Navigation – Plan du site

Système de parenté et acteur : quelles médiations ?

Claire Chatelain

Résumés

Dans une publication récente, l’historien Gérard Delille défend le modèle d’un système de parenté européen identifié par des figures d’alliances récurrentes entre lignées. Elles correspondent à un système d’échange semi-complexe qui se transforme au cours du xviiie siècle. Les contextes dans lesquels ces modifications se produisent sont analysés par l’historien afin de démontrer l’autonomie relative du système dans la durée. À partir de références historiographiques et anthropologiques, cet article montre que les théories de G. Delille sont sous-tendues par le concept de structure de la parenté, dont la teneur et les propriétés sont discutées sous l’angle des questions de la contextualisation et de la périodisation des données. Il s’agit alors d’analyser les possibilités de croisement de deux approches. La première caractérise les systèmes de parenté à l’échelle macro-historique et la façon dont se pose la question de l’acteur à cette échelle. La seconde s’intéresse à la constitution de cas micro-processuels, par lesquels se donne à voir l’activité interprétative des acteurs en matière de constitution de cette parenté par l’alliance. Quatre petites études de cas centrées sur des actions matrimoniales non conformes entre xvie et xviiie siècles et leurs conséquences permettent d’analyser, notamment par le jeu des qualifications judiciaires, des données relatives à l’interprétation des positions familiales dans la conduite des actions ; ce répertoire micro- politique mobilise des affects dont rend compte l’expressivité des acteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gérard Delille, « La France profonde. Relations de parenté et alliances matrimoniales (xvie-xviiie  (...)
  • 2 Voir Michaël Gasperoni, « Les hommes aussi circulent et s’échangent. Phénomènes migratoires entre M (...)

1La présente discussion prend son départ dans la lecture de l’article récent de Gérard Delille, publié par les Annales HSS en 20151. Ce dernier présente des études de cas extrêmement documentées, ayant pour cadre principal « la France profonde » des territoires de Langres et du Sud Berry, qui sont fondées sur la reconstitution de figures régulières d’alliance pratiquées entre patrilignées, avec une profondeur généalogique des réseaux de parenté ainsi constitués pouvant aller jusqu’à 7 ou 8 degrés du comput canonique. Leur sociologie correspond à celle de notables de petites villes. S’ensuit une synthèse sous forme de discussion lors de laquelle G. Delille caractérise, commente et défend le modèle ainsi constitué. Confirmant l’objectif que ses précédentes recherches sur la parenté effectuées à partir du contexte italien et d’une source exceptionnelle (le Magno Libro de Manduria dans les Pouilles) avaient poursuivi, G. Delille défend la théorie de l’existence d’un véritable système de parenté européen, fondé sur l’échange des femmes (secondairement des hommes2) qui est attesté, entre Moyen Âge et Révolution industrielle, par la récurrence et l’organisation de ces figures d’alliances matrimoniales.

Le système de parenté européen selon Gérard Delille et sa mise en discussion

  • 3 Gérard Delille, « Parenté et alliance en Europe occidentale. Un essai d’interprétation générale », (...)
  • 4 Élie Haddad, « Deux modèles récents de la parenté à l’épreuve de la noblesse française d’Ancien Rég (...)
  • 5 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 912-913.

2Le réseau d’alliance reçoit sa cohérence de la récurrence et de la combinaison des formes d’alliances marquées par leur réciprocité, alternant les caractères endogames et exogames. La figure préférentielle majeure de redoublement d’alliance qui caractérise l’organisation de ce maillage a reçu la dénomination de « mariage oncle-neveu avec tante-nièce » dans un autre article de G. Delille paru dans L’Homme en 20103 ; elle désigne les unions effectuées tendanciellement avec le fils de la sœur du mari de la sœur du père pour un ego féminin, et avec la fille du frère de la femme du frère de la mère pour un ego masculin. L’union ainsi modélisée peut s’effectuer aux frontières de la consanguinité et de l’affinité, tout en respectant les interdits édictés en la matière par l’Église. Dans une publication qui analyse un précédent article de G. Delille, Élie Haddad remarque que si celui-ci identifie surtout cette figure comme celle à partir de laquelle s’effectuent des renchaînements d’alliance (échanges immédiats entre lignées alternées) ou des bouclages (échanges généralisés et différés), horizontaux et verticaux, entre « lignées alternées », c’est-à-dire des patrilignées (qui, alliées, constituent une parentèle commune), la figure d’alliance en question n’en marque pas moins symétriquement d’autres types d’échanges matrimoniaux, observables cette fois entre matrilignées, ou encore appréhendables dans les deux cas (patri et matrilignées), avec des variantes et des extensions en germanité ou en affinité, relatives à la position du collatéral « donneur » d’époux ou d’épouse (allié de collatéral ou allié d’allié)4. Le résultat diachronique n’est pas un groupe amorphe mais périodique. Selon la conjoncture des temps, (conflits de religion, début de l’exode rural), causant l’arrivée de stocks nouveaux de population et de patrilignées, des inflexions ou même des transformations tendancielles du système peuvent se faire voir, qui sont caractérisées par l’historien. Celui-ci insiste sur le fait que les règles implicites conditionnant ces échanges peuvent être inférées de l’étude de ces réseaux d’alliance : on ne se marie pas dans la lignée du père ni dans celle du père de la mère ; on évite progressivement les lignées agnatiques alliées pour explorer d’autres possibles en descendance cognatique ; des cycles de périodicités longs et courts des alliances peuvent être dénotés (phénomènes de reprises d’alliances lorsque les interdits intergénérationnels de consanguinité prennent fin5).

  • 6 Les systèmes d’alliances complexes et semi-complexes se caractérisent par la non prescription posit (...)

3Ces comportements matrimoniaux locaux et de long cours sont orientés et structurés par des interdits canoniques dans la consanguinité, qui visent à l’évitement de cette dernière. Ces derniers ont été simplifiés en partie depuis le xiiie siècle (celui qui porte le conjoint interdit jusqu’au 7e degré de parenté canonique, transformé en 4e degré ; ainsi que celui de l’interdiction de prendre la sœur de la femme du frère pour épouse – interdiction en affinité)6. Dès lors, la donne structurale du jeu matrimonial intergénérationnel a été modifiée, permettant cette trame d’alliances entre lignées alternées ou multiples (A U B U C) mentionnée.

4L’acceptation d’un tel modèle, attestant d’un système de parenté aussi autoperformant que porteur d’une temporalité longue, ne va pas de soi ; G. Delille le défend et l’illustre, en reprenant des éléments de discussion mêlés de plusieurs critiques, les unes provenant de l’intérieur de la discipline historique, les autres de l’anthropologie de la parenté elle-même. Quelques éléments de cette discussion seront repris, afin d’y resituer le problème de l’articulation à ce cadre de la question de l’action et de l’acteur, qui sera ensuite développée à partir d’une interrogation portant sur les catégories « système » et « structure » de la parenté. Quatre petites études de cas seront ensuite présentées qui permettent d’analyser des actions situées, qui se rapportent au refus d’alliances conformes aux vœux d’une partie du groupe de parenté et au positionnement des acteurs au cours de ces épisodes déterminants de leur établissement social – selon le terme usité par les contemporains.

5Tout d’abord, le système de parenté européen ainsi défini dans la phase « post concile Latran IV » a été reconnu par beaucoup d’historiens ayant analysé des figures d’alliance socialement situées, comme ayant été un système non unilinéaire, certes à inflexion patrilinéaire (transmission du nom et des biens de lignées conjointes), mais bien cognatique, dans les effets des alliances mais aussi la transmission matrilatérale qu’elles génèrent. Reprochant à G. Delille de minorer cette dimension cognatique de la parenté occidentale, É. Haddad voit dans celle-ci la source d’une structuration hétérogène au seul système de parenté :

  • 7 Élie Haddad, « Deux modèles récents… », art. cit., § 81.

[Celui-ci] ne peut se structurer que par des mécanismes sociaux, économiques et politiques qui orientent les possibles au sein des familles tout en laissant la structuration de la parenté du côté de la réussite de projet de transmission et d’alliance. Pour le dire autrement, dans une telle société, la transmission joue un rôle beaucoup plus important de modelage de la parenté, ce qui signifie que les logiques de l’alliance et de la parenté ne peuvent s’appréhender de manière autonome par rapport aux structures de la reproduction sociale.7

  • 8 François Heran, Figures de la parenté, Paris, PUF, 2009, p. 79 et suivantes. 
  • 9 Maurice Godelier, Métamorphoses de la parenté, Paris, Fayard, 2004, p. 525.

6Par cette configuration déterminée sociologiquement, permettant leur plus ou moins grande adéquation aux catégories sociales (noblesse, catégories corporatives marchandes, artisanat) auxquelles ils se conforment morphologiquement, les groupes de parenté se seraient co-construits par l’alliance, la filiation et les différentes formes de transmission (au reste très hétérogènes) ; en cela, ils se seraient distingués et s’opposeraient aux systèmes élémentaires de parenté, qui ont été en revanche des institutions autonomes vis-à-vis des déterminations démographiques ou socioéconomiques (à commencer par les régimes de résidence, de filiation ou de hiérarchisation des sexes8). À l’inverse, selon les acquis de l’anthropologie, ces structures de la parenté ne se trouveraient pas au fondement de la société, comme l’a souligné avec force Maurice Godelier, s’appuyant sur le cas limite des Pintupi et les Ngaatjatjarra, aborigènes de l’Ouest australien, dont l’invention de formes de découpage social désignées comme sections, disjointes des classes d’attribution généalogiques, ont permis à des groupes de ces populations d’implémenter des rituels concernant tout le monde9.

7En système complexe, un certain nombre de faits sociaux s’expriment à travers le système de la parenté dont n’est pas autonome la structure de celui-ci. Telle est l’idée stimulante avancée par É. Haddad – à ceci près qu’on avancera que le langage de la structure, relativement ductile, ne se préjuge précisément pas du succès social de ce qu’en font les acteurs, comme nous le verrons. C’est-à-dire que des enjeux politiques surgissent là, dans ces écarts à la sanction systémique.

  • 10 Jack Goody, La Famille en Europe, Paris, Seuil, 2001 [2000]. Goody pense que ces entités se seraien (...)
  • 11 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 916-917.

8La thèse d’É. Haddad n’est pas sans faire écho à celle avancée par Jack Goody († 2015) : issu d’une discipline marquée en pays anglo-saxons par les débats entre fonctionnalistes et structuralistes, l’anthropologue britannique avait abordé la problématique de la parenté européenne occidentale en l’historicisant. Faisant donc passer au second plan l’alliance matrimoniale, il insistait sur la prévalence des groupes de filiation et de descendance, qui forment des corporate groups, exerçant un contrôle sur les biens et sur les personnes et qui agissaient comme une entité collective10. G. Delille répond à cet argument par la prise en compte de la logique formelle de la construction de l’alliance par les groupes de parenté, par la répétition per se des cycles d’alliance, dans une dialectique entre le « très proche » et le « pas trop lointain » constitutive de l’homogénéité du groupe de parenté et de parentèle. Cette configuration correspondrait à un travail d’organisation mentale et cognitive qu’il documente en analysant les théories thomistes du xiiie siècle qui reposent sur un jeu de correspondance entre la temporalité du repérage canonique de consanguinité généalogique et les prescriptions des thèses humorales de la reproduction sexuelle (quatre degrés de consanguinité, quatre générations de mémoire des ascendants, quatre humeurs se contactant par l’union charnelle)11.

  • 12 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 121.
  • 13 François-Joseph Ruggiu, « Histoire de la parenté ou anthropologie historique de la parenté ? Autour (...)
  • 14 Bernard Derouet, « Parenté et marché foncier à l'époque moderne : une réinterprétation », Annales H (...)
  • 15 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 925.
  • 16 Ibid., p. 923.
  • 17 Ibid., p. 923-924.
  • 18 Sandro Guzzi, Passions alpines. Sexualité et pouvoir dans les montagnes suisses (1700-1900), Rennes (...)

9En système élémentaire de parenté, la structure qui l’informe n’est pas corrélée d’emblée aux contraintes démographiques et ne correspond pas au système de repérage de cette discipline (années, individu et cohorte)12. À l’opposé, selon l’historien François-Joseph Ruggiu, caractérisant les systèmes complexes de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne, les échanges matrimoniaux comporteraient un caractère aléatoire que les impératifs démographiques expliqueraient et qui, tout en étant motivés par des nécessités économiques, seraient aussi déterminés par des cadres juridiques, sans que les reprises d’alliance ne puissent être vraiment attribuées à un artefact qui relèverait d’une conception forcée de la mémoire de la parenté13. Bernard Derouet avait finement analysé comment les différents types d’organisations des liens de parenté avaient conditionné des accès eux aussi différenciés au marché de la terre, indépendamment des variables démographiques, et comment les logiques de transmission familiale se rapportaient à deux organisations différentes de l’interprétation du droit privé, quelles que fussent par ailleurs ses propres subdivisions (droit coutumier, droit romain)14. Cependant, remarque G. Delille, des régularités dans l’échange matrimonial orienteraient bien celui-ci dans sa globalité, permettant aux patrilignées locales de se constituer comme telles et dans le relatif temps long instauré par les reprises d’alliance, autorisées par l’extinction des interdits de consanguinité. Grâce à l’analyse des réseaux, la prise en compte de variables à la fois spatiales et démographiques, telle que celle de l’émigration, modifie, sans les détruire, la cartographie de cette organisation per se de l’alliance. Le parcours d’un patrilignage comme celui des Gravier (Dijon xviie-xviiie siècles) en ferait preuve, lesquels en devenant à la fois receveurs et donneurs de femmes, permettent au patrilignage des Heudelot, protestant, de s’allier avec eux, lors des persécutions issues de la révocation de l’édit de Nantes, ce qui modifie (localement ?) « la relation entre endogamie et exogamie »15. Cette importance des migrations à partir du xviiie siècle a eu un effet paradoxal : les mariages consanguins proches se sont renforcés corrélativement à la raréfaction des mariages consanguins plus éloignés, en un impact mesurable par les lois de la distribution génétique16 : ici donc, via la démographie couplée à la biologie, il est établi que le système de parenté ainsi attesté mute, en devenant « post-complexe » : les échanges matrimoniaux perdent leur réciprocité et leur fréquence décelable. G. Delille invoque alors une cause externe et technique, la révolution des transports17. Il le reconnaît, c’est un « raccourci », posé en dehors du schème qu’il s’efforce de théoriser. Et pourtant : n’y aurait-il pas eu depuis les bords des groupes de parents ainsi constitués, une attente et une pression de la part des acteurs concernés, qui a précédé et accompagné l’innovation technologique (G. Delille évoque plus loin l’émigration forcée des cadets) ? S’agit-il d’un possible actualisé et offert dans un système de parenté donné, par sa structure en tant que règle qui fournit les ressources pour « refroidir » ou « réchauffer » les échanges et transferts, pour inclure et ainsi multiplier les générations mais aussi pour exclure et diminuer cet apport générationnel potentiel ? Il faut ajouter, que ces flux migratoires ainsi « stabilisés » par des alliances en pays de forte endogamie (le Valais au xixe siècle), ont été vecteurs d’innovation dans le domaine des pratiques politiques et culturelles locales, le jeu des acteurs occasionnant de nouvelles logiques de polarisation d’alliances, en fonction des affinités politiques mais aussi des pratiques sexuelles, dans les groupes jadis localement endogames18.

  • 19 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 253, à propos de Martine Segalen, Quinze générations de Bas-Breton (...)
  • 20 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 913-915.

10En régime de parenté complexe, les propositions explicatives des cas de fréquentes reprises d’alliance se situent parfois aux limites entre orientations structurales et lois statistiques de la distribution démographique. À propos du réseau bigouden très dense de renchaînements d’alliances, analysé par Martine Segalen en 1985, François Héran avance ainsi l’argument démographique selon lequel on serait moins en présence d’une pratique délibérée que devant « une mesure globale de la densité du réseau, elle-même fonction du niveau général d’endogamie locale »19. En commentant ses analyses de cas berrichonnes et bourguignonnes, qu’il définit comme analogues aux contenus généalogiques du Libro Magno de Manduria (Pouilles), G. Delille répond que les réseaux de configurations d’alliances en question ne sont pas organisés de façon aléatoire mais se manifestent bien leur périodicité, leur permanence et leur rémanence20. C’est un temps long de la tradition qui se manifeste dès lors, mais celle-ci recèle des capacités de transformation réglée.

  • 21 Ibid., p. 914.
  • 22 Francesca Trivellato, « Un nouveau combat pour l’histoire au xxie siècle ? », Annales HSS, n° 70/2, (...)
  • 23 Clifford Geertz cité par Angelo Torre, Luoghi : la produzione di localite in eta moderne e contempo (...)
  • 24 Pour une (superbe) analyse de la figure braudélienne du souverain technocrate, « Le roi mort », voi (...)

11G. Delille critique alors le modèle de temporalité braudélien opposant des sociétés simples, isolées, où la parenté et l’individu constituent le cadre et la mesure, à celles complexes, multiples, où ne peut servir de mesure que la moyenne statistique. Selon le schéma braudélien, dans une société « chaude », les flux d’hommes massifs qui ont essaimé pour des raisons économiques (mais aussi politiques) auraient dû déstructurer les sociétés traditionnelles engoncées dans leurs échanges matrimoniaux endogames21. Or, il n’en fut rien, comme on l’a vu. Dans un article récent, Francesca Trivellato a rappelé que la principale composante de la trilogie temporelle braudélienne, celle dite du temps long, comportait une dimension profondément cyclique en raison de la contrainte fondamentale des saisons qui s’imposait aux sociétés22. Alors que ce temps braudélien presqu’immobile avait été conçu en objet d’histoire pour donner la réplique historiographique aux conceptions de la structure lévi-straussienne, ce caractère spécifiquement périodique en raison des contraintes environnementales majeures avait peut-être été trop ignoré (selon F. Trivellato) par les théories de l’« agency », qui placent les capacités de l’acteur au centre de leur approche, au reste antinomique de celle d’une historiographie antérieure par la « structure » et les mentalités normalisatrices. Néanmoins, on ajoutera que cette dimension temporelle cyclique n’est pas ignorée de la microstoria italienne qui aurait plutôt tendance à s’appuyer dessus pour développer une conception de scansions propres au local, dont la culture tendrait dès lors à devenir, selon Clifford Geertz, la « matrice des relations interpersonnelles », contre les empiètements de celles, culture et relations, émanant du pouvoir central23. Quant au point de vue de l’acteur, il avait été laissé délibérément de côté dans sa dimension sociale par Claude Lévi-Strauss (non qu’il l’ignorât), dans son entreprise de mise à jour théorique des structures de la parenté et des mythes organisant les cultures. En ce qui concerne Fernand Braudel, ainsi que le souligne F. Trivellato, après avoir tenté de penser fortement leurs emboîtements et articulations, celui qui était devenu « le pape des historiens » avait désinscrit des horizons de sa recherche le temps court du politique, des savoirs et des puissantes technologies du pouvoir qu’il mobilise24.

  • 25 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 912.

12Or, au cours du même article, G. Delille s’adresse au troisième groupe de ses critiques, les tenants de la micro-histoire pour leur poser la question suivante : « si les contextes, l’incertitude, les choix des individus-acteurs sont à l’origine de toute réalité sociale et de toute évolution historique, comment expliquer qu’ils débouchent à Langres comme à Manduria sur des réalités profondes aussi étonnement semblables »25 ?

  • 26 Ibid., p. 904 n. 38 où G. Delille insiste sur la dimension non exclusivement patrilinéaire des unit (...)

13Question à laquelle l’historien propose de répondre en postulant l’existence d’un « contexte durable », qui a beaucoup à voir avec et semble assez homothétique de la structure du système de parenté elle-même, transcrite et « intériorisée par les acteurs », travaillant à partir du cadre qu’elle délivre, manifesté par exemple par des dispenses de consanguinité (même si elles ne sont pas toujours documentées)… Le système qui en est issu, manifesterait-il cet inconscient structural à l’œuvre dans le déroulement de généalogies représentant ces systèmes d’alliance ? Celles-ci donnent à voir de façon synchronique des renchaînements et des reprises d’alliance qui semblent s’effectuer par la vertu de leurs propres règles, indépendamment du vouloir (ou non vouloir) des acteurs, à une toute autre échelle et en une temporalité homogène, que viennent cependant modifier, selon G. Delille, des phénomènes démographiques dénotés en dehors du système lui-même, actualisés par des facteurs techniques à lui extérieurs, mais aussi en vertu de quelques variables internes au système, dues donc aux propriétés structurales de celui-ci : à savoir la modification par des lignées féminines de la distribution des alliances en lignées alternées masculines, lors de l’accueil des migrations ; l’établissement de « séquences temporelles » médianes, à l’échelle du temps de quelques générations, lorsque vient à se modifier le réglage des figures d’alliance entre proches ou plus lointains consanguins ; ou que cette deuxième version de l’endogamie est définitivement perturbée, lors des points/moments de passage d’un type de système de parenté à un autre ; l’invention de moyens mnémotechniques divers pour pallier les mécanismes par lesquels s’établissent les répétitions d’unions endogamiques possibles et ainsi maintenir une discipline collective au moyen d’une culture en partie orale, dont, par exemple, fait partie le système des sobriquets distinguant les lignées segmentées26 – car tout cela soutient cette forme de discipline collective dans la fabrique multigénérationnelle et polycentrée de ces entrelacements matrimoniaux.

  • 27 L’expression est de F. Heran, Figures…, op. cit., p. 569.

14Tout ce qui est ainsi pris en compte ici, premièrement, relève de caractéristiques qui ont été théorisées comme constantes spécifiques des structures de parenté ; deuxièmement, permet d’échapper à la pure approche du système de parenté résultant des « temps longs braudéliens » qui comportent des risques de réification et d’immobilisation du temps (ce avec quoi a été amalgamée la structure de Cl. Lévi-Strauss) dans lequel le système se laisserait appréhender, en donnant l’impression que les figures d’alliances réitérées concernent davantage des agents que des acteurs, et plus un « sujet collectif impersonnel27 » que des individus ; troisièmement, intègre une perspective historiographique de construction de contextes comme étant endogènes au système, en cela caractérisé par l’opération qui le porte au jour et le précise dans son irréductible spécificité (ce qui n’équivaut pas à son autonomie complète mais à sa générativité, pour qui veut pratiquer une approche par les acteurs et les contextes). C’est alors que se pose la question de la dimension « individu » : n’y a-t-il que les formes collectives « lignée », « patrilignée », « matrilignée », « patrilignage » ? Mais encore ?

Propriétés structurales

  • 28 M. Godelier, Métamorphoses…, op. cit., p. 549-551 ; F. Heran, Figures…, op. cit., en particulier p. (...)
  • 29 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 548.
  • 30 « Although they belong to another order of reality, kinship phenomena are of the same type as lingu (...)
  • 31 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 59.

15Les caractéristiques d’une structure de parenté ont été définies par l’anthropologie à partir de la modélisation des propriétés des systèmes élémentaires. M. Godelier et F. Héran résument leurs propriétés à partir de références aux corpus majeurs de leur discipline par les principes binaires de symétrie des classes matrimoniales, de réversibilité des rôles, de permutation des positions structurales28 ; d’autres principes majeurs d’intelligibilité de l’organisation interne de ces systèmes résultent du travail en partie historique des termes de la parenté classificatoire eux-mêmes, tel que celui de bifurcation orientatrice qui, pour le système de parenté occidental, marque par exemple la logique de lignée directe versus collatérale. Ces propriétés sont structurales en cela qu’elles sous-tendent les figures d’alliances modélisées et des systèmes de classes matrimoniales, ressources de ces systèmes, qui se lisent en conséquence comme des ensembles de signes organisés dont les opérations symboliques se rapportent à des cultures locales (lesquelles peuvent cependant se définir à l’échelle d’un continent) et sont intégrées par la pensée mythique, qui mélange l’abstrait et le concret, le discours et l’objet29. Ces propriétés de structure sont-elles comparables à des systèmes actanciels ? Cl. Lévi-Strauss les caractérisaient comme étant très proches de celles du langage (et les a par la suite davantage assimilées aux structures cognitives de l’esprit)30. Certaines des catégories de classification anthropologiques qui y sont associées avaient fait l’objet de vives critiques internes à la discipline elle-même (ainsi, David Schneider, dénonçant en la consanguinité une catégorie interprétative importée d’Occident et imputée par projection aux sociétés extra-européennes) mais les propriétés mentionnées plus haut ont résisté à l’usure des paradigmes scientifiques, parce qu’elles définissent des caractéristique formelles de modèles et sont transposables à d’autres univers culturels et d’autres types de système de parentés. Elles sont structurales en cela qu’elles définissent une fréquence de ligne d’action (l’expression est de F. Héran) et, de ce point de vue, engagent une règle sans origine sociale : « se situant dans une construction hors du temps, dans une perspective toute théorique et synoptique, [la structure] n’a rien à dire de la genèse des comportements »31.

  • 32 Ibid., p. 575.
  • 33 Sur les définitions simultanées du sang à la fin du xviie siècle, pris à titre d’exemple, je me per (...)
  • 34 M. Godelier, Métamorphoses…, op. cit., p. 509. Pour une critique du cultural turn déconstructionnis (...)
  • 35 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 575.

16Selon F. Héran, en la structure nulle substance : elle équivaut, on l’a dit, à une sorte de métalangage. Donc, elle ne préjuge pas du « statut modal » du système de dénomination par elle fournie (prescriptif, descriptif, cognitif), même si F. Héran insiste sur cette dimension de « raccourci cognitif », la dimension cognitive du vocabulaire de la parenté l’emportant (toujours en système élémentaire) sur la dimension identitaire : ce que montre par exemple le recours dans la parenté à des catégories qui n’ont pas cours dans la société qui les utilise (ainsi, la dimension de lignée absente de leur société, empreint le vocabulaire de la parenté des Siriono de l’Amazonie bolivienne)32. La structure de repérage ne recoupe pas non plus de façon congruente les théories de la reproduction élaborées dans une société donnée (voir les discussions sur la notion de sang, attribut théorico-mythologique de la parenté nobiliaire énoncé sur des modes métonymiques qui ne correspondent pas, à la fin du xviie siècle, aux définitions que donnent du sang les sciences expérimentales33). Mais comme ensemble de règles produites, comme procès de socialisation, elle renvoie aussitôt à une extériorité du social, selon M. Godelier, en cela que cette activité de production de règles ne peut être à la fois le fait de l’humanité et revendiquée par elle34. En sorte que ce n’est pas exactement ou pas seulement sur le terrain de la représentation culturelle que s’ouvre l’autre perspective ouverte par l’approche structurale et décrite encore par F. Héran : c’est plutôt à l’étude des représentations mentales, qu’il renvoie via la sociologie de la connaissance, du jugement, des représentations ou des valeurs, en soulignant qu’un tel programme peut prendre sa place dans les sciences cognitives, « comme la psychologie, la neurologie, la psychanalyse ou la philosophie »35. Mais en fin ou en début de compte, pour se mettre en quête de l’acteur situé dans sa parenté, il faut d’abord accepter cette impassibilité première de l’abstraction des données structurales, que F. Héran énonce de façon lumineuse :

  • 36 Ibid., p. 581.

L’acteur, on le sait, est le grand absent des approches structuralistes. Mais, paradoxalement, cette indifférence est aussi une mise à l’abri. Si la place de l’individu était rigoureusement prescrite dans la définition structuraliste des relations de parenté, il n’aurait aucune échappatoire36.

  • 37 « Mais quelle est l’implication, en arrière-plan, de facteurs comme le rang social des différentes (...)

17Par conséquent, comment caractériser les médiations heuristiques par lesquelles l’acteur pourrait advenir et jouer sa partie ? G. Delille aborde la question de façon empirique à partir de l’articulation des institutions de la parenté elles-mêmes à des logiques de hiérarchie sociale plus ou moins accentuée, de possibles démographiques et de choix économiques qui informent ses orientations et ses inflexions systémiques37.

Acteurs, contextes, répertoires d’action

  • 38 Voir (parmi tant d’autres) les travaux de Renata Ago, Anna Bellavitis, André Burguiere, Élisabeth C (...)
  • 39 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 537.
  • 40 Ibid., p. 253.
  • 41 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 918.
  • 42 Ibid. ; Michel Foucault, La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1994 [1976].
  • 43 Voir Jack Goody, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Minuit, 1979 [1 (...)

18On pourrait objecter que cet « arrière-plan » historiographique existe bel et bien avec un riche bilan, porteur de savoirs irremplaçables pour les études de la parenté et de la famille de la période moderne38. Le problème serait peut-être qu’il procède d’une perspective qui ne correspond pas ou pas toujours à l’approche structurale et à l’interrogation dont celle-ci est porteuse, relative à la modélisation des systèmes de parenté historiques, que renforce aujourd’hui l’analyse des réseaux qui établit un niveau d’appréhension plus global. En procédant par recoupements statistiques issus d’analyses démographiques ou d’approches juridico-économiques, précisées par des exemples pris à titre qualitatif, les approches marquant l’âge d’or de l’« histoire de la famille » ne sont pas non plus en complète adéquation avec la microhistoire. L’ambition de celle-ci est de procéder au moyen d’opérations de description dense, de compréhension par le contexte et d’explications ouvrant sur des modèles processuels, à l’examen des régimes de ressources pragmatiques de l’action. Dans le champ de la parenté, celle-ci se manifeste par exemple dans les épreuves d’institution de la parenté et dans des moments, comme ceux de l’accès à l’alliance ou à la filiation, liens dont F. Héran remarque qu’ils obligent, se méritent ou se paient par les acteurs39 ; on notera qu’il faudrait ajouter au questionnaire de G. Delille des études relatives aux équivalents structuraux relevant de la pseudo-parenté (concubinage, parenté spirituelle et de lait) ou faire sa place à la rupture organisée du lien (séparation, divorce, relégation, exhérédation, fuite) ; certains renchaînements d’alliance peuvent ainsi, selon F. Héran, constituer une tentative de réparation des séparations matrimoniales40. Les situations limites éclairent en général des aspects inattendus des systèmes sociaux. En cela, il y aurait bien dans le champ même de la parenté et des liens qui le constituent, contraintes et incertitudes pour les acteurs, même s’ils sont systémiquement pondérés, encore faut-il voir sous quels modes – évoquons par exemple, le risque de refus des dispenses matrimoniales par l’ordinaire lors des mariages concernant des conjoints cousins croisés ou parallèles (bien que sans doute, il y ait bien des explications tout aussi importantes sur le fait que des cousins croisés se mariant à Langres pouvaient tabler sur son acceptation). Ainsi, il faudrait sans doute d’abord se départir de l’opposition binaire sous-jacente selon laquelle, tout comme à la structure s’opposerait l’acteur et ses manœuvres, au temps long s’opposerait nécessairement l’immédiat, lorsque celui-ci peut être appréhendé par les sources, qui elles-mêmes sont des productions complexes. La proposition de G. Delille déboucherait sur l’idée que certains contextes immédiats ne se comprendraient qu’à l’égard d’un contexte durable, « retrouvé » et inscrit dans leur séquence41. La question du rapport au structural est évité et c’est dommage, car ce « contexte durable » ne s’inscrit pas seulement dans un temps linéaire, totalisé dans une durée faisant ressortir ses constantes, répétitions et variantes, mais aussi dans le fait de caractériser des périodes homogènes constituant ce système durable : leur intelligibilité ressort de schémas synthétiques et presque achroniques (parce que procédant toujours de choix heuristiques quant aux éléments retenus). C’est de cette manière que, par exemple, certaines figures d’alliances en échange restreint ressortent des systèmes élémentaires de la parenté, qui s’encastrent dans les réseaux d’alliance caractéristiques des systèmes de parenté complexe. Le choix de préciser par une étude empirique intensive ce qui constitue ces moments et la façon dont, par exemple, les réseaux de parenté construisent des pratiques d’ordre professionnel et culturel, autour d’enjeux certes économiques mais selon des médiations à préciser et à affiner – autrement dit : la façon dont ils contribuent à élaborer des champs sociaux renouvelés –, ne constitue-t-il pas une possibilité féconde ? Et lorsque G. Delille affirme que le contexte d’une action menée en 1517 est un ensemble de circonstances dont la connaissance résulte du hasard de la conservation et du formalisme volontiers « discrétionnaire » archivistique, il effleure la dimension micro-politique des actions constituant l’« archive », procédant pourtant bien du champ politique, constitué par des forces sociales42. Sa prise en compte et sa critique interne servent à la compréhension et l’explicitation d’un tel « contexte durable », ne fût-ce que pour réfléchir à l’articulation de ce qui est fait interne et ce qui est élément emprunté au système de parenté tel qu’il s’organise et est rejoué dans l’écriture, moment après moment, l’enjeu étant alors de qualifier ces procédés, de situer leurs effets sociaux à différentes échelles : ainsi, en dehors de la civilisation de l’écrit, dans quelle mesure les alliances dans la parenté ne font-elles pas « archive » orale pour les lignées concernées43 ?

19À partir de l’étude de cas du Boulonnais, É. Haddad résume ainsi les propositions de G. Delille :

  • 44 É. Haddad, « Deux modèles récents… », art. cit., § 68.

Notons que comme le système dominant exclut la segmentation des lignages, ce mécanisme ne peut fonctionner que s’il y a expansion démographique des lignages, c’est-à-dire apparition de nouvelles lignées collatérales. Dans le cas contraire, la poursuite du système contraindra les lignages à s’allier avec des lignages qui leur sont inférieurs socialement. Il y a là, selon G. Delille, une cause possible de l’augmentation du célibat des cadets et de la mise en place de la primogéniture aux xvie et xviie siècles, dont l’une des conséquences a été la disparition des mariages multiples de germains, ce qui a conduit à un isolement des lignées et mis fin à l’échange entre lignées alternées. Cela les a aussi rendues plus fragiles, accentuant les risques d’extinction des lignages.44

  • 45 Voir les travaux d’É. Haddad, de Robert Descimon et de Jean-François Chauvard.
  • 46 Les concepts d’« états-personnes » et « états-choses » sont référés à l’approche par la sociologie (...)
  • 47 Pour l’utilisation de la longue durée appliquée par la microhistoire dans un exemple tout à la fois (...)
  • 48 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 927.
  • 49 Jean-Claude Passeron et Jacques Revel (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l'EHESS, 2005, ce (...)

20Ces fortes propositions – tout comme celles qui concernent l’expansion du phénomène des migrations au xviiie siècle – sont congruentes avec le champ étudié (le système de parenté et ses mutations). En précisant ses dynamiques internes, il s’agira finalement bien de construire des contextes spécifiques, dont la portée provient du fait que la caractérisation du phénomène historique se trouve fournir les éléments d’une explication homothétique au champ considéré, non visible jusque-là, et des instruments pour dénouer les situations de paradoxes constatées lorsque l’on prend en compte la construction du système de parenté à partir de sa dynamique sociale (dans l’exemple précité, construction des patrilignées vs axe de germanité), qui contient un potentiel de crise explicite, de comportements et de valeurs. Situations qui peuvent à la fois déboucher de la part des acteurs sur des prises de position explicites, relatives par exemple au maintien de l’excellence sociale du lignage, et servir le but, implicite, du maintien de la position de domination sociale, au moyen de la valorisation des ressources internes à la lignée que cela suppose (système de dévolution des biens substantivés et transmis en primogéniture, avec la possibilité de les faire migrer hors de la ligne directe par substitution et/ou fidéicommis45). Ces situations de crise concernant les « états-personnes » et « états-choses » qui en sont les acteurs et les enjeux, servent de catalyseurs au surgissement d’affects qui ne sont plus contenus par le cadre ordinaire de la vie collective : ils peuvent susciter de nouveaux agencements d’expression littéraire, mais aussi déborder les mots tout en informant des communautés de lecture sur des états relationnels partageables46. Dans ce cadre analytique, plutôt que de se restreindre aux contextes immédiats, l’apport de la méthode micro-historique consiste, on le sait, à proposer une réflexion soutenue sur les processus à l’œuvre et les niveaux d’action qui peuvent y être appréhendés, au moyen d’une attention critique aux différentes échelles temporelles et spatiales – et à leur articulation – auxquelles sont appréhendables ces objets, présentés sous forme de cas ; la variation de la focale d’analyse étant pour cette raison une autre de ses spécificités47. Pour reprendre l’expression que formule G. Delille à propos des contextes, leur logique « se découvre en chemin »… en cela que leur constitution pertinente relève d’une congruence interne avec l’objet, qui doit être portée au jour48. Le cas ne confirme pas une règle (ou une « structure invariante »] mais « donne l’occasion de mettre en relation les éléments disjoints d’une configuration au départ indéchiffrable et même impossible à repérer et qui pour cela fait problème »49.

  • 50 F. Heran, Figures…, op. cit., par exemple p. 9-61, p. 253, p. 544-546, p. 559-569, p. 575 et p. 583 (...)
  • 51 F. Heran, Figures…, op. cit., « Épilogue : 7 théories sur la force du lien », p. 535-584.

21Le système de parenté peut se voir aussi comme produisant ces configurations étranges, qui sont informées par des propriétés structurales, sortes de grammaire élémentaire « postscriptive » se découvrant au fur et à mesure de son analyse (ainsi, le fait de ne pas se marier dans la lignée du père, organisé par le système d’interdictions/prescriptions canonique). Or, une fois celles-ci constatées, elles ne prendront une partie de leur pertinence qu’avec des « lectures » faites de leurs règles par les acteurs, qui indiquent au passage les ressources qu’ils entendent manier pour se donner un cadre et des moyens de politique de la parenté. Dans son ouvrage, F. Héran ne cesse de se poser et de poser à son lecteur la question de l’acteur et des ressorts de l’action telle qu’elle apparaît au travers de l’approche structurale rénovée par une prise en compte de l’apport de la notion de système actanciel50. Tout en insistant constamment sur le fait que ces deux dimensions (action/structure) ne se situent pas dans le même plan de réalité réflexive, il énumère et analyse les différents paradigmes explicatifs par lesquels différentes écoles ont voulu donner du contenu aux schèmes structuraux, via des emprunts aux invariants sociologiques ou anthropologiques, voire biologiques, souvent justement trop systématisés en dehors du champ d’expérimentation ethnographique ou d’investigation sociologique qui les a vu naître, et sans que l’écart au modèle initial ne fasse vraiment l’objet d’une analyse (don/contre don « maussien ; dette et crédit ; libido dominandi et stratégie de l’intérêt ; représentation culturelle et conception de la circulation des humeurs corporelles ou encore nécessités de la perpétuation des gènes). Vouloir fonder des explications par ce recours à des mécanismes invariants ayant la perfection de concepts ou d’idéaux-types ne vaut finalement que par l’idiolecte situé qui y renvoie, ce qui équivaut à son entrée dans la forme historique et à des configurations non attendues par les schémas explicatifs d’origine. L’auteur présente une méthode originale de graphes modélisateurs, qui réduisent la nécessité du recours aux modèles mathématiques vs géométriques et topologiques (notamment pour les systèmes de bifurcation appliqués aux réseaux), dont il précise à chaque fois les limites heuristiques mais aussi les apports ou problèmes abordés, ce qui intéresse la question traitée ici51. É. Haddad en souligne dans l’article précité l’intérêt heuristique mais aussi les limites, dès lors que des cas de configurations d’alliances concrètes, des périodes donc, en font l’objet graphique.

Opérations de reconnaissance et de différenciation ; de la place d’Ego au Self

  • 52 Ibid., p. 540-547.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid., p. 581.
  • 56 Ibid.

22Citant l’analyse de Ch. Hart sur les Tiwis, peuple des îles du nord de l’Australie (1960), F. Héran effectue des remarques qui s’avèrent cependant valables pour toute étude portant sur les alliances matrimoniales en termes de stratégie : l’étude d’un réseau donné sous forme généalogique ne livre que les unions conclues (et les lignes de descendance conformes) et ne donne pas d’indication sur celles qui ont échoué52. Les explications tenant à l’« intérêt bien compris » de l’acteur et à la reconstruction stratégique des actions poursuivies ne correspondent parfois, faute d’informations plus précises, qu’à des projections qui ne recoupent pas forcément la part que les individus mettent dans leurs actions à partir du rôle familial qui leur est dévolu : autrement dit, l’explication de la réussite vaut à l’échelle d’une construction de parenté mais pas à l’échelle des acteurs parce que, dans ce cas-là, il faudrait savoir quelle est la « légende interne » ou si l’on préfère la motivation que ceux-ci donnent aux actions conduites53. L’explication de la nécessité des liens qui unissent, remarque F. Héran, procédera toujours d’une projection de l’extérieur du lien54. Si le système de parenté décrit correspond analogiquement à une totalité close et synoptique figurant l’interdépendance au moyens de deux plans (alliance, filiation), cela ne présume pas de l’interprétation qu’en donnent les sociétés – et l’on peut fort bien d’ailleurs en inférer la possibilité de conflits d’interprétation s’exprimant dans cette « pensée sauvage » et la révélant aussi. Le système de parenté met à disposition de ses acteurs des figures virtuelles d’échange et les catégories classificatoires ne peuvent être déduites a priori « même dans le système où cela semble le plus aisé », le système patrilinéaire, ni donc assignées a priori à des individus, ni subverties par leurs stratégies55 : la cartographie propre à un système donné de la façon pratique dont sont formalisées les classes en question ne se déduit pas a priori et dépend d’« opérations de reconnaissance et d’actualisation »56. Mais leurs dénominateurs communs (bifurcation des relations croisées/parallèles par exemple) constitueraient des mécanismes régulateurs et pondèreraient les inégalités (entre sexes et entre lignées).

  • 57 Ibid., p. 583-584.
  • 58 Ibid., p. 138, p. 547-552. L’auteur discute aussi (p. 121) les propositions bien connues de Françoi (...)

23Ces systèmes des équivalences symétriques entre alliés et consanguins qui procèdent par extension et permutation des catégories concernées ouvrent l’accès à des « chemins d’action » en permettant de « savoir à qui et comment s’adresser »57. À cet égard, le système européen occidental tel que l’identifie G. Delille ou les réseaux de parenté concrets analysés par les historien.nes se réclamant de l’histoire sociale de la parenté attestent d’un fait majeur : la bifurcation direct/collatéral constitue bien un double axe majeur des opérations de parenté, dénoté, comme le formule G. Delille, par le non mariage dans la lignée du père et de celui de la mère. La division par sexe n’y serait pas structuralement porteuse d’inégalités, sauf par ce que F. Héran appelle le versant oblique du système qui désigne le fait que la circulation des hommes par les échanges matrimoniaux n’est pas symétrique de celle des femmes, la différence d’âge au mariage, créatrice d’inégalités, correspondant à « une forme élémentaire de domination masculine »58.

  • 59 Ibid., p. 9-10 et Laurent Barry, La parenté, Paris, Gallimard, 2008.

24Les classes d’équivalences (qui procèdent de contraintes physiologiques) ne sont plus vues par les anthropologues comme des moyens d’explication se suffisant à eux-mêmes (même s’ils appellent leurs épouses « sœur », les hommes n’épousent pas nécessairement leur cousine parallèle ou leur demi-sœur) mais comme des taxons de prescriptions procédant de choix distinctifs pour exprimer la proximité, dont les interprétations seraient à rechercher dans les théories locales portant sur la procréation, la transmission des hérédités et des liens préférentiels59.

  • 60 Joseph Morsel, « Geschlecht vs Konnubium ? Der Einsatz Verwandtschaftsmustern zur Bildung gegenüber (...)
  • 61  David W. Sabean, Simon Teuscher, Jon Mathieu, « Preface », in Eid. (eds), Kinship in Europe. Appro (...)
  • 62 Christopher H. Johnson et David W. Sabean, « Fron Sibling to Siblinghood », in Eid. (eds), Sibling (...)
  • 63 Georg W. H. Hegel, Principes de philosophie du droit, Paris, Gallimard, 1989 [1820]. Je remercie Jé (...)
  • 64 M. Godelier, Métamorphoses…, op. cit., p. 509 ; Lévi Strauss, Paris, Seuil, 2013.

25Partant, les systèmes d’équivalence symétriques dans la parenté fournissent bien les éléments d’une première approche de bifurcations idiomatiques fondatrices dans un système historique donné, par lesquelles se disent les degrés plus ou moins réduits qui constituent la proximité, tel le binôme fondateur caro/spiritus au fondement de la pensée des rapports entre amis et parents des temps médiévaux, étudiés par Anita Guerreau-Jalabert puis par Joseph Morsel, et qui organise le vocabulaire des rapports pratiques dans l’alliance et de la filiation60. Davantage porteurs encore d’une approche par l’agency, la perspective de Kinship in Europe, dirigé par David Sabean et Simon Teuscher a été centrée sur les divergences situées des conceptions pratiques de la parenté (non déductibles des normes légales) appliquées à différents opérateurs sociaux61. Se revendiquant un peu plus tard d’une perspective plus systémique que structurale, l’ouvrage publié par Christopher H. Johnson et D. Sabean, centré sur la relation frère/sœur, s’efforce de montrer comment, en Occident, entre 1740 et 1840, le rapport frère-sœur que G. Delille avait justement caractérisé comme marqué par l’éloignement dans la période précédente (1640-1740), aurait basculé dans une phase de très grande proximité, aux frontières de l’inceste, dont la figure anti-symétrique serait celle de l’épouse et de l’époux exogames (socialement homogames), ouvrant le self d’ego à l’objectivation sociale62. On voit ainsi que les variables relevant directement de l’affect et de la subjectivation sont mobilisées dans cette perspective qui s’efforce de mettre au jour un rapport d’opposition entre collatéraux au 2e degré et couple exogame, qui caractérise le changement de système d’alliances de ce moment (très consanguin ou très exogame). L’un des « informateurs historiques » analysant les positions du locuteur de la règle se faisant jour n’est autre que Hegel ! Le philosophe met en exergue avec puissance le rôle historique et la positivité de l’État comme séparateur entre l’individu et sa parenté d’appartenance63. On peut rappeler à propos de cette réactualisation de l’inceste, ce qui signale de ce point de vue le caractère hétérogène de la problématique des affects en parenté (que l’on ne confondra pas ici avec la catégorie des émotions), le fait qu’alors que Cl. Lévi Strauss fonde l’échange matrimonial sur la prohibition universelle de l’inceste, M. Godelier souligne que la tentation de l’inceste constitue l’autre pôle de ce binôme structural – F. Héran soulignant comme lui et avec une égale force le caractère asocial de la sexualité humaine64.

  • 65 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 582.

26L’étude de ces systèmes concrets de classement de la position des uns par rapport aux autres fraient donc la voie, comme le constate F. Héran, à la possibilité d’étudier les cheminements des actions des individus au moyen de la prise en compte des compétences dont ils sont dotés et des performances ou « contre-performances » qu’ils ou elles accomplissent, selon l’interprétation portée au jour par les sources. Si, comme on l’a vu, elles ne sont plus considérées comme porteuses de détermination mécanique, les classes de dénomination sont « postscriptives » et permettent d’élaborer des répertoires de revendication : comme le montre l’exemple sur l’assimilation « beau-père » et oncle maternel qui, en système kariera, permet à Ego masculin de revendiquer des droits potentiels sur la nièce65.

  • 66 Margareth Lanzinger et Simon Teuscher, introduction au numéro thématique « Trennende Verwandschaft  (...)
  • 67 J. Mathieu, « Verwandschaft als historischer Faktor. Schweiger Fallstudien und Trends, 1500-1900 », (...)
  • 68 F. Trivellato, The Familiarity of Strangers. The Sepharadic Diaspora, Livorno & Cross-Cultural Trad (...)

27Dès lors, le regard de l’historien change, se porte ailleurs, le programme d’inscription des New Kinship Studies en témoigne, les travaux précités en témoignent, portés en particulier par D. Sabean, F. Trivellato, S. Teuscher, M. Lanzinger et C. Johnson, parmi d’autres : loin de se rapporter à un temps immobilisé et d’incarner les pesanteurs de la tradition vs le progrès social, des systèmes de parenté, identifiés dans leur irréductibles spécificités actancielles, dévoileraient aussi des aptitudes internes au changement et à la conquête de la modernité66. Intriquée au social, la parenté recèlerait des potentialités de développement historique, comme l’affirme J. Mathieu, à la condition de ne pas être toujours ramenée par l’analyse historique régressive au décalage conservateur dont elle serait exclusivement porteuse67. La situation de minorité active devient, dans cette perspective historiographique qui se veut plus optimiste que ne le fut jadis le triomphant structuralisme, porteuse d’innovation : ainsi dans le processus de sécurisation des relais de crédit autour de la Méditerranée du xixe siècle par les réseaux de parenté sépharades ou le renouvellement par l’immigration des circuits matrimoniaux et des groupes de parenté en Valais68.

  • 69 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 59.
  • 70 Ibid., p. 582.
  • 71 Ibid., p. 582-584.

28Si l’acteur en système de parenté est ainsi à présent bien identifié dans des configurations de relations internes qui ne présupposent pas non plus les usages externes au seul contexte familial qu’il en fait, le questionnaire historique de ce point de vue est loin d’être épuisé. Tout d’abord, quid, dans une perspective anthropologique, de la taille de cet acteur et du taxon individu ? Sous la plume de F. Héran, ce terme équivaut plutôt à la dimension individuante. En analyse structurale, celle-ci sera identifiée à « de simples suites de parents maintenant une ligne de conduite sur quelques générations », tout en précisant qu’à vrai dire, « la question de savoir qui agit s’évanouit en anthropologie structurale »69. Cependant, dans une lecture « à la lumière de Max Weber », les acquis des linguistes de l’école de Yale (Lounsbury et Scheffler) qui étudient les propriétés de réversibilité des catégories de la parenté permettent de souligner que « les classifications du vocabulaire de la parenté sont des ‘extensions’ faites à partir d’ego. [Il ne s’agit pas] de catégories collectives toutes faites [elles comportent] une reconnaissance du locuteur et au-delà de l’individu comme acteur permanent des équivalences structurales »70. Et F. Héran remarque ensuite que les « extensions [des équivalences symétriques] suivent des règles qui s’imposent à tous »71. En toute bonne compréhension, cette conclusion est dépourvue de trace d’individualisme méthodologique mais marque la place irréductible du sujet de la règle.

Quatre petites études de cas

29À partir de cet état des lieux, quatre petites études de cas vont montrer de quelle façon des moments d’épreuve dans l’institution pratique de la parenté peuvent aussi manifester des re-jeux de configurations lignagères données et présenter des possibles pour les acteurs. Le paradoxe (apparent) serait que c’est précisément parce que la structure tient bon comme institution de classes d’équivalences symétriques non prescriptives et « postscriptes », qu’un répertoire d’actions possibles dans la parenté et spécifiquement l’alliance peut s’y inscrire pour des groupes d’acteurs non conformes (ou pas tout à fait conformes) : ces derniers empruntent également des ressources à d’autres systèmes actanciels et certaines de leurs tentatives sont couronnées de succès, d’autres non, pour des raisons de dynamiques socio-politiques (d’actualisation des répertoires). Toutes ces actions sont portées par des affects, dont l’expression renvoie certes à la construction du proche dans la parenté, mais dont la motion s’inscrit dans le jeu de la répétition et de la différence. Ce faisant, on s’intéressera aux moments de trahison, c’est-à-dire ces configurations dans lesquelles un ou des acteurs individuels ne joue(nt) pas le jeu que les siens/leurs et sa lignée attendent de lui/d’eux mais poursui(ven)t d’autres visées. De cette façon, on évite d’identifier l’acteur à un groupe substantialisé ou à une lignée monolithique, afin de comprendre comment lui/elle s’identifie – et en compagnie de qui. Dans les quatre cas, le choix d’alliance est ordonné par un représentant de la patrilignée, qui est le père, doublé du frère aîné, ou « hainé » en raison de sa position de frère soumis au père, auxquels se heurtent des puînés et cadets (ou des frères en position de compétiteur). Dans les quatre cas, le rôle de la mère dans la prescription du mariage contesté et de l’axe endogamique de celui-ci est inconnu.

  • 72 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 882-893. Les informations généalogiques sont dél (...)
  • 73 Ibid., p. 888, 892, 904.

301) Denis Diderot constitue le personnage pivot dans l’analyse du corpus de généalogies de Langres étudié par G. Delille pour établir la défense et l’illustration de son modèle d’alliances72. Né à Langres, il appartient à une lignée de notables artisans maîtres couteliers alliés à des marchands tanneurs, comme son père et sa mère, Didier Diderot et Angélique Vigneron. En se mariant, ces derniers ont été fidèles au système d’alliance reposant sur la ronde de l’échange généralisé avec bouclage par des collatéraux alliés alternant avec des alliances plus rapprochées (cousins germains, union de deux frères avec deux sœurs ou neveux/nièces)73.

31Au départ, il avait été voué par le cercle familial de Langres à la cléricature et poussé à faire des études chez les jésuites en ce sens. Aucune alliance en vue donc pour celui qui était l’aîné de sa fratrie. Ne pouvant finalement obtenir le canonicat qui aurait dû lui être initialement résigné par un oncle, il renonce à la carrière ecclésiastique, monte cependant à Paris poursuivre ses études où il bénéficie de tout le réseau familial créé par les intermariages locaux qui, vaille que vaille, l’aide à subvenir à ses besoins pendant qu’il entre dans une autre forme de cléricature, intellectuelle et littéraire. 1742 est une année charnière pour lui : il rencontre d’une part son presque « double », Jean-Jacques Rousseau, face auquel il ne cessera de définir ses propres compétences sociales dans l’arène littéraire et salonnière de l’élite aristocratique qui les reçoit et les subventionne en partie. D’autre part, il rentre à Langres pour se marier avec Marie-Antoinette Champion, la « jeune lingère », fille d’un manufacturier ruiné. Or, son père lui destine un « bon parti », que G. Delille suppose se situer dans la parentèle de Langres ou ses appendices parisiens, mais que Diderot refuse : il se retrouve enfermé au couvent sur décision paternelle dont il s’échappe pour épouser clandestinement l’élue de son cœur. Il a trente ans et recrée dans les surnoms qu’il lui attribue le cercle des très proches : « Maman, Tonton ». Les dispensateurs nourriciers familiaux ?

  • 74 Ibid., p. 892-894.
  • 75 Ibid., p. 891.
  • 76 Antoine LiltiLe Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayar (...)
  • 77 Ibid., p. 205-207.

32Devenu père à son tour, devançant le moment d’établir sa fille, il réplique l’action paternelle, fiance sa fille unique survivante et héritière, très jeune, et lui fera faire un riche mariage avec Abel François Le Caroillon de Vandeuil, dont il a obtenu le consentement : le fils né de cette union finira pair de France sous la restauration. Mais ce gendre est aussi le fils d’une servante appelée Simone La Salette, qui a épousé le lointain cousin parisien de Diderot, négociant en huiles, et qui a été courtisée un moment par l’écrivain adolescent74. Par cette femme, le mariage projeté prend bien l’allure d’un lien au plus près mais dans un système de projections personnelles de l’écrivain. Comme si les femmes épousables venant du peuple étaient les plus « proches », les meilleures dispensatrices de soins, à l’instar des bonnes nourrices ? La fille de Diderot affirme que l’expérience matrimoniale de son père est transposée dans la pièce Le père de famille (1758) qui met en scène un mariage entre cousins croisés, Saint-Albin et Sophie75. Néanmoins, sans doute ne faut-il pas trop prendre au pied de la lettre les propos de Marie-Angélique Diderot qui, pour admiratifs et fidèles aux propos du père qu’ils soient, n’en sont pas moins ambivalents. L’héroïne de la pièce porte tout de même le même prénom… que Sophie [en réalité Louise Henriette] Volland, devenue depuis 1755 l’amie intime et la maîtresse de Diderot. Ce prénom « Sophie » a été attribué par Denis à cette jeune femme célibataire en raison de la passion de celle-ci pour les lettres et la nouvelle philosophie qui se revendique des Lumières. En sorte d’ailleurs que la sœur à laquelle fait allusion Diderot dans leur correspondance et avec laquelle Sophie a été accusée par de savants exégètes d’avoir eue une liaison incestueuse pourrait avoir été… la philosophie elle-même. Diderot est coutumier de jeux littéraires mélangeant, non sans facétie et allégorie, la réalité de la parenté et la fiction littéraire qui, par des procédés de condensation et de déplacement, permet de transposer l’idiome de la première sur la scène des possibles de la seconde où tout peut advenir, par la magie du savoir-faire de l’auteur. L’adage est bien connu depuis les leçons d’Aristote, la fiction passe la réalité ! Ainsi en va-t-il avec La Religieuse (1760-1780), où l’auteur sauve sur le papier un personnage très proche de sa sœur Angélique, décédée jeune et malheureuse dans l’habit d’ursuline : il y serait parvenu en persuadant un temps un de ses protecteurs de chair et d’os, le marquis de Croismare, de porter secours à une jeune fille entrée de force dans les ordres, qui lui envoie des lettres, en réalité rédigées par Diderot. L’autre cas fort connu de littérature-fiction du réel est Le Neveu de Rameau, sympathique histrion dont le lien de proximité avec l’auteur est énoncé dans la forme du lien de parentèle, qui fait figure de double du philosophe, et par la bouche duquel sont énoncées les difficultés de sociabilité et d’insertion dans la société aristocratique qui sont celles de l’auteur. Michel Butor lu par Antoine Lilti, historien spécialiste des salons du xviiie siècle, décrit l’ouvrage comme issu du mélange de deux topiques, amitié et parenté76. Sous couvert d’amitié avec ses protecteurs, le neveu abdique toute responsabilité morale pour une vie de bohème (et de disponibilité) et devenir, en même temps, le valet des Grands qu’il flatte77. Ce racontant, Diderot se trouve pris dans un dilemme où, à l’autre extrémité, se trouve l’ami Rousseau qui finit par refuser tout compromis avec les obligations de la dépendance à l’égard du monde aristocratique mécénique et se retirer sur l’Aventin de la confession d’un soi préromantique. On peut considérer qu’il s’agit de deux formes de conflits différents, l’un dans la règle de la parenté et l’autre dans la norme mondaine. A. Lilti s’appuie sur des propos de Pierre Bourdieu pour unir par la problématique du don inégal ces deux champs sociaux ; l’exemple de Diderot fait voir comment se prolonge dans le champ social correspondant à l’état de vie, la position inaugurée dans le cercle de parenté, et comment celle-ci est travaillée par l’action littéraire qui, tout en reconduisant une forme (le picaresque romanesque, la comédie dramatique), rénove le genre en question par une forme de débat entre l’écrivain et ses doubles, entre son self intime et son self social.

33Dans cette perspective, il n’est pas sûr que Diderot ait renié les idéaux d’ascension, mais ceux d’intégration sociale de son père, en refusant d’épouser une fiancée dans la parenté, qui de toute évidence ne lui avait pas été promise depuis le berceau ; il semble même qu’il ait voulu aller plus loin (sortir du local, aller à Paris ) et plus vite (il ne sera pas chanoine ni coutelier), mais s’il a été placé par ses parents chez les jésuites, ses géniteurs ont fait le choix d’une formation ne dédaignant ni l’apprentissage des belles-lettres, ni celle du monde.

34On peut estimer que c’est donc avec une sorte de loi du père que se confronte Denis, en tant que le père est prescripteur de l’obligation de la tradition du mariage au pas trop proche ni trop lointain (mais on ignore si ce père subit lui-même des pressions de la part du représentant de la lignée intéressée par l’alliance en question, de même que l’on ignore quelle est l’attitude de la mère de Diderot) et que cela passe le seul problème du mariage lui-même : c’est celui du lien social extérieur à son milieu d’origine qui se pose aussi dans ces moments de crise et qui ne peut trouver d’ancrage matrimonial intégrateur. Ce qui est sûr, c’est qu’il refuse l’épouse de la main de son père. On pourra dire tout à la fois qu’il refuse de devenir le semblable de son père (si ressemblance père/fils il y a, comme elle est postulée via le raisonnement anthropologique), lui qui est l’aîné. Il faut rappeler à nouveau que rien n’est connu de l’attitude de la mère. Et Denis rejoue cette propension à la contestation, pendant sa vie adulte, sous forme d’une lutte en lui-même contre la norme et la « discipline sociale » qui lui enjoint de déférer et jouer le domestique des Grands qui l’entretiennent en le gratifiant. Il ne s’exclut pas du réseau familial ou social mais se déporte par des pas de côté en permanence, tout en portant une action critique d’explicitation publique des impropriétés et préjugés que comporte la société politique en régime absolutiste.

  • 78 Romain Facchini, « Société, oikonomia et affects : correspondance et vie conjugale à Venise (fin xv (...)

35S’il ne reconduit pas pour son propre compte les comportements prescrits (dont il refuse le conformisme), c’est bien dans le langage de la parenté qu’il exprime nombre de ses émois, enthousiasmes, inquiétudes, colères, refus et angoisses, autrement dit ses affects. Ceux-ci imprègnent les éléments fantasmatiques très élaborés qu’il transpose dans l’imaginaire littéraire, dont il utilise les codes reconnus en les rénovant avec talent – ainsi le jeu des lettres fictives dont l’émettrice, la sœur trahie au sens double, n’est autre que lui-même qui en est l’auteur. Mais ce faisant, c’est bien par l’écriture que l’identification à la sœur victimisée advient sur la scène du partage entre auteur, lecteur et donateur dupe du subterfuge. Dans quelle pensée sauvage se serait-elle auparavant trouvée78 ? Mystère…

36On a donc affaire à un acteur – pas n’importe lequel – pour lequel le clivage interne est à la fois le motif tout à fait explicite de l’action et de l’écriture, et celui de l’expression de la forme de réussite sociale dont il est porteur. Diderot prend pour sujet sa propre expérimentation. En conflit œdipien avec le père et par extension avec le frère puîné qui est soumis aux choix du père, il ajourne et reformule les vœux du premier, c’est-à-dire qu’il en diffère l’échéance (le beau mariage intrafamilial hypergamique se fera une génération plus tard) pour raccourcir le temps de la promotion sociale souhaitée par le père. Et pour Diderot, si l’alliance matrimoniale représente un des appariements de couple possible, celui dans lequel se font la filiation et la transmission, ses liaisons montrent que le problème de son insertion sociale dans le monde aristocratique et littéraire l’engage à d’autres types d’unions de ce point de vue plus satisfaisantes pour lui. Le nœud qui se fait voir réside dans la lutte contre le pouvoir décisionnel du père mais aussi dans une forme de dépendance vis-à-vis de ce que ce que celui-ci ne représente pas complètement : la fidélité à la parentèle et aux ressources qu’elle permet. L’ascension sociale jouée à Paris exige la trahison partielle de cette lignée locale et le travail à partir d’autres liens possibles de parenté. L’extension du pôle de dépendance est présentée par les relations faussement horizontales de l’amitié mécénique. Écrire permet de faire rejouer ces données et de conquérir de façon dynamique une autonomie dans la création, qui ne peut que difficilement déboucher sur une forme familiale adéquate.

372) Au xviie siècle, un autre futur cardinal et écrivain qui ne s’imagine pas encore tel, le jeune Pierre Paul de Gondi, révolté contre son père, le duc de Retz, veut enlever sa cousine germaine parallèle paternelle pour réaliser un « mariage remarquable ». Son père songe en effet faire épouser à sa fille aînée le fils aîné de l’autre branche des Gondi et, par cette alliance, « réunir les maisons », selon l’expression de Retz. Il s’agit d’un mariage « dans le nom du père », une exception dans le système décrit par G. Delille. Le jeune Paul Pierre songe à la double alliance et ourdit tout un plan, avec la complicité d’une servante qui joue un rôle en partie prescripteur de l’union clandestine projetée… qui échouera. Pendant la Fronde, il « enlève » une autre belle, Denise de Bordeaux, à son légitime mari, un grand officier parisien, François de Pommereu. Après le trop proche, le trop lointain en quelque sorte. Dans la façon dont le vieux cardinal réorganise son souvenir par l’écrit, il fait la part belle à sa maîtresse dans l’organisation de leur liaison qui « avait l’air de n’être pas publique, quoiqu’elle ne fut pas cachée » et avait pour cadre l’hôtel des Pommereu, rue Vieille du Temple, où le Paris frondeur savait pouvoir retrouver Retz.

  • 79 Le scandale né de cette liaison n’est pas anodin et l’adultère de Denise de Bordeaux (dont était né (...)
  • 80 André Burguiere, Le Mariage et l’amour en France. De la Renaissance à la Révolution, Paris, Seuil, (...)
  • 81 Sarah Hanley, « Engendering the State : Family Formation and State Building in Early Modern France  (...)
  • 82 Danièle Haase-Dubosc, Ravie et enlevée : de l’enlèvement des femmes comme stratégie matrimoniale au (...)

38Cette pratique de l’adultère semi-public procède d’un geste consciemment politique : Guillaume de Bordeaux, père de cette héritière et intendant des finances, était considéré comme une « créature » de Mazarin alors que Gondi, l’amant, agissait au contraire comme soutien de la Fronde dite parlementaire. Denise de Bordeaux elle-même était une Précieuse qui gravitait autour de l’hôtel de Rambouillet. Les deux amants avaient été en rébellion contre les ordres de leurs pères respectifs : Gondi pour les raisons que l’on sait, Denise parce qu’elle ne voulait pas de ce mari devenu pourtant président du Grand Conseil et intendant en Picardie, puis en Normandie, et de la même obédience politique que son père. Le bénéfice de la trahison paraît d’abord et surtout symbolique79. Le divorce même « imparfait » qui désigne sous la plume des jurisconsultes gallicans la procédure en séparation de biens et d’habitation fut la sanction du comportement libertin de Denise de Bordeaux (qui conserva cependant ses avoirs dotaux et ne fut pas enfermée dans un couvent). Venant du droit civil, d’origine romaine, le modèle juridique de séparation matrimoniale était donc né dans un système agnatique et ne comportait pas les mêmes causes ni les mêmes effets sur l’avenir de la patrilignée dans un système cognatique. Cette procédure judiciaire aux implications sociales fortes se prêtait comme on le sait à l’instrumentalisation politique. À ce titre, le procès de désintrication de l’alliance au moyen du tribunal civil entre non seulement dans la liste des éléments qui ont détricoté le système de parenté complexe à l’instar d’autres phénomènes historiques tels que l’émigration des cadets par exemple, mais a sans doute menacé à long terme les éléments de structure mêmes nés des règles ecclésiastiques qui informaient le système80. Ici, les sources donnent à voir de façon exceptionnelle, et très reconstruite par l’auteur, un type de comportement libertin qui menace l’ordre établi au moyen de l’interprétation très libre des règles du mariage et du célibat ecclésiastique. Ces acteurs s’appuient néanmoins, ce faisant, sur les potentialités contradictoires du corpus de loi gallican, issu de ce que Sarah Hanley appelle le Compact State Building, expression du contrat politique noué entre le monde des officiers et la Couronne, permettant au pouvoir monarchique de consolider sa légitimité territoriale et fiscale81. L’une des manifestations les plus tangibles de cet accord tendanciel, version conservatrice, est par exemple le renforcement tout au long du xviie siècle de la législation répressive à l’encontre du crime d’enlèvement de fille de famille par un prétendant, la jeune femme, tout d’abord considérée comme victime par la loi, recevant alors peu à peu le statut de complice de son époux, en raison de son accord au mariage clandestin qui résultait (parfois) de l’enlèvement82.

393) Le geste audacieux sourit à celui qui en a l’initiative, s’il est soutenu : l’enlèvement ou le mariage clandestin relève, dans l’exemple qui suit, de plusieurs lectures possibles et complémentaires. La première des lectures s’inspirera de la méthode de lecture des alliances de la parenté de G. Delille. Il s’agit d’un cas extrait de ma thèse qui a pour objet l’enlèvement en 1669 d’Anne Adrienne Miron, fille mineure du conseiller au Parlement Robert III Miron, tué pendant la Fronde, et pupille du plus jeune frère de Robert, François Ours, lui aussi frondeur et président au Parlement. La jeune fille épouse clandestinement Philippe de La Fons, un affin de son âge, situé généalogiquement à la frontière des interdits de parenté puisqu’il se trouve être SBHDSF : le fils du frère de l’époux de la fille de la sœur de son père (la jeune enlevée épouse le neveu du mari de sa cousine germaine paternelle). Il s’agit donc à la fois d’une figure de redoublement d’alliance oncle-neveu et cousines germaines effectuée sur un circuit court (deux à trois générations, deux alliances successives) avec des affins provenant d’un groupe patronymique allié de consanguins (figure 1). Prise en extension du lien de parenté, le mariage effectue en effet un bouclage d’alliance La Fons-Miron-Lefèvre de Caumartin. La profondeur généalogique de l’alliance doit être regardée depuis la parenté par l’alliance des La Fons et des Lefèvre de Caumartin, eux-mêmes alliés aux Miron : en effet, deux générations avant l’enlèvement, une grand-tante paternelle d’Anne Adrienne, elle aussi née Miron, avait épousé, sur ordre du roi, Louis I Lefèvre de Caumartin, futur garde des sceaux de Louis XIII, cousin issu de germains du père d’Étienne de La Fons, grand-père de Philippe. En réalité, par le rapport de pouvoir qui permet et que manifeste la dernière alliance du cycle, le jeu de l’échange se trouve être entre deux lignées, les Lefèvre de Caumartin et les La Fons d’un côté, et de l’autre le transfert pur entre les Miron, « donneurs de femmes » exclusifs, et les La Fons, « preneurs de femmes ». Il est possible qu’une réciprocité ait été instituée au bénéfice de clients des Miron intendants qui auraient pris des filles dans le groupe La Fons mais cela n’est pas documenté et paraît assez douteux : ils auraient été mobilisés dans cette affaire qui a pris des dimensions collectives. Il est en revanche quasi certain que la permissivité du tuteur François Ours Miron a été le prix de retour de l’aide des Lefèvre de Caumartin lors d’une première affaire d’enlèvement, dont le héros ne fut autre que ledit François Ours qui ravit au nez et à la barbe d’autres prétendants celle qui allait devenir son épouse, Marie Renouard, et qui, héritière unique provenant du monde de la finance, disposait d’une dot importante.

Figure 1. Liens généalogiques La Fons-Miron

Figure 1. Liens généalogiques La Fons-Miron
  • 83 Pour les références de cette affaire, je me permets de renvoyer à C. Chatelain, Chronique d’une asc (...)
  • 84 Archives Nationales (AN), Minutier Central, étude LVIII, 568/569, 31 août 1706, contrat de mariage (...)

40Se greffe à l’évidence un aspect politique et social encastré dans de la parenté : il prend consistance dans le rapport branche aînée/branche cadette ; aîné/cadet. Il est évident que le prescripteur de l’enlèvement se trouvait localisé dans la branche aînée des Lefèvre de Caumartin – qui obtint une ferme de bon rapport d’un échange abusif effectué en 1662 avec le consentement du tuteur François-Ours Miron. Ce dernier disparu, c’est sous la conduite de la sœur aînée d’Anne Adrienne, épouse du conseiller au parlement de Paris Claude Brisart, que fut entreprise une action en justice contre son beau-frère enleveur : celui-ci obtint gain de cause car le mariage clandestin qui avait uni les deux jeunes gens avait été reconnu valide, grâce à son renouvellement devant un évêque et aussi grâce à l’incrimination de la partie adverse (Marie Brisart fut accusée d’avoir empoisonné sa sœur décédée en couches en 1675). Le long cycle judiciaire (1670-1683) se finit au moyen d’un dépaysement juridictionnel du procès originel. On voit que le processus de construction de cette alliance qui s’agence dans le jeu des possibilités matrimoniales dessinées par le système décrit et analysé par G. Delille n’en obéit pas moins à des logiques de pouvoir et de hiérarchies internes au réseau de parenté, renforcées par des facteurs politiques externes qui en redoublent ou bousculent les effets ; ainsi qu’à des conditions démographiques la permettant : la sœur de Robert III Miron s’était mariée dix-sept ans avant son jeune frère, de sorte que le neveu du mari de la fille de cette tante se trouvait sur le même axe générationnel qu’Anne Adrienne. Les La Fons, en évitant de redoubler des alliances dans leur lignée agnatique, n’avaient certes pas franchi le pas qui aurait appelé un refus de l’Église devant ce mariage, de ce point de vue conforme. Mais (vu depuis les Miron de la branche aînée), le problème était systémique : ils avaient pratiqué des alliances inégalitaires, jadis fonctionnelles sous le mode d’un équilibre des pouvoirs décisionnels centrés plutôt que concentrés autour de l’autorité paternelle dans des patrilignées fortement axée sur le cognatisme (axe de germanité). Dans le cas exposé, l’équilibre de la politique d’alliance du groupe Miron se trouvait mis à mal : le système d’échange généralisé se maintenait mais le changement de l’ordonnateur de la prescription du mariage mettait désormais en péril le patrilignage en son entier en ouvrant à un jeu de prédation dans des échanges restreints polarisés par un patrilignage allié puissant. Le problème était causé ici par le mariage des filles héritières, qui fragilisait la logique patrilinéaire cultivée par ces lignages de grands magistrats : par conséquent, elles étaient vouées au seul mariage homogame, l’issue en cas d’impossibilité de celui-ci restant le couvent. Décrite comme « sourde » dans les factums de la partie de sa sœur (qui l’attaquent comme complice de son propre enlèvement), il est bien possible que la jeune Anne Adrienne ait réellement choisi cet époux, en cela incitée par des cousins dont la géographie dessinait son cercle de sociabilité, et ce afin d’éviter l’enfermement conventuel que dénoncera ultérieurement Diderot. En tout cas, les factums écrits pour sa partie plaident l’amour qu’elle ressent pour son mari et, dès lors, ceux de sa sœur aînée durent faire état en retour d’une forme d’amour mystique nourrie par cette dernière pour son propre défunt mari, afin de se parer d’une forme de crédibilité en la matière auprès du public83. Le prescripteur de l’alliance répétée entre les Lefèvre de Caumartin et les filles Miron, via leurs affins La Fons, avait été totalement extérieur à la patrilignée donneuse de femmes. Le cousin germain d’Anne Adrienne, unique fils survivant de François Ours, le dernier des Miron, fut l’objet en 1706, sous l’égide de sa mère, d’un choix rigoureusement inverse et longuement mûri d’une union tardive et résolument exogame, destinée à sauver le nom, si ce n’était la maison84. Si la question de savoir qui décide et qui ordonne est indifférente en structure de la parenté, elle ne l’est assurément pas pour rendre compte de quels dispositifs sont issus des liens d’interdépendance formant des chaînons réguliers dans des combinaisons d’alliances et de transmission (intégrant d’autres types de régularité).

41F. Héran faisait valoir que seule la différence d’âge suscitait une véritable inégalité structurale sexuée en créant une situation générationnelle asymétrique dite oblique : un tel rapport caractérise la position des barbons qui avaient l’âge de leur belle-mère et entraient dans un rapport de symétrie structurale « déviée » avec leurs épouses par l’alliance, alors que leurs jeunes femmes se situaient dans une génération postérieure. Un fait structurel bien identifié en ressort : la pression matrimoniale exercée à l’égard des jeunes héritières renforçait cet état de fait, qui accentuait le pouvoir de la prescription : à l’instar de la fille unique de Diderot, elles étaient engagées très jeunes et étaient menacées d’un rapt permanent, en quelque sorte, y compris par leurs maris légitimes.

  • 85 Maurice daumas, L'Affaire d'Esclans. Les conflits familiaux au xviiie siècle, Paris, Seuil, 1988.

42Ce rapport au temps (la prévisibilité constitue un des apanages du pouvoir) dans la construction de la parenté est à prendre en compte, qui signale la survenue d’étapes, de seuils dans le cycle de vie domestique ou familial, qui représentent autant de moments d’incertitude sociale et de remise en jeu possible. La prise en compte de ces moments permet d’en préciser certains aspects structurants à moyens termes. Comme l’ont remarqué de multiples historiens, tels Maurice Daumas, ces étapes donnent matière à la plupart des procès occasionnés dans les familles85. Or, la loi et le droit organisent structuralement l’existence sociale – la mort civile en cas de condamnation à la peine capitale l’atteste. Et pour des causes regardant la famille et la parenté, la justice civile d’inspiration romaine n’octroie qu’au seul individu la capacité d’être partie prenante (avec autorisation maritale ou à défaut du juge, en ce qui concerne la femme mariée) dans un procès. Ces positions individuées contribuent à attribuer dans la parenté des positions, en lieu et place de décrire des processus systémiques regardés comme sans sujet par l’historien du « contexte durable », puisque la recherche de responsabilité à imputer est également individuée. Si l’on préfère, dans les affaires judiciaires, toute position structurale des protagonistes correspond à une ou des positions revendiquées ou dénoncées dans des systèmes actanciels d’une part ; elles sont organisées par des procédures et des corpus législatifs prêtant à des débats interprétatifs. Partiellement articulées à celles occupées dans la parenté d’autre part, les positions se transforment alors en qualifications remises en cause lors du procès. Elles le sont d’autant plus à la période moderne que la multiplication des plaidoyers judiciaires écrits à l’intention du public favorise la diffusion de véritables fictions familiales qui contribuent à consolider des figures stéréotypiques, tels la belle-mère abusive ou le cousin prêtre et fourbe, ou encore le père avare et autoritaire, la fille nonne ou le fils religieux appelant comme d’abus, dont on voit qu’ils empruntent à l’univers théâtral tout un répertoire ensuite adapté aux contraintes des références judiciaires. Ces procédés permettent donc de personnaliser en quelque sorte les situations de crise réductibles au format judiciaire (toutes ne le sont pas, loin de là) en les imputant à quelqu’un.

  • 86 Claire dolan, Le Notaire, la famille et la ville (Aix-en-Provence, fin xvie siècle), Toulouse, Pres (...)

43L’exemple de Didier Diderot, père de Denis, peut à nouveau servir ainsi d’exemple : dans l’affaire du mariage clandestin de son fils, qui était passible d’un procès, il sert de prescripteur ; il est celui qui affirme avoir le pouvoir d’anticiper sur le temps générationnel en organisant ces moments d’avance de succession que constituent les dotations contenues par les contrats de mariage des mariés (dont la rédaction précède normalement la cérémonie religieuse) ; ce père peut devenir le persécuteur – celui qui menace Denis, qui le fait enfermer dans un couvent – et qui rompt le quotidien de l’assujetti(e), peut même le/la mettre au ban de la communauté civile ou l’exhéréder. Cette panoplie de pouvoirs juridiques s’étend à la mère devenue veuve, raison pour laquelle celle-ci a été décrite comme un « père focal »86. Ainsi, dans l’affaire de l’enlèvement d’Anne Adrienne Miron par un fils d’affin d’extraction plus modeste que sa future, certes accablé par les parents plaignants de cette dernière, on dénonce surtout le commanditaire et protecteur, le puissant groupe des Lefèvre de Caumartin, qui est mis en position de persécuteur ; symétriquement, la partie adverse représentée par Marie Brisart, sœur qui incarne la lignée, est dénoncée comme ayant spolié Anne Adrienne de sa part d’héritage destinée aussi aux enfants nés du mariage clandestin. Cette balance publique ordonnateur/persécuteur(trice) contribue sans doute à miner dans l’opinion les positions des tenants du patriarcalisme le plus dur. Par ailleurs, on pourra désigner celui qui agit en justice et qui en connaît la pratique comme le performeur qui, pour sa part, se projette dans le temps et escompte de son action judiciaire un gain, tout aussi matériel que symbolique… Denise de Pommereu, Anne Adrienne et son mari, ou plus tard Denis Diderot, ne craignent pas d’enfreindre la loi, la norme ou l’usage parce qu’il reste possible dans leur cas de se revendiquer comme performeurs. Elles ou ils manifestent des compétences et des capacités non encore actualisées dans leur groupe d’appartenance. Ils n’agissent jamais de façon isolée et sont épaulés par d’autres membres de leur parenté, en logique cognatique, qui les soutiennent en poursuivant leurs propres objectifs plus ou moins précis. À l’inverse, le dispositif judiciaire fait de ces ayant fonctions des individus ayant droits, sans qualité substantielle. Il suffit d’attendre un moment de possibilité de redistribution de ces positions de donneurs d’ordre pour l’actualiser.

  • 87 AN, 115AP/1-115AP/26, Fonds Montholon et Sémonville. Il conviendrait de mieux connaître les disposi (...)
  • 88 AN, 115AP/9, pièce 436, 29 septembre 1632, attestation du mariage de Jean de Montholon et de Jeanne (...)

444) De nombreux conflits matrimoniaux surgissent en effet à la mort du parent survivant et avant la nomination du tuteur. Les dossiers d’archives familiales versées aux Archives Nationales fournissent quelques cas de jeunes gens qui tentent alors d’épouser les femmes qu’ils ont choisies – et qui les ont choisis. Ce fut le cas de deux mineurs en 1632, Nicolas (vingt-deux ans) et Jean (dix-neuf ans) de Montholon87. Leur père Jean, conseiller d’État, un dévot, veuf de Louise Collin, était mort en avril. Les deux frères se sont dépêchés de prendre secrètement épouse, tout début août avec des femmes avec lesquelles ils vivaient déjà semi maritalement puisqu’elles étaient sur le point d’accoucher de leurs enfants88. Un de leur frère ecclésiastique, Jérôme, était témoin de leurs noces clandestines ; on ne connaît pas la position de Raymond, autre frère, laïc de son état.

Figure 2. Généalogie des Montholon

Figure 2. Généalogie des Montholon
  • 89 AN, 115AP/9, 437, 13 août 1632, sentence du Châtelet désignant François de Montholon comme tuteur d (...)
  • 90 AN, 115AP/10, 438, 6 septembre 1632, arrêt du Parlement en annulation du mariage de Jean de Monthol (...)
  • 91 AN, 115AP/11, 449, 27 décembre 1632, acte d’annulation du mariage de Nicolas de Montholon et de Mar (...)
  • 92 AN, 115AP/14, 467, 12 septembre 1633, requête de Jean de Montholon adressée à MM. de la Sorbonne.
  • 93 AN, 115AP/14, 468. Pour les théologiens de la Sorbonne : « Ledit mariage de Jean et de Jeanne est v (...)
  • 94 AN, 115AP /16, 482, 5 décembre 1634, arrêt du Conseil du roi relativement aux droits de Nicolas de (...)
  • 95 AN, 115AP /16, 490, 28 mars 1635, lettre autographe de Lambert aux Cousteaux, prêtre de la Mission  (...)

45Le 13 août, leur frère aîné, François de Montholon, devient légalement leur tuteur et dépose immédiatement des requêtes en annulation de ces mésalliances au Parlement89 ; parallèlement, il s’occupe du règlement des successions du père et d’un oncle. Entre ses deux frères et lui débute un long cycle judiciaire entre les juridictions du Châtelet et du Parlement90. Les magistrats de ce dernier annulent dès septembre le mariage de Jean, puis en février 1632 et à nouveau en janvier 1633 celui de Nicolas, dont la femme Marguerite Noirtet se trouve en prison et déclare accepter les termes du projet d’arrêt en annulation de son mariage, à elle préalablement soumis91. Mais Nicolas comme Jean refusent de se rendre. Le premier ira en décembre 1634 devant le Conseil du roi prendre des lettres de relief pour faire appel contre la décision obtenue par son frère aîné. Le second dépose un recours l’année suivante devant les théologiens de la Sorbonne, en plaidant la validité de son mariage, étant donné qu’il a eu… trois enfants de sa femme, qui « estoit grosse du quatrième »92. Le mariage est déclaré valide par cette instance ecclésiastique en septembre 1634. Il y a urgence car à la fin de ce même mois, le frère et tuteur est admis à faire procéder à une enquête par les commissaires du Châtelet pour vérifier la légitimité du mariage des deux frères : le 28 septembre, le prévôt des marchands promulgue une sentence, toujours à la requête de François, déclarant les deux mariages nuls et « sans rapport avec leur rang »93. De cette manière, autorisé à faire emprisonner ses frères, Montholon fait déférer Jean au prieuré St-Lazare pendant que Nicolas, apparemment plus chanceux et protégé par ses lettres de relief obtenues début décembre, continue à déposer des requêtes contre son frère aîné au sujet de son propre mariage mais aussi des successions en cours de ses pères et mères94. Néanmoins, le Parlement déclare à nouveau son mariage nul le 3 mars 1635. Quelques jours après, le 28 mars, un prêtre de la Mission informe François du fait que son frère Jean est « depuis deux jours dans un état semblable à la folie ». Vincent de Paul informe ensuite le même destinataire que le chevalier de Montholon s’est enfui… En août, le fugitif fait assigner son frère et tuteur en appel de la sentence du 28 septembre95.

46Malheureusement, la documentation actuellement identifiée s’arrête là. Cependant, nul doute là non plus, que les deux frères qui ont réalisé des alliances très en dessous de leur condition, en agissant de concert, n’aient bénéficié d’un certain nombre d’appuis au sein même de leur parenté, tel Jérôme, ou les prêtres et religieux qui plaident en sa faveur, mais aussi provenant d’autres relais séculiers, dont certains étaient proches du Conseil royal. Rien ne semble indiquer que les alliances désirées n’aient été effectuées au sein de la parenté, proche ou lointaine, mais il semble que l’on retrouve le tropisme du mariage préférentiel déjà constaté, réalisé auprès de femmes de modeste extraction. Il n’est sans doute pas anodin que deux puînés se soient opposés de cette façon à leur frère aîné : certes, il s’agit d’un exemple extrême, sans doute exceptionnel (encore que…), mais comme les cas précédemment décrits, il fait voir que les alliances réalisées sur les schémas de parenté élaborés par les historiens sont toujours le fruit de négociations dans la parenté et en dehors d’elle, manifestant sans doute par leur existence leur conformité à la norme d’un système de parenté socialement situé, mais non toujours à ce qui serait autorisé structuralement : ces formes exceptionnelles d’alliances remarquables montrent que lorsque les acteurs décident d’utiliser des possibles de la règle non conformes à la norme, ils prennent le risque d’échouer pour des raisons sociales mais non sans avoir eu des chances politiques d’aboutir.

Conclusion

47Dans cet article, j’ai tenté de croiser deux types d’approches qui chacune traduisent des emprunts à des disciplines des sciences humaines voisines de l’histoire, l’une par la constitution de modèles caractérisant les systèmes de parenté conçus à l’échelle macrohistorique, l’autre par la constitution de cas microprocessuels et le repérage de leurs répertoires actanciels. Il s’avère que la prise en compte d’une réflexion rénovée sur les propriétés de structure manifestées par ce phénomène universel qu’est la parenté paraît nécessaire pour s’efforcer de penser le lien entre ces deux dimensions de l’histoire sociale du fait familial. Ces démarches ne réfutent pas l’herméneutique culturaliste mais n’y voient pas la clé de l’appréhension des activités symboliques qui sous-tendent les constructions de parenté effectuées par les acteurs. Le cadrage de celles-ci est simplifié par le fait que les références épistémologiques de la théorie structurale, telle qu’elle apparaît reformulée par F. Héran ou par Laurent Barry, sont débarrassées de toute référence à un inconscient collectif lévi-straussien, puisque pour ce dernier, les sociétés partageant la même culture effectuent des choix entre des possibles cognitifs. Pour ces deux auteurs, la légende expliquant la signification de ce qui est mis en œuvre dans les diagrammes des alliances matrimoniales seraient à chercher du côté des « théories indigènes » ; néanmoins, celles-ci sont socialement situées et ne se donnent jamais comme unanimes. Il faut alors se tourner vers un travail sur les conditions de leur énonciation et les formes de la réception de ces théories. De même, il importe de maintenir une exigence analytique sur ce qui constitue les « bords » et la réplication de la parenté, par une prise en compte renforcée de la pseudo-parenté et des pratiques très exogames, qu’elles soient inégalitaires ou égalitaires.

  • 96 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 536.

48Bref, ce sont les rapports micropolitiques dans la parenté qui semblent pouvoir faire avancer la réflexion sur celle-ci, en prenant notamment en compte la façon dont se constituent les modalités de la dispute et les répertoires d’action qu’elle emprunte pour se nouer et se dénouer. Il s’agit sans doute d’une manière modeste d’ajouter une pierre à l’édifice d’une théorie générale de la parenté historique de la modernité ; F. Héran use d’une belle formule pour désigner l’attitude plurielle des chercheurs devant les modélisations structurales des alliances dans la parenté et remarque qu’elles relèvent d’une double lecture possible, soit en admirant leur beauté cristalline, soit en y voyant une « étouffante totalité mécanique »96. C’est affaire de sensibilité du chercheur/chercheuse, engagé.e dans son objet d’études et qui soutient sa perspective de travail : sans l’exalter ni la minimiser, on peut dire qu’elle n’est pas absente dans l’opération historique de repérage et de constitution des sources.

Haut de page

Notes

1 Gérard Delille, « La France profonde. Relations de parenté et alliances matrimoniales (xvie-xviiie siècle) », Annales HSS, n° 70/4, 2015, p. 881-930.

2 Voir Michaël Gasperoni, « Les hommes aussi circulent et s’échangent. Phénomènes migratoires entre Marches et Romagne à l’époque moderne : une étude de cas », texte en cours de publication aimablement prêté par l’auteur.

3 Gérard Delille, « Parenté et alliance en Europe occidentale. Un essai d’interprétation générale », L’Homme, n° 193, 2010, p. 75-136.

4 Élie Haddad, « Deux modèles récents de la parenté à l’épreuve de la noblesse française d’Ancien Régime », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], n° 09, 2012, mis en ligne le 28 décembre 2012. URL : https://journals.openedition.org/acrh/5086, DOI : 10.4000/acrh.5086, §§ 55, 62-63 et 73.

5 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 912-913.

6 Les systèmes d’alliances complexes et semi-complexes se caractérisent par la non prescription positive du conjoint et par l’existence d’interdits négatifs, définissant les proches parents ne pouvant être épousé.es. Néanmoins, la diminution de ces interdits, leur reformulation, tend à infléchir les possibilités pouvant être prescrites au sein d’un groupe donné.

7 Élie Haddad, « Deux modèles récents… », art. cit., § 81.

8 François Heran, Figures de la parenté, Paris, PUF, 2009, p. 79 et suivantes. 

9 Maurice Godelier, Métamorphoses de la parenté, Paris, Fayard, 2004, p. 525.

10 Jack Goody, La Famille en Europe, Paris, Seuil, 2001 [2000]. Goody pense que ces entités se seraient constituées sur la base de propriétés communes de ressources produites, collectivement cumulées.

11 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 916-917.

12 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 121.

13 François-Joseph Ruggiu, « Histoire de la parenté ou anthropologie historique de la parenté ? Autour de Kinship in Europe », Annales de Démographie Historique, n° 119, 2010/1, p. 223-256.

14 Bernard Derouet, « Parenté et marché foncier à l'époque moderne : une réinterprétation », Annales HSS, n° 56/2, 2001, p. 337-368 ; Id., « Les pratiques familiales, le droit et la construction des différences (xve-xixe siècles) », Annales HSS, n° 52/2, 1997, p. 369-391.

15 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 925.

16 Ibid., p. 923.

17 Ibid., p. 923-924.

18 Sandro Guzzi, Passions alpines. Sexualité et pouvoir dans les montagnes suisses (1700-1900), Rennes, PUR, 2014.

19 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 253, à propos de Martine Segalen, Quinze générations de Bas-Bretons. Parenté et société dans le pays bigouden Sud, 1720-1980, Paris, PUF, 1985.

20 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 913-915.

21 Ibid., p. 914.

22 Francesca Trivellato, « Un nouveau combat pour l’histoire au xxie siècle ? », Annales HSS, n° 70/2, 2015, dossier « Le retour de la longue durée : une perspective anglo-saxonne », p. 333-343.

23 Clifford Geertz cité par Angelo Torre, Luoghi : la produzione di localite in eta moderne e contemporanea, Roma, Donzelli, 2011, p. 4.

24 Pour une (superbe) analyse de la figure braudélienne du souverain technocrate, « Le roi mort », voir Jacques Ranciere, Les Mots de l’histoire. Essai de poétique du savoir, Paris, Seuil, 1992, p. 24-44.

25 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 912.

26 Ibid., p. 904 n. 38 où G. Delille insiste sur la dimension non exclusivement patrilinéaire des unités échangistes ; p. 920 et 924 pour les lignées de femmes ; p. 898 et 910 pour les lignées segmentées.

27 L’expression est de F. Heran, Figures…, op. cit., p. 569.

28 M. Godelier, Métamorphoses…, op. cit., p. 549-551 ; F. Heran, Figures…, op. cit., en particulier p. 534-580.

29 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 548.

30 « Although they belong to another order of reality, kinship phenomena are of the same type as linguistic phenoma », Claude Levi Strauss, « Structural analysis in linguistics and anthropology », in Robert Parkin and Linda Stone (eds.), Kinship and Family. An Anthropological Reader, Oxford/Cambridge, Blackwell, 2003, p. 145-157, ici p. 146,

31 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 59.

32 Ibid., p. 575.

33 Sur les définitions simultanées du sang à la fin du xviie siècle, pris à titre d’exemple, je me permets de renvoyer à C. Chatelain, « Unités et propriétés du corps-organes à l’époque moderne », in Stéphanie Chapuis-Despres, Cécile Codet, Mathieu Gonod (éds), Le Corps et ses représentations : des liaisons coupables ?, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 29-45.

34 M. Godelier, Métamorphoses…, op. cit., p. 509. Pour une critique du cultural turn déconstructionniste référée aux ressources pragmatiques de l’action, orientées vers le social, voir par exemple Angelo Torre, « Ritual and Jurisdiction in Northern Italy (xviie-xviiie siècles) », in Ritual Dynamics and the Science of Ritual, vol. 3, State, Power and Violence, Wiesbaden, Harrasowitz Verlag, 2010, p. 317-346.

35 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 575.

36 Ibid., p. 581.

37 « Mais quelle est l’implication, en arrière-plan, de facteurs comme le rang social des différentes familles, leur poids démographique, le rôle et la place différenciés de chaque enfant et de chaque sexe (aînés, cadets, héritiers, enfants dotés ou non...), la résidence et le rapport au territoire, l’activité économique, la mobilité, etc. ? ». G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 911.

38 Voir (parmi tant d’autres) les travaux de Renata Ago, Anna Bellavitis, André Burguiere, Élisabeth Claverie et Pierre Lamaison, Maurice Daumas, Daniela Frigo, Antoinette Fauve-Chamoux, Christiane Klapish-Zuber, Hans Medick, David Sabean, Anne Zink, Françoise Zonabend… Sans compter la publication soutenue des « écrits du for privé » qui constituent des sources très riches.

39 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 537.

40 Ibid., p. 253.

41 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 918.

42 Ibid. ; Michel Foucault, La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1994 [1976].

43 Voir Jack Goody, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Minuit, 1979 [1977].

44 É. Haddad, « Deux modèles récents… », art. cit., § 68.

45 Voir les travaux d’É. Haddad, de Robert Descimon et de Jean-François Chauvard.

46 Les concepts d’« états-personnes » et « états-choses » sont référés à l’approche par la sociologie pragmatique des épreuves de la grandeur, proposée par Luc Boltanski et Laurent Thevenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

47 Pour l’utilisation de la longue durée appliquée par la microhistoire dans un exemple tout à la fois de sédimentation et de déplacement de données de la culture orale, voir par exemple Carlo Ginzburg, Mythes emblèmes traces. Morphologie et histoire, Paris, Verdier, 2010 [1986] ; pour la réflexion sur l’expérience de temporalités multiples mobilisées dans l’analyse d’un cas, Michel de Certeau, « Ce que Freud fait de l’histoire », L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 2002 [1975], p. 339-364 ; pour la notion de variation de la focale d’analyse, Bernard Lepetit (dir.), Les Formes de l'expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 2013 [1995].

48 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 927.

49 Jean-Claude Passeron et Jacques Revel (dir.), Penser par cas, Paris, Éditions de l'EHESS, 2005, ce qui souligne la dimension à la fois empirique et l’ambition théorique du raisonnement historien par cas ; pour une réflexion soutenue sur les procédés de généralisation dans de tels cadres épistémiques, Jean-Louis Fabiani « La généralisation dans les sciences historiques », Annales HSS, n° 62/1, 2007, p. 9-28.

50 F. Heran, Figures…, op. cit., par exemple p. 9-61, p. 253, p. 544-546, p. 559-569, p. 575 et p. 583. Pour une présentation simple et bien informée de la notion de « système actanciel », voir Mohamed Nachi, Introduction à la solution pragmatique, Paris, A. Colin, 2006. En sociologie pragmatique, un système actanciel consiste en la mobilisation de catégories issues de la linguistique, telle que celle d’« actant », en refusant les catégorisations a priori aux fins d’étudier des « processus, des dynamiques sociales et des opérations cognitives à l’œuvre chez des personnes ordinaires » : à cette fin, l’ambition est d’articuler des dimensions d’ordinaire disjointes dans les programmes mettant le chercheur en position de surplomb à l’égard des opérations qui se découvrent à lui : le subjectif et l’objectif, l’individuel et le collectif du social, au cours des opérations de qualification menées par les acteurs en dispositifs, ces opérations étant elles-mêmes portées par des « modélités différentes ». Dynamiques, ces configurations intègrent, comme dimension inhérente, la variation de taille continue et refusent l’opposition individu/collectif pour y substituer des oppositions structurant « la prise de taille » comme celle de singulier/général, compétence/performance, action/justification, en des épreuves « mettant en jeu une anthropologie » dont il résulte une mise en perpétuelle négociation des « grandeurs » sociales. Pour une approche historienne issue de cette mise en perspective et qui mobilise des données anthropologiques à des fins d’histoire sociale, portant sur la formation continue d’une catégorie sociale et des ambiguïtés de cette construction, voir R. Descimon, É. Haddad (éd.), Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la haute robe parisienne (xvie-xviiie siècle), Paris, Les Belles Lettres, 2010.

51 F. Heran, Figures…, op. cit., « Épilogue : 7 théories sur la force du lien », p. 535-584.

52 Ibid., p. 540-547.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Ibid., p. 581.

56 Ibid.

57 Ibid., p. 583-584.

58 Ibid., p. 138, p. 547-552. L’auteur discute aussi (p. 121) les propositions bien connues de Françoise Héritier en matière d’universalité de la valence différentielle des sexes.

59 Ibid., p. 9-10 et Laurent Barry, La parenté, Paris, Gallimard, 2008.

60 Joseph Morsel, « Geschlecht vs Konnubium ? Der Einsatz Verwandtschaftsmustern zur Bildung gegenüberstehender adelsgrupen (Franken, Ende des 15. Jhdrt) », Historische Anthropologie, Kultur-Gesellschaft-Alltag, n° 22/1, 2014 , p. 4-44 ; Anita Guerreau-Jalabert, bibliographie citée par J. Morsel, supra, Françoise Heritier-Auge, Élisabeth Copet-Rougier (dir.), La Parenté spirituelle, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1995, p. 133-203.

61  David W. Sabean, Simon Teuscher, Jon Mathieu, « Preface », in Eid. (eds), Kinship in Europe. Approaches to Long-Term Development (1300-1900), New York/Oxford, Berghahn Books, 2007, p. xxiii-xxviii.

62 Christopher H. Johnson et David W. Sabean, « Fron Sibling to Siblinghood », in Eid. (eds), Sibling Relations. The Transformations of European Kinship (1300-1900), New York/Oxford, Berghahn Books, 2011, p. 1-28 et D. W. Sabean, « Kinship and Issues of the Self in Europe around 1800 », in ibid., p. 221-237.

63 Georg W. H. Hegel, Principes de philosophie du droit, Paris, Gallimard, 1989 [1820]. Je remercie Jérémie Barthas pour cette référence.

64 M. Godelier, Métamorphoses…, op. cit., p. 509 ; Lévi Strauss, Paris, Seuil, 2013.

65 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 582.

66 Margareth Lanzinger et Simon Teuscher, introduction au numéro thématique « Trennende Verwandschaft », Historische Anthropologie, Kultur-Gesellschaft-Alltag, n° 22/1, 2014, p. 1-3.

67 J. Mathieu, « Verwandschaft als historischer Faktor. Schweiger Fallstudien und Trends, 1500-1900 », Historische Anthropologie, n° 10/2, 2002, p. 225-244 traduit en anglais dans S. Teuscher, D. W. Sabean, J. Mathieu (eds), Kinship in Europe…, op. cit., p. 211-230 ; ainsi que S. Teuscher, D. W. Sabean, « Preface », ibid., p. ix-xiii. Ces auteurs soulignent le rôle de l’endogamie familiale dans le processus de construction de classe. Les acteurs ne chercheraient plus tendanciellement un au-delà social de la parenté pour nouer alliance.

68 F. Trivellato, The Familiarity of Strangers. The Sepharadic Diaspora, Livorno & Cross-Cultural Trade in the Early Modern Period, New Haven-London, Yale University Press, 2009.

69 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 59.

70 Ibid., p. 582.

71 Ibid., p. 582-584.

72 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 882-893. Les informations généalogiques sont délivrées par le manuscrit Génuyt (p. 893) organisé autour des dévotions funéraires qui mobilisent et réactualisent les données généalogiques en question.

73 Ibid., p. 888, 892, 904.

74 Ibid., p. 892-894.

75 Ibid., p. 891.

76 Antoine LiltiLe Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005, p. 196.

77 Ibid., p. 205-207.

78 Romain Facchini, « Société, oikonomia et affects : correspondance et vie conjugale à Venise (fin xvie-début xviie siècle) », Genre et Histoire, n° 16, en ligne, URL : http://journals.openedition.org/genrehistoire/2487. L’auteur présente la correspondance d’un couple du patriciat marchand vénitien entre la fin du xvie et le début du xviie siècle, et une discussion épistolaire entre l’époux qui veut faire prendre l’habit conventuel à leur fille Chiara, projet que refuse l’épouse qui plaide pour le mariage de la jeune femme. L’issue du débat est dramatique (mort de l’épouse ; procès de l’époux).

79 Le scandale né de cette liaison n’est pas anodin et l’adultère de Denise de Bordeaux (dont était née une petite fille) déboucha sur une action en justice de séparation de biens et de domicile intentée par son mari, alors que les dispositions de la coutume octroyaient à celui-ci la « consolation » judiciaire de tirer de substantiels bénéfices à l’égard de leurs conventions matrimoniales : il pouvait espérer garder l’intégralité de la communauté de biens et le non versement de douaire en cas de prédécès. Mais Denise de Bordeaux n’était pas femme à se laisser faire… ce qu’elle démontra par la suite. Pour les références et développements de cette affaire, je me permets de renvoyer à C. Chatelain, « Un divorce à la française ! Factums et scandale conjugal dans la haute robe parisienne à la fin du règne de Louis XIV », in Agnès Walch (éd.), La Médiatisation de la vie privée, xvie-xxe siècle, Arras, Presses de l’Université d’Artois, 2012, p. 163-176.

80 André Burguiere, Le Mariage et l’amour en France. De la Renaissance à la Révolution, Paris, Seuil, 2011.

81 Sarah Hanley, « Engendering the State : Family Formation and State Building in Early Modern France », French Historical Studies, n° 16/1, 1989, p. 4-27.

82 Danièle Haase-Dubosc, Ravie et enlevée : de l’enlèvement des femmes comme stratégie matrimoniale au xviie siècle, Paris, Albin Michel, 1999.

83 Pour les références de cette affaire, je me permets de renvoyer à C. Chatelain, Chronique d’une ascension sociale. Exercice de la parenté chez de grands officiers parisiens (xvie-xviie siècles), Paris, Éditions de l’EHESS, 2008.

84 Archives Nationales (AN), Minutier Central, étude LVIII, 568/569, 31 août 1706, contrat de mariage de Louis Miron et de Jeanne Sophie Dupuis Laipadier.

85 Maurice daumas, L'Affaire d'Esclans. Les conflits familiaux au xviiie siècle, Paris, Seuil, 1988.

86 Claire dolan, Le Notaire, la famille et la ville (Aix-en-Provence, fin xvie siècle), Toulouse, Presses Universitaires Le Mirail, 1998.

87 AN, 115AP/1-115AP/26, Fonds Montholon et Sémonville. Il conviendrait de mieux connaître les dispositions testamentaires du père de Jean et Nicolas pour mieux comprendre les raisons du double mariage clandestin.

88 AN, 115AP/9, pièce 436, 29 septembre 1632, attestation du mariage de Jean de Montholon et de Jeanne Jeannesson par un curé.

89 AN, 115AP/9, 437, 13 août 1632, sentence du Châtelet désignant François de Montholon comme tuteur de ses frères mineurs.

90 AN, 115AP/10, 438, 6 septembre 1632, arrêt du Parlement en annulation du mariage de Jean de Montholon et de Jeanne Jeannesson ; 443, 23 septembre 1632, requête de François de Montholon en annulation de mariage « illicite et secret » de son frère Jean adressée au lieutenant criminel de Paris. A priori, ni le Parlement ni le Châtelet ne prévoient de procédure en annulation de mariage, ne pouvant que statuer sur les effets civils de celui-ci.

91 AN, 115AP/11, 449, 27 décembre 1632, acte d’annulation du mariage de Nicolas de Montholon et de Marguerite Noirtet ; AN, 115AP/12, 453, 29 janvier 1633, projet notarié d’annulation de son mariage avec accord de Marguerite Noirtet, emprisonnée ; AN, 115AP/12, 434, 4 février 1633, arrêt du Parlement cassant le mariage de Nicolas et Marguerite.

92 AN, 115AP/14, 467, 12 septembre 1633, requête de Jean de Montholon adressée à MM. de la Sorbonne.

93 AN, 115AP/14, 468. Pour les théologiens de la Sorbonne : « Ledit mariage de Jean et de Jeanne est valide et ne peut ledit Jean, en conscience, quitter ladite Jeanne sa femme » ; AN, 115AP/14, 479, 23 septembre 1634, enquête faite par les commissaires du Châtelet pour connaître de la légitimité des deux mariages incriminés à la demande de François de Montholon ; AN, 115AP/14, 480, 28 septembre 1634, sentence du Prévôt de Paris, au sujet des mariages clandestins. « Autorisation accordée au tuteur de faire arrêter et enfermer ses frères Nicolas et Jean dans tel couvent ou monastère qu'il lui plaira ».

94 AN, 115AP /16, 482, 5 décembre 1634, arrêt du Conseil du roi relativement aux droits de Nicolas de Montholon dans la succession de Louise Collin, sa mère, droits qu'il revendiquait contre son frère aîné ; AN, 115AP /16, 483, procès-verbal de l'arrestation de J. de Montholon. Il est enfermé au Prieuré de Saint-Lazare par ordre de son frère et tuteur.

95 AN, 115AP /16, 490, 28 mars 1635, lettre autographe de Lambert aux Cousteaux, prêtre de la Mission ; AN, 115AP /17, 491, après le 28 mars 1635, lettre autographe de Vincent de Paul ; AN, 115AP /17, 492, 3 avril 1635, arrêt du Parlement entre Nicolas de Montholon, écuyer, appelant de la sentence du Prévôt de Paris du 28 septembre 1634 et demandeur.

96 F. Heran, Figures…, op. cit., p. 536.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Liens généalogiques La Fons-Miron
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Figure 2. Généalogie des Montholon
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8611/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 894k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Chatelain, « Système de parenté et acteur : quelles médiations ? », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 19 Bis | 2018, mis en ligne le 25 juin 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/acrh/8611 ; DOI : 10.4000/acrh.8611

Haut de page

Auteur

Claire Chatelain

Claire Chatelain est chargée de recherches au CNRS. Elle est l’auteure de : Chroniques d’une ascension sociale. Exercice de la parenté chez de grands officiers (xvie-xviiie siècles), Paris, EHESS, 2008. Elle prépare un ouvrage consacré à l’étude de la séparation judiciaire d’un couple de la noblesse de robe, à la fin du règne de Louis XIV. La méthode micro-historique employée permet, dans une perspective pragmatique, une étude intensive du contexte et des enjeux de la rupture de l’alliance, qui sont mis en relation avec le déroulement de la procédure judiciaire comme épreuve de justice et ses acteurs. Il s’agit de rendre compte de la façon dont s’opère par le champ judiciaire, la division d’un couple et les effets sociaux de genre qu’il génère. Les régimes d’affects qui participent de ces opérations de justice constituent aussi une thématique de recherche, intégrée à l’étude des sources et en particulier des plaidoyers judiciaires.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals