Navigation – Plan du site

Le trop proche ? Mariages dans le nom du père à Paris aux xvie et xviie siècles

Robert Descimon

Résumés

Il arrivait que les Parisiens se mariassent avec un parent homonyme aux xvie et xviie siècles. Ces alliances ne semblent pas être un tabou, elles participaient sans doute aux bouclages et ré-enchaînements qui constituaient une des composantes de la parenté moderne. L'article analyse le contexte d'un certain nombre de ces alliances dans le nom paternel pour présenter l'hypothèse qu'elles sont, comme les fidéicommis, des tentatives pour concentrer les éléments constitutifs des lignages (biens et dignités) dont la fragilité était plus ressentie dans un contexte de crise de la transmission de la domination sociale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gérard Delille, « La France profonde. Relations de parenté et alliances matrimoniales (xvie-xviiie  (...)
  • 2 Archives Nationales (désormais AN), Minutier central des notaires parisiens (désormais MC), III 482 (...)
  • 3 Françoise Héritier, L’Exercice de la parenté, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1981, p. 170. Argument voi (...)
  • 4 Élie Haddad, « Deux modèles récents de la parenté à l’épreuve de la noblesse française d’Ancien Rég (...)

1Dans une étude récente, Gérard Delille conclut son raisonnement en ces termes : « L’exclusion des parentés masculines de côté paternel et de côté maternel apparaît donc comme un précepte rigoureusement respecté, le premier axe fondamental autour duquel, par évitement de groupes agnatiques et/ou orientation des ré-enchaînements vers d’autres groupes alliés, s’organisent les mariages »1. C’est la nature de cet interdit que cet article essaie de cerner à partir de l’analyse de cas où il est enfreint. On s’arrêtera donc aux alliances entre homonymes portant le même nom dans le cas, qui n’est d’ailleurs pas général2, où la parenté de ces époux est attestée. Les alliances dans le nom du père n’apparaissent pas si exceptionnelles que cela, même si elles sont rares pour d’évidentes raisons statistiques. Dans le cadre d’un système de parenté où les « échanges entre lignées alternées » constituent la règle, la question est de savoir quel sens donner à l’évitement des agnats paternels. Françoise Héritier rappelait que les variantes « ne lèsent pas gravement la structure d’ensemble mais l’aménagent, car il n’y a pas de sociétés qui ne prévoient ni ne tolèrent d’aménagements ou de compromis avec leurs propres règles »3. La réponse hypothétique ici présentée est que l’alliance dans le nom du père représente une solution correspondant à des situations particulières dans le cadre du « système européen de l’alliance ». Autrement dit, notre hypothèse est que les alliances dans le nom du père, même si elles sont l’objet de réticences, ne sont pas des tabous et qu’elles peuvent rentrer dans l’écheveau des bouclages et ré-enchaînements qui constituent une des composantes fondamentales de la parenté moderne. Mais d’autres hypothèses paraissent tout aussi valides. Nous partageons l’idée soutenue par Élie Haddad que « les logiques de l’alliance et de la parenté ne peuvent s’appréhender de manière autonome par rapport aux structures de la reproduction sociale »4. Mais sans doute aussi les structures de la reproduction sociale ne peuvent-elles s’appréhender, dans les temps d’autrefois, que dans les logiques de l’alliance et de la parenté.

Des alliances comme si de rien n’était

  • 5 MC, CVIII 59, f° 65, 11 février 1619. Marie Viole fut bientôt veuve et se remaria devant le même no (...)
  • 6 Robert Descimon, « Un patricien parisien à l’évêché : Guillaume Viole (?-1568) », in Isabelle Backo (...)

2Prenons trois exemples datant de la première moitié du xviie siècle. En 1619, Adrien Viole, conseiller au Grand Conseil, fils du défunt maître des requêtes de l’Hôtel Nicolas Viole, seigneur d’Ozereau, épousait Marie Viole, fille de Claude, maître des Comptes5. La parenté masculine entre les deux mariés était en réalité très lointaine malgré leur homonymie. De fait, il n’est pas question de dispense de mariage ; au 8e degré (romain), elle n’était pas nécessaire. Pourtant les Viole formaient un lignage conscient de lui-même, l’une de ces « maisons » patriciennes qui dominaient la Ville6.

  • 7 MC, XLV 147, 15 juillet 1618, contrat de mariage.
  • 8 MC, LXVIII 12, f° 140, 16 août 1551, contrat de mariage d’Arnoul Lecourt, avocat au parlement, fils (...)
  • 9 MC, LXXXVII 429, 10 décembre 1612, inventaire après décès de Louis Lecourt, veuf d’Anne Abraham. LX (...)

3En 1618, François Lecourt, avocat au parlement et au conseil privé, en attente de succéder à l’office de substitut du procureur général au parlement de Paris de son père Charles Lecourt, épousa Marguerite Lecourt, la fille de son grand-oncle, sa cousine au 5e degré7. Le contrat de mariage ne mentionne pas de dispense de parenté obtenue auprès du pape ou de l’évêque de Paris, mais le plus souvent les dispenses ne sont signalées que dans les inventaires après décès et il convient de rappeler qu’elles constituaient une démarche longue et coûteuse. Les actes notariés, qui permettent de reconstituer avec précision la trajectoire de ce lignage en légère descension sociale, ne signalent rien de remarquable8. Tout juste peut-on invoquer la situation économique fragilisée qui semble caractériser la descendance de Louis Lecourt, secrétaire du roi et secrétaire de la reine Marguerite (la fille de Catherine de Médicis et première épouse du futur roi Henri IV)9. Or il est à noter que les Lecourt pratiquaient, comme les autres notables parisiens, une politique matrimoniale de bouclages denses au sein de leur parentèle. L’alliance dans le nom du père leur paraissait-elle un ré-enchaînement comme un autre ? En tout cas, elle ne semble pas manifester une perturbation quelconque. Mais les archives notariales ne disent pas tout.

  • 10 MC, LXVI 91, 6 septembre 1641, enregistrement des conventions matrimoniales.

4En 1641, les conventions matrimoniales de Simon Chevalier et d’Anne Chevalier sont enregistrées chez le notaire de la famille10. Ces conventions avaient été réglées par un vieux conseiller clerc au parlement actant un compromis entre les intéressés. Il s’agit là encore d’une union oblique au cinquième degré entre une fille dont le père, fils aîné, était le cousin germain du marié, issu d’un puîné.

Figure 2. Chevalier

Figure 2. Chevalier
  • 11 Les généalogies Chevalier, par exemple http://racineshistoire.free.fr/LGE (©Étienne Pattou, 2010, m (...)
  • 12 MC, LXVI 164, 7 août 1656, inventaire après décès de Nicolas 2 Chevalier. BNF, Pièces originales 74 (...)
  • 13 MC, LI 91, 20 avril 1629, Nicolas 3 vend son office de conseiller au parlement ; MC, XXI 114, n° 21 (...)
  • 14 Archives départementales de Seine-et-Marne, E 64, sur la seigneurie de Monthyon et E 66, la seigneu (...)
  • 15 MC, LXVI 164 (inventaire après décès de Nicolas Chevalier, titre 26), en 1645, après la mort de Fra (...)
  • 16 MC, LXVI 133, 15 juillet 1656, vente de l’office de Nicolas Chevalier, avec des augmentations de ga (...)
  • 17 MC, LXXV 63, 2 juillet 1647 (inventaire Marcel), titre 11, Lecaron et Gallois, 9 avril 1643, vente (...)

5Il n’est en fait pas possible de reconstituer la famille Chevalier au-delà du père de la fratrie ici considérée11. Ce père, Nicolas 1 Chevalier était devenu conseiller au parlement en 1573 après avoir été conseiller à la cour des Aides. Deux des fils de ce magistrat, Jacques et Nicolas, (en 1641, respectivement, défunt grand-père de la mariée et père du marié) étaient aussi conseillers au parlement, l’aîné reçu en 1596, le second en 1602 (il était déjà marié avec Françoise Boivin)12. Anne Chevalier, la mariée, âgée de seize ans environ en l’année 1641, avait donc pour père, Nicolas 3 (pour numéroter dans cette seule lignée), fils de Jacques, et elle était la fille unique d’Anne Bouette, la première épouse de Nicolas 3. Les droits qu’elle apportait en dot n’étaient pas spécifiés et ils devaient venir de sa mère, son père connaissant une situation financière incertaine. Nicolas 2 Chevalier et sa femme, père et mère de Simon, le marié, lui donnaient 36 000 livres. Les conventions matrimoniales étaient signées alors que les jeunes époux étaient déjà unis et demeuraient ensemble. Le mariage n’avait manifestement pas été voulu par la famille qui, semble-t-il, s’était accommodée du fait accompli par la jeune génération, sans doute pour couvrir la réputation de la fille. Apparemment, Simon Chevalier ne se pourvut pas d’un « état » ; il se dit « baron de Monthyon », une seigneurie sise au sud de Saint-Soupplets et à l’est de Dammartin-en-Goële, qui était la propriété de sa femme, héritière de son père Nicolas 3 ; en effet, ce dernier, quand il avait vendu son office de conseiller au parlement dès 1629 avec un beau bénéfice, avait racheté à son frère cadet ses droits sur la seigneurie de Monthyon qui leur venait de leur mère, Madeleine Lebossu, première femme du conseiller Jacques Chevalier. Simon avait-il ainsi renoncé à la robe pour une noblesse seigneuriale13 ? Simon et Anne héritèrent de Monthyon, mais ils se séparèrent de biens14. La situation de la lignée issue du mariage de Nicolas 2 et d’Anne Boivin était compliquée. Le frère aîné de Simon, Jacques, était écuyer et seigneur (de pas grand-chose), rentier, il ne prit apparemment jamais aucun état ; un autre frère, le benjamin, s’était fait ou avait été fait moine augustin, leur sœur avait épousé un trésorier de France à Paris bien apparenté. Cette branche des Chevalier ne possédait aucune seigneurie (avant que Monthyon ne vienne à Simon par son mariage avec sa cousine), ce qui ne voulait pas dire qu’elle était pauvre : le doyen du parlement Nicolas 2 Chevalier avait investi constamment dans des immeubles parisiens, dont le revenu était bon. Il laissait à sa mort près de 75 000 livres tournois en numéraire. Sans doute avait-il manqué de moyens et d’imagination pour établir sa trop nombreuse progéniture masculine15, étant donné l’énorme immobilisation en capital que représentait son office de conseiller au parlement, que récupéra in extremis son fils benjamin16, Louis, lequel avait été éphémèrement conseiller au parlement de Metz17. Bref, Simon Chevalier, devenu « baron » en épousant sa cousine Anne, avait conclu une bonne affaire, Louis tira son épingle du jeu, mais l’aîné Jacques paraît avoir été sacrifié.

  • 18 MC, LXVI 173, 12 et 15 octobre 1661, contrat de mariage (dot : 42 000 livres, lui apportait 84 000 (...)
  • 19 MC, LI 553, plusieurs actes de juillet à septembre 1661 ; les rentes cédées en échange semblent mon (...)
  • 20 MC, LXVI 173, 13 octobre 1661, recollement de l’inventaire d’Élisabeth Aguenin le Duc, titre 2, 17  (...)
  • 21 Elle épousa peu après Charles de Franceschi, sieur de Rougemont. La seigneurie de Monthyon semble ê (...)

6Cette analyse risque bien d’être superficielle. Les deux frères, les conseillers au parlement Jacques et Nicolas Chevalier appartenaient à une fratrie qui comportait deux fille, mariées à un audiencier de Rouen et à un conseiller au parlement de Normandie, dont on n’entend plus parler par la suite, et deux autres garçons, Simon, qui fit carrière à la chambre des Comptes, et un financier, Antoine, contrôleur général de l’extraordinaire des guerres et de la cavalerie légère, qui, avec sa femme, Marie Fraguier issue d’une famille de magistrats, avait réalisé une fortune considérable. La famille Chevalier avait la tradition de « ré-enchaîner » activement ses alliances avec un certain nombre de lignages proches. Mais les lignées semblaient avoir pris leur indépendance (peut-être à la suite du mariage forcé de 1641) comme le suggère l’étude des témoins aux divers contrats de mariage, puisque, après les années 1630, les membres des différentes branches ne se conviaient pas à donner leur « avis et consentement » aux alliances de leurs cousins (cette observation n’est toutefois pas confirmée par la circulation des prénoms au sein du lignage). Or, surprise, Anne 2, fille de Simon Chevalier et d’Anne 1 Chevalier, épousa en 1661 le fils aîné d’Antoine Chevalier et de Marie Fraguier, son cousin au 5e degré maternel ou 6e degré paternel, qui se nommait Jacques Chevalier, seigneur du Coudray, et était veuf d’Élisabeth Haguenin le Duc18. Nouvelle alliance dans le nom du père (et de la mère pour la future) qui se place dans un contexte bien particulier : les Chevalier du Coudray avaient dû faire face à une brusque ruine, et avaient vendu la seigneurie du Coudray sur Seine qu’ils avaient acquise des Tronson en 164319, ainsi que leurs maisons parisiennes20. Les affaires de Simon Chevalier, le baron de Monthyon dont il a été question, n’étaient pas non plus florissantes. Ce mariage dans le nom visait sans doute à conforter la possession de la baronnie de Monthyon dans le lignage, puisque Simon et Anne 1, décédée avant 1661, n’avaient pas eu de fils. Toutefois le contrat de mariage mentionnait Françoise Chevalier, sœur aînée d’Anne 2, pour dire qu’elle ne serait pas avantagée lors de son mariage, ce qui sous-entendait qu’elle ne serait pas non plus désavantagée dans l’attribution de la baronnie de Monthyon21.

  • 22 Ces conflits ne semblent pas inexpiables, mais ils étaient durables. On en prendra pour indice le s (...)

7L’histoire des Chevalier au xviie siècle mériterait une étude approfondie. Le constat que deux unions dans le nom paternel eurent lieu à vingt ans de distance au sein d’un lignage où les lignées homonymes semblent fortement segmentées et agitées par un certain nombre de conflits22, plaide pour une permissivité de la société parisienne quant à ce genre particulier de bouclages consanguins. Encore faudrait-il comprendre à quelles tactiques d’alliance et de transmission répondrait ce type d’union selon des hypothèses plus précises que celles qui viennent d’être suggérées.

8Deux cas de figures semblent en effet avoir correspondu aux alliances dans le nom du père, selon des modalités que l’on va maintenant essayer d’observer.

Réparer l’honneur compromis, mais non pas perdu

  • 23 MC, XXXIII 49, f° 136, 19 juin 1564.
  • 24 MC, LXXIII 30, 19 juin 1564.
  • 25 MC, XXXIII 49, f° 199, 13 août 1564. Le douaire montait à 1 200 livres en une fois et le préciput à (...)
  • 26 MC, XXXIII 49, f° 200, 13 août 1564, accord sur la donation faite par Jean Gobelin l’aîné à Blanche (...)

9L’exemple de Blanche Gobelin et de Philibert Gobelin le jeune dévoile une première pratique passablement heurtée. On est ici dans le milieu des grands teinturiers en écarlate du faubourg Saint-Marcel au moment où commençait leur déclin dans la seconde moitié du xvie siècle. Philibert le jeune était fils du patriarche, Jean Gobelin l’aîné. Blanche était sa cousine germaine, fille de Philibert Gobelin l’aîné et de Marie Augrain, sa femme ; Philibert l’aîné était le frère cadet de Jean l’aîné et sans doute le parrain de Philibert le jeune. Les deux jeunes gens, cousins germains, avaient échangé des promesses de mariage (et probablement consommé leur relation charnelle). Il s’en était suivi un procès en cour d’Église. Ils renoncent en raison de leur proche parenté « qui est de cousin au trois et quatriesme degré d’entre elle et luy » et se donnent une quittance réciproque, d’autant que leur promesse de mariage a entraîné, en raison de son antériorité, la rupture des fiançailles de Blanche avec un certain Étienne Hamel, écuyer de la reine d’Écosse23. Le même jour, mais devant un autre notaire, Jean Gobelin l’aîné donnait à Blanche Gobelin, sa nièce, la moitié de la maison de « l’Écu de France » (une teinturerie, mais passablement ruinée) au faubourg Saint-Marcel et 3 000 livres en argent comptant24. Au mois d’août 1564, Philibert Gobelin l’aîné et Marie Augrain, marient leur fille Blanche avec un marchand drapier et maître chaussetier, Pierre Coustin. Ils lui donnent 1 200 livres le jour du mariage, promettent 600 livres à Pâques prochain et 100 livre de rente (soit 1 200 livres au denier 12), sans compter 500 livres en bijoux et joyaux25. Une transaction simultanée montre que la dot de Blanche a été payée par Jean Gobelin l’aîné, son oncle, le père de son ancien fiancé26. Blanche Gobelin qui avait mené une politique matrimoniale active n’avait pas vu ses souhaits exaucés. Pierre Coustin était un parti presque homogame, mais, après la rupture de sa liaison avec son cousin, elle avait espéré mieux avec l’écuyer de Marie Stuart. L’oncle paie la dot comme une compensation, soulageant ainsi son frère (et associé) qui n’était pourtant pas pauvre. On ne peut écarter l’idée que l’honneur de Blanche Gobelin avait été compromis par son aventure avec son cousin, d’autant que la procédure devant l’official était publique.

  • 27 Deux cas, en 1582, celui de la fille aînée du président Brisson qui avait eu une liaison avec Merry (...)

10Le cas des filles dont la réputation était entachée donnait souvent lieu à des arrangements de ce type sanctionnés par des unions hypogamiques qui les condamnaient à une relative déchéance sociale, voire à une vie peu aisée27.

  • 28 MC, LXXIII 311, à la date. Sa mère promettait à la future 30 000 livres tournois en deniers comptan (...)
  • 29 R. Descimon, « La réconciliation des Hotman protestants et catholiques (des années 1580 aux années (...)

11Les familles n’en venaient pas facilement à de telles solutions extrêmes qui entamaient leur capital d’honneur. On étudiera un exemple bien documenté parce qu’on peut confronter, d’une part, le récit conté par un roman à succès et, d’autre part, les actes notariés. Le 20 décembre 1626, Philippe Hotman, un des derniers des fils du défunt François Hotman, ancien trésorier de l’Épargne et ambassadeur ès Ligues suisses et grisonnes, épousa Catherine Hotman, fille unique de défunt Pierre Hotman, conseiller au Châtelet, et de Catherine Champin28. La parenté entre les mariés était au 8e degré et l’ancêtre commun avait vécu à la fin du xve siècle. Les relations étaient cependant denses au sein du lignage des Hotman, dont François Hotman, le trésorier de l’Épargne, avait été le chef durant le règne d’Henri IV29. Tous les Hotman catholiques signaient au contrat. La famille connaissait un déclin social relatif.

  • 30 André Mareschal, La Chrysolite ou le secret des romans, Paris, Nicolas et Jean de La Coste, 1634 (1 (...)
  • 31 Ibid., p. 613 et 604. Sénateur dans la langue de La Chrysolite signifie conseiller au parlement.

12Mais le pallier où se trouvait la lignée de Pierre Hotman n’est pas l’explication du mariage homonyme. Les aventures de Catherine Hotman ont été en effet racontées en large et en travers dans un roman dont les clefs sont aussi répandues que les exemplaires du livre30. Son ancien fiancé était le conseiller au parlement Charles du Tronchay qui est censé avoir entretenu une liaison amoureuse, mais tumultueuse, durant plus de cinq ans avec Catherine Hotman. Il est expliqué que les négociations du mariage avaient fini par échouer en raison des exigences des parents maternels de Catherine Hotman après la mort du père de cette dernière. Quand elle chercha un parti ailleurs (un autre conseiller au parlement originaire d’Anjou, François Bitault), Du Tronchay aurait tout fait pour la perdre de réputation (dans le roman, il insiste sur leur intimité et s’étonne qu’elle n’ait pas été enceinte !) ; il est présenté comme jouant de ses relations plus ou moins amicales avec les prétendants pour les écarter, n’hésitant pas à recourir au chantage. Selon, le roman, il put ainsi se flatter de ce que son ancienne fiancée se trouva « hors d’espoir d’avoir jamais pretentions sur un Sénateur, voir que tous luy eschappaient si honteusement » et qu’elle en était réduite « à se contenter de quelque cadet de maison moins riche de crédit encore que de bien »31.

  • 32 MC, VI 520, 9 décembre 1662, inventaire après décès de Charles du Tronchay, titre 1, contrat de mar (...)

13Du Tronchay était provincial et l’union avec Catherine Hotman aurait été pour lui exogamique (il n’avait que peu d’attaches à Paris), mais aussi hypogamique (conseiller au parlement depuis 1621, il aurait épousé la fille d’un conseiller au Châtelet, il est vrai héritière et bien apparentée). Le père de Charles ne se montrait guère favorable à cette alliance et Charles lui-même finit sans doute par se rendre aux arguments paternels quand il épousa au Mans, en 1628, Louise Leboultz32. Ce mariage de 1628, outre qu’il offrait des conditions économiques très favorables, rentrait dans le jeu systémique des ré-enchaînements d’alliance que les Leboultz et les Du Tronchay pratiquaient activement.

  • 33 Ibid., titre n° 109, transaction (de Saint Jean et de Troyes, 3 février 1655) passée à la requête d (...)
  • 34 MC, VI 520, 9 décembre 1662, inventaire cité.
  • 35 MC, CX 144, 5 juin 1662, contrat de mariage de Pierre de Girois avec Marie du Tronchay. Le père don (...)

14Les amoureux de Chrysolite seront contents d’apprendre que le mariage de Charles du Tronchay et de Louise Leboultz ne fut pas une réussite. Lorsque Charles du Tronchay mourut en 1662, sa femme n’habitait pas avec lui et ils avaient conclu ensemble une transaction qui contraignait l’époux à verser à l’épouse 5 000 livres par an sans que le couple ait été séparé de biens33. Le testament de Du Tronchay34 ne citait pas le nom de son épouse et il désignait comme donataire universel de tous ses biens meubles et immeubles, autant que la coutume le permettait, son fils cadet, Louis, prêtre, déshéritant de fait son aîné et sa fille que la mère et lui venaient de marier au rabais quelques mois auparavant35.

15Mais revenons à Catherine Hotman. Elle avait été victime d’un accident matrimonial assez fréquent qui s’était trouvé aggravé par le caractère vindicatif de son prétendant, si l’on en croit le roman. Telle est certainement la raison de son mariage dans le nom de son père. Le cas est assez semblable à celui de Blanche Gobelin. S’il est permis de généraliser, on peut présenter l’hypothèse que ce genre de mariage correspondait à la nécessité de resserrer les rangs lignagers alors que l’honneur familial pouvait être menacé. Cela supposait que le lignage était conçu comme une entité collective dont les membres devaient être solidaires pour préserver ce qu’ils avaient en commun, les biens mais aussi l’« honneur ». Ces exemples ne vont donc pas à l’encontre de la thèse avancée par G. Delille. Ils s’y intègrent comme un recours normal qui permet de sauvegarder les capitaux symboliques et matériels.

Concentrer les capitaux identitaires

Hennequin au xvie siècle

  • 36 MC, VI 41, 7 août 1569. La dot montait à 15 000 livres (dont un tiers resterait propre à la future) (...)
  • 37 MC, LXXXVII 56, 20 septembre 1585. La dot atteignait la somme énorme de 50 000 livres, le douaire é (...)
  • 38 Satyre Ménippée. De la vertu du Catholicon d’Espagne et de la tenue des Estats de Paris, éd. critiq (...)

16L’alliance entre le président des Enquêtes du parlement de Paris Antoine Hennequin, et la fille du secrétaire du roi Nicolas Hennequin l’aîné, sieur du Perray36, et celle qui unit la fille du défunt président à mortier Pierre Hennequin, sieur de Boinville, et le fils du même Nicolas Hennequin, secrétaire, resserrent les liens entre deux branches parisiennes de ce puissant lignage d’origine troyenne37. Cela faisait dire à l’un des auteurs de la Satyre Ménippée que les Hennequin, comme les Habsbourgs et les Juifs, « ne se marient qu’en leur famille et s’entretiennent par le cul l’un l’autre comme hannequins ou hannetons »38. Cette notation suffit à prouver qu’un tel comportement lignager était critiqué et constituait un argument pour les ennemis de la Ligue dans laquelle la famille Hennequin avait été profondément engagée. Ces alliances n’en existaient pas moins. Elles sont conclues au 7e et 8e degrés en comput romain, si bien qu’elles ne requéraient pas de dispense et, du point de vue soutenu par Gérard Delille, on pourrait dire que les diverses branches désignées par le nom plus ou moins stable de leurs seigneuries, constituaient des familles différentes, même si la conscience lignagère restait forte. En tout cas, on aboutit au schéma suivant en ligne patrilinéaire.

Figure 3. Hennequin

Figure 3. Hennequin

17Ne peut-on faire l’hypothèse que l’alliance endogame (y compris les alliances paternelles homonymes, parallèles et non croisées) était parfois partie intégrante d’une stratégie offensive, un modèle bien différent que celui que laissent apparaître les unions défensives destinées à protéger l’honneur familial ?

Assurer l’intégration lignagère entre provinces et Paris

  • 39 Sur toutes ces questions, Michel Nassiet, « Nom et blason. Un discours de la filiation et de l’alli (...)
  • 40 Françoise Héritier, L’Exercice de la parenté, op. cit., p. 175-177.

18Certains mariages dans le nom semblent avoir été mûrement réfléchis et préparés. Il s’agissait alors de projets patrilignagers donnant priorité aux porteurs du nom, parfois sans négliger les perspectives de son extension par substitution des noms et armes39. Les acteurs de ces dispositifs semblent avoir souvent été des oncles célibataires ou sans enfant, dont l’origine était provinciale et c’est peut-être là la clef de projets qui supposaient le prestige d’une réussite parisienne et l’autorité de chefs de lignage dépourvus de la capacité à transmettre en ligne directe (en somme des hommes du lignage, mais sans lignée). L’intégration de provinciaux au sein des classes dominant la capitale apparaît comme un processus nécessaire à la consolidation du royaume et comme une aventure individuelle qui procurait de grands avantages, mais avait aussi un coût social et sans doute psychologique. Cette contribution traitera rapidement l’exemple des Forestz, venus de Basse-Auvergne, et des Hillerin, lignage assez puissant issu du Bas-Poitou, dont certains membres connurent une réussite très notable à Paris. L’alliance dans le nom semble dans ces cas correspondre à un schéma de transmission népotique (mais parallèle et non croisée40) qui venait contourner les contraintes de la transmission en ligne directe imposée par la théorie de l’anoblissement graduel sur trois générations. Encore que la question ne soit pas celle de la noblesse dans laquelle la collectivité des officiers royaux savait pénétrer par des voies diverses. Le sens anthropologique de ces comportements reste sujet à discussion.

Les Forestz

  • 41 Mathieu Da Vinha, Les Valets de chambre de Louis XIV, Paris, Perrin, 2004, p. 140, p. 159 (Forestz (...)
  • 42 Martine Bennini, Les Conseillers à la Cour des aides (1604-1697). Étude sociale, Paris, Champion, 2 (...)
  • 43 MC, XLI 232, 3 janvier 1665, contrat de mariage de Denis Feydeau, seigneur de Vaugien, correcteur d (...)
  • 44 MC, XCVI 109, 10 août 1677, contrat de mariage de Nicolas Louis Bourlon et d’Anne Forestz. La dot é (...)
  • 45 MC, XCVI 107, 29 mars 1677, transaction avec la sœur utérine de Pierre de Forestz. Le testament de (...)
  • 46 MC, CXIII 34, 28 janvier 1654, contrat de mariage de Gilles Dumaitz et d’Antoinette Faure.

19Les Forestz ou Forest prirent leur établissement à Paris par un personnage à l’identité sociale plurielle qui était valet de la garde-robe, puis premier valet de chambre du roi et ensuite maître d’hôtel du roi, mais aussi financier41. Ce personnage se nommait Pierre (de) Forestz et il est désigné ordinairement, sur la fin de sa vie, comme seigneur d’Orgemont, maître d’hôtel du roi et son premier valet de chambre. En 1641, Pierre Forestz avait marié son neveu Jean de Forestz, lequel devint conseiller à la cour des Aides en 1651, avec Jeanne Forestz, une autre nièce, ils étaient tous deux natifs de Maringues près de la rivière Allier en Limagne, pays d’origine des Forestz42. Les Forestz de Maringues semblent avoir été marchands. Le mariage de Jean et Jeanne Forestz donna naissance à une descendance qui connut une réussite sociale certaine : Pierre, le fils aîné, devint conseiller au parlement ; une fille épousa Denis Feydeau, correcteur des comptes, et reçut de son grand-oncle une dot de 100 000 livres, réservés en outre tous ses droits sur les successions à venir de ses père et mère43 ; une autre fille se maria avec Nicolas Louis Bourlon, maître des comptes44... Pierre Forestz avait fait de son neveu, le conseiller à la cour des Aides, son légataire universel, réduisant l’héritage de ses autres collatéraux45. Cependant il semble qu’il ait transmis son office de trésorier des menus plaisirs au neveu de la femme de son frère Étienne (le père de Jeanne) ; et, en 1654, il maria sa nièce Antoinette Faure, fille du second lit de la mère des trois frères Forestz, à Gilles Dumaitz, conseiller au parlement46. La transmission népotique à l’intérieur du même patronyme n’était pas exclusive du fonctionnement d’un front de parenté efficace dans la promotion des cousins et cousines issus des lignes féminines : si Pierre fit de son neveu homonyme un conseiller à la cour des Aides, il fit de sa nièce utérine l’épouse d’un conseiller au parlement, ce qui était encore mieux. Le trait le plus marquant de l’entreprise de Pierre Forestz, un vrai patriarche, dont on ne sait pourquoi il resta célibataire alors qu’il avait accumulé une fortune respectable, est l’horizon de succès dans lequel elle s’inscrivit. Une exception dans cette période qui fut dure pour la robe parisienne…

Figure 4. Pierre de Forestz, ses neveux et alliés

Figure 4. Pierre de Forestz, ses neveux et alliés

Les Hillerin du Poitou et de Paris

  • 47 Cette solution est justifiée dans la mesure où elle est retenue par Jean 1 de Hillerin : MC, LXXIII (...)
  • 48 On peut s’appuyer sur deux excellentes études d’érudits : Charles-Auguste Auber (abbé), « Jacques d (...)
  • 49 AN, Y 142 f° 112 v°, 12 juin 1603, donation mutuelle entre Jean 1 de Hillerin et Marie Maudurier (o (...)
  • 50 Ces activités semblent discrètes : Jean 1 de Hillerin avant de devenir trésorier de France à Poitie (...)
  • 51 L'intendant Jacques-Honoré Barentin en 1667 fit condamner « roturiers » toute une série de Hillerin (...)

20L’expérience des Hillerin fut à la fois plus complexe et moins heureuse. Cette famille était connue depuis le xvie siècle en Bas-Poitou et en Anjou, l’ancêtre aurait été avocat du roi à Fontenay-le-Comte. Ce développement ne remontera pas plus haut que les père et mère de la fratrie ici étudiée, des écuyers seigneurs qui n’occupaient apparemment pas d’office47. Les légendes chevaleresques qui ont cours dans cette famille jusqu’au xxe siècle n’ont pas d’apparence, mais les Hillerin n’en étaient pas moins des seigneurs notables sur une aire géographique assez vaste aux confins du Poitou et de l’Anjou48. Sans doute avaient-ils fait leur fortune au service des ducs de Brissac49. Au xviie siècle, ces propriétaires fonciers ne négligeaient ni l’exercice d’offices royaux ni la gestion des droits du roi50. Leur noblesse qui, à leurs yeux, ne faisait pas de doute était constamment contestée en Poitou51.

Figure 5. Généalogie de Hillerin

Figure 5. Généalogie de Hillerin
  • 52 Jacques de Hillerin, Le Chariot chrestien à quatre roues menant au salut…, Paris, Jean Hénaut, 1652 (...)
  • 53 MC, XCVIII 275, 17 février 1681, inventaire après décès de Jean de Hillerin, conseiller au parlemen (...)
  • 54 Veuve d’un auditeur des comptes et fille d’un secrétaire du roi et de la cour de parlement, lui-mêm (...)

21Les Hillerin gagnèrent Paris en deux vagues et y connurent une réussite étonnante, au point qu’une rue porta leur nom à Saint-Germain des Prés jusqu’au xixe siècle. Le pionnier semble avoir été le second fils : Jacques 1 (1573-1664), après des études à Angers et à Poitiers durant les guerres de la Ligue, céda à la fascination qu’il éprouvait pour le Barreau du parlement et pour la dignité sacerdotale. Avocat, il fut d’abord logé chez un procureur, comme tous les jeunes juristes en mal d’ascension parisienne ; il reçut l’ordre de prêtrise et acheta en 1613 un office de conseiller clerc au parlement de Paris ; il fut aussi chanoine de Notre-Dame. Quoique non ligueur, il était mu par un catholicisme particulièrement militant52. Au sein de la première génération, la volonté de rompre avec le Poitou semble s’être affirmée tardivement mais avec force chez Jean 1 de Hillerin (1570-1649), le frère aîné de Jacques 1, qui vendit en 1631 à son frère cadet, Jacques 2, son office de trésorier de France à Poitiers et tous les biens propres qu’il possédait dans la région53. Il prévoyait d’acheter avec le produit de cette cession un office de maître des comptes à Paris ou de réaliser un investissement immobilier et c’est cette dernière opportunité qui se réalisa. Ce Jean 1 de Hillerin se maria au moins deux fois (sa première femme Marie Maudurier était poitevine, la seconde Hélène de Hévez parisienne54), mais il ne laissa aucun enfant. Comme on le verra, il semble être passé, peut-être à la suite de son second mariage, d’un projet népotique, qui favorisait son neveu maternel, à une conception patrilignagère intransigeante. À leur suite, c’est tout un front de parenté qui se tailla dans la capitale une place enviable.

  • 55 Sur Charles Hillerin, un proche de l’abbé de Saint-Cyran et de monsieur Singlin, voir Constant Balo (...)
  • 56 Cette remarque concerne aussi bien l’impressionnant complexe immobilier qu’ils firent construire à (...)

22La seconde génération parisienne est représentée par plusieurs personnages notables : Charles 2, curé de l’église Saint-Merry (de 1631 à 1644), venu de Poitou, qui jouissait d’une « belle fortune personnelle et menait presque le train de maison d’un grand seigneur »55 ; Jean 3, chanoine de la cathédrale Notre-Dame, demi-frère du précédent ; Pierre, le benjamin de la fratrie issue d’Henri de Hillerin : maître d’hôtel du roi, comme son oncle Jean 1, puis capitaine du vol du faucon en la Grande Vénerie. Jacques 1 reste le personnage clef dans la mesure où il se comporta en chef de lignage et en prescripteur ; mais il agissait toujours de concert avec son frère Jean 1, tant que ce dernier vécut56.

  • 57 MC, LXXIII 400, n° 558, 20 novembre 1649. Dans l’inventaire après décès de Marie Angélique Hillerin (...)
  • 58 MC, LXXIII 402, 4 avril 1650, référence à la vente de son office de conseiller au Châtelet par Jean (...)
  • 59 MC, LXXIII 390, n° 673, 20 novembre 1647, délaissement à Jean Hillerin de l’office de conseiller la (...)
  • 60 BNF, 4 FM 15445, Factum pour dame Marie Angélique de Hillerin contre la direction des créanciers de (...)
  • 61 La Touche est une seigneurie sise au nord d’Argenton-Château (Deux-Sèvres). Bazoges est Bazoges en (...)
  • 62 Cette analyse économique provient du contrat de mariage cité note 56, mais aussi de l’inventaire ap (...)
  • 63 LXXIII 402, 12 avril 1650, Jean de Hillerin reconnaît devoir à son oncle, Jacques 1, 41 000 livres (...)
  • 64 BNF, Dossiers bleus 358, Hillerin 9282 (MF 25949), n° 11, présente une version imprimée, faisant fo (...)
  • 65 É. Haddad, « Les substitutions fidéicommissaires dans la France d’Ancien Régime : droit et historio (...)
  • 66 MC, LXXIII 386, 8 janvier 1647 et post-scriptum du 27 avril. Voici son langage : « et en cas que to (...)
  • 67 MC, LXXIII 399, 18 août 1649. Ce partage est un document très riche. Le total des biens montait à 2 (...)

23Le fait qui justifie la longue étude des Hillerin dans la présente contribution est le mariage en 1649-1650 entre Jean 2 de Hillerin et sa cousine, Marie Angélique de Hillerin57. Comme pour les Forestz, l’oncle paternel était allé chercher ses neveux et nièces dans leur province qu’ils n’auraient sans doute pas quittée sans lui. Jacques Hillerin, le vieux conseiller clerc, avait planifié la carrière de son neveu Jean qui avait commencé par apprendre le métier de magistrat comme conseiller au Châtelet de Paris58. Puis Jacques Hillerin avait échangé son office de conseiller clerc contre un office de conseiller laïc qu’il donna à Jean de Hillerin59. On put désormais envisager le mariage. La dot de Marie Angélique, qui était fille de Charles 1 de Hillerin, seigneur de la Touche, le prévôt des maréchaux d’Anjou, et d’Hélène Chauvet, issue d’une famille d’officiers influents à Loudun, comportait 10 000 livres en argent comptant, 2 000 livres en meubles hérités de son grand-oncle Jean 1, la seigneurie de Linières en Anjou, aussi échue à elle par la succession du même, seigneurie évaluée 26 000 livres, et 2 000 livres de rente sur la seigneurie paternelle de La Touche d’Hillerin, rente capitalisée 40 000 livres, soit un total de 78 000 livres, ce qui n’était pas tellement pour la future d’un conseiller au parlement ; s’ajoutait cependant à cette dot, une rente de 1 500 livres par an capitalisée 30 000, mais qui ne devait être perçue qu’après la mort des deux parents de la future60. Jacques 2 de Hillerin, père de Jean 2, pour sa part, donnait à son fils 36 000 livres en une maison à Saint-Germain des Prés, héritée du même oncle, 1 500 de rente sur la seigneurie paternelle de Bazoges en Poitou61 (soit en principal 30 000 livres), et 69 100 livres pour l’office de conseiller lai au parlement que lui avait procuré son oncle Jacques 1 pour 100 000 livres62. En effet, Jean 2 avait partiellement payé son oncle sur la vente de l’office de conseiller au Châtelet de Paris dont il était pourvu63, son père promettait de lui fournir la somme restant à acquitter : le prix courant des offices de conseiller au parlement parisien en 1649 étant de 120 000 livres, au moins, Jean 2 de Hillerin faisait une bonne affaire64. Jean 2 était bien plus riche (plus de deux fois plus) que sa future, sa cousine issue de germain, déséquilibre qui était devenu fréquent à cette époque au sein des couples de magistrat. Jean et Marie Angélique étaient donc les élus de dispositifs familiaux complexes pensés par leurs oncles Jean 1 et Jacques 1 de Hillerin, qui, tout en tâchant de rendre à chaque membre de leur parentèle quelque chose, sinon ce qu’ils leur devaient selon la coutume, étaient animés d’un fétichisme patrilinéaire où le culte du nom s’accompagnait des fétichismes secondaires de la masculinité et de l’aînesse65. Cet idéal restait abstrait, comme on le voit dans la substitution imaginée par Jean 1 de Hillerin pour sa seigneurie de Putille en Anjou : il donnait cette terre à son frère Jacques 1, mais il ne citait aucune autre personne concrète, seulement l’aîné des mâles non prêtre ou religieux et, à défaut, l’aîné des mâles issus des filles aînées. Ce n’est que trois mois plus tard que Jean 1 éprouva le besoin d’incarner ces figures de parenté dans la personne de l’aîné des enfants mâles de Henri de Hillerin, le prévôt des maréchaux d’Anjou et Loudun, son défunt frère, et ainsi successivement d’aîné en aîné, c’est-à-dire, puisque cet aîné Charles 1, aussi grand prévôt, qui était le père de Marie Angélique, n’avait pas de fils, son demi-frère Pierre de Hillerin (non encore marié en 1647) et sa descendance à venir66. Le procédé substitutif semble souvent ainsi inspiré par un idéal abstrait. La succession de Jean 1 de Hillerin fut organisée par un partage conforme aux dernières volontés du défunt : ses grands biens étaient divisés également entre ses deux frères vivants (Jacques 1 étant sans descendance) et les enfants des deux lits de l’autre frère Henri mort sans doute assassiné67.

  • 68 Les oncles excluaient aussi bien entendu les enfants « bâtards » d’un autre membre de leur fratrie (...)
  • 69 A. Maynor Hardee, Jean de Lannel and the Pre-Classical French Novel, Genève, Droz, 1967. Il s’agit (...)
  • 70 MC, LXXIII 396, n° 662, 14 décembre 1648, Jean de Hillerin donnait à Jacques de Lannel, sur une mai (...)
  • 71 Testament de Jacques 1 de Hillerin, MC, CVI 26, cité note 74.
  • 72 BNF, Z Morel de Thoisy 244 f° 132 : l’arrêt du parlement datait du 21 juillet 1699.

24Conformément à leur logique68, Jean 1 et Jacques 1 avaient imaginé d’exclure de leurs successions les enfants de leur sœur Marie qui avait épousé un écuyer seigneur du nom d’Isaïe de Lannel ; les descendants de Marie étaient deux nobles détenteurs de seigneuries : son fils Henri de Lannel (qui avait lui-même un fils prénommé Jacques), et son petit-fils, neveu d’Henri, Jacques de Lannel (ils signent L’Annel), fils du défunt Jean de Lannel, un écrivain assez connu69. Ces gens étaient au service du prince de Conti. Pour leur ôter leur qualité d’héritiers, les vieux oncles leur avaient fait des donations moyennant renonciation à leur succession70. Le fétichisme du nom s’exprimait également dans ces dons puisque Jacques 1 de Hillerin faisait un legs de 8 000 livres à Jacques de Lannel, son filleul, pour qu’il achetât un office de conseiller au parlement de Metz, ce qu’il fit, et à charge de relever le nom et les armes de Hillerin, ce qu’il ne fit pas (on perd sa trace). Les Hillerin n’étaient pourtant pas menacés d’extinction en 165171. Les de Lannel plaidèrent pendant cinquante ans pour faire reconnaître leurs droits à hériter de leurs deux oncles, mais ils perdirent leurs causes72.

  • 73 MC, XXIV 431, n° 263, 19 août 1649, premier mariage de Pierre de Hillerin avec Madeleine Briçonnet, (...)
  • 74 Vincent Maroteaux, Versailles, le roi et son domaine, Paris, Picard, 2000, p. 46. MC, LXXIII 399, 1 (...)

25Jean et Jacques de Hillerin n’avaient pas négligé leur neveu Pierre de Hillerin (oncle de Marie Angélique) qui s’était lui aussi installé et marié à Paris la même année 164973. Sans doute Pierre reprit-il l’office de maître d’hôtel du roi de Jean 1, son oncle. En tout cas, c’est lui qui récupéra, sans trop de contestation, la belle seigneurie de Buc dans les actuelles Yvelines, dont Jean 1 de Hillerin partageait la propriété avec la famille Hébert74. Il était aussi le dernier nommé dans la substitution de la grande maison construite par ses oncles au coin du quai Malaquais et de la rue des Augustins à Saint-Germain des Prés. On y reviendra plus loin. La perdante de ces grandes manœuvres patrilignagères était évidemment Marie Angélique de Hillerin, fille unique et seule héritière de l’aîné des enfants de Henri de Hillerin, Charles 1 de Hillerin, prévôt des maréchaux de Loudun après son père et qui était appelé à devenir le chef du nom. Imposer à la jeune fille un mariage dans son nom patronymique était la compensation imaginée pour justifier une quasi exhérédation que la coutume de Poitou n’imposait nullement. Dès son mariage, Marie Angélique eut peut-être le sentiment de voir son identité propre sacrifiée par les siens. Si elle s’était conformée aux plans imaginés par ses grands-oncles, l’histoire des Hillerin aurait peut-être ressemblé à celle des Forestz. En outre les mariages exogames, également arrangés avec un faible consentement des futurs, n’étaient pas forcément heureux.

  • 75 MC, CVI 26, 20 octobre 1664, inventaire après décès de Jacques de Hillerin. Ibid., dépôt le 13 juil (...)
  • 76 MC, LXXIII 508, testament déposé avec l’inventaire après décès du 1er septembre 1677, avec la menti (...)
  • 77 Ibid., autre testament ne servant non plus de rien. Les factums commentent la succession des trois (...)

26Tout le dispositif s’écroula seulement à la mort de Jacques 1 Hillerin, ce qui est un indice probable de l’autorité morale du prescripteur familial ; Jacques s’éteignit aveugle à plus de 90 ans75. Le couple Jean de Hillerin et Marie Angélique de Hillerin vécut (sans avoir d’enfant) dans une paix sans doute relative durant une dizaine d’années. Marie Angélique ne semblait déjà pas contente de son sort et elle rédigea un testament olographe dès le 24 juillet 1657 ; elle n’y faisait aucune mention de son mari et désignait comme exécuteur testamentaire son oncle Charles 2 de Hillerin, l’ancien curé de Saint-Merry ; elle faisait aussi un legs au couvent de « Pont royal » de Paris, au faubourg Saint-Jacques. La conjonction de ces deux éléments suggère que Marie Angélique éprouvait une tentation janséniste76. Mais un second testament daté du 8 février 1664, huit mois avant la mort de Jacques 1 de Hillerin, ne mentionnait ni son mari, ni son oncle janséniste, ni Port-Royal. L’exécuteur testamentaire était un personnage inconnu de nous, sans doute un ecclésiastique77. La vie de Marie Angélique avait en effet changé d’horizon.

  • 78 MC, LXXV 128, 22 août 1665, transaction entre messire Jean de Hillerin, conseiller au parlement, de (...)
  • 79 MC, LXXIII 508, 1er septembre 1677, inventaire à la requête de Claude Blondeau, exécuteur testament (...)
  • 80 BNF, Z Morel de Thoisy 238 f° 100, Lettres écrites par me Claude Blondeau, avocat en la cour, à mad (...)
  • 81 BNF, Z Morel de Thoisy 232 f° 73, Factum pour messire Pierre d’Hillerin, seigneur de Buc, capitaine (...)

27Moins d’un an après la mort de son grand-oncle, l’épouse obtint une séparation de biens lui laissant, moyennant des sacrifices financiers, une grande liberté dans la disposition de sa fortune78. Elle résidait alors au cloître Notre-Dame chez son oncle Jean 3, chanoine de l’église de Paris, et n’habitait donc déjà plus avec son mari. Elle entretenait en effet une liaison passionnée avec l’ancien secrétaire de ce dernier, un avocat talentueux nommé Claude Blondeau. Elle le désigna comme son exécuteur testamentaire en 1669 et elle lui constitua plus tard une rente de 1 000 livres tournois au principal de 20 000 livres, prêt hautement suspect d’un « pauvre » à une « riche ». L’inventaire après décès de Marie Angélique fait mention de leur correspondance : Blondeau avait écrit plusieurs lettres signées de son sang et il protesta bien inutilement, lors de l’inventaire, que la mention de cette correspondance ne lui puisse préjudicier79. Une partie de ces lettres fut publiée sous forme de factum imprimé, opération qui embarrasse l’historien quant au statut à donner aux sentiments et aux faits qui y sont évoqués80. Le scandale devint donc quasi public. Marie Angélique n’avait toutefois pas renoncé à une perspective de transmission paralignagère, si l’on ose dire, puisqu’elle donnait tous ses biens au fils aîné de Claude Blondeau à charge de relever le nom et les armes de Hillerin : « je fais mondit sieur Claude Blondeau mon heritier et legataire universel, & luy donne tous mes biens propres, acquests et conquests. Je laisse à Claude Blondeau tous mes biens generalement, à la charge que son fils aisné porte le nom de la maison d’Hilerin & mes armes pleines de ma maison »81...

  • 82 François Jamet de La Guessière (éd.), Journal des principales audiences du parlement avec les arrêt (...)
  • 83 Les factums comme sources d’histoire sont l’objet de réflexions nouvelles. Voir Géraldine Ther, Jeu (...)

28En 1680 seulement, un arrêt du parlement vint casser les dispositions testamentaires de Marie Angélique de Hillerin concernant Claude Blondeau82. Par-delà le constat banal que le système théologico-politique interdisait aux individus de vivre leur amour comme ils l’entendaient et le constat moins banal que Claude Blondeau et Marie Angélique de Hillerin vécurent néanmoins tranquillement en couple plus de douze ans, rue du roi de Sicile, loin des autres membres de la famille Hillerin, on observe la faillite complète du dispositif conçu par Jacques de Hillerin quand il organisa le mariage de son neveu et de sa nièce. La dévolution des successions Hillerin fut des plus complexes et donna lieu à un nombre important d’arrêts célèbres et à des centaines de pages de factums83. On reviendra un peu plus loin sur la signification de ces conflits.

  • 84 MC, LXXXVIII 244, 18 février 1678. Le père dotait sa fille de 14 000 livres en deniers comptants et (...)
  • 85 MC, LXXXVIII 251, 25 janvier 1680, demande de séparation de biens et d’habitation de dame Antoinett (...)
  • 86 MC, XCVIII 275, 2 février 1681, dépôt du testament olographe de Jean de Hillerin, rédigé le 21 sept (...)
  • 87 BNF, Dossiers bleus 358, Hillerin 9282 (MF 25 949), p. 7 du factum, datant de 1729.

29Quant au conseiller Jean 2 de Hillerin, à peine veuf, il se remaria avec la fille d’un président des requêtes84, mais il mourut le 2 février 1681, laissant une toute petite fille qui mourut en 1689. Dès 1679, le testament de Jean de Hillerin, qui entretenait déjà de mauvaises relations avec sa toute nouvelle épouse85, envisageait le décès de cette héritière, auquel cas il léguait à son filleul, neveu de sa première femme, et fils aîné de Pierre, le fauconnier, la somme de 60 000 livres tournois pour qu’il s’achetât un office de cour souveraine, de préférence un office de conseiller au parlement86. De fait, ce fils, Jean-Baptiste de Hillerin (le père du mathématicien) fut éphémèrement conseiller au parlement de Bretagne. Un factum tardif explique lucidement que les « différentes démarches que les héritiers des propres et l’héritière mobilière de lad. demoiselle d’Hillerin (sa mère Antoinette Charreton) ont faites de concert [ont rendu] inutile la disposition testamentaire écrite au profit du sieur de Boistissandeau »87. Là encore le dispositif patrilignager favorisant un porteur du nom s’est trouvé mis en échec. Mais cela est une autre histoire.

  • 88 AN, Y 187 f° 232 v°, 5 mai 1650 : la substitution mérite qu’on la cite : « pour la conservation du (...)
  • 89 MC, XCII 413, 20 avril 1720, achat par le prince de Conti, qui servait de prête-nom à la veuve du c (...)
  • 90 MC, LXIX 311, 9 juillet 1732, inventaire après décès du fils de Pierre de Hillerin, Jean-Baptiste d (...)
  • 91 Sylvie Steinberg, « Au défaut des mâles. Genre, succession féodale et idéologie nobiliaire (France, (...)
  • 92 BNF, Z Morel de Thoisy 232, f° 73, factum pour messire Pierre d’Hillerin…, héritier de dame Marie A (...)

30Parmi les Hillerin, seule la branche de Marie Angélique se perpétua grâce à son oncle Pierre, le benjamin de sa fratrie, celui qui avait entrepris une carrière curiale au sein de la Grande Fauconnerie. La fortune de la descendance de Pierre de Hillerin ne se bâtit pas sur les propres paternels de Marie Angélique, sa nièce, fille du chef du nom, ni sur le legs testamentaire de son cousin et mari de cette dernière. Une fortune colossale fut engloutie par des dettes lignagères d’origine finalement obscure. Il serait exagéré de dire que cette fortune de Pierre de Hillerin ne se fondait pas sur l’héritage de ses oncles Jean 1 et Jacques 1 : la terre de Buc vint à Pierre de son oncle Jean 1 par l’intermédiaire de son père Charles 1 de Hillerin ; la substitution (une ritournelle patrilignagère impeccable) créée en 1650 par Jacques 1 de Hillerin (en faveur de Jean 2, le conseiller, puis de Charles 1, père de Marie-Angélique, puis de son cadet Pierre) sur la grande maison du coin du quai Malaquais et de la rue des Augustins, plus tard nommée hôtel de Transylvanie, fonctionna88. Mais Buc fut saisi et l’hôtel de Transylvanie finit par être vendu89. Cependant le personnage clef dans la transmission lignagère, puisque les biens précédents échappèrent aux Hillerin, fut la demi-sœur aînée de Pierre, Marie de Hillerin, veuve de Claude Olivereau, chevalier, seigneur de Boistissandeau, qu’elle avait épousé en 1625. En 1671, en effet, elle fit don par son testament de cette terre de Boistissandeau à son filleul, Jean-Baptiste, fils aîné de Pierre et également filleul de Jean 2 de Hillerin, le conseiller au parlement de Paris. Les Olivereau avaient dû abandonner cette seigneurie à leur belle-sœur pour la dédommager de ses conventions matrimoniales. Boistissandeau, près des Herbiers en Vendée, était une importante seigneurie avec un beau château90. La donation de Boistissandeau entretint le flot des procès familiaux. Elle revenait en effet à déshériter la nièce de Marie, Marie Angélique (fille de l’aîné des frères), qui, sans doute conseillée par Blondeau, réagit judiciairement avec la dernière vigueur (même si la cause des femmes était peu favorisée dans la succession aux fiefs91). Le testament de Marie de Hillerin, la veuve d’Olivereau, procédait de la même fièvre patrilignagère qui animait les mâles de la famille : « la dame de Boistissandeau, qui avoit autant de vertu que d’amitié pour sa famille, donna par son testament olographe la terre de Boistissandeau à Jean d’Hilerin, fils aisné du sieur de Buc [Pierre de Hillerin], avec substitution au profit de ses autres enfants, pour conserver cette terre dans la maison d’Hilerin & à la charge que les susbtituez en porteroient le nom », lit-on dans un factum92. Paradoxalement, l’opération qui réussit, ce fut une donation effectuée par une femme d’un bien qu’elle avait acquis sur la succession de son mari. Dans la transmission des titres comme des biens, l’alliance passait la filiation.

  • 93 MC, LXXV 130, 10 mars 1666, transaction extrêmement étrange (Jean 2 de Hillerin cédait les revenus (...)
  • 94 BNF, 4 FM 15445, factum pour dame Marie Angélique de Hillerin contre les créanciers de son père. Ma (...)
  • 95 MC, CXXI 85, 25 mars 1672.

31L’histoire des Hillerin après le décès de Jacques 1, le conseiller clerc patriarche et prescripteur, est marquée par une incroyable explosion de procès entre parents et alliés, chacun plaidant contre tous sur tout. Les dispositifs successoraux conçus par la génération de la première moitié du xviie siècle supposaient leur acceptation muette par tous au nom de l’unité du lignage pensé comme une entité incorporée symbolisée par le nom et par les armes. Faute de ce consensus, la coutume et la jurisprudence réduisaient à néant ces projets de perpétuation familiale. La mésentente entre les époux Jean et Marie Angélique de Hillerin semble avoir été l’élément déclencheur. Deux clans se formèrent aussitôt : l’ancien curé de Saint-Médéric prit le parti de sa nièce, ainsi que Jean 3, son autre oncle, chanoine de Notre-Dame. Charles 2 de Hillerin intenta un procès au conseiller Jean 2 à propos de la succession de leur oncle Jacques 1. Ce procès se termina par une transaction93. Marie de Hillerin, veuve de Claude Olivereau, au contraire, on l’a vu, suivait la logique masculine du clan Jean 2 de Hillerin-Pierre de Hillerin. Dès 1669, la veuve d’Olivereau avait commencé les hostilités contre sa nièce en réclamant sur la seigneurie de Linières en Anjou, donnée en dot à Marie-Angélique, 7 000 livres que lui devait le père antérieurement au contrat de mariage94. Elle continuait ses mauvaises manières à l’égard de sa nièce en vendant à Jean 2 de Hillerin, l’époux de cette dernière, « des droits dont elle confesse n’avoir touché jusque-là aucune chose » sur les successions de ses oncles Jean 1 et Jacques 1 de Hillerin », sans toutefois contrevenir au partage du mois d’août 1649 de la succession de Jean 1. Jean 2 lui payait (censément) pour ces renonciations 20 500 livres ; mais l’acte mentionnait aussi un « fideicommis » créé par Jean 3 de Hillerin, le chanoine de Notre-Dame en faveur de sa demi-sœur, dame de Boitissandeau, et prévoyait surtout, aux seuls frais de Jean 2, le conseiller, la poursuite du procès commun pendant aux requêtes de l’Hôtel contre Marie-Angélique. Accolée à cette transaction inofficieuse, on trouve un commandement, daté de juillet 1672, fait à la requête de Marie Angélique de Hillerin pour obtenir copie de diverses pièces passées par Jean 2 de Hillerin devant plusieurs notaires dans le but de défendre sa cause dans les instances qu’elle avait contre ce dernier, son mari95. Le lecteur se rappelle que les deux athlètes de la procédure du Roman bourgeois de Furetière (1666), Charroselles et Collantine, se marièrent à seule fin de pouvoir plaider tout leur saoul l’un contre l’autre.

32Les temps avaient changé entre les projets d’inspiration patrilignagère de Jean 1 et de Jacques 1 de Hillerin dans les années 1640 et 1650, et l’époque des procès familiaux universels. Mais en quoi consistait le changement ? L’obsession du nom lignager chez Jean 1 et Jacques 1 de Hillerin, par rapport à leurs frères pourvus d’enfants, s’accompagnait d’un tropisme parisien qui avait sa logique dans un projet de réussite sociale. Mais cela ne doit pas faire oublier le profond enracinement provincial des Hillerin de la génération de Jacques 1, même celui de Jean 1 qui partageait l’aventure parisienne de ce dernier et dont les seigneuries étaient situées en Anjou. Les Hillerin poitevins ne jouissaient que d’une aisance moyenne à côté des Parisiens Jean 1 et Jacques 1, et la rente foncière traversait dans la région une mauvaise passe. Comme il a été vu, les apports au mariage de Jean 2 et de Marie Angélique provenaient en grande partie de la succession de Jean 1, leur oncle et grand-oncle mort sans enfant et non de leurs père et mère. En somme, la prospérité générale des Hillerin dans la première moitié du xviie siècle fit place à une spirale d’endettement qui sembla avoir eu son origine en Poitou.

  • 96 MC, CVI 26, le 13 juillet 1664, en son domicile du quai Malaquais, Jacques de Hillerin remet lui-mê (...)
  • 97 Sur cette question qui a fait couler tant d’encre ces dernières années, je me permets de renvoyer à (...)
  • 98 C. Chatelain, « Le mari violent et la femme insoumise : entre conflits d’intérêt et théâtralité des (...)
  • 99 C. Chatelain, Chronique d’une ascension sociale : exercice de la parenté chez de grands officiers, (...)
  • 100 MC, LXXIII 515, 19 septembre 1679, l’inventaire après décès, et les neuf testaments de Claude Forni (...)

33On peut épiloguer sur l’échec de Jacques 1, vieil aveugle qui n’en devina sans doute pas l’ampleur quand, en 1664, il remit en son hôtel à un notaire son testament de 1651. La force de son pouvoir prescripteur avait résidé moins dans l’adhésion que pouvait susciter son projet familial que dans une certaine violence économique : il était massivement créditeur de toute sa parentèle et les dons qu’il distribuait par son testament de 1651, alors qu’il était encore en situation d’autorité, consistaient en l’effacement des créances qu’il avait sur ses parents. Il « tenait » ainsi ses héritiers. Mais, autre forme de « la force contraignante du don », il leur donnait aussi des objets précieux auxquels le sens de sa longue vie avait été attaché : il léguait en particulier à Jean et à Marie Angélique les parements et linge de la chapelle de son hôtel parisien où il disait journellement la messe, et à Jean 3, le chanoine de Notre-Dame et prieur de Mortagne, « sa chapelle d’argent vermeil doré composée d’un calice cizellé avec les armes de la saincte passion en relief, une platine, l’instrument de la paix, une croix dont le pied est en triangle avec l’image de notre sauveur cruciffié », lui qui prisait si haut sa fonction sacrificielle de prêtre96. Il traçait par cette transmission symbolique une ligne d’identité analogique et quasi magique entre lui et ses donataires auxquels il imposait la condition de rester catholiques pour jouir de ses legs97. Là se logeait une dimension personnelle au fondement de la création perpétuée qu’était un lignage. D’ailleurs les Lettres chronologique et spirituelles que Jacques fit éditer avec grand soin en décembre 1651 à la suite du Chariot chestien à quatre roues montrent le tendre attachement qui l’unissait aux siens, objets de sa sollicitude, mais aussi de sa fierté (par exemple quand Jean 2 de Hillerin réussit brillamment son examen de réception au parlement). La cause de la faillite du dispositif que les frères Jean et Jacques 1 avaient imaginé et imposé semble être la profonde mésentente conjugale de Jean 2 de Hillerin et de Marie Angélique de Hillerin. On est ici dans l’anecdote, non dans le système, dira-t-on. Mais est-ce l’anecdote que tant de couples se soient déchirés à l’époque de Louis XIV98 et que tant de lignages se soient fracassés au milieu de conflits gigognes qui déchiraient la parenté comme l’alliance99 ? Est-ce l’anecdote que les hommes, accablés par le poids des dettes qui pesaient prioritairement sur leur patrimoine, semblent s’être montrés de moins en moins capables de transmettre biens et dignités et que cette fonction essentielle à la domination sociale soit devenue l’apanage des femmes ? Le ré-enchaînement d’alliance dans le nom paternel, qui constituait le fonds du projet de Jacques 1, semble exprimer un radicalisme patrilignager bien peu en harmonie avec l’esprit du temps. Peut-on invoquer a contrario la réussite relative de la descendance de Pierre de Hillerin qui illustrerait finalement les avantages de l’exogamie ? Cette hypothèse ne tient pas : la mésentente conjugale, la rapide séparation de biens et l’hostilité de ses beaux-parents successifs qui créèrent une substitution contre lui marquèrent aussi la vie de Pierre et de son couple100. Sa réussite résulta simplement de l’extinction démographique de toutes les branches cousines. Le lecteur est libre de penser que notre interprétation sollicite l’histoire, ce que l’on est prêt à reconnaître. Cependant les échecs, comme les réussites, n’interviennent pas par hasard. Le jeu du système sanctionne certains acteurs, il en récompense d’autres qui ont suivi des tactiques mieux adaptées aux règles structurelles, éventuellement de façon non intentionnelle.

Conclusion : l’endogamie onomastique dans le système parisien de l’alliance

  • 101 Françoise Zonabend, « Le très proche et le pas trop loin. Réflexions sur l’organisation du champ ma (...)
  • 102 Pierre Lamaison, « Les stratégies matrimoniales dans un système complexe de parenté : Ribennes en G (...)
  • 103 Alain Collomp, « Alliance et filiation en Haute-Provence du xviiie siècle », Annales ESC, n° 32/3, (...)
  • 104 Pierre Bourdieu, « La terre et les stratégies matrimoniales », in Le Sens pratique, Paris, Éd. de M (...)
  • 105 Georges Augustins, Comment se perpétuer ? Devenir des lignées et destins des patrimoines dans les p (...)
  • 106 Mathieu Marraud, De la Ville à l’État. La bourgeoisie parisienne xviie-xviiie siècle, Paris, A. Mic (...)

34Il convient, car tous ont de fortes capacités d’oubli, de rappeler les analyses que Françoise Zonabend a proposées dans un article bien connu de 1981 traitant de l’organisation du champ matrimonial dans les sociétés rurales contemporaines101. Elle écrivait : « si l’on souhaite analyser les principes de structuration du champ de l’alliance, c’est le cheminement de ces capitaux symboliques et matériels au long des lignées qu’il faut s’attacher à suivre, bien plus que la circulation d’hommes et de femmes ». Elle avertissait qu’il fallait faire une différence entre les sociétés où la transmission est préciputaire (le Gévaudan de Pierre Lamaison102, la Haute Provence d’Alain Collomp103, le Béarn de Pierre Bourdieu104, et, dans une perspective synthétique, le terrain méridional de Georges Augustins105) et les groupes à héritage égalitaire où s’affirme avec plus ou moins de force le principe du partage égal. Les travaux qui ont été menés par Mathieu Marraud et par d’autres suggèrent que les élites parisiennes, politiques ou économiques, sont passées d’un système égalitaire à un système préciputaire106. En outre des familles comme les Forestz ou les Hillerin venaient de pays où le droit romain influençait plus les conceptions du monde social que dans la France coutumière profonde. Suivant la démonstration de Pierre Bourdieu, Françoise Zonabend rappelle que « chaque mariage dans chaque famille dépend de tous ceux déjà réalisés comme de tous ceux qu’on envisage de réaliser. Les alliances dans une même lignée s’inscrivent dans une continuité, une chronologie où elles se suivent l’une l’autre, s’éclairent l’une par l’autre ». Et c’est par une insuffisante contextualisation des mariages dans le nom du père au sein de l’ensemble des alliances contractées par les parentèles considérées que la présente étude pèche sans doute.

  • 107 G. Delille, « La France profonde »…, art. cit., p. 923 : dans le régime traditionnel de parenté, «  (...)

35Il est donc difficile de conclure. Les exemples ici analysés ne cadrent pas tout à fait avec les théories systémiques ou ne s’y intègrent qu’à la marge : on y recherche le très proche, l’extrêmement proche, quitte à élire par ailleurs l’étranger qu’on intègre ainsi et qui se met d’emblée à disposition pour recréer du « très proche », comme G. Delille l’a démontré107. Certains des cas envisagés dans ces pages semblent répondre à une nécessité relative de couvrir l’honneur d’une fille qui avait fait une mauvaise rencontre pré-conjugale. Tout le lignage se sentait sans doute concerné par l’honneur commun du nom, ne voulant pas courir le risque que cette fille soit exclue du circuit des échanges alternés entre alliés et affins. C’est une conséquence bien connue de la transformation des familles en entités corporatives dotées d’une personne morale et de capitaux liés, matériels et idéels. La conservation des dignités, en particulier les fiefs importants, semble ainsi être le principe directeur des alliances conclues à l’intérieur du patronyme, comme semble le montrer l’exemple des Chevalier. Il s’agissait d’une tactique défensive. Mais l’endogamie onomastique avait sans doute une portée systémique plus longue.

  • 108 Le riche concept proposé par Sarah Hanley dans « Engendering the State : Family, Formation and Stat (...)
  • 109 G. Delille, « La France profonde »…, art. cité, p. 913.
  • 110 É. Haddad, Fondation et ruine d’une « maison ». Histoire sociale des comtes de Belin (1582-1706), L (...)
  • 111 Martine Bennini, « Mémoire, implantation et stratégies familiales : les Leclerc de Lesseville (xvie(...)

36L’alliance dans l’identité du nom, même en degrés éloignés et hors des interdits canoniques, ne pouvait pas ne pas être conçue comme une façon de resserrer les rangs lignagers. Participe-t-elle simplement de la politique générale de bouclages et ré-enchaînements ? C’est une hypothèse qu’on ne peut exclure, le mariage dans le nom du père ne serait pas alors un tabou. Est-elle annonciatrice des transformations du xviiie siècle, qui mirent à l’honneur les alliances dans des degrés très rapprochés (à côté d’une exogamie sans rivage) en raison du rétrécissement socio-démographique que le malthusianisme imposé par la crise de la domination sociale fit triompher ? Cette seconde hypothèse amène à rappeler une opposition structurelle et générale qui obère les comparaisons diachroniques : les lignages des notables et des nobles du xvie siècle avaient une démographie impétueuse et se segmentaient pour donner des branches nombreuses parfois séparées par des écarts sociaux importants. À partir de la seconde moitié du xviie siècle, on rentre dans un âge de l’alliance rare où les lignages de puissants, enserrés dans les règles trop strictes de la reproduction sociale gouvernée par le « complexe Famille-État »108, ne cherchent plus qu’à marier un seul fils et une seule fille. Or « la construction des circuits d’alliance implique l’existence de collatéraux et donc l’accès au mariage de la plupart des enfants »109. Les Hillerin de la première moitié du xviie siècle, avec leur propension pour le célibat ecclésiastique, manifestaient déjà une forte volonté de protéger les biens lignagers. Cette politique familiale, insoucieuse de la concentration des dettes qu’elle impliquait mécaniquement (ou y répondant par la fausse solution des substitutions), semble avoir séduit pendant et après la crise louis-quatorzienne aussi bien des lignages en difficulté, comme les Belin, dans la noblesse d’épée110, que des lignages en prospérité, néanmoins malades de la dépression socio-mentale qu’était le jansénisme, comme les Leclerc de Lesseville, dans la noblesse de robe111. Peut-être aurions-nous dû multiplier les analyses de cas, car nous avons sous la main encore un certain nombre de dossiers du même type que ceux que nous venons d’analyser.

37Le mariage dans le nom du père est un phénomène plutôt rare, mais rempli de sens, qui attend encore une explication qui l’intègre au « système européen de l’alliance ». Mais une hypothèse s’esquisse : au milieu des bouclages et ré-enchaînements entre alliés et affins, l’endogamie onomastique, qui n’est pas un tabou, semble, comme les substitutions fidéicommissaires, une tentative pour conjurer la crise générale du patriarcat qui éclata au cours de la seconde moitié du xviie siècle.

Haut de page

Notes

1 Gérard Delille, « La France profonde. Relations de parenté et alliances matrimoniales (xvie-xviiie siècle) », Annales HSS, n° 70/4, 2015, p. 881-927 (citation p. 899). Voir aussi Id., « Parenté et alliance en Europe occidentale. Un essai d’interprétation générale », L’Homme, n° 193, 2010, p. 75-136, et L’économie de Dieu. Famille et marché entre christianisme, hébraïsme et islam, Paris, Les Belles Lettres, 2015 [2013], p. 228-237. Je remercie Élie Haddad pour sa relecture critique ainsi que Jean-René Ratier pour les documents vendéens qu'il m'a transmis.

2 Archives Nationales (désormais AN), Minutier central des notaires parisiens (désormais MC), III 482, 29 mai 1607, contrat de mariage de Jacques Lallement, avocat, veuf d’une première femme, et de Liée Lallement ; les généalogies de ces deux familles anciennement parisiennes que l’on remonte sur trois générations ne laissent pas apparaître de parenté entre leurs fondateurs respectifs, l’un procureur au parlement, l’autre procureur au Châtelet dans la première moitié du xvie siècle. MC, XXIV 120, 5 février 1612, contrat de mariage de François Lescot, marchand drapier, et de Marie Lescot, laquelle est fille de Mathieu Lescot, marchand orfèvre bourgeois de Paris, appartenant à une famille connue ; le marié est fils de défunt Antoine Lescot, marchand demeurant à Montreuil en Picardie ; MC, CXII 61, 14 mai 1653, l’inventaire après décès de Marie Lescot ne laisse apparaître aucune parenté entre les époux. L’assimilation entre nom et parenté ne s’est pas imposée dans ces exemples.

3 Françoise Héritier, L’Exercice de la parenté, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1981, p. 170. Argument voisin chez Giovanni Levi, « Les usages de la bibliographie », Annales ESC, n° 44/6, 1989, p. 1325-1337, qui note que les systèmes normatifs « ne sont jamais exempts de contradictions » par lesquelles se définissent des espaces « interstitiels et néanmoins importants » qui permettent aux agents d’exercer leur liberté.

4 Élie Haddad, « Deux modèles récents de la parenté à l’épreuve de la noblesse française d’Ancien Régime », L’Atelier du Centre de Recherches Historiques, n° 09, 2012, mis en ligne le 28 décembre 2012. URL : https://journals.openedition.org/acrh/5086, DOI : 10.4000/acrh.5086, phrase terminale. Cet article remarquable discute, entre autres, les thèses développées par G. Delille.

5 MC, CVIII 59, f° 65, 11 février 1619. Marie Viole fut bientôt veuve et se remaria devant le même notaire Étienne Contesse, le 26 janvier 1625, avec Jérôme Lescuyer, seigneur de Gressy, à l’époque conseiller au parlement.

6 Robert Descimon, « Un patricien parisien à l’évêché : Guillaume Viole (?-1568) », in Isabelle Backouche, Boris Bove, Robert Descimon et Claude Gauvard (dir.), Notre Dame et l’Hôtel de Ville. Incarner Paris du Moyen Âge à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne / Comité d’histoire de la Ville de Paris, 2016, p. 171-189.

7 MC, XLV 147, 15 juillet 1618, contrat de mariage.

8 MC, LXVIII 12, f° 140, 16 août 1551, contrat de mariage d’Arnoul Lecourt, avocat au parlement, fils de Jean Lecourt, conseiller au Châtelet, avec Geneviève Courtin, fille de Jean Courtin, seigneur de Gournay, auditeur des Comptes et ancien échevin, et de Madeleine Budé. Arnoul était le grand-père de Charles Lecourt et de Louis Lecourt son frère cadet. MC, XLV 108, n° 469, 15 mai 1587, contrat de mariage de Charles Lecourt (père de François) avec Madeleine Dulac, veuve de Gabriel Paulmier, conseiller au Trésor, et fille d’un avocat connu. MC, XLV 157, 15 février et 19 août 1628, dispositions prises par Charles Lecourt et Madeleine Dulac pour favoriser François Lecourt (dont ils font un grand éloge) dans leurs successions. MC, XC 113, 17 juillet 1640, inventaire après décès de François Lecourt. Marguerite était morte dès 1620 (inventaire après décès passé devant les notaires Ogier et de Beauvais, le 18 novembre), laissant deux enfants, dont l’une, Chrétienne, hérita de la fortune des Lecourt.

9 MC, LXXXVII 429, 10 décembre 1612, inventaire après décès de Louis Lecourt, veuf d’Anne Abraham. LXXXVII 431, 4 septembre 1612, testament. Il connaissait depuis longtemps d’évidentes difficultés économiques. Mais tous ces documents n’en disent pas grand-chose.

10 MC, LXVI 91, 6 septembre 1641, enregistrement des conventions matrimoniales.

11 Les généalogies Chevalier, par exemple http://racineshistoire.free.fr/LGE (©Étienne Pattou, 2010, mise à jour 23 janvier 2018), sont fautives pour le xviie siècle. Le désordre est total dans les manuscrits français 7553-7555 bis de la Bibliothèque nationale, datant du xviiie siècle et édités par Michel Popoff, Prosopographie des gens du parlement de Paris (1266-1753), Saint-Nazaire le Désert, Références, 1996, p. 434-436. En cause, entre autres, la confusion entre les homonymes, Nicolas Chevalier, fils de Jean, conseiller au parlement, et de Charlotte Teste, lequel Nicolas Chevalier mourut en 1630 premier président de la cour des Aides, et notre Nicolas 2 Chevalier, fils de notre Nicolas 1 et de Jacqueline Gaudart, qui mourut doyen du parlement en 1656. MC, IX 286, 11 juin 1586, inventaire après décès de Marie Barthélemy, veuve de Nicolas Chevalier, conseiller au parlement, mère du conseiller Jean Chevalier, et MC, XC 166, 21 janvier 1606, contrat du second mariage du conseiller Jacques Chevalier avec Marie Barat. Ces documents ne révèlent aucune parenté entre ces deux magistrats.

12 MC, LXVI 164, 7 août 1656, inventaire après décès de Nicolas 2 Chevalier. BNF, Pièces originales 743 (Chevalier de Paris), n° 121-212, 3 mars 1612, grosse complète de l’inventaire après décès (Dournel et Pourcel, minute perdue) de Marie Barat, seconde femme de Jacques Chevalier. MC, LXVI 152, 27 juin 1633, inventaire après décès de Jacques Chevalier, père de Nicolas 3 et frère aîné de Nicolas 2. MC, XXI 105, 8 septembre 1624, premier mariage de Nicolas 3 Chevalier, fils aîné de Jacques 1 ; MC, CXV 67, 14 février 1634, Nicolas 3 se remaria avec Marguerite Delahaye, fille d’un riche marchand orfèvre et ancien échevin ; MC, CXV 66, 30 juillet 1633, contrat de mariage de Jacques 2 Chevalier, auditeur des Comptes, frère Nicolas 3, et de Madeleine Delahaye, sœur de Marguerite.

13 MC, LI 91, 20 avril 1629, Nicolas 3 vend son office de conseiller au parlement ; MC, XXI 114, n° 210, 21 avril 1629, échange entre Nicolas 3 Chevalier et son frère cadet du premier lit, Jacques 2, qui lui cède tous ses droits en la seigneurie de Monthyon contre des rentes au capital de 30 000 livres.

14 Archives départementales de Seine-et-Marne, E 64, sur la seigneurie de Monthyon et E 66, la seigneurie est vendue par les héritiers Chevalier pour 64 000 livres à une date incertaine (1709 ?).

15 MC, LXVI 164 (inventaire après décès de Nicolas Chevalier, titre 26), en 1645, après la mort de Françoise Boivin, sa femme, il avait égalé ses quatre enfants à 60 000 livres chacun, soit ce qu’il avait donné en dot à sa fille lorsqu’il l’avait mariée à Pierre Pinon en 1643.

16 MC, LXVI 133, 15 juillet 1656, vente de l’office de Nicolas Chevalier, avec des augmentations de gages, pour 132 600 livres, contrat comportant une clause de cassation au cas où l’un des trois frères vendeurs voudrait se faire pourvoir de cette charge. Ce qui advint lors d’une transaction du 26 juillet, l’estimation de la valeur de l’office restant inchangée lors de la transaction entre les frères. Nicolas 2 Chevalier avait dû acquérir son office au tout début du xviie siècle pour environ 16 000 livres. L’office rapportait de plus en plus au fur et à mesure que les magistrats avançaient dans la carrière et le doyen jouissait de gros revenus qui n’incitaient pas à se défaire d’une charge qui devenait stérile entre les mains des jeunes gens. Louis Chevalier s’était marié avec Madeleine Beroul, la fille d’un voisin, un marchand quincaillier quartenier de leur quartier (mais qui ne fut jamais échevin). Le contrat de mariage, passé en présence de son père et de ses frère et beau-frère seulement, est conservé sous la cote MC, LXVI 112, 25 octobre 1648 ; elle lui apportait 80 000 livres en dot. MC, LXVI 228, 22 septembre 1679, inventaire après décès de Louis Chevalier.

17 MC, LXXV 63, 2 juillet 1647 (inventaire Marcel), titre 11, Lecaron et Gallois, 9 avril 1643, vente par Louis Chevalier à Jean Marcel de son office de conseiller lai au parlement de Metz pour 22 000 livres.

18 MC, LXVI 173, 12 et 15 octobre 1661, contrat de mariage (dot : 42 000 livres, lui apportait 84 000 livres). Exceptionnellement, ce mariage était conclu de l’avis de collatéraux éloignés (la veuve de Simon Chevalier, maître des Comptes, et son fils, Jean Chevalier, conseiller à la cour des Aides). MC, XC 91, 29 juin 1653, contrat du premier mariage de Jacques Chevalier avec Élisabeth Aguenin le Duc (dot : 90 000 livres).

19 MC, LI 553, plusieurs actes de juillet à septembre 1661 ; les rentes cédées en échange semblent monter à 167 710 livres en principal. AN, S* 1985/1, liasse cotée B, f° 135 (Paisant et Plastrier, notaires, acte non conservé), achat de la seigneurie du Coudray aux Tronson du Coudray le 4 octobre 1643, pour 100 000 livres environ. La vente du Coudray, que les Chevalier n’avaient pourtant possédé que moins de vingt ans, ne les empêcha pas de continuer à se nommer Chevalier du Coudray au xviiie siècle.

20 MC, LXVI 173, 13 octobre 1661, recollement de l’inventaire d’Élisabeth Aguenin le Duc, titre 2, 17 mai 1661 ; ces maisons sont achetées par le surintendant Nicolas Foucquet pour 85 000 livres. Elles furent récupérées par Jean-Baptiste Chevalier, conseiller au parlement, le frère cadet de Jacques : il les racheta lors de leur vente par décret de la chambre de justice (MC, CXI 115, 25 mars 1720, inventaire après décès de Jean-Baptiste Chevalier, titre 3, 16 septembre 1667). Jean-Baptiste semble en effet avoir provisoirement échappé à la déconfiture des Chevalier du Coudray : le 17 juillet 1658 (titre 1 de l’inventaire après décès cité ci-dessus), sa mère lui avait acheté un office de conseiller au parlement pour 169 500 livres, et il obtint une dot de 150 000 livres lors de son mariage avec Marie Herbin (MC, II 230, 20 février 1664). Mais il y eut ultérieurement séparation de biens.

21 Elle épousa peu après Charles de Franceschi, sieur de Rougemont. La seigneurie de Monthyon semble être restée indivise entre les deux sœurs jusqu’à ce qu’elles la vendent (en 1709 ?) à Auget de Monthyon, trésorier de France, dont le nom reste pour la postérité attaché à cette terre.

22 Ces conflits ne semblent pas inexpiables, mais ils étaient durables. On en prendra pour indice le second testament de François Chevalier, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, le demi-frère de Nicolas 3 et de Jacques 2 conservé sous la cote MC, LXVI 132, 1er mars 1656 : il demandait à être enterré auprès de sa mère (une façon de se distancier du culte patrilinéaire ?), et ne mentionnait aucun de ses héritiers, désignant comme exécuteur testamentaire un étranger dévot des jésuites : il faisait toutefois des dons à René Delahaye, marchand orfèvre et ancien échevin, beau-frère de l’un et l’autre de ses demi-frères, et à d’autres marchands de l’île du Palais. Condamné au célibat, cet homme ne semble pas avoir été si désargenté que cela à en juger par l’ampleur des legs qu’il ordonne (plus de 9 000 livres). Il jouissait même d’un statut au moins aussi enviable que ceux de ses frères.

23 MC, XXXIII 49, f° 136, 19 juin 1564.

24 MC, LXXIII 30, 19 juin 1564.

25 MC, XXXIII 49, f° 199, 13 août 1564. Le douaire montait à 1 200 livres en une fois et le préciput à 600 livres (plus 500 livres de joyaux et bijoux).

26 MC, XXXIII 49, f° 200, 13 août 1564, accord sur la donation faite par Jean Gobelin l’aîné à Blanche Gobelin (les 500 livres de bijoux ont aussi été données par Jean Gobelin l’aîné). MC, XXXIII 50, f° 102, 22 juin 1565, quittance de Pierre Coustin à Jean Gobelin l’aîné et ratification par Blanche Gobelin le 29 juin.

27 Deux cas, en 1582, celui de la fille aînée du président Brisson qui avait eu une liaison avec Merry de Vic, abbé de Saramon (au diocèse d’Auch), futur garde des Sceaux de France, le président n’ayant pas voulu arranger les choses quand de Vic quitta l’état ecclésiastique (il était maître des Requêtes de l’Hôtel) ; et celui de la malheureuse Artuze ou Aréthuze Bailly, fille d’un président de la chambre des Comptes : le frère de la jeune femme fit condamner à mort le fiancé, ancien clerc de leur père, et maria sa sœur à un modeste écuyer seigneur. Ces désordres des familles robines sont analysés dans R. Descimon, « Patriarcat et discordes familiales : les conflits liés aux enjeux de l’alliance et de la transmission dans la robe parisienne aux xvie et xviie siècles », in Anna Bellavitis et Isabelle Chabot (dir.), La Justice des familles. Autour de la transmission des biens, des savoirs et des pouvoirs (Europe, Nouveau Monde, xiie-xixe siècles), Rome, École française de Rome, 2011, p. 49-68.

28 MC, LXXIII 311, à la date. Sa mère promettait à la future 30 000 livres tournois en deniers comptants, 1 500 livres en rentes constituées (soit un capital 24 000 livres), leur maison de la rue Gît-le-Cœur (peut-être 9 000 livres tournois sur la base du prix d’achat en 1586, mais ce prix avait dû s’apprécier), pour un douaire préfix de 1 800 livres de rente (au principal de 28 800 livres) et un préciput de 6 000 livres. Catherine Hotman n’était pas une très riche héritière, elle constituait néanmoins un parti acceptable (un conseiller au parlement recevait de sa femme en dot à l’époque environ 80 000 livres). MC, LXXIII 364, 12 mars 1642, inventaire après décès de Philippe Hotman qui avait acquis l’office de trésorier des Turcies de la Loire (un office de finance) pour 85 000 livres (titre 17 de l’inventaire, le 12 juin 1632) ; MC, LXXIII 506, 20 mars 1677, testament de Catherine Hotman : elle demandait à être enterrée à côté de son mari dans la chapelle de la famille au couvent de l’Ave Maria et désignait exécuteur un lointain cousin. MC, LXXIII 508, 9 août 1677, inventaire après décès de Catherine Hotman. Leur fils aîné avait été trésorier de France à Paris (sa mère lui avait acheté cet office pour 61 500 livres), il s’intitulait en 1677, marquis de Villiers Saint-Georges et maître d’hôtel du roi, mais la famille semble avoir eu du mal à se soutenir sous le règne de Louis XIV, en dehors de l’intendant de Paris, Vincent Hotman, une créature de Colbert.

29 R. Descimon, « La réconciliation des Hotman protestants et catholiques (des années 1580 aux années 1630) », in Thierry Wanegffelen (dir.), De Michel de L’Hospital à l’édit de Nantes. Politique et religion face aux Églises, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2002, p. 529-562.

30 André Mareschal, La Chrysolite ou le secret des romans, Paris, Nicolas et Jean de La Coste, 1634 (1627). Les clefs manuscrites sont jointes à la plupart des exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France. Ce roman connut un certain succès. Marc Fumaroli, L’âge de l’éloquence. Rhétorique et ‘res literaria’ de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève, Droz, 1980, p. 608-609. La question reste ouverte des rapports entre l’écrivain, dont on ne sait pas grand-chose, et son héros.

31 Ibid., p. 613 et 604. Sénateur dans la langue de La Chrysolite signifie conseiller au parlement.

32 MC, VI 520, 9 décembre 1662, inventaire après décès de Charles du Tronchay, titre 1, contrat de mariage passé le 23 février 1628, devant Nau, notaire au Mans. La dot montait à 90 000 livres, dont 20 000 entraient dans la communauté ; le douaire préfix était de 1 500/1 800 livres de rente, suivant qu’il naitrait des enfants ou non ; le préciput était plafonné à 6 000 livres. On remarque que les gains de survie accordés à la future (douaire et préciput) sont de même montant que ceux qui avaient été consentis par Philippe Hotman à Catherine Hotman en 1626, mais la dot de Louise Leboutz était beaucoup plus importante que l’héritage apporté par la Parisienne. La relative insuffisance de la fortune de Catherine Hotman est évidemment passée sous silence dans le roman.

33 Ibid., titre n° 109, transaction (de Saint Jean et de Troyes, 3 février 1655) passée à la requête de Louise Leboultz entre elle et le président du Tronchay, en la présence et du consentement de MM. du Tronchay, de La Poterie, Leboultz et Blondeau, frères et beaux-frères, par laquelle Charles du Tronchay s’oblige à payer à sa femme 5 000 livres payables de six mois en six mois par avance et de lui laisser les meubles énoncés au dit contrat, suivant leur contrat de mariage.

34 MC, VI 520, 9 décembre 1662, inventaire cité.

35 MC, CX 144, 5 juin 1662, contrat de mariage de Pierre de Girois avec Marie du Tronchay. Le père donnait 10 000 livres pour la dot et la mère 15 000, soit 25 000 livres. Le marié, un noble possessionné dans le Maine, province d’origine des Du Tronchay, était, comme dit la Chrysolite, « moins riche de crédit encore que de bien »… Il n’est pas impossible que cette union ait été un bouclage consanguin. En 1628, la dot de Louise Leboultz montait à 90 000 livres, mais l’également entre les frères et sœurs de Charles du Tronchay fixait la part de chacun à 128 000 livres en 1633. L’appauvrissement des Du Tronchay avait donc été spectaculaire.

36 MC, VI 41, 7 août 1569. La dot montait à 15 000 livres (dont un tiers resterait propre à la future), douaire au capital de 5 000 livres, préciput de 2 080 livres.

37 MC, LXXXVII 56, 20 septembre 1585. La dot atteignait la somme énorme de 50 000 livres, le douaire était de 500 écus de rente et le préciput de 1 000 écus. Le futur apportait son office de conseiller au parlement (qui valait à cette date 15 000 livres au moins) et 666 écus 2/3 de rente (en principal 24 000 livres).

38 Satyre Ménippée. De la vertu du Catholicon d’Espagne et de la tenue des Estats de Paris, éd. critique de Martial Martin, Paris, H. Champion, 2007, p. 62 et note 486, p. 305.

39 Sur toutes ces questions, Michel Nassiet, « Nom et blason. Un discours de la filiation et de l’alliance (xive-xviiie siècle) », L’Homme, n° 129, 1994, p. 5-30 et Parenté, noblesse et États dynastiques, xve-xvie siècles, Paris, éd. de l’EHESS, 2000.

40 Françoise Héritier, L’Exercice de la parenté, op. cit., p. 175-177.

41 Mathieu Da Vinha, Les Valets de chambre de Louis XIV, Paris, Perrin, 2004, p. 140, p. 159 (Forestz vend sa charge en 1653 sans doute pour 100 000 livres tournois plutôt que pour 60 000 livres), p. 260, il était aussi trésorier des menus plaisirs, titre qu’il porte au contrat de mariage cité ci-dessous. Commensal certes, mais aussi homme de finance. M. Da Vinha ne dit rien de la famille Forestz.

42 Martine Bennini, Les Conseillers à la Cour des aides (1604-1697). Étude sociale, Paris, Champion, 2009, p. 404, notice de Jean Forest, conseiller au présidial de Riom de 1641 à 1651 et conseiller à la cour des Aides de Paris de 1651 à sa mort en 1680 (son inventaire après décès est en déficit). MC, XLI 184, 16 janvier 1640, contrat de mariage de Jean et Jeanne Forestz. Je remercie Martine Bennini pour l’aide précieuse qu’elle m’a apportée dans le traitement de ce dossier.

43 MC, XLI 232, 3 janvier 1665, contrat de mariage de Denis Feydeau, seigneur de Vaugien, correcteur des Comptes, et de Catherine Forestz.

44 MC, XCVI 109, 10 août 1677, contrat de mariage de Nicolas Louis Bourlon et d’Anne Forestz. La dot était aussi de 100 000 livres.

45 MC, XCVI 107, 29 mars 1677, transaction avec la sœur utérine de Pierre de Forestz. Le testament de Pierre de Forestz avait été passé le 22 février 1676 devant le notaire Moufle (étude XCVI), dont les minutes sont en déficit pour l’année 1676. L’insinuation n’a pas été retrouvée.

46 MC, CXIII 34, 28 janvier 1654, contrat de mariage de Gilles Dumaitz et d’Antoinette Faure.

47 Cette solution est justifiée dans la mesure où elle est retenue par Jean 1 de Hillerin : MC, LXXIII 386, 8 janvier 1647, substitution de la terre de Putille (paroisse de La Pommeraye, aujourd’hui en Maine-et Loire, une seigneurie sur la rivière de Loire) en Anjou : « substituant au lieu dud donataire, son frere, celuy qui se trouvera apres son deceds l’aisné des masles du nom de Hillerin, né et procréé en legitime mariage de Jean de Hillerin, escuyer, sieur de Chambor, et de damoiselle Charlotte Girard, sa femme, auquel aisné masle ledict sieur donant a aussy substitué et substitue son fils aisné et ainsy successivement l’aisné des masles dudit nom de Hillerin »... Mais la famille Hillerin comportait d’autres branches moins brillantes que celle qui était issue de Jean de Hillerin et Charlotte Girard. En 1649, il est à noter que le Chambord (au Puy Saint-Bonnet dans le Maine et Loire, entre Mortagne et Cholet), première seigneurie du lignage, devint la propriété des descendants de la fille de ce Jean de Hillerin et de Charlotte Girard (les Lannel). Faire l’impasse sur l’histoire des Hillerin au xvie siècle a l’inconvénient de gommer les antagonismes qui ont éclaté au sein d’une famille dont tous les membres ne furent pas indifférents à la réforme protestante.

48 On peut s’appuyer sur deux excellentes études d’érudits : Charles-Auguste Auber (abbé), « Jacques de Hillerin, poitevin et conseiller au parlement de Paris. Biographie des xvie et xviie siècles », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, années 1850-1852 et tiré-à-part, Poitiers, Dupré, 1850 ; Léo Mouton, « Le fondateur de l’hôtel de Transylvanie, Jacques de Hillerin, conseiller-clerc au parlement de Paris, 1573-1664 », Bulletin de la Société historique du vie arrondissement de Paris, t. XXXI, 1930, Paris, 1932, p. 14-84. Très fautif, Jean François Dreux du Radier, Bibliothèque historique et critique du Poitou, vol. 5, Paris, Ganeau, 1754, p. 486-489, Additions 1648, « La famille de Hillerin, originaire de Fontenai le Comte en Poitou ». Une bonne généalogie en roumain Hillerin.com/4_romana/Documente-proprii/Arbore-Hillerin.pdf, consultée en janvier 2018. L’abondante documentation notariée réunie pour cette étude permet de compléter et de rectifier les travaux généalogiques. La noblesse des Hillerin qui, à leurs yeux, ne faisait pas de doute était constamment contestée en Poitou. Voir sur ces deux aspects, MC, LXXIII 399, n° 351, 18 août 1649, partage de la succession de Jean 1 de Hillerin : partage « ainsi qu’il est accoustumé entre nobles », auquel les exigences du défunt ont substitué un partage égalitaire entre mâles ; MC, XCVIII 275, 17 février 1681, inventaire après décès du conseiller Jean 2 de Hillerin, n° 150 : « une liasse contenant trente pieces qui sont contracts, tiltres et pieces touchant la noblesse des Hillerins que les parties n’ont voullu estre plus amplement inventoriez et ont esté cottez et paraphez par premiere et derniere » ; et titre 65, billet signé Alexandre de Hillerin, daté du 17 août 1678, qui reconnaît que le sieur de Bazoges lui a remis les pièces et contrats y mentionnés « aveq la genealogie des Hillerin ». MC, LXIX 311, 9 juillet 1732, inventaire après décès de Jean-Baptiste de Hillerin, seigneur de Boistissandeau, n° 110, ordonnance du 12 août 1706 par les commissaires généraux du conseil de S. M. qui a maintenu led. Jean-Baptiste de Hillerin, et led. Charles de Hillerin, son frère, seigneur de La Touche, en la qualité de noble et écuyer, autre ordonnance de maintenue signée par de Richebourg, intendant de Poitiers, le 16 mai 1715, et n° 114, arrêt de la cour des Aides maintenant nobles Jean-Baptiste et Charles de Hillerin, 3 septembre 1714, décharge des tailles en la paroisse de Boupère. Le Boupère est un village situé à l’ouest de Pouzauges en Vendée.

49 AN, Y 142 f° 112 v°, 12 juin 1603, donation mutuelle entre Jean 1 de Hillerin et Marie Maudurier (ou Modurier), sa femme, premier acte parisien conservé concernant la famille, qui atteste l’origine poitevine de la première femme du fils aîné des Hillerin.

50 Ces activités semblent discrètes : Jean 1 de Hillerin avant de devenir trésorier de France à Poitiers aurait été receveur général des fermes en Poitou ; dans l’inventaire après décès de Jean-Baptiste de Hillerin (MC, LXIX 311, 9 juillet 1732), titre 69, on lit à propos de son père Pierre de Hillerin, le fauconnier : liasse de 24 pièces qui sont arrêts de la chambre des Comptes du 25 juin et du 18 novembre 1698 qui déchargent messire Charles et Jean Gabriel de Hillerin, frères, héritiers par bénéfice d’inventaire de mre Pierre de Hillerin, leur père, pour raison des traites foraines d’Anjou, dont led. sieur leur père avait été receveur.

51 L'intendant Jacques-Honoré Barentin en 1667 fit condamner « roturiers » toute une série de Hillerin, dont Marie, veuve de Claude Ollivereau et dame de Boistissandeau (État du Poitou sous Louis XIV, dont Jacques-Honoré Barentin, Catalogue alphabétique des nobles et liste des condamnés comme faux nobles, Poitiers, Danièle Brissaud, « le Bouquiniste », 1976, p. 313-314). Voir, sur ces aspects, MC, LXXIII 399, n° 351, 18 août 1649, partage de la succession de Jean 1 de Hillerin : partage « ainsi qu’il est accoustumé entre nobles », auquel les exigences du défunt ont substitué un partage égalitaire entre mâles ; MC, XCVIII 275, 17 février 1681, inventaire après décès du conseiller Jean 2 de Hillerin, n° 150 : « une liasse contenant trente pieces qui sont contracts, tiltres et pieces touchant la noblesse des Hillerins que les parties n’ont voullu estre plus amplement inventoriez et ont esté cottez et paraphez par premiere et derniere » ; et titre 65, billet signé Alexandre de Hillerin, daté du 17 août 1678, qui reconnaît que le sieur de Bazoges lui a remis les pièces et contrats y mentionnés « aveq la genealogie des Hillerin ». MC, LXIX 311, 9 juillet 1732, inventaire après décès de Jean-Baptiste de Hillerin, seigneur de Boistissandeau, n° 110, ordonnance du 12 août 1706 par les commissaires généraux du conseil de S. M. qui a maintenu led. Jean-Baptiste de Hillerin, et led. Charles de Hillerin, son frère, seigneur de La Touche, en la qualité de noble et écuyer, autre ordonnance de maintenue signée par de Richebourg, intendant de Poitiers, le 16 mai 1715, et n° 114, arrêt de la cour des Aides maintenant nobles Jean-Baptiste et Charles de Hillerin, 3 septembre 1714, décharge des tailles en la paroisse de Boupère. Le Boupère est un village situé à l’ouest de Pouzauges en Vendée.

52 Jacques de Hillerin, Le Chariot chrestien à quatre roues menant au salut…, Paris, Jean Hénaut, 1652. Les lettres chronologiques et spirituelles qui font la suite du Chariot ne sont pas datées et leurs destinataires ne sont généralement pas désignés nommément.

53 MC, XCVIII 275, 17 février 1681, inventaire après décès de Jean de Hillerin, conseiller au parlement, titre 2, vente (le 20 septembre 1631 devant le notaire Plastrier) par Jean 1 de Hillerin de son office de trésorier de France à Poitiers à Jacques 2 de Hillerin, son frère, pour 60 000 livres. MC, LXXIII 386, 7 janvier 1647, messire Jean de Hillerin, déclare que par contrat du 5 août 1631 par devant Chapelain et Plastrier, notaires (dont les minutes ne sont pas conservées), il avait cédé à son frère Jacques, sieur de Bazoges, tous et chacun les biens qui lui appartenaient en propre de la succession de leurs défunts père et mère situés en la province de Poitou, pour acheter un office de maître des comptes ou des héritages : en fait, il fit construire une maison rue du Colombier à Saint-Germain des Prés, qui devait lui sortir nature de propre.

54 Veuve d’un auditeur des comptes et fille d’un secrétaire du roi et de la cour de parlement, lui-même fils d’un médecin, Hélène de Hévez, qui n’avait pas eu d’enfant de son premier lit, favorisait la fille de son neveu, fils de sa sœur, le conseiller au parlement Jean Doujat, fils d’un homonyme conseiller à la cour des Aides. Le fait mérite d’être signalé parce que les Hillerin semblent très liés au milieu dévot de la cour des Aides.

55 Sur Charles Hillerin, un proche de l’abbé de Saint-Cyran et de monsieur Singlin, voir Constant Baloche (abbé), Église Saint-Merry de Paris : histoire de la paroisse et de la collégiale, Paris, chez l’auteur, 1912, p. 266-267, et Jean Lesaulnier et Robert McKenna (dir.), Dictionnaire de Port-Royal, Paris, Champion, 2004, p. 524-525. Sa démission de la cure de Saint-Merry « suscita contre lui toute sa famille », dit Nicolas Fontaine dans ses Mémoires pour servir à l'histoire de Port-Royal, Utrecht, aux dépens de la Compagnie, 1736, t. 1, p. 11, cité par Marie-José Michel, Jansénisme et Paris 1640-1730, Paris, Klincksieck, 2000, p. 219.

56 Cette remarque concerne aussi bien l’impressionnant complexe immobilier qu’ils firent construire à Saint-Germain des Prés en 1622-1624, profitant du lotissement des terrains ayant appartenu à la reine Marguerite de Valois, sur le quai Malaquais (une rue porta à partir des années 1650 le nom de rue Hillerin à Saint-Germain des Prés) et la fondation d’une chapelle au couvent des Augustins : MC, VI 433, 14 avril 1626, Jean de Hillerin, conseiller et maître d’hôtel ordinaire du roi et trésorier et grand voyer de France à Poitiers, et Hélène de Hévez, sa femme, et Jacques de Hillerin, conseiller au parlement, cèdent 100 livres de rente au denier 16 aux religieux du couvent des Augustins de la congrégation de Bourges fondé à Saint-Germain des Prés par la reine Marguerite, pour la célébration de deux messes à perpétuité, dans la chapelle qu’ils désirent faire construire à côté de celle de Monsieur et Madame de Garsaulan. Cf. le testament de Jacques de Hillerin, cité ci-dessous.

57 MC, LXXIII 400, n° 558, 20 novembre 1649. Dans l’inventaire après décès de Marie Angélique Hillerin, cité ci-dessous, titre 123, lettres de dispenses de consanguinité obtenues du pape Innocent X, juillet 1650. Le mariage fut célébré le 5 octobre.

58 MC, LXXIII 402, 4 avril 1650, référence à la vente de son office de conseiller au Châtelet par Jean 2 de Hillerin à Nicolas Lusson pour 41 000 livres. Il avait acquis son office en 1645 de Pierre Rouillé.

59 MC, LXXIII 390, n° 673, 20 novembre 1647, délaissement à Jean Hillerin de l’office de conseiller lai au parlement de Paris que Jacques Hillerin avait échangé le jour même avec François Hobier contre son propre office de conseiller clerc. Jacques cédait à son neveu l’office de conseiller lai pour 100 000 livres, 50 000 livres que le neveu était censé payer comptant et 50 000 livres par une constitution de 2 500 livres au denier 20. Le prix du marché pour un office de conseiller lai en 1647 était de 120 000 livres et Jacques avait troqué son office de conseiller clerc contre un office de lai sur la base d’une valorisation de ce dernier à 116 000 livres. Jacques Hillerin exerça toutefois sa charge jusqu’en avril 1649 et reçut l’honorariat le jour de la réception de son neveu.

60 BNF, 4 FM 15445, Factum pour dame Marie Angélique de Hillerin contre la direction des créanciers de ses père et mère commente le montant de cette dot : « Voilà tout ce qui fut donné de bien present à la dame de Hillerin, c’est-à-dire 76 000 livres. Cette dot est très-mediocre pour une fille unique & mariée à un conseiller de la cour ». La ruine des parents de Marie Angélique réduisit en effet à rien la promesse des 30 000 livres à prendre après leur mort, malgré un arrêt de la 3e chambre des Enquêtes du 18 juin 1674. Ce revers de fortune aurait été provoqué dans les années 1660 par l’achat malheureux de la seigneurie de « Beaupinaye » (sans doute Ébeaupinay, au nord d’Argenton-Château, près de La Touche Hillerin).

61 La Touche est une seigneurie sise au nord d’Argenton-Château (Deux-Sèvres). Bazoges est Bazoges en Paillers au sud-est de Montaigu (Vendée). MC, XCVIII 275, 27 février 1681, inventaire après décès de Jean 2 de Hillerin, titre 40, achat (devant Julien Delle, notaire royal à Angers, le 24 septembre 1619) de Bazoges, paroisse dudit lieu en Poitou, par Jacques de Hillerin, écuyer, sieur de La Rambourgère, et Catherine Massoteau en contre échange de 625 livres d’une rente au principal de 10 000 livres constituée le 3 juillet 1615.

62 Cette analyse économique provient du contrat de mariage cité note 56, mais aussi de l’inventaire après décès et du testament de Jacques de Hillerin cité note 74 (MC, CV 26, 13 juillet et 20 octobre 1664) et des factums cités note 59.

63 LXXIII 402, 12 avril 1650, Jean de Hillerin reconnaît devoir à son oncle, Jacques 1, 41 000 livres qu’il acquitte en lui cédant une rente de 1 611 livres 2 sous 2 deniers que lui avait transportée la mère de Nicolas Lusson, auquel il avait résigné son office de conseiller au Châtelet pour ladite somme de 41 000 livres.

64 BNF, Dossiers bleus 358, Hillerin 9282 (MF 25949), n° 11, présente une version imprimée, faisant fonction de factum, du testament conjoint de Jacques 2 de Hillerin, seigneur de Bazoges, et de Catherine Massoteau, sa femme, écrit de la main de Jacques et daté du 22 février 1649. Ce testament décrit précisément les dispositifs imaginés par les parents : ils ont mis trois de leurs filles en religion à Cholet ; leur fille aînée, Charlotte, mariée à un noble des environs, reçoit la terre de la Volerie, à charge de payer à son frère Jean, le conseiller au parlement, les 5 000 livres qui étaient dues aux deux parents par le couple ; leur fils Jacques, prêtre et prieur de Trezevant (au diocèse de La Rochelle, sans doute Treize-Vents, non loin de Mauléon, mais dans l’actuelle Vendée), est malade d’une maladie incurable et les parents prescrivent des dispositions pour faciliter sa vie ; enfin, leur dernière fille, Marie, doit être mariée avec Jean d’Irland, lieutenant criminel en la sénéchaussée de Poitiers, ils lui ont promis en dot 40 000 livres auxquelles Jean, le conseiller, ajoutera 20 000 livres après leur mort. Ils font de Jean leur héritier universel, mais à charge de payer toutes leurs dettes et de partager également les successions à venir (c’est-à-dire celle de Jean 1, le maître d’hôtel, qui ne mourut qu’en août 1649, et Jacques 1 de Hillerin, le conseiller clerc, mort en 1664). Ils enjoignaient à leurs enfants de se conformer à leurs volontés. Mais un avocat note qu’elles ne sont guère conformes à la coutume de Poitou et que Jacques 2 de Hillerin a rédigé un autre testament postérieurement à la mort de sa femme. L’effort pour concentrer la richesse lignagère entre les mains du fils aîné est compensé par le désir d’établir les enfants restés dans le monde. De fait, les enfants de Jean d’Irland et Marie de Hillerin finiront par hériter de la fortune des Hillerin de Bazoges au détriment du legs fait par le cousin porteur du nom.

65 É. Haddad, « Les substitutions fidéicommissaires dans la France d’Ancien Régime : droit et historiographie », in Jean-François Chauvard (dir.), « Fidéicommis. Procédés juridiques et pratiques sociales (Italie-Europe, bas Moyen Âge-xviiie siècle) », dossier spécial des MEFRIM, n° 124/2, 2012, p. 365-381, a récemment replacé ces pratiques à l’intérieur de leur contexte général dans la France moderne.

66 MC, LXXIII 386, 8 janvier 1647 et post-scriptum du 27 avril. Voici son langage : « et en cas que toutte la ligne masculine du nom de Hillerin vint a desfaillir, ledict sieur donnant a substitué et substitue ladicte terre au dernier mourant des aisnez masles, l’aisné masle descendant en loyal mariage des filles du nom de Hillerin, aussy issu en la ligne dudict sieur de Chambor a la charge pareillement qu’il ne soit religieux ny prebstre et qu’il portera le nom et armes pleines dudict sieur donnant... ». Le testament de Jean 1 de Hillerin, signalé du 17 janvier 1647, ne figure pas dans cette liasse ni dans les archives de Jacques Legay, le notaire qui signait en second. La solidarité entre les deux frères est rendue patente par le fait que le premier donataire était Jacques de Hillerin, qui était prêtre, alors que religieux et prêtres étaient exclus du nombre des substitués subséquents.

67 MC, LXXIII 399, 18 août 1649. Ce partage est un document très riche. Le total des biens montait à 228 320 livres sur quoi il convenait de payer 51 830 livres que devait la succession.

68 Les oncles excluaient aussi bien entendu les enfants « bâtards » d’un autre membre de leur fratrie issue du prévôt de Loudun Henri de Hillerin, François, moine bénédictin et prieur de Mortagne. Ce dernier, le second fils s’il n’était l’aîné, tomba amoureux d’une certaine Claude de La Poueze (sortie d’un milieu social équivalent au sien), se maria et eut des enfants, ce qui provoqua un long procès riche de factums picaresques dès les années 1620. Cet affrontement semble le prodrome des procès de la seconde moitié du xviie siècle.

69 A. Maynor Hardee, Jean de Lannel and the Pre-Classical French Novel, Genève, Droz, 1967. Il s’agit d’une étude soigneuse. Selon cet auteur (p. 17), on peut présumer que l’Histoire de la vie et de la mort d’Arthémise, Paris, Pacard, 1622 (privilège de 1620) de Jean de Lannel est consacrée à Marie Maudurier, la première femme de Jean 1 de Hillerin, qui lui avait fait don de 12 000 livres par son testament en 1612. Jean de Lannel avait été le protégé de Jean de Hillerin qui avait confié son éducation aux jésuites, parce qu’Isaïe de Lannel, son père, était protestant (cf. la lettre citée par Hardee p. 21). Lannel avait succédé à Hillerin comme secrétaire du duc de Brissac. Lorsque Jean 1 de Hillerin épousa Hélène de Hévez, il semble s’être désintéressé de Jean de Lannel.

70 MC, LXXIII 396, n° 662, 14 décembre 1648, Jean de Hillerin donnait à Jacques de Lannel, sur une maison qu’il avait fait construire à Saint-Germain des Prés, rue du Colombier, et qui valait 24 000 livres, 10 500 livres et 1 500 livres à payer à son oncle Henri. Jacques de Lannel devait acquitter à son grand-oncle Jean 1 de Hillerin la somme de 12 000 livres pour le restant du prix de la maison et il renonçait à tout droit sur sa succession. Il était alors prévu que Jacques 2 de Lannel achète un office de secrétaire du roi.

71 Testament de Jacques 1 de Hillerin, MC, CVI 26, cité note 74.

72 BNF, Z Morel de Thoisy 244 f° 132 : l’arrêt du parlement datait du 21 juillet 1699.

73 MC, XXIV 431, n° 263, 19 août 1649, premier mariage de Pierre de Hillerin avec Madeleine Briçonnet, fille d’un conseiller à la cour des Aides. Veuf, Pierre se remaria avec la fille d’un trésorier de France à Paris, Claude Fornier (MC, XXX 49, 21 mai 1657, non consultable). Le 19 août 1649 était précisément le lendemain du partage de la succession de Jean 1 de Hillerin, preuve supplémentaire de la concertation qui présidait à la mise en place de tout le dispositif successoral.

74 Vincent Maroteaux, Versailles, le roi et son domaine, Paris, Picard, 2000, p. 46. MC, LXXIII 399, 18 août 1649, le partage de la succession de Jean 1 de Hillerin, évaluait la seigneurie de Buc à 80 000 livres. Buc fut acquis par Louis XIV en 1692.

75 MC, CVI 26, 20 octobre 1664, inventaire après décès de Jacques de Hillerin. Ibid., dépôt le 13 juillet 1664 de son testament olographe en date du 10 octobre 1651.

76 MC, LXXIII 508, testament déposé avec l’inventaire après décès du 1er septembre 1677, avec la mention de la main de la testatrice que ce testament ne servait « de rien, en ayant fait un autre ».

77 Ibid., autre testament ne servant non plus de rien. Les factums commentent la succession des trois testaments.

78 MC, LXXV 128, 22 août 1665, transaction entre messire Jean de Hillerin, conseiller au parlement, demeurant quai Malaquais à Saint-Germain des Prés, et dame Marie Angélique de Hillerin, son épouse, séparée de biens et d’habitation par sentence du Châtelet du 1er août 1665 et arrêt du parlement du 21 août 1665.

79 MC, LXXIII 508, 1er septembre 1677, inventaire à la requête de Claude Blondeau, exécuteur testamentaire, titre 89.

80 BNF, Z Morel de Thoisy 238 f° 100, Lettres écrites par me Claude Blondeau, avocat en la cour, à madame d’Hilerin de Bazoches, comprises dans l’inventaire fait après son décès, le 1er septembre 1677, reconnues en vertu de l’arrêt du 24 du même mois par-devant M. de Morillon, conseiller, suivant le procès-verbal du 5 mars 1678, où l’on voit les mauvais desseins de Blondeau et qu’il a usé de toutes sortes d’artifices pour ôter le nom, le bien et l’honneur à la famille d’Hilerin. Les lettres sont assez vaudevillesques. Hillerin ne s’était aperçu de la liaison de sa femme avec Blondeau qu’en 1667, il avait jusque-là continué sa confiance à son secrétaire qui avait négocié les termes de la séparation de biens. Malgré Blondeau, Hillerin avait imposé des clauses financières qui lui étaient très favorables. Le « prix de la liberté », dit un factum… La correspondance de Blondeau, qui était un érudit manceau, semble manifester un certain sentiment de revanche sociale : il appelle avec ironie Jean 2 de Hillerin « le seigneur » et Pierre de Hillerin « le veneur ».

81 BNF, Z Morel de Thoisy 232 f° 73, Factum pour messire Pierre d’Hillerin, seigneur de Buc, capitaine de la grande fauconnerie du roi, héritier de dame Marie Angélique d’Hillerin, sa nièce, contre me Claude Blondeau, qui contient un récit circonstancié de la séparation de bien et d’habitation. L’avocat qui écrit le factum remarque que la donation générale opérée par Marie Angélique est juste postérieure au double décès de son père et de son oncle, tous deux prénommés Charles, et voit là l’explication du legs universel fait à Blondeau. Ibid., f° 79, un autre factum pour messire Pierre d’Hillerin, chevalier, seigneur de Buc, capitaine de la grande fauconnerie, héritier pur et simple de dame Marie Angélique d’Hillerin, sa nièce, contre les légataires particuliers, s’exclamait : Blondeau « triomphe avec son fils chargé des dépouilles et des armes de la maison d’Hilerin ». L’affaire est cependant étonnante. Il est assez normal, en raison des procès, que l’on ne retrouve pas la minute du testament olographe de Marie Angélique dans les minutes (en mauvais état) du notaire Nera où il fut déposé le 20 août 1677. Mais qui pouvait bien être le fils aîné de Blondeau ? Ce dernier n’avait pas été marié avant de venir servir le conseiller Jean de Hillerin et il ne s’était évidemment pas marié pendant sa liaison avec Marie Angélique. Sans doute le testament de cette dernière imagine-t-il un mariage postérieur au décès de la testatrice et elle fait ce legs universel à un enfant putatif encore à naître, à moins qu'il ne s’agisse d'un fils de Claude Blondeau... et d’elle..

82 François Jamet de La Guessière (éd.), Journal des principales audiences du parlement avec les arrêts qui y ont été rendus, t. III, 1674-1685, Paris, Robustel, 1733, p. 362-369. Le piquant de l’affaire est que Claude Blondeau, arrêtiste connu, était un des rédacteurs du Journal du Parlement. Son nom n’est pas cité dans la publication de l’arrêt, mais seulement ses initiales C. B. Je n’ai pas consulté les éventuelles éditions antérieures de ces arrêts.

83 Les factums comme sources d’histoire sont l’objet de réflexions nouvelles. Voir Géraldine Ther, Jeux de rôles et de pouvoir. La représentation des femmes dans les factums (1770-1789), Dijon, EUD, 2017, et Claire Chatelain, « Procédure civile de séparation en haute robe parisienne à la fin du règne de Louis XIV », in Claude Gauvard et Alessandro Stella (dir), Couples en justice, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 167-184, ainsi que Ead., « Les factums dans la procédure civile d’après un procès en séparation de couple (1704-1709) », in Jacquelne Vendrand-Voyer (éd.), « Découverte et valorisation d’une source judiciaire méconnue, les factums ou mémoires judiciaires », dossier de La revue du centre Michel de l’Hospital, 2013/3, p. 67-73. URL : http://droit.u-clermont1.fr/uploads/sfCmsContent/html/1094/LA%20REVUE%203_FACTUM.pdf.

84 MC, LXXXVIII 244, 18 février 1678. Le père dotait sa fille de 14 000 livres en deniers comptants et d’une demi-part dans le canal de la Loire à la Seine, bien dont la valeur semble avoir paru aléatoire au donateur lui-même ; la future recevait en outre 10 000 livres de sa tante et marraine homonyme, veuve d’un maître des Comptes. Sur les biens de la future, 15 000 livres entreraient en communauté ; le douaire était fixé à 3 000 livres de rente rachetable pour 60 000 livres et le préciput à 10 000 livres. La corbeille de la mariée était peu remplie par rapport à celle de Marie Angélique que Jean avait épousée plus d’un quart de siècle auparavant. La ruine du président Charreton était de notoriété publique.

85 MC, LXXXVIII 251, 25 janvier 1680, demande de séparation de biens et d’habitation de dame Antoinette Charreton, épouse de messire Jean de Hillerin. Dans son testament, cité note suivante et rédigé au mois de septembre précédant la demande de séparation, Hillerin écrivait : « Je fais madame de Bazoges, executrice de mon present testament et oublie volontiers les subiez que j’ay de plainte contre elle qui sçait en sa conscience comme j’ay tousiours voulu bien vivre avec elle, mais comme je demande misericorde a Dieu qui m’oblige de pardonner a ceux qui nous ont offensé, je fais la mesme chose envers lad. dame que je prie vouloir faire prier Dieu pour moy, particulierement aux bonnes festes qu’elle communira, tout son soing comme le mien estant de faire nostre salut ».

86 MC, XCVIII 275, 2 février 1681, dépôt du testament olographe de Jean de Hillerin, rédigé le 21 septembre 1679.

87 BNF, Dossiers bleus 358, Hillerin 9282 (MF 25 949), p. 7 du factum, datant de 1729.

88 AN, Y 187 f° 232 v°, 5 mai 1650 : la substitution mérite qu’on la cite : « pour la conservation du nom et armes de sa maison, il a substitué et substitue par ces présentes, le fils aisné masle qui se trouvera issu de sond. nepveu en loyal mariage apres son decedz pourveu qu’il soit de la religion catholique apostolique et romaine et non autrement, comme aussy led. sieur donnant a substitué et substitue aud. filz aisné mourant le filz aisné qu’il auroit en loyal mariage et ainsy de masle en masle par ordre graduel, et ou il ne resteroit aucuns masles desd. aisnez, il luy substitue au dernier masle le second masle dud. sr Jean de Hillerin, et aud. second deceddant sans enffans masles et ses enffans masles sans enffans masles, il leur substitue et au dernier mourant sans enfans masles le troisiesme filz masle et ainsy des autres enffans masles naissant du mariage d’icelluy sieur Jean de Hillerin, icelluy Jacques de Hillerin luy substitue mre Charles de Hillerin, chevalier, sieur de La Touche Hillerin, aussy nepveu dud. sieur donnant, et apres luy son fils aisné et ainsy successivement d’aisné en aisné masle a l’exclusion des filles, et ou lesd. aisnez viendroient a decedder sans laisser aucuns enfans masles, led. sieur donnant substitue au dernier mourant le second ou troisiesme enffans masles ou autres enffans masles yssus en loyal mariage dud. sieur Charles de Hillerin de degré en degré en la mesme forme qui est dicte cy dessus, l’ordre de primogeniture et d’aisnesse tousjours gardé et observé et a deffault de la lignée masculine dud. sr Charles de Hillerin, led. sr donnant luy a substitué et substitue mre Pierre de Hillerin, chevalier, seigneur de Buc et de La Gueriniere, conseiller et maistre d’hostel ordinaire du roy, pareillement son nepveu et apres luy son filz aisné et ainsy d’aisné en aisné, et a deffault d’aisné masle, le second, troisiesme ou quatriesme filz aisné dud. sr de La Gueriniere ou autres ses enffans masles par le mesme ordre de degré et forme que dessus a l’exclusion des filles et a la charge de porter le nom et armes pleines dud. sieur donnant et a la charge aussi que tous les substituez seront de la religion catholique, apostolique et romaine et non autrement ».

89 MC, XCII 413, 20 avril 1720, achat par le prince de Conti, qui servait de prête-nom à la veuve du comte de Fontaine, maréchal de camps, de la grande maison quai Malaquais, dite hôtel de Transylvanie, moyennant 210 000 livres de prix principal et 10 000 livres de pot de vin. Il est vrai que l’on était en 1720 au cœur de la crise financière (la livre tournois ne pesait même plus trois grammes d’argent fin), mais la crise constituait une opportunité fantastique pour se désendetter. Et Jean-Baptiste de Hillerin sut se défaire de la substitution pour profiter de cette conjoncture favorable pour les débiteurs.

90 MC, LXIX 311, 9 juillet 1732, inventaire après décès du fils de Pierre de Hillerin, Jean-Baptiste de Hillerin, dont on tire beaucoup d’informations : n° 81, mention du testament de Marie de Hillerin, veuve de Claude Olivereau (1er mars 1671, déposé pour minute le 16 août 1674 à Lefebvre, notaire royal à Fontenay le Comte).

91 Sylvie Steinberg, « Au défaut des mâles. Genre, succession féodale et idéologie nobiliaire (France, xvie-xviie siècles), Annales HSS, n° 67/3, 2012, p. 679-713.

92 BNF, Z Morel de Thoisy 232, f° 73, factum pour messire Pierre d’Hillerin…, héritier de dame Marie Angélique d’Hillerin, sa nièce, contre me Claude Blondeau. BNF, Fol FM 5880. Ce factum employé pour les salvations des enfants mineurs de Pierre de Hillerin, seigneur de Buc, plaidant contre leur père, prétend citer plus précisément le testament : « Item je donne et legue par substitution (mes dettes & legs pieux preferablement payez) au fils aisné de mon frere de Buc, mon fillol, ma maison et terre noble & seigneurialle du Boistissandeau, et, s’il alloit de vie a trépas sans enfans, le mesme don ira au fils aisné de la fille aisnée, à la charge d’adjoûter avec le nom qu’il tiendra de son père, le nom d’Hilerin et de porter mes armes aussi avec les siennes. Je fais cette donation en manière de substitution pour faire subsister au moins un de mon nom de mes néveux et niéces. J’ordonne de faire insinuer au greffe de Poitiers et aux cours où il sera necessaire dans l’année de mon decés ce present testament pour rendre notoire & faire subsister cette mienne volonté, don et substitution, pour la conservation de ma famille & de mon nom ».

93 MC, LXXV 130, 10 mars 1666, transaction extrêmement étrange (Jean 2 de Hillerin cédait les revenus d’une terre appelée Landreau, non loin de Mortagne (il s’agit de Mortagne-sur-Sèvre au sud-ouest de Cholet, mais en Vendée) que Charles 2 de Hillerin pourrait exploiter par ses mains, moyennant le paiement de 1 800 livres à Jean 2) ; MC, XCVIII 275, 17 février 1681, inventaire après décès du conseiller Jean 2 de Hillerin, titre 10, 23 février 1669 (l’acte est en déficit dans les minutes du notaire Raveneau, étude CXXI) : peu avant son décès qui eut lieu en avril, l’ermite janséniste de Saint-André (Saint-André sur Sèvre, non loin de Bressuire) finit par vendre à Jean 2 de Hillerin le tiers lui appartenant du château et seigneurie de Putille moyennant 10 000 livres, dont 4 000 livres comptant, et 1 000 à la décharge de Charles 1 de Hillerin, seigneur de La Touche, frère aîné de Charles 2 et père de Marie Angélique, lequel devait aussi décéder en 1669. Comme on ne peut pas décemment supposer que Charles 2 de Hillerin était intéressé par les biens de la terre, il devait agir ainsi pour soutenir la cause de sa nièce qui était son héritière (on se souvient que, dans son testament de 1657, Marie Angélique l’avait désigné comme exécuteur testamentaire). Peut-être même lui fournissait-il les liquidités dont elle avait tant besoin. À noter que l’ermite logeait pour l’occasion chez le président Potier de Blancmesnil, un de ses admirateurs quand il officiait à l’église Saint-Merry.

94 BNF, 4 FM 15445, factum pour dame Marie Angélique de Hillerin contre les créanciers de son père. Marie Angélique avait joui paisiblement de la terre de Linières jusqu’en 1669, auquel temps Marie de Hillerin, dame du Boistissandeau, sa tante, l’a fait « interrupter comme creanciere anterieure dudit sieur de la Touche, son frere ». MC, LXXIII 508, 1er septembre 1677, inventaire après décès de Marie Angélique de Hillerin, titre 34, Linières avait été acheté devant deux notaires de Rennes pour 18 600 livres le 6 décembre 1607.

95 MC, CXXI 85, 25 mars 1672.

96 MC, CVI 26, le 13 juillet 1664, en son domicile du quai Malaquais, Jacques de Hillerin remet lui-même au notaire son testament olographe en date du 10 octobre 1651 avec un codicille.

97 Sur cette question qui a fait couler tant d’encre ces dernières années, je me permets de renvoyer à une courte étude où j’ai essayé d’adapter les travaux classiques des anthropologues au fonctionnement de la société du xviie siècle : R. Descimon, « Don de transmission, indisponibilité et constitution des lignages au sein de la bourgeoisie parisienne au xviie siècle », Hypothèses 2006. Travaux de l’École doctorale d’Histoire, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 413-422. C’est à Marcel Mauss que l’on doit l’idée essentielle que le don implique une identification du donateur et de l’objet et, par là, du donateur et du donataire (« Essai sur le don », in Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, Quadrige, 1983 [1923-24], p. 216-224).

98 C. Chatelain, « Le mari violent et la femme insoumise : entre conflits d’intérêt et théâtralité des genres, le procès Pommereu », in R. Descimon et É. Haddad (dir.), Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la haute robe parisienne (xvie-xviiie siècle), Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 125-155.

99 C. Chatelain, Chronique d’une ascension sociale : exercice de la parenté chez de grands officiers, xvie-xviie siècles, Paris, Éd. de l’EHESS, 2008, p. 333-356. Maurice Daumas, « Les conflits familiaux dans les milieux dominants au xviiie siècle », Annales ESC, n° 42/4, 1987, p. 901-923.

100 MC, LXXIII 515, 19 septembre 1679, l’inventaire après décès, et les neuf testaments de Claude Fornier, déposés le 10 septembre, ainsi que celui, antérieur, de Catherine Leschassier, sa femme. AN, Y 3960A, 30 septembre 1667, et Y 3918B, 30 juin 1668, montrent que les grands-parents de la première femme de Pierre de Hillerin, puis son frère, lui avaient fait retirer la tutelle de ses deux filles du premier lit, lesquelles furent mises en religion. La famille de Pierre Hillerin est précisément connue grâce à BNF, Nouvelles acquisitions françaises 1662 (microfiche 7056), livre de dévotion de Sœur Élisabeth de sainte Madeleine, la seconde fille du second lit de Pierre de Hillerin et de Marie Fornier, cette religieuse feuillantine ayant copié les actes de naissance de ses frères.

101 Françoise Zonabend, « Le très proche et le pas trop loin. Réflexions sur l’organisation du champ matrimonial des sociétés à structures de parenté complexes », Ethnologie française, n° XI/4, 1981, p. 311-318.

102 Pierre Lamaison, « Les stratégies matrimoniales dans un système complexe de parenté : Ribennes en Gévaudan (1650-1830) », Annales ESC, n° 34/4, 1979, p. 721-743.

103 Alain Collomp, « Alliance et filiation en Haute-Provence du xviiie siècle », Annales ESC, n° 32/3, 1977, p. 445-477.

104 Pierre Bourdieu, « La terre et les stratégies matrimoniales », in Le Sens pratique, Paris, Éd. de Minuit, 1980, p. 249-270, qui est la version remaniée d’un célèbre article paru dans les Annales ESC, n° 27/4-5, 1972, p. 1105-1125.

105 Georges Augustins, Comment se perpétuer ? Devenir des lignées et destins des patrimoines dans les paysanneries européennes, Paris, Nanterre, Société d’ethnologie, 1989. Voir le stimulant essai de Lilyan A. Brudner et Douglas R. White, « Class, Property, and Structural Endogamy : Visualizing Networked Histories », Theory and Society, n° 26, 1997, p. 161-208.

106 Mathieu Marraud, De la Ville à l’État. La bourgeoisie parisienne xviie-xviiie siècle, Paris, A. Michel, 2009. R. Descimon, « Les chemins de l’inégalité menaient-ils à la pérennité des lignages ? Réflexions sur les procédés juridiques qui permettaient de s’émanciper des normes égalitaires dans la coutume de Paris (xvie-xviie siècle) », in J.-F. Chauvard (dir.), « Fidéicommis… », op. cit., p. 383-401.

107 G. Delille, « La France profonde »…, art. cit., p. 923 : dans le régime traditionnel de parenté, « il en résulte paradoxalement un surcroît d’endogamie et de consanguinité » [« en » fait référence à l’immigration] : mais « l’afflux des populations extérieures introduit une asymétrie fondamentale entre consanguinité proche et consanguinité éloignée », la première étant favorisée, la seconde ayant perdu son rôle systémique.

108 Le riche concept proposé par Sarah Hanley dans « Engendering the State : Family, Formation and State Building in Early Modern France », French Historical Studies, n° 16/1, 1989, p. 4-27, et « Social Sites of Political Practice in France : Lawsuits, Civil Right and the Separation of Powers in Domestic and State Government 1500-1800 », The American Historical Review, n° 102/1, 1997, p. 27-52, a été développé par plusieurs études éditées dans R. Descimon et É. Haddad (éds), Épreuves de noblesse.., op. cit.

109 G. Delille, « La France profonde »…, art. cité, p. 913.

110 É. Haddad, Fondation et ruine d’une « maison ». Histoire sociale des comtes de Belin (1582-1706), Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2009.

111 Martine Bennini, « Mémoire, implantation et stratégies familiales : les Leclerc de Lesseville (xvie-xviiie siècle) », Revue d’histoire moderne & contemporaine, n° 54/3, 2007, p. 7-39.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Viole
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8615/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Figure 2. Chevalier
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8615/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Figure 3. Hennequin
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8615/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 4. Pierre de Forestz, ses neveux et alliés
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8615/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 5. Généalogie de Hillerin
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8615/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Descimon, « Le trop proche ? Mariages dans le nom du père à Paris aux xvie et xviie siècles », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 19 Bis | 2018, mis en ligne le 25 juin 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/acrh/8615 ; DOI : 10.4000/acrh.8615

Haut de page

Auteur

Robert Descimon

Robert Descimon était directeur d'études à l'école des hautes études en sciences sociales. Il a travaillé et travaille encore sur la Ligue et la Fronde parisiennes, sur la vénalité des offices publics et la construction de l'état monarchique, sur les formes particulières de la dévotion catholique à Paris durant les guerres de Religion (le catholicisme corporatif ou incorporé) et de façon générale sur la société d'Ancien Régime comme système.)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals