Navigation – Plan du site

Anachronisme, égalité et domination : représenter le roi Arthur autour de la Table ronde

Justine Breton

Résumés

La Table ronde, élément majeur associé au pouvoir du roi Arthur depuis le xiie siècle, contribue à la pérennité du mythe arthurien en affichant des valeurs égalitaires et démocratiques, lesquelles peignent à leur tour l’image d’un royaume en avance sur son temps. Cette institution créée par Wace, et dont l’image est régulièrement adaptée au cinéma et à la télévision, soulève toutefois la question de la place du souverain par rapport à ses chevaliers. Comment faire apparaître une égalité dans laquelle le roi est tout-puissant ? Du Moyen Âge aux adaptations audiovisuelles des xxe et xxie siècles, les représentations mouvantes de la Table ronde jouent avec les notions d’égalité, de pouvoir et de domination, et laissent apparaître une conception souvent anachronique de l’autorité royale médiévale

Haut de page

Texte intégral

1Étudier la question de la domination dans le cadre de la légende du roi Arthur permet de s’interroger sur les questions antithétiques de hiérarchie et d’égalité soulevées par le concept même de la Table ronde. Cette institution, présentée dès le xiie siècle comme le symbole d’une union des chevaliers arthuriens, constitue un emblème de la puissance du royaume. Son esthétique, mais aussi ses enjeux, permettent de refléter le pouvoir apparemment conjoint d’Arthur et de ses chevaliers. C’est en tout cas la représentation égalitaire – et utopique – conservée dans l’imaginaire collectif et largement diffusée par les nombreuses adaptations audiovisuelles de la légende arthurienne. Les mises en scène des récits hérités de la tradition médiévale insistent régulièrement sur l’importance de l’institution de la Table ronde, laquelle semble alors devenir un personnage à part entière, bénéficiant d’une mythologie des origines ainsi que de sa fonction propre au sein de la narration. Le principe de la Table ronde, traduit par la forme circulaire de l’objet même, repose sur le partage de valeurs de justice et d’égalité, pourtant partiellement remises en question par la position paradoxale qu’y occupe le roi Arthur. La littérature médiévale et ses adaptations cinématographiques conservent en ce sens une forte proximité, dans la mesure où les textes et les films consacrés à la légende accordent une place centrale à cette création dépourvue de tout fondement historique. La filmographie, et tout particulièrement la filmographie hollywoodienne, développe par ailleurs une conception anachronique de la Table ronde dans laquelle toute question de domination est délaissée au profit d’une valorisation de l’égalité entre Arthur et les chevaliers. Or, la littérature médiévale propose une interprétation différente, en ancrant profondément le pouvoir royal dans une perspective féodale et hiérarchique.

Le pouvoir du collectif sur le singulier : l’égalité des membres de la Table ronde

  • 1 Malgré la relation intrinsèque établie aujourd’hui entre le roi Arthur et le Table ronde, plusieurs (...)

2Dans l’imaginaire collectif, la Table ronde, telle qu’elle apparaît dès le Roman de Brut (1155) de Wace, implique une quête partagée par de nombreux chevaliers, qui parcourent le monde dans un même objectif de lutte pour la justice – principe fondateur de cette institution1 :

  • 2 Wace, Roman de Brut, a history of the British, édité et traduit par Judith Weiss, Exeter, Universit (...)

Pur les nobles baruns qu’il out,
Dunt chescuns mieldre estre quidout,
Chescuns se teneit al meillur,
Ne nuls n’en saveit le peiur,
Fist Artur la Runde Table,
Dunt Bretun dient mainte fable.
Illuec seeient li vassal
Tuit chevalment e tuit egal ;
A la table egalment seeient
E egalment servi esteint ;
Nul d’els ne se poeit vanter
Qu’il seïest plus halt de sun per,
Tuit esteient assis meain,
Ne n’y aveit nul de forain2.

3Au-delà des hautes aspirations développées par la suite, et du principe symbolique de justice, l’idée de la Table ronde émane donc de la gestion concrète des rapports hiérarchiques et sociaux au sein de la cour arthurienne, comme le suggère l’insistance sur le terme « egal » et ses dérivés. La Table ronde efface, dans une certaine mesure, les rapports de domination au profit d’une harmonisation des forces autour de la figure royale.

  • 3 Voir notamment Ms BnF Français 112 (3), fol. 207v., « Arthur et les nouveaux chevaliers de la Table (...)
  • 4 Voir notamment Ms BnF Français 99, fol. 327, « Tristan reçu à la Table ronde » (xve siècle). La Tab (...)
  • 5 Il est à noter que, paradoxalement, toutes les représentations de la Table ronde ne se traduisent p (...)

4Si la Table ronde n’est que relativement peu mentionnée dans les écrits médiévaux consacrés au roi Arthur, son image fleurit toutefois rapidement dans les manuscrits : les enluminures s’emparent de sa portée symbolique, et ce même lorsque l’institution n’est pas citée en tant que telle dans les textes3. Représenter les chevaliers en cercle devient un moyen discret mais éloquent pour signaler à la fois leur organisation égalitaire et l’unicité de leur quête4. À la suite des descriptions initiales de Wace, la force de l’image de la Table ronde participe activement du développement littéraire et artistique de cette institution dès le xiie siècle, puis contribue à sa pérennité jusqu’à nos jours5.

5Plus encore que la littérature, c’est donc l’iconographie qui s’empare de cette institution symbolique : enluminures, gravures, tableaux, reconstitutions… L’image de la Table ronde se développe de façon exponentielle dès le Moyen Âge, jusqu’à acquérir une forme d’autonomie – ne parle-t-on pas aujourd’hui encore de « table ronde » pour désigner un débat où les interlocuteurs sont placés sur un pied d’égalité ? Si le lien sémantique entre l’expression lexicalisée « table ronde » et le roi Arthur n’est plus nécessairement senti aujourd’hui, l’imaginaire des xxe et xxie siècles continue toutefois de s’appuyer sur les valeurs d’égalité – voire d’union – suggérées par Wace et développées par ses successeurs.

La Table ronde : un conseil des ministres ?

  • 6 Les vassaux doivent aide et assistance à leur suzerain (auxilium) mais aussi conseil dans toutes le (...)
  • 7 Sur les liens narratifs et structurels entre l’œuvre de Wace et celle de Chrétien, voir Annette Bro (...)

6Selon la conception développée par le poète normand, les chevaliers ainsi réunis dans un but égalitaire peuvent exprimer leurs opinions dans une logique d’échange avec le souverain. La littérature médiévale, reprenant en ce sens la tradition historique, insiste sur le devoir de consilium des barons royaux6. La Table ronde apparaît comme un catalyseur de cette obligation commune des vassaux envers le roi Arthur : elle est un lieu de réunion et de débat, qui permet au souverain d’accéder aux avis variés de ses barons sur les sujets relatifs au gouvernement du royaume. Ce dispositif, inhérent à la structure féodale et amplifié par la création littéraire de la Table ronde, accentue l’image d’un roi éclairé, attentif à l’opinion de ses conseillers – sans que ces conseils ne soient réduits aux seules discussions stratégiques et guerrières. Ainsi Chrétien de Troyes (xiie siècle) réduit-il le rôle martial d’Arthur tout en maintenant la tradition du conseil, désormais appliquée à d’autres aspects de la vie de la cour7. Dans son roman Érec et Énide, le souverain demande l’avis de ses chevaliers sur la coutume du baiser du blanc cerf. L’implication demeure mineure ici, au sens où le débat naît d’un contexte de cour : la question n’est pas de savoir quelle manœuvre adopter contre un ennemi, mais de désigner la plus belle dame de la cour afin de rétablir la coutume du baiser traditionnellement associée à la chasse au blanc cerf. Cependant, Arthur se tourne rapidement vers ses conseillers afin d’éviter toute querelle :

  • 8 Chrétien de Troyes, Érec et Énide, dans Œuvres complètes, Daniel Poirion (éd.), Paris, Gallimard, B (...)

‘Biax niés Gauvains, conselliez m’an […].’
Au consoil grant partie cort
Des mellors barons de la cort :
Li rois Ydiers i est alez,
Qui premiers i fu apelez ;
Aprés li rois Cadiolanz,
Qui mout fu saiges et vaillanz.
Kex et Griflez i sont venu
Et Amauguins li rois i fu,
Et des autres barons asez
I ot avoec ax amassez8.

7L’avis de la cour est diffracté par la présence de nombreux chevaliers, rois et seigneurs, qui tentent d’aider le roi dans son choix. Cependant, face à la beauté d’Énide, Arthur – sur les conseils de la reine – souhaite désigner la jeune femme pour cet honneur. Cette décision s’accompagne de nouveau de la consultation des barons :

  • 9 Chrétien de Troyes, Érec et Énide, dans Œuvres complètes, Daniel Poirion (éd.), Paris, Gallimard, B (...)

Je di que droiz est antresait
Ceste l’enor del blanc cerf ait.
Et vos, seignor, qu’an volez dire ?
Savez i vos rien contredire ?
Se nus i vialt metre desfanse,
S’an die orandroit ce qu’il panse […].
Je ne voldroie an nule guise
Fere deslëauté ne tort,
Ne plus au foible que au fort9.

  • 10 Chrétien de Troyes, Érec et Énide, dans Œuvres complètes, Daniel Poirion (éd.), Paris, Gallimard, B (...)

8Cette adresse directe est répétée, soulignant le fait que le souverain insiste pour obtenir l’opinion sincère des chevaliers : « Seignor, / Que dites vos ? Que vos sanble ? », « Or me dites toz voz talanz, / De voir dire ne soit nus lanz », et « La verité en voel savoir. »10 Ainsi, même pour gérer des problèmes internes à la cour, Arthur n’agit pas seul mais consulte efficacement son entourage – y compris son épouse – avant de prendre toute décision.

  • 11 Thomas Malory, Le Morte Darthur, Stephen H. A. Shepherd (éd.), New-York, Norton et Company, [1485] (...)
  • 12 Thomas Malory, Le Morte Darthur, Stephen H. A. Shepherd (éd.), New-York, Norton et Company, [1485] (...)

9Au xve siècle encore, Thomas Malory précise dans Le Morte Darthur (1485) que le souverain agit chaque fois « by the advys of his barons »11. Par la suite, ce sont les chevaliers de la Table ronde qui sont le plus souvent sollicités par Arthur : « Than the Kynge unto counsayle called his noble [lordes and] knyghtes, and within a towre there they assembled, the moste party of the knyghtes of the Rounde Table. »12

Une conception démocratique du pouvoir

10Aujourd’hui, si cette image d’un roi à l’écoute est le plus souvent reprise par la filmographie arthurienne, il est à noter que la hiérarchie féodale ne constitue plus une référence culturelle et politique évidente pour le public des xxe et xxie siècles. Dès lors, le devoir de consilium n’est jamais adressé en tant que tel dans les réécritures et adaptations modernes du mythe. À l’inverse, les cinéastes minimisent la notion de devoir vassalique et cherchent à donner aux chevaliers une fonction imprécise de « conseiller », plus proche des considérations modernes. En fonction des différentes représentations, les barons et vassaux apparaissent comme des représentants du peuple, des ministres affectés à des sujets spécifiques, des consultants spécialisés, ou encore comme de simples amis livrant leur opinion en toute confiance au souverain. Ces rôles peuvent se superposer, ou évoluer au fil de la narration audiovisuelle, et permettent chaque fois de présenter le souverain au cœur d’un vaste réseau consultatif.

  • 13 Alexandre Astier, Kaamelott, M6, CALT Productions, Dies Irae, Shortcom et CNC, 2005-2010, livre II, (...)

11La série télévisée française Kaamelott (M6, 2005-2010), par son étendue même, modifie régulièrement ce rôle des membres de la Table ronde. Dans cette représentation créée par Alexandre Astier, la pluralité des chevaliers permet de diffracter l’image des conseillers, qui peuvent à la fois représenter le peuple et occuper une fonction de ministre. Cependant, les places autour de la Table ronde se font rares. Au cours d’un épisode, lorsque les chevaliers s’étonnent de l’absence du célèbre Lancelot à l’une des réunions, le roi Arthur rappelle qu’il dispose seulement de « huit places autour de la Table ronde pour plus d’une vingtaine de chevaliers »13, ce qui nécessite une alternance régulière entre les différents membres. Au cours des discussions qui s’éternisent, et face aux accusations qui mettent en évidence les tensions croissantes entre Arthur et Lancelot – élément essentiel de l’intrigue dans Kaamelott –, le roi suggère que l’un des chevaliers présents cède sa place à Lancelot. De nouveau, les chevaliers, perçus ici comme d’éternels mécontents, protestent.

  • 14 Alexandre Astier, Kaamelott, M6, CALT Productions, Dies Irae, Shortcom et CNC, 2005-2010, livre II, (...)
  • 15 Alexandre Astier, Kaamelott, M6, CALT Productions, Dies Irae, Shortcom et CNC, 2005-2010, livre II, (...)
  • 16 Alexandre Astier, Kaamelott, M6, CALT Productions, Dies Irae, Shortcom et CNC, 2005-2010, livre VI, (...)

12Les réponses des membres de la Table ronde s’appuient alors principalement sur le statut politique de certains barons, représentants privilégiés de la population du royaume. Le seigneur Calogrenant, personnage notamment hérité des romans de Chrétien de Troyes (1160-1176), précise dans Kaamelott : « Attendez, en tant que roi de Calédonie, je peux pas être viré : je représente une majorité ! »14 Arthur complète : « D’accord, donc pareil pour Léodagan, roi de Carmélide, et Galessin, duc d’Orcanie. »15 Ces personnages, accueillis à la cour royale en tant que chevaliers et vassaux, revendiquent ici leur statut diplomatique supérieur. Si les autres critères de sélection évoqués s’avèrent plus personnels, le rôle de représentant joué par certains conseillers est bien mis en évidence autour de la Table ronde. D’ailleurs, lorsque cette institution n’est pas encore fondée, et que le jeune Arthur prépare son projet démocratique permettant d’accorder une place à tous les candidats valeureux du royaume, la Dame du Lac lui conseille de conserver auprès de lui les anciens chefs, émissaires des peuples majoritaires, afin de s’assurer leur soutien politique et militaire dans le nouveau royaume en formation16. Kaamelott insiste tout particulièrement sur cette diversité ethnique et sociale qui contribue à faire de la Table ronde un organe représentatif.

  • 17 Alexandre Astier, Kaamelott, M6, CALT Productions, Dies Irae, Shortcom et CNC, 2005-2010, livre II, (...)

13Dans cette interprétation moderne de la légende, le roi cherche à valoriser cette présence de chevaliers incarnant les revendications et les attentes de l’ensemble de ses sujets. La tâche est d’autant plus complexe que le royaume de Logres, tel qu’il apparaît dans la série Kaamelott, est constitué de peuples ennemis et de clans de tailles variées. La politique d’unification mise en place par Arthur dès les premières années de son règne s’appuie sur un complexe réseau d’alliances, comme l’explique rétrospectivement le chevalier Bohort : « Notre roi a décidé il y a quelques années de rallier les clans autonomes de Bretagne à la cour de Kaamelott afin de centraliser les actions militaires et de faciliter les transactions territoriales à l’aide d’une monnaie commune. »17 Astier reprend ici clairement le modèle de la construction européenne, fondée à la fois sur des objectifs économiques et sur un désir de paix et d’union suite à la Seconde Guerre mondiale.

  • 18 Il est en ce sens possible de lire Kaamelott comme une série d’apprentissage centrée sur le parcour (...)
  • 19 Alexandre Astier, Kaamelott, livre IV, épisode 19, « La Foi bretonne ».
  • 20 Alexandre Astier, Kaamelott, livre II, épisode 61, « L’Alliance ».
  • 21 Alexandre Astier, Kaamelott, livre III, épisode 14, « Les Derniers Outrages ». Sur les échos narrat (...)

14Dans la série, il faut de nombreuses années au roi Arthur pour apaiser les tensions ancestrales et parvenir à centraliser un royaume particulièrement vaste18. Il souligne : « Le royaume de Logres s’étend déjà jusqu’à là-bas en Aquitaine et ils sont tellement loin que j’arrive jamais à savoir ce qu’ils foutent. »19 D’un point de vue politique et culturel, la fédération de ces différents peuples, insulaires et continentaux, implique par conséquent de nombreuses contraintes. Certaines des oppositions que le roi rencontre dans ses tentatives d’alliances reposent notamment sur la crainte qu’ont ces peuples de perdre « leur identité ethnique »20, telle que l’affirme la série télévisée dans une conception volontairement anachronique et humoristique. Si Arthur perçoit dans cette revendication un prétexte fallacieux, il cherche toutefois à respecter les traditions et les coutumes locales, dans une volonté fédératrice mais non centralisatrice rappelant de nouveau la conception contemporaine de l’Union Européenne21.

  • 22 Antoine Fuqua, King Arthur, Touchstone Pictures, Jerry Bruckheimer Films, Green Hills Productions e (...)

15Néanmoins, selon les différentes interprétations audiovisuelles conservées aujourd’hui, la mixité sociale et ethnique qui caractérise parfois les chevaliers de la Table ronde ne correspond pas toujours à une volonté pacifique. Dans le film King Arthur (2004) d’Antoine Fuqua, les jeunes cavaliers qui forment la troupe d’Arthur sont d’abord arrachés à leurs familles pour être intégrés de force à l’armée romaine. Les personnages considérés selon la tradition comme les « chevaliers de la Table ronde » sont directement issus du peuple, et maintiennent le désir constant de retourner auprès de leurs proches. Dans King Arthur, Rome cherche par ce déracinement des populations à accentuer sa domination sur les territoires soumis : les jeunes combattants constituent un tribut humain prélevé par l’armée impériale22. Si les membres de la Table ronde représentent de fait différentes populations, le principe initial n’est toutefois pas de former une institution consultative ni représentative, mais au contraire d’affaiblir les peuples vaincus et de garantir la sécurité de l’Empire par la formation de troupes d’élite. Les cinéastes jouent ainsi sur une conception plurielle de la Table ronde, qui peut selon les interprétations refléter l’autorité bienveillante d’un souverain pacificateur, ou au contraire l’emprise d’un pouvoir absolu visant à fragmenter les peuples conquis.

  • 23 Frederik Du Chau, The Magic Sword : Quest for Camelot, Warner Bros et Warner Bros. Feature Animatio (...)
  • 24 Jacques Dalarun, Gouverner c’est servir, Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma, 2012.

16Chaque fois cependant, les réécritures modernes de la légende insistent sur le lien privilégié qui unit les chevaliers arthuriens et le peuple, en décrivant tout particulièrement les membres de la Table ronde comme des représentants de la population. Dans le dessin animé The Magic Sword : Quest for Camelot (1998), réalisé par Frederik Du Chau pour les studios Warner Bros, le roi Arthur rappelle cette fonction selon lui essentielle des chevaliers : « As Knights of the Round Table, our obligation is to the people, not to ourselves. »23 Le rôle des barons arthuriens est d’être au service des sujets du royaume. Cette conception du pouvoir médiéval, notamment mise en évidence par Jacques Dalarun, est poussée à l’extrême dans cette représentation moderne24 : la Table ronde revêt ici une fonction représentative, au sens où elle est décrite comme une assemblée dédiée au peuple avant tout. Le pouvoir croissant accordé à la population dans les réécritures du mythe contribue à modifier l’image de cette institution, qui dès lors ne dépend plus uniquement du souverain mais également de ses sujets. Cette conception démocratique – et donc moderne – d’une institution pourtant d’origine nobiliaire inverse la logique féodale. La hiérarchie ainsi suggérée ne part pas du sommet de l’État, mais est au contraire ascendante : le pouvoir est issu du peuple, qui à son tour délègue une forme d’autorité aux chevaliers, lesquels constituent autant de conseillers du souverain. Arthur apparaît alors comme un roi progressiste attentif aux revendications populaires : le caractère unificateur, égalitaire et démocratique de la Table ronde accentue la grandeur du royaume arthurien.

Des conseillers qui restent faillibles

  • 25 Mark Twain, A Connecticut Yankee in King Arthur’s Court, New-York, Bantam Dell, [1889] 1981.

17Ce renversement essentiel dans l’évolution de la conception de la Table ronde est déjà amorcé par le roman de Mark Twain, A Connecticut Yankee in King Arthur’s Court (1889) – œuvre fréquemment adaptée au cinéma et à la télévision – dans lequel le personnage principal, Hank, tente d’appliquer sa conception états-unienne du pouvoir à la cour du roi Arthur25. Le héros, pur produit de son pays et de son époque, ne parvient pas à concevoir une autorité qui n’émanerait pas directement du peuple :

  • 26 Mark Twain, A Connecticut Yankee in King Arthur’s Court, New-York, Bantam Dell, [1889] 1981, chap.  (...)

I was from Connecticut, whose Constitution declares ‘that all political power is inherent in the people, and all free governments are founded on their authority and instituted for their benefit ; and that they have at all times and undeniable and indefeasible right to alter their form of government in such a manner as they may think expedient26.’

18Appliquée de façon anachronique – ou plus exactement uchronique – au royaume arthurien, cette conception démocratique modifie le rôle des chevaliers, qui servent désormais moins le roi que le peuple. L’inversion suggérée par Hank se caractérise par une destruction du système féodal, lequel serait remplacé par une structure démocratique où le chef lui-même serait issu du peuple, par l’intermédiaire d’une assemblée représentative – renversement qui, il est vrai, accorde une place privilégiée à Hank, qui s’empare progressivement de l’autorité suprême.

  • 27 Chrétien de Troyes, Cligès, dans Œuvres complètes, Daniel Poirion (éd.), Paris, Gallimard, Biblioth (...)

19L’œuvre de Mark Twain souligne une limite majeure de la Table ronde et du devoir de consilium, à savoir que la nature des conseils ne vaut que par l’honnêteté et la sagesse des conseillers. Ainsi Chrétien de Troyes soulève-t-il cette question lorsque le roi Arthur commet l’erreur de confier son pouvoir au seigneur Angrès. Contraint de quitter provisoirement la cour, Arthur interroge ses barons pour savoir à qui il confiera le trône en son absence : « Li rois Artus an cel termine / S’an vost an Bretaigne passer. / Toz ses barons fist amasser / Par consoil querre et demander / A cui il porra comander / Eingleterre tant qu’il reveingne, / Qui an pes la gart et mainteingne. »27 Les barons désignent alors le comte Angrès, perçu par tous comme un symbole d’intégrité et de fidélité au roi. Or, lorsqu’il apprend la trahison d’Angrès, lequel cherche à usurper le pouvoir, Arthur se tourne vers ses « mauvais » barons pour leur reprocher leurs conseils passés :

  • 28 Chrétien de Troyes, Cligès, dans Œuvres complètes, Daniel Poirion (éd.), Paris, Gallimard, Biblioth (...)

Quant li rois oï la novele,
Trestoz ses barons an apele […].
Et qu’il facent mialz son talant
De confondre le traïtor,
Lors dit que li blasmes est lor
De son tribol et de sa guerre,
Car par aus bailla il sa terre
Et mist an la main au felon
Qui pires est de Guenelon28.

20Le souverain convoque ses conseillers afin de souligner leurs erreurs, mais également afin de les consulter de nouveau, et d’entendre leurs avis sur le châtiment à infliger à Angrès pour sa trahison. Malgré cette erreur de jugement, qui implique à la fois le roi et ses barons, Arthur ne perd donc pas foi en l’aide nécessaire de ses vassaux : selon l’interprétation privilégiée par Chrétien de Troyes, cette confiance est l’un des fondements de la domination royale et de la stabilité du royaume.

Domination féodale et égalité anachronique : le pouvoir arthurien et la Table ronde

21Par une forme de détournement et d’amplification du devoir de consilium, la confrontation des avis des barons tend à créer une logique judiciaire à la cour arthurienne. Selon cette interprétation, reprise dans plusieurs adaptations audiovisuelles de la légende, Arthur se fait juge, prenant ses décisions seul après avoir entendu l’argumentaire de ses différents chevaliers, lesquels deviennent alternativement avocats et procureurs. Cette représentation de la Table ronde en cour de justice est notamment proposée dans le célèbre film de Richard Thorpe, Knights of the Round Table (1953).

Confrontations parlementaires et pouvoir judiciaire à la Table ronde

  • 29 Richard Thorpe, Knights of the Round Table, MGM British Studios, 1953, 92 min.
  • 30 Richard Thorpe, Knights of the Round Table, MGM British Studios, 1953, 92 min.

22Suite à la révélation de l’amour adultère du chevalier Lancelot et de la reine Guenièvre, le roi fait appel à ses vassaux, réunis autour de la Table ronde, et les interroge sur la culpabilité – effective ou non – des amants. Un jugement officiel est mis en place et les chevaliers emploient bien le terme de « trial »29, au sens de « procès ». La Table ronde devient dès lors une institution judiciaire dans laquelle le roi ne semble d’abord avoir qu’un rôle limité. L’accusation des amants est prise en charge par Mordred, figure d’opposant qui occupe une fonction ponctuelle de procureur, et qui affirme chercher à défendre les intérêts du royaume. Si le personnage mène en réalité ici une vengeance personnelle en contribuant au déclin du pouvoir arthurien, ses arguments vis-à-vis du respect de la loi demeurent toutefois valides. La question de la culpabilité des amants n’est pas décidée par le souverain, mais par l’ensemble des chevaliers. Arthur leur précise : « Sires, give your voice for the ‘Guilty’ or ‘Not Guilty’. »30 Suite au vote, et donc à une procédure collective, Lancelot et Guenièvre sont reconnus coupables de haute trahison.

  • 31 Voir notamment Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, Laurence Mathey-Maille (éd.) et (...)

23Dès lors, le film de Richard Thorpe privilégie la représentation du royaume en tant que monarchie parlementaire, dans une logique qui n’est pas sans rappeler l’image développée dans le recueil Idylls of the King (1859-1885) d’Alfred Tennyson. En effet, contrairement aux auteurs antérieurs, de Geoffroy de Monmouth (c. 1135) à Thomas Malory (1485), Tennyson écrit sous l’influence d’une monarchie parlementaire, ce qui modifie en partie la représentation qu’il propose de la cour arthurienne31. La domination du souverain, héritée de la tradition médiévale malgré l’image d’un Arthur affaibli privilégiée par Chrétien de Troyes, se voile ici d’une idéologie moderne. Si la puissance du roi demeure, l’exercice de son autorité est toutefois marqué par la présence majeure des chevaliers de la Table ronde. De même, le film Knights of the Round Table accentue cette logique et présente la Table ronde comme une institution à la fois législative et judiciaire. Dans la filmographie plus encore que dans les réécritures modernes de la légende, le règne arthurien est altéré pour correspondre aux attentes politiques actuelles, au risque bien souvent d’anachronismes et de détournements profonds des sources littéraires médiévales.

  • 32 Richard Thorpe, Knights of the Round Table, 1953, 91-92 min. et 95-96 min.
  • 33 Richard Thorpe, Knights of the Round Table, 1953, 94 min.
  • 34 Richard Thorpe, Knights of the Round Table, 1953, 95 min. Nous soulignons.

24Cette séquence du procès des amants dans le film de Thorpe est éloquente car elle permet de remettre en question le principe fondateur de la Table ronde. Le caractère égalitaire de cette institution, prôné tout au long de Knights of the Round Table, est ébranlé par l’attitude d’Arthur lui-même. En effet, malgré le vote des chevaliers qui condamne à mort Lancelot et Guenièvre, le verdict revient au souverain-juge, lequel choisit de commuer l’exécution des amants en simple bannissement32. Ainsi le rôle consultatif des chevaliers est-il maintenu, sans toutefois influer sur l’avis final d’Arthur. C’est par respect pour les prouesses de Lancelot, qui ont aidé à fortifier le royaume, et par amitié pour lui – à quatre reprises dans l’explication qu’il donne, Lancelot fait à son tour référence à son amitié pour le souverain33 –, que le roi décide d’atténuer la sentence en exil : « Sir Lancelot, according to the law, the penalty for you and Guenevere the Queen is death. But by my authority as sovereign lord of this realm, neither the Queen or you shall die. Punishment there shall be. »34 Guenièvre se retire dans un couvent pour y finir ses jours, tandis que Lancelot est banni du royaume. Bien que Mordred proteste contre cette décision qui va à l’encontre de la loi, le roi conserve le dernier mot.

  • 35 Richard Thorpe, Knights of the Round Table, 1953, 96-97 min. Nous soulignons.
  • 36 Richard Thorpe, Knights of the Round Table, 1953, 97 min.

25Arthur dépasse ici les limites de son autorité en s’octroyant tout pouvoir d’un geste régalien, balayant ainsi à la fois la législation en place et l’avis majoritaire de ses barons : « It is you who have taught us that no king of England may set himself above the law. Men and women, high and low, are alike before the court of justice ! But you have twisted the law to your private failure. »35 Les notions d’égalité et d’union, déjà mises en péril, disparaissent alors de l’institution qui perd à la fois sa portée politique et éthique. Arthur, quittant la salle, réaffirme d’ailleurs son autorité en coupant court au débat : « the last word in this matter has been spoken »36. Le film, après avoir voulu mettre en scène la tentative d’égalité à la cour grâce au principe de la Table ronde, souligne son brutal échec, causé par la confrontation des ambitions personnelles et confirmé par l’affirmation de supériorité d’Arthur – confondant d’ailleurs, selon cette interprétation, pouvoir exécutif et pouvoir judiciaire. Si le roi ne respecte pas ses propres lois, alors l’ensemble de son projet politique est mis en cause.

Arthur, primus inter pares

  • 37 Sur ce sujet, voir notamment Lori J. Walters, « Re-Examining Wace’s Round Table », dans Keith Busby (...)
  • 38 Wace, Roman de Brut, a history of the British, édité et traduit par Judith Weiss, Exeter, Universit (...)
  • 39 Wace, Roman de Brut, a history of the British, édité et traduit par Judith Weiss, Exeter, Universit (...)

26Face à l’image glorieuse du souverain éclairé diffusée dans les réécritures et adaptations de la légende, cette façon d’imposer l’autorité arthurienne peut surprendre. Cette interprétation fait pourtant écho à la représentation médiévale de la Table ronde et à la conception historique de la domination royale37. Dès le Roman de Brut, Wace insiste sur les limites de l’égalité prônée par l’institution. L’union des membres de la Table ronde n’est conçue que dans la perspective d’une obéissance commune au souverain : l’égalité est celle des barons et vassaux du roi entre eux, excluant Arthur. Les chevaliers sont tous égaux, sous l’autorité incontestée et la domination du roi. Wace précise : « Pur les nobles baruns qu’il out, / Dunt chescuns mieldre estre quidout, / Chescuns se teneit al meillur, / Ne nuls n’en saveit le peiur, / Fist Artur la Runde Table / Dunt Bretun dient mainte fable. »38 L’apparition de la Table ronde dans le Roman de Brut distingue donc, d’une part, la position supérieure du roi, fondateur de l’institution, et d’autre part le statut nécessairement inférieur des chevaliers. C’est pour créer une égalité parmi ses vassaux qu’Arthur met en place le principe de la Table ronde. Wace suggère bien, par la négative, le statut particulier qu’a le souverain dans cette égalité politique et militaire : « Illuec seeient li vassal / Tuit chevalment e tuit egal »39. Le texte fondateur de la légende de la Table ronde affirme bien ici, au détour d’un vers, la position hiérarchique dominante du souverain, qui impose pourtant une égalité symbolique entre ses chevaliers.

27Dès lors, c’est une relation de puissance particulièrement complexe qui s’instaure, dans une cour glorieuse où tous sont égaux, et où Arthur demeure le chef incontesté. Dans cette perspective, la Table ronde constitue un outil de consolidation de la domination royale, en organisant le pouvoir des chevaliers autour de la figure d’Arthur :

  • 40 Francis Dubost, « Merlin et le texte inaugural » ; Les Cahiers de la Cinémathèque, n° 42/43, 1985, (...)

[La Table ronde] permet de rassembler et de fixer autour du Roi les grands barons du royaume, qui s’engagent par serment à vivre en paix auprès de lui et à lui obéir. Progrès immense dans le sens de l’autorité monarchique, de la stabilité de l’État et de la réduction de la turbulence féodale40

28Le pouvoir du roi est ainsi assuré et amplifié par le soutien organisé et institutionnalisé que représente la Table ronde. Ses membres, barons et vassaux d’Arthur, sont certes unis par des liens de différentes natures, mais sont rassemblés dans une même optique de valorisation du royaume par la mise en place d’une chevalerie « civilisée » et d’une politique non pas anachronique, mais progressiste. Cette structure laisse entrevoir des transmissions successives d’autorité : les chevaliers placent leur autorité guerrière et politique au service de la Table ronde ; la puissance de la Table ronde consolide le pouvoir du roi ; et le pouvoir du roi permet d’améliorer l’ensemble du royaume. La position dominante du souverain, sans constituer un obstacle aux valeurs prônées par son institution égalitaire, en garantit à la fois la stabilité et l’efficacité. La Table ronde apparaît, dès les hypotextes médiévaux, puis dans l’imaginaire collectif, comme un organe du pouvoir royal, caractérisé par son aspect éclairé.

  • 41 Jerry Zucker, First Knight, Columbia Pictures Corporation et First Knight Productions, 1994, 82-83  (...)

29Or, c’est cette dimension éclairée de l’autorité royale qui a été retenue par les scénaristes et les réalisateurs, qui ont vu dans le concept de la Table ronde l’opportunité d’appliquer des principes modernes à la période médiévale. L’image circulaire de la Table suggérée par Wace et ses successeurs apparaît en ce sens comme un élément trompeur, puisqu’elle symbolise à l’excès l’égalité des personnes qui y siègent. Dans cette perspective, si Arthur est un souverain éclairé, il peut considérer ses chevaliers comme ses égaux. C’est la représentation privilégiée par les studios hollywoodiens, et notamment par le réalisateur Jerry Zucker dans son film First Knight (1994). La cérémonie d’adoubement de Lancelot présente la répétition d’un serment entre les chevaliers, signifiant leur égalité fraternelle : « Brother to brother, yours in life and death »41. Or, Arthur est le premier à prononcer ce serment, adressé à Lancelot, afin de l’inclure parmi les chevaliers la Table ronde. Ici, le roi souligne lui-même qu’il se trouve sur un pied d’égalité avec ses chevaliers.

  • 42 Sur ce sujet, voir notamment Isabelle Cani, « Le roi qui ne peut pas mourir » ; Cahiers de recherch (...)

30Cette approche est pourtant inconcevable dans la pensée médiévale puisque, par définition, le roi ne peut être l’égal de ses vassaux. Le film efface l’organisation féodale en amplifiant de façon hyperbolique l’égalité que représente de la Table ronde. First Knight constitue l’une des adaptations audiovisuelles les plus anachroniques, au sens où elle applique avec peu de subtilité la conception états-unienne du pouvoir au royaume fantasmé de Camelot42. Si cette image n’est pas l’apanage d’une pensée états-unienne, il est toutefois nécessaire de souligner l’impact majeur que possèdent les créations hollywoodiennes sur l’imaginaire collectif des xxe et xxie siècles. Le film de Zucker contribue ainsi à développer l’image anachronique de la Table ronde en tant que prémices d’un pouvoir démocratique.

  • 43 Chrétien de Troyes, Érec et Énide, dans Œuvres complètes, Daniel Poirion (éd.), Paris, Gallimard, B (...)
  • 44 Sur l’articulation des questions de domination et d’égalité, voir également l’article de Florian Be (...)

31De façon similaire, dans Knights of the Round Table, l’interprétation de Mordred, qui dénonce le fait qu’Arthur se place au-dessus de la loi, correspond donc à un discours anachronique. Les propos du roi lors du jugement de Guenièvre et Lancelot font écho à la conception de l’autorité royale développée par les auteurs médiévaux, et notamment par Chrétien de Troyes, qui précise déjà : « parole que rois a dite / Ne doit puis estre contredite »43. Les propos du roi font office de loi, valorisant ainsi l’autorité royale toute-puissante. Le souverain peut – et doit – être conseillé par ses vassaux, mais ses décisions ne peuvent être contredites par eux. Si l’égalité éthique et politique des membres de la Table ronde est avérée dans les différents textes fondateurs de la légende, cette égalité n’est toutefois pas conçue pour s’appliquer au souverain, qui demeure le seul détenteur de l’autorité44. Placer le roi Arthur parmi ses chevaliers autour de la Table ronde revient donc à effacer la hiérarchie féodale en développant une image anticipatoire proche d’une monarchie parlementaire.

Conclusion

32Les adaptations audiovisuelles de la légende arthurienne tendent par conséquent à faire évoluer la représentation de la Table ronde afin de correspondre aux attentes et aux valeurs du spectateur. Cette institution, ainsi que la nature et les limites du pouvoir d’Arthur et de ses chevaliers, apparaissent comme la projection d’une image idéale du royaume médiéval. Les cinéastes contribuent activement à créer une nouvelle représentation du Moyen Âge en transposant les attentes démocratiques des spectateurs à la cour arthurienne. Le pouvoir d’Arthur demeure valorisé, mais pour des raisons différentes : dans la filmographie, l’autorité royale devient le reflet d’un royaume éclairé, en avance sur son temps et accueillant les chevaliers de tous horizons afin de discuter d’égal à égal avec le souverain.

33Si la représentation de la Table ronde, conservée aujourd’hui dans l’imaginaire collectif en tant qu’institution anachronique – parce que progressiste et parlementaire –, est hyperbolique, elle permet toutefois d’éclairer le décalage entre la perception générale de l’époque médiévale et l’image glorifiée du règne arthurien. L’image égalitaire de la Table ronde correspond à la transposition plus ou moins efficace d’attentes démocratiques à une époque médiévale réinventée. Ainsi, cette institution conserve au fil des siècles une image positive, en particulier parce qu’elle repose sur une égalité que les réécritures et adaptations modernes étendent à la figure du souverain. Pourtant, en limitant les notions d’égalité et d’union aux seuls chevaliers arthuriens, vassaux et conseillers du roi, Wace souligne bien dans son Roman de Brut la position dominante d’Arthur, lequel n’est jamais le premier parmi ses pairs mais demeure un souverain incontesté, asseyant justement son autorité par le développement de la structure politique de la Table ronde. Par conséquent, dès le xiie siècle, la domination d’Arthur et l’égalité valorisée par la Table ronde ne constituent pas des éléments opposés ou contradictoires, mais apparaissent au contraire comme les deux facettes d’un pouvoir en évolution, promis à une longue pérennité littéraire et cinématographique.

Haut de page

Notes

1 Malgré la relation intrinsèque établie aujourd’hui entre le roi Arthur et le Table ronde, plusieurs textes arthuriens médiévaux ne mentionnent pas l’existence de cette institution, à l’instar de l’Historia Regum Britanniae (c. 1135) de Geoffroy de Monmouth, ou encore du Merlin en prose (début XIIIe siècle) de Robert de Boron, lequel est pourtant postérieur au Roman de Brut. Sur les idéaux mis en avant dans la création de la Table ronde, voir notamment Beate Schmolke-Hasselmann, « The Round Table : ideal, fiction, reality », Arthuriana, 2, 1982, p. 41-75.

2 Wace, Roman de Brut, a history of the British, édité et traduit par Judith Weiss, Exeter, University of Exeter Press, 1999, 9747-9760, p. 244. Nous soulignons.

3 Voir notamment Ms BnF Français 112 (3), fol. 207v., « Arthur et les nouveaux chevaliers de la Table ronde » (xve siècle) ; Ms BnF Français 116, fol. 676, « Tristan reçu à la Table ronde » (xve siècle) et, dans le même manuscrit, fol. 704v., « Arthur et les nouveaux chevaliers de la Table ronde ».

4 Voir notamment Ms BnF Français 99, fol. 327, « Tristan reçu à la Table ronde » (xve siècle). La Table en elle-même n’est pas représentée, mais la disposition des personnages en cercle rappelle bien les principes de l’institution. Sur les enluminures de quelques romans arthuriens, voir notamment le bel ouvrage de Sophie Cassagnes-Brouquet et Martine Clouzot, Les Romans de la Table ronde : Premières images de l’univers arthurien, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005.

5 Il est à noter que, paradoxalement, toutes les représentations de la Table ronde ne se traduisent pas par un mobilier de forme circulaire. Voir ainsi Ms BnF Français 97, fol. 229v., « Table ronde » (xve siècle), où la table, représentée sans ses occupants, est carrée, toujours dans l’idée de matérialiser l’égalité des personnages. Sur le rôle de Wace et de l’invention de la Table ronde dans l’évolution des récits arthuriens, voir notamment Gioia Paradisi, Le Passioni della storia : Scrittura e memoria nell’opera di Wace, Rome, Bagatto Libri, 2002.

6 Les vassaux doivent aide et assistance à leur suzerain (auxilium) mais aussi conseil dans toutes les demandes qu’il peut leur soumettre (consilium). Voir Michel François, « Auxilium et consilium dans la langue et la pensée médiévales », dans Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, séance du 8 mars 1967, p. 111-120, ainsi que Françoise Autrand, Dominique Boutet et Jacques Verger (dir.), Penser le pouvoir au Moyen Âge (viiie-xve siècles), Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2000.

7 Sur les liens narratifs et structurels entre l’œuvre de Wace et celle de Chrétien, voir Annette Brown Hopkins, The Influence of Wace on the Arthurian Romances of Crestien de Troies, Menasha, George Banta Publishing Co., 1913, consultable en ligne : archive.org/details/influenceofwaceo00hopk.

8 Chrétien de Troyes, Érec et Énide, dans Œuvres complètes, Daniel Poirion (éd.), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1994, v. 308-320.

9 Chrétien de Troyes, Érec et Énide, dans Œuvres complètes, Daniel Poirion (éd.), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1994, v. 1751-1766.

10 Chrétien de Troyes, Érec et Énide, dans Œuvres complètes, Daniel Poirion (éd.), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1994, v. 1744-1745 ; v. 1779-1780 et v. 1784.

11 Thomas Malory, Le Morte Darthur, Stephen H. A. Shepherd (éd.), New-York, Norton et Company, [1485] 2004, livre I, « How Uther Pendragon Gate Kyng Arthur », p. 12. « Sur les conseils de ses barons », traduction inédite.

12 Thomas Malory, Le Morte Darthur, Stephen H. A. Shepherd (éd.), New-York, Norton et Company, [1485] 2004, livre V, « Kynge Arthure and Lucius, Emperour of Rome », p. 115 ; « À ces mots le roi fit appeler ses barons et la majeure partie des chevaliers de la Table ronde pour les réunir dans une tour et solliciter leur opinion », traduction inédite.

13 Alexandre Astier, Kaamelott, M6, CALT Productions, Dies Irae, Shortcom et CNC, 2005-2010, livre II, épisode 53, « L’Absent ». La taille réduite de la Table ronde, en particulier par rapport à certains textes médiévaux qui la suggèrent apte à accueillir des centaines de chevaliers, est ici liée à des contraintes matérielles et budgétaires, limitant les décors et le nombre d’acteurs. Sur les conditions matérielles de la création de Kaamelott, voir notre article « Rire et faire rire de la guerre : Kaamelott (M6, 2005-2010) ou la mise à distance du conflit », TV/Series [En ligne], 10 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016 : tvseries.revues.org/1796.

14 Alexandre Astier, Kaamelott, M6, CALT Productions, Dies Irae, Shortcom et CNC, 2005-2010, livre II, épisode 53, « L’Absent ».

15 Alexandre Astier, Kaamelott, M6, CALT Productions, Dies Irae, Shortcom et CNC, 2005-2010, livre II, épisode 53, « L’Absent ».

16 Alexandre Astier, Kaamelott, M6, CALT Productions, Dies Irae, Shortcom et CNC, 2005-2010, livre VI, épisode 3, « Praeceptores ». La sixième saison de Kaamelott propose en effet un retour en arrière dans la narration, et présente la jeunesse du souverain et de ses futurs chevaliers, ainsi que le développement politique du royaume de Logres. Sur ce sujet, voir Florian Besson et Justine Breton (dir.), Kaamelott, un livre d’histoire, Paris, Éditions Vendémiaire, 2018.

17 Alexandre Astier, Kaamelott, M6, CALT Productions, Dies Irae, Shortcom et CNC, 2005-2010, livre II, épisode 61, « L’Alliance ».

18 Il est en ce sens possible de lire Kaamelott comme une série d’apprentissage centrée sur le parcours personnel et politique d’Arthur, comme le suggère Nicolas Truffinet dans Kaamelott ou la quête du savoir, Paris, Éditions Vendémiaire, 2014.

19 Alexandre Astier, Kaamelott, livre IV, épisode 19, « La Foi bretonne ».

20 Alexandre Astier, Kaamelott, livre II, épisode 61, « L’Alliance ».

21 Alexandre Astier, Kaamelott, livre III, épisode 14, « Les Derniers Outrages ». Sur les échos narratifs et structurels entre la série Kaamelott et nos considérations politiques contemporaines, voir Jonathan Bocquet, « ‘Des chefs de guerre, y’en a de toutes sortes’ : De l’idéal de la Table Ronde à la pratique du pouvoir », dans Florian Besson et Justine Breton (dir.), Kaamelott, un livre d’histoire, Paris, Éditions Vendémiaire, 2018, p. 103-116.

22 Antoine Fuqua, King Arthur, Touchstone Pictures, Jerry Bruckheimer Films, Green Hills Productions et World 2000 Entertainment, 2004, 1-3 min.

23 Frederik Du Chau, The Magic Sword : Quest for Camelot, Warner Bros et Warner Bros. Feature Animation, 1998, 6-7 min.

24 Jacques Dalarun, Gouverner c’est servir, Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma, 2012.

25 Mark Twain, A Connecticut Yankee in King Arthur’s Court, New-York, Bantam Dell, [1889] 1981.

26 Mark Twain, A Connecticut Yankee in King Arthur’s Court, New-York, Bantam Dell, [1889] 1981, chap. 13, p. 77.

27 Chrétien de Troyes, Cligès, dans Œuvres complètes, Daniel Poirion (éd.), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1994.

28 Chrétien de Troyes, Cligès, dans Œuvres complètes, Daniel Poirion (éd.), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1994, v. 1065-1074.

29 Richard Thorpe, Knights of the Round Table, MGM British Studios, 1953, 92 min.

30 Richard Thorpe, Knights of the Round Table, MGM British Studios, 1953, 92 min.

31 Voir notamment Geoffroy de Monmouth, Histoire des rois de Bretagne, Laurence Mathey-Maille (éd.) et (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 2008 ; et Alfred Tennyson, Idylls of the King and a Selection of Poems, Londres, Penguin Books, [1859-1885] 1961.

32 Richard Thorpe, Knights of the Round Table, 1953, 91-92 min. et 95-96 min.

33 Richard Thorpe, Knights of the Round Table, 1953, 94 min.

34 Richard Thorpe, Knights of the Round Table, 1953, 95 min. Nous soulignons.

35 Richard Thorpe, Knights of the Round Table, 1953, 96-97 min. Nous soulignons.

36 Richard Thorpe, Knights of the Round Table, 1953, 97 min.

37 Sur ce sujet, voir notamment Lori J. Walters, « Re-Examining Wace’s Round Table », dans Keith Busby et Christopher Kleinhenz (dir.), Courtly Arts and the Art of Courtliness : Selected Papers from the Eleventh Triennal Congress of the International Courtly Literature Society, Cambridge, D. S. Brewer, 2006, p. 721-744.

38 Wace, Roman de Brut, a history of the British, édité et traduit par Judith Weiss, Exeter, University of Exeter Press, 1999, v. 9757-9752, p. 244. Nous soulignons.

39 Wace, Roman de Brut, a history of the British, édité et traduit par Judith Weiss, Exeter, University of Exeter Press, 1999, v. 9753-9754, p 244. Nous soulignons.

40 Francis Dubost, « Merlin et le texte inaugural » ; Les Cahiers de la Cinémathèque, n° 42/43, 1985, p. 88.

41 Jerry Zucker, First Knight, Columbia Pictures Corporation et First Knight Productions, 1994, 82-83 min.

42 Sur ce sujet, voir notamment Isabelle Cani, « Le roi qui ne peut pas mourir » ; Cahiers de recherches médiévales et humanistes [En ligne], 11|2004, mis en ligne le 10 octobre 2007, consulté le 11 janvier 2016, url : http://crm.revues.org/1763.

43 Chrétien de Troyes, Érec et Énide, dans Œuvres complètes, Daniel Poirion (éd.), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1994, v. 61-62.

44 Sur l’articulation des questions de domination et d’égalité, voir également l’article de Florian Besson dans ce même ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Breton, « Anachronisme, égalité et domination : représenter le roi Arthur autour de la Table ronde », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 16 mars 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/acrh/8156 ; DOI : 10.4000/acrh.8156

Haut de page

Auteur

Justine Breton

Docteur en littérature médiévale - centre de recherche TrAme Amiens, agrégée de Lettres modernes, Université de Picardie-Jules-Verne, E-mail : bretonjustine [arobase] outlook [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals