Navigation – Plan du site

AccueilLes compléments de l'Atelier du CRHLes thèses du CRH2021Les tentatives de réformes politi...

2021

Les tentatives de réformes politiques de la monarchie française au XVIIIe siècle : les réformes Maupeou (1771-1774) et Lamoignon (1788). Essai sur la culture politique en France à la fin de l’Ancien Régime

Thèse soutenue le 10 mai 2021
The Political Attempts of the French Monarchy in the XVIII th Century: the Reforms of Maupeou (1771-1774) and Lamoignon (1788). Essay on the Political Culture at the End of the Ancien Régime
Éric Viguier

Texte intégral

1Thèse dirigée par Matthieu Marraud (EHESS/ CRH) soutenue devant un jury composé de Pierre Bonin (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Laurence Croq (Université Paris-Nanterre), Joël Félix (Université de Reading), Guy Chaussinand-Noguaret (EHESS), et Fanny Cosandey (EHESS). Les rapporteurs étaient Laurence Croq et Joël Félix.

2Résumé : Cette thèse étudie les tentatives de réformes politiques de la monarchie française à la fin de l’Ancien Régime à partir des réformes du chancelier Maupeou (1771-1774) et du garde des sceaux Lamoignon (1788), que l’historiographie a pu qualifier de réformes judiciaires. Ces dernières provoquèrent deux crises majeures et d’importants débats sur la question du pouvoir politique et de la souveraineté entre les partisans du pouvoir royal et ceux des parlements. Notre hypothèse de départ en étudiant ensemble ces deux réformes est de les concevoir, derrière leur étiquette judiciaire, comme des réformes au contenu et aux finalités politiques. Ce travail montre, qu’à côté des nombreuses réformes entreprises par le gouvernement royal durant tout le xviiie siècle (réformes fiscales, financières, économiques…), ces deux réformes constituent avec les projets d’assemblées municipales et provinciales de Turgot (1774-1776) puis de Necker (1781), le volet politique de l’entreprise réformatrice de la monarchie au siècle des Lumières. Les réformes Maupeou, Lamoignon, Turgot et Necker sont, sous des formes différentes, les réponses du pouvoir royal à la crise politique profonde que traversait la monarchie au cours du xviiie siècle, caractérisée par la contestation parlementaire répétée des mesures ministérielles. Les réformes politico-judiciaires de Maupeou et Lamoignon sont la réponse autoritaire et absolutiste du pouvoir royal à cette crise politique et idéologique alors que les réformes administratives de Turgot puis de Necker, visant à créer des assemblées représentatives, constituent la stratégie plus douce et libérale pour remédier à l’usure de l’absolutisme et régénérer la monarchie absolue en l’adaptant aux mentalités du temps. Cette étude montre également que les crises provoquées par les réformes politico-judiciaires de Maupeou et Lamoignon sont tout à la fois des révélateurs de la désaffection pour le modèle de la monarchie absolue en France et un catalyseur accentuant le désir d’un pouvoir moins autocratique et d’une monarchie constitutionnelle et représentative, respectueuse des droits de la nation. Elles furent ainsi un moment majeur de maturation des idées hostiles au pouvoir absolu, de cristallisation de l’idée de « nation » et d’éducation politique d’un large public. Cette thèse vise également, au-delà de l’étude de ces tentatives de réformes politiques, à étudier les cultures politiques dominantes qui se révèlent durant les débats profonds provoqués par les deux réformes judiciaires de Maupeou et de Lamoignon (culture absolutiste du pouvoir royal, culture parlementaro-aristocratique des parlements, culture plus libérale des milieux philosophiques, puis du courant national). Elle constitue une étude d’histoire politique, mais aussi d’histoire des idées et des mentalités politiques en France à la fin de l’Ancien Régime. Par son étude des différentes représentations idéologiques de chaque camp opposé, gouvernement royal et parlements, ce travail est plus globalement une réflexion sur la crise et la déliquescence de l’idéologie du pouvoir absolu qui déboucha sur la chute de la monarchie absolue. Les crises produites par ces réformes furent en effet l’occasion de débattre des idées de contrat social, de souveraineté nationale, de constitution, de limites au pouvoir absolu, de droits de la nation, de liberté, de corps politiques représentatifs, et montrent ainsi la recherche d’une nouvelle légitimité politique. Cette étude ouvre ainsi un questionnement sur les origines idéologiques de la Révolution française et soutient que ces deux moments de crises engendrées par les réformes politico-judiciaires et leur échec sont des moments fondamentaux pour la compréhension des événements révolutionnaires de 1789. Elle montre en effet l’incapacité de la monarchie absolue à la fin de l’Ancien Régime à se réformer politiquement et à recréer un nouveau consensus en restant figée sur ses dogmes absolutistes.

3Abstract: This thesis studies the political attempts of the French monarchy at the end of the Ancien Régime from the so-called judiciary reforms of Chancellor Maupeou (1771-1774) and Lord Chancellor Lamoignon (1788) which historiography could describe as judiciary reforms. Both reforms caused two major crises and important debates about the question of political power and sovereignty between the followers of the royal power and those of the parliaments. Our initial hypothesis in order to study those two reforms together is to conceive them, behind their judiciary label, as reforms with political contents and purposes.This thesis shows that, together with numerous reforms initiated by the royal government during the xviii th century (tax reforms, financial, economic reforms…), those two reforms constitute, with Turgot’s (1774-1776) and Necker’s (1781) projects of municipal and provincial assemblies, the political component of the reforming enterprise of the monarchy at the Age of Enlightenment. Maupeou, Lamoignon, Turgot and Necker reforms are, in different forms, the responses of the royal power to the deep crisis crossed by the monarchy in the xviii th century, characterized by the frequent parliamentary challenges of the ministerial measures. The politico-judiciary reforms of Maupeou and Lamoignon are the authoritarian and absolutist responses of the royal power to that political and ideological crisis whereas Turgot’s and Necker’s administrative reforms, wishing to create representative assemblies constitute a softer and a more liberal strategy in order to remedy the wear of absolutism and to regenerate the absolute monarchy by adapting it to the mentality of time. This study also shows that the crises caused by the politico-judiciary reforms of Maupeou and Lamoignon are both indicators of disaffection for the model of absolute monarchy and a catalyst emphasising the desire for a less autocratic power and for a constitutional and representative monarchy that would be more respectful for the rights of the nation. Consequently, those reforms were major moments for the maturation of hostile ideas to the absolute power, for the crystallization of the idea of the nation and for the education of a large public. Beyond the study of those attempts of political reforms, this thesis is also intended to study the dominant political cultures that can be seen during the deep debates caused by both judiciary reforms of Maupeou and Lamoignon (absolutist culture of the royal power, parliamentary–aristocratic culture of parliaments, a more liberal culture of philosophers, then of the national current). This thesis is a study of political history, but also a study of ideas and political mentalities in France at the end of the Ancien Régime. With its study of the different ideologic representations of each opposed side, royal government and parliaments, this work is more globally a reflection about the crisis and deliquescence of the ideology of the absolute power which led to the fall of absolute monarchy. The crises produced by those reforms were the opportunity to debate a lot of new notions of social contract, national sovereignty, constitution, limits of absolute power, rights of the nation, freedom, representative body politic, and so they show the research of a new political legitimacy. This study opens up a questioning about the ideologic origins of the French Revolution and leads to demonstrate that those two moments of crises, caused by the politico-judiciary reforms and their failure are fundamental moments to understand the revolutionary events of 1789. This study shows how the absolute monarchy preferred to freeze on its absolutist dogmas, which led to the inability of this monarchy at the end of the Ancien Régime to reform itself and recreate a new consensus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Viguier, « Les tentatives de réformes politiques de la monarchie française au XVIIIe siècle : les réformes Maupeou (1771-1774) et Lamoignon (1788). Essai sur la culture politique en France à la fin de l’Ancien Régime »L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], Les thèses du CRH, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/acrh/26674 ; DOI : https://doi.org/10.4000/acrh.26674

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search