Navigation – Plan du site

AccueilL’Atelier du CRH28L’histoire urbaine à l’épreuve de...

L’histoire urbaine à l’épreuve des plaintes citadines (xviie-xxe siècles) : introduction

Urban History probed by the Input of City Dwellers’ Complaints (17th-20th Centuries): Introduction
Isabelle Backouche et Nathalie Montel

Résumés

Et si l’on écoutait sérieusement ce que citadines et citadins ordinaires ont pu dire ? Tel est le parti pris de ce numéro qui propose de focaliser l’attention sur des corpus de plaintes écrites ayant la ville pour cadre mais aussi pour motif. Que nous disent ces protestations à bas bruit ? Dans quelle mesure nous renseignent-elles sur la fabrique de la ville ? Matériaux pour l’historien, ces sources insolites se révèlent fournir des éclairages précieux et inédits sur les transformations sociales et matérielles des milieux urbains. C’est ce que montre chacune des études ici réunies

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-François Laé, L’instance de la plainte. Une histoire politique et juridique de la souffrance, (...)
  • 2 Luc Boltanski, Yann Daré, Marie-Ange Schiltz, « La dénonciation », Actes de la recherche en science (...)
  • 3 Emilia Schijman, « Écrire aux HLM, se plaindre à l’État. Quelques figures de la protestation dans u (...)
  • 4 Didier Fassin, « La supplique. Stratégies rhétoriques et constructions identitaires dans les demand (...)
  • 5 Samuel Hayat, Judith Lyon-Caen, Federico Tarragoni, « S’adresser à l’autorité en tant qu’individu s (...)
  • 6 Pour une analyse récente : Pierre Serna, Que demande le peuple ? Les cahiers de doléances de 1789, (...)
  • 7 François Jarrige, « Une “barricade de papiers” : le pétitionnement contre la restriction du suffrag (...)
  • 8 Benoît Agnes, L’appel au pouvoir. Les pétitions aux Parlements en France et au Royaume-Uni (1815-18 (...)
  • 9 Jean-Gabriel Contamin, « Pétition », dans Olivier Filleule, Lilian Mathieu et Cécile Péchu, Diction (...)
  • 10 Julien Fretel, Michel Offerlé, Écrire au président. Enquête sur le guichet de l’Élysées, Paris, La (...)
  • 11 Emilia Schijman, « Suppliques et accès aux droits. Écrire au président de la République en France ((...)

1Les plaintes ne sont pas des objets inconnus des sciences sociales. Elles appartiennent à la grande famille des courriers adressés aux autorités, mobilisés par différentes disciplines dans des perspectives variées. Le sociologue Jean-François Laé s’est, par exemple, intéressé aux plaintes déposées auprès de l’autorité judiciaire, étudiant comment une jurisprudence s’est peu à peu construite à partir de ces manifestations de souffrance et de ces demandes d’aide et de réparation1. À partir de lettres de dénonciations d’injustice adressées au journal Le Monde, c’est le sens du juste et les registres de la justification qu’ont, pour leur part, cherché à saisir Luc Boltanski, Yann Daré et Marie-Ange Schiltz2. Au croisement de ces deux veines interprétatives, Emilia Schijman a enquêté dans une cité HLM et, épluchant les dossiers administratifs, montre comment les locataires n’ont de cesse, par leurs protestations écrites, d’interpeler les administrations mais aussi peuvent infléchir les décisions des tribunaux3. La plainte est une mise en récit. Et d’abord, une mise en récit de soi, qui se conforme aux attentes supposées du destinataire et à des normes tacites. Le sociologue Didier Fassin a analysé cette injonction à se raconter, à construire un dossier en même temps qu’un argumentaire pour les ayants-droit. En se fondant sur les demandes d’aide auprès du Fonds d’urgence sociale créé en 1998, des sollicitations baptisées suppliques, il a mis en évidence le travail rhétorique à l’œuvre et la construction d’une double relation de sollicitation et de sollicitude entre les citoyens et les pouvoirs publics4. Les historiens ne sont pas en reste qui ont également fait des suppliques adressées aux autorités des objets d’études5, les spécialistes de l’époque révolutionnaire ayant quant à eux de longue date analysé les célèbres cahiers de doléances6. Très encadrées par les procédures, les pétitions aux assemblées parlementaires, enregistrées à différentes époques7 ou dans différents pays8, ont, quant à elles, plus particulièrement suscité l’intérêt des historiens du politique et des politistes9. Des courriers adressés au président de la République par des citoyens ordinaires et des réponses apportées par un service dédié créé par François Mitterrand en 1983, anthropologues, sociologues et politistes ont fait, à leur tour, un observatoire du rapport des Français à la politique et à l’institution présidentielle10 et montré la dimension éminemment politique de ces requêtes qui, dans bien des cas, mettent en cause les fonctionnements administratifs11.

  • 12 À cette journée d’études ont participé Laetitia Overney, Audrey Freyermuth, Eric Le Bourhis, Anne B (...)

2S’inscrivant dans ce regain d’intérêt multidisciplinaire pour les écrits de citoyens ordinaires adressés aux pouvoirs, les articles ici réunis prennent à leur tour des plaintes pour objets d’analyse. En partis issus d’une journée d’études organisée le 15 octobre 201912, ils ont pour point commun de travailler sur des corpus de plaintes qui ont la ville pour cadre mais aussi pour motif. Ces différentes études de cas empiriques s’intéressent à des lettres envoyées par des citadins à des autorités, que ces plaintes aient ou non une dimension juridique. Si le terme de « plaintes » a été retenu, c’est pour son caractère plastique qui permet de n’exclure a priori aucun destinataire et son acception lâche. Il recouvre une pluralité de courriers adressés à des pouvoirs (politiques, juridiques ou médiatiques), qui expriment un sentiment allant d’une petite insatisfaction à un profond mécontentement. Le ressentiment éprouvé est d’ailleurs bien souvent ce qui pousse les auteurs de ces missives à les écrire. Bien qu’englobant une large palette d’écrits, les plaintes se distinguent néanmoins des suppliques dans la mesure où leurs auteurs ne demandent ni faveurs ni passe-droits. C’est au contraire généralement leur bon droit qu’ils entendent faire prévaloir, s’estimant lésés ou non entendus par les administrations, voire abandonnés à leur triste sort. En rédigeant un courrier, ils nourrissent l’espoir que leur sort personnel ou leurs arguments seront pris en compte. C’est aussi leur vécu qu’ils entendent faire connaître à des services administratifs qu’ils considèrent comme pas complètement au fait des réalités, mais aussi leurs savoirs de terrain qu’ils s’emploient à transmettre. Formulant des critiques, émettant des vœux ou exposant des revendications, ils choisissent aussi d’exprimer avec leurs mots, et dans des formes qui ne sont pas nécessairement celles attendues, leurs propres visions des conditions et modalités de vie en ville, en même temps que leur détresse ou leur misère.

  • 13 Nathalie Montel, Faire le Grand Paris. Avis des habitants consultés en 1859, Paris, Presses univers (...)
  • 14 Nathalie Montel, « Chronique d’une mort non annoncée. L’annexion par Paris de sa banlieue en 1860 » (...)
  • 15 Isabelle Backouche, Paris transformé. Le Marais 1900-1980, Paris, Créaphis, 2016 [réed. 2019].

3En focalisant l’attention sur les plaintes, nous formulons l’hypothèse que ces actes d’écriture, longtemps tenus pour négligeables ou considérés de statut mineur, sont au contraire susceptibles de nous renseigner utilement sur les villes du passé et leurs transformations sociales ou matérielles. L’attention portée aux avis exprimés à l’occasion de l’enquête sur l’extension des limites de Paris en 1859 en a fourni une illustration. En montrant l’existence d’une opposition à une mesure présentée par les autorités comme évidente ou naturelle, elle a permis de mettre en lumière sa dimension controversée et de réviser l’historiographie de l’ère haussmannienne. C’est en particulier la description de l’événement survenu le 1er janvier 1860 que les plaintes formulées à l’occasion de l’enquête publique ont permis de préciser, montrant qu’il s’agissait davantage d’une annexion des communes suburbaines que d’un agrandissement de Paris13. Ces avis sollicités par le pouvoir ont également permis de restituer la diversité des enjeux de cette réforme territoriale14. Contrepoints aux discours officiels, ces voix discordantes contribuent, pour peu qu’on s’en empare, à enrichir une approche sociale de la capitale. De même, les courriers adressés par les habitants de l’îlot insalubre no 16 à la préfecture de la Seine à partir de 1941 décrivent avec une particulière acuité l’impossibilité de lancer une opération d’expropriation et d’expulsion à cette date en raison de l’occupation de Paris par les troupes allemandes, de la pénurie de matériaux ou encore de la difficulté à trouver à se reloger en ces temps troublés. Ces plaintes tranchent avec l’euphorie aménageuse des autorités parisiennes et prennent un relief particulier quand on sait que l’opération s’étalera en définitive sur plusieurs décennies15.

  • 16 Isabelle Backouche, Nathalie Montel, « La fabrique ordinaire de la ville », Histoire urbaine, no 19 (...)
  • 17 Yves-Marie Bercé, La dernière chance. Histoire des suppliques, Paris, Perrin, 2014, p. 9.

4Se situant dans une perspective d’histoire urbaine, les études ici rassemblées visent principalement à donner à voir l’étendue des apports d’une attention portée à ces plaintes. En ne cantonnant pas ces écrits informels à un registre anecdotique, elles prolongent aussi des travaux qui s’attachent à analyser la fabrique ordinaire de la ville. À l’écoute des paroles de citadins, elles s’efforcent en effet de saisir la ville en train de se faire, dans ses dimensions concrètes et quotidiennes, bien au-delà des grandes opérations d’aménagement ou des discours des aménageurs16. En prenant au sérieux, mais pas nécessairement pour argent comptant, ces paroles de citadins ordinaires, elles s’emploient à faire entendre d’autres voix, certes plus ténues, et ce faisant à restituer une pluralité de points de vue sur les mondes urbains du passé. Les plaintes sont ainsi considérées comme des modalités de participation à la fabrique ordinaire des villes, en même temps que des modes d’action aux enjeux plus personnels. Elles nous renseignent sur leurs auteurs, les relations qu’entretiennent les citadins avec ceux qui les gouvernent ou les administrent, les ruses qu’ils déploient pour parvenir à leurs fins ou les stratégies mises en œuvre pour obtenir gain de cause mais aussi sur les modes de vie urbains, la vie quotidienne ou les sociabilités en ville. Redonner une place, et du poids, à la parole des habitants a également pour effet de permettre la mise à distance de catégories de pensée administratives qui souvent emprisonnent d’emblée l’analyse. Matériaux pour l’historien, ces « sources insolites » selon l’expression d’Yves-Marie Bercé17, ne permettent pas de voir mieux, mais à coup sûr d’autres choses, certaines d’entre elles insoupçonnées. Elles laissent entrevoir des existences et des situations dont il serait difficile par ailleurs d’avoir connaissance. Précisément parce qu’ils rendent visibles des phénomènes urbains souvent passés inaperçus, et qu’ils ne sont pas seulement des réactions à des projets d’aménagement, ces écrits singuliers longtemps peu considérés se révèlent fournir des éclairages précieux et constituer des observatoires inédits.

  • 18 Pour l’histoire, voir Isabelle Backouche, Nicolas Lyon-Caen, Nathalie Montel, Valérie Theis, Loïc V (...)
  • 19 Luc Chambolle, « Une citoyenneté en actes : approche pragmatique et modélisation de l’interpellatio (...)

5Manuscrites la plupart du temps, les lettres de plaintes appartiennent au répertoire protestataire. Ces écrits épistolaires permettent, là encore, de prolonger des travaux plus anciens. Ils portent ceux-là sur les protestations qui ont la ville pour objet18. Si les sciences sociales se sont intéressées aux mobilisations et à l’action collective, elles n’ont guère prêté attention aux formes moins spectaculaires des protestations ayant la ville pour motif. C’est une protestation à bas bruit, plus individuelle aussi, que font entendre les plaintes. Dans le large spectre des formes protestataires, ces lettres de particuliers occupent une extrémité, à l’opposé des actions les plus démonstratives. Pour le dire autrement, c’est vers l’infra-ordinaire de la contestation urbaine que ces écrits singuliers nous guident. Parce qu’ils interpellent de manière certes discrète, mais surtout directe, des autorités, ils sont toutefois indéniablement porteurs d’une dimension politique. Étudiant l’interpellation des maires de Lyon par les citadins dans sa thèse de science politique, Luc Chambolle analyse ces plaintes comme une « citoyenneté en actes »19.

  • 20 François-Xavier Nérard, « Les bureaux des plaintes dans l’URSS de Staline (1928-1941). La gestion d (...)

6Selon les pays, le sort réservé à ce type d’écrits diffère notablement. Le régime politique paraît être, à cet égard, un élément déterminant. Dans les pays communistes, des bureaux dédiés à l’accueil des plaintes des citoyens ont été mis en place20. Ils n’ont pas d’équivalent dans les pays démocratiques. Ce phénomène, qui au premier abord pourrait apparaître paradoxal, s’explique sans doute par la volonté de connaître, et donc de déminer très en amont, une contestation souterraine susceptible d’enfler ou une colère menaçante pour le régime en place. En démocratie, c’est généralement en dehors de toute procédure formelle que ces écrits spontanés parviennent aux administrations, celles-ci n’en étant pas toujours du reste les premières destinataires. Leur enregistrement et leur traitement n’ont rien de systématique et leur préservation reste donc très aléatoire. Lorsque des corpus tout constitués peuvent être retrouvés dans les archives, c’est le signe qu’une attention particulière leur a été accordée à un moment donné par une autorité. Avant que l’historien ne s’en charge, celle-ci fut à l’écoute de ces voix singulières exposant des griefs et réclamant une intervention, voire un infléchissement de politiques publiques ou une modification des pratiques en cours quand ce n’est pas de remédier à une situation personnelle jugée inacceptable. En se saisissant d’une forme d’action qu’ils ne maîtrisent pas toujours totalement – comme en témoignent le vocabulaire prosaïque ou l’orthographe de ces lettres –, les citadins ordinaires démontrent cependant l’existence de compétences qui leur sont bien souvent déniées, quelle que soit l’époque.

7Ce bouquet d’articles s’insère dans une démarche d’histoire urbaine aujourd’hui bien éprouvée. D’une part, il s’agit d’aborder la fabrique de la ville en considérant aussi bien sa matérialité que les relations sociales qui s’y inscrivent ; d’autre part, le projecteur qui oriente le regard du chercheur est tenu par les habitants. Ce second point est nourri de riches matériaux empiriques, et les écarts de tous ordres – chronologiques, géographiques, scalaires – entre les articles ambitionnent de démontrer la diversité des modes d’intervention des habitants sur leur environnement urbain, aussi bien physique que social.

8Louis George se saisit de l’importante mutation de la justice ordinaire parisienne dans la seconde moitié du xviie siècle pour souligner en quoi les plaintes des Parisiens sont des matériaux précieux au service d’une histoire sociale des relations de voisinage et de l’action de la police urbaine dans la capitale. En cette fin du xviie siècle et début du xviiie siècle, la fabrique de la ville ne tient pas seulement à sa matérialité, mais également au marquage opéré par les bureaux des commissaires qui déterminent l’espace de la plainte, et celui de son administration par la police. La plainte est ici considérée du point de vue des justiciables et de leur capacité d’action, une action qui s’enracine dans la ville et façonne le Paris d’Ancien Régime. Et son analyse a un triple intérêt. D’une part, la réforme de 1702 est partie prenante de la fabrique de la ville : à la concurrence spatiale des pouvoirs se substitue un quadrillage policier de l’espace visant aussi à rationnaliser le nettoyage des rues ou la circulation, autant de « services urbains » qui participent de l’expérience quotidienne. D’autre part, le dessin des quartiers de police de 1702 témoigne aussi des dénivellations de l’espace urbain : alors que les quartiers centraux sont petits et resserrés, ceux qui s’étirent vers la périphérie sont beaucoup plus vastes et bénéficient d’une surveillance moindre. On peut imaginer qu’une telle dissymétrie a probablement une incidence sur le recours à la plainte, et le contrôle des habitants par la police. Enfin, les sondages réalisés dans la collection des plaintes sont un moyen de toucher les tensions au sein de la société parisienne et sa vie nocturne (propriété d’une chaise entre deux boutiques, jet d’excréments sur les devantures), une fabrique ordinaire et parfois éphémère de la ville qui a du sens pour les contemporains, et que ces écrits nous laissent entrevoir.

9Eurydice Boussac apporte avec son article une tonalité plus constructive à cette fabrique citoyenne de la ville. Pourquoi écrit-on aux autorités parisiennes – préfecture de la Seine et conseil municipal – à la fin du xixe siècle à propos du nom des rues ? Les modifications des noms de rues bousculent les repères ordinaires et impactent l’expérience urbaine des habitants. Ils considèrent dès lors qu’ils ont leur mot à dire. En analysant de façon minutieuse un corpus de lettres écrites entre 1871 et 1898, individuelles ou collectives, ayant comme motif la toponymie parisienne, Eurydice Boussac met en relief le sentiment de légitimité de ces Parisiens à intervenir sur cette matière. Ils adressent leurs suggestions en les étayant sur des argumentaires qui sont aussi une manière de raconter leur vie dans la capitale. Désir de se rendre utile, volonté d’honorer la mémoire d’un célèbre Parisien ou de rendre justice à un inventeur, le répertoire d’actions situées dans ces lettres est un moyen d’entrer dans la ville de la fin du xixe siècle, et de prendre la mesure d’ultimes transformations souhaitées par les habitants après la refonte haussmannienne. Les noms de rues déterminent des adresses (résidentielles ou professionnelles), des points d’ancrage dans l’espace urbain, des guides de déambulations urbaines, des supports de l’identification de chacun. À l’interface entre appropriation urbaine et ordre administratif et technique, l’enquête d’Eurydice Boussac constitue une belle charnière entre la ville ordinaire et la ville gouvernée.

10Thibault Bechini nous entraîne vers les marges de Marseille où il observe le basculement du rural/agricole vers l’urbain. Génératrice de conflits, cette croissance urbaine pousse les propriétaires devant la justice de paix où ils produisent des complaintes possessoires. Cette source originale permet de prendre la mesure des transformations morphologiques du terroir, la subdivision des parcelles et leur construction conduisant inexorablement vers une forme d’urbanisation en rupture avec le rural. Et celle-ci se double d’une modification de l’usage des sols. Ainsi, les conflits concernent aussi bien la forme que les pratiques, et l’avènement d’une marge en voie d’urbanisation est attesté par cette double mutation. À partir des plaintes, on comprend comment la ville se construit entre allotissement et dessin de nouvelles voies, indépendamment de toute intervention de la municipalité, et par cette voie, on entre dans les relations de voisinage des nouveaux installés. La démarche de Bechini, grâce à sa source exceptionnelle, nous rappelle que la ville est faite de pierres, de terrains mais aussi de relations sociales, et que la transformation de l’organisation spatiale trouve des échos dans les agencements sociaux locaux. Le dessin de la ville qui s’esquisse au fil des mutations et des nouvelles constructions bouleverse l’ordre des pratiques anciennes, non écrites et qui soudaient la communauté rurale : la « mémoire des lieux » est une ressource mobilisable au cœur des conflits entre voisins. Pour y remédier, les experts produisent des documents normatifs qui fixent la régularisation progressive du sol et sa valeur sociale partagée. En l’absence de règlements municipaux, les « usages et règlements locaux » acquièrent force de loi. Thibault Bechini nous propose ainsi une sorte d’archéologie de la régulation des relations de voisinage à la frontière de Marseille.

11Eric Le Bourhis envisage les vastes opérations d’expropriation dans la Riga des années 1950-80. En contexte soviétique, l’habitant n’est propriétaire que de sa maison, le sol appartient à l’État. Cette situation atypique vis-à-vis des normes de l’Europe de l’ouest, ajoutée à une administration de la plainte extrêmement bureaucratisée, ouvre à l’historien l’opportunité d’une comparaison stimulante. Ici, la plainte est enserrée dans une procédure administrative très bien réglée et les archives conservent l’intégralité des lettres dans les dossiers d’urbanisme, véritable mine pour analyser les relations entre l’État et les habitants. Au moment où ils sont délogés, chassés de leurs petites maisons pour y construire de grands immeubles, les habitants produisent des argumentaires pour résister à la rénovation urbaine. Ils racontent comment ils se sont installés, la légitimité qu’ils tirent de l’ancienneté de leur implantation et les droits qu’ils considèrent avoir acquis. Deux modèles urbains s’opposent. Pour étayer leur défense, les habitants décrivent le logement qu’ils souhaitent conserver et celui dont ils ne veulent pas. Le cas étudié offre de ce point de vue une occasion unique pour saisir les opinions individuelles confrontées à un État omniprésent dans la vie quotidienne des habitants. Il éclaire la fabrique de la ville en scrutant l’habitat individuel au moment de sa disparition.

12Laetitia Overney restitue la parole des femmes à propos des immeubles dans lesquels elles habitent. Fruits de la politique massive de construction de Grands ensembles au sortir de la Seconde Guerre mondiale, ces logements ont été critiqués au fil des décennies. Ils font encore l’objet depuis le début du xxie siècle d’une réhabilitation menée dans le cadre d’une politique publique. L’enquête empirique de Overney s’appuie sur un matériau récolté au fil des émissions d’une femme, Ménie Grégoire, qui s’adressait au pays, et ici aux femmes, entre 1967 et 1981. Cette enquête indirecte lui ouvre la possibilité de nourrir une approche inédite, depuis l’intérieur des Grands ensembles. Le mal vivre qui les a caractérisés est ici mis en scène à hauteur de femme, enserré dans leur vie quotidienne et dans leurs préoccupations. Après avoir écrit aux autorités, elles tentent leur chance auprès de Ménie Grégoire, la dame de la radio qui les distraie tous les après-midi, et qui lance des appels à témoignages. Qualité de la construction, pénurie des équipements, difficultés de voisinage et problèmes dans la gestion locative, toutes les facettes de la vie dans ces grands paquebots qui ont couvert la France à partir des années 1950 sont éclairées d’un nouveau jour à partir de la parole de ces femmes qui sont celles qui y passent le plus de temps.

13La restitution du contexte de ces actes d’écriture que chacun des auteurs a tentée apporte un contrepoint original dans un champ historiographique polarisé par l’analyse des politiques publiques à partir des sources institutionnelles. Ici, chacun et chacune s’adressent à une autorité policière (Georges) ou judiciaire (Bechini), à l’administration (Le Bourhis, Boussac), à une journaliste médiatrice d’une parole (Overney) – pour se plaindre, pour obtenir justice ou réparation, pour proposer d’améliorer la vie des citadin.e.s – et, en cela, ils nous offrent un point de vue décalé et singulier. Ces plaintes nous obligent également à prendre en compte la diversité des échelles de la fabrique de la ville – la maison ou l’immeuble pour Le Bourhis et Overney, la rue pour Boussac, le quartier pour Georges, les confins de la ville pour Bechini. Les habitants prennent la plume à tous ces titres, il leur semble légitime d’intervenir dans chacun de ces microcosmes qui leur sont familiers dans la mesure où leurs intérêts personnels sont en jeu. Foncier, architecture, équipement public, droit de propriété ou signalétique… : quasi infinis sont les sujets de désaccords.

14Si la question du logement est centrale dans les Grands ensembles, le lieu de vie ne se conçoit jamais indépendamment du voisinage. C’est bien le social encastré dans la forme physique de la ville qui est au cœur de ces écrits. Ce même voisinage produisant des rugosités et des conflits pousse les Parisiens et les Marseillais à faire appel aux autorités compétentes – le commissaire ou le juge – pour régler des litiges qui sont aussi l’occasion de décrire la ville et ses aléas. Les habitantes des Grands ensembles ont, elles, choisi de s’adresser peut-être plus anonymement et en mode mineur à une animatrice de radio. Dans plusieurs articles (Georges, Le Bourhis, Bechini, Overney), la requête est alimentée par la description de relations conflictuelles avec les voisins. Ce faisant, elle donne l’occasion à l’historien de plonger dans des moments de vie quotidienne, de prendre sur le vif les accommodements proposés pour parvenir à un compromis. Or, ces réarrangements participent de la fabrique de la ville à une échelle qui passe inaperçue dans bien des sources.

15Ces articles font également valoir la part de l’intervention privée dans la fabrique de la ville : Bechini pour ce qui est de l’étoffement de la voierie, Boussac en ce qui concerne l’évolution de la toponymie parisienne. À cet égard, le Bulletin municipal. Journal officiel de la ville de Paris atteste de ces interventions privées dans les suggestions de noms de rue puisque ce sont les propriétaires des voies riveraines qui ont le droit de proposer une nouvelle dénomination quand il y a doublon à l’échelle de la capitale, notamment après l’annexion de 1860, et plus tard, après l’annexion de la zone en 1919. D’autres auteurs montrent que la manière d’habiter est mise en cause par la forme urbaine : Overney nous fait pénétrer dans les Grands ensembles, et on est pris à témoin du malaise de ces femmes qui s’épanchent auprès de Ménie Grégoire, oreille lointaine et anonyme qui libère la parole. Elles ont cru bénéficier de la modernité, apanage de ces Trente Glorieuses, et elles se morfondent dans la froideur d’un lieu de vie sans équipements qui cloisonne leur petite société. Le Bourhis atteste de la nostalgie de la petite maison, seul bien en propre des habitants de Riga, au moment où ils sont chassés au prétexte que leur logis est insalubre et indigne d’une grande capitale.

16Enfin, la plupart des articles exhibent la capacité à négocier des habitants, une négociation qui peut partir d’une simple proposition faite aux autorités jusqu’à la revendication d’un droit assis sur l’ancienneté de l’occupation. Ils légitiment leur demande par le temps passé sur le site, par l’habitude inscrite dans le fragment de ville – héritée ou en devenir – qu’ils veulent conserver ou façonner à leur avantage. Ici encore, la plainte articule intimement les rapports sociaux et les formes spatiales, une alchimie au fondement de l’histoire urbaine que ce numéro entend promouvoir.

Haut de page

Notes

1 Jean-François Laé, L’instance de la plainte. Une histoire politique et juridique de la souffrance, Paris, Descartes et Cie « Droit », 1996.

2 Luc Boltanski, Yann Daré, Marie-Ange Schiltz, « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, no 51, 1984, p. 3-40.

3 Emilia Schijman, « Écrire aux HLM, se plaindre à l’État. Quelques figures de la protestation dans un quartier populaire », Espaces et sociétés, no 254, 2013, p. 119-135.

4 Didier Fassin, « La supplique. Stratégies rhétoriques et constructions identitaires dans les demandes d’aide d’urgence », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 55, no 5, 2000, p. 953-981.

5 Samuel Hayat, Judith Lyon-Caen, Federico Tarragoni, « S’adresser à l’autorité en tant qu’individu singulier : parcours historiques croisés. Entretien avec Alain Blum et Simona Cerutti », Tracés, no 34, 2018, p. 211-228 ; Simona Cerrutti, « Travail, mobilité et légitimité. Suppliques au roi dans une société d’Ancien Régime », Annales, Histoire, Sciences sociales, vol. 65, no 3, 2010, p. 571-611.

6 Pour une analyse récente : Pierre Serna, Que demande le peuple ? Les cahiers de doléances de 1789, Paris, Textuel, 2019.

7 François Jarrige, « Une “barricade de papiers” : le pétitionnement contre la restriction du suffrage universel masculin en mai 1850 », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 29, 2004, p. 1-18 ; Yann-Arzel Durelle-Marc, « Nature et origines du droit de pétition », La revue administrative, no spécial, 2008, p. 47-60 ; Michèle Riot-Sarcey, « Les pétitions sous la monarchie de juillet : une source de connaissance de l’opinion ? », Revue administrative, no spécial, 2008, p. 71-76.

8 Benoît Agnes, L’appel au pouvoir. Les pétitions aux Parlements en France et au Royaume-Uni (1815-1848), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018.

9 Jean-Gabriel Contamin, « Pétition », dans Olivier Filleule, Lilian Mathieu et Cécile Péchu, Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, p. 414-422 ; Jan Dumolyn, « Les “plaintes” des villes flamandes à la fin du XIIIe siècle et les discours et pratiques politiques de la commune », Le Moyen Âge, no 2, 2015, p. 383-407.

10 Julien Fretel, Michel Offerlé, Écrire au président. Enquête sur le guichet de l’Élysées, Paris, La découverte, 2021 ; Béatrice Fraenkel, « “Répondre à tous”. Une enquête sur le service du courrier présidentiel », dans Daniel Fabre (éd.), Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997, p. 243-271.

11 Emilia Schijman, « Suppliques et accès aux droits. Écrire au président de la République en France (xxie siècle) », dans Enrica Asquer, Lucia Ceci (éd.), Scrivere alle autorità. Suppliche, petizioni, appelli, richieste di deroga in età contemporanea, Rome, Viella, 2021, p. 163-185.

12 À cette journée d’études ont participé Laetitia Overney, Audrey Freyermuth, Eric Le Bourhis, Anne Bondon, Charles Wanecq et Mathilde Caro, que nous remercions pour leur intervention et leur contribution aux débats.

13 Nathalie Montel, Faire le Grand Paris. Avis des habitants consultés en 1859, Paris, Presses universitaires de Rennes/Comité d’histoire de Paris, 2012.

14 Nathalie Montel, « Chronique d’une mort non annoncée. L’annexion par Paris de sa banlieue en 1860 », Recherches contemporaines, Université Paris X, 6, 2001, p. 217-254. idhes.parisnanterre.fr › medias › fichier › montel_rc6__11, consulté le 4 juillet 2023.

15 Isabelle Backouche, Paris transformé. Le Marais 1900-1980, Paris, Créaphis, 2016 [réed. 2019].

16 Isabelle Backouche, Nathalie Montel, « La fabrique ordinaire de la ville », Histoire urbaine, no 19, 2007/2, p. 5-9.

17 Yves-Marie Bercé, La dernière chance. Histoire des suppliques, Paris, Perrin, 2014, p. 9.

18 Pour l’histoire, voir Isabelle Backouche, Nicolas Lyon-Caen, Nathalie Montel, Valérie Theis, Loïc Valdelorge, Charlotte Vorms (dir.), La ville est à nous ! Aménagement urbain et mobilisations sociales depuis le Moyen Âge, Paris, Éditions de la Sorbonne « Histoire Contemporaine », 2018.

19 Luc Chambolle, « Une citoyenneté en actes : approche pragmatique et modélisation de l’interpellation épistolaire des maires de Lyon (1989-1999) », thèse sous la direction de Jean-Louis Marie, Université Lumière-Lyon 2, 2000.

20 François-Xavier Nérard, « Les bureaux des plaintes dans l’URSS de Staline (1928-1941). La gestion du mécontentement dans un État socialiste », Revues d’histoire moderne et contemporaine, no 49, 2002, p. 125-144 ; Isabelle Thireau, Hua Linshan, Les ruses de la démocratie. Protester en Chine, Paris, Le Seuil, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Backouche et Nathalie Montel, « L’histoire urbaine à l’épreuve des plaintes citadines (xviie-xxe siècles) : introduction »L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 28 | 2023, mis en ligne le 07 septembre 2023, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/acrh/28631 ; DOI : https://doi.org/10.4000/acrh.28631

Haut de page

Auteurs

Isabelle Backouche

Directrice d’études à l’EHESS, Isabelle Backouche est historienne et ses recherches portent sur le changement urbain en articulant transformations sociales et matérielles de la ville. Elle a notamment publié La Trace du fleuve. La Seine et Paris, 1750-1850, Éditions de l’EHESS, 2000 [rééd. 2016] et Paris transformé. Le Marais 1900-1980 : de l’îlot insalubre au secteur sauvegardé, Créaphis, 2016 [rééd. 2019]). L’auteure a participé au dossier Frontières paru en 2020 dans l’Atelier du CRH, et elle a codirigé un dossier intitulé Persécution des juifs et espace urbain, Paris 1940-46 (Histoire Urbaine, no 62, déc. 2021).
E-Mail : isabelle [point] backouche [arobase] ehess [point] fr

Articles du même auteur

Nathalie Montel

Historienne, Nathalie Montel est directrice de recherche au laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (Latts, UMR École des Ponts ParisTech, CNRS, Université Gustave Eiffel). Ses recherches actuelles portent sur l’histoire de l’État aménageur aux XVIIIe et XIXe siècles. Elle a récemment coédité Vues politiques et pratiques sur les travaux publics de France de Gabriel Lamé, Émile Clapeyron, Stéphane et Eugène Flachat, Paris, Classiques Garnier « Histoire des techniques », 2022. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages : Le chantier du canal de Suez (1859-1869), Presses des Ponts, 2018 [1999] ; Écrire et publier des savoirs au XIXe siècle. Une revue en construction : les Annales des ponts et chaussées (1831-1866), PUR, 2015 ; Faire le Grand Paris. Avis des habitants consultés en 1859, PUR/CHVP, 2012.
E-Mail : nathalie [point] montel [arobase] enpc[point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search