Navigation – Plan du site

Logique générale de l’échange, stratégies de l’alliance et changement historique

Gérard Delille

Résumés

Reprenant les conclusions de nombreux travaux précédents, l’article souligne comment la logique des échanges matrimoniaux s’organisent, partout en Europe occidentale, à travers les collatéraux qui reprennent ou relancent les alliances précédentes. Les schémas peuvent se complexifier en fonction des situations démographiques ; le système laisse de larges possibilités de choix aux acteurs. Ces mécanismes doivent impérativement être pris en compte lors de l’étude des transactions économiques, sociales, symboliques, pour en comprendre les causes et les finalités. Les achats-ventes de terres « collent » souvent de très près aux réseaux de parenté et d’alliance. Certaines formes d’alliance ouvrent sur des possibilités stratégiques inédites. Les textes des xviie et xviiie siècles soulignent comment les « mariages par échange » (échange de sœurs), accompagnés de subrogations (adoptions) permettent de contourner le aussi bien le droit de formariage que celui de mainmorte ; ils font dater l’apparition de l’échange des sœurs des xie-xiiie siècles. Les mariages entre germains de même sexe ou de sexe différent, fréquents aux xiiie-xviiie siècles, se sont imposés comme des acteurs fondamentaux des échanges. Ils disparaissent progressivement au cours du xixe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1En France, en Italie et dans la plupart des pays d’Europe occidentale où le christianisme romain s’impose, pendant toute la période du Bas Moyen-Âge, comme le seul détenteur et régisseur des règles concernant l’inceste et l’alliance (définitivement redéfinies lors du concile du Latran, en 1215), les échanges s’organisent, souvent jusqu’au xviiie siècle, en fonction d’une logique simple : une alliance se reprend ou se relance à travers les collatéraux ou descendants de collatéraux des premiers conjoints. Le schéma 1 traduit une démarche très fréquente qui exprime le mieux le fonctionnement de cette « règle ».

Schéma 1. Mariage entre un neveu et une nièce des conjoints d’une première union

Schéma 1. Mariage entre un neveu et une nièce des conjoints d’une première union

2EGO, descendant direct de la première union, ne peut, en vertu des interdits édictés par l’Église, participer à des bouclages dans sa parenté proche et doit se tourner vers d’autres partenaires (par exemple des descendants de collatéraux d’alliés de ses oncles et tantes). La logique diffère profondément de celle à l’œuvre dans des systèmes plus « simples », qu’ils soient élémentaires ou non, dans lesquels EGO s’avère partie prenante directe de la nouvelle relation (mariage avec la cousine croisée matrilatérale, par exemple).

3Les « bouclages » peuvent se construire à travers les hommes comme à travers les femmes (le système est cognatique), ce qui laisse d’amples opportunités de choix du conjoint (en fonction des passages, huit combinaisons sont possibles) et permet de s’adapter facilement aux situations démographiques du moment. Au niveau des classes paysannes, nous n’avons pas relevé, à partir des données recueillies pour différents villages, dans toutes les régions de France, du xvie au xviiie siècle, un type de passage privilégié avantageant, par exemple, les relations à travers les hommes plutôt qu’à travers les femmes. Il faudrait cependant pouvoir raisonner sur de grands nombres et apprécier plus finement les comportements suivant les rangs de naissance (aînés/cadets) et les éventuelles disparités régionales et sociales. La large diffusion, dans l’Europe moderne, suivant des temps et des modalités diverses, de la grande noblesse jusqu’aux classes dirigeantes locales, d’une règle de primogéniture et de célibat des cadets – on ne marie qu’un garçon, en général l’aîné, et qu’une fille – ne permet plus, théoriquement, la réalisation que de deux schémas : le n° 1 illustré précédemment, et un n° 1bis dans lequel l’ordre des conjoints de l’alliance à la seconde génération serait inversé. Dans le cas d’un mariage oblique (schéma n° 4 suivant), le mécanisme se contracte par élimination d’un collatéral et de ses éventuels alliés. De telles situations ne brisent pas le système mais elles le fragilisent fortement. Inversement, beaucoup de comportements qui semblent s’éloigner des règles de base de l’échange n’ont d’autre but que de tenter de les rétablir. La lecture et l’interprétation des différents cas de figures que le chercheur parvient à reconstituer sont donc souvent malaisées. Lorsque les conditions de réalisation d’un bouclage type ne sont pas remplies (par exemple, un des conjoints de la première union n’a pas de collatéraux), on voit fréquemment les acteurs essayer de rétablir les équilibres en « contractant » ou en « dilatant » le système soit sur un même plan générationnel (ils font appel à des alliés d’alliés de collatéraux), soit en jouant sur différents niveaux de descendance (ils s’adressent à des enfants d’alliés). Les schémas 2, 3 ,4, 5 et 6, traduisent quelques-unes de ces stratégies.

Schéma 2. Mariage avec un allié d’allié de collatéral (échange généralisé sur un même niveau générationnel)

Schéma 2. Mariage avec un allié d’allié de collatéral (échange généralisé sur un même niveau générationnel)

Schéma 3. Échange généralisé sur deux niveaux générationnels

Schéma 3. Échange généralisé sur deux niveaux générationnels

Schéma 4. Mariage oblique entre un neveu et une sœur (ou une nièce avec un frère) des conjoints d’une première union

Schéma 4. Mariage oblique entre un neveu et une sœur (ou une nièce avec un frère) des conjoints d’une première union

Schéma 5. Mariage intergénérationnel entre le neveu et la petite cousine (ou la nièce et le petit-cousin) des conjoints d’une première union

Schéma 5. Mariage intergénérationnel entre le neveu et la petite cousine (ou la nièce et le petit-cousin) des conjoints d’une première union

Schéma 6. Mariage intergénérationnel avec un allié d’allié

Schéma 6. Mariage intergénérationnel avec un allié d’allié

4Un mariage oblique pourra donc se prêter, de la part des acteurs eux-mêmes, puis des historiens qui le décrivent, à des interprétations diverses pouvant aller de celle « volontariste » (ramener les lignées collatérales vers le centre) à celle passive (les données démographiques ne permettent pas un autre type d’alliance respectant les règles). Tout cela n’autorise pas à conclure qu’il n’existe que des logiques ponctuelles de l’échange.

5Les relations engagent plusieurs fratries ou plusieurs générations et n’apparaissent que dans la mesure où les sources primaires ou reconstruites à disposition du chercheur le permettent. Notre modèle généalogique traditionnel isole les lignées directes masculines ; il porte à une lecture restrictive qui se limite aux lignes directes d’ascendants-descendants, et masque la plupart des connections dans la collatéralité. Il faut donc disposer d’ensembles documentaires amples permettant de suivre tous les cheminements d’une famille à une autre. Il convient aussi de comprendre où se situent, dans un corpus, les « trous », les ruptures de chaînes : au hasard des passages entre germains ou générations, ou à la périphérie de longues connexions, parce que le nombre d’individus concernés croît de manière exponentielle et que les chaînes, à un certain moment, s’interrompent nécessairement ? Toute évaluation des relations mises à jour doit tenir compte de la qualité de la source et des discontinuités qu’elle présente.

  • 1 Françoise Héritier, L’Exercice de la parenté, Paris, Gallimard/Le Seuil, « Hautes études », 1981.

Lorsque les reprises ou les relances d’alliances se répètent dans la descendance de deux ancêtres pendant plusieurs générations en sautant régulièrement d’un collatéral à un autre, elles donnent lieu au mécanisme d’échanges entre lignées alternées, mécanisme facilement lisible lorsqu’il implique des lignées masculines, plus difficile à déceler mais concrètement tout aussi présent, lorsque les chemins suivent indifféremment des voies masculines et féminines. Une fois dépassés les quatre degrés de consanguinité interdits par le droit canon, les mariages peuvent « reprendre » – sans qu’il y ait nécessairement calcul volontariste – dans la descendance directe des ancêtres communs initiaux1.

Ventes de terres et alliances

  • 2 Je me limite à la dernière contribution en renvoyant à la bibliographie citée : Gérard Delille, « L (...)

6Je ne veux pas, ici, entrer dans une illustration générale de ce système européen de parenté et de l’alliance sur lequel j’ai eu l’occasion d’intervenir à plusieurs reprises2, mais insister à nouveau sur un aspect théorique et méthodologique important. Il est vrai que la détermination et la compréhension des règles qui président aux relations de parenté et d’alliance oblige, dans un premier temps, à examiner les choses au niveau d’un vécu spécifique de la parenté. Le problème consiste ensuite à considérer les rapports qui se nouent entre une éventuelle logique générale de l’échange (cela ne signifie pas que tout est identique), et les stratégies (cette notion ne doit pas être évacuée) activées par les acteurs lors de leur positionnement, volontaire ou non, par rapport à cette logique ; soit ils la prennent pour modèle, soit ils l’infléchissent, soit ils la rejettent, à partir de quoi chacun construit ensuite sa propre action. Il n’y a pas antinomie entre logique et stratégie mais valeur ajoutée, transformation. Dans le cas déjà évoqué d’une primogéniture accompagnée de célibat des cadets, les difficultés, d’ordre démographique ou de parité sociale, rencontrées pour boucler un cycle d’alliances, ouvrent-elles aux aînés, voire aux cadets – traditionnellement destinés aux carrières ecclésiastiques ou militaires – la possibilité de se dégager de cette logique dominante ? Pourquoi et comment, dans le choix d’un allié, se tourne-t-on vers un « étranger » alors que plusieurs « proches » épousables en conformité aux règles d’échange, semblent disponibles ?

Toute analyse des stratégies, ces dernières impliquant bien évidemment la transmission de biens matériels ou symboliques, doit se faire en prenant en compte le système de parenté et d’alliance. C’est de la sorte que l’on peut percevoir le rapport dialectique qui s’établit entre circulation des terres et relations de parenté. Vendre et acheter une terre ou une maison est un acte apparemment banal que les notaires transcrivent suivant des formulaires plus ou moins élaborés et figés. Nous connaissons ainsi le nom des protagonistes, parfois quelques relations de parenté ou d’alliance, exceptionnellement la manière dont le vendeur est entré en possession du bien – patrimoine ancien de la famille, apport féminin à travers une dot ou un héritage, achat précédent –, jamais ce que l’acheteur compte en faire : constituer, avec d’autres lots, une métairie regroupée ou dispersée, le louer, le donner à cens à des paysans, le revendre, l’intégrer dans la dot de ses filles ? En Lorraine, dans les petits villages de Bellange et Haboudange, la deuxième moitié du xviie siècle se caractérise par des transactions nombreuses. Paysans ou artisans se tournent plus ou moins fréquemment vers le marché, peut-être pour faire face à des difficultés économiques ou pour tenter d’arrondir leur patrimoine. Un examen attentif prenant en compte les parentés et les alliances montre cependant que les choses s’agencent suivant des mécanismes plus complexes. Le schéma n° 7 indique comment les ventes répétées opérées par Dominique Pierron et Pierre Ancel de 1684 à 1689 profitent presque exclusivement à deux personnages, Jean Calba et Sébastien Gossel.

  • 3 Le schéma a été élaboré à partir des dépouillements systématiques accessibles sur le site www.omega (...)

Schéma 7. Parentés, alliances et ventes/achats de biens à Bellange-Haboudange (Moselle), deuxième moitié du xviie siècle3

Schéma 7. Parentés, alliances et ventes/achats de biens à Bellange-Haboudange (Moselle), deuxième moitié du xviie siècle3

7En d’autres temps, les historiens auraient qualifié ces deux derniers personnages de « rassembleurs de terres ». En réalité, Dominique Pierron est qualifié de « cousin » de Jean Calba et Pierre Ancel. Il apparaît aussi que Sébastien Gossel est le beau-frère par alliance de Pierre Ancel et un allié d’allié de Jean Calba. Un lien qui va se resserrer : le 29 janvier 1686, au beau milieu du grand remue-ménage de terres, Sébastien Gossel marie sa fille, Anne Marie, née d’une première union, à Jean Calba le jeune, fils de Jean. Les ventes suivent donc des chemins précis qui calquent ceux du système d’alliances ; l’économique colle au social et vis-versa. Cependant, toutes les transactions, nous le verrons, ne rentrent pas dans ce schéma. Pour l’heure, l’affinité entre logique de l’échange et circuits marchands suggèrent des explications diverses ou complémentaires de celles fondées sur une hypothétique volonté de gain économique de la part des acteurs. Lorsque nous apprenons que Pierre Ancel part s’installer, vers 1687-88, à Racrange, nous sommes en droit de nous demander si toutes les ventes précédentes n’avaient pas pour but de « restituer » à ses alliés (à Catherine Labroche, sa belle-sœur, épouse de Sébastien Gossel et à Christine Moye, épouse de Jean Calba mais aussi cousine germaine, par les Labroche, de Catherine) des biens qui lui étaient parvenus à travers son épouse, Marguerite Labroche ou, comme le précisent parfois les actes, à travers des héritages que l’on cherche à redistribuer à l’intérieur du cercle familial. L’argent ainsi réuni doit-il permettre à Pierre Ancel et à sa famille de s’installer à Racrange et d’y acheter de nouvelles terres ? Au-delà des passages de biens, les relations de solidarité, les alliances futures, les transactions économiques entre tous ces acteurs se trouvent-elles modifiées ? Pierre Ancel gagne-t-il en indépendance ou élargit-il la sphère d’influence d’un groupe de laboureurs fortement soudé ?

Dans un ordre différent, d’autres questions se posent : Jean Calba, l’un des grands bénéficiaire des ventes, a épousé Christine Moye en 1669 ; elle lui a donné huit enfants dont six parviennent à un âge adulte. En 1684, Barbe, l’aînée des filles, épouse Claude Paté tandis que son frère, Jean, se tourne, comme nous l’avons indiqué, vers Anne Marie Gossel. Les mariages – ou remariages – des autres enfants se succèdent régulièrement jusque vers 1710. Jean Calba ne s’était, semble-t-il, livré à aucun achat de terre avant 1683. La frénésie d’acquisitions dont il fait preuve à partir de cette dernière date n’a-t-elle pas pour but de doter ses filles et de fournir un premier patrimoine viable à ses garçons ? Le cas de Sébastien Gossel est à la fois proche et différent. Veuf d’Élisabeth Masson, il a déjà de cette première union, dans les années 1685, deux filles à marier ; d’autre part, sa seconde épouse, Catherine Labroche, n’a que vingt-cinq ans en 1680 et les naissances se succèdent, nombreuses (dix jusqu’en 1701). Des bouches à nourrir et bientôt une force de travail à employer. Pour Sébastien aussi, le besoin de terres s’avère pressent et il s’adresse pour le satisfaire à ses nouveaux « alliés », son beau-frère Pierre Ancel et un cousin de ce dernier, Dominique Pierron.

  • 4 G. Delille, « La famiglia contadina nell’Italia moderna », in Pietro Bevilacqua (a cura di), Storia (...)
  • 5 Germain-Antoine Guyot, Institutes féodales ou manuel des fiefs et censives, et droits en dépendants(...)

8Nous pourrions multiplier les exemples de ce type. Ce cas lorrain rejoint de manière exemplaire celui décrit autrefois pour les collines de la région de Parme, en Italie. Là, la terre « tourne » constamment pour la simple raison que la productivité de travail (que l’on ne peut, dans ce cas lorrain, calculer) de tout individu, homme ou femme, jeune, adulte ou âgé, ne dépasse pas, dans les conditions techniques de l’époque, un certain seuil. Si les bras manquent, on se débarrasse des terres ; dans le cas contraire, on en acquiert. Le prix est une variable toujours négociable. Les cadastres qui se succèdent du milieu du xvie au milieu du xviie siècle mettent en évidence un tourbillon de passages de terres mais aucune concentration de la propriété. Les circuits de vente et d’achat, les allers-retours du trop au trop-peu, les solidarités, se dessinent sur la toile de fond des parentés et des alliances que l’on infléchit, si nécessaire, dans un sens ou dans l’autre, pour l’occasion. Une vente implique ou sous-entend un achat une génération plus tard4. Il faut considérer l’histoire et le projet qui entoure l’opération de transaction dont fait l’objet une terre ou un fief et non simplement son prix et son importance patrimoniale, ce qui conduit souvent à des interprétations anachroniques. Le système n’est cependant ni mécanique ni statique. Les hasards de la démographie peuvent faire confluer différents héritages entre les mains d’un seul ; Jean Calba ou Sébastien Gossel peuvent acquérir plus de terres que de besoin pour tenter de négocier des alliances dans des classes sociales plus élevées. Ils peuvent parfois n’avoir d’autre but que de vendre ou acheter au meilleur prix. À ce niveau, un autre élément intervient : le politique. Jean Calba, Sébastien Gossel et Pierre Ancel ont été, à plusieurs reprises, maires de leurs petites communes. Cette position leur a-t-elle permis, comme cela semble le cas mais devrait être précisé à partir d’autres sources, d’engager des opérations en dehors de leur parenté proche ? La logique de l’échange se trouve-t-elle infléchie, voire rejetée ? Ainsi, Pierre Ancel vend une portion d’héritage à François Faucher, greffier à Vergaville, Jean Calba achète à Adrien Clabo des biens provenant de la succession d’Adam Contz. Les « parents » n’apprécient pas toujours et rappellent les fautifs à l’ordre. Le 23 mai 1685, Pierre Ancel vend à Nicolas Tanneur des terres à Bellange ; le 5 juin 1685, Sébastien Gossel fait demande de retrait lignager sur cet acte et, le même jour, achète à Pierre Ancel les terres de Bellange. À tous les niveaux, la législation permet et favorise les échanges entre parents ; elle ne met, par exemple, ni limites ni conditions à la proximité de parenté ou d’alliance entre les contractants : « si le père vend à son fils, il y a droits, parce que quoique père et fils, ils ne sont pas exclus d’acheter l’un de l’autre »5. De telles transactions sont encore nombreuses aux xviie et xviiie siècles et on imagine les discordes qu’elles pouvaient susciter. Tout ne se passe pas toujours dans le meilleur des mondes et c’est sans doute dans les interstices, dans les comportements à la marge qu’il faut chercher les éléments d’une évolution en profondeur des comportements et des inflexions de la logique des échanges qu’ils entraînent.

  • 6 Alain Guerreau, « Avant le marché, les marchés : en Europe, xiiie-xviiie siècle (note critique) », (...)

9Toute opération de vente-achat doit être replacée dans des contextes plus larges de temps et de relations sociales. Si l’on veut comprendre les permanences et les changements, les comportements des individus ou des groupes sociaux, il convient de ne pas isoler ou opposer, comme on le fait et théorise trop souvent, « stratégies » et « structures », mais appréhender l’ensemble des interactions sociales qui mêlent des éléments jouant dans des temps très longs et d’autres jouant dans des temps courts. Si les réseaux de parenté et d’alliance et la logique qui les sous-tend ne sont pas pris en compte, on conclura à la présence d’un marché de la terre actif et déjà fortement « capitaliste » ; inversement, ce marché apparaîtra réduit mais plus précisément délimité et il sera possible d’individualiser les stratégies qui tentent de le contourner et de les comprendre. Comme le soulignait A. Guerreau, « il faut respecter l’antériorité logique des structures sur les évolutions, tout simplement parce que c’est la voie obligée si l’on veut se donner une chance de ne pas entasser les anachronismes » et, en même temps, « mettre en lumière l’équivalence entre le fonctionnement de cette structure et sa transformation »6. Au terme de structure qui évoque – ou est interprété comme – un état culturel quasi intangible, je préfère celui de logique générale, plus souple et qui permet de mieux intégrer cette équivalence entre fonctionnement et transformation.

10Toute approche doit poser continuellement, sur le plan théorique et problématique comme sur le plan méthodologique, le problème de l’équivalence entre le fonctionnement de la structure et sa transformation, sans dissocier les deux choses. Cela nous amène à tenter de comprendre quel est le champ des applications concrètes, avec toutes les variantes qu’elles peuvent présenter dans le temps comme dans l’espace, des logiques de relations mises en œuvre, mais aussi à tenter de comprendre quelle explication-interprétation les contemporains pouvaient donner – ou ne pas donner – de ces logiques de relations, quels rôles ils leur assignaient et quelle origine ils leur attribuaient.

Unions entre paires de germains

  • 7 Philippe Gonod, « Petite histoire des mariages doubles dans le Val de Saône. De l’évolution des men (...)

11Considérons donc un type de rapport très fréquemment pratiqué, bien que de manière inégale, dans toutes les villes et tous les villages de France, mais jusqu’ici peu étudié : les unions entre paires de germains (échange des sœurs ou union de deux frères avec deux sœurs)7. La question doit être abordée, me semble-t-il, à travers une approche tout à la fois concrète et structurale, au niveau des comportements sociaux quotidiens les plus simples comme au niveau des logiques des jeux de l’échange et des conséquences à long terme engendrées par ces alliances. Il serait erroné d’isoler, voire d’opposer ces deux approches qui, non seulement se complètent, mais permettent de positionner les problèmes en termes nouveaux.

  • 8 Claude Lévi-Strauss, Les Structures élémentaires de la parenté, Paris, Éditions de l’EHESS, 2017 [1 (...)

12Ces unions peuvent apparaître comme les formes les plus « courtes » et les plus simples des reprises à travers les collatéraux : deux frères épousent deux sœurs ou un frère « donne » sa sœur à un homme qui, « en retour », lui donne sa propre sœur. De telles alliances se retrouvent dans de nombreuses sociétés, les deux types (échange de sœurs et renouvellement d’alliance entre germains de même sexe) pouvant se pratiquer conjointement ou séparément (l’un est permis, l’autre interdit), ou encore être totalement prohibés. Pour Lévi-Strauss, l’échange des sœurs conduit généralement, à la génération suivante, au mariage préférentiel avec la cousine croisée bilatérale8.

  • 9 Édouard Conte, « “Elles seront des sœurs pour nous”. Le mariage par permutation au Proche-Orient », (...)

13Plus récemment, É. Conte a repris le thème à partir d’une comparaison entre les sociétés arabes et turques du Moyen Orient, proposant une nouvelle approche des relations entre filiation, alliance et jeu des acteurs9. Ces échanges, au-delà des lectures et des interprétations que l’on peut en donner, ont une conséquence indiscutable : les enfants qui en résultent sont doublement cousins entre eux : croisés patri et matrilatéraux dans le cas d’un échange de sœurs, parallèles patri et matrilatéraux dans le cas de deux frères mariés à deux sœurs. Dans une société musulmane qui valorise le mariage entre cousins, cette conséquence structurale impose simplement de faire éventuellement un choix entre le coté patri ou celui matrilinéaire, en fonction de la filiation. Dans ce cas, comme on sait, le coté patrilinéaire a été, historiquement, privilégié. On peut aussi renverser les termes du rapport et dire que le choix a conditionné ou renforcé un type de filiation au dépend d’un autre ce qui, dans le long terme, ne change pas grand-chose mais, dans le court terme, modifie les problématiques et l’étude des dynamiques d’évolution. Dans les sociétés chrétiennes occidentales où l’interdit de consanguinité s’étend, après 1215, jusqu’à la quatrième génération, les cousins, sauf dispense ecclésiastique (jusque vers le milieu du xve siècle, celles concédées pour les unions au 2e degré – cousins germains – sont rares) ne peuvent s’unir entre eux. La conséquence structurale de tout cela est que le système d’échange se trouve bloqué : dans notre schéma n° 1, le neveu et la nièce des premiers conjoints se retrouvent doublement cousins germains et ne peuvent donc s’épouser. Lorsque tous les membres d’une même fratrie s’unissent à tous les membres d’une autre fratrie, comme dans le cas des Le Pas de Sécheval/Le Rix et des Pirsons, à Verviers (Belgique), au xviie siècle, les descendants de ces deux groupes familiaux ne pourront plus contracter d’alliances entre eux pendant quatre générations et devront s’ouvrir à d’autres familles. Loin de représenter la forme la plus « simple » de la logique de l’échange, dans notre cas, les mariages entre paires de germains la cassent momentanément et obligent à construire des circuits plus larges et plus longs ; ils complexifient considérablement l’ensemble des relations. Nous pourrions discuter longuement, au niveau de la théorie anthropologique, de ce problème. Je me contente ici de renvoyer aux travaux fondamentaux de F. Héritier pour ouvrir le dossier plus concret des pratiques et des interprétations historiques de ces types d’alliances. Les textes ne traitent guère de ce problème ou plutôt se limitent à considérer les « mariages par échange » dans une acceptation très précise, suivant les indications de certaines coutumes locales, en particulier du Nivernais, du Bourbonnais ou de l’Angoumois. Dans le Glossaire du droit français, Eusèbe de Laurière donnait une définition déjà largement banalisée à cette époque du « mariage par échange », ou plus exactement des « enfans mariez par Echange » (Coutume du Nivernais, tit. 8, art. 31 ; tit. 23, art. 25) :

  • 10 François Rageau et Eusèbe de Laurière, Glossaire du droit françois, t. 1, Paris, Jean Guignard, 170 (...)

[...] héritier conventionnel fait en contrat de mariage […] comme quand un père marie sa fille en autre maison en laquelle il prend une femme pour son fils et domestique, laquelle il subroge en la place de sa propre fille pour luy succéder comme ferait sa fille naturelle et légitime10.

Le texte met l’accent sur les particularités du droit héréditaire qui accompagnent l’échange plus que sur la spécificité des unions, ce qui, de la part de spécialistes du droit civil coutumier, n’étonne guère. À travers la subrogation et le transfert mutuel des droits héréditaires entre les deux femmes, l’échange s’accompagne d’une inversion de droits patrimoniaux particulièrement remarquable. Chaque épouse devient héritière de son mari ou/et de ses beaux-parents (mais pas de leurs collatéraux). En termes de parenté, cela signifie que la nouvelle épouse est assimilée à une sœur de son mari : un bel exercice de contournement et manipulation de la notion d’inceste !

  • 11 Cette citation comme celles qui suivent sont tirée du Glossaire du droit français, op. cit., p. 398 (...)

14Mais les considérations les plus intéressantes viennent ensuite. Eusèbe de Laurière s’efforce, en effet, de retrouver les causes qui justifient l’existence d’une telle coutume. Anciennement, dit-il, « les personnes serves ne pouvaient contracter mariage, sans le consentement de leurs Seigneur […] ce sont les termes du Concile de Châlons-sur-Saône de l’an 813 »11. Il continue :

L’Église ayant approuvé les mariages des personnes de condition servile, quoique contractez et célébrez sans le consentement des Seigneurs, dans la suite lorsqu’un serf et une serve qui appartenaient à deux différents Seigneurs s’étaient mariez sans permission, dans certains pays, comme en Jérusalem, suivant le chapitre 278 des Assises de ce Royaume, le Seigneur du serf, était obligé de rendre à l’autre Seigneur […] une serve pareille à celle qui avait été mariée […]. Pour empêcher ces mariages, les Seigneurs y apposèrent des peines, et comme ces peines étaient toujours de la perte d’une partie des biens, que les serfs possédaient, ces mariages qui étaient fréquents, commencèrent à l’être moins, et dans la suite, quand le serf d’un Seigneur voulait épouser la serve d’un autre Seigneur, ce serf pour ne pas perdre une partie de ses biens, tâchait de trouver chez le second Seigneur un serf qui voulût épouser une des serves. Les mariages qui se faisaient ainsi, étaient appelez mariages par échange.

15L’auteur indique un certain nombre de sources justifiant cette interprétation. Les mariages par rapt (on considérait souvent que la femme épousée par le serf d’un autre seigneur avait été ravie) se multipliant, les seigneurs laïcs et ecclésiastiques multiplièrent, au Bas Moyen-Âge, contre redevance, les traités ou conventions de liberté d’établissement ou de réciprocité ; celui entre le comte de Gruyère et l’évêque de Lausanne date de 119512. En France, les « traités d’entre cours » se multiplient aux xiie et xiiie siècles et soulignent le lien très étroit entre mobilité et alliance : on facilite l’une pour permettre l’autre, on plie le droit qui attache le serf à sa terre pour qu’il s’accorde avec celui, imposé par l’Église, du libre mariage. À la veille de la Révolution, le droit de formariage a largement disparu, même si on le retrouve encore à Luxeuil ou à Verdun. Le mariage par échange, nous explique E. de Laurière, s’est ensuite étendu pour répondre à d’autres problèmes : « Non seulement les serfs et les serves se mariaient par eschange, quand ils appartenaient à des Seigneurs différens, mais encore quand ils appartenaient aux mêmes Seigneurs ; et au lieu que ces premiers eschanges se faisaient pour éviter les peines du formariage, ces derniers se faisaient particulièrement pour exclure les Seigneurs du droit de main-morte, et conservez du bien aux enfants de condition servile », l’enfant ne succédant à ses pères et mères que s’il demeure avec eux. Or, tout mariage implique, le plus souvent, le déplacement au moins de l’un des deux époux ;

[...] dans ce cas pour dédommager les enfants du droit de succéder qu’ils perdaient, quand, par exemple deux serfs avaient chacun un fils et une fille, ils échangeaient les deux filles et les menaient aux deux garçons ; les deux filles ainsi échangées, étaient subrogées au lieu l’une de l’autre et succédaient à leurs beaux-pères et leurs belles-mères et autres ascendants comme elles auraient succédé à leur père et mère, ayeul et ayeule, si elles n’avaient point été mariées.

  • 13 En Auvergne, Amable Chassaigne, Les Communautés de famille en Auvergne, Paris, A. Rousseau, 1911, n (...)
  • 14 Voir, parmi de nombreux autres travaux, André Iteanu, La Ronde des échanges : de la circulation aux (...)

16La subrogation permet donc de « contourner » le droit féodal et d’échapper à la main-morte. Tout laisse supposer que les « filles » échangées sont des sœurs (ou tenant lieu de sœurs) des garçons à marier, mais rien n’interdit que de telles permutations concernent des personnes de parenté ou d’alliance plus lointaine (par exemple une cousine et un cousin avec un homme et une sœur de son beau-frère). Une étude des mariages accompagnés de subrogation s’impose ici13. L’échange des sœurs permet aux familles de serfs d’élargir leur champ de relations, de s’insérer dans des courants de mobilité et de renouvellement sociaux et économiques profonds ; c’est d’abord, comme le confirment des études anthropologiques plus récentes, un mécanisme d’ouverture riche d’autres possibles stratégiques14. De manière plus générale, et sans entrer ici dans le détail de l’analyse, les mariages entre germains de même sexe tendent à favoriser la tenue d’un ordre hiérarchique entre donneurs et preneurs de femmes et de biens (les uns cumulant des dons, les autres des dettes) alors que les échanges directs de sœurs tendent à équilibrer les rapports (le don est restitué) et à ouvrir sur des phénomènes d’hypo ou d’hypergamie. Or, si pendant tout le Haut Moyen âge on peut relever de nombreux exemples de renouvellements directs ou différés d’unions entre germains de même sexe, on ne peut faire une constatation semblable pour les échanges de sœurs qui n’apparaissent guère avant le xie siècle. Une enquête en profondeur devrait permettre de préciser les modalités d’évolution du phénomène, sa chronologie, ses rapports avec les modifications des droits civils et canoniques. Il nous importe seulement de souligner, ici, que la féodalité semble bien s’ouvrir sous le signe d’une règle de l’échange qui déplace les frontières.

  • 15 Anne-Marie Landès-Mallet, La Famille en Rouergue au Moyen âge : 1269-1345. Étude de la pratique not (...)

17La subrogation, en réalité, représente un instrument particulier destiné à répondre à une situation juridique particulière, la persistance de la mainmorte servile. La plupart du temps, de simples échanges de dots ou des échanges d’héritages permettent des actions de contournement tout aussi efficaces. Le 26 janvier 1316, dans le Rouergue, quatre mariages unissent les Lapeire aux Castanh ; ce sont à la fois des échanges de sœurs et des reprises d’unions entre germains de même sexe. Le contrat notarial précise que la mère des époux Castanh constitue la dot de ses brus tandis que le père des époux Lapeire constitue celle de ses belles-filles.15 À propos de la Bourgogne au xvie siècle,

  • 16 La référence est à Barthélémy de Chassenieux (v. 1480-v. 1541), auteur d’importants commentaires su (...)

M. de Chasseneux propose une autre question : une fille main-mortable épouse un forain, dont la sœur va épouser le frère de cette fille ; au moyen de quoi il se fait aussi un échange de dot(s) et un échange de femmes, espèce de mariage double qui est assez fréquente parmi les villageois de la Bourgogne. Dans ce cas, le seigneur ne peut prétendre le droit de for-mariage « puisqu’en perdant une femme de main-morte, il en acquiert une autre.16

Le texte nous offre une dernière note conclusive :

Comme en France presque tous les Roturiers étaient autrefois serfs, ainsi qu’il paraît par toutes les Chartes de Communes, ils retinrent après leur affranchissement beaucoup des usages qu’ils avaient pratiqués pendant leur servitude.

  • 17 Par exemple Eduard Gans, Histoire du droit de succession en France, au moyen-âge (trad. L. de Lomél (...)

Texte admirable dont les explications seront reprises par quantité de traités juridiques et d’ouvrages historiques17. L’Encyclopédie méthodique y ajoute une précision importante :

  • 18 Encyclopédie méthodique. Jurisprudence, op. cit., p. 164.

[...] les règles des mariages par échange ont également lieu lorsque ce sont les garçons qui sortent de la maison paternelle, pour aller demeurer dans celle de leur beau-père avec leur future épouse.18

  • 19 Bernard Derouet, « La terre, la personne et le contrat : exploitation et associations familiales en (...)
  • 20 Genlucie.free.fr, Rezay.

L’interprétation donnée par Eusèbe de Laurière pourrait faire l’objet de très longs commentaires, tant elle soulève des problèmes importants. Elle s’attache à expliquer les particularités de certaines coutumes du centre de la France et semble donner une place importante à la question de la circulation des biens et des rapports socio-économiques mais l’auteur, en juriste et historien judicieux, n’établit aucune hiérarchie de cause à effet ; du désir ou de la nécessité de se marier en dehors de la Seigneurie ou simplement de son propre foyer aux difficultés interposées par les règles de formariage et de main-morte, on ne saurait dire ce qui prévaut. Les deux choses sont indissociablement liées. Tout ce commentaire, que nous nous bornons ici à considérer comme une représentation d’érudits des xviie et xviiie siècles, devrait, bien évidemment, être précisé à travers des recherches historiques approfondies. B. Derouet avait souligné combien les mariages par échanges de sœurs étaient particulièrement nombreux dans les régions de communautés du centre de la France19. Une situation qui se confirme dans le sud Berry que j’ai pu étudier précisément : à Rezay, les mariages entre couples de germains se succèdent souvent d’une génération à l’autre sans discontinuité20. Le phénomène, si on suit E. de Laurière, découlerait donc de la persistance, souvent jusqu’au xviiie siècle, de droits féodaux anciens, en particulier de la main-morte. Qu’en est-il alors d’autres régions où de tels droits ont parfois disparus très tôt ? Une carte générale, au niveau de la France, de la distribution des mariages entre couples de germains nous apporterait des éléments de réponses tangibles ouvrant sur de nouvelles interrogations. La plupart des mariages par échange sont célébrés le même jour, dans la même cérémonie, accompagnés parfois d’autres unions. À Rezay, deux, voire trois ou quatre alliances viennent s’ajouter à celles principales ; il s’agit d’alliés ou de parents plus ou moins proches, voire de serviteurs de la Maison ou de la Communauté. On ne saurait mieux affirmer l’unité et la volonté de continuité du grand groupe familial. Inversement, mais dans le même ordre d’idée, un échange de sœurs peut mettre fin à une inimitié ou à un conflit violent entre deux familles.

18Ailleurs, en France, les choses se présentent très différemment. À Cerisy-la-Forêt, en Normandie, des mariages se célèbrent le même jour mais aucun ne met en scène un échange de sœurs. Le 5 février 1671, Laurent Davy s’unit à Marie Aveline tandis que Nicolas Rocque prend pour femme Marguerite Dubosq. Peut-être s’agissait-il simplement de diviser les frais de la cérémonie ? Souvent, pourtant, un frère donne une sœur pour en recevoir une autre. Le 25 juillet 1684, Jacques Poullain épouse Barbe Aze ; plus d’un an après, le 13 septembre 1685, Philippe Aze, frère de Barbe, s’unit à Louise Poullain, sœur de Jacques21. Les dates suffisent à montrer qu’une seule solennité eût été possible. Nous ne sommes pas en présence d’une exception : aucun mariage « par échange » ne se trouve, et cela semble-t-il volontairement, célébré lors d’une même messe. Il en est de même, apparemment, dans d’autres régions, en particulier du Nord et de l’Est de la France. En réalité, il n’y a plus « mariage par échange » au sens juridique jusqu’ici évoqué, mais plus simplement redoublement d’alliance sans modification des droits d’héritage, pour consolider la relation entre deux familles et éventuellement s’associer pour affronter quelque opération économique, voire fonder une société, soit agricole (communauté) soit artisanale, pour conduire des activités ou des affaires en commun. L’affirmation d’un échange systématiquement différé infléchit le système ; la recherche de la réciprocité équilibrée des biens sous forme de dots ou d’héritages laisse place à des retours tardifs et à des versements déséquilibrés. Des modifications profondes affectent les dates mais aussi les lieux, les cadres et les représentations rituelles et symboliques qui accompagnent les transferts. Retour à Bellange-Haboudange : les renouvellements d’alliance entre consanguins de même sexe ou de sexe différent y apparaissent toujours différés. Est-ce par cette « fenêtre » que de nouvelles stratégies se sont engouffrées ?

19Le problème d’une utilisation différenciée de ce mécanisme d’échange se pose au niveau géographique mais aussi au niveau social, les deux choses pouvant aller de pair. Les juristes du droit coutumier traitant d’un aspect particulier de permutation des sœurs accompagnée de subrogation pour contourner le droit féodal ont, volens nolens, établit une correspondance entre mécanisme matrimonial et servitude. Une correspondance que l’on retrouve dans quantité de textes de l’époque. L’Encyclopédie de Diderot-d’Alembert précise, sous l’expression Mariage par échange :

[...] c’est lorsqu’un père marie sa fille dans une maison où il choisit une femme pour son fils, et qu’il subroge celle-ci à la place de sa propre fille pour lui succéder. Ces sortes de mariages sont principalement usités entre personnes de condition servile, pour obtenir plus facilement le consentement du seigneur.

  • 22 Sur les multiples facettes politiques et symboliques de cet épisode : Marie-Claude Canova-Green, «  (...)

20Nous savons bien, en réalité, et sans nous attarder longuement sur cet aspect, que la noblesse pratiquait, elle aussi, les mariages par échange de sœurs. Lorsque Raymond VI Le Vieux de Toulouse et sa sœur Adelaïde s’unissent à Béatrix Trancavel et à son frère Roger II, l’échange est encore différé (1171 pour Adelaïde, 1176 pour Raymond VI, veuf d’un premier mariage) ; par contre, lorsque le futur Louis XIII et sa sœur Élisabeth épousent respectivement Anne d’Autriche et son frère, le futur Philippe IV, toutes les temporalités et tous les rituels de l’échange sont scrupuleusement observés. Les mariages officiels, sont célébrés, par procuration, le 18 octobre 1615, l’un à Burgos (Anne et Louis), l’autre à Bordeaux (Élisabeth et Philippe). Les jeunes filles sont ensuite solennellement échangées sur la célèbre Île des Faisans, près d’Hendaye. Des mariages religieux particuliers, l’un à Bordeaux, l’autre à Madrid, concluent le cycle des cérémonies22. Derrière tout cela se pose, en filigrane, le problème de la pratique généralisée de ce mécanisme matrimonial précis avec toutes les inflexions qu’elle peut manifester en fonction des rapports sociaux et de leur évolution, des représentations juridiques, des conjonctures de prospérité ou du déclin économique.

  • 23 André Dupin, Le Morvan. Topographie, agriculture, mœurs des habitants, état ancien, état actuel (…)(...)
  • 24 Parallèlement, on assiste à une forte poussée de mariages dans la consanguinité proche (2e ou 3e de (...)

21Le texte du Glossaire soulève un dernier problème important, celui de la chronologie. Si on suit son raisonnement, on en conclut que l’affirmation puis la diffusion du mariage par échange découlent de la mise en place du système féodal, plus particulièrement lors de sa phase historique caractérisée par des concessions de franchises communales ou individuelles, soit, grosso modo, les xiie et xiiie siècles. Une explication plausible mais qui reste, là encore, à approfondir. Nous sommes mieux renseignés, par contre, sur la période « d’extinction » de notre mécanisme de relations matrimoniales qui correspond, justement, à la disparition définitive du système féodal. En 1853, A. Dupin, dans ses notes brèves mais pertinentes sur la communauté des Jault dans le Nivernais, souligne comment ses membres « s’entretiennent comme un corps politique, qui par subrogation doit durer toujours », et pratiquent, pour échapper à la main-morte et autres servitudes, mais aussi aux divisions héréditaires, le mariage par échange. Las, si « un mariage de cette espèce a été contracté, l’an dernier », à Gacogne, « les restes de ces anciennes mœurs sont rares », on n’en recueille et constate que « le dernier vestige » ; « le changement est général, il est à peu près universel »23. La même évolution se rencontre partout : en France, toutes les généalogies montrent un déclin plus ou moins rapide, suivant les régions et les contextes économiques et sociaux, des échanges de sœurs (et parallèlement des mariages doubles, deux frères avec deux sœurs) du dernier tiers du xviiie jusqu’à la fin du xixe siècle24. L’auteur indique quelques-unes des causes de ce reflux : la disparition des droits féodaux, le désir de partager (« Depuis la révolution on a voulu partager ») et d’avoir chacun sa maison, son jardin… « tout cela bien cultivé, bien soigné », l’attrait aussi de la ville, la possibilité de se déplacer sur de longues distances sans ponctuer son trajet d’alliances et de réciprocités. Les mariages par échanges de germains ne seront jamais, légalement, interdits ; simplement ils ne sont plus pratiqués.

22Une structure, une certaine logique de l’échange qui pendant des siècles s’est associée, incorporée à des contextes divers et changeants pour moduler les comportements des personnes, se meurt. Loin de rejeter la logique/structure au rang de produit ponctuel d’un contexte particulier, sa prise en compte comme élément fondamental participant des conduites, des stratégies individuelles et collectives, met en lumière les équivalences entre son propre fonctionnement et sa transformation, et donc les causes et les modalités des changements historiques.

Haut de page

Notes

1 Françoise Héritier, L’Exercice de la parenté, Paris, Gallimard/Le Seuil, « Hautes études », 1981.

2 Je me limite à la dernière contribution en renvoyant à la bibliographie citée : Gérard Delille, « La France profonde. Relations de parenté et alliances matrimoniales (xvie-xviiie siècle) », Annales HSS, n° 70/4, 2015, p. 881-927.

3 Le schéma a été élaboré à partir des dépouillements systématiques accessibles sur le site www.omegajet.net/notaires.php. Un très grand remerciement à tous les auteurs de ce travail considérable.

4 G. Delille, « La famiglia contadina nell’Italia moderna », in Pietro Bevilacqua (a cura di), Storia dell’agricoltura italiana in età contemporanea, II. Uomini e classi, Venezia, Marsilio, 1990, p. 507-534.

5 Germain-Antoine Guyot, Institutes féodales ou manuel des fiefs et censives, et droits en dépendants, Paris, Saugrain, 1753, p. 120.

6 Alain Guerreau, « Avant le marché, les marchés : en Europe, xiiie-xviiie siècle (note critique) », Annales HSS, n° 56/6, 2001, p. 1129-1175, ici p. 1146.

7 Philippe Gonod, « Petite histoire des mariages doubles dans le Val de Saône. De l’évolution des mentalités dans une société rurale face au mariage (xviie-xixe siècles) », Cahiers d’histoire, n° 41/3, 1996, p. 299-312.

8 Claude Lévi-Strauss, Les Structures élémentaires de la parenté, Paris, Éditions de l’EHESS, 2017 [1949].

9 Édouard Conte, « “Elles seront des sœurs pour nous”. Le mariage par permutation au Proche-Orient », Études rurales, n° 187, 2011, p. 157-199.

10 François Rageau et Eusèbe de Laurière, Glossaire du droit françois, t. 1, Paris, Jean Guignard, 1704, p. 397 sq.

11 Cette citation comme celles qui suivent sont tirée du Glossaire du droit français, op. cit., p. 398-400. Le Concile de Chalon précise surtout que les unions entre servi ne doivent pas être rompues, même si les conjoints appartiennent à deux maîtres différents. Le tournant par rapport au Concile de Verberie de 753 (la servitude rend le mariage nul. Un libre qui s’unit, sans le savoir, à une serve, peut s’en séparer et épouser une femme libre) apparaît fondamental ; le matrimonium entre servi prend la place du contubernium romain.

12 Dictionnaire historique de la Suisse, « Formariage », www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F16084.php.

13 En Auvergne, Amable Chassaigne, Les Communautés de famille en Auvergne, Paris, A. Rousseau, 1911, note la fréquence des mariages par échange accompagnés de subrogation.

14 Voir, parmi de nombreux autres travaux, André Iteanu, La Ronde des échanges : de la circulation aux valeurs chez les Orokaiva, Paris, Éditions de la MSH, 1983 ; Jean-Claude Muller, Parenté et mariage chez les Dil de l’Adamaoua (Nord-Cameroun), Nanterre, Société d’ethnologie, 2009 ; Véronique Pache Huber, Le Mariage de l’amour et de la raison : stratégies matrimoniales de la classe moyenne en Inde, Hambourg-Berlin-Vienne-Londres, Verlag, 2004. C’est pourquoi aussi certaines sociétés tendent à l’interdire ou le marginaliser. Dans le monde arabo-musulman, l’échange des sœurs est perçu négativement dans la mesure où il tend à casser les lignées patri-unilinéaires. Il représente aussi un frein à la polygamie dans la mesure où il implique une « restitution » des femmes reçues.

15 Anne-Marie Landès-Mallet, La Famille en Rouergue au Moyen âge : 1269-1345. Étude de la pratique notariale, Rouen, Université de Rouen, 1985, p. 134.

16 La référence est à Barthélémy de Chassenieux (v. 1480-v. 1541), auteur d’importants commentaires sur les coutumes de Bourgogne. Le texte est rapporté dans Encyclopédie méthodique. Jurisprudence, Paris, Panckoucke, Liège, Plomteux, t. 4, 1984, p. 580.

17 Par exemple Eduard Gans, Histoire du droit de succession en France, au moyen-âge (trad. L. de Lomélie), Paris, Mocquet-Challamel, 1845, notamment p. 143-144.

18 Encyclopédie méthodique. Jurisprudence, op. cit., p. 164.

19 Bernard Derouet, « La terre, la personne et le contrat : exploitation et associations familiales en Bourbonnais (xviie-xviiie siècles) », Revue d’histoire moderne & contemporaine, n° 50/2, 2003, p. 27-51.

20 Genlucie.free.fr, Rezay.

21 Bases généalogiques de la Manche, www.e-hubert.com/bases50, Cerisy-la-Forêt.

22 Sur les multiples facettes politiques et symboliques de cet épisode : Marie-Claude Canova-Green, « L’équivoque d’une célébration : les fêtes du mariage de Louis XIII et d’Anne d’Autriche à Bordeaux (1615) », Dix-septième siècle, n° 222, 2004, p. 3-34. Le mariage, destiné à recomposée la relation altérée entre la France et l’Espagne, émut toute l’Europe et divisa profondément la noblesse française.

23 André Dupin, Le Morvan. Topographie, agriculture, mœurs des habitants, état ancien, état actuel (…), Paris, Plon, 1853, p. 98-100.

24 Parallèlement, on assiste à une forte poussée de mariages dans la consanguinité proche (2e ou 3e degré) ou très proche (once/nièce) et à la réapparition de cas de lévirat et de sororat.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1. Mariage entre un neveu et une nièce des conjoints d’une première union
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8613/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Schéma 2. Mariage avec un allié d’allié de collatéral (échange généralisé sur un même niveau générationnel)
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8613/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Schéma 3. Échange généralisé sur deux niveaux générationnels
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8613/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Schéma 4. Mariage oblique entre un neveu et une sœur (ou une nièce avec un frère) des conjoints d’une première union
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8613/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Schéma 5. Mariage intergénérationnel entre le neveu et la petite cousine (ou la nièce et le petit-cousin) des conjoints d’une première union
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8613/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Schéma 6. Mariage intergénérationnel avec un allié d’allié
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8613/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Schéma 7. Parentés, alliances et ventes/achats de biens à Bellange-Haboudange (Moselle), deuxième moitié du xviie siècle3
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8613/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Delille, « Logique générale de l’échange, stratégies de l’alliance et changement historique », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 19 Bis | 2018, mis en ligne le 25 juin 2018, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/acrh/8613 ; DOI : 10.4000/acrh.8613

Haut de page

Auteur

Gérard Delille

Gérard Delille a été membre puis Directeur des Études à l’École Française de Rome. Il a ensuite recouvert les fonctions de Directeur de Recherches au CNRS et de Professeur à l’Institut Universitaire Européen de Florence. Ses recherches ont porté sur les systèmes de parenté, d’abord en Italie du Sud, puis en France et en Europe. Parmi ses publications, outre de nombreux articles (en particulier dans les Annales ESC –HSS) :
- Croissance d'une société rurale. Montesarchio et la Vallée Caudine aux xviie et xviiie siècles, Naples, 1973, 281 p. + 100 tab. Rééd., Roma, Laterza, 2014.
- Famille et propriété dans le Royaume de Naples (xve-xixe siècles), Rome-Paris, 1985, 482 p., Trad. italienne : Famiglia e proprietà nel Regno di Napoli, Torino, 1989.
- Le Maire et le prieur. Pouvoir central et pouvoir local en Méditerranée occidentale (xve-xviiie siècle), Paris-Rome, éd. de l’EHESS, éd. de l’EFR, 2003, 423 p. (traduction italienne, 2011).
- L’Economia di Dio. Famiglia e mercato tra cristianesimo ebraismo, Islam, Roma, Salerno Editrice, 2013. Trad. Française, L’économie de Dieu, Paris, Les Belles Lettres, 2015 ; Trad. espagnole, Madrid, Polifemo, 2017.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals