Navigation – Plan du site

Le conflit entre développement et sauvegarde du patrimoine culturel en Italie pendant les Trente Glorieuses. Le cas de Syracuse (1945-1976)

Thèse soutenue le 12 juillet 2017
Melania Nucifora

Texte intégral

1Thèse dirigée par Marie-Vic Ozouf-Marignier (ÉHESS), soutenue le 12 juillet 2017, devant un jury composé d'Isabelle Backouche (ÉHESS), Roberto Balzani (Université de Bologne), Olivier Ratouis (Université Paris-Nanterre) et Gabor Sonkoly (Université Eötvös Lorand Budapest).

2Résumé : Le point de départ de ce travail est une critique du récit historiographique sur le conflit entre développement et préservation du patrimoine et du paysage qui porte sur la catégorie interprétative de la spéculation, vision qui reprend au niveau historiographique le discours militant de l’époque, se basant sur les catégories d’intérêts, de corruption, de « blocco edilizio », expression qui indique un bloc social constitué par les propriétaires de terrains, les sociétés immobilières et la classe politique dominante. Selon ce récit, l’entière période des Trente Glorieuses est vue comme l’échec du public et toute responsabilité en est attribuée à la volonté de la classe politique nationale et locale, sans distinctions entre la période dite du « centrisme », caractérisée par la présence solitaire au pouvoir du parti catholique (la Démocratie Chrétienne) et la période dite du « centre gauche » caractérisée par l’alliance entre parti catholique et parti socialiste autour d’un programme « réformiste », dont l’un des points fondamentaux est la réforme de l’urbanisme. Le cas de Syracuse, analysé dans une perspective d’histoire urbaine mais toujours par rapport au processus nationaux, part de la déconstruction de la narration dominante des « dommages » infligés à la ville en tant qu’elle résulte d’une approche idéologique remontant à la vision élitiste d’une minorité d’intellectuels, reprise et utilisée dans la lecture de ce processus par la gauche radicale pour démolir l’expérience réformiste. Nous visons au contraire à souligner l’importance des savoirs techniques et disciplinaires, de l’articulation des apparats bureaucratiques héritée de l’avant-guerre et des orientations de la jurisprudence nationale. Cette approche nous permet d’établir une distinction entre les deux phases politiques qui représente à notre avis un véritable facteur de discontinuité dans la période concernée.

3Mots clés : Syracuse, patrimoine culturel, développement urbain, réformisme, Italie, centre-gauche, urbanisme.

4Title : The Conflict between Development and Preservation of Cultural Heritage in Italy during the Golden Age: Syracuse (1945-1976).

5Abstract : The starting point of this work is a critique of the dominant historiographical discourse about the conflict between development and conservation of cultural heritage and landscape, based on the interpretative category of speculation and postulating the homogeneity of the process of transformation of the Italian cities during the “Golden Age”. Such reading descends – on a historiographical level – from the militant discourse of the time, based on the categories of interests, corruption, blocco edilizio, i. e. a social block represented by landowners, estate agents and the dominating political class. According to this narrative, the whole period is to be interpreted as the failure of the public and the complete responsibility for this is to be attributed to the will of both national and local politicians. Such perspective does not operate any distinction between the so-called period of “centrism”, characterised by the solitary position of power of the Catholic party (The Christian Democracy), and the period known as the “Centre-left rule”, characterised by the alliance of the Catholic party and the Socialist one converging on a “reformist” project, which postulated the urban planning reform as one of its fundamental points. The historical representation of the case of Syracuse moves from the deconstruction of the dominant discourse traced back to the elitist vision of a minority of intellectuals; a vision recalled and adopted by the radical left in order to provide a representation of this process meant to demolish the reformist experience. Our aim, on the contrary, is to point out the importance of the technical and disciplinary knowledge as well as of the articulation of the bureaucratic apparatus inherited from the inter-war years and of the addresses of national jurisprudence. In this perspective, the experience of the center-left urban government represents a real turning point, creating the premises for a better preservation of the urban cultural heritage.

6Keywords : Syracuse, Cultural Heritage, Urban Development, Reformism, Italy, Golden Age, Urban planning.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Melania Nucifora, « Le conflit entre développement et sauvegarde du patrimoine culturel en Italie pendant les Trente Glorieuses. Le cas de Syracuse (1945-1976) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2017, mis en ligne le 22 mars 2018, consulté le 21 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/acrh/8495

Haut de page

Auteur

Melania Nucifora

E-mail : melanianucifora [arobase] Hotmail [point] com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals