Navigation – Plan du site

AccueilL’Atelier du CRH25Circulation et contrôle de la par...

Circulation et contrôle de la parole dans les couvents dominicains (XIIIe-XIVe siècle)

Circulation and Control of Speech in Dominican Convents (13th-14th Century)
Circulación y control de la palabra en los conventos dominicanos (siglos XIII-XIV)
Marie Anne Polo de Beaulieu

Résumés

Pour comprendre la genèse et l’application d’un usage idéal dominicain des pratiques langagières, il importe de le replacer dans un contexte paradoxal entre vie active (promouvant une parole exemplaire et efficace) et vie contemplative (valorisant le silence). Héritiers de la tradition monastique de la garde de la langue et acteurs d’un essor sans précédent de la prédication au peuple, les Dominicains doivent devenir les « nouveaux maîtres de la parole », tout en se gardant des péchés de langue, particulièrement étudiés au xiiie siècle. Ils se donnent comme modèles d’éloquence saint Dominique mais aussi les premiers frères de leur ordre, tout en promulguant une règlementation stricte de la parole à l’intérieur de la communauté qui circule de manière plus verticale qu’horizontale. On verra que des paroles provenant de l’extérieur de la clôture pénètrent dans les couvents, via la mise à l’écrit de sources orales dans les recueils d’exempla et via des échanges de lettres chez certaines moniales dominicaines

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans (...)
  • 2 Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans (...)
  • 3 Saint Benoît, Regula, VI, De taciturnitate, SC 181, p. 470-472 ; voir également, Regula, VII, De hu (...)
  • 4 Pierre de Celle, De Disciplina claustrali : verbum otiosum, vanum, dolosum mendax, malum, scismatic (...)
  • 5 Sancti Bernardi Opera, dans Jean Leclercq, Henri M. Rochais, Charles Holwell Talbot (éd.), Sermo XV (...)
  • 6 Le septénaire traditionnel fait de l’orgueil la mère de tous les vices, qui sont l’envie, la colère (...)
  • 7 Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans (...)
  • 8 De peccato linguae : Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Les péchés de la langue. Discipline et éthi (...)

1L’ordre des « Prêcheurs » se donne comme mission d’agir dans le monde par la parole de prédication qu’il ne cesse de faire circuler, en un temps (le xiiie siècle) qui a été désigné par Jacques Le Goff comme « le siècle de la parole », marqué par une intense réflexion sur les péchés de langue particulièrement entre 1180 et 12501. Elle s’inscrit dans la garde de la bouche (custodia oris) d’origine monastique (discipline de la parole) : « La culture monastique élabore une série de listes de paroles pécheresses qui doivent être expulsées, dans tous les cas, de l’espace protégé du monastère2. » La Règle de saint Benoît dans son chapitre sur le silence mais également à diverses reprises propose une discipline de la langue3. Cette volonté de lutter contre les péchés de la langue remonte également aux traités de Pierre Damien († 1072) De vicio linguae et de Pierre de Celle († 1182) De Disciplina claustrali dont le dernier énumère les déviances de la parole : parole oiseuse, vaine, menteuse, mauvaise, schismatique, hérétique, de révolte et de blasphème4. Il convient de prendre également en compte le sermon de Bernard de Clairvaux, De la triple garde de la main, de la langue et du cœur (De triplici custodia manus, linguae, cordis) évoquant une langue dissolue qui profère des paroles futiles, une langue impudique des paroles lascives, une langue grandiloquente des paroles arrogantes, une langue trompeuse des mensonges et des flatteries et enfin une langue médisante, des injures et des diffamations5. Autant de listes de péchés de la langue qui ne sont pas sans rappeler celles évoquées plus tard par les règlementations dominicaines. En 1250, le Dominicain Guillaume Pérault fait des péchés de la langue un huitième vice ajouté au septénaire traditionnel6. Son ouvrage sur les vices et les vertus eut une grande influence dans l’ordre et en dehors7. On en retrouve la marque dans le chapitre consacré au péché de la langue (De peccato linguae) du traité d’Étienne de Bourbon, placé sous le don de force8.

  • 9 Jean-Claude Schmitt, « Au xiiie siècle, une parole nouvelle », en collaboration avec Jacques Le Gof (...)
  • 10 Le Libellus de Jourdain de Saxe est disposé en deux distinctiones qui recoupent ces deux aspects de (...)
  • 11 Carolyn Bynum, Jesus as Mother, Berkeley, University of California Press (Studies in the Spirituali (...)

2Tout en se faisant les promoteurs d’« une parole nouvelle9 », les Dominicains cherchent également à embrasser une vie de perfection dont le modèle a été depuis des siècles fourni par les communautés monastiques ou canoniales. Leur fondateur Dominique a lui-même fait l’expérience de la vie régulière dans le chapitre cathédral d’Osma (Espagne, Castille-Léon) avant de fonder son ordre. La vie des frères Prêcheurs garde donc l’orientation communautaire des chanoines réguliers unissant vie active et vie contemplative10. Leur action dans le monde, par ailleurs, prolonge la tradition canoniale de produire une éducation par la parole et par l’exemple, verbo et exemplo11. À cela s’ajoute l’idéal apostolique auquel ils s’attachent tout comme les Franciscains (pauvreté, itinérance, proclamation du message évangélique).

3L’articulation qui doit être réalisée entre l’engagement dans le monde – dans l’Église militante (Ecclesia militans) – et la quête de vie parfaite soutenue par les pratiques communautaires dans les couvents est au cœur de leur expérience de vie, ce qui justifie pleinement de s’interroger sur la manière dont cette expérience est façonnée et vécue. Il y a sans aucun doute des points communs avec l’expérience cistercienne : les chercheurs ont souligné combien les Cisterciens avaient influencé les frères. Dominique lui-même est très lié aux Cisterciens qu’il fréquente pendant ses voyages. Mais on ne doit pas négliger la singularité des Prêcheurs. Et pour en prendre la mesure, il est possible et éclairant de remonter aux sources règlementaires et narratives qui construisent chacune à leur manière un usage idéal dominicain des pratiques langagières.

  • 12 Hervé Martin, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge 1350-1520, Paris, Éditions du Cerf, 19 (...)
  • 13 Nicole Bériou, L’avènement des maîtres de la Parole. La prédication à Paris au xiiie siècle, Paris, (...)
  • 14 Inédit, Nicole Bériou, « L’éloquence. Les frères Prêcheurs et l’efficacité des mots », présenté lor (...)
  • 15 Florent Cygler, « L’originalité des Constitutions primitives dominicaines », dans Divus Thomas, vol (...)

4Hervé Martin a bien souligné à quel point les Dominicains se sont présentés comme des « professionnels de la parole12 » s’inscrivant dans la grande famille des « maîtres de la parole » décrite par Nicole Bériou13. Les occasions de prendre la parole ne manquent pas pour ces orateurs d’un nouveau type : la prédication, la confession et l’enseignement. La légitimité de ces prises de parole tient à la compétence de cet ordre spécialisé et au respect d’une éthique de la parole. Par contraste, la parole laïque est souvent infériorisée, moquée ou dévalorisée (celle des avocats et des histrions par exemple). À cette époque, le terme eloquium désigne la parole, et s’applique d’abord à la parole de Dieu, qui peut être transmise par les frères dans le cadre du sermon14. C’est dans ce cadre que les Dominicains se font le fer de lance de la prédication comme l’explique Humbert de Romans, 5e maître général de l’ordre (1254-1263), qui insiste sur la triade étude, prédication et salut des âmes (studium, praedicatio et animarum salus), placée au cœur de la vita religiosa des Dominicains. Il souligne la « prééminence de la prédication sur les autres œuvres (excellentia praedicationis super alia opera)15 ». Le silence est toutefois une pratique considérée comme supérieure, et prônée en tant que telle par les textes règlementaires et narratifs dominicains. On ne peut aborder les usages de la parole sans le prendre en compte également.

  • 16 Il nous est possible d’accéder facilement à des traductions fiables (souvent fondées sur des éditio (...)

5Les textes règlementaires dominicains régissant la discipline de la parole et de son corollaire, le silence, naissent à la croisée des injonctions présentes dans les règles de saint Augustin et de saint Benoît, et de la réflexion sur les péchés de langue. L’article sera centré sur ces textes normatifs, que nous croiserons avec des textes narratifs issus des Dominicains eux-mêmes. Ces derniers, en effet, contribuent à l’encadrement et la formation des frères et des moniales de l’ordre des frères Prêcheurs en diffusant des modèles16.

  • 17 Micol Long, Snijders Tjamke, Steven Vandreputten (éd.), Horizontal Learning in the High Middle Ages (...)

6De quelle manière circule la parole17au sein des couvents dominicains ? Tout d’abord, la parole ne peut se comprendre sans son contraire : le silence, dont la primauté s’affirme dans les sources dominicaines. Pourtant nous assistons tant au niveau des règlementations que des pratiques – que nous examinerons dans un second temps – à une valorisation de certaines « paroles » verticales. Dans un troisième temps, nous analyserons la place et le statut des échanges entre membres d’une même communauté qui passent par la prière collective, la sainte conversation et la correction fraternelle, et pour les frères seulement par l’enseignement. Nous nous interrogerons enfin sur les possibilités et les modalités des échanges entre membres de différentes communautés et de personnes de sexe différent.

Primauté du silence sur la parole

Dans les textes réglementaires

  • 18 Patrick Henriet, « Faire communauté, bâtir la société idéale. Aspects du silence dans la tradition (...)
  • 19 Règle de saint Augustin, texte intégral et commentaire de François-Marie Humann (éd.), Paris, Salva (...)

7Les Dominicains s’inscrivent pleinement dans la tradition monastique du silence, dont le rôle constitutif de l’esprit communautaire a été récemment souligné par Patrick Henriet18. Il montre que ce n’est pas seulement l’échange de paroles qui peut cimenter une communauté, le silence partagé contribue lui aussi grandement à créer ce lien fraternel. La brève Règle de saint Augustin19 fut adoptée par les communautés de chanoines réguliers et les Prémontrés dont les filiations intellectuelles et spirituelles avec les Dominicains sont attestées. Elle régit la vie des Dominicains et leur est lue une fois par semaine (chapitre 8, 2). Le silence n’y est évoqué explicitement qu’au moment des repas qui se déroulent en silence à écouter la lecture (chapitre 3, 2). Pourtant d’autres témoins textuels évoquent un silence beaucoup plus étendu. Il semblerait que les prescriptions de la Règle de saint Benoît s’appliquent dans ce domaine à la vie des frères et encore plus des moniales, notamment sous le chapitre VI sur le silence : « Le rôle du disciple est de se taire et d’écouter » ; et sous le chapitre 42 : « Les moines doivent en tout temps s’appliquer au silence, mais principalement durant les heures de la nuit ».

  • 20 Florent Cygler, « L’originalité des Constitutions primitives dominicaines », dans Divus Thomas, vol (...)
  • 21 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 22 D’après le Libellus de instructione noviciorum de Jean de Montlhéry, dans Joachim Joseph Berthier ( (...)
  • 23 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 24 Règle de saint Benoît, chapitre VI sur le Silence : « C’est au Maître, en effet, qu’il convient de (...)

8Si la règle de saint Augustin n’évoque pas le silence, les Constitutions20 des Frères prêcheurs s’emparent du sujet. Les Constitutions approuvées par les chapitres généraux, connues sous deux versions (1216-1228, puis 1236), furent ensuite restructurées par Raymond de Penyafort (1239-1241) puis par Humbert de Romans (1254-1256). Elles affinent la règle du silence monastique et prévoient des exceptions, mais conservent un accès à la parole extrêmement hiérarchisé et une parole le plus souvent verticale. Il est rappelé aux novices « qu’ils ne parlent pas dans les temps et les lieux interdits21 ». De plus, pour demander l’autorisation de parler à un frère, le novice devait s’incliner légèrement, le capuchon abaissé en signe de respect et mettre un doigt sur sa bouche22. Le prieur, lui, pouvait briser la règle du silence pour la nécessité d’un service spécifique. Aux repas, le frère le plus âgé ou le prieur pouvait parler et donner l’autorisation de parler avec lui à un frère23. On retrouve ici la prescription monastique selon laquelle « le moine doit s’abstenir de parler dès lors qu’on ne l’interroge pas24 ». Dans tous les couvents, le maître général pouvait autoriser la parole à autant de frères qu’il le souhaitait durant le repas. Le prieur conventuel possédait ce même pouvoir mais pour un frère seulement.

  • 25 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)

9L’article 17 des Constitutions est consacré au silence. Il insiste sur la nécessité de cette règle dans le cloître, le dortoir, les cellules, le réfectoire et l’oratoire. Il est cependant précisé que la punition pour manquement au silence au réfectoire peut être réitérée sept fois d’affilé avec une gradation dans les châtiments par jour ; puis est repris le décompte des occurrences de la faute jusqu’à sept, ce qui tendrait à prouver que cette faute était considérée comme vénielle et sans doute fréquente25. Selon les Constitutions, le silence peut être brisé pour la confession au chapitre des coulpes, à distinguer du chapitre conventuel réuni seulement pour les affaires importantes. Entre deux de ces chapitres conventuels, on pouvait briser le silence sept fois. La seule parole évoquée dans ces chapitres est une parole verticale : un moine interrogé ou corrigé par un supérieur ou un moine confessant ses fautes à son supérieur devant l’assemblée de ses frères.

  • 26 « Chronique » de Sainte-Agnès de Bologne, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Pa (...)
  • 27 Marie-Humbert Vicaire, Histoire de Saint Dominique, Éditions du Cerf (Cerf Histoire), 2004.

10La règle du silence s’appliquait également aux frères en mission à l’extérieur du couvent. D’après le procès de canonisation de saint Dominique, dans les dépositions recueillies à Bologne, les frères en voyage avec saint Dominique étaient tenus de rester en silence jusqu’à l’heure de tierce26. Dominique lui-même respectait scrupuleusement cette règle, cette dernière mention étant devenue un élément des articuli interrogatorii formulés à la faveur de l’enquête de canonisation27.

Position personnelle de Dominique à propos du silence

  • 28 Vitae Fratrum : traditionnellement attribuées à Géraud de Frachet (1205-1271). Si la première parti (...)

11Même si beaucoup de précautions sont à prendre devant les écrits hagiographiques, il est néanmoins possible d’approcher la position personnelle de Dominique à propos du silence dans un exemplum des Vitae Fratrum de Giraud de Frachet 28. Ce dernier voit trois nuits de suite le diable déguisé en frère prier devant un autel au-delà de l’heure autorisée. Malgré ses signes de la main lui indiquant qu’il doit regagner le dortoir, le frère ne bouge pas, si bien que la troisième nuit, Dominique va lui faire des remontrances. Le diable, ayant pris l’apparence d’un frère, se met alors à rire en lui disant : « Je t’ai fait briser ton silence. » Et Dominique de lui répondre : « Ne te réjouis pas, misérable, de ce qui ne te servira pas, parce que moi, je suis au-dessus du silence et je peux parler comme bon me semblera ». Le démon s’enfuit confus.

  • 29 Géraud de Frachet, Vitae Fratrum, « in observatione autem silencii mirabiliter erant fratres tunc t (...)
  • 30 Géraud de Frachet, Vitae Fratrum, chap. 15, p. 77-78, traduit dans les Témoignages écrits, 86 [15], (...)

12Ce récit paradoxal montre d’abord comment garder le silence en communiquant dans l’oratoire par un geste de la main. Dans un second temps, il met en scène le fondateur de l’ordre s’affranchissant de la règle du silence et l’assumant pleinement : « Moi, je suis au-dessus du silence et je peux parler comme bon me semblera ». C’est une manière de se placer au-dessus du diable qui a fondé toute sa ruse sur un respect par trop littéral des prescriptions, et de montrer qu’il est possible de les dépasser lorsque l’on a, comme un futur saint, une pleine vision de la situation. Cette posture forte de Dominique contraste avec le premier chapitre qui insiste sur l’observance par les premiers frères prêcheurs de cette règle du silence29. Elle contraste aussi avec l’exemplum suivant des Vitae Fratrum, qui montre les difficultés d’un simple frère à respecter cette règle30. L’hagiographe décrit ainsi Dominique comme un saint en devenir, ce qui lui donne autorité pour régir la discipline de vie des frères et des moniales de son ordre.

Dominique partisan d’une règle stricte du silence pour les religieuses

  • 31 Lettre aux moniales de Madrid, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditio (...)

13Dans sa Lettre aux moniales de Madrid (v. 1220-1221), Dominique insiste sur un idéal monastique fondé sur la clôture et le silence : « Je veux désormais que l’on garde le silence dans les lieux interdits à savoir le réfectoire, le dortoir et l’oratoire31[...] » On trouve la même rigueur dans les Institutions de Saint-Sixte de Rome (1221), nouvelle communauté de moniales réformée par ses soins à la demande du pape Grégoire IX :

  • 32 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 33 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)

Que les sœurs observent le silence en tous lieux, sauf au parloir et au chapitre à l’heure du chapitre, et que même au parloir, elles ne parlent pas sans permission spéciale32 […] Au réfectoire, que l’on lise toujours durant le repas, et que les sœurs écoutent la lecture avec dévotion et en silence », suivant en cela la règle de saint Augustin33.

  • 34 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 35 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 36 Le verbe proclamer prend ici un sens technique : s’accuser soi-même ou accuser un membre de la comm (...)
  • 37 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)

14Le fait de rompre le silence prescrit relève de la coulpe moyenne et est puni d’une discipline modérée et d’autant de psaumes qu’il plaira à celle qui tiendra le chapitre34. La pénitence est plus rude dans le cas d’une habitude de rompre le silence, qui tombe dans la coulpe grave35, punie, comme chez les frères, pour celles qui demandent pardon et n’ont pas été proclamées36 par trois disciplines en chapitre et trois jours de jeûne au pain et à l’eau ; pour celles qui ont été proclamées, on ajoute une discipline et un jour de pénitence37.

  • 38 Miracles de saint Dominique racontés par sœur Cécile, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignage (...)
  • 39 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)

15Pour les communautés féminines de l’Ordre, les Institutions de Saint-Sixte de Rome sont devenues, à la demande du pape, le modèle dominant. Les moniales dominicaines de Sainte-Marie in Tempulo et de Sainte-Bibiane vinrent s’installer à Saint-Sixte à Rome. Parmi elles se trouvait sœur Cécile qui laissa un témoignage unique sur saint Dominique pour les années 1218-1221, mis par écrit par sœur Angélique avant 128838. Dominique garda une relation forte avec cette communauté qu’il venait visiter presque quotidiennement. Cette réglementation s’inspirait de la règle de saint Benoît, des coutumes de Cîteaux, de la règle de saint Augustin, des statuts des Prémontrés et des institutions de Sempringham (ordre des Gilbertins). La première version de 1221 fut adaptée par les Pénitentes de Marie Madeleine en 1232, elle subit des remaniements dans les années 1213-1291. Mais en 1259, les Constitutions de Humbert de Romans se substituèrent à toutes les législations antérieures dans les communautés féminines39.

  • 40 Miracles de saint Dominique racontés par sœur Cécile, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignage (...)
  • 41 Miracles de saint Dominique racontés par sœur Cécile, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignage (...)

16Dominique aurait tempéré cette sévérité par les conversations et entretiens spirituels qu’il multiplie avec les moniales de Saint-Sixte à Rome. Si l’on en croit le témoignage de sœur Cécile, « Le soir, il venait chez les sœurs, leur faisait en présence des frères un entretien ou un sermon et leur apprenait [ce qu’était] l’Ordre40 ». De la même manière, il visitait une recluse nommée Bonne et « lui disait des paroles de consolation et d’édification « à travers la fenestrelle41 ». Ce type d’exhortations était autorisé pour les religieuses, notamment les supérieures envers les plus jeunes et les sœurs coupables de graves fautes.

17Dans le recueil d’anecdotes exemplaires (exempla) d’Étienne de Bourbon, le troisième titre de la quatrième partie, sur le péché de langue opposé au silence, synthétise ce croisement de traditions opéré par les premiers Dominicains au sujet de la règle du silence au sein des communautés de frères Prêcheurs :

  • 42 Sur les exempla voir : Claude Bremond, Jacques Le Goff, Jean-Claude Schmitt, L’« Exemplum », Turnho (...)

Le silence est ce qui s’oppose au péché de langue et qui est surtout la garde et l’ornement de la religion. […] Douze choses doivent nous pousser à observer le silence. […] Ce qui en premier doit nous pousser est l’institution en ce sens de l’observance d’une règle, et d’abord celles de Benoît, d’Augustin et de Dominique et d’autres, qui posèrent le silence comme quasiment la sentinelle de la religion, dans le cloître, l’oratoire, le dortoir et autres ateliers42.

  • 43 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 44 Constitutions anciennes, Les Mâtines, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 45 La collation est un entretien du soir après lequel les moines et les frères prenaient un repas lége (...)
  • 46 Constitutions anciennes, La collation et les complies, 9a, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoi (...)

18Dans les communautés monastiques, la règle du silence appelait le recours à un langage de signes parfois très élaboré. On n’a pas conservé de trace d’un langage des signes propre aux Dominicains43. Cependant, dans les Constitutions, il est fait mention plusieurs fois de « signes ». À matines, « lorsqu’ils seront arrivés à leur siège, au signe fait par le supérieur, à genoux ou inclinés profondément selon le temps, qu’ils disent le Notre-Père et le Credo in Deum. Et à nouveau, au signe du prieur, qu’ils se lèvent44». Dans l’article 9 sur la collation45 et les complies46, on lit : « Que le lecteur lise, au signe du prieur […] Durant la lecture, les frères pourront boire, quand le prieur a donné le signe… » S’agit-il d’un simple geste ou d’un véritable langage des signes ?

19Malgré cette méfiance envers la parole, qui justifiait l’emploi de multiples procédés pour encadrer son usage au sein des communautés religieuses, les récits hagiographiques dominicains ont valorisé certains types de paroles. Outre la mise en place d’une éthique de la parole, on voit fleurir des récits proposant des modèles incarnés de cet idéal de discipline de la langue. Dominique et ses premiers disciples apparaissent comme des locuteurs modèles.

Une parole formatée par des modèles d’éloquence sacrée

  • 47 Miracles de saint Dominique racontés par sœur Cécile, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignage (...)
  • 48 Voir Inédit, Nicole Bériou, « L’éloquence. Les frères Prêcheurs et l’efficacité des mots », présent (...)

20Le jeune ordre des frères Prêcheurs a très tôt constitué un corpus narratif sur l’action de Dominique et de ses premiers disciples. Ces récits, le plus souvent accompagnés d’un commentaire, de citations et d’explications, évoquent les prises de parole fréquentes de Dominique ; ils apportent aussi des éclairages sur ce qu’aurait attendu Dominique des frères en communauté, et des sœurs dont il a conduit la réforme à Rome. Ces sources narratives contribuent à la construction collective de normes de comportements des frères en valorisant ceux qui étaient particulièrement doués d’éloquence, et notamment le père fondateur Dominique. Elles ne manquent pas de rappeler la puissance de la parole. Les miracles racontés par sœur Cécile brossent le portrait physique de saint Dominique, qui le prédisposait à être un éloquent prédicateur : « Il avait une voix puissante et belle qui résonnait, il parlait d’abondance47 ». On notera que l’aisance dans la parole est liée à un don physique, comme le souligne Humbert de Romans dans son traité Sur l’instruction des Prêcheurs (1270-1277) où il insiste sur l’importance d’une éloquence appropriée : celle-ci ne doit pas être rendue inintelligible par un défaut d’élocution, comme cela est arrivé à Moïse (Exode 4)48.

  • 49 Jourdain de Saxe qui succéda à saint Dominique comme maître général en 1222, fit entrer un millier (...)

21Dans la Vie de saint Dominique donnée par Jourdain de Saxe dans son Libellus49 (chap. 4), Diègue, évêque de l’Église d’Osma, est ainsi décrit :

  • 50 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Édi (...)

Quant à ceux de ses subordonnés dont la volonté était paresseuse à chercher la sainteté, mais davantage tournée vers le siècle, il leur conseillait par des paroles et les invitait par des exemples à adopter une forme de vie louable quant aux mœurs et plus religieuse50.

  • 51 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Édi (...)
  • 52 Nicole Bériou, André Vauchez, Michel Zink (éd.), Les Dominicains en France, xiiie-xxe siècle, Paris (...)
  • 53 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Édi (...)

22Plus loin, de même, apercevant le train considérable de missionnaires en pays cathare, il déclare : « Ce n’est pas ainsi, frères, qu’à mon avis, vous devez procéder. Il me semble impossible que ces hommes soient ramenés à la foi par des paroles seules, eux qui s’appuient plutôt sur des exemples51 ». La nécessité d’une conversion verbis et exemplis est ici fortement affirmée52. La concordance entre les actes et les paroles est un gage de parole authentique et vraie, comme le note encore l’hagiographe : « Voici également ce qui le rendait agréable à tous : marchant sur la voie de la simplicité, il ne présentait jamais, en parole ou en œuvre, la moindre trace de duplicité ou de tromperie53 ».

  • 54 Agnès Regeltgen Tallon, « La construction d’une mémoire dominicaine », dans Nicole Bériou, André Va (...)
  • 55 « Frère Réginald, de sainte mémoire, vint donc à Paris où avec une fougue infatigable de l’esprit, (...)

23Jourdain de Saxe ménage une place aux frères « remarquables », notamment à frère Reginald d’Orléans. Celui-ci le fit entrer dans l’Ordre et fut le véritable initiateur des communautés bolonaise et parisienne après la dispersion hors du Toulousain en 1217. Il est associé dans la mémoire dominicaine à saint Dominique dans la naissance d’une prédication nouvelle. Dans la Vita de saint Dominique écrite dans les années 1230 par Pierre Ferrand, inspirée du Libellus de Jourdain de Saxe, Réginald tient une place importante54. Son talent de prédicateur est mis en exergue55, ainsi que la place particulière qu’il occupe au sein de sa communauté. Jourdain de Saxe confère plus de poids à sa construction hagiographique en restituant au style direct les paroles de Réginald qu’il aurait pris soin de recueillir, notamment sur la joie qu’il éprouvait dans l’Ordre :

  • 56 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Édi (...)

Pendant qu’il était encore en vie, frère Matthieu qui lavait connu glorieux et raffiné dans le siècle, lui demanda une fois comme en s’en étonnant : « Cela ne vous pèse-t-il pas, maître, d’avoir pris cet habit ? ». Mais lui, le visage baissé, répondit : « J’estime que dans cet ordre, je n’ai aucun mérite car je m’y suis toujours profondément complu »56.

  • 57 Markus Schürer, Das Exemplum oder die erzählte Institution. Studien zum Beispielgebrauch bei den Do (...)
  • 58 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris (...)

24Grâce au Libellus, des paroles édifiantes et mémorables sont conservées pour l’instruction des frères et l’auto-représentation57 de l’ordre. Elles concernent ce frère et d’autres, comme Henri de Cologne ; elles sont données comme authentiques. Après avoir décrit son éducation et ses études de théologie à Paris58, Jourdain montre comment la conversion d’Henri de Cologne s’est opérée sous l’influence d’un verset biblique :

  • 59 Cette pratique des sortes biblicae consiste à ouvrir au hasard un livre de la bible supposé offrir (...)
  • 60 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Édi (...)

à son retour d’une visite à frère Réginald pour qu’il se confesse à lui et écoute ses exhortations, frère Henri [devant Jourdain] ouvrit le livre d’Isaïe, comme pour y chercher une prédiction59, et le premier passage sur lequel ses yeux se posèrent est celui où il est dit : « Le Seigneur m’a donné une langue instruite pour que je sache soutenir par la parole celui qui est tombé.[...]. » [Is. 50,4-5]. Tandis que je lui interprétais ces paroles du prophète comme répondant si exactement à son intention et résonnant presque depuis le ciel car il avait une langue très éloquente, je l’exhortais à ramener sa jeunesse sous le joug de l’obéissance60.

25Ce passage met en scène une relation individuelle, au sein du couvent, entre un confesseur et son pénitent, passant par des échanges de paroles informelles dans le cadre d’une exhortation. La notion de « langue instruite » rappelle l’importance des études pour devenir prédicateur, voire soutenir des controverses avec des hérétiques. Le haut niveau intellectuel d’Henri de Cologne complète ses qualités physiques pour en faire un modèle de prédicateur :

  • 61 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Édi (...)

Il y avait en lui une modestie des propos, une facilité de la parole, une acuité de l’intelligence, une grâce du visage, un charme de la personne, une habileté de l’écriture, une maîtrise de la composition, une voix mélodieuse comme celle d’un ange61.

26L’efficacité des paroles de frère Henri est également attestée par ce récit qui met en scène sa volonté de prêcher à ses frères jusqu’à son dernier souffle :

  • 62 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Édi (...)

À la fin, ayant achevé le cours d’une vie heureuse, il reposa dans le Seigneur par une sainte fin, en présence des frères en prière. Mais avant que son âme ne sortît, alors qu’on s’acquittait des devoirs de l’extrême-onction, il récita jusqu’au bout les litanies et les suffrages avec vivacité, comme s’il n’était que l’un des assistants. Cet office achevé, il exhorta les frères par des paroles dévotes et provoqua chez eux d’abondantes larmes62.

  • 63 Piroska Nagy, Le Don des larmes au Moyen Âge. Un instrument spirituel en quête d’institution (ve-xi (...)
  • 64 Au chapitre provincial de Provence à Montpellier en 1252, Géraud de Frachet demande aux frères de l (...)

27Les larmes sont le signe patent de l’efficacité du sermon qui touche le cœur des auditeurs63, les dernières paroles d’un mourant étant dotées d’une valeur et d’une efficace démultipliées. Le maître général des Dominicains avait demandé de coucher par écrit ce type de paroles, souvent associées à des morts admirables et exemplaires64.

28Cependant, on ne trouvera pas dans ces récits un éloge de l’éloquence issue de la rhétorique. Il s’agit plutôt d’une éloquence inspirée, comme en témoigne ce récit sur Dominique :

  • 65 Vies des frères, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 20 (...)

lorsqu’un étudiant “qui voyait qu’il prêchait très bien et qu’il dissertait à souhait sur les Écritures” lui demanda dans quels livres il avait étudié, saint Dominique lui répondit “dans le livre de la charité plus que dans tout autre, car c’est lui qui enseigne toute chose”65.

  • 66 On retrouve cette même réticence à l’égard de la rhétorique sous la plume de Humbert de Romans, pou (...)
  • 67 Bernardi Guidonis, Scripta de sancto Dominico, dans Simon Tugwell (éd.), Monumenta Ordinis Fratrum (...)

29L’hagiographe taxe Dominique d’une sorte d’anti-intellectualisme radical mais aussi paradoxal66 puisque les frères Prêcheurs ont porté au plus haut niveau les exigences en matière d’études, tout en privilégiant la théologie placée au-dessus des sciences du quadrivium et du trivium. Notons que dans ce récit, les paroles mêmes du fondateur sont données comme simplement retranscrites, alors que l’on sait qu’elles ont circulé entre oral et écrit au prix de reconfigurations et modélisations, notamment via l’ouvrage de Bernard Gui67.

30Sous la plume des hagiographes, les échanges de parole de saint Dominique avec ses frères sont verticaux (même s’il refuse le titre d’abbé) : c’est lui qui décide, après avoir sollicité de Dieu dans la prière de lui inspirer que dire et que faire. Voyons maintenant les échanges de paroles au sein des communautés, mariant dimensions verticales et horizontales.

Circulation de la parole au sein des communautés

31Ces échanges de paroles peuvent prendre la forme ritualisée de la prière commune, mais également d’échanges intellectuels dans le cadre des studia et d’échanges fraternels dans celui de la correction.

Une parole ritualisée : la prière collective

  • 68 Règle de saint Augustin, chap. 2, 1, p. 44.
  • 69 Règle de saint Augustin, chap. 2, 1, p. 44.
  • 70 Lettre aux moniales de Madrid, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditio (...)
  • 71 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)

32Dans la Règle de saint Augustin, la prière est naturellement la première parole évoquée : « Soyez assidus à prier aux heures et temps établis » qui sont ensuite détaillés68. C’est la parole la plus valorisée, mais seulement si elle est en adéquation parfaite avec la vie spirituelle (2, 3) : « Lorsque vous priez Dieu par des psaumes et des cantiques de louange, que vive dans votre cœur ce qui est formulé par vos lèvres69 ». Dans sa Lettre aux moniales de Madrid, Dominique les exhorte : « Combattez, [mes] filles, contre l’antique adversaire par les jeûnes et les prières, sans relâche70 ». Pour les moniales de Saint-Sixte il est fait mention des heures, sous l’article 5 : « Après les vêpres, que toutes viennent ensemble pour la collation, et qu’on y fasse la lecture, comme on a l’habitude de faire dans l’ordre cistercien71 ». On peut donc supposer que ces moniales récitent toutes les heures de l’office divin, mais cela n’est pas mentionné explicitement, cela devait aller de soi.

  • 72 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)

33En revanche, si les Constitutions traitent de la prière collective, c’est d’une manière assez expéditive : dans l’article 4, « Les heures et la manière de les dire », il est indiqué (b) : « Que toutes les heures soient dites dans l’église de manière brève et rapide, afin que les frères ne perdent pas la dévotion et que leur étude soit empêchée le moins possible72. » En cela, les Dominicains se démarquent nettement du mode de vie monastique et de leurs consœurs privées d’étude.

  • 73 Vitae Fratrum, chap. 6, p. 70-71 : Post sermonis igitur sui primordia vir dei celitus inspiratus ce (...)

34Pourtant, la puissance extrême de la prière est mise en scène dans le miracle de saint Dominique décrit au chapitre 6 des Vitae Fratrum : en Espagne où sévissait une grande sécheresse sa prière déclencha la pluie tant attendue et ses paroles sont en parties transcrites73. Il semble que les textes normatifs dominicains ont finalement peu encadré la prière, peut-être parce que le modèle monastique était assez prégnant, ils se sont en revanche attachés plus fermement à discipliner la langue et à organiser l’étude qui était un devoir d’état des frères dominicains.

Apprentissage d’une parole experte et efficace dans les studia

  • 74 Célestin Douais, Essai sur l’organisation des études dans l’ordre des frères Prêcheurs au treizième (...)
  • 75 Célestin Douais, Essai sur l’organisation des études dans l’ordre des frères Prêcheurs au treizième (...)
  • 76 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)

35Les chapitres dominicains ne cessèrent de rappeler l’importance des études74. D’après Thierry d’Apoldia, aussitôt revenu de Rome où il avait obtenu la confirmation de son ordre, Dominique réunit ses frères à Toulouse et leur décrit leur programme de vie : « Qu’ils étudient et qu’ils prêchent (ut studerent et predicarent) », tandis que plus tard le Dominicain Hugues de Saint-Cher définissait le lien intime entre l’étude et la prédication par la métaphore de l’arc qui se tend dans l’étude et lance sa flèche dans la prédication (Arcus tenditur in studio, postea sagittatur in praedicatione)75. En effet, les études sont considérées comme la condition sine qua non pour prêcher efficacement et les Constitutions affirment dès leur prologue la vocation de l’ordre : « Notre ordre [est] institué spécialement pour la prédication et le salut des âmes76 ». Les Constitutions transforment le labor monastique en studium dont la finalité est la praedicatio, véritable officium des Dominicains, de là découle la dispense à l’égard de certaines obligations monastiques.

  • 77 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Po (...)
  • 78 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Po (...)
  • 79 Humbertus de Romanis, Instructiones de officiis ordinis, dans J. J. Berthier (éd.), Opera de vita r (...)
  • 80 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Po (...)

36D’après le Libellus de instructione noviciorum du Dominicain Jean de Montlhéry (actif dans les années 1272-1303), les novices après leur année de probation sont tenus de fréquenter avec assiduité l’école du couvent pendant deux années pour se former en théologie par le biais de deux lectures quotidiennes de la Bible et des Sentences de Pierre Lombard, une dispute hebdomadaire et une révision également hebdomadaire des acquis de la semaine, une méthode également utilisée dans les studia77. Les prises de parole sont codifiées dans ces exercices, mais elles pouvaient être plus personnelles et spontanées entre le novice et son « maître-novice » qui était un compagnon de noviciat un peu plus âgé. Durant la première semaine de noviciat, le nouvel entrant a l’autorisation de parler librement avec ses compagnons dans le parloir (locutorium), tout en apprenant les règles du silence et la manière de demander la permission de parler78. Il peut également avoir des entretiens avec le maître des novices, dont la fonction est décrite dans le livre dédié à chaque office du couvent par Humbert de Romans79. Enfin, les novices avaient leur propre chapitre pour la coulpe80.

  • 81 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 82 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)

37Le chapitre 20 des Constitutions prévoit les modalités de sélection des frères aptes à la prédication ; s’ils ne sont pas encore prêts, ils doivent soit poursuivre leurs études, soit s’exercer à la prédication avec des frères plus avancés81, ce qui suppose des entrainements à la prédication à l’intérieur des couvents. De plus, le chapitre 29 prévoit « une dispense donnée à ceux qui étudient », notamment au cours d’une réunion, après la dispute ou les vêpres « pour exposer doutes ou questions82 », ce qui laisse imaginer un échange plus informel de paroles entre le maître et ses élèves.

  • 83 Célestin Douais, Essai sur l’organisation des études dans l’ordre des frères Prêcheurs au treizième (...)
  • 84 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education before 1350, Toronto, Po (...)
  • 85 Célestin Douais, Essai sur l’organisation des études dans l’ordre des frères Prêcheurs au treizième (...)

38Les frères devenus étudiants bénéficiaient de nombreux privilèges pour s’adonner pleinement à l’étude : ils étaient dispensés de l’office du chœur et des quêtes sauf pendant leurs vacances estivales. Les étudiants interagissaient avec le maître des étudiants qui les suivait et avait sur eux un droit de correction83. Les étudiants étaient également invités à suivre les prêches du prédicateur conventuel pour apprendre ses techniques de persuasion en l’écoutant et en lui demandant des conseils, et à prêcher eux-mêmes dans le cadre conventuel avant d’être envoyés en mission84. Les étudiants étaient encouragés à faire des répétitions collectives (définies par le chapitre du Puy de 1251, collocutiones faciendo). L’exercice d’évaluation des étudiants était la dispute avec un répondant et un opposant ; il y en avait une toutes les deux semaines plus les disputes solennelles, elles pouvaient durer plusieurs heures85.

39Le péché pouvait s’introduire même dans ces échanges très codifiés de paroles lors des disputes solennelles. Humbert de Romans :

  • 86 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Po (...)

signale et flétrit ces frères qui, bien que docteurs n’étant pas suffisamment capables ou prêts voulaient toujours prendre la parole, par une vanité ou une insouciance que rien ne justifiait. D’autres au contraire gardaient une sorte de silence obstiné, par paresse, par crainte d’être battus dans ce tournoi, ou par timidité. Ceux-ci disputaient bien, mais ils se plaisaient à produire avec ostentation leur savoir. […] Quelques-uns ne s’exprimaient ni avec clarté ni avec précision. Tandis que d’autres diffus se perdaient dans des paroles vaines, inutiles, sans portée. Enfin, ceux dont l’esprit était le plus pénétrant poussaient parfois à l’excès la recherche, pour arriver jusqu’aux dernières précisions86

  • 87 Jeffrey F. Hamburger, Eva Schlotheuber, « Books in Women’s Hands: Liturgy, Learning and the Librari (...)
  • 88 Pourtant Catherine de Sienne a prêché. Elle menait une vie de pénitente dirigée par des Dominicains (...)
  • 89 « Chronique » de Sainte-Agnès de Bologne, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Pa (...)

40Le même Humbert de Romans, dans son De eruditione praedicatorum (I, 11), explique pourquoi l’enseignement de la théologie est interdit aux nonnes : c’est à cause de leur manque de capacités intellectuelles (defectus sensui), de leur position subordonnée vis-à-vis des frères (conditio subjectionis), du risque de tentation de luxure qu’elles occasionneraient si elles prêchaient (aspectu suo provocaret ad luxuriam) et de l’importance de leur statut inférieur en souvenir de la stupidité de la première femme (in memoriam stultitiae primae mulieris)87. En dépit de ces limitations imposées au sein de l’ordre et renforcées par l’interdiction pour les religieuses et les tertiaires régulières de prêcher inscrite dans le droit canon88, la chronique de Sainte-Agnès de Bologne donne un modèle de femme aussi éloquente qu’un prédicateur dans la personne de dame Diane d’Andalo, fondatrice de ce monastère : « Cette heureuse femme fut douée au plus haut point de prudence et d’éloquence [...] et le monastère qu’elle construisit, elle l’orna prodigieusement de ses paroles et de ses exemples89. » Cependant, il fallut attendre le xixe siècle pour qu’elle soit béatifiée (8 août 1888), preuve que ce modèle d’éloquence féminine ne fit pas florès en son temps.

  • 90 Sylvie Duval, « Usages du livre et de l’écrit chez les moniales dominicaines observantes (Italie, 1 (...)
  • 91 Sylvie Duval, « Usages du livre et de l’écrit chez les moniales dominicaines observantes (Italie, 1 (...)
  • 92 Sylvie Duval, « Usages du livre et de l’écrit chez les moniales dominicaines observantes (Italie, 1 (...)

41Les recherches de Sylvie Duval90 placées dans le contexte de la réforme de l’Observance, à la fin du Moyen Âge, confirment cette volonté de tenir les moniales à l’écart de l’enseignement et les stratégies de moniales observantes italiennes pour y parvenir tout de même. Ces dernières reçoivent de nombreuses lettres spirituelles « des prêches écrits » (comme ceux de saint Antonin aux sœurs brigittines du Paradiso de Florence) et les plus savantes les lisent et les expliquent à la communauté : un échange verbal combinant dimensions verticale et horizontale. C’est ainsi que les lettres de Jean Dominici aux moniales du Corpus Christi de Venise parfois en latin étaient expliquées par Elisabetha Tomasini (à la demande de Jean Dominici qui la surnommait la teologa (« la théologienne »), présentée dans son nécrologe comme « docteur »)91. Certaines moniales composent des lettres spirituelles qu’elles adressent à des laïcs ou à d’autres moniales comme sœur Tommasina Fieschi au couvent du Corpus Christi de Gênes ou Chiara Gambacorta, deuxième prieure et fondatrice de San Domenico de Pise (celles aux époux Datini ont été conservées). La lecture et l’étude étaient considérées par certaines moniales comme un moyen pour leur progression spirituelle, mais leur science restait limitée à saint Augustin, à des écrits mystiques ou hagiographiques, souvent en langue vulgaire, sans accès aux ouvrages de théologie scolastique92.

Correction, sainte conversation et exhortation

42Un autre canal de circulation de la parole horizontale entre frères ou entre sœurs concerne les échanges sur le respect de la discipline. Selon la Règle de saint Augustin, cette parole horizontale entre frères, intervient via la correction fraternelle et la dénonciation du frère qui a failli (IV, 8-10). Mais par ailleurs, les difficultés liées à la parole sont évoquées dans la Règle : « N’ayez pas de disputes, ou du moins, venez-en à bout le plus tôt possible » (VI, 1). Le même chapitre évoque « des injures, des médisances ou une accusation grave » : les excuses constituent le seul remède si elles sont suivies par le pardon. Pour éviter ces affrontements verbaux, la règle conseille : « Soyez avares de paroles dures. » (VI, 2). Le chapitre VII, 2 évoque une communication plus verticale et hiérarchique : le frère prieur et le prêtre peuvent « redresser et corriger ce qui n’aurait pas été observé ».

  • 93 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)

43La correction entre sœurs pouvait également générer des difficultés, comme l’atteste le point 22a des Institutions de Saint-Sixte qui évoque des « calomnies, plaintes, accusations injustes contre la moniale fidèle qui aura adressé des critiques ou résisté à celles qui font des choses contraires à la religion et aux institutions de l’ordre, ou parce qu’elle aura signalé des transgressions à la prieure, au prieur ou au prévôt pour qu’elles soient corrigées selon la règle93 ». Ces mêmes Institutions prévoient que la prieure envoie auprès d’une sœur coupable de coulpe très grave :

  • 94 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)

des sœurs plus âgées et dotées de plus de discernement pour l’exhorter à la pénitence et l’amener aux lamentations, la réchauffer par la compassion et l’exhorter à la satisfaction, l’aider par leur intercession qu’elles ne manqueront pas de répandre pour elle sans interruption94.

  • 95 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 96 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 97 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 98 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 99 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 100 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 101 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 102 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)

44Il s’agit donc d’une forme d’exhortation morale individualisée donnée par de simples religieuses (il est vrai plus âgées et douées de plus de discernement) qui vient en complément des admonestations par la prieure95. La partie la plus sage (sanior pars) de la communauté est représentée par les ainées, selon le modèle monastique traditionnel. La même aide auprès des frères coupables de fautes très graves est mise en place par les Constitutions96. Dans les Constitutions, nous voyons également affleurer les difficultés liées à la proclamation des fautes des autres au chapitre : « Au chapitre, que les frères ne parlent que de deux choses : dire simplement leurs coulpes ou celles des autres, et répondre seulement aux interrogations de leurs supérieurs97». Et « Que nul ne fasse la proclamation d’un autre sur un simple soupçon98 ». Plus loin, il est précisé qu’un frère s’expose à une coulpe légère99 : « Si quelqu’un a osé proclamer celui qui l’a proclamé le même jour pour se venger ». De même : « Si quelqu’un en proclamant a émis un jugement dans sa proclamation100 ». La coulpe grave sera infligée au frère : « S’il a été pris sur le fait de proférer de mauvaise foi des menaces, des malédictions ou des paroles hors de propos et contraires à la religion contre celui par qui il a été proclamé au chapitre ou contre tout autre101 » ou « Si quelqu’un a reproché à un frère une coulpe passée pour laquelle il a satisfait102 ». On le voit, la correction fraternelle pouvait donner lieu à de véritables affrontements verbaux et présentait quelques différences entre frères et moniales.

Une crainte des péchés de la langue dentique pour les frères et les moniales ?

  • 103 Règle de saint Benoit, le chapitre 4 évoque l’interdiction de porter de faux témoignages, de jurer, (...)
  • 104 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 105 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 106 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 107 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)

45L’étude des coulpes dans les Institutions de Saint-Sixte et dans les Constitutions montre un parallélisme des mises en garde contre les principaux péchés de la langue, dont certains étaient déjà mentionnés dans la Règle de saint Benoît103, comme les plaisanteries, les bavardages, le faux témoignage, le fait de jurer, le murmure (paroles de révolte) et la malédiction. À Saint-Sixte, la parole des religieuses est strictement règlementée au nom de l’utilitas : « À l’ouvroir, elles pourront parler à voix basse en ce qui concerne le travail, ainsi qu’à la fenêtre avec la permission de la prieure104 ». « Si c’est utile ou nécessaire, la prieure peut donner la permission de parler en d’autres lieux et elle-même pourra aussi parler quand elle verra que c’est opportun105 ». Une religieuse relève de la coulpe moyenne « si elle a tenu un mauvais propos, alors qu’elle avait l’autorisation de parler106 ». Elle devra demander pardon au chapitre, elle recevra une discipline modérée et autant de psaumes qu’il plaira à celle qui tiendra le chapitre107.

  • 108 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 109 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 110 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 111 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 112 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)

46Dans les Constitutions, le chapitre sur le maître des novices (13), interdit les disputes108 et la médisance « qu’ils ne parlent pas de qui est absent sinon en bien109 ». Le frère se verra infliger une coulpe légère « s’il profère une parole honteuse ou vaine, ou, ce qui est plus grave, a l’habitude de le faire110 ». La coulpe grave frappera le frère qui « a dit une injure à un frère111 » ou qui est tombé dans le péché du murmure112. Si cet encadrement précis des échanges internes de paroles semble équivalent entre les moniales et les frères, il s’accompagne d’une forte méfiance envers les échanges verbaux avec l’extérieur.

Circulation de la parole entre la communauté et l’extérieur

  • 113 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 114 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 115 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 116 Miracles de saint Dominique racontés par sœur Cécile, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignage (...)

47La Règle de saint Augustin ne dit mot des problèmes liés aux paroles échangées avec l’extérieur et entre personnes de sexe différent, ce qui explique sans doute l’insistance des textes règlementaires pour combler cette lacune. Selon les Institutions de Saint-Sixte, une religieuse relève de la coulpe grave si elle a parlé avec une personne de l’extérieur sans permission ou contre les statuts de l’ordre113. Le seul lieu où des religieuses pouvaient échanger avec des personnes de l’extérieur était le parloir (qui servait également pour des discussions internes). Les paroles échangées en ce lieu faisaient l’objet d’une surveillance étroite par trois sœurs parmi les plus âgées et en présence du tourier chargé de « veiller attentivement aux paroles et aux signes de celles qui parlent, et s’il entend quelque chose qui manque d’honnêteté ou de discernement, ou qui soit contraire à la religion, qu’il impose aussitôt le silence à celles qui parlent et qu’il se préoccupe de le signifier au plus vite à la prieure ou au prieur114 ». La punition encourue était la suspension de l’autorisation de parler115. À la grille, la prieure et les trois cellérières avaient le droit de parler « des choses nécessaires et utiles à leur maison avec le prieur et les cellériers de l’extérieur, en présence des témoins ci-dessus ». Et à Saint-Sixte de Rome, sœur Cécile témoigne que Dominique avait « interdit que désormais elles “les moniales” parlent seule à seul avec des proches ou d’autres personnes116 ».

  • 117 Sylvie Duval, « Les religieuses, le cloître et la ville (xiiie-xve siècle). L’exemple des moniales (...)
  • 118 Sylvie Duval, « Les religieuses, le cloître et la ville (xiiie-xve siècle). L’exemple des moniales (...)
  • 119 Sylvie Duval, « Les religieuses, le cloître et la ville (xiiie-xve siècle). L’exemple des moniales (...)
  • 120 Sylvie Duval, « Les religieuses, le cloître et la ville (xiiie-xve siècle). L’exemple des moniales (...)

48Sylvie Duval117 donne toutefois des exemples de paroles de moniales capables de franchir la clôture stricte de leur couvent en Italie et de toucher les fidèles de la ville alentour118. Il faudrait mieux connaître la vie des sœurs converses (10 % des effectifs en moyenne), tourières, portières, qui sont chargées de l’approvisionnement et de l’accueil des personnes extérieures. S. Duval note que dans les couvents d’Aix et de Montpellier la propriété privée est tolérée pour les moniales et elle en conclut que cela entraîne sans doute des sorties en ville pour régler leurs affaires119. Dans l’aire rhénane, lors de la floraison mystique du xiiie siècle, « les moniales semblent avoir exercé le rôle de “mères spirituelles” pour les laïcs qui venaient les trouver ou souhaitaient correspondre avec elles », particulièrement au couvent d’Unterlinden de Colmar. Cet « apostolat à la grille », qui pouvait se prolonger sous forme épistolaire, prit une grande ampleur dans l’Italie du xve siècle dans les couvents observants120.

Enseignement

Dans les écoles de grammaire et les écoles conventuelles

  • 121 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Po (...)
  • 122 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Po (...)
  • 123 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Po (...)
  • 124 Célestin Douais, Essai sur l’organisation des études dans l’ordre des frères Prêcheurs au treizième (...)

49Malgré cette forte limitation des relations avec l’extérieur typique des religieux adonnés à la vita contemplativa, l’enseignement permettait des échanges. Si l’intervention des frères prêcheurs dans les universités est bien documentée et connue, il convient de rappeler l’importance d’un enseignement beaucoup plus basique dans les écoles. En effet, afin de constituer un vivier de recrutement de novices, les Dominicains ont enseigné dans des écoles de grammaire souvent fondées par l’évêque ou la puissance publique locale. Des places y étaient réservées pour les futurs novices. Ces élèves appelés « enfants séculiers » (seculares pueri) recevaient un enseignement théologique de base fondé sur l’explication du Credo, moral (les vices et les vertus selon Guillaume Pérault) et en science d’après le Didascalicon d’Hugues de Saint-Victor. De plus, ils pouvaient se confesser et écouter des sermons dans ce cadre scolaire depuis le chapitre de Metz de 1251. En 1264, le chapitre de Paris conseille de leurs prêcher en suivant le manuel De l’instruction des enfants (De Instructione puerorum) du Dominicain Guibert de Tournai. La parole dominicaine se répandait ainsi en dehors du couvent en direction d’un public ciblé121. Avec la baisse des vocations (due à la Peste Noire, au Grand Schisme et à la concurrence entre les ordres), certains couvents acceptèrent des oblats à partir du milieu du xive siècle : ces enfants donnés par leurs familles pouvaient être âgés de seulement sept ans. Dans ce nouveau contexte, les écoles conventuelles durent s’ouvrir à ces jeunes enfants et s’adapter à leur âge et leurs capacités122. On sait par ailleurs que les écoles conventuelles ouvraient leurs portes aux laïcs parfois destinés à devenir des clercs au service de l’évêque local : la parole du maître de ces écoles dépassait la clôture123. De plus, des personnalités locales étaient invitées à assister aux disputes solennelles 124.

L’enseignement par la lecture des recueils d’exempla

  • 125 Stephanus de Borbone, Tractatus de diversis materiis predicabilibus, Prologus, t. I, Dono Timoris, (...)

50Par vocation, les frères en tournée de prédication ont pu côtoyer toutes sortes de personnes religieuses et laïques, recueillir auprès d’elles de précieuses informations qui ont parfois été réemployées pour élaborer des exempla. De cette manière, tout un bruissement de voix choisies et venues du siècle entrait dans l’espace du couvent, lors des lectures des recueils d’exempla individuellement ou collectivement. Ces sources orales des recueils d’exempla – à prendre naturellement avec précaution comme une part de la rhétorique de la persuasion propre à ce type d’écrit – ont pu assurer une forme de circulation de paroles entre l’extérieur du couvent et l’intérieur. Dès son prologue, Étienne de Bourbon souligne la valeur des sources orales, avant sa longue liste commentée de sources écrites, il note : « J’ai entendu de la bouche d’hommes divers, honnêtes et savants » et il revient sur ce point après sa liste : « De même, au sujet de ce que nous avons entendu de la bouche de divers docteurs et prédicateurs et d’hommes dignes de foi, et que nous avons jugé digne pour l’édification et le salut des âmes125 ». Les qualités de l’informateur du Dominicain sont mises en avant pour lester son récit d’une autorité : ce sont la probité et une bonne formation intellectuelle.

  • 126 Stephanus de Borbone, Tractatus de diversis materiis predicabilibus, Prologus, t. I, Dono Timoris, (...)
  • 127 Stephanus de Borbone, Tractatus de diversis Materiis praedicabilibus, t. III, De Dono Scientiae, da (...)
  • 128 Stephanus de Borbone, Tractatus de diversis Materiis praedicabilibus, t. II, De Dono Pietatis, dans (...)

51Si ces mentions sont assez rares dans le De Dono timoris126 elles sont plus nombreuses et variées dans le De Dono scientie. Dans ce livre, la mention de simple ouï-dire est un hapax, tandis que le plus souvent c’est d’un frère ou de plusieurs que provient l’information127. Dans un cas, le récit a été butiné lors de sermons (no 965). Le statut de religieux informateurs est parfois précisé : un maître accompagnant Jacques de Vitry lors de la prédication de la croisade (no 985), un chapelain (no 1121) mais pas lui seul : les paroissiens et la famille du jeune homme héros du récit comme si l’accumulation de témoins renforçait l’autorité du témoignage, au point que dans un cas on apprend que l’histoire est rapportée par de nombreuses personnes (no 1122). Quelques informateurs sortent de l’anonymat : le célèbre Jacques de Vitry (no 1011), un dominicain de haut rang : Geoffroi de Bléneau († 1250) ou de Blèves (no 1286), maître régent au couvent Saint-Jacques à Paris (1235-1242), puis chapelain du pape Innocent IV ; il participa au concile de Lyon I (1245). Un autre mendiant est cité : Guillaume de Cordelle (no 947), franciscain signalé comme pénitencier apostolique en 1234, venu en France après 1235 pour recruter des croisés. Un certain frère de « Perniconte » (no 942) serait peut-être un frère de la province de Provence ou un frère Sachet. Dans le De Dono pietatis, le statut de ces informateurs anonymes se diversifie : des femmes laïques, des habitants de diverses régions, mais avec toujours une majorité de religieux128. Enfin, on ne sait rien de Gautier de Leus ou Lens qui inspira à Étienne de Bourbon un exemplum sur une courtisane qui entraîne dans le péché tous les passagers d’un bateau (no 1021). Dans un seul cas, l’information est donnée par une femme, mais, Étienne de Bourbon précise que son informatrice est pauvre et dévote (no 1253), deux garanties d’honnêteté dans l’optique de cette écriture destinée à produire de l’exemplarité.

  • 129 Jacques Berlioz, « La prédication des cathares selon l’inquisiteur Étienne de Bourbon (mort vers 12 (...)
  • 130 Stephanus de Borbone, Tractatus de diversis Materiis praedicabilibus, t. III, De Dono Scientiae, da (...)
  • 131 Alan E. Bernstein, « Teaching and Preaching Confession in Thirteenth-Century Paris », dans Albert F (...)

52Ajoutons qu’en tant qu’inquisiteur, Étienne de Bourbon a eu accès à des aveux extorqués durant les interrogatoires infligés aux personnes soupçonnées d’hérésie ou de superstition. Il évoque à plusieurs reprises ces informateurs très particuliers « iudices et inquisitores », notamment dans le De Dono scientie où il donne un tableau saisissant de l’hérésie cathare dans le Midi de la France129. Il cite comme source la sentence rendue à l’encontre d’une vielle femme hérétique et le témoignage de son fils lui-même hérétique également condamné au bûcher. « J’ai entendu cela, écrit Étienne, de la bouche de ceux qui l’avaient convaincue et ceux qui la jugèrent hérétique et de son fils nommé Thibaud… (no 943)130 ». Étienne de Bourbon recourt également aux aveux en confession tout en protégeant l’anonymat des pénitents. Le secret de la confession semble pouvoir être violé au profit de l’élaboration de récits destinés à sauver les fidèles en péril131. La parole confiée sous le sceau du secret de la confession a pu circuler de manière anonyme, oralement mais également par sa mise à l’écrit dans les recueils d’exempla.

Paroles entre hommes et femmes

  • 132 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)
  • 133 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)

53Les échanges de paroles entre personnes de sexe différent, mis à part durant la confession et le sermon, étaient évités au maximum et limité à des circonstances extraordinaires (visites de prélats, grave maladie, agonie). Les Constitutions interdisent d’introduire des femmes dans le couvent sauf lors de la consécration de l’église et du vendredi saint. De plus, dans l’église des laïcs ou au dehors dans un lieu déterminé seul le prieur leur parlera de Dieu et des choses spirituelles132. Un frère encoure la coulpe grave « S’il a parlé seul avec une femme, et qu’il ne s’agissait pas de confession ou de choses utiles, ou de choses honnêtes133 ». Il serait passionnant d’avoir une liste de ces sujets autorisés dans les conversations entre un religieux et une personne de sexe opposé.

  • 134 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 135 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 136 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 137 Chronique du monastère Sainte Agnès, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 138 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 139 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, (...)
  • 140 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du (...)

54À Saint-Sixte : « Si un frère entre dans la clôture des moniales (avec un cardinal, un évêque ou un légat), qu’il ne parle à aucune sœur, sauf avec la permission du prévôt supérieur ou du prieur provincial134 ». « Si une sœur est malade, le prêtre et des ministres avancés en âge, vêtus des ornements sacrés pourront entrer pour accomplir l’office de la confession, la communion ou l’onction, mais ils ne diront rien d’autre135 ». Cette visite se fera en présence de témoins136. Cette extrême méfiance fait écho à la décision des sœurs de Sainte Agnès de Bologne qui obtinrent qu’aucun clerc ou convers ne soit logé dans leur monastère137. Les échanges de paroles entre les sœurs et le tourier et le jardinier sont règlementés et limités au strict nécessaire138, tout manquement relève de la coulpe grave139. Les frères, eux, tombent dans la coulpe légère « si quelqu’un, lorsque des parents ou des messagers surviennent, a osé parler, afin d’entendre d’eux des nouvelles, sans témoin et sans la permission du supérieur140 ». Toute parole venant de l’extérieur doit être contrôlée, surveillée.

55Pourtant, certains textes hagiographiques valorisent l’existence de relations fortes entre un Dominicain et une femme laïque, dans le cadre d’une direction spirituelle qui dépasse les limites du couvent. Par exemple, la Vie d’Henri de Cologne montre comment après sa mort, le souvenir de ses paroles mémorables guide encore une femme dévote. Il y avait dans la cité de Cologne une dame vénérable, qui chérissait le frère Henri quand il vivait encore, avec un dévouement étonnant. Elle l’avait donc supplié de lui promettre, s’il venait à mourir le premier, de bien vouloir lui apparaître après sa mort. Le frère avait acquiescé à sa prière, à condition que cela plût à la volonté divine.

  • 141 Jourdain de Saxe, Le Petit Livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Édi (...)

Un jour où elle s’était penchée sur un coffre dans la chambre à coucher de sa maison et relisait avec une pieuse délectation une lettre que frère Henri lui avait jadis envoyée, une parole se présenta dans cette lettre, dont le sens était celui-ci, selon l’explication latine : “Reposez sur la douce poitrine de Jésus [voir Jn 21, 20] et étanchez la soif de votre âme.” Embrasée par le rappel de cette parole, comme si elle la recevait de la bouche [de frère Henri] vivant et présent, elle fut ravie en esprit et vit qu’elle se tenait sur la poitrine de Jésus-Christ d’un côté, et frère Henri était de l’autre ; dans ce ravissement elle éprouva le goût de la consolation divine141.

56La puissance de la parole de frère Henri, conservée dans une de ses lettres, semble aller au-delà de sa propre vie et déclencher une véritable extase mystique chez cette femme laïque.

Conclusion

  • 142 Albert d’Haenens, « Quotidienneté et contexte. Pour un modèle d’interprétation de la réalité monast (...)
  • 143 Vitae Fratrum, chap. 16, dans l’édition de P. Reichert, p. 78-79 ; Nicole Bériou, Bernard Hodel, (...)

57Dans la vie commune des Dominicains et des Dominicaines, le silence partagé et les paroles prononcées et écoutées ensemble contribuent à forger l’esprit communautaire du couvent, devenu une véritable communauté de salut142. Malgré la règle du silence, de nombreuses paroles circulent dans le couvent dominicain : paroles ritualisées de la prière, de la coulpe et de la confession ; parole de l’exhortation et du sermon, parole de la correction fraternelle, sans compter toutes les paroles utiles liées à l’enseignement et la gestion quotidienne de la vie matérielle et liturgique. Apparait en filigrane une géographie du couvent en fonction du type de paroles qui y sont proférées et échangées. Selon les Vitae Fratrum, certains lieux sont plus périlleux que d’autres au regard des péchés de la langue : un exemplum met dans la bouche du diable la dénonciation « des paroles proférées dans le vent » au parloir qui est « son lieu » où circulent rires, rumeurs et paroles vaines, tandis que la salle du chapitre lui fait horreur, c’est « son enfer143 ». On comprend mieux, à la lumière de ce récit, l’importance des nombreuses règlementations sur les échanges verbaux au parloir, mais nous avons pu montrer que celles-ci s’attachent également à discipliner les prises de parole au chapitre des coulpes. Ces sources tant règlementaires que narratives et hagiographiques contribuent à la construction collective de normes de comportements des frères et des moniales dans leur usage de la parole.

  • 144 Jean Gobi le Jeune, dans sa Scala coeli, consacre un chapitre aux visites aux laïcs sous le titre : (...)
  • 145 Ce verset biblique ouvre le chapitre VI de la Règle de saint Benoît sur le silence.

58En appliquant le plus possible la garde de la bouche dans le couvent, tout en s’entraînant à acquérir une parole savante et efficace, tout frère dominicain se préparait à affronter le siècle. Il se devait d’y intervenir par la prédication – souvent suivie de confessions – et par des visites aux laïcs, notamment ceux touchés par la maladie et le deuil144. Les moniales, elles, restaient confinées dans la vie contemplative derrière une clôture que leurs paroles n’étaient, en théorie, pas destinées à franchir, même si S. Duval a montré de fortes exceptions à cette règle dans l’aire rhénane et en Italie. Chacun dans sa vocation pouvait expérimenter que « La mort et la vie sont au pouvoir de la langue [Pr. 18, 21]145 ».

Haut de page

Annexe

Nous renvoyons aux TÉMOIGNAGES ÉCRITS, désormais abrégés TE et aux paragraphes des Institutions de Saint-Sixte et des Constitutions et (§)

Péchés de la langue

Institutions de Saint-Sixte pour les moniales

Constitutions d’abord pour les frères puis pour les moniales (1259)

Règle de saint Benoît

Coulpes légères

Coulpes légères

Le scandale

§11j (TE, p. 579)

§21q (TE, p. 228)

Les paroles qui portent à rire

§11n (TE, p. 580)

§21y (TE, p. 228)

Chapitres 4 et 7 et

10e degré de l’humilité : [...] que l’on ne soit pas facile et prompt à rire

Coulpes moyennes

Coulpes graves Les Constitutions ne prévoient pas des coulpes moyennes

Rire au chœur

§12a, (TE, p. 580)

§21ff, (TE, p. 229)

Jurer 

§12c (TE, p. 580)

§21kk (TE, p. 229)

Chapitre 4

Coulpes graves

Coulpes graves

Dispute inconvenante (Saint-Sixte)

§13b, (TE, p. 581

§22a (TE, p. 230)

« Dispute grossière » dans les Constitutions

Chapitre 4 et le 11e degré d’humilité : quand le moine parle,

[...] qu’il se garde de tout éclat de voix

Mensonge

§13e, TE, p. 581)

§22d, (TE, p. 230

Chapitre 4

Coulpes très graves

Coulpes très graves

Conspiration, conjuration contre les supérieurs

§14 l, (TE, p. 583)

§23p, (TE, p. 232)

Le chapitre 5 dénonce le murmure

Médisance contre l’ordre devant des personnes extérieures à l’ordre 

§14m (TE, p. 232)

§23q, (TE, p. 233)

Autorisation de se plaindre d’un comportement inacceptable

§14 0 (TE, p. 583)

§23q, (TE, p. 233)

Haut de page

Notes

1 Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale, traduit de l’italien par Ph. Baillet, Paris, Éditions du Cerf (Cerf Histoire), [1991] 2007.

2 Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale, traduit de l’italien par Ph. Baillet, Paris, Éditions du Cerf (Cerf Histoire), [1991] 2007, p. 23.

3 Saint Benoît, Regula, VI, De taciturnitate, SC 181, p. 470-472 ; voir également, Regula, VII, De humilitate, SC 181, p. 473-491, le neuvième degré de l’humilité : « que le moine interdise à sa langue de parler, et que gardant le silence, il attende pour parler qu’on l’ait interrogé ». En effet, l’Écriture indique « qu’en parlant beaucoup on n’évite pas le péché », (Ps. 139, 12), et que « l’homme bavard ne marche pas droit sur la terre », (pas de référence identifiée) ; le dixième degré d’humilité est que « l’on ne soit pas facile et prompt à rire », car il est écrit : « Le sot élève la voix pour rire », (Eccli. 21, 23, mais aussi Cassien, Institutiones, 4, 39, 2) ; le onzième degré d’humilité est que « quand le moine parle, il le fasse doucement et sans rire, humblement, avec gravité, en ne tenant que des propos brefs et raisonnables », et « qu’il se garde de tout éclat de voix », ainsi qu’il est écrit : « Le sage se reconnaît à la brièveté de son langage, (Sextus Pomponius, Enchiridion, 145) ».

4 Pierre de Celle, De Disciplina claustrali : verbum otiosum, vanum, dolosum mendax, malum, scismaticum, haereticum, murmuriosum, blasphemum, dans Gérard De Martel (éd. et trad.), Pierre De Celle. « L’école du cloître », Paris, Éditions du Cerf (Sources chrétiennes, 240/XLVII), 1977, p. 228 ; Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiéval, traduit de l’italien par Ph. Baillet, Paris, Éditions du Cerf (Cerf Histoire), [1991] 2007, p. 23.

5 Sancti Bernardi Opera, dans Jean Leclercq, Henri M. Rochais, Charles Holwell Talbot (éd.), Sermo XVII, Rome, Ediciones Cistercienses, t. VI, 1, 1970, p. 150-156.

6 Le septénaire traditionnel fait de l’orgueil la mère de tous les vices, qui sont l’envie, la colère, l’acédie, l’avarice, la gourmandise et la luxure. Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale, traduit de l’italien par Ph. Baillet, Paris, Éditions du Cerf (Cerf Histoire), [1991] 2007, p. 23-24.

7 Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale, traduit de l’italien par Ph. Baillet, Paris, Éditions du Cerf (Cerf Histoire), [1991] 2007, p. 87-112.

8 De peccato linguae : Carla Casagrande, Silvana Vecchio, Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale, traduit de l’italien par Ph. Baillet, Paris, Éditions du Cerf (Cerf Histoire), [1991] 2007, p. 108 ; Étienne de Bourbon, Le péché de langue, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 1129-1130. Étienne de Bourbon, dominicain de Lyon entre 1250 et 1261, composa un recueil intitulé Traité des diverses matières à prêcher ou parfois Les Sept dons du Saint-Esprit.

9 Jean-Claude Schmitt, « Au xiiie siècle, une parole nouvelle », en collaboration avec Jacques Le Goff, dans Jean Delumeau, Histoire vécue du peuple chrétien, Toulouse, Privat, 1979, I, p. 257-279.

10 Le Libellus de Jourdain de Saxe est disposé en deux distinctiones qui recoupent ces deux aspects de la vie dominicaine. Voir Florent Cygler, « L’originalité des Constitutions primitives dominicaines », dans Divus Thomas, vol. 109, no 2, L’origine dell’Ordine dei Predicatori e l’Università di Bologna, Bologne, Edizioni Studio Domenicano, Maggio-Agosto-2006, p. 57-80, p. 63.

11 Carolyn Bynum, Jesus as Mother, Berkeley, University of California Press (Studies in the Spirituality of the High Middle Adges), 1982, voir chap. 1 : The Spirituality of Regular Canons in the xiith Century, p. 22-58.

12 Hervé Martin, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge 1350-1520, Paris, Éditions du Cerf, 1988.

13 Nicole Bériou, L’avènement des maîtres de la Parole. La prédication à Paris au xiiie siècle, Paris, Institut d’études augustiniennes, 1998.

14 Inédit, Nicole Bériou, « L’éloquence. Les frères Prêcheurs et l’efficacité des mots », présenté lors du colloque à Rome sur les écrits et les livres des frères dominicains : « Le miroir littéraire des frères prêcheurs », les 23-27 janvier 2017. Je remercie Nicole Bériou de m’avoir communiqué avant publication son texte.

15 Florent Cygler, « L’originalité des Constitutions primitives dominicaines », dans Divus Thomas, vol. 109, no 2, L’origine dell’Ordine dei Predicatori e l’Università di Bologna, Bologne, Edizioni Studio Domenicano, Maggio-Agosto-2006, p. 80.

16 Il nous est possible d’accéder facilement à des traductions fiables (souvent fondées sur des éditions de Simon Tugwell inédites) dans l’ouvrage de Nicole Bériou, Bernard Hodel, Saint Dominique de l’ordre des frères prêcheurs. Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019 (désormais Témoignages écrits) ; voir aussi Simon Tugwell, Early Dominicans. Selected Writings, New York-Ramsey-Toronto, 1982.

17 Micol Long, Snijders Tjamke, Steven Vandreputten (éd.), Horizontal Learning in the High Middle Ages. Peer-to-Peer Knowledge Transfer in Religious Communities, Amsterdam, Amsterdam University Press (collection Knowledge communities), 2019. Cet enseignement horizontal est défini comme un savoir transmis et acquis dans un contexte d’interactions informelles dans lequel les catégories de maître / élève ne sont pas forcément opérantes

18 Patrick Henriet, « Faire communauté, bâtir la société idéale. Aspects du silence dans la tradition monastique médiévale », dans L’Homme comme animal politique et parlant, Philosophical Readings, vol. XII, 1, 2020, p. 240-246 ; Voir aussi Krijn Pansters, Abraham Plunkett-Latimer (éd.), Shaping Stability. The Normation and Formation of Religious Life in the Middle Ages, Turnhout, Brepols, 2016.

19 Règle de saint Augustin, texte intégral et commentaire de François-Marie Humann (éd.), Paris, Salvator (Petite bibliothèque monastique), 2016 ; Luc Verheijen, La règle de saint Augustin, t. II, Recherches historiques, Paris, Études augustiniennes, 1967 ainsi que Nouvelle approche de la Règle de saint Augustin, 1980.

20 Florent Cygler, « L’originalité des Constitutions primitives dominicaines », dans Divus Thomas, vol. 109, no 2, L’origine dell’Ordine dei Predicatori e l’Università di Bologna, Bologne, Edizioni Studio Domenicano, Maggio-Agosto-2006, p. 80 ; Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 202.

21 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 13c, p. 220-221. Sur le statut et la formation des novices (âgés de 18 ans, non mariés, libres, sans dettes et en bonne santé, leur probation durait une année), voir Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998, p. 75-85 ; voir aussi Raymond Creytens, « L’instruction des novices dominicains au xiiie siècle d’après le MS. Toulouse 418 », dans Archivum Fratrum Praedicatorum, XX, 1950, p. 115-191.

22 D’après le Libellus de instructione noviciorum de Jean de Montlhéry, dans Joachim Joseph Berthier (éd.), Humbertus de Romanis, Opera vita regulari, Rome, Befani, 1888-1889, t. II, p. 525-542, ici p. 536-537, cité par Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998, p. 102-103.

23 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 17b, p. 224.

24 Règle de saint Benoît, chapitre VI sur le Silence : « C’est au Maître, en effet, qu’il convient de parler et d’instruire ; le rôle du disciple est de se taire et d’écouter » ; chapitre VII, L’humilité : « Le neuvième degré d’humilité est que le moine interdise à sa langue de parler, et que gardant le silence, il attende pour parler qu’on l’ait interrogé ».

25 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 17d, p. 225.

26 « Chronique » de Sainte-Agnès de Bologne, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 558, no 5.

27 Marie-Humbert Vicaire, Histoire de Saint Dominique, Éditions du Cerf (Cerf Histoire), 2004.

28 Vitae Fratrum : traditionnellement attribuées à Géraud de Frachet (1205-1271). Si la première partie consacrée aux débuts de l’ordre a bien été écrite par Géraud de Frachet, dès la deuxième partie sur la vie et les miracles de saint Dominique, une collaboration s’instaura avec Humbert de Romans. Les parties suivantes s’attachent à Jourdain de Saxe puis au développement de l’ordre, pour finir sur la mort, les visions et révélations de frères plus ou moins connus. L’ouvrage, commencé en 1250, fut achevé par étapes en 1258-1259. Il reste une cinquantaine de manuscrits conservés. Traduction partielle (livres I, II et IV) dans Témoignages écrits, p. 1067-1110.

29 Géraud de Frachet, Vitae Fratrum, « in observatione autem silencii mirabiliter erant fratres tunc temporis devoti » chap. 1, p. 148-150, ici p. 150.

30 Géraud de Frachet, Vitae Fratrum, chap. 15, p. 77-78, traduit dans les Témoignages écrits, 86 [15], p. 1080-1081 et chap. 7, p. 79.

31 Lettre aux moniales de Madrid, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 79-85, ici p. 82.

32 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 7a, p. 578.

33 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 3e, p. 576.

34 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 12e et h, p. 580.

35 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 13f, p. 581.

36 Le verbe proclamer prend ici un sens technique : s’accuser soi-même ou accuser un membre de la communauté, lors du chapitre, d’avoir commis une faute contre la règle.

37 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 22e, p. 230 et 22p, p. 231.

38 Miracles de saint Dominique racontés par sœur Cécile, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 501-537.

39 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 571-572.

40 Miracles de saint Dominique racontés par sœur Cécile, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 519, no 6.

41 Miracles de saint Dominique racontés par sœur Cécile, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 532, no 12.

42 Sur les exempla voir : Claude Bremond, Jacques Le Goff, Jean-Claude Schmitt, L’« Exemplum », Turnhout, Brepols (Typologie des Sources du Moyen Age Occidental, fasc. 32), 1984, réédité en 1996 ; Jacques Berlioz, Marie Anne Polo de Beaulieu, Les « Exempla » médiévaux : Nouvelles perspectives, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1998 ; Marie Anne Polo de Beaulieu, Pascal Collomb, Jacques Berlioz, Le Tonnerre des exemples. « Exempla » et médiation culturelle dans l’Occident médiéval, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Histoire), 2010.

43 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 224, note 1.

44 Constitutions anciennes, Les Mâtines, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 209.

45 La collation est un entretien du soir après lequel les moines et les frères prenaient un repas léger.

46 Constitutions anciennes, La collation et les complies, 9a, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 217.

47 Miracles de saint Dominique racontés par sœur Cécile, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 536-537, no 15.

48 Voir Inédit, Nicole Bériou, « L’éloquence. Les frères Prêcheurs et l’efficacité des mots », présenté lors du colloque à Rome sur les écrits et les livres des frères dominicains : « Le miroir littéraire des frères prêcheurs », les 23-27 janvier 2017.

49 Jourdain de Saxe qui succéda à saint Dominique comme maître général en 1222, fit entrer un millier ou plus de nouveaux frères entre 1222 et 1237, et contribua à la rédaction de ses Constitutions. Dans son Libellus de principiis ordinis praedicatorum, il évoque les origines de l’ordre d’après « ce qu’il a vu et entendu personnellement » et « ce qu’il a connu des commencements de l’ordre par la relation des frères primitifs », notamment à Paris entre 1218 et 1220, sur le modèle des Exordia cisterciens. Au-delà de la Vita attendue du fondateur de l’ordre, il donne des exemples de saints ou de frères remarquables, en soulignant souvent leur éloquence. Il affirme s’appuyer sur ses souvenirs personnels et sur ceux qu’il a recueillis auprès de frères. Libellus de principiis ordinis praedicatorum : Traduction intégrale dans Témoignages écrits, p. 601-672, ici p. 602-603. Une partie de ce Libellus est repris dans la Vita sancti Dominici de Pierre Ferrand : Traduction intégrale dans Témoignages écrits, p. 793-857.

50 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 2. 4, p. 607.

51 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, chap. 20, p. 618. Même récit dans la Vita sti Dominici, dans Témoignages écrits, 11, p. 810.

52 Nicole Bériou, André Vauchez, Michel Zink (éd.), Les Dominicains en France, xiiie-xxe siècle, Paris, Académie des Inscriptions Belles Lettres-Éditions du Cerf, 2017 ; Nicole Bériou, « Des “frères Prêcheurs”. Quel renouveau pastoral dans la France du xiiie siècle ? », dans Les Dominicains en France (xiiie-xxe siècle), Paris, Académie des Inscriptions Belles Lettres-Éditions du Cerf, 2017, p. 1-20, ici p. 8-13.

53 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 64 (107), p. 666.

54 Agnès Regeltgen Tallon, « La construction d’une mémoire dominicaine », dans Nicole Bériou, André Vauchez, Michel Zink (éd.), Les Dominicains en France, xiiie-xxe siècle, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres-Éditions du Cerf, 2017, p. 111-128, ici p. 115, et Catherine Vincent, « La lente diffusion du culte de saint Dominique dans le Nord du Royaume de France (xiiie-xve siècle) », dans Nicole Bériou, André Vauchez, Michel Zink (éd.), Les Dominicains en France, xiiie-xxe siècle, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres-Éditions du Cerf, 2017, p. 198-220, ici p. 219-220.

55 « Frère Réginald, de sainte mémoire, vint donc à Paris où avec une fougue infatigable de l’esprit, il prêchait en parole et en acte le Christ Jésus et celui-ci crucifié [1 Co 1, 23] mais Dieu l’enleva au bout de quelques jours » : Libellus, Témoignages écrits, 39 (63), p. 643. Presque même présentation dans la Vita sti Dominici dans, Témoignages écrits, 31, p. 832. Voir aussi : Nicole Bériou, « Un lieu de culte parisien oublié. La tombe de frère Réginald d’Orléans, de l’ordre des frères Prêcheurs († 1220) », dans Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, avril-juin 2016, p. 575-616.

56 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 40 (64), p. 644.

57 Markus Schürer, Das Exemplum oder die erzählte Institution. Studien zum Beispielgebrauch bei den Dominikanern und Franziskanern des 13. Jahrhunderts, Berlin, Lit Verlag (Vita regularis, 23), 2005 ; Markus Schürer, « Mémoire et histoire dans l’ordre des Prêcheurs vers le milieu du xiiie siècle », dans Écrire son histoire. Les communautés régulières face à leur passé. Actes du 5e Colloque International du CERCOR., Saint-Étienne, 6-8 Novembre 2002, Saint-Étienne, CERCOR. (Travaux et Recherches 18), 2005, S. 147-169.

58 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 43 (67), p. 645-646 et 43 (68), p. 646.

59 Cette pratique des sortes biblicae consiste à ouvrir au hasard un livre de la bible supposé offrir une réponse envoyée par la divine providence pour résoudre une question préoccupante. En hagiographie, c’est un épisode fréquent de la conversion du futur saint.

60 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 43 (70), p. 646-647.

61 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 48 (78), p. 651.

62 Jourdain de Saxe, Le petit livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 51 (80), p. 653.

63 Piroska Nagy, Le Don des larmes au Moyen Âge. Un instrument spirituel en quête d’institution (ve-xiiie siècle), Paris, Albin Michel, 2000.

64 Au chapitre provincial de Provence à Montpellier en 1252, Géraud de Frachet demande aux frères de lui faire parvenir les récits de morts miraculeuses (obitus miraculosos). Puis Humbert de Romans, au chapitres généraux de Milan en 1255 et de Paris en 1256, demande aux frères de noter les faits dignes de mémoire auxquels ils avaient été mêlés ou dont ils avaient eu la connaissance d’une autre manière. Voir Bernard Montagnes, « Comment meurent les Prêcheurs méridionaux d’après les Vitae Fratrum », dans La mort et l’au-delà en France méridionale (xiie-xve siècle), Toulouse, Éditions Privat (Cahiers de Fanjeaux, 33), 1998, p. 41-64, ici p. 42.

65 Vies des frères, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 96 (26), p. 1086.

66 On retrouve cette même réticence à l’égard de la rhétorique sous la plume de Humbert de Romans, pour qui, la parole efficace est simple, dénuée d’ornements inutiles, cité par Nicole Beriou : « L’éloquence. Les frères Prêcheurs et l’efficacité des mots », présenté au Convegno per l’VIII Centenario della conferma dell’Ordine Domenicano : « Contemplata aliis tradere. Lo specchio letterario dei frati predicatori », Rome, Biblioteca Casanatense et Convento di Santa Maria sopra Minerva, 23-27 janvier 2017.

67 Bernardi Guidonis, Scripta de sancto Dominico, dans Simon Tugwell (éd.), Monumenta Ordinis Fratrum praedicatorum historica, Rome, Apud Institutum Historicum Ordinis Fratrum Praedicatorum, 1998, ici p. 31-58 et De Quatuor in quibus Deus Praedicatorum ordinem insignivit, commencé par Étienne de Salanhac, dans les années 1270, complété par Bernard Gui jusqu’à sa mort. Bernard Gui et son monde, Toulouse, Éditions Privat (Cahiers de Fanjeaux, 16), 1981. Anne-Marie Lamarrigue, Bernard Gui (1261–1331) : un historien et sa méthode, Paris, Champion (Études d’histoire médiévale, 5), 2000, ici. p. 91-168 et p. 249-268.

68 Règle de saint Augustin, chap. 2, 1, p. 44.

69 Règle de saint Augustin, chap. 2, 1, p. 44.

70 Lettre aux moniales de Madrid, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 83.

71 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 577.

72 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 213.

73 Vitae Fratrum, chap. 6, p. 70-71 : Post sermonis igitur sui primordia vir dei celitus inspiratus celitus in hec verba prorupit “Nolite expavescere fratres, confidite in Dei misericordia quia hodie abundanti concessa a Domino nobis pluvia ; tristicia hec nostra in gaudium convertetur” ; Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 1104.

74 Célestin Douais, Essai sur l’organisation des études dans l’ordre des frères Prêcheurs au treizième et au quatorzième siècle (1216-1342), Paris, Picard, 1884, p. 2 ; Simon Tugwell, Early Dominicans. Selected Writings, New York-Ramsey-Toronto, 1982, p. 179-325 ; Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998. Pour une critique de l’ouvrage de Celestin Douais, voir Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998, p. X.

75 Célestin Douais, Essai sur l’organisation des études dans l’ordre des frères Prêcheurs au treizième et au quatorzième siècle (1216-1342), Paris, Picard, 1884, p. 5, d’après les Acta Sanctorum, août, t. I, 573A ; Hugues De Saint-Cher, Postilla super Genesim, 9, 13, cité par Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998, p. IX.

76 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 207.

77 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998, p. 130-134

78 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998, p. 98-100.

79 Humbertus de Romanis, Instructiones de officiis ordinis, dans J. J. Berthier (éd.), Opera de vita regulari, Turin, 1956, d’après Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998, p. 109-111.

80 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998, p. 102.

81 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 249.

82 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 255.

83 Célestin Douais, Essai sur l’organisation des études dans l’ordre des frères Prêcheurs au treizième et au quatorzième siècle (1216-1342), Paris, Picard, 1884, p. 23-25.

84 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1998, p. 184-185, p. 189-193.

85 Célestin Douais, Essai sur l’organisation des études dans l’ordre des frères Prêcheurs au treizième et au quatorzième siècle (1216-1342), Paris, Picard, 1884, p. 66-67 ; Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998, p. 167-178 et 180-184.

86 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998, p. 79 ; on trouve un écho de ces péchés de langue de la dispute, dans ce chapitre des Constitutions concernant la prédication : sera puni de coulpe légère, le frère qui « en allant prêcher, s’est montré oiseux en paroles ou en actions », voir dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 21x, p. 228.

87 Jeffrey F. Hamburger, Eva Schlotheuber, « Books in Women’s Hands: Liturgy, Learning and the Libraries of Dominican Nuns in Westphalia », dans Nicole Bériou, Martin Morard, Donatella Nebbiai (dir.), Entre stabilité et itinérance livres et culture des ordres mendiants, xiiie-xve siècle, Turnhout, Brepols, 2014, p. 129-157, ici p. 133-134.

88 Pourtant Catherine de Sienne a prêché. Elle menait une vie de pénitente dirigée par des Dominicains dont Raymond de Capoue. Ces femmes pénitentes ne se rattachèrent à l’ordre dominicain qu’en 1405 (Ordo de penitentia sancti Dominici adonné à l’assistance aux pauvres et aux malades) par la bulle d’Innocent VII, elles devinrent des tertiaires régulières vivant en communauté à partir de 1453. Voir S. Duval, « Les Dominicains et les femmes (Fin du Moyen Âge-début de l’époque moderne) », dans Nicole Bériou, André Vauchez, Michel Zink (éd.), Les Dominicains en France, xiiie-xxe siècle, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres-Éditions du Cerf, 2017, p. 21-38, ici p. 28-29.

89 « Chronique » de Sainte-Agnès de Bologne, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 565, no 20 (Éloge funèbre de Diane D’Andalo).

90 Sylvie Duval, « Usages du livre et de l’écrit chez les moniales dominicaines observantes (Italie, 1400-1450 ca) », dans Nicole Bériou, Martin Morard, Donatella Nebbiai (dir.), Entre stabilité et itinérance livres et culture des ordres mendiants, xiiie-xve siècle, Turnhout, Brepols, 2014, p. 215-227.

91 Sylvie Duval, « Usages du livre et de l’écrit chez les moniales dominicaines observantes (Italie, 1400-1450 ca) », dans Nicole Bériou, Martin Morard, Donatella Nebbiai (dir.), Entre stabilité et itinérance livres et culture des ordres mendiants, xiiie-xve siècle, Turnhout, Brepols, 2014, p. 219-220.

92 Sylvie Duval, « Usages du livre et de l’écrit chez les moniales dominicaines observantes (Italie, 1400-1450 ca) », dans Nicole Bériou, Martin Morard, Donatella Nebbiai (dir.), Entre stabilité et itinérance livres et culture des ordres mendiants, xiiie-xve siècle, Turnhout, Brepols, 2014, p. 220.

93 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 22a, p. 588.

94 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 583 : « la satisfaction désigne la pénitence ordonnée par le confesseur ».

95 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 14p, p. 583.

96 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 23i, p. 232.

97 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 2e, p. 213.

98 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 2f, p. 213.

99 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 229.

100 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, jj, p. 229.

101 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 22h, p. 230.

102 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 22j, p. 230.

103 Règle de saint Benoit, le chapitre 4 évoque l’interdiction de porter de faux témoignages, de jurer, de crainte de se parjurer, et exige de dire la vérité du cœur comme des lèvres. Il interdit également la malédiction et préconise de « Garder sa langue de tout propos mauvais ou nuisible ; ne pas aimer à beaucoup parler, ne pas dire de paroles vaines ou qui ne portent qu’à rire, et ne pas aimer le rire trop fréquent ou trop bruyant ». Le chapitre 5 dénonce le murmure. Le chapitre 7 interdit le rire et décrit la bonne prise de parole du moine : « il s’exprime doucement et sans rire, humblement et avec gravité, disant en peu de mots des choses raisonnables, évitant les éclats de voix ». Dans le chapitre 43, sont dénoncés les possibles bavardages de ceux qui arrivent en retard à l’office ou à la table.

104 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 7b, p. 578.

105 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 7c, p. 578.

106 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 12e, p. 580.

107 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019,12h, p. 580.

108 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 13c, p. 221.

109 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 13e, p. 221.

110 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 21ll, p. 229.

111 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 22i, p. 230.

112 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 22r, p. 231.

113 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 13c, p. 581.

114 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 16a, p. 584-585.

115 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 16b, p. 585.

116 Miracles de saint Dominique racontés par sœur Cécile, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 535.

117 Sylvie Duval, « Les religieuses, le cloître et la ville (xiiie-xve siècle). L’exemple des moniales dominicaines (Aix-en Provence, Montpellier) », dans Moines et religieux dans la ville (xiie-xve siècle), Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 44), 2009, p. 495-516.

118 Sylvie Duval, « Les religieuses, le cloître et la ville (xiiie-xve siècle). L’exemple des moniales dominicaines (Aix-en Provence, Montpellier) », dans Moines et religieux dans la ville (xiie-xve siècle), Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 44), 2009, p. 500-501 : Sylvie Duval rappelle les étapes de l’établissement de cette stricte clôture pour les moniales : dès 1220 Dominique avait rénové et renforcé la clôture dans les établissements féminins de l’ordre. Puis les Constitutions de 1259 rédigées par Humbert de Romans ont donné beaucoup de précisions sur les modalités de cette stricte clôture : formes des bâtiments et des portes, protocole à suivre en cas d’entrée d’un homme dans le couvent qu’il soit médecin ou confesseur. Enfin, la bulle Pericoloso de 1298 établit la stricte clôture pour toutes les moniales : il leur est interdit de sortir de la clôture et inversement les entrées dans les communautés féminines sont très fortement limitées. À l’intérieur de l’église, le jubé dispose d’ouvertures grillagées parfois recouvertes d’une toile opaque tout comme le parloir. De l’autre côté du jubé les laïcs peuvent venir assister à la messe. Un tour permet de faire passer les denrées alimentaires et les objets nécessaires aux moniales. Les fenêtres orientées vers l’extérieur sont réduites au minimum.

119 Sylvie Duval, « Les religieuses, le cloître et la ville (xiiie-xve siècle). L’exemple des moniales dominicaines (Aix-en Provence, Montpellier) », dans Moines et religieux dans la ville (xiie-xve siècle), Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 44), 2009, p. 507.

120 Sylvie Duval, « Les religieuses, le cloître et la ville (xiiie-xve siècle). L’exemple des moniales dominicaines (Aix-en Provence, Montpellier) », dans Moines et religieux dans la ville (xiie-xve siècle), Toulouse, Privat Cahiers de Fanjeaux, 44), 2009, p. 511.

121 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998, p. 86-94 ; William of Tournai, De instructione puuerorum, James A. Corbett (éd.), Indianapolis, Medieval Institut University of Notre-Dame, 1955.

122 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998, p. 95-96 ; sur l’oblation, voir Charles de Miramon, Les données au Moyen Âge : une forme de vie religieuse laïque, v. 1180-v. 1500, Paris, Éditions du Cerf, 1999.

123 Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998, p. 85-97.

124 Célestin Douais, Essai sur l’organisation des études dans l’ordre des frères Prêcheurs au treizième et au quatorzième siècle (1216-1342), Paris, Picard, 1884, p. 35.

125 Stephanus de Borbone, Tractatus de diversis materiis predicabilibus, Prologus, t. I, Dono Timoris, dans J. Berlioz, J.-L. Eichenlaub (éd.), Turnhout, Brepols, 2002, ici dans Prologue, p. 4, l. 49, « a diversis probis et doctis uiris a quibis plura eorum audiui », et p. 6, l. 111-113, « de eis que audiuimus a diuersis doctoribus et predicatoribus et uiris fide dignis, que iudicamus esse utilia animarum edificationi et saluti ».

126 Stephanus de Borbone, Tractatus de diversis materiis predicabilibus, Prologus, t. I, Dono Timoris, dans J. Berlioz, J.-L. Eichenlaub (éd.), Turnhout, Brepols, 2002, ut audiui, no 296, 306 et 345. Puis Anonymi relatores, p. 80 : un pécheur (no 281), un légat de croisade (no 177), un évêque (no 246), un frère (no 241, 338), un grand doyen (no 25), des étudiants de Paris (no 200) et la femme d’un comte (no 259).

127 Stephanus de Borbone, Tractatus de diversis Materiis praedicabilibus, t. III, De Dono Scientiae, dans Jacques Berlioz (éd.), Turnhout, Brepols, 2006 : un frère : exempla, no 907, 920, 891, 1008, 1167, 1183, 1222 ; des frères : no 939, 1032.

128 Stephanus de Borbone, Tractatus de diversis Materiis praedicabilibus, t. II, De Dono Pietatis, dans Jacques Berlioz, Denise Ogilvie-David, Colette Ribaucourt (éd.), Turnhout, Brepols, 2015. Ainsi, une femme (no 439), une mère (no 902), deux nobles dames (no 711 et 721) ; les habitants de Tarentaise (no 576), d’Auxonne (no 718) et de Vézelay (no 904). Peu de laïcs face aux quatorze informateurs religieux.

129 Jacques Berlioz, « La prédication des cathares selon l’inquisiteur Étienne de Bourbon (mort vers 1261) », dans La Prédication sur un mode dissident : laïcs, femmes, hérétiques (xie-xive), Actes du 9e colloque du Centre d’études cathares/René Nelli, Couiza, 26-30 août 1996, dans Heresis, no 31, 1999, p. 9-35 ; Marie Anne Polo de Beaulieu, « Inquisition et inquisiteur dans les recueils d’exempla », dans Acta scientiarum education, vol. 37, no 4, 2015, p. 357-370.

130 Stephanus de Borbone, Tractatus de diversis Materiis praedicabilibus, t. III, De Dono Scientiae, dans Jacques Berlioz (éd.), Turnhout, Brepols, 2006, no 943, p. 41, « Audivi a eis qui ante eam de hoc conuincerant et hereticam iudicaverant, et a filio suo, Theobaldo nomine », en ligne : http://thema.huma-num.fr/collections/TC0148 (accessed 2022-04-14).

131 Alan E. Bernstein, « Teaching and Preaching Confession in Thirteenth-Century Paris », dans Albert Ferreiro (dir.), The Devil, Heresy and Witchcraft in the Middle Ages. Essays in Honor of Jeffrey B. Russell, Leyde-Boston-Cologne, Brill, 1998, p. 111-130.

132 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 3, p. 213.

133 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 22n, p. 231.

134 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 17a, p. 585.

135 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 17c, p. 585.

136 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 17d, p. 585.

137 Chronique du monastère Sainte Agnès, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 564.

138 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 17e-f-h, p. 586.

139 Institutions de Saint-Sixte de Rome, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 17i, p. 586.

140 Constitutions anciennes, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 21t, p. 228.

141 Jourdain de Saxe, Le Petit Livre, dans Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, 52 (82), p. 653 et 53 (85), p. 655-656.

142 Albert d’Haenens, « Quotidienneté et contexte. Pour un modèle d’interprétation de la réalité monastique médiévale (xie-xiie siècles) », dans Istituzioni monastiche e istituzioni canonicali in Occidente (1123-1215), Milan, 1980, p. 567-598, ici p. 581-591 sur le « processus verbal, oral et écrit » comme « structurante majeure de l’entité monastique » ; dans un contexte différent, voir la notion de « communauté de salut » élaborée par Patrick Henriet, « Sainteté martyriale et communauté de salut. Une lecture du dossier des martyrs de Cordoue (milieu ixe siècle) », dans Michel Lauwers, Guerriers et moines : Conversion et sainteté aristocratiques dans l’Occident médiéval (ixe-xiie siècle), Turnhout, Brepols (Collection d’études médiévales de Nice, 4), 2002, p. 93-139. En ligne, https://doi.org/10.1484/M.CEM-EB.4.2017029.

143 Vitae Fratrum, chap. 16, dans l’édition de P. Reichert, p. 78-79 ; Nicole Bériou, Bernard Hodel, Témoignages écrits, Paris, Éditions du Cerf, 2019, p. 1081 ; Michèle Mulchahey, « First the Bow is Bent in Study »: Dominican Education Before 1350, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies (Studies and Texts, 132), 1998, p. 105.

144 Jean Gobi le Jeune, dans sa Scala coeli, consacre un chapitre aux visites aux laïcs sous le titre : « De consolatione mortuorum », exempla, no 292-294 ; voir La Scala cœli de Jean Gobi, présentation et édition par Marie Anne Polo de Beaulieu, Paris, Éditions du CNRS (Sources d’histoire médiévale), 1991, p. 288-290.

145 Ce verset biblique ouvre le chapitre VI de la Règle de saint Benoît sur le silence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Anne Polo de Beaulieu, « Circulation et contrôle de la parole dans les couvents dominicains (XIIIe-XIVe siècle) »L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 25 | 2022, mis en ligne le 28 octobre 2022, consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/acrh/26228 ; DOI : https://doi.org/10.4000/acrh.26228

Haut de page

Auteur

Marie Anne Polo de Beaulieu

L’auteure est directrice de recherche au CNRS, rattachée au Centre de recherches historiques (Paris) dans l’équipe AHLOMA (Anthropologie historique d’un long Moyen Âge). Elle s’attache à l’étude de la littérature pastorale du Moyen Âge ainsi qu’à la liturgie des défunts. Elle co-dirige la base de données ThEMA (Thesaurus Exemplorum Medii Aevi) qui recense des milliers d’exempla issus de sermons et de traités didactiques divers en latin et en langue vernaculaire. Elle co-anime un projet pluri-annuel sur l’exemplarité dans le Labex HASTEC (Histoire et Anthropologie des Savoirs, des Techniques et des Croyances) et s’intéresse aux images exemplaires.
Marie Anne Polo de Beaulieu a publié avec Victoria Smirnova « Visual Preaching in Russia (Seventeenth to Nineteenth Centuries) », dans Timothy J. Johnson, Katherine Wrisley Shelby, John D. Young, Preaching and New World. Sermons as Mirrors of Realms Near and Far, p. 201-226 et dirigé avec Patrick Henriet la publication de Pierre Damien et les exempla. Stratégies d’auteur et réception, Paris, Classiques Garnier, 2023

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search