Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La mort prématurée d’Alain Dewerpe a laissé inachevée l’œuvre d’un historien majeur. Pour plusieurs d’entre nous, il a été un compagnon de travail et un ami. L’émotion qu’a suscitée sa disparition, le 16 avril 2015, a rendu visibles les liens d’attachement qui s’étaient noués autour de cet homme discret, secret, et que beaucoup ignoraient. Ce n’est pourtant pas sur ce plan que souhaite se placer ce volume. Il nous a semblé que le plus juste hommage que nous pouvions rendre à celui que nous avons perdu devait l’être à son œuvre. Tel est le sens du titre, « Autour d’Alain Dewerpe », que nous avons donné à la journée du 30 janvier 2017, qui a réuni les auteurs des essais rassemblés ici.

2Dewerpe avait rejoint l’École des hautes études en sciences sociales en 1991, après avoir enseigné pendant quelques années à l’École normale supérieure dont il avait lui-même été l’élève au début des années 1970. Son passage par l’École française de Rome lui avait donné la possibilité d’une première recherche de fond sur les formes et les moments de la proto-industrialisation. Il en tira un livre remarqué, L’Industrie aux champs (1985), qu’allait suivre le travail mené sur la manufacture d’Oberkampf à Jouy-en-Josas, La Fabrique des prolétaires (1990, avec Yves Gaulupeau). Mais ses intérêts d’historien se déplaçaient déjà vers le monde de l’usine aux xixe et xxe siècles. Dès les années 1980, il entreprit une recherche de très longue haleine sur l’entreprise de sidérurgie et de mécanique Ansaldo, déployée sur la côte à l’ouest de Gênes. Au cœur de l’enquête, les thèmes que l’on retrouve au centre de sa réflexion : l’organisation du travail industriel, les techniques et les formes de la production, les espaces matériels dans lesquels elle s’inscrit. Sans cesse repris, ce travail qui avait fait l’objet d’une première rédaction en 1991 ne le satisfaisait pas. Il en a préparé une version entièrement inédite dans les dernières années de sa vie : le manuscrit, encore inachevé, a servi de base à la publication qu’en ont assurée certains de ses proches, Les Mondes de l’industrie. L’Ansaldo, un capitalisme à l’italienne (2017). À ce trop bref rappel, il faut encore ajouter des ouvrages de synthèse, Le monde du travail en France, 1800-1950 (1989) et Histoire du travail (2001) ; les livres qu’il a laissés en chantier, en particulier une histoire des droits des travailleurs, sans oublier son engagement dans la formation des jeunes chercheurs dans son séminaire et dans le programme de travail collectif auquel il a participé avec des collègues historiens, sociologues et économistes au sein de l’Atelier François Simiand.

3Mais ce n’est là qu’un versant d’une activité multiforme. Il s’est fait connaître par trois grands livres qui relèvent d’un autre projet. Un Tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1566), écrit avec Jean Boutier et Daniel Nordman et publié en 1984, est bien plus qu’une incursion provisoire dans un domaine qu’il aurait ensuite délaissé. S’y amorce une réflexion sur l’État et sa réalité concrète qu’il ne cessera d’approfondir, ainsi qu’un souci de sa dimension spatiale des phénomènes historiques qui sera une constante de ses travaux. Le programme de ce qu’il a lui-même défini comme une « anthropologie de l’État » s’est fait explicite dans Espions. Une Anthropologie historique du secret d’État contemporain (1994) et dans Charonne. Anthropologie historique d’un massacre d’État (2006). Deux grands livres savants, longuement préparés, dont il importe de prendre la pleine mesure, quand bien même le second a été très largement salué. Ils ne sont pas des détours, des excursus privés, dans une carrière académique régulière mais ils illustrent l’ambition, l’audace et le sens de l’expérimentation qui sont caractéristiques de l’œuvre d’Alain Dewerpe dans son ensemble. Il importe d’ailleurs de ne pas en isoler les deux pans, comme on vient de le faire pour plus de clarté. Même s’il s’agit à première vue de domaines différents de la recherche historique, de l’un à l’autre, on retrouve des préoccupations communes : une attention soutenue aux pratiques qui font exister les institutions et aux espaces dans lesquelles elles s’inscrivent, un intérêt pour les formes de l’agrégation sociale, de la solidarité comme des chaînes de commandement qui les structurent, une passion pour les techniques et leurs gestes ; et, à l’arrière-plan, le souci des enjeux politiques qui sont inséparables de la vie sociale jusque dans son détail.

4C’est à une première reconnaissance de son œuvre que se sont risqués les textes réunis dans ce volume et qui ont mobilisé quelques-uns de ses amis. Il faut souhaiter qu’elle soit suivie, ne serait-ce que parce que les archives laissées par Dewerpe et qui devraient être bientôt accessibles, contiennent, outre les dossiers préparatoires de certains de ses livres, plusieurs projets qui étaient parfois largement avancés ainsi que d’autres textes inédits. Dans l’immédiat, il nous faut remercier le Centre de recherches historiques (EHESS/CNRS) et son directeur, Jean-Paul Zuñiga, qui a soutenu le projet d’une journée d’études et qui en assure aujourd’hui la publication. À Cécile Soudan, qui s’est chargée de la préparation du manuscrit, va notre gratitude. Nous sommes reconnaissants à Hélène Phaner de nous avoir autorisés à joindre à ce recueil trois textes inédits d’Alain Dewerpe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Revel, « Avant-Propos », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 17 Bis | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/acrh/8070 ; DOI : 10.4000/acrh.8070

Haut de page

Auteur

Jacques Revel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals