Navigation – Plan du site

Révoltes populaires dans la Suède du ixe siècle : Jan Fridegård ou la transposition de revendications prolétariennes à l’époque viking

Caroline Olsson

Résumés

Jan Fridegård, romancier suédois, appartient à ce que l’on appelle l’école prolétarienne. L’ambition principale des auteurs prolétariens fut de dénoncer les injustices sociales dont ils avaient été victimes et témoins durant leur jeunesse et d’offrir une nouvelle littérature pour le peuple. À travers une trilogie située à l’époque viking, Fridegård établit une continuité historique entre les esclaves de la Scandinavie antique et les ouvriers agricoles de la première moitié du XXe siècle. Afin de traduire les revendications sociales et politiques de son milieu d’origine démuni, le romancier relate une série de révoltes populaires conduites par l’ancien esclave évadé Holme dans la Suède du IXe siècle

Haut de page

Notes de l’auteur

Toutes les photos, à l’exception des couvertures des romans, figurent sur le site http://www.jan-fridegard.se.

Texte intégral

À la mémoire de mon cher maître, Régis Boyer (1932-2017).

Un grand merci à Mats O. Karlsson et Aase Fridegård Penayo de l’association littéraire Jan Fridegårdsällskapet pour les portraits de l’auteur.

Introduction : L’époque des Vikings et le médiévalisme scandinave

1Dans l’imaginaire collectif, la figure du Viking est souvent associée à une vision monumentale et édifiante de l’histoire scandinave. Certes, la démarche des historiens et des archéologues contemporains se penchant sur le haut Moyen Âge nordique se caractérise désormais par une grande sobriété et une rigueur scientifique. Mais l’héritage légué par les innombrables travaux historiques et par la multitude d’œuvres artistiques composés dans une veine romantique et patriotique, voire nationaliste, se fait encore ressentir de façon distincte aujourd’hui, notamment à travers l’image de l’ancien Scandinave véhiculée par la culture populaire.

2La figure du Viking occupe une place particulière dans l’historiographie et dans le médiévalisme scandinaves. De façon presque systématique, Danois, Suédois, Norvégiens et Islandais se sont tournés spontanément vers les périodes préchrétiennes de leur histoire, lorsqu’ils ont cherché à se prévaloir d’un passé glorieux à la hauteur des autres nations occidentales. À l’instar de courants d’idées similaires sur le continent européen, le patriotisme scandinave a été particulièrement exacerbé durant les périodes d’instabilité politique et de guerre ou encore à des époques marquées par d’importants bouleversements sociaux. À une peur de l’avenir répondait alors le besoin impérieux de se forger une identité nationale forte. Le culte voué à l’ancêtre viking participait à ce sursaut patriotique. Dans l’histoire scandinave contemporaine, c’est surtout le national-romantisme de la première moitié du xixe siècle qu’on associe à la ferveur suscitée par l’antiquité nordique et à une idéalisation de la figure du Viking. Cet engouement connut une reviviscence au tournant du xxe siècle.

3À la même époque, en Allemagne, on s’intéressait aussi de près aux anciens Scandinaves en tant que représentants idéalisés des peuples germaniques. De par leur isolement géographique (en réalité toute relative), on imaginait qu’ils avaient échappé à l’influence de cultures et de croyances étrangères. Aussi l’avènement du Troisième Reich s’accompagna-t-il d’une véritable fascination pour la littérature médiévale et la mythologie d’Europe du Nord. En Scandinavie aussi, cette époque fut marquée par un regain d’intérêt pour le haut Moyen Âge national. Par exemple, les régimes de collaboration mis en place suite à l’occupation du Danemark et de la Norvège à partir de 1940 se référaient volontiers aux ancêtres vikings et à la civilisation préchrétienne. En parallèle, les résistants puisaient aux mêmes sources et s’inspiraient de personnages mythologiques et légendaires dans leur lutte contre l’envahisseur nazi. De façon générale, la période était fortement empreinte par l’imaginaire du Nord et, sans être forcément très politisés, plusieurs artistes et auteurs se laissaient également inspirer par la matière scandinave ancienne.

  • 1 Frans G. Bengtsson, Orm le Rouge [tome 1] (traduit du suédois par Thekla Hammar), Paris, Stock, « S (...)

4C’est précisément à cette époque, en 1941 et 1945, que parut l’un des romans historiques suédois les plus populaires de tous les temps : Röde Orm de Frans G. Bengtsson (1894-1955), Orm le Rouge en français, situé à l’époque des Vikings1. La vision du passé proposée par ce roman en deux tomes constitue en grande partie un héritage du médiévalisme légué par les poètes du national-romantisme, dont Erik Gustaf Geijer (1783-1847) et Esaias Tegnér (1782-1846) furent les plus illustres représentants. À travers leurs poèmes respectifs Vikingen (1811) et Frithiofs saga (une longue épopée de 24 chants complétée en 1825), Geijer et Tegnér ont dressé le portrait stéréotypé du jeune Viking, tantôt marin, tantôt guerrier à l’esprit d’aventure aiguisé. Il est évident que Frans G. Bengtsson a été largement influencé par cette vision romantique et héroïsante de l’ancien Scandinave. Les aventures trépidantes de ses personnages et leurs longs voyages laissent transparaître l’admiration du romancier. En même temps, ce dernier procède à une désidéalisation importante des Vikings. Ses portraits des ancêtres se teintent de dérision et il n’hésite pas à souligner leur brutalité, leur saleté et leur manque de raffinement.

5Un an avant la parution du premier tome de Röde Orm, un autre romancier suédois avait déjà exprimé le besoin de rompre avec la glorification de la figure du Viking et du haut Moyen Âge scandinave, mais de façon plus radicale encore. En 1940, Jan Fridegård (1897-1968) publia Trägudars land [Le Pays des idoles en bois], premier volume d’une trilogie dont l’action est située dans la Suède du ixe siècle.

Figure 1 : Portrait de Jan Fridegård (1897-1968).

Figure 1 : Portrait de Jan Fridegård (1897-1968).

Source illustration : Photo fournie par le site http://www.jan-fridegard.se

  • 2 Une douzaine de lignes sont consacrées aux romans vikings de Fridegård dans Éric Eydoux, « Les litt (...)

6Deux autres volumes suivirent en 1944 et 1949. Faute de traduction, cette série romanesque demeure méconnue en France. Tout au plus, un lecteur francophone a pu apprendre son existence à travers quelques rares articles et ouvrages qui la mentionnent brièvement2.

  • 3 Pour une présentation de ce mouvement littéraire, voir l’excellent ouvrage de Philippe Bouquet, La (...)

7Si un intérêt porté à l’antiquité nordique est volontiers assimilé au patriotisme ou à des affinités avec des idéologies extrémistes, Jan Fridegård constitue, au contraire, l’exemple d’un auteur connu pour ses sympathies de gauche qui, à plusieurs reprises, a traité des thématiques historiques dans ses œuvres. À travers différents romans et nouvelles, il a ressuscité la préhistoire et l’époque viking, mais également la guerre de Trente ans. En parallèle, l’œuvre de Jan Fridegård est également représentative de l’école littéraire dans laquelle elle s’inscrit : l’école prolétarienne3. Ce courant littéraire fut promis à un grand succès en Scandinavie dans la première moitié du xxe siècle. Il a produit de nombreux chefs-d’œuvre, surtout en Suède. Le dénominateur commun aux romanciers prolétariens est leur origine sociale populaire, mais aussi le fait que leurs textes tournent autour de problématiques propres au peuple. Ils mettent en scène les conditions de vie des classes sociales les plus défavorisées et traduisent leurs revendications politiques et sociales. En outre, il n’est pas rare que de nombreux éléments autobiographiques viennent nourrir ces œuvres. C’est aussi le cas de Jan Fridegård, dont une grande partie des écrits est constituée de romans qui s’inspirent de sa propre vie et où l’auteur témoigne des difficultés rencontrées en tant que jeune recrue de l’armée ou en tant que prolétarien cherchant à échapper à son milieu social.

8On comprend aisément que le regard porté par un écrivain prolétarien sur une période historique aussi chargée de connotations symboliques et nationalistes que l’époque viking sera très différent d’une perception émanant d’auteurs et d’artistes romantiques. C’est donc une vision très originale que Jan Fridegård propose du haut Moyen Âge et des hommes qui l’ont peuplé, tranchant avec toutes les évocations précédentes des anciens Scandinaves dans les lettres nordiques. Cet article voudrait explorer l’univers que Fridegård est parvenu à recréer dans sa trilogie. Tout d’abord, nous verrons à travers une présentation générale de l’intrigue romanesque en quoi consiste la première originalité de Fridegård : les véritables Vikings se font rares dans les trois romans et le héros n’est pas un archétype du pirate scandinave. La deuxième partie sera l’occasion de se pencher sur ce qui constitue la deuxième originalité de la trilogie de Fridegård. L’auteur se livre à une réinterprétation du passé viking à travers un prisme prolétarien. En effet, il rapproche le destin des esclaves antiques du sort réservé aux ouvriers agricoles dans la Suède moderne. Leurs luttes pour une société plus égalitaire se font écho et se confondent au-delà des siècles. Une telle relecture de l’histoire laisse augurer les pires anachronismes. Or, nous verrons dans une dernière partie qu’il n’en est rien et que les revendications sociales prêtées à des esclaves du ixe siècle finissent par sonner justes, notamment grâce à l’exploitation de certains textes médiévaux.

La trilogie viking de Jan Fridegård

Une évocation de l’époque viking… quasiment sans Vikings

9À travers ses trois romans Trägudars land [Le Pays des idoles en bois], Gryningsfolket [Le Peuple de l’aube] et Offerrök [Fumée sacrificielle], Fridegård n’entendait pas offrir un tableau conventionnel de l’ancienne civilisation nordique.

Figure 2 : Couverture de Trägudars land (1940). L’illustration de Roland Svensson, représentant le dieu ithyphallique de la fécondité et de la fertilité Freyr, ne passa pas inaperçue au moment de la parution du roman.

Figure 2 : Couverture de Trägudars land (1940). L’illustration de Roland Svensson, représentant le dieu ithyphallique de la fécondité et de la fertilité Freyr, ne passa pas inaperçue au moment de la parution du roman.

Source illustration : Photo personnelle.

Figure 3 : Couverture de Gryningsfolket (1944). Illustration de Roland Svensson.

Figure 3 : Couverture de Gryningsfolket (1944). Illustration de Roland Svensson.

Source illustration : Photo personnelle.

Figure 4 : Couverture de Offerrök (1949). Illustration de Roland Svensson.

Figure 4 : Couverture de Offerrök (1949). Illustration de Roland Svensson.

Source illustration : Photo personnelle.

10C’est pourquoi il n’a pas choisi pour héros des guerriers, ni mêmes des hommes libres, mais le couple d’esclaves évadés Holme et Ausi. La trilogie relate leur longue lutte pour s’affranchir de la domination de leurs maîtres. Ainsi, Fridegård a voulu proposer une image différente de l’époque viking que celle véhiculée par l’histoire qui lui avait été enseignée à l’école. Le romancier estimait que celle-ci était imprégnée et déformée par une vision monumentale du passé, accordant une trop grande importance aux rois et à leurs exploits militaires et réduisant au silence le petit peuple et les esclaves.

11Néanmoins, les Vikings ne sont pas entièrement absents dans la trilogie. Quelques expéditions à l’étranger sont brièvement évoquées. Il est également fait mention des actes de piraterie dont plusieurs missionnaires sont victimes. Mais considérant probablement l’appellatif trop chargé de connotations diverses, Fridegård évite complètement l’emploi du terme « Vikings » dans le premier tome. Il recourt à la dénomination plus neutre de « champions » (« kämpar »). En revanche, dans le deuxième et troisième tome, nous rencontrons quelques occurrences du mot.

  • 4 C’est ce qu’affirment Ebbe Schön, Jan Fridegård och forntiden. En studie i diktverk och källor [Jan (...)

12Au cœur de l’action, Fridegård place une catégorie sociale qui, auparavant, n’avait jamais fait l’objet d’un traitement romanesque aussi vaste. Il est le premier auteur suédois, voire scandinave, s’il faut croire certains spécialistes de l’histoire de la littérature nordique, à accorder une place centrale aux anciens esclaves et à la question de leur émancipation dans une œuvre4.

Le forgeron Holme, un héros pas ordinaire

  • 5 Jan FridegÅrd, Trägudars land, Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1940, p. 193. La trilogie a été r (...)

13Même si le récit accorde également un rôle proéminent à sa femme Ausi, le véritable héros de la trilogie de Fridegård est l’ancien esclave Holme. Ses origines sont mystérieuses. Le lecteur apprend seulement qu’il a été trouvé, enfant, sur une île et ramené au domaine où il grandit, réduit en esclavage5. Ses origines étrangères ne font aucun doute. Son aspect tranche avec celui des autres habitants : il a les cheveux et les yeux noirs et sa peau est sombre. Sa grande force est connue et crainte de tous. Même les champions évitent de le provoquer. De surcroît, ses talents de forgeron forcent le respect.

  • 6 Ari Þorgilsson, Le Livre des Islandais du prêtre Ari le savant (traduit de l’ancien islandais par F (...)

14Le premier roman Trägudars land [Le Pays des idoles en bois] s’ouvre sur une scène qui permet pourtant de prendre conscience de l’extrême vulnérabilité des esclaves dans la Suède préchrétienne et l’immense mépris avec lequel ils ont pu être traités. Holme et Ausi s’enfuient du domaine de leurs maîtres suite à la naissance de leur petite fille. En effet, le chef de la ferme décide de ne pas laisser la vie sauve au bébé, car il trouve le père trop insoumis. Il ordonne que l’enfant soit abandonné dans la forêt. Il est avéré que les anciens Scandinaves pratiquaient l’exposition des nouveau-nés (útburðr en ancien islandais). Elle permettait de réguler les naissances et de se débarrasser de nouveau-nés malformés, non désirés ou encore illégitimes. L’Islandais Ari le Savant y fait référence dans son ouvrage l’Íslendingabók (Le Livre des Islandais), rédigé dans les années 1122-1132, et relate que la coutume fut maintenue quelque temps après l’introduction du christianisme en Islande6. Mais Holme piste les esclaves chargés d’emmener le nourrisson et réussit à mettre ce dernier à l’abri. La famille quitte la région et décide de s’établir dans une petite ville, située sur une île. Loin du domaine des anciens maîtres, Holme et Ausi espèrent pouvoir enfin vivre libres. Dans la petite ville, Holme ne tarde pas à se faire respecter et à prospérer grâce à ses talents de forgeron, mais sa liberté ainsi que celle de sa famille est sans cesse menacée par les anciens maîtres. Ceux-ci n’hésitent pas à s’emparer du couple quand ils recroisent leur chemin et à les réduire de nouveau en esclavage.

15Il est caractéristique de l’écriture de Fridegård de n’employer que de rares noms propres dans la trilogie. Les lieux et les quelques personnages historiques demeurent anonymes. Nous comprenons cependant que la petite ville sur l’île est Birka, cité-comptoir établi dans les années 750 sur l’île de Björkö, dans le lac Mälar, aujourd’hui à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Stockholm.

Figure 5 : Une forge reconstituée sur l’île de Birka, Suède.

Figure 5 : Une forge reconstituée sur l’île de Birka, Suède.

Source illustration : Photo personnelle.

Figure 6 : Une forge reconstituée sur l’île de Birka, Suède

Figure 6 : Une forge reconstituée sur l’île de Birka, Suède

Source illustration : Photo personnelle.

  • 7 Le terme de « roi » peut ne pas paraître très approprié pour désigner la personne qui règne sur une (...)

16En effet, la description du site par Fridegård est conforme à la physionomie des lieux. De plus, les sources médiévales rapportent que Birka fut le point de mire des premières missions évangélisatrices conduites en Suède, dont il sera amplement question plus loin. Mais le romancier ne mentionne aucun toponyme. La petite agglomération sur l’île est simplement appelée « le comptoir » (« handelsplatsen ») ou « la ville » (« staden »). La plupart des protagonistes de la trilogie sont également désignés par des termes génériques, tels que « le roi » (« konungen » en suédois)7, « le chef » (« hövdingen ») ou encore « les prêtres » (« prästerna »). Le procédé donne une portée universelle au récit, même si celui est fortement ancré dans un contexte historique précis.

Holme, chef de révoltes sociales et religieuses

  • 8 Le terme de « préfet » est celui qui a été retenu par Jean-Baptiste Brunet-Jailly dans sa traductio (...)

17Dans le deuxième tome de la trilogie, nous assistons à la transformation du héros. Il devient un meneur d’hommes, sa révolte n’est plus juste individuelle. En effet, même libre, Holme continue de se préoccuper de ses anciens compagnons d’infortune : les esclaves. Dans ce second roman, un violent antagonisme religieux éclate à Birka, car le roi a autorisé quelques prêtres à prêcher l’Évangile. Leur arrivée coïncide avec une famine : les céréales sont frappées par une maladie et les païens ne manquent pas d’établir un lien entre la venue des missionnaires et la colère du dieu de la fertilité. Les chrétiens se font livrer des céréales depuis l’étranger et acceptent de les partager avec les païens affamés à condition que ceux-ci se convertissent. Holme décide d’intervenir, car les prosélytes laissent également les esclaves mourir de faim. En prenant la défense des plus faibles, il se heurte donc aux intérêts chrétiens. Le conflit prend une tournure non seulement religieuse mais aussi sociale. Holme arme les esclaves faméliques et, ensemble, ils attaquent la réserve des convertis. Symboliquement, Holme brise les fonts baptismaux dressés devant le bâtiment et distribue équitablement les grains aux pauvres et aux païens. Désormais, le héros est devenu l’adversaire des chrétiens et du préfet de Birka8. Fridegård relate ainsi comment la petite communauté s’embrase et comment tous les rapports de force y sont exacerbés : entre païens et chrétiens mais aussi entre hommes libres et esclaves.

  • 9 Philippe Bouquet, La Bêche et la plume vol. I. L’aventure du roman prolétarien suédois, Bassac, Ple (...)

18Philippe Bouquet juge ce deuxième tome avec sévérité et estime qu’il « tourne assez vite au Robin des Bois de l’ère viking »9. Il est vrai que Holme est érigé en champion des plus démunis. Le lecteur pense immanquablement à Spartacus ou à l’archer de Sherwood. Tout comme eux, Holme incarne un mouvement de révolte populaire contre une autorité perçue comme profondément injuste. Dans toute sa naïveté et en des termes simples, le héros ne cesse de s’interroger sur le droit des esclaves à une vie meilleure et le refus que leur opposent les hommes libres :

  • 10 Jan FridegÅrd, Gryningsfolket, Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1944, p. 181 : « Om de fria männe (...)

Si les hommes libres comprenaient les esclaves, on aurait pu aller les voir calmement et leur proposer de faire la paix. S’ils laissaient les esclaves vivre dans la forêt et s’ils leur permettaient parfois de se montrer pour se livrer à du commerce d’échange, ils ne feraient à leur tour jamais de mal à personne. De cette façon, tous les esclaves finiraient par devenir libres et il n’y aurait pas de différence entre homme libre et esclave. Au fond, ils étaient à l’origine pareils. Un esclave était tout aussi fort, parfois plus fort qu’un homme libre. Ils osaient tout autant et, dévêtus, personne ne pouvait faire la différence entre un maître et un esclave.10

  • 11 Les ouvrages et les articles sur la conversion de la Scandinavie sont innombrables. Les historiens (...)

19Dans le troisième tome, les conflits religieux atteignent leur paroxysme. Contre son gré, le centre de gravité se déplace et Holme ne lutte plus seulement pour la cause des esclaves. Désormais, il se trouve à la tête d’une insurrection païenne contre la nouvelle religion et l’Église. Les portraits que Fridegård dresse des prêtres chrétiens sont particulièrement négatifs dans Offerrök [Fumée sacrificielle]. Les missionnaires se montrent cupides et cherchent avant tout à soutirer de l’argent à leurs ouailles. Ils ne reculent devant aucun moyen pour pousser les païens à se convertir en profitant, par exemple, de leurs doutes et de leur deuil à la mort de leurs proches. Ils cherchent aussi à tout prix à se débarrasser du forgeron, quitte à l’empoisonner ou à lui tendre un guet-apens. Fridegård ne prend jamais fait et cause pour le paganisme, mais il est vrai qu’aucun païen n’est jamais représenté de façon aussi négative. Le christianisme est perçu comme la religion de l’élite : elle rassemble le chef de la petite ville et les couches sociales supérieures, celles qui représentent une cible de choix pour les missionnaires de par leur richesse matérielle. Surtout, la nouvelle religion ne se préoccupe pas des plus faibles, alors qu’elle prône un message égalitaire et qu’elle fait l’apologie de la pauvreté. Bien que le regard de Fridegård soit accusateur, le processus d’évangélisation décrit ici correspond à l’image que les historiens donnent du déroulement de la christianisation en Europe du Nord. Les missions évangélisatrices ne pouvaient se mener sans l’aval ou l’appui d’autorités locales. Il s’agit donc d’un mouvement de conversion “descendant”, des couches sociales supérieures vers les classes sociales plus défavorisées11. Très tôt, les souverains et certains grands chefs scandinaves semblent avoir compris l’intérêt que la nouvelle religion pouvait représenter. Avec le soutien de l’Église, ils étaient susceptibles de renforcer leur domination et d’instaurer une souveraineté centralisée sur les modèles continentaux.

20Dans la trilogie de Fridegård, le christianisme ne parvient pas à s’implanter de façon définitive dans la région. Les missionnaires finissent par quitter Birka, toutefois après avoir réussi finalement à éliminer le forgeron Holme, leur pire ennemi. Le pays renoue avec le paganisme et la trilogie se termine sur un constat amer :

  • 12 Jan FridegÅrd, Offerrök, Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1949, p. 279 : « Som två blodspår skull (...)

Comme deux traces sanglantes, le christianisme et la lutte pour la liberté chemineraient l’un à côté de l’autre à travers les siècles. La ville sur l’île serait détruite et, pendant longtemps, personne ne saurait où elle était située. Mais les deux traces qui ont commencé là n’ont toujours pas atteint leur but après un millénaire.12

21Au moment de clore sa fresque historique, Fridegård s’interroge sur l’origine de certaines inégalités sociales dans la Suède moderne. Il estime que la trahison dont l’Église s’est rendue coupable à l’égard des classes défavorisées prend précisément naissance à l’âge des Vikings. Le christianisme aurait pu contribuer à effacer les pires injustices mais, selon le romancier, le clergé n’a fait que les perpétuer. C’est ainsi que le romancier établit une filiation entre l’esclave dans la Scandinavie antique, le þræll, et le journalier agricole du xxe siècle, le statare. Un millénaire de christianisme n’a rien changé à l’oppression subie par les plus faibles.

Le þræll et le statare : une vie de labeur

Statut social et conditions de vie du þræll : témoignages littéraires et historiques du Moyen Âge

  • 13 Claudie Bernard, Le Passé recomposé. Le roman historique français du dix-neuvième siècle, Paris, Ha (...)
  • 14 Il existe quelques ouvrages consacrés exclusivement aux esclaves dans la Scandinavie antique et méd (...)
  • 15 Stefan Brink, Vikingarnas slavar. Den nordiska träldomen under yngre järnåldern och äldsta medeltid (...)

22Dans une étude consacrée au roman historique français, Claudie Bernard appelle les catégories sociales constituées d’esclaves, d’enfants ou encore de femmes les « muets ou [les] muselés des archives »13. De fait, les esclaves dans la Scandinavie ancienne, les þrælar, ont longtemps été marginalisés et ignorés par l’historiographie officielle14. Dans les sagas islandaises, longtemps considérées (souvent à tort) par les historiens scandinaves comme l’une des rares sources éclairant l’époque viking, les þrælar jouent un rôle dérisoire. Lorsque les auteurs de sagas daignent mentionner leur existence, ils leur attribuent presque toujours des caractéristiques négatives et stéréotypées. Ils sont stupides, lâches, petits et laids ; leurs cheveux et peau sont sombres. L’historien suédois Stefan Brink déclare que leur fonction principale est de servir d’antithèses du héros qui, lui, est fort, courageux, avenant et dont les cheveux sont clairs15. Afin que le lecteur prenne conscience du rôle insignifiant que le þræll joue dans la littérature de sagas et du dédain dont il peut faire l’objet, que ce soit de la part des autres personnages ou de la part de l’auteur, il peut être utile de citer un passage de la Gísla saga Súrssonar, traduite en français sous le titre de Saga de Gísli Súrsson. Le portrait de l’esclave Þórðr le Couard (inn huglausi en ancien islandais) est tout à fait représentatif du mépris avec lequel les þrælar sont traités. Il permet à la même occasion d’illustrer l’humour noir, le sarcasme si particulier des auteurs de sagas. Le narrateur explique en effet que :

  • 16 Saga de Gísli Súrsson (traduit de l’ancien islandais par Régis Boyer), in Sagas islandaises, Paris, (...)

L’intelligence de Thordr était tout à fait équivalente à son courage, car il n’avait pas le moindre soupçon de l’une ni de l’autre.16

23L’esclave est si naïf qu’il accepte sans sourciller d’échanger ses vêtements avec le héros Gísli. Il est même franchement ravi de l’échange. Gísli, se sachant poursuivi, installe l’esclave dans le traîneau, revêt les vêtements de ce dernier et se charge de conduire les animaux de trait. Rattrapés par leurs ennemis, c’est évidemment Þórðr le Couard qui se fera tuer à la place de Gísli. Contrairement à la plupart des þrælar dans les sagas, Þórðr est grand. Mais si l’auteur de sagas a cru bon d’insister sur ce signe distinctif, c’est évidemment juste parce que sa grande taille permet la confusion avec le héros.

  • 17 Les hommes sont tantôt qualifiés de « domestique » (« húskarl »), « intendant » (« verkstjóri »), « (...)
  • 18 Saga de Gísli Súrsson (traduit de l’ancien islandais par Régis Boyer), in Sagas islandaises, Paris, (...)

24Il transparaît à plusieurs reprises dans les sagas à quel point la vie d’un esclave est dérisoire et sacrifiable aux yeux d’autrui. Dans la Brennu-Njáls saga (Saga de Njáll le Brûlé), deux maîtresses de maison se livrent à une véritable guerre en ordonnant que les esclaves et les domestiques de l’autre soient assassinés, les uns après les autres17. L’un des fils de Njáll constate avec cynisme que « “Hallgerðr ne laisse pas nos domestiques mourir de vieillesse.” »18 Le conflit escalade et ce sont des hommes de plus en plus éminents qui seront tués. Dans cette série de vengeances, les esclaves et les domestiques sont réduits à des instruments et leurs maîtresses disposent d’eux comme elles l’entendent. Le passage permet aussi de montrer que la plus grande confusion terminologique pouvait régner et qu’il peut être très difficile parfois de déterminer de façon claire si un homme avait le statut de domestique mais d’homme libre ou s’il était un esclave.

  • 19 Stefan Brink, Vikingarnas slavar. Den nordiska träldomen under yngre järnåldern och äldsta medeltid (...)
  • 20 Voir Tore Iversen, Trelldommen. Norsk slaveri i middelalderen [L’esclavage norvégien au Moyen Âge], (...)
  • 21 R. Keyser et P.A. Munch (éd.), Den ældre Frostathings-Lov in Norges gamle love indtil 1387 I [L’anc (...)

25Il va de soi que tous les esclaves ne se valaient pas dans la Scandinavie du haut Moyen Âge. Certains þrælar pouvaient accéder à un statut relativement élevé, échapper aux travaux les plus pénibles et devenir des sortes d’intendants. Stefan Brink souligne que certains esclaves ont aussi pu officier en tant que forgerons et qu’il s’agissait là d’un métier tenu en haute estime19. De ce point de vue, le héros de Fridegård constitue donc une figure plausible. En revanche, au plus bas de l’échelle sociale se trouvaient les esclaves préposés aux besognes les plus lourdes et avilissantes, c’est-à-dire liées aux travaux agricoles et à l’élevage. Chaque þræll possédait une valeur marchande précise et un maître était toujours soucieux de réclamer une compensation, si l’on assassinait l’un de ses esclaves. Les lois médiévales scandinaves donnent des indications très précises sur les indemnités auxquelles un propriétaire pouvait prétendre selon le statut de son esclave ou de son domestique et selon la gravité des blessures infligées à ce dernier20. Le propriétaire, au contraire, pouvait disposer de son esclave comme il l’entendait : le battre, le mutiler, voire le tuer. Selon les lois norvégiennes du Frostating, datant du xiiie siècle, « si un homme tue son esclave, il doit le faire savoir le jour même. Ainsi, il n’a aucunement à y répondre, sauf devant Dieu. Mais s’il ne fait pas ainsi, il est un meurtrier. »21 Mais un maître pouvait aussi choisir d’affranchir ses þrælar. Plusieurs sagas islandaises et de nombreux testaments médiévaux attestent de cette pratique. D’une manière générale, les historiens décrivent la société scandinave du haut Moyen Âge comme beaucoup plus mobile que celle des siècles ultérieurs.

  • 22 Stefan Brink, Vikingarnas slavar. Den nordiska träldomen under yngre järnåldern och äldsta medeltid (...)
  • 23 Stefan Brink, Vikingarnas slavar. Den nordiska träldomen under yngre järnåldern och äldsta medeltid (...)

26Il est extrêmement difficile de tenter de savoir dans quelle proportion l’esclavage a été pratiqué dans l’ancienne société nordique. Les Vikings se livraient très largement au commerce des esclaves22. On peut donc en déduire que les habitants scandinaves tenaient eux-mêmes un certain nombre de þrælar. Pourtant, l’historien suédois Stefan Brink défend la théorie selon laquelle l’esclavage n’aurait pas représenté un phénomène extrêmement répandu dans l’Europe septentrionale du haut Moyen Âge. Les þrælar auraient constitué « une sorte de marchandise de prestige » que seules les couches sociales supérieures auraient pu se permettre le luxe d’acquérir et d’entretenir23. Les véritables esclaves domestiques et agricoles auraient donc été relativement rares dans les pays nordiques.

27Que les þrælar aient été nettement moins nombreux dans la Scandinavie antique et médiévale que ce qu’on a longtemps cru ou non importe finalement bien peu lorsque l’on se penche sur la trilogie viking de Jan Fridegård. Le romancier était persuadé du fait que les esclaves avaient formé une très grande partie de la population suédoise, qu’ils avaient été largement exploités et grandement souffert. Il a, par ailleurs, admis que la véracité historique n’avait jamais été sa priorité :

  • 24 Philippe Bouquet, La Bêche et la plume vol. III. L’écrivain et la société, Bassac, Plein Chant, « V (...)

J’étais bien conscient des difficultés – je n’en savais guère plus sur les Vikings que ce que nous avions appris sur le sujet à l’école primaire. Mais, après tout, il s’agissait d’un roman sans prétentions à la véracité, ni même à la vraisemblance, en matière archéologique. Ce qui m’intéressait le plus, dans cette époque, c’étaient les esclaves. Ce mot était plus riche d’associations que celui de vikings [sic], ces romantiques brigands des mers. Je désirais parler de façon aussi véridique que possible des esclaves. La vérité totale à leur sujet, elle, est probablement dissimulée à jamais dans les brumes qui couvrent cette période.24

Les ouvriers agricoles, les esclaves de l’âge moderne ?

28Dans sa trilogie, Fridegård est parvenu à concilier deux sujets auxquels il était fortement attaché : d’une part, son grand intérêt pour l’histoire et l’archéologie ; d’autre part, l’engagement social en faveur des plus démunis. Il était lui-même issu d’une famille d’ouvriers agricoles, appelés statare en suédois, et cette origine modeste l’a prédisposé à dénoncer et à combattre les injustices sociales.

Figure 7 : Le jeune Jan (qui, à l'époque, s’appelait Fride Johansson) avec le taureau Hero à Katrinedal, où sa famille travaillait en tant qu’ouvriers agricoles.

Figure 7 : Le jeune Jan (qui, à l'époque, s’appelait Fride Johansson) avec le taureau Hero à Katrinedal, où sa famille travaillait en tant qu’ouvriers agricoles.

Source illustration : Photo fournie par le site http://www.jan-fridegard.se.

Figure 8 : Ouvriers agricoles à Katrinedal aux alentours de 1910. Le jeune Jan Fridegård (à l’époque Fride Johansson) est assis au deuxième rang, le cinquième depuis la droite, derrière le jeune garçon avec un grand chapeau.

Figure 8 : Ouvriers agricoles à Katrinedal aux alentours de 1910. Le jeune Jan Fridegård (à l’époque Fride Johansson) est assis au deuxième rang, le cinquième depuis la droite, derrière le jeune garçon avec un grand chapeau.

Source illustration : Photo fournie par le site http://www.jan-fridegard.se.

29Le romancier s’en explique :

  • 25 Cité d’après Ebbe Schön, Jan Fridegård. Proletärdiktaren och folkkulturen [Jan Fridegård. L’auteur (...)

Les propriétaires et l’oppression si mesquine et sans scrupules des paysans telle qu’elle se manifestait durant mon enfance ont jeté les fondements de la grande sensibilité sociale que j’éprouve et qui l’emporte encore sur tout autre sentiment. Elle est si forte qu’elle déteint sur mes personnages fictifs, même si je les fais surgir d’une obscurité millénaire.25

  • 26 Janken Myrdal et Mats Morell (éd.), The Agrarian History of Sweden from 4000 BC to AD 2000, Lund, N (...)
  • 27 Janken Myrdal et Mats Morell (éd.), The Agrarian History of Sweden from 4000 BC to AD 2000, Lund, N (...)
  • 28 Ebbe Schön, Jan Fridegård. Proletärdiktaren och folkkulturen [Jan Fridegård. L’auteur prolétarien e (...)

30Dans ses romans historiques situés à l’époque viking, Fridegård se livre à une relecture idéologique du passé vu à travers un prisme prolétarien. Il établit un parallélisme entre les esclaves d’autrefois et les journaliers pauvres du xxe siècle, les statare. Le principe qui consistait à rémunérer des ouvriers agricoles, dépourvus de terres, avant tout en nature (stat) remontait aux années 1750. Il atteignit son apogée au xixe siècle et, aux alentours de 1900, jusqu’à 150.000 personnes en Suède auraient été concernées par ce système26. Il fut aboli en 1944. Il induisait une grande précarité et limitait grandement la liberté de mouvement des ouvriers. Des contrats d’un an liaient ces derniers à la terre d’une grande propriété, exploitée en échange d’un logis, souvent très modeste, voire insalubre, d’un petit pécule, « de bois de chauffage, d’eau, quelques denrées alimentaires, un lopin de terre où cultiver des pommes de terre et élever le cochon de la famille. »27 L’épouse de la famille était censée traire les vaches plusieurs fois par jour et les enfants chargés de garder et de faire paître le bétail. Une fois par an, la famille pouvait déménager et se chercher un meilleur employeur, si tant est qu’il en existât. Il va de soi que les contextes historiques dans lesquels les þrælar et les statare ont évolué diffèrent radicalement et que leurs conditions de vie et la violence à laquelle ils pouvaient être exposés ne sont en rien comparables. Mais Fridegård estime que la dureté de leur sort les rapproche au-delà des siècles. Le folkloriste Ebbe Schön, grand spécialiste du romancier, rappelle que les publications travaillistes et anarchistes à cette époque se livraient aussi volontiers à ce type de comparaisons28.

  • 29 Robert E. Bjork, « Medievalism in the Service of the Swedish Proletariat : Jan Fridegård’s Viking T (...)
  • 30 Ebbe Schön, Jan Fridegård. Proletärdiktaren och folkkulturen [Jan Fridegård. L’auteur prolétarien e (...)
  • 31 Ebbe Schön, Jan Fridegård. Proletärdiktaren och folkkulturen [Jan Fridegård. L’auteur prolétarien e (...)
  • 32 Ebbe Schön, Jan Fridegård. Proletärdiktaren och folkkulturen [Jan Fridegård. L’auteur prolétarien e (...)
  • 33 Robert E. Bjork, « Medievalism in the Service of the Swedish Proletariat : Jan Fridegård’s Viking T (...)

31Selon cette conception, les esclaves et les journaliers étaient entièrement assujettis à une classe dirigeante. À l’époque viking, il s’agissait d’hommes libres constitués avant tout de fermiers propriétaires ; à l’époque contemporaine, c’était des propriétaires de vastes exploitations agricoles. Dans les fermes, le travail le plus pénible et les tâches les plus ingrates incombaient toujours aux mêmes. Par conséquent, la lutte des esclaves pour leur liberté et la tentative par Holme d’instaurer par moments une organisation sociale sans hiérarchie inique reflètent les revendications prolétariennes de la première moitié du xxe siècle. Le passé devient ainsi un miroir que Fridegård brandit à l’adresse de ses contemporains afin de les sensibiliser à la cause des statare. Sans être vraiment engagé politiquement au moment de la rédaction des romans, l’écrivain tient des propos qui sonnent ouvertement socialistes. Dans un article consacré à la trilogie, Robert E. Bjork, responsable de sa traduction anglaise, évoque certes « une interprétation socialiste des processus historiques », mais affirme également qu’une « idéologie anarchiste » caractérise cette conception de l’histoire29. Dans sa jeunesse, Fridegård fut effectivement très attiré par l’anarchisme. À l’instar d’un grand nombre d’auteurs prolétariens, il signa plusieurs articles dans le journal anarchiste Brand (c’est-à-dire « Incendie » !) et tenta d’en vendre des numéros sur le domaine de Katrinedal, où était employé son père30. Plusieurs aspects de la pensée anarchiste continuèrent de le séduire à l’âge adulte, entre autres l’individualisme, le rejet de l’étatisme et l’importance du droit de disposer de soi-même. Durant les années 1930 et 1940, il se sentit des affinités avec le communisme et voua une certaine admiration pour l’URSS, mais il fut, par exemple, très déçu par l’attaque soviétique contre la Finlande fin novembre 193931. Ebbe Schön précise que l’écrivain lui avait affirmé avoir toujours voté pour les sociaux-démocrates32. De manière générale, Fridegård ne semble pas avoir été très actif politiquement. C’est probablement aller trop loin que d’affirmer, comme Robert E. Bjork, que le romancier réinterprète l’histoire « à travers une idéologie anarchiste »33.

  • 34 Jan FridegÅrd, Offerrök, Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1949, p. 49.

32Certes, Holme rêve d’une société où les rapports hiérarchiques s’effaceraient, où l’esclavage serait aboli et où chacun serait son propre maître. Si, par moments, le héros envisage une lutte sans fin comme seule solution pour libérer tous les esclaves, il ne prône pas l’anarchie pour autant. Il est vrai que ses rapports avec le préfet de Birka sont extrêmement hostiles, mais sa relation avec le roi suédois est au contraire marquée par une profonde confiance. Fridegård décrit un souverain affable, paternel, qui exerce son autorité de façon naturelle et dont les manières sont simples, voire familières. Las de devoir sans cesse se cacher pour échapper à ses poursuivants, Holme se rend auprès du roi pour demander son aide. Les deux hommes s’asseyent en toute simplicité, l’un à côté de l’autre sur une grosse pierre, comme s’ils étaient des égaux, pour évoquer la situation difficile du héros, considéré de tous comme une menace pour l’ordre établi34. Nous retrouvons ici toute la symbolique égalitaire que constitue la position assise, évoquée ailleurs dans ce numéro par Justine Breton au sujet d’Arthur et des chevaliers de la Table ronde. Cette égalité entre un souverain et son sujet, un ancien esclave de surcroît, est illusoire, mais elle prouve que ni Fridegård ni le personnage de Holme ne défendent l’idée d’une société sans pouvoir politique. Ils reconnaissent la légitimité d’une autorité juste et modérée. Le roi est d’ailleurs connu pour traiter ses esclaves avec bonté. Lors d’un rituel célébrant la fertilité, Holme l’observe :

  • 35 Jan FridegÅrd, Offerrök, Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1949, p. 91 : « Holme såg med tillfreds (...)

Holme vit avec satisfaction à quel point le roi faisait peu de différence entre les hommes libres et les esclaves. Tous recevaient leur part de la bière préparée spécialement pour les semailles, on distinguait seulement les cornes des brocs. Et ils étaient aspergés [de sang] comme tous les autres. Si tout le monde traitait ses esclaves de la même manière que le roi, peut-être la liberté finirait-elle par surgir d’elle-même, sans violence et sans combats. Ici, les esclaves étaient joyeux et bien nourris, mais ce n’était le cas dans aucune autre ferme.35

33Cette idylle est malheureusement de courte durée. Le roi ne tarde pas à mourir lors d’une expédition viking à l’étranger. Le préfet de Birka reste seul en charge et les conflits entre chrétiens et païens refont bientôt rage...

Figure 9 : Navires reconstitués à Birka, Suède.

Figure 9 : Navires reconstitués à Birka, Suède.

Source illustration : Photo personnelle.

La question de l’anachronisme

  • 36 C’est également le cas de la série télévisée actuelle Vikings réalisée par Michael Hirst qui, dans (...)

34Nous pourrions craindre que Fridegård se rende coupable d’invraisemblance historique et d’anachronisme, lorsqu’il transpose les problématiques contemporaines des statare dans la Suède du ixe siècle. Or, la trilogie échappe à l’anachronisme grâce à deux procédés. Tout d’abord, le romancier se garde bien de décrire de façon trop détaillée certaines réalités historiques sujettes aux spéculations et aux discussions. C’est, par exemple, le cas de l’évocation du site de Gamla Uppsala, le vieil Uppsala. Dans le premier tome de la trilogie Trägudars land [Le Pays des idoles en bois], Fridegård consacre un long développement au grand sacrifice qui se tient tous les neuf ans dans le sanctuaire païen en l’honneur du culte de la fécondité et de la fertilité. Si l’auteur évoque assez longuement le déroulement des rituels, il ne dresse pas un tableau minutieux du temple païen en lui-même, étant donné que les archéologues et les historiens ignorent tout de l’aspect de l’édifice. D’autres romanciers avant et après Fridegård s’y sont risqués et ont parfois livré des descriptions fantasques du vieux site et de son temple36. Fridegård choisit de rester évasif dans ses descriptions et il préfère souvent s’attarder sur un ou deux détails suggestifs. Il adopte la même démarche en ce qui concerne la langue. Nous avons vu qu’il recourt à des termes génériques et qu’il évite d’utiliser des noms propres et des toponymes. En faisant le choix de supprimer presque tout discours direct dans la trilogie, il est parvenu à déjouer un autre piège de l’anachronisme que constitue un langage ou des idées trop modernes.

  • 37 Ebbe Schön, Jan Fridegård och forntiden. En studie i diktverk och källor [Jan Fridegård et les temp (...)
  • 38 Ebbe Schön, Jan Fridegård och forntiden. En studie i diktverk och källor [Jan Fridegård et les temp (...)
  • 39 Elles sont disponibles en traduction française : Adam de Brême, Histoire des archevêques de Hambour (...)
  • 40 Rimbert, Vie de saint Anschaire (traduit du latin par Jean-Baptiste Brunet-Jailly), Paris, Cerf, «  (...)

35Même si Fridegård affirme qu’il s’est peu soucié de vraisemblance historique et qu’il ne connaissait pas grand-chose à l’époque viking, il a eu recours à certaines sources médiévales pour composer sa trilogie. Il n’est pas sûr qu’il ait eu un accès direct aux textes eux-mêmes, ni même à travers une traduction suédoise. Le plus probable est qu’il ait pris connaissance des passages les plus significatifs à travers des sources secondaires. C’est sur des questions très précises et notamment sur le processus de la christianisation de la Suède que Fridegård a choisi de se référer à des ouvrages historiques. Il semblerait qu’il n’ait pas ressenti le besoin de faire des recherches poussées sur l’époque viking et sur les conditions de vie des anciens Scandinaves. Ayant lui-même grandi à la campagne, il estimait qu’il était parfaitement au fait des conditions dans lesquelles les esclaves ont dû vivre et travailler à l’époque37. Ebbe Schön indique que la source principale de l’écrivain concernant le déroulement de l’évangélisation de la Suède est la thèse de Helge Ljungberg Den nordiska religionen och kristendomen38. C’est ici que Fridegård a pu trouver les références à deux textes médiévaux qui se sont avérés précieux pour sa trilogie : les Gesta Hammaburgensis ecclesiae pontificum d’Adam de Brême (Histoire des archevêques de Hambourg) et la Vita Anskarii de Rimbert (Vie de saint Anschaire)39. Adam de Brême et Rimbert, tous deux liés à l’archevêché de Hambourg-Brême, étaient très impliqués dans l’évangélisation du Danemark et de la Suède. Malgré le caractère partial de leur description, ils ont livré des témoignages précieux sur certaines pratiques ayant trait au paganisme scandinave et sur l’organisation sociale dans le royaume suédois embryonnaire des ixe, xe et xie siècles. Les emprunts littéraires de Fridegård à ces sources médiévales renforcent l’impression d’authenticité de ses romans, même si le romancier a parfois considérablement réinterprété et réécrit les textes. Par exemple, alors que la Vita Anskarii brosse un portrait très positif de Frideborg et de Katla, une vieille mère et sa fille converties au christianisme, Fridegård choisit, au contraire, de les fustiger. En effet, l’hagiographie relate que, peu avant sa mort, Frideborg ordonne à Katla de se rendre à Dorestad pour distribuer la fortune familiale aux pauvres et aux églises, puisqu’il n’y a pas de personnes dans le besoin à Birka40. L’écrivain prolétarien qu’était Fridegård n’accorde aucune crédibilité à une telle affirmation.

Figure 10 : Un écrivain passionné d’histoire : Jan Fridegård auprès d’une pierre runique de l’époque viking.

Figure 10 : Un écrivain passionné d’histoire : Jan Fridegård auprès d’une pierre runique de l’époque viking.

Source illustration : Photo fournie par le site http://www.jan-fridegard.se.

  • 41 Il existe deux éditions en français de cette saga : Snorri Sturluson, La Saga des Ynglingar (tradui (...)

36Il convient de souligner que le sujet des romans de Fridegård, la lutte d’esclaves pour leur liberté, n’est pas si anachronique. Certains textes médiévaux mentionnent des révoltes de þrælar qui auraient eu lieu au cours du haut Moyen Âge scandinave. L’exemple le plus célèbre en Suède est le soulèvement mené par un certain Tunni. L’épisode est rapporté dans la saga royale Ynglinga saga (La Saga des Ynglingar), rédigée dans les années 1230 par l’Islandais Snorri Sturluson41. Il s’agit d’un texte hautement légendaire, qui retrace les origines divines et mythiques de la dynastie des Ynglingar, dont les descendants sont montés sur les trônes norvégien et suédois. Par conséquent, nous ne pouvons accorder une quelconque crédibilité à cette source. Toujours est-il qu’au chapitre 26 de la saga, Snorri Sturluson relate comment l’esclave Tunni, ancien trésorier du roi Aun le Vieux, profita de la mort du souverain pour se rebeller. Le fils et héritier d’Aun le Vieux, appelé Egill, rétrograda Tunni et le plaça de nouveau parmi les autres esclaves. Pour se venger, Tunni soudoya des esclaves et des malfrats qui le désignèrent comme leur chef et, ensemble, ils se retranchèrent dans la forêt. Ensuite, ils mènent régulièrement des attaques à l’intérieur du royaume afin de tuer et de piller. Il faut huit batailles et le soutien de l’armée danoise avant qu’Egill ne parvienne à tuer Tunni et à vaincre l’armée des esclaves. Il n’est pas établi si Fridegård connaissait cet épisode tiré de la littérature médiévale islandaise, mais il est de fait que certains détails dans ses romans ne sont pas sans rappeler l’histoire de la révolte de Tunni.

En guise de conclusion : Vers une réconciliation des classes

37La trilogie de Jan Fridegård a le mérite de proposer une image radicalement différente de l’époque viking et des hommes qui l’ont peuplée par rapport à l’imaginaire traditionnellement associé à la figure de l’ancien Scandinave. Une conception monumentale du passé national a eu tendance à prêter au Viking des vertus dont la culture populaire ne l’a pas encore tout à fait débarrassé. Ainsi, droiture, courage, amour de la liberté, dynamisme et esprit d’aventure caractérisent souvent encore les portraits des habitants du haut Moyen Âge scandinave. Tous ces éléments sont complètement absents dans les romans historiques de Jan Fridegård ou, du moins, ces qualités morales ont changé de camp. Chez Fridegård, ce sont les pauvres, les déshérités et les esclaves qui incarnent ces vertus, afin d’insuffler à leurs homologues modernes, les ouvriers agricoles, du courage et une conscience sociale. Mais à travers sa trilogie, le romancier ne prône pas un socialisme révolutionnaire, ni l’anarchisme. Au contraire, il a cherché à distiller un message de paix et d’espoir.

38Lorsque Fridegård fit paraître le premier volume de sa trilogie, en 1940, le système des statare était certes sur le déclin, mais il constituait encore une réalité sociale. Le troisième tome parut cinq après que le Syndicat suédois des travailleurs agricoles et la Fédération suédoise du patronat agricole décidèrent d’un commun accord, en 1944, de supprimer le système. Cela faisait alors plusieurs dizaines d’années que les romanciers prolétariens, des journalistes et des responsables syndicaux dénonçaient la grande misère des ouvriers agricoles et réclamaient des actions politiques. L’exode rural, la mécanisation du travail agricole, l’industrialisation, la modernisation du système scolaire, les nombreuses réformes de protection sociale prises entre les années 1930 et 1950 par les différents gouvernements sociaux-démocrates et de coalition dans le but d’instaurer un État-Providence (välfärdsstat), connu sous le nom de « Foyer du peuple » (folkhemmet), contribuèrent à rendre la société suédoise plus égalitaire.

39Au moment de clore sa trilogie viking, Fridegård se voulait donc optimiste et osait croire en une fraternisation entre opprimés et oppresseurs. Ainsi, Svein, le fils des anciens maîtres de Holme et Ausi, se prend d’affection pour leur fille Tora. La jeune femme n’est pourtant pas du genre docile :

  • 42 Jan FridegÅrd, Offerrök, Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1949, p. 270 : « Faderns frihetskärlek (...)

Elle était habitée par l’amour de la liberté légué par son père et elle ne pourrait jamais devenir l’esclave de quelqu’un.42

  • 43 Jan FridegÅrd, Offerrök, Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1949, p. 278 : « med kärlek, stolthet o (...)

40Contrairement à sa mère qui considère toujours Tora comme sa propriété, puisque Holme et Ausi étaient ses anciens esclaves, Svein ne veut pas forcer la jeune femme à s’installer avec lui. Il la traite « avec amour, fierté et respect »43. Ce comportement s’avère bien plus bénéfique et Svein découvre bientôt, ravi, que l’affection est réciproque. À travers les romans de Fridegård, nous entrevoyons donc enfin une réconciliation des classes. Cette fin heureuse permet de nouveau à l’auteur d’établir un lien très fort entre le passé et le présent. Il avait voulu démontrer qu’il n’y avait pas de différence fondamentale entre les hommes d’avant et les hommes modernes. Par le truchement de Svein et de Tora, deux personnes de l’époque viking, le passé dialogue avec le présent et il nous indique la voie à suivre.

Haut de page

Notes

1 Frans G. Bengtsson, Orm le Rouge [tome 1] (traduit du suédois par Thekla Hammar), Paris, Stock, « Scandinave », 1947, réédition Paris, Porte-Glaive, 1986 ; Orm le Rouge. Tome 1 : Sur les mers de la route de l’Ouest (traduit du suédois par Philippe Bouquet), Larbey, Gaïa, 1997, réédition Arles, Actes Sud, « Babel », n° 901, 2008 ; Orm le Rouge. Tome 2 : Au Pays et sur la route de l’Est (traduit du suédois par Philippe Bouquet), Larbey, Gaïa, 1998, réédition Arles, Actes Sud, « Babel », n° 964, 2009.

2 Une douzaine de lignes sont consacrées aux romans vikings de Fridegård dans Éric Eydoux, « Les littératures du Nord et le temps du paganisme », in Jean-Marie Levesque (dir. de publication), Dragons et drakkars. Le mythe viking de la Scandinavie à la Normandie xviiie-xxe siècles, Caen, Musée de Normandie, 1996, p. 29-36, voir en particulier p. 36. Voir également l’ouvrage suivant où la trilogie de Fridegård est évoquée sur un peu plus d’une page : Philippe Bouquet, La Bêche et la plume vol. I. L’aventure du roman prolétarien suédois, Bassac, Plein Chant, « Voix d’en bas », 1986, p. 115-116. Curieusement, aucune mention de la trilogie dans Frédéric Durand, « La figure du Viking dans la littérature scandinave », Annales de Normandie, tome 7, n° 1, Caen, Laboratoire d’ethnographie régionale, 1957, p. 1-33. Il semblerait que l’évocation la plus longue de la trilogie en langue française se trouve dans Caroline Olsson, « L’époque viking dans le roman historique contemporain suédois : entre reconstitution historique fidèle et relectures du passé », Nordiques, n° 29, Caen, Bibliothèque de Caen et Association Norden, printemps 2015, p. 73-86, voir en particulier p. 75-77. En anglais, voir Robert E. Bjork, « Medievalism in the Service of the Swedish Proletariat : Jan Fridegård’s Viking Trilogy », in Leslie J. Workman et Kathleen Verduin (éd.), Medievalism in Europe II, Cambridge, D.S. Brewer, « Studies in Medievalism », VIII, 1997, p. 86-99. Par ailleurs, les romans de Fridegård ont été traduits en anglais et en allemand. En anglais, les romans sont parus sous les titres Land of Wooden Gods, People of the Dawn et Sacrificial Smoke (traduit du suédois par Robert E. Bjork), Lincoln, University of Nebraska Press, « Modern Scandinavian literature in translation », 1989-1991, réédition Tempe, Arizona Center for Medieval and Renaissance Studies, « Occasional publications », 2007.

3 Pour une présentation de ce mouvement littéraire, voir l’excellent ouvrage de Philippe Bouquet, La Bêche et la plume vol. I. L’aventure du roman prolétarien suédois, Bassac, Plein Chant, « Voix d’en bas », 1986. Pour être encore plus précis, Fridegård appartient à une sous-catégorie à l’intérieur de ce grand ensemble constitué d’auteurs prolétariens : celle d’écrivains issus du milieu des ouvriers agricoles, statarskolan. Ivar Lo-Johansson et Moa Martinson en font également partie.

4 C’est ce qu’affirment Ebbe Schön, Jan Fridegård och forntiden. En studie i diktverk och källor [Jan Fridegård et les temps primitifs. Étude de ses œuvres et de leurs sources], Uppsala, Avdelningen för litteratursociologi vid Litteraturvetenskapliga institutionen vid Uppsala Universitet, « Meddelanden utgivna av avdelningen för litteratursociologi i Uppsala », n° 5, 1973, p. 49 et Jöran Mjöberg, Drömmen om sagatiden. Andra delen : de senaste hundra åren – idealbildning och avidealisering [vol. II] [Rêver de l’époque des sagas. Deuxième partie : les cent dernières années : idéalisation et désidéalisation], Stockholm, Natur och Kultur, 1968, p. 285-295.

5 Jan FridegÅrd, Trägudars land, Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1940, p. 193. La trilogie a été rééditée à de multiples reprises depuis.

6 Ari Þorgilsson, Le Livre des Islandais du prêtre Ari le savant (traduit de l’ancien islandais par Félix Wagner), Bruxelles, Office de publicité et Société belge de librairie, « Bibliothèque de la faculté de philosophie et lettres de l’Université de Liège », n° IV, 1898, ch. VII, p. 75 : « Une loi fut donc décrétée ordonnant à tous les habitants du pays, qui n’étaient pas encore baptisés, de se faire chrétiens et de recevoir le baptême. Quant à l’exposition des enfants et la faculté de manger de la viande de cheval, l’ancienne loi devait rester en vigueur. »

7 Le terme de « roi » peut ne pas paraître très approprié pour désigner la personne qui règne sur une région encore très circonscrite dans la province de l’Uppland en ce ixe siècle. C’est pourtant le choix terminologique qui a été fait par Jan Fridegård, ainsi que celui de Rimbert, archevêque de Hambourg-Brême de 865 à 888 et auteur de la Vita Anskarii, Vie de saint Anschaire. Cette hagiographie constitue, au moins indirectement, l’une des sources principales de Jan Fridegård pour la rédaction de sa trilogie. Le terme de roitelet aurait peut-être été plus judicieux, puisque l’unité du royaume de Suède n’était qu’une chimère à cette époque. Mais la fondation au cours du viiie siècle du comptoir de Birka et de la résidence royale à Adelsö (sur l’île d’en face) devait forcément être l’initiative d’un chef local très puissant. À moins de 70 km de Birka se trouve le site de Gamla Uppsala, le vieil Uppsala. Avec ses trois tertres funéraires monumentaux érigés au vie siècle, c’était un sanctuaire païen important jusque dans les années 900.

8 Le terme de « préfet » est celui qui a été retenu par Jean-Baptiste Brunet-Jailly dans sa traduction en français de la Vita Anskarii. Le texte original latin emploie le terme de « praefectus » pour qualifier la fonction de Hergeir dans l’organisation sociale de Birka : Rimbert, Vie de saint Anschaire (traduit du latin par Jean-Baptiste Brunet-Jailly), Paris, Cerf, « Sagesses chrétiennes », 2011, voir note 84, p. 171. J’ai décidé de suivre ce choix terminologique. Fridegård appelle cet homme simplement « le chef ».

9 Philippe Bouquet, La Bêche et la plume vol. I. L’aventure du roman prolétarien suédois, Bassac, Plein Chant, « Voix d’en bas », 1986, p. 116.

10 Jan FridegÅrd, Gryningsfolket, Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1944, p. 181 : « Om de fria männen förstode trälarna så kunde man lugnt gå fram till dem och föreslå dem fred. Om de lät trälarna leva i skogen och ibland komma fram för byteshandel så skulle de i sin tur aldrig göra någon människa ont. På den vägen skulle till sist alla trälar bli fria och ingen skillnad finnas på fri och träl. Lika var de i grund och botten från början. En träl var lika stark, ibland starkare än en fri man. De vågade lika mycket och när kläderna kom av kunde ingen se skillnad på herre och träl. » La traduction a été faite par mes soins. C’est le cas de toutes les citations en suédois, sauf mention contraire.

11 Les ouvrages et les articles sur la conversion de la Scandinavie sont innombrables. Les historiens semblent unanimes sur le rôle prépondérant des rois et des chefs dans le processus de la christianisation. Voir par exemple : Lucien Musset, « La pénétration chrétienne dans l’Europe du Nord et son influence sur la civilisation scandinave », in Lucien Musset, Nordica et Normannica. Recueil d’études sur la Scandinavie ancienne et médiévale, les expéditions des Vikings et la fondation de la Normandie, Paris, Société des études nordiques, « Studia Nordica », vol. I, 1997, p. 3-50, voir en particulier p. 35 (et suivantes) ; Birgit Sawyer, « Scandinavian conversion histories », in Birgit Sawyer, Peter Sawyer et Ian Wood (éd.), The Christianization of Scandinavia. Report of a symposium held at Kungälv, Sweden 4-9 August 1985, Alingsås, Viktoria bokförlag, 1987, p. 88-110, voir en particulier p. 107 (et suivantes) ; Thomas Lindkvist, « Kungamakt, kristnande, statsbildning » [« Royauté, christianisation et construction d’un État »], in Bertil Nilsson (réédition), Kristnandet i Sverige. Gamla källor och nya perspektiv [La christianisation de la Suède. Sources anciennes et nouvelles perspectives], Uppsala, Lunne böcker, « Projektet Sveriges kristnande », n° 5, 1996, p. 217-241, voir en particulier p. 220 (et suivantes).

12 Jan FridegÅrd, Offerrök, Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1949, p. 279 : « Som två blodspår skulle kristendomen och frihetskampen gå bredvid varandra genom seklerna. Staden på ön skulle utplånas och ingen skulle under långa tider veta var den legat. Men de två spåren, som började där, har ännu efter ett årtusende inte nått sitt mål ».

13 Claudie Bernard, Le Passé recomposé. Le roman historique français du dix-neuvième siècle, Paris, Hachette Supérieur, « Hachette université Recherches littéraires », 1996, p. 69.

14 Il existe quelques ouvrages consacrés exclusivement aux esclaves dans la Scandinavie antique et médiévale. La plupart sont récents : Stefan Brink, Vikingarnas slavar. Den nordiska träldomen under yngre järnåldern och äldsta medeltid [Les Vikings et leurs esclaves. L’esclavage dans le Nord à l’âge du fer tardif et le haut Moyen Âge], Stockholm, Atlantis, 2012 ; Tore Iversen, Trelldommen. Norsk slaveri i middelalderen [L’esclavage norvégien au Moyen Âge], Bergen, Historisk institutt Universitetet i Bergen, « Skrifter », n° 1, 1994 ; Ruth Mazo Karras, Slavery and Society in Medieval Scandinavia, New Haven, Yale University Press, 1988 : Thomas Lindkvist et Janken Myrdal (réédition), Trälar. Ofria i agrarsamhället från vikingatid till medeltid [Les esclaves. Hommes non libres dans la société agraire depuis l’époque viking jusqu’au Moyen Âge], Stockholm, Nordiska museet, « Skrifter om skogs- och lantbrukshistoria », n° 7, 2003. Il existe cependant de rares études anciennes sur la question : Gustav Antonio Gjessing, « Trældom i Norge » [« L’esclavage en Norvège »], Annaler for nordisk Oldkyndighed og Historie, Kongelige Nordiske Oldskrift-Selskab, Copenhague, 1862, p. 28-322, et Emil Sommarin, Träldomen i Norden. Ett blad ur den svenska arbetarklassens äldsta historia [L’esclavage dans le Nord. Une page de l’histoire la plus ancienne de la classe ouvrière suédoise], Stockholm, Verdandi, « Verdandis småskrifter », n° 104, 2édition, 1917.

15 Stefan Brink, Vikingarnas slavar. Den nordiska träldomen under yngre järnåldern och äldsta medeltid [Les Vikings et leurs esclaves. L’esclavage dans le Nord à l’âge du fer tardif et le haut Moyen Âge], Stockholm, Atlantis, 2012, p. 101.

16 Saga de Gísli Súrsson (traduit de l’ancien islandais par Régis Boyer), in Sagas islandaises, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1987, p. 573-635, citation p. 604. Stefan Brink évoque l’exemple de Þórðr le Couard sans citer les mots exacts de l’auteur médiéval.

17 Les hommes sont tantôt qualifiés de « domestique » (« húskarl »), « intendant » (« verkstjóri »), « hommes appartenant à la maisonnée » ou « domestiques » (« heimamenn »), tantôt d’« esclaves » (« þrælar ») ou d’« affranchi » (« frjáls ») : Saga de Njáll le Brûlé (traduit de l’ancien islandais par Régis Boyer), in Sagas islandaises, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1987, p. 1203-1502. Sur le passage en question, voir p. 1256 et suivantes.

18 Saga de Gísli Súrsson (traduit de l’ancien islandais par Régis Boyer), in Sagas islandaises, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1987, p. 1263.

19 Stefan Brink, Vikingarnas slavar. Den nordiska träldomen under yngre järnåldern och äldsta medeltid [Les Vikings et leurs esclaves. L’esclavage dans le Nord à l’âge du fer tardif et le haut Moyen Âge], Stockholm, Atlantis, 2012, p. 171-172.

20 Voir Tore Iversen, Trelldommen. Norsk slaveri i middelalderen [L’esclavage norvégien au Moyen Âge], Bergen, Historisk institutt Universitetet i Bergen, « Skrifter », n° 1, 1994  et Clara Neveus, Trälarna i landskapslagarnas samhälle : Danmark och Sverige [Les esclaves dans la société des lois provinciales du Danemark et de la Suède], Uppsala, Historiska Institutionen vid Uppsala Universitet, « Studia historica Upsaliensia », n° 58, 1974.

21 R. Keyser et P.A. Munch (éd.), Den ældre Frostathings-Lov in Norges gamle love indtil 1387 I [L’ancienne loi du Frostathing in Les anciennes lois de Norvège jusqu’en 1387, Ier volume], Christiania, [s.é.], 1846, ch. V, paragraphe 20 (xvij), p. 181, consultable à l’adresse: http://da2.uib.no/cgi-win/WebBok.exe?slag=lesbok&bokid=ngl1 [consulté le 14 février 2017]. Texte original : « Ef maðr drepr þræl sinn til dauðs. þá scal hann segia mönnum til samdögres. þá varðar hann þat allz ecki nema við guð. En ef hann gerer eigi svá. þá er hann morðingi. » La traduction a été faite par mes soins.

22 Stefan Brink, Vikingarnas slavar. Den nordiska träldomen under yngre järnåldern och äldsta medeltid [Les Vikings et leurs esclaves. L’esclavage dans le Nord à l’âge du fer tardif et le haut Moyen Âge], Stockholm, Atlantis, 2012, p. 85-87 et Mats Olsson, Vikingatida träldom. Om slaveriets plats i Skandinaviens ekonomiska historia [L’esclavage au temps des Vikings. La place de l’esclavage dans l’histoire économique de la Scandinavie], Lund, Department of Economic History at Lund University, « Lund Papers in Economic History », n° 67, 1999, p. 25 et suivantes. Dans l’article consacré aux esclaves dans son dictionnaire, Régis Boyer déclare qu’ils constituaient la marchandise principale des marins scandinaves : Régis Boyer, Les Vikings : histoire, mythes, dictionnaire, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2008, p. 463-465.

23 Stefan Brink, Vikingarnas slavar. Den nordiska träldomen under yngre järnåldern och äldsta medeltid [Les Vikings et leurs esclaves. L’esclavage dans le Nord à l’âge du fer tardif et le haut Moyen Âge], Stockholm, Atlantis, 2012, p. 256 : « ett slags prestigevaror ». Voir aussi p. 232, p. 260.

24 Philippe Bouquet, La Bêche et la plume vol. III. L’écrivain et la société, Bassac, Plein Chant, « Voix d’en bas », 1988, p. 88-89. Fridegård écrit exactement : « ce je savais de l’époque viking » (« det jag visste om vikingatiden ») dans « Mina universitet » [« Mes universités »], in Jan FridegÅrd, Jag, Jan Fridegård. Självbiografiska texter från Enköpings- och Håbotrakten [Moi, Jan Fridegård. Textes autobiographiques de la région d’Enköping et de Håbo], Bålsta, Söders Bokförlag, 2e édition, 2007, p. 151. En suédois, le terme Vikings ne prend pas de majuscule, ce qui explique les différences de graphie dans la traduction de Philippe Bouquet.

25 Cité d’après Ebbe Schön, Jan Fridegård. Proletärdiktaren och folkkulturen [Jan Fridegård. L’auteur prolétarien et la culture populaire], Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1978, p. 24-25 : « Godsägare och bondeförtrycket, så inskränkt och ohämmat som det förekom i min barndom, lade grunden till den sociala lidelse som ännu griper mig starkare än någon annan känsla. Så starkt att den färgar mina diktade gestalter även om jag tar fram dem ur ett tusenårigt dunkel ».

26 Janken Myrdal et Mats Morell (éd.), The Agrarian History of Sweden from 4000 BC to AD 2000, Lund, Nordic Academic Press, 2011, p. 177.

27 Janken Myrdal et Mats Morell (éd.), The Agrarian History of Sweden from 4000 BC to AD 2000, Lund, Nordic Academic Press, 2011, p. 176 : « […] firewood, water, some items of food, a potato patch, and space for the family pig. » La traduction a été faite par mes soins.

28 Ebbe Schön, Jan Fridegård. Proletärdiktaren och folkkulturen [Jan Fridegård. L’auteur prolétarien et la culture populaire], Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1978, p. 56-58.

29 Robert E. Bjork, « Medievalism in the Service of the Swedish Proletariat : Jan Fridegård’s Viking Trilogy », in Leslie J. Workman et Kathleen Verduin (éd.), Medievalism in Europe II, Cambridge, D.S. Brewer, « Studies in Medievalism », VIII, 1997, p. 91 : « a socialist understanding of the processes of history » et « anarchist ideology » (ma traduction). Auparavant, Bjork affirme que le dessein politique de Fridegård a des fondements anarchistes : p. 90.

30 Ebbe Schön, Jan Fridegård. Proletärdiktaren och folkkulturen [Jan Fridegård. L’auteur prolétarien et la culture populaire], Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1978, p. 17 et p. 68 et suivantes.

31 Ebbe Schön, Jan Fridegård. Proletärdiktaren och folkkulturen [Jan Fridegård. L’auteur prolétarien et la culture populaire], Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1978, p. 69.

32 Ebbe Schön, Jan Fridegård. Proletärdiktaren och folkkulturen [Jan Fridegård. L’auteur prolétarien et la culture populaire], Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1978, p. 25.

33 Robert E. Bjork, « Medievalism in the Service of the Swedish Proletariat : Jan Fridegård’s Viking Trilogy », in Leslie J. Workman et Kathleen Verduin (éd.), Medievalism in Europe II, Cambridge, D.S. Brewer, « Studies in Medievalism », VIII, 1997, p. 91.

34 Jan FridegÅrd, Offerrök, Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1949, p. 49.

35 Jan FridegÅrd, Offerrök, Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1949, p. 91 : « Holme såg med tillfredsställelse hur liten skillnad konungen gjorde mellan fria män och trälar. Alla fick av såölet, det skilde bara på horn och kanna. Och de blev bestänkta som alla andra. Om alla behandlade sina trälar som konungen, så kanske friheten skulle växa fram av sig själv, utan våld och strid. Här var trälarna glada och välfödda, men så var det inte vid någon annan gård ».

36 C’est également le cas de la série télévisée actuelle Vikings réalisée par Michael Hirst qui, dans l’épisode 8 de la première saison, donne à voir un grand sacrifice à Uppsala. La reconstitution des lieux est complètement extravagante et ne ressemble en rien au site du vieil Uppsala.

37 Ebbe Schön, Jan Fridegård och forntiden. En studie i diktverk och källor [Jan Fridegård et les temps primitifs. Étude de ses oeuvres et de leurs sources], Uppsala, Avdelningen för litteratursociologi vid Litteraturvetenskapliga institutionen vid Uppsala Universitet, « Meddelanden utgivna av avdelningen för litteratursociologi i Uppsala », n° 5, 1973, p. 39.

38 Ebbe Schön, Jan Fridegård och forntiden. En studie i diktverk och källor [Jan Fridegård et les temps primitifs. Étude de ses oeuvres et de leurs sources], Uppsala, Avdelningen för litteratursociologi vid Litteraturvetenskapliga institutionen vid Uppsala Universitet, « Meddelanden utgivna av avdelningen för litteratursociologi i Uppsala », n° 5, 1973, p. 38. Il s’agit de Helge Ljungberg, Den nordiska religionen och kristendomen. Studier över det nordiska religionsskiftet under vikingatiden [La religion nordique et le christianisme. Études de la conversion religieuse en Europe du Nord à l’époque viking], Stockholm, Hugo Geber, « Nordiska texter och undersökningar », n° 11, 1938.

39 Elles sont disponibles en traduction française : Adam de Brême, Histoire des archevêques de Hambourg (traduit du latin par Jean-Baptiste Brunet-Jailly), Paris, Gallimard, « L’aube des peuples », 1998 et Rimbert, Vie de saint Anschaire (traduit du latin par Jean-Baptiste Brunet-Jailly), Paris, Cerf, « Sagesses chrétiennes », 2011. En ce qui concerne l’hagiographie de saint Anschaire, aux dires d’Ebbe Schön, Fridegård ne se rappelait plus s’il l’avait lue en entier ou non : Ebbe Schön, Jan Fridegård och forntiden. En studie i diktverk och källor [Jan Fridegård et les temps primitifs. Étude de ses oeuvres et de leurs sources], Uppsala, Avdelningen för litteratursociologi vid Litteraturvetenskapliga institutionen vid Uppsala Universitet, « Meddelanden utgivna av avdelningen för litteratursociologi i Uppsala », n° 5, 1973, p. 38.

40 Rimbert, Vie de saint Anschaire (traduit du latin par Jean-Baptiste Brunet-Jailly), Paris, Cerf, « Sagesses chrétiennes », 2011, ch. 20, p. 83 et suivantes.

41 Il existe deux éditions en français de cette saga : Snorri Sturluson, La Saga des Ynglingar (traduit du vieil islandais par Ingeborg Cavalié), Paris, Porte-Glaive, 1990 et Histoire des Ynglingar, in Histoire des rois de Norvège, Heimskringla, Première partie : Des origines mythiques de la dynastie à la bataille de Svold (traduit du vieil islandais par François-Xavier Dillmann), Paris, Gallimard, « L’Aube des peuples », 2000, p. 55-108.

42 Jan FridegÅrd, Offerrök, Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1949, p. 270 : « Faderns frihetskärlek bodde i henne och hon skulle aldrig kunna bli trälinna åt någon ».

43 Jan FridegÅrd, Offerrök, Stockholm, Wahlström et Widstrand, 1949, p. 278 : « med kärlek, stolthet och respekt ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Portrait de Jan Fridegård (1897-1968).
Légende Source illustration : Photo fournie par le site http://www.jan-fridegard.se
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 2 : Couverture de Trägudars land (1940). L’illustration de Roland Svensson, représentant le dieu ithyphallique de la fécondité et de la fertilité Freyr, ne passa pas inaperçue au moment de la parution du roman.
Légende Source illustration : Photo personnelle.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8188/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 3 : Couverture de Gryningsfolket (1944). Illustration de Roland Svensson.
Légende Source illustration : Photo personnelle.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8188/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 4 : Couverture de Offerrök (1949). Illustration de Roland Svensson.
Légende Source illustration : Photo personnelle.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8188/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 5 : Une forge reconstituée sur l’île de Birka, Suède.
Légende Source illustration : Photo personnelle.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8188/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 6 : Une forge reconstituée sur l’île de Birka, Suède
Légende Source illustration : Photo personnelle.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8188/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 7 : Le jeune Jan (qui, à l'époque, s’appelait Fride Johansson) avec le taureau Hero à Katrinedal, où sa famille travaillait en tant qu’ouvriers agricoles.
Légende Source illustration : Photo fournie par le site http://www.jan-fridegard.se.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8188/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 8 : Ouvriers agricoles à Katrinedal aux alentours de 1910. Le jeune Jan Fridegård (à l’époque Fride Johansson) est assis au deuxième rang, le cinquième depuis la droite, derrière le jeune garçon avec un grand chapeau.
Légende Source illustration : Photo fournie par le site http://www.jan-fridegard.se.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8188/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 9 : Navires reconstitués à Birka, Suède.
Légende Source illustration : Photo personnelle.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8188/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 10 : Un écrivain passionné d’histoire : Jan Fridegård auprès d’une pierre runique de l’époque viking.
Légende Source illustration : Photo fournie par le site http://www.jan-fridegard.se.
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8188/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Olsson, « Révoltes populaires dans la Suède du ixe siècle : Jan Fridegård ou la transposition de revendications prolétariennes à l’époque viking », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 19 | 2018, mis en ligne le 06 mars 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/acrh/8188 ; DOI : 10.4000/acrh.8188

Haut de page

Auteur

Caroline Olsson

Université Lumière Lyon 2, EA 1853 Langues et Cultures Européennes; E-mail : carolsson [arobase] hotmail [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals