Navigation – Plan du site

Introduction

Doina Craciun, Elise Haddad et Alicia Viaud

Texte intégral

1Il est un imaginaire médiéval qui imprègne nos vies : images publicitaires qui nous entourent, foires et reconstitutions festives, produits culturels, du parc à thèmes aux fictions que nous consommons, non seulement enfants, mais désormais également adultes. Ce Moyen Âge diffère sensiblement de celui des médiévistes. On ne le trouve pas dans les archives, ni dans les manuscrits. Il appartient à l’imaginaire, individuel et collectif : au domaine du passé ré-inventé que l’on se donne, dans un processus qui a pour nom médiévalisme.

2Bien sûr, le phénomène n’est pas tout à fait récent. Il a connu un premier élan, jadis, lors de la grande réhabilitation du Moyen Âge par le Romantisme. Il y a en effet près de deux siècles que les romans de chevalerie sont entrés au paysage de l’enfance – on pense, dès 1819, à la parution d’Ivanhoé. Puis il y eut, naguère, l’inspiration de Tolkien, offerte, déjà, à un public moins jeune. Mais c’est aujourd’hui, en particulier, que le champ de la fiction médiévaliste connaît une grande expansion. Elle déborde les supports traditionnels : livres, films, ou encore séries – citons Games of Thrones. Elle imprègne le jeu – Donjons et Dragons – voire le jeu vidéo – World of Warcraft. Certains de ces objets se réfèrent explicitement à un Moyen Âge ayant existé ; mais d’autres, dans la lignée de Tolkien, appartiennent au domaine d’une fantasy qui flirte avec l’imagination historique, et dont l’analyste doit sans cesse remettre en question les rapports d’identification ou d’inspiration avec le Moyen Âge, les éléments empruntés ou jeux de références qui à la fois les lient et les séparent d’entreprises de reconstitutions historiques.

3Il est donc important de faire se rejoindre et se confronter les recherches sur le médiévalisme et sur le Moyen Âge, car cette mise en perspective est fondamentale pour les deux disciplines. D’une part, les études historiques ou littéraires peuvent fournir un fond solide pour comprendre ce qui, dans le médiévalisme, a été, volontairement ou non, modifié par rapport aux connaissances disponibles. L'analyse des modifications de la matière documentaire peut permettre de reconstituer le prisme à travers lequel les fictions ou les jeux ont été produits. Il est certain que les questions que les fictions médiévalistes posent au Moyen Âge sont au fond des questions que la société contemporaine se pose à elle-même. Il s’agit de réflexions qui lui permettent de se définir, de se redéfinir ou de revendiquer une certaine image.

4D’autre part, si les fictions médiévalistes révèlent et influencent le regard que la société contemporaine porte sur le Moyen Âge, les professionnels du Moyen Âge en particulier – archéologues, historiens, conservateurs, etc. – ne sont pas soustraits à cet impact. Une analyse du médiévalisme est donc riche d’informations pour les médiévistes, car elle leur permet de comprendre les imprégnations culturelles qui informent leur propre appréhension première des sources et des mondes médiévaux, en tant que chercheurs.ses. Il est important, dans le cours de toute recherche, de les faire remonter à la conscience pour pouvoir les dépasser.

  • 1 Tommaso di Carpegna Falconeri définit le médiévalisme comme « la représentation, la réception et l’ (...)
  • 2 Voir notamment l’article « Moyen Âge » de Christian Amalvi dans le Dictionnaire raisonné de l’Occid (...)
  • 3 Nathalie Koble et Mireille Séguy, « Le Moyen Âge en question » dans N. Koble et M. Séguy (dir.), Pa (...)
  • 4 Pierre Michon, Le roi vient quand il veut. Propos sur la littérature, Paris, A. Michel, 2007, p. 27 (...)

5Depuis les années 1920, le retour de l’imaginaire médiéval, ou médiévalisme1, a donné naissance à un ensemble d’expériences et d’objets hétérogènes, qui se manifestent dans toute la production artistique ainsi que dans la réflexion politique ou historique au sens large2. Face à ces œuvres, ces discours et ces pratiques d’une grande diversité, il est possible de formuler le postulat suivant : les représentations contemporaines de réalités médiévales permettent de figurer et de questionner les préoccupations, les craintes ou les valeurs du présent. Raconter, décrire, faire référence au Moyen Âge est une manière plus ou moins explicite d’interroger l’actualité, de prendre position au sein de débats, de manifester diverses formes d’engagement. Comme le résument justement Nathalie Koble et Mireille Séguy, « le Moyen Âge est posé comme un outil qui aide à penser le monde contemporain dans sa contradiction et sa multiplicité »3, et il est notamment un « détour »4 pour représenter et pour penser les formes contemporaines de domination.

  • 5 Tommaso di Carpegna Falconeri, Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge, (...)
  • 6 Pétrarque forge ainsi la métaphore des « ténèbres gothiques » pour désigner le Moyen Âge dans une l (...)
  • 7 Tommaso di Carpegna Falconeri s’intéresse au Moyen Âge fantasmé comme période sombre, avant d’analy (...)

6Sur ce Moyen Âge devenu mythe, « univers d’alternatives possibles »5, sont projetées des valeurs positives ou négatives. L’époque médiévale peut incarner un repoussoir, comme il l’a été dès l’origine6 et représenter une époque médiocre et violente, soumise à l’extrême rigidité de la hiérarchie sociale et à l’obscurantisme religieux. Prenons l’exemple de la violence. Elle relève de la domination ; elle en est un symptôme et un ressort. Or, la violence est donnée à voir massivement dans les fictions médiévalistes, servant de marqueur d’altérité et de repoussoir. Elle y est ostentatoire. En contraste avec les situations empiriques de gouvernementalité avec lesquelles nous sommes aux prises dans la réalité, la domination médiévale, ainsi exhibée en fiction, est radicalisée, comme une pure domination ; en miroir, et par contraste, elle légitime les situations contemporaines qui en apparaissent alors tout à fait dépourvues. En cela, la violence constitue un élément de justification pour notre identité politique : le Moyen Âge est ce que nous ne sommes plus, ce dont nous sommes supposés sortis, monde de violence, barbarie, domination, définissant à l’inverse notre monde politique comme celui de la sécurité, de la civilisation, du pouvoir juste et du droit. Mais l’époque médiévale peut tout au contraire devenir un modèle pour les penseurs et les militants politiques de gauche comme de droite. Elle incarne alors l’époque du respect des traditions, de l’héroïsme et d’une nation triomphante, ou bien des communes libres, de l’émancipation féminine et de l’écologisme pré-moderne7.

  • 8 Vincent Ferré, « Tolkien, retour et déroute du roi : lectures politiques d’Arthur » dans Anne Besso (...)
  • 9 Vincent Ferré, « Limites du médiévalisme : l’exemple de la courtoisie chez Tolkien » dans Élodie Bu (...)

7Les pratiques, les discours et les œuvres médiévalistes ne se contentent toutefois pas de se faire l’écho de ces stéréotypes : ils se les réapproprient et les réinvestissent tantôt pour mieux les refonder, tantôt pour mieux les subvertir. Le Moyen Âge semble aujourd’hui pris dans une tension paradoxale, ou pour le moins dialectique. Tout en continuant de fonctionner comme un repoussoir pour valoriser les structures actuelles, et à cet égard notamment les structures politiques de la modernité, il recèle aussi un imaginaire positif, dont l’emprise déborde de plus en plus celle de l’enfance et du merveilleux. Il tend à succéder à l’Antiquité dans le rôle qui fut autrefois le sien : celui d’un passé fantasmé dans la continuité duquel nous nous situons, un modèle, même, idéal de ce que nous devrions être. L’interaction de ces deux dynamiques contraires produit nécessairement un jeu à la fois signifiant et fluctuant, qu’il importe d’analyser. L’exemple de l’œuvre de Tolkien permet d’emblée d’en faire la démonstration : comme l’ont montré les travaux de Vincent Ferré, le père de la fantasy réfléchit autant à l’essence du pouvoir politique à partir de la représentation de figures royales8, qu’il interroge les rapports amoureux, en s’écartant des poncifs sur l’amour courtois9.

8Parmi les nombreuses questions que soulèvent les rapports entre médiévisme et médiévalisme, il nous a semblé pertinent d’interroger la notion de domination. Le mot lui-même semble l'objet d’un déplacement : dominium, entendu comme un élément structurant et indispensable des sociétés médiévales, est devenu « domination », mot repoussoir, qui semble concentrer les termes du malentendu – ou peut-être de l'usage très bien entendu d’une certaine figure du Moyen Âge. La domination se situe, en compagnie de l’oppression, dans un doublet de dénonciation économico-politique – le second semblant aujourd’hui marxiste et daté, et le premier, à peine plus utilisable. De fait, de nombreux historiens choisissent de parler plutôt de hiérarchie médiévale, ou d'inégalité assumée. Mais c'est le terme de « domination », sonnant comme une critique, axiologiquement chargée, qui est majoritaire dans les usages médiévalistes, et que, pour cette raison, nous interrogeons ici.

  • 10 Hannah Arendt, La nature du totalitarisme, Paris, Payot, 1990, traduction française de deux article (...)
  • 11 Michel Foucault, Dits et Écrits, Daniel Defert et François Ewald (éd.), t. 4, Paris, Gallimard, 199 (...)
  • 12 Bernard Quelquejeu, « La nature du pouvoir selon Hannah Arendt. Du “pouvoir-sur” au “pouvoir-en-com (...)
  • 13 Hannah Arendt, La nature du totalitarisme, Paris, Payot, 1990, p. 144.
  • 14 Hannah Arendt, La nature du totalitarisme, Paris, Payot, 1990, p. 144.
  • 15 Claude Lefort l’appelle le « vide central » du pouvoir dans nos démocraties – vide, manque pour cer (...)

9La domination est un écart par rapport au pouvoir. Elle est d’office désignée comme excessive et dysfonctionnelle : un pouvoir absolu et sans jeu. En effet, depuis les analyses d’Hannah Arendt10 et à sa suite de Michel Foucault11, il n’est plus possible de rabattre la notion de pouvoir sur une action à sens unique exercée par les gouvernants sur les gouvernés, de commandement et d’obéissance. Le pouvoir circule. Hier comme aujourd’hui, le pouvoir se négocie. Le pouvoir est dans le jeu collectif12. C’est ce qui le distingue de la domination. « Lorsque nous déclarons que quelqu’un est “au pouvoir”, nous entendons par là qu’il a reçu d’un certain nombre de personnes le pouvoir d’agir en leur nom. »13 Le pouvoir sans domination se construit donc hors des hiérarchies essentialisées14 ; il est conclu entre personnes en principe égales – et c’est peut-être en cela que la notion de domination trouve sa place dans l’analyse des sociétés médiévales, qui semblent accepter et revendiquer la hiérarchie en leur sein comme un principe essentiel. L’autorité est essentielle dans la structure des sociétés médiévales ; elle est par définition une forme de valorisation, d’acceptation, de fiction de naturalité au fondement du rapport de commandement. C’est un des éléments de contraste fort entre ce que l’on peut analyser des systèmes politiques médiévaux et contemporains. L’autorité naturalisée, sacralisée, valeur relativement absente des justifications du pouvoir dans les démocraties actuelles15, est positive et communément utilisée au Moyen Âge, et constitue une fiction efficace pour le maintien de la domination. Dès lors, quelle que soit la réalité de la négociation autour des modalités du pouvoir médiéval, une relation appuyée ainsi sur l’autorité, donc sur une hiérarchie naturalisée, peut-elle s’affranchir de la domination ?

  • 16 Hannah Arendt, Du mensonge à la violence. Essais de politique contemporaine, Paris, Calmann-Lévy, « (...)

10Notamment, et cela touche à l’un des phénomènes les plus prégnants des fictions médiévalistes, la violence est un critère déterminant de la distinction entre l’exercice de la domination et du pouvoir. Hannah Arendt en fait même un élément discriminant : la violence émerge quand le pouvoir ne fonctionne plus, quand le rapport n’est plus négocié, n’est plus accepté ; la violence est un marqueur du basculement vers la domination16.

  • 17 Pour une analyse du supplice comme rituel de domination, voir Michel Foucault, Surveiller et punir, (...)
  • 18 Michel Foucault, « Technologies of the self » (« Les techniques de soi », Université du Vermont, oc (...)

11Mais la violence n’est pas pour autant un élément brut, incontrôlé. Elle est aussi une technique de maintien de l’ordre, notamment lorsqu’elle est mise en scène17 – s’opposant, en cela, non seulement au pouvoir, comme un couple théorique clivant, mais aussi aux techniques pratiques, et intermédiaires, de la « gouvernementalité » définies par Michel Foucault18. Celles-ci ne se jouent pas dans l’action exclusive d’une personne sur les autres, mais dans la rencontre entre techniques de soi et des autres. Pouvoir et domination constituent dès lors non pas un doublet alternatif, mais les deux pôles d’une tension, au sein de laquelle évoluent les situations réelles de gouvernement.

  • 19 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, en particulier p. 206-214 sur les fo (...)
  • 20 À cet égard, Pierre Bourdieu reprend une part des apports et analyses des chercheurs, chercheuses e (...)

12Mais, il faut enfin le préciser, si toute mise en jeu de la notion de domination doit aujourd’hui beaucoup aux avancées de la théorie politique des décennies passées, nous entendons ici ce terme comme se rapportant à l’ensemble des relations de commandement ou de hiérarchie structurelle dans les sociétés humaines, et non seulement dans le champ désigné explicitement comme politique. À cet égard, nous nous appuyons sur la définition de Pierre Bourdieu, selon lesquelles d’une part les formes de la domination s’inscrivent dans une diversité de productions culturelles19, mais peuvent aussi se construire, indépendamment, dans un champ non-politique20. Nous nous sommes efforcées, autant qu’il nous a été possible, de susciter et encourager la réflexion sur des formes de domination diverses, multiples, et ne se limitant pas aux pratiques d’institutions gouvernantes.

  • 21 De la vaste bibliographie du sujet, nous mentionnons ici seulement les références incontournables, (...)

13Quelles sont les formes de la domination, pensées ou impensées par la société qui les exerce, dans le cadre de la famille, dans les communautés, ou entre divers groupes de populations au Moyen Âge ? De tous ces différents niveaux où la domination est sans doute présente, elle apparaît le plus clairement dans la structure même de la société féodale – problématique qui a longtemps préoccupé l’historiographie. De nombreuses études ont abordé différents aspects de ces relations sociales au Moyen Âge, mais la question est loin d’être épuisée21. En effet, pour les hommes et les femmes du Moyen Âge, le dominus est omniprésent. Tous les individus, quelle que soit leur place dans la hiérarchie sociale, voient le dominus comme une réalité proche, manifestée dans les rapports vassaliques pour la minorité qui constitue l’élite politique, ou sous la forme du seigneur local pour la majorité qui travaille la terre. Est-ce une relation ressentie à l’époque comme oppressante ?

  • 22 Pour une exploration récente de ce thème, on peut se référer à José Fernández Ubiña, Alberto J. Qui (...)
  • 23 Albert Rigaudière, Pouvoirs et institutions dans la France médiévale, t. 2, Des temps féodaux aux t (...)
  • 24 Joseph Morsel, L’aristocratie médiévale Ve - XVe siècles, Paris, Armand Colin, 2004.

14Aussi, dans une dimension qui dépasse la seule répartition des biens matériels, certains acteurs de la société médiévale, notamment les clercs, exercent une forme de domination sur les laïcs22. Ce rapport est particulièrement pertinent, puisque Dominus est également le Seigneur Dieu au fondement des discours ecclésiaux et théologiques. Enfin, jouissant d’une richesse matérielle et d’un statut quasi clérical, le roi est au cœur de rapports de dominations particulières, qui ont fait également le sujet de nombreuses études23. En somme, soutenues par une richesse matérielle ou non, les élites médiévales laïques et ecclésiastiques exercent une domination dont les formes, les moyens et les conséquences restent à approfondir. Cette réflexion ne serait pas entière sans un examen des rapports de domination qui se créent à l’intérieur même des classes dominantes, comme l’a montré Joseph Morsel24.

  • 25 Claude Gauvard, « La peine de mort en France à la fin du Moyen Âge, esquisse d’un bilan » dans Clau (...)

15Cette domination s’exerce par des moyens spectaculaires : certes moins nombreux et moins graphiques que tout ce que l’imagination populaire attribue aujourd’hui à la torture médiévale, mais néanmoins, la monstration de la violence physique correspond à une réalité médiévale : la violence physique n’est pas euphémisée alors comme aujourd’hui ; elle est même mise en exergue pour assurer la domination25. Dans les fictions médiévalistes, comme dans les travaux historiques, ce n’est pas un mince enjeu que de donner sa juste place à la contrainte exercée sur les corps, sans la ramener à des limites contemporaines, ni en faire l’objet d'une altérité fascinante, exotisée et hyperbolisée.

  • 26 Robert R. Davies, Domination and Conquest: the Experience of Ireland, Scotland and Wales, 1100-1300(...)

16Par ailleurs, si la domination se manifeste dans la hiérarchisation interne à chaque société, elle est également présente dans les relations entre divers groupes de population. En effet, les conquêtes militaires, les expansions territoriales ou la découverte de populations inconnues sont souvent le point de départ de la domination exercée sur un peuple, comme de nombreuses études l’ont montré26. En tant qu'aboutissement de la trajectoire médiévale, par la charnière de la conquête américaine, il est précurseur de l’ordre moderne de domination du monde.

  • 27 Voir par exemple Georges Duby, Mâle Moyen Âge, de l'amour et autres essais, Paris, Flammarion, 1990 (...)
  • 28 Didier Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge : histoire du genre, XIIe - XVe siècles, Paris, Armand C (...)
  • 29 Pour la distinction entre ces deux enjeux, voir le travail de Chloé Maillet, « Image et genre » dan (...)
  • 30 Régine Le Jan, Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Paris, Picard, 2001.
  • 31 Jean-Claude Schmitt (dir.), Femmes, art et religion au Moyen Âge [actes du colloque tenu à Colmar, (...)
  • 32 Éric Bousmar, Jonathan Dumont, Alain Marchandisse et Bertrand Schnerb (dir.), Femmes de pouvoir, fe (...)

17Outre ces rapports qui semblent entièrement structurer la société médiévale, nous n’avons pas voulu oublier d’autres formes de hiérarchies et de dominations transversales. À cet égard, la hiérarchie genrée est une réalité évolutive, mais persistante sur le long terme. Parmi la riche littérature qui traite ce sujet27, nous nous référons particulièrement au travail fondateur de Didier Lett, qui analyse la construction du genre et des rapports qu’ils sont censés entretenir28. Comment la féminité est-elle construite comme une position dominée, et dans quelle mesure les femmes sont-elles strictement enfermées dans cette position de féminité dominée29 ? C’est la question que nous voudrions poser à la suite du recueil d’articles de Régine le Jan30, de celui coordonné par Jean-Claude Schmitt31, ou de la publication dirigée par Éric Bousmar, Jonathan Dumont, Alain Marchandisse et Bertrand Schnerb32.

  • 33 Nous tenons à remercier ici toutes celles et ceux qui ont participé à cette réflexion : Fernando Ve (...)

18Tous ces questionnements ont animé les réflexions lors de deux journées d’études organisées à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales les 4 et 5 mars 2016. Cette publication en constitue le prolongement, mais ne rend pas entièrement compte de la richesse des discussions qui ont écloses, qui ont permis aux auteur.e.s d’approfondir leurs analyses et d’aborder certaines sources sous une lumière nouvelle33. Nous leur savons gré de leur bienveillance et de leur implication.

19Les deux premiers articles de ce numéro de L'Atelier du CRH montrent que le Moyen Âge peut être investi de valeurs positives, jusqu’à donner naissance au mythe d’une période égalitaire. Justine Breton s’intéresse ainsi à la Table ronde comme emblème du pouvoir du roi Arthur et à ses multiples représentations, des romans du XIIe siècle aux adaptations audiovisuelles les plus contemporaines. La littérature et l’iconographie médiévale font de la Table ronde une institution de conseil, respectueuse des cadres hiérarchiques traditionnels. Les représentations récentes, en revanche, offrent une conception démocratique et donc anachronique de l’autorité royale médiévale, afin de mieux toucher le spectateur en répondant à ces aspirations politiques. Caroline Olsson, quant à elle, étudie l’œuvre du romancier Jan Fridegård (1897-1968), rattaché à l’école prolétarienne et dont l’ambition est de dévoiler les injustices et les inégalités sociales de son temps. Sa trilogie dépeint une société médiévale suédoise dont les Vikings sont, contre toute attente, absents et prend pour héros un esclave affranchi, meneur de révoltes. Si l’authenticité du récit doit être interrogée, c’est pour mieux comprendre la manière dont ce dernier est porteur d’un certain nombre d’idéaux politiques contemporains, comme l’égalité et la réconciliation des classes sociales.

20À cette valorisation égalitariste du Moyen Âge répondent des discours dépréciatifs, et l’attention aux postures de rejet, aux manifestations du refus de la domination, entre pratiques médiévales et littératures médiévalistes, est de ce fait cruciale. Florian Besson interroge ainsi les enjeux du refus du pouvoir dans la fantasy médiévaliste. L’héroïsme mis en avant dans ces fictions contemporaines paraît inconciliable avec la domination sous sa forme médiévale, exercée à l’intérieur d’une société et exhibée plutôt que voilée – donc intolérable. Le roi de fantasy, s’il veut être légitime, doit d’abord résister au pouvoir, refuser les formes proprement médiévales de la domination, et s’adonner à un exercice guerrier reportant cette dernière sur des figures de l’étranger, géographique et morphologique. C’est alors seulement que la fiction réconcilie des éléments d’un Moyen Âge fascinant par sa violence avec des valeurs et des personnages auxquels s’identifie le spectateur contemporain, et qui lui permettent de se projeter dans l’ailleurs mythique médiévalisant.

  • 34 Citons d’ores et déjà le colloque organisé en Sorbonne, les 21 et 22 juin 2017, par David Chaunu et (...)

21Ce numéro est le maillon d'une chaîne appelée, nous l’espérons, à continuer à travers d’autres réflexions, journées d’études, colloques34, et publications. Nous souhaitons qu’elles se multiplient et soient prises en main et en pensée par une grande diversité d’acteurs et d’actrices.

Haut de page

Notes

1 Tommaso di Carpegna Falconeri définit le médiévalisme comme « la représentation, la réception et l’usage postmédiéval du Moyen Âge dans tous ses aspects ». Voir Tommaso di Carpegna Falconeri, Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge, traduit par M. Grévin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, no 2, p. 15.

2 Voir notamment l’article « Moyen Âge » de Christian Amalvi dans le Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Jacques Le Goff et Jean-Claude Schmitt (dir.), Paris, Fayard, 1999, p. 797-800. Voir également du même auteur Le Goût du Moyen Âge, Paris, Plon, 1996.

3 Nathalie Koble et Mireille Séguy, « Le Moyen Âge en question » dans N. Koble et M. Séguy (dir.), Passé présent. Le Moyen Âge dans les fiction contemporaines, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 2009, p. 8.

4 Pierre Michon, Le roi vient quand il veut. Propos sur la littérature, Paris, A. Michel, 2007, p. 27-28. Cité par Nathalie Koble et Mireille Séguy, « Le Moyen Âge en question » dans N. Koble et M. Séguy (dir.), Passé présent. Le Moyen Âge dans les fiction contemporaines, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 2009, p. 8.

5 Tommaso di Carpegna Falconeri, Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge, traduit par M. Grévin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, no 2, p. 17.

6 Pétrarque forge ainsi la métaphore des « ténèbres gothiques » pour désigner le Moyen Âge dans une lettre à Agapito Colonno datée de 1359 (Rerum Familiarum, XX, 8).

7 Tommaso di Carpegna Falconeri s’intéresse au Moyen Âge fantasmé comme période sombre, avant d’analyser longuement un Moyen Âge idéalisé comme période positive, « à l’origine de beaucoup d’identités politiques contemporaines » (Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge, traduit par M. Grévin, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, no 2, p. 25).

8 Vincent Ferré, « Tolkien, retour et déroute du roi : lectures politiques d’Arthur » dans Anne Besson (dir.), Le roi Arthur au miroir du temps : la légende dans l'histoire et ses réécritures contemporaines, Dinan, Terre de Brume, 2007, p. 83-105.

9 Vincent Ferré, « Limites du médiévalisme : l’exemple de la courtoisie chez Tolkien » dans Élodie Burle-Errecade et Valérie Naudet (dir.), Fantasmagories du Moyen Âge. Entre médiéval et moyenâgeux, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2010, p. 11-19.

10 Hannah Arendt, La nature du totalitarisme, Paris, Payot, 1990, traduction française de deux articles publiés en 1953, et de conférences données en 1954 à la New School for Social research.

11 Michel Foucault, Dits et Écrits, Daniel Defert et François Ewald (éd.), t. 4, Paris, Gallimard, 1994, p. 710-711.

12 Bernard Quelquejeu, « La nature du pouvoir selon Hannah Arendt. Du “pouvoir-sur” au “pouvoir-en-commun” », Revue des sciences philosophiques et théologiques, t. 85, mars 2001, p. 511-527.

13 Hannah Arendt, La nature du totalitarisme, Paris, Payot, 1990, p. 144.

14 Hannah Arendt, La nature du totalitarisme, Paris, Payot, 1990, p. 144.

15 Claude Lefort l’appelle le « vide central » du pouvoir dans nos démocraties – vide, manque pour certains, qui se situe au cœur de nostalgies politiques réactionnaires. Voir en particulier Claude Lefort, Essais sur le politique XIXe-XXe siècles, Paris, Le Seuil, p. 28.

16 Hannah Arendt, Du mensonge à la violence. Essais de politique contemporaine, Paris, Calmann-Lévy, « Agora », 1972, p. 105-187, articles rédigés entre 1969 et 1972.

17 Pour une analyse du supplice comme rituel de domination, voir Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 58-66. À ce moment de la pensée, on remarque que la distinction proposée par Hannah Arendt entre pouvoir et domination n’est pas encore structurante dans le champ de la philosophie politique, et les termes semblent encore fluctuants.

18 Michel Foucault, « Technologies of the self » (« Les techniques de soi », Université du Vermont, octobre 1982, traduit par F. Durant-Bogaert) dans Patrick H. Hutton, Huck Gutman et Luther H. Martin (éd.), Technologies of the Self. A Seminar with Michel Foucault, Anherst, University of Massachusetts Press, 1988, p. 16-49. M. Foucault, Dits et Écrits, Daniel Defert et François Ewald (éd.), t. 4, Paris, Gallimard, 1994, texte n° 363.

19 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, en particulier p. 206-214 sur les formes symboliques de la domination économico-politique.

20 À cet égard, Pierre Bourdieu reprend une part des apports et analyses des chercheurs, chercheuses et mouvements féministes, et les articule au sein de sa pensée sociologique et en rapport avec la notion de domination dans Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

21 De la vaste bibliographie du sujet, nous mentionnons ici seulement les références incontournables, mais de nombreux autres auteurs mériteraient d’être cités. Georges Duby, Hommes et structures du Moyen Âge, Paris, Mouton, 1973 ; Marc Bloch, La Société féodale, 2 volumes, 1939-1940 ; Jérôme Baschet, La civilisation féodale : de l'an mil à la colonisation de l'Amérique, Paris, Aubier, 2004.

22 Pour une exploration récente de ce thème, on peut se référer à José Fernández Ubiña, Alberto J. Quiroga, Puertas et Purificación Ubric Rabaneda (éd.), La Iglesia como sistema de dominación en la Antigüedad tardía, Granada, Editorial Universidad de Granada, 2015.

23 Albert Rigaudière, Pouvoirs et institutions dans la France médiévale, t. 2, Des temps féodaux aux temps de l'État, Paris, A. Colin, 1998.

24 Joseph Morsel, L’aristocratie médiévale Ve - XVe siècles, Paris, Armand Colin, 2004.

25 Claude Gauvard, « La peine de mort en France à la fin du Moyen Âge, esquisse d’un bilan » dans Claude Carozzi et Huguette Taviani-Carozzi (dir.), Le pouvoir au Moyen Âge, idéologies, pratiques, représentations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2005, p. 71-84.

26 Robert R. Davies, Domination and Conquest: the Experience of Ireland, Scotland and Wales, 1100-1300, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 ; Peter Reid, Medieval Warfare: Triumph and Domination in the Wars of the Middle Ages, New York, Carroll et Graf Publishers, 2007.

27 Voir par exemple Georges Duby, Mâle Moyen Âge, de l'amour et autres essais, Paris, Flammarion, 1990 ; Idem, Dames du XIIe siècle, Paris, Gallimard, 1997 ; Jacques Le Goff (dir.), Hommes et femmes du Moyen Âge, Paris, Flammarion, 2012.

28 Didier Lett, Hommes et femmes au Moyen Âge : histoire du genre, XIIe - XVe siècles, Paris, Armand Colin, 2013.

29 Pour la distinction entre ces deux enjeux, voir le travail de Chloé Maillet, « Image et genre » dans Jérôme Baschet et Pierre-Olivier Dittmar (dir.), Les images dans l’Occident médiéval, Turnhout, Brepols, 2015, p. 409-420.

30 Régine Le Jan, Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Paris, Picard, 2001.

31 Jean-Claude Schmitt (dir.), Femmes, art et religion au Moyen Âge [actes du colloque tenu à Colmar, du 3 au 5 mai 2001], Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg et Colmar, Musée d'Unterlinden, 2004.

32 Éric Bousmar, Jonathan Dumont, Alain Marchandisse et Bertrand Schnerb (dir.), Femmes de pouvoir, femmes politiques durant les derniers siècles du Moyen Âge et au cours de la première Renaissance [colloque international, Lille et Bruxelles], Bruxelles, De Boeck, 2012.

33 Nous tenons à remercier ici toutes celles et ceux qui ont participé à cette réflexion : Fernando Velazquéz Ceciliano, William Blanc, Vincent Corriol, Yohann Chanoir, Dominique Lapierre, Olivier Wicky, Marco Prost, Ekaterina Reshetnikova, Katherine A. Brown, Justine Breton, Caroline Olsson et Florian Besson. Nous avons également été accompagnées dans ces échanges par de nombreux discutant.e.s, qui ont accepté d’introduire les interventions, mais aussi de se prêter au difficile exercice, devant leurs auteur.e.s, de les mettre en relation les unes avec les autres, et en perspective : Marie Anne Polo de Beaulieu, Pierre Monnet, Chloé Maillet, Jacques Berlioz, Tommaso di Carpegna Falconeri, Thomas Golsenne, Maud Pérez-Simon et Pierre-Olivier Dittmar. Nous remercions tout particulièrement Pierre-Olivier Dittmar, qui a accompagné ce projet, de la première idée à la tenue des journées d’études, où il a joué le rôle d’auditeur le plus attentif et de concluant en temps réel, puis jusqu’à la publication des présents articles.

34 Citons d’ores et déjà le colloque organisé en Sorbonne, les 21 et 22 juin 2017, par David Chaunu et Séverin Duc : La domination comme expérience européenne et américaine (XVIe - XVIIe siècle).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Doina Craciun, Elise Haddad et Alicia Viaud, « Introduction », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 16 mars 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/acrh/8152 ; DOI : 10.4000/acrh.8152

Haut de page

Auteurs

Doina Craciun

E-mail : doina [point] craciun [arobase] yahoo [point] com

Elise Haddad

E-mail : elisenarjeshaddad [arobase] gmail [point] com

Alicia Viaud

E-mail : Viaud [point] Alicia [point] isaline [arobase] gmail [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals