep. 62, Kurt Reindel (éd.), II, p. 219.

60 Monachus non doctoris habet, sed plangentis officium : Saint Jérôme, Adversus Vigilantium, 15, dans J.-L. Feiertag (éd.), Sancti Hieronymi presbyteri opera, III/5, Turnhout, Brepols (CCSL, 79C), 2005, p. 28, l. 14. Sur la fortune de cette phrase dans les controverses du xiie siècle relatives à l’enseignement monastique, voir Th. Kouamé, « Monachus non doctoris, sed plangentis habet officium. L’autorité de Jérôme dans le débat sur l’enseignement des moines aux xie et xiie siècles », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 18, 2009, p. 9-38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Henriet, « Pierre Damien et l’illusion de la conversation épistolaire »L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 25 | 2022, mis en ligne le 28 octobre 2022, consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/acrh/26195 ; DOI : https://doi.org/10.4000/acrh.26195

Haut de page

Auteur

Patrick Henriet

L’auteur est directeur d’études à l’École Pratique des Hautes études (Hagiographie, idéologies cléricales et pratiques sociales au Moyen Âge). Il est spécialiste du monde monastique et plus particulièrement des milieux érémitiques en France, en Italie et en Péninsule Ibérique. Il a publié près de deux-cents articles ainsi que La parole et la prière au Moyen Âge, Bruxelles, 2000, et Valère de Bierzo. Écrits autobiographiques et Visions de l’au-delà. Édition, traduction et commentaire (direction), Paris, 2001. Il prépare des œuvres hagiographiques de Pierre Damien (†1072) aux Sources chrétiennes.
The author is “directeur d’études” at the École Pratique des Hautes études (Hagiography, clerical idéologies and social pratices in the Middle Ages). He is a spécialist of the monastic world and more particularly of the eremetic circles in France, Italie and the Ibérian Péninsula. He has published nearly two hundred articles, as well as La parole et la prière au Moyen Âge, Brussels, 2000, and Valère de Bierzo. Écrits autobiographiques et Visions de l’au-delà. Édition, traduction et commentaire (coordination), Paris, 2001. He is preparing the edition of the hagiographic works of Peter Damien (†1072) for the collection “Sources chrétiennes”.
Patrick Henriet es « directeur d’études » en la École Pratique des Hautes Études (« Hagiografía, ideologías clericales y prácticas sociales en la Edad Media »). Es especialista del mundo monástico y más concretamente de los ambientes eremíticos en Francia, Italia y en la Península Ibérica. Ha publicado cerca de doscientos artículos, y ademas La parole et la prière au Moyen Âge, Bruselas, 2000, y Valère du Bierzo. Écrits autobiographiques et Visions de l’au-delà. Édition, traduction et commentaire (dirección), Paris, 2021. Está preparando la edición de las obras hagiográficas de Pedro Damián († 1072) para la colección « Sources chrétiennes »

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search