Navigation – Plan du site

Le « nom fragile » : mobilité onomastique, sociale et géographique entre Marches et Romagne (Italie centrale) à l’époque moderne

Michaël Gasperoni

Résumés

Cet article se propose d’étudier les conditions et les implications pratiques et idéologiques de l’émergence tardive des noms de famille dans une région d’Italie centrale ayant accusé un net « retard » en la matière par rapport au reste de l’Europe ou même de la péninsule italienne. En effet, l’absence de noms de famille touche une partie non négligeable de la population des Marches et de Romagne jusqu’au début – voire, dans certains cas, jusqu’à la fin – du xviiie siècle. L’anthroponymie constitue ainsi une clé de lecture tout à fait efficace pour pénétrer au cœur des dynamiques de mobilité et de reproduction familiales ou sociales. D’abord absent, le nom devient rapidement un outil ou un enjeu central que les individus ou les groupes de toute condition manipulent pour se différencier ou se perpétuer. Il est aussi révélateur de certaines conceptions de la famille, s’inscrit dans des logiques individuelles ou collectives que l’œuvre de Gérard Delille nous a données à voir et à étudier sur la longue durée à travers les phénomènes de parenté. Quand le nom devient « fragile » et que la continuité d’une lignée est menacée, les familles n’hésitent pas à s’appuyer sur des familles démographiquement plus vigoureuses, mais socialement plus « fragiles », car allogènes ou moins fortunées, qui adoptent et relèvent alors leur le nom. Les femmes (filles, nièces, sœurs) occupent une place centrale dans ces alliances matrimoniales la plupart du temps asymétriques et à travers lesquelles le « besoin d’éternité » et l’idéologie agnatique et patrilinéaire des familles qui sont sur le point de s’éteindre peut pleinement s’exprimer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archivio parrocchiale di Montefiore (parrocchia di San Paolo), Liber Tertius Matrimoniorum, ab anno (...)

Le 10 août 1692 furent contractées les fiançailles entre Domenico [rajouté : « Foschini »] né illégitime, garçon du Sieur Cosimo Illirici, et dame Paola, fille de feu Francesco Baratta […] à condition que ledit Domenico prenne un nom de famille1.

  • 2 Pour un aperçu historiographique, on se reportera au dossier coordonné et introduit par Cyril Grang (...)
  • 3 Christian Bromberger, « Pour une analyse anthropologique des noms de personnes », Langages, vol. 16 (...)
  • 4 Monique Bourin et Pascal Chareille, Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, s.l., Publications (...)
  • 5 Mélanges de l'école Française de Rome - Moyen Âge, vol. 106, n° 2, 1994 ; Mélanges de l'école Franç (...)

1La question du nom, de sa signification, de sa transmission et de sa fonction, a fait l’objet, surtout depuis une trentaine d’années, de nombreux travaux, tant de la part des historiens que des anthropologues ou des sociologues2. En 1982, Christian Bromberger se demandait « dans quelle mesure l’anthroponymie [pouvait] être un outil heuristique pour l’anthropologie sociale »3, c’est-à-dire prendre la forme d’un véritable instrument ne se limitant pas à décrire l’origine et la diversité des noms, mais permettant bien de l’ériger en véritable clé de lecture des sociétés. Quelques années plus tard, les historiens médiévistes se sont emparés de la question de « la genèse médiévale de l’anthroponymie moderne »4, en prenant la France pour point de départ. Les recherches ont ensuite été élargies à d’autres aires géographiques, et l’Italie a très largement bénéficié de ce renouvellement méthodologique et historiographique, qui a ensuite été renforcé par un autre travail collectif de grande envergure5. Un système à deux éléments (prénom et nom) et un mode de transmission des noms de famille patrilinéaire se sont progressivement installés dans le paysage onomastique européen à partir des xie et xiie siècles, avec quelques disparités régionales et une diffusion plus lente dans certains groupes sociaux.

2Si la période médiévale a été particulièrement bien étudiée, les enquêtes systématiques portant sur le début de l’époque moderne et sur l’ensemble de la population, en particulier sur les classes populaires, sont moins nombreuses. Comme le rappelle Roberto Bizzocchi à propos du cas des Marches, en Italie centrale,

  • 6 Roberto Bizzocchi, « Marchigiani senza cognome. Un'inchiesta nell'Italia napoleonica », Quaderni st (...)

[...] nous sommes surtout informés sur la genèse et les vicissitudes des noms de famille nobiliaires, alors qu’une recherche sur ceux des classes populaires italiennes entre Moyen Âge et époque moderne reste encore quasiment à écrire. On doit se demander si tout est vraiment déjà joué – comme nous sommes portés à le penser, et parfois à l’écrire, de prime abord – dans les décennies qui suivent l’application des décrets du concile de Trente sur la tenue des registres paroissiaux. Le fait même que le problème de l’absence du nom de famille se pose encore au début du xixe siècle suggère que les recherches à conduire pourront peut-être nous réserver aussi quelques surprises ; assurément, cela nous aidera à enrichir notre vision d’un thème crucial de l’histoire moderne, celui de la définition de l’identité individuelle et familiale en relation avec les pratiques de vie quotidienne dans les communautés et avec les interventions normatives et normalisatrices des bureaucraties ecclésiastique et étatique6.

  • 7 Ce travail s’appuie sur des recherches doctorales et postdoctorales conduites entre 2007 et 2016 en (...)
  • 8 Par lignée ou segment, j’entends ici un « groupe de filiation dont les membres descendent d’un même (...)

3C’est précisément dans la partie située au nord de cette région d’Italie centrale que s’est déroulée la présente enquête, qui porte sur plusieurs diocèses : ceux du Montefeltro (San Marino-Pennabilli) et de Rimini en particulier, mais aussi ceux de Pesaro et d’Urbino, où des sondages plus ponctuels ont été opérés7. Cette aire géographique comporte un intérêt certain dans la mesure où le nom de famille ne s’y est affirmé et stabilisé que très tardivement par rapport aux autres régions de l’Europe ou de la péninsule italienne. Jusqu’au début du xviiie siècle, en effet, une part importante de la population ne porte toujours pas de nom de famille, et parmi les familles qui en possèdent un, il n’est pas rare qu’il subisse des modifications significatives ou change littéralement, tout au long de la période moderne, ce qui entraîne la création constante de nouvelles lignées, ou segments8.

  • 9 Voir notamment Gérard Delille, Famille et propriété dans le Royaume de Naples (xve-xixe siècle), Ro (...)

4Ce mécanisme de segmentation a occupé une place importante dans les travaux de Gérard Delille, qui a démontré combien il était nécessaire de l’étudier sur la longue durée, car il n’est pas sans incidence sur l’évolution des structures familiales et sociales des sociétés d’Ancien Régime9. L’absence ou l’instabilité du nom de famille va en effet de pair avec une certaine manière de faire et de se représenter famille et parenté ; elle est également un indicateur des dynamiques de reproduction et de différentiation sociale, au sein desquelles les femmes et les apports féminins constituent un rouage fonctionnel que les acteurs actionnent au gré de leurs besoins. C’est donc à partir de ces recommandations de G. Delille que je me propose, dans cette contribution, d’examiner, sur la longue durée et à partir d’une longue enquête dans les archives paroissiales, diocésaines, notariales et fiscales, le processus de formation et de stabilisation du nom de famille dans une région ayant accusé un retard significatif par rapport au reste de l’Europe. Il s’agira également de réfléchir à la manière dont ce processus a contribué à définir et à modeler les identités familiales et sociales.

L’émergence des noms de famille

Une apparition tardive

5En parcourant la documentation d’archives, on est d’emblée étonné de constater qu’un nombre non négligeable d’habitants des Marches, de Romagne et de San Marino ne portent toujours pas de noms de famille au début voire à la fin de l’époque moderne. Dans les sources, ces individus, qui ne se situent pas toujours en bas de l’échelle sociale, sont en effet désignés par leur nom de baptême, auquel est apposé celui du père, parfois du grand-père, un surnom ou un lieu d’origine, plus rarement une profession. Cette absence interroge bien entendu le chercheur, tant d’un point de vue méthodologique que pour ce qu’elle pourrait signifier. De fait, cette habitude d’associer systématiquement ou presque les personnes à leur filiation patrilinéaire (« Martino fils de Pierre fils de Raniero ») a débouché, le temps passant, sur un système onomastique de type essentiellement patronymique et renvoyant à un ancêtre apical agnatique (ici « Ranieri »).

  • 10 Anthony Molho, « Noms, mémoire, identité publique à Florence à la fin du Moyen Âge », Mélanges de l (...)

6S’il est aisé de percevoir la manière dont les autorités qui avaient la charge de les enregistrer nommaient leurs sujets, il est plus difficile de connaître la manière dont ces mêmes personnes se nommaient elles-mêmes et se représentaient cette identité patrilinéaire et agnatique commune. À ce propos, Anthony Molho prend justement comme exemple le cas du Florentin Giovanni Rucellai, qui vante, dans son Zibaldone, ses origines familiales, sa maison, l’ancienneté et la puissance de son nom10. Pourtant, ses ancêtres, dans les sources, ne sont jamais identifiés comme des membres de la famille Rucellai. La documentation d’archive ne les mentionne que par leur nom de baptême suivi du nom du père, parfois du grand-père, ou d’un métier, mais jamais par leur nom de famille. Cela ne signifie évidemment pas qu’ils n’en portaient pas, mais que les sources ne le mentionnaient pas. Le système du nom de famille n’avait probablement pas encore acquis toute la charge symbolique et émotionnelle qu’on lui attribua par la suite, à moins qu’il ne s’agît tout simplement d’une pratique courante parmi les hommes de l’écrit à cette époque.

  • 11 R. Bizzocchi, « Marchigiani senza cognome. Un'inchiesta nell'Italia napoleonica », art. cit., p. 57 (...)

7Le fait que le nom de famille n’apparaisse pas dans les sources ne signifie pas forcément qu’il ait été inexistant ou inutilisé au quotidien11. En effet, il convient de signaler que dans les archives des xvie et xviie siècles, certains individus, qui possèdent bien un nom de famille, parfois très ancien et bien identifiable dès la période médiévale, sont parfois uniquement enregistrés avec leur nom de baptême et leur filiation patrilinéaire, ce qui rend d’ailleurs leur identification formelle complexe et conduit le chercheur à faire des erreurs lorsqu’il doit reconstituer les généalogies. Cette situation, qui concerne plus rarement les élites urbaines, résulte probablement du fait que c’est le nom de baptême qui, à ce moment-là, désigne et distingue en premier lieu les individus, comme en témoignent les répertoires (rubricelle) des registres paroissiaux ou encore des notaires qui, jusque dans les années 1750 environ, et quel que soit le cadre géographique, urbain ou rural, ne sont pas organisés par ordre alphabétique des noms de famille, mais bien des prénoms, selon un usage courant depuis le Moyen Âge dans cette partie de l’Italie centrale. Le nom de famille n’a pas encore acquis toute sa force, sa symbolique et sa fonction.

8Il faut attendre le milieu du xviiie siècle pour que les familles dans leur ensemble – même si l’on constate ici ou là quelques cas réfractaires – possèdent un nom, désormais figé et unique. La plupart de ces noms de familles sont des patronymes et donc issus du nom d’un ancêtre, dont on s’est approprié à un moment précis de la saga familiale le prénom, la renommée supposée, la qualité. Cet ancêtre s’est transformé ainsi en symbole collectif, a cessé d’être un individu pour devenir le référent commun de ses descendants, qui affirment leur identité à travers son nom : le cognomen devient un instrument de la mémoire collective et de la différentiation des lignées, permet d’identifier précisément l’ensemble des personnes unies par des liens de sang ou d’alliance. Il est le symbole de leur unité et de leur origine commune. Le nom de l’ancêtre cesse alors d’être propre et s’offre à tous en commun.

Une nette disparité entre « ville » et campagne

9Des sources d’archives émerge une cartographie anthroponymique de la société romagnole, marchésane et saint-marinaise au xviie siècle toute particulière, et l’on est frappé par l’importante proportion de familles sans nom à cette époque. Le processus d’émergence et de consolidation du nom de famille a été particulièrement lent sur l’ensemble du territoire. De ce point de vue, l’écart entre les aires urbaines et les campagnes, est flagrant. Ce n’est vraiment qu’à partir des années 1650-1660 que le nom de famille s’impose définitivement – ce qui n’empêche d’ailleurs pas que nombre de patronymes continuent d’évoluer ou changent littéralement, notamment sous l’effet du recours permanent aux surnoms. Ainsi, dans la petite paroisse de Faetano, située dans la République de Saint-Marin, un peu plus de la moitié des familles recensées dans les états des âmes (status animarum) ne porte pas de nom en 1641, et la situation s’inverse de manière symétrique une trentaine d’années après (Tableau 1).

  • 12 Les états des âmes de 1641 et 1674 sont conservés dans la paroisse de Faetano (APFa), tandis que ce (...)

Tableau 1. Paroisse de Faetano (San Marino). Diffusion des noms de famille12

Année

Nombre de familles

Avec nom de famille (%)

Sans nom de famille (%)

1641

52

42 %

58 %

1674

60

56,7 %

43,3 %

1772

51

100 %

0 %

  • 13 Il est regrettable que le plus gros centre urbain, la Terra, qui s’apparente à une ville (città), b (...)
  • 14 Proche des quartiers urbains, la villa de Tessano était composée de nombreuses familles d’artisans (...)

10Dans un recensement partiel daté de 1634, qui concerne cette fois plusieurs quartiers (contrade) ou paroisses de la République, les disparités entre les bourgs ou faubourgs (« Borgo » et « Piagge »13) et les campagnes sont flagrantes. Dans le bourg principal (« Borgo »), 85% des familles sont désignées par un nom, contre environ 15% sans nom de famille. Ces dernières sont composées d’ouvriers agricoles (braccianti et lavoratori), d’individus isolés ou de petits feux (on y trouve notamment des veuves, des membres du clergé, ou encore la famille d’un individu nommé par son seul prénom – probablement un surnom : Ceccharone, issu de « Francesco »). À la campagne – à l’exception du petit village de Cailungo où sont enracinées de très anciennes familles de moyens ou grands propriétaires dont les noms apparaissent déjà dans les sources médiévales, un grand nombre de familles ne portent toujours pas de nom : la moitié des familles d’Acquaviva (49%), les deux tiers de celles de Fiorentino (67%), plus d’un tiers de celles de Tessano14 et la moitié des familles de Valdragone/San Giovanni (48%) (Tableau 2).

  • 15 ASRSM, Stati delle anime, b.190.

Tableau 2. San Marino, 1634. Diffusion des noms de famille15

Contrada/Paroisse

Nombre de familles

Avec patronyme (%)

Sans patronyme (%)

Acquaviva

47

51 %

49 %

Fiorentino

33

33 %

67 %

Piagge

48

71 %

29 %

Tessano

22

64 %

36 %

Borgo

70

85,3 %

14,7 %

Valdrag./San Gio.

46

52 %

48 %

Cailungo

35

88,6 %

11,4 %

Total

301

64 %

36 %

11Dans la principale paroisse de la République (Pieve), composée de six quartiers, ou contrade, dont un petit centre urbain, un bourg et un petit faubourg, la diffusion des patronymes a également été lente et progressive, et ne s’est achevée que dans les années 1730. Ainsi, en 1671, 89 % des familles recensées dans les états des âmes sont désignées par un nom de famille. On remarque dans ce cas aussi l’avance des « citadins » par rapport à la population des campagnes, où de nombreuses familles n’ont toujours pas de nom. Les chefs de famille continuent à n’être désignés que par leur prénom, suivi de celui du père et du grand-père paternel (beaucoup moins fréquemment d’un nom de lieu, d’un métier ou d’un sobriquet). Les individus solitaires, en particulier les femmes, qu’elles soient veuves ou travailleuses journalières (casanolante), portent très rarement un nom de famille. Une telle situation perdure au tout début du xviiie siècle, avec tout de même 15 % de feux sans noms de famille en 1703. En 1736, la totalité des familles, à une exception près, a finalement un nom, après un long et progressif processus d’émergence et de consolidation qui aura duré près de deux siècles (Tableau 3, Tableau 4, Tableau 5).

Tableau 3. Paroisse de la Pieve (San Marino), 1671. Diffusion des noms de famille

Contrada

Nombre de familles

Avec patronyme (%)

Sans patronyme (%)

Terra (ville)

104

96 %

4 %

Borgo (bourg)

72

94,4 %

5,6 %

Piagge (faubourg)

35

88,6 %

11,4 %

Tessano, Casole, Ca’Centino

46

76 %

24 %

Valdragone

16

94 %

6 %

Cailungo

52

86,5 %

13,5 %

Total

325

89 %

11 %

Tableau 4. Paroisse de la Pieve (San Marino), 1703. Diffusion des noms de famille

Contrada

Nombre de familles

Avec patronyme (%)

Sans patronyme (%)

Terra (ville)

75

91 %

9 %

Borgo (bourg)

68

89,7 %

10,3 %

Piagge (bourg)

42

92,9 %

7,1 %

Tessano, Casole, Ca’Centino

43

72,1 %

27,9 %

Valdragone

18

83,3 %

16,7 %

Cailungo

39

79,5 %

20,5 %

Total

285

85 %

15 %

  • 16 Archivio Parrocchiale della Pieve di San Marino, Stati delle anime, 1671, 1703, 1736.

Tableau 5. Paroisse de la Pieve (San Marino), 1736. Diffusion des noms de famille16

Contrada

Nombre de familles

Avec patronyme (%)

Sans patronyme (%)

Terra (ville)

74

100 %

0 %

Borgo (bourg)

68

100 %

0 %

Piagge (bourg)

45

98 %

2 %

Tessano, Casole, Ca’Centino

47

100 %

0 %

Valdragone

15

100 %

0 %

Cailungo

34

100 %

0 %

Total

283

99,7 %

0,3 %

12Ce phénomène de généralisation tardive du nom de famille semble commun à toute l’aire géographique entourant la petite République de Saint-Marin, soit la partie méridionale de la Romagne (en gros l’actuelle province de Rimini) et la partie septentrionale des Marches (l’actuelle province de Pesaro-Urbino). Dans des contextes urbains comme Urbino, la diffusion des noms de famille a également été lente et inégale selon les milieux sociaux. L’écart s’accroît de façon significative dès que l’on passe les murs de la ville (fuori della città) : dans la campagne immédiate, la majorité de la population n’a toujours pas de nom de famille au début du xviiie siècle. Une telle situation ne concerne pas uniquement les travailleurs agricoles, dont la mobilité est parfois remarquable, mais aussi les petits ou moyens propriétaires, davantage enracinés sur le territoire pour y posséder quelque parcelle de terrain et auquel on les identifie fréquemment (les contrade rurales portent souvent le nom de ces familles et apparaissent ainsi dans les cadastres). Un nombre non négligeable d’artisans (mastri, artisti) ou de chefs de famille indiqués comme propriétaires de leurs habitations ne sont désignés que par leurs prénoms, alors que tous ou quasiment tous les « seigneurs », « citoyens » (cittadini) ou « nobles » sont indentifiables par un nom de famille. Il est en revanche intéressant de noter que l’ensemble des familles juives présentes dans le ghetto de la ville portent un nom de famille (Tableau 6 et Tableau 7).

  • 17 Archivio di Stato di Roma, Congregazione economica, b.21, Città di Urbino, Stati delle anime.

Tableau 6. Città di Urbino, 170817

Paroisse

Nombre de familles

Avec nom de famille (%)

Sans nom de famille (%)

Metropolitana

182

78

22

Sant’Agata (dentro la città)

103

64

36

Sant’Agata (fuori della città)

27

7

93

S. Bartolomeo (dentro la città)

79

58

42

S. Bartolomeo (fuori della città)

30

13

87

Santa Lucia (dentro la città)

128

79

21

Santa Lucia (fuori della città)

36

11

89

S. Paolo (dentro la città)

98

55

45

S. Paolo (fuori della città)

74

8

92

S. Sergio (dentro la città)

134

79

21

S. Sergio (fuori della città)

35

20

80

Ghetto juif

42

100

0

Totale

926

43

57

Tableau 7. Condition des chefs de familles sans patronymes, Urbino, 1708 (%)

Condition / origine sociale (%)

-

Paroisse

Uomo

Artista,

Mastro

Caporale

Donna, vedova,

maestra

Fattore,

Mulattiere

Ecclesiastiques (M/F)

Cittadino,

Nobile,

Signore(a)

Metropolitana

49,8

7,3

0

41,4

2,4

0

0

Sant’Agata (dentro la città)

35,1

8,1

0

40,6

5,4

8,1

2,7

Sant’Agata (fuori della città)

100

0

0

0

0

0

0

S. Bartolomeo (dentro la città)

60,6

0

0

39,4

0

0

0

S. Bartolomeo (fuori della città)

69,2

0

0

30,8

0

0

0

Santa Lucia (dentro la città)

48

0

0

48

0

0

4

Santa Lucia (fuori della città)

87

0

0

13

0

0

0

S. Paolo (dentro la città)

40,9

9,1

2,3

42,7

0

0

0

S. Paolo (fuori della città)

88,2

0

0

11,8

0

0

0

S. Sergio (dentro la città)

46

0

0

54

0

0

0

S. Sergio (fuori della città)

93

0

0

7

0

0

0

Totale

65,3

2,2

0,2

29,9

0,7

0,7

0,6

  • 18 Voir par exemple le mariage de Donino, paysan domicilié à Petralata, fils de Cesare et de Vittoria (...)
  • 19 R. Bizzocchi, « Marchigiani senza cognome. Un'inchiesta nell'Italia napoleonica », art. cit.

13Un siècle plus tard, un certain nombre d’habitants d’Urbino et de sa campagne immédiate ne portent toujours pas de noms de famille, comme cela apparaît dans les registres de l’État civil napoléonien (Tableau 8). Pour la plupart paysans, ouvriers agricoles ou petits propriétaires, ils ne sont désignés que par leur nom de baptême suivi de celui de leur père, et parfois de leur grand-père paternel18. Cette situation ne manqua d’ailleurs pas d’étonner des cadres de la bureaucratie du royaume d’Italie lorsqu’ils y furent confrontés dans le sud de la région (dans le département du Musone, dont le chef-lieu était Macerata) : ils diligentèrent ainsi une enquête, qui déboucha en 1813 sur la publication d’un décret imposant l’obligation de porter un nom de famille à tous ses citoyens du royaume19. Cette région de la péninsule italienne constitue donc un observatoire tout à fait intéressant pour analyser ce phénomène sur la longue durée.

Tableau 8. Ville d’Urbino, Stato civile napoleonico, mariages, 1810

Nombre de mariages

Époux (hommes)

avec nom de famille

Époux (hommes)

sans nom de famille

126

111 (88%)

15 (12%)

Comment naissent les noms : quelques exemples

14Examinons quelques cas d’émergence de patronymes dans la petite République de Saint-Marin. Au xviie siècle, Casole, petite contrada située dans la proche campagne de la principale paroisse de la République, abritait des familles de paysans relativement aisés, pour la plupart propriétaires. Lorsque l’on reconstitue leurs généalogies à partir des archives paroissiales et notariales, on s’aperçoit qu’un certain nombre d’entre elles sont issues d’un ancêtre commun, qui se nommait Filippo (né vers 1415). Celui-ci eut une nombreuse descendance, issue de deux de ses fils, Antonio et Michelino, à partir desquels se sont formés différents segments, devenus par la suite des familles distinctes et identifiables par des patronymes différents, bien qu’ayant maintenu une certaine unité résidentielle (Fig. 1).

Figure 1. Segmentation des familles de Casole (xve-xviiie s.)

Figure 1. Segmentation des familles de Casole (xve-xviiie s.)
  • 20 Paola Magnarelli, Nella rete republicana. Aspetti dell'Ottocento nella Repubblica di San Marino, Sa (...)

15La plupart des familles aisées des sept paroisses rurales de la République de Saint-Marin, que l’on pourrait qualifier de « bourgeoisie paysanne » et qui, à la fin du xviiie siècle et au début du siècle suivant, ont fourni le principal contingent d’homines novi, ont également connu ce processus de segmentation, qui eut pour conséquence de donner naissance à des unités agnatiques distinctes. On peut citer par exemple les familles Valentini et Filippi, ou encore les Pasquali et Marcucci, « qui constituent l’ossature […] “villageoise” de la notabilité propriétaire »20 de la paroisse de Montegiardino. En reconstituant les généalogies de ces familles (Fig. 2), on s’aperçoit qu’elles sont dans ce cas aussi issues d’un ancêtre apical agnatique commun, à partir duquel des segments se sont constitués à la génération suivante, autour d’un couple de germains ou de demi-germains. Leurs descendants ont par la suite adopté des noms de famille inspirés de l’ancêtre qui est à l’origine de l’autonomisation d’une ou plusieurs lignées, qui s’est effectuée au moment de la division des biens au sein de la fratrie et/ou lorsqu’un membre de cette fratrie s’est déplacé dans une autre maison et exploitation agricole, qui sont alors devenues l’espace physique et symbolique de la continuité de la nouvelle lignée.

16Comme on peut l’observer dans la , le segment ayant donné naissance à la famille Valentini fait figure à la fois d’exception et d’énigme. Il semblerait qu’aucun membre de la famille ne se soit jamais appelé « Valentino », prénom à partir duquel aurait pu être forgé le patronyme. Il pourrait donc s’agir d’un ancêtre plus éloigné auquel la famille aurait pu se référer auparavant ou en des temps immémoriaux, puisque l’on constate que la deuxième branche des Valentini, issue de Vincenzo, avait adopté pendant deux générations le patronyme « Censotti », en référence à l’ancêtre apical « provisoire » de la lignée (Vincenzo -> Censo -> Censotti), avant de revêtir, cette fois définitivement, le nom de famille « Valentini », comme l’autre branche collatérale, issue de Luca.

Figure 2. Principales familles de propriétaires de la paroisse de Montegiardino (xve-xviie s.)

Figure 2. Principales familles de propriétaires de la paroisse de Montegiardino (xve-xviie s.)

17Les cas présentés ici ne sont pas exceptionnels, et s’observent dans toutes les paroisses de la République de Saint-Marin et des environs, dans les diocèses de Rimini, d’Urbino et du Montefeltro. Ce phénomène est particulièrement marqué dans les campagnes, où il perduré au moins jusqu’au début du xviiie siècle.

Une constante segmentation

18L’émergence de nouveaux groupes agnatiques qui découle du phénomène des segmentations ne concerne pas uniquement les familles qui, du moins a priori, ne portent pas de noms de famille. De très anciennes familles, profondément enracinées sur le territoire et identifiables dès le Moyen Âge par un nom, sont également concernées. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple particulièrement significatif, une antique famille de meuniers et de propriétaires fonciers comme les Pasini de Saint-Marin, donna naissance à d’innombrables rameaux, qui s’autonomisèrent les uns des autres et revêtirent des noms de familles différents, qui n’eurent de cesse d’évoluer sur une très longue période.

19Nés dans la première moitié du Quattrocento, les frères Bartolo et Nicola Pasini résidaient dans la contrada de Pietra Marchese. Ils eurent chacun de nombreux enfants, dont la plupart des descendants conservèrent l’antique nom de famille. Cependant, trois d’entre eux furent à l’origine de différentes segmentations. Girolamo et son cousin Michele, alias Michelone, décidèrent de s’établir dans la paroisse de Montegiardino, située à quelques kilomètres de la terre de leurs ancêtres. Parmi leur progéniture, Giovanni (fils de Girolamo) et Pietro (fils de Michele alias Michelone) devinrent deux chefs de familles respectés, qui intégrèrent la notabilité paysanne locale. Dans les sources, Pietro est désormais désigné par un patronyme, issu du prénom de son père (« Micheloni »), tandis que Giovanni est toujours mentionné sous le nom de famille de ses ancêtres, « Pasini ». Giovanni mourut prématurément et Pietro prit en charge les enfants alors orphelins de son cousin, parmi lesquels Baldino, dont les enfants adoptèrent par la suite, comme leur père, le patronyme de leur grand-oncle, Pietro Micheloni. Le patronyme Micheloni s’est donc transmis de manière collatérale, alors qu’il faisait référence, à l’origine, à l’ancêtre de la branche de Pietro : la corésidence aura probablement unifié et assimilé les lignées cousines. À la génération suivante, on remarque que les deux lignées optèrent pour de multiples mariages agnatiques – en respectant néanmoins les interdits édictés par l’Église, puisque les unions se situent toutes au 5e degré canonique –, qui durent probablement renforcer la cohésion familiale, patrimoniale et onomastique : Girolamo, le fils de Bladino, épousa Giovanna, la fille de Michele, fils de Pietro, tandis que ses sœurs, Genevra et Orsolina, se marièrent avec Marino et Antonio, frères de Giovanna (Fig. 3).

Figure 3. Généalogie de la famille Pasini/Micheloni

Figure 3. Généalogie de la famille Pasini/Micheloni

20Examinons maintenant la branche du frère de Girolamo, Biagio, dont les descendants délaissèrent le patronyme Pasini pour adopter, dans un premier temps, celui de Molinari – nom qui rappelait la profession exercée par leurs aïeux (meunier) –, avant de revêtir le nom de Giancecchi pour une branche et, enfin, de Rossini pour un autre rameau de la famille (Fig. 4). Ici encore, c’est le prénom d’un ancêtre qui se transforme en patronyme (Giovanni Francesco -> Gian Cecco -> Giancecchi), ou probablement un de ses traits physiques (Rossini). Les frères se séparèrent et donnèrent naissance à de nouvelles lignées familiales. Le souvenir d’une commune origine s’effaça avec le temps et les nouveaux et différents noms de famille symbolisèrent à leur tour l’appartenance à des groupes désormais distincts.

Figure 4. Généalogie de la famille Pasini/Giancecchi/Rossini

Figure 4. Généalogie de la famille Pasini/Giancecchi/Rossini

21La famille Pasini n’en finissait pas de se segmenter et de donner naissance à de nouveaux groupes. Une autre branche des Pasini, qui s’était établie dans la paroisse voisine d’Acquaviva, est en effet à l’origine de différentes lignées : les Vichi, les Moretti, les Tabarini, les Pauletti (Fig. 5).

Figure 5. Généalogie de la famille Pasini/Vichi/Moretti/Tabarini/Pauletti

Figure 5. Généalogie de la famille Pasini/Vichi/Moretti/Tabarini/Pauletti

22Ainsi, lorsque l’on analyse les recensements de population (Stati delle anime) de la fin du xviiie siècle, on aurait tendance à penser que les familles qui ne portent pas le même nom sont des groupes tout à fait distincts les uns des autres. En réalité, un nombre significatif d’entre eux sont des groupes agnatiques qui se sont segmentés et autonomisés au fil de temps, et parfois de façon très tardive : le jeu des segmentations perdure en effet jusqu’au milieu du xviiie siècle.

  • 21 Persia Venerandi était la fille de Venerando Venerandi et d’Innocenza Calcigni alias Brandani.
  • 22 ASRSM, Raccola Bonelli, s.II, b.3/10, albero Fabbrini : « si deve provare se Pietro [Brandani alias (...)

23Ces segmentations à l’intérieur des groupes agnatiques multiplient les familles et les noms de famille. Pour citer d’autres exemples, la famille Chiavelli a engendré les Censoni, les Moretti et les Nicolini ; les Bugli sont devenus les Andreoni, Mengoni, Talevi, Bricchi, Muratori, Fagotti, Giulianelli, Fabbri, Tonelli, etc. Par conséquent, il est souvent difficile de reconstituer les généalogies et les liens de parenté, complexifiés en outre par les alliances internes situées à la limite ou au-delà de l’interdit d’inceste (4e degré canonique). Les acteurs eux-mêmes éprouvaient parfois des difficultés à se repérer dans ce labyrinthe des segmentations, notamment lorsque se posait la question de l’héritage et de la dévolution des biens, et que la parenté cognatique et la complexité onomastique venaient parasiter la mémoire généalogique. Ainsi, vers 1620, le problème se posa lorsqu’il fallut reconstituer la généalogie de la famille Brandani, divisée en plusieurs branches alors qu’elle était elle-même issue d’un segment de l’antique et noble famille Calcigni, : « on doit démontrer que Pietro [Brandani alias Francini], qui se dit frère de Persia [Venerandi21] était son frère utérin ou son cousin, et s’il était de la famille Calcigni ou de la famille Francini, puisque l’une et l’autre de ces familles sont aujourd’hui désignées par le nom de famille Brandani »22.

24Si la plupart des noms sont définitivement figés au milieu du xviiie siècle, certaines familles n’eurent de cesse de changer de noms de famille en dehors même de toute segmentation, parfois à chaque génération, jusqu’au début du siècle suivant. Ainsi la famille Rossi, composée de manouvriers et laboureurs, se faisait également appeler Contucci ou Contucci alias Pini (noms d’une branche maternelle), avant d’adopter le nom de « Filipucci » au début des années 1800, en référence à un ancêtre né… plus de deux siècles auparavant (Fig. 6). Cet exemple est particulièrement intéressant puisqu’il montre l’importante mémoire généalogique que les familles les plus modestes réussissaient à mobiliser, et l’attachement particulier dont elles pouvaient faire preuve envers les ancêtres quasi mythiques de la famille, auxquels on n’avait cessé de se référer dans l’imaginaire collectif.

Figure 6. Généalogie de la famille Rossi/Filipucci

Figure 6. Généalogie de la famille Rossi/Filipucci

Le nom de famille : différentiation, reproduction et contrôle social

  • 23 Anthony Molho, « Noms, mémoire, identité publique à Florence à la fin du Moyen Âge », art. cit., p. (...)

25L’émergence tardive du nom de famille ne relève sans doute pas du hasard. De quoi et sur quoi le nom nous informe-t-il ? Quelle est sa fonction ? Le nom va de pair avec la reconnaissance d’un statut et de l’appartenance à un groupe social et familial bien précis. Anthony Molho a montré que l’émergence et la consolidation des noms de famille dans la Florence des xive et xve siècles allait de pair avec la volonté de certains acteurs de participer à la vie publique et politique de la cité. Dans ce cadre, le nom de famille se configurait comme un moyen d’affirmer son rang et son statut social, de prouver son appartenance à un groupe prétendant aux affaires. Cette nouvelle classe dominante devait pouvoir être reconnue et identifiée comme telle et, par conséquent, identifier ceux qui en étaient exclus23. La production concomitante d’outils d’enregistrement de la population (en particulier à des fins fiscales) permettait de cartographier et de hiérarchiser l’espace social. Il y eut très certainement la conjonction de deux comportements et stratégies symétriques : la volonté de nommer pour reconnaître, et le besoin d’être nommé pour être reconnu.

26À Saint-Marin comme dans la région qui l’entoure, l’incertitude onomastique qui plane encore au début du xviie siècle va de pair avec une importante fluidité et mobilité sociale. Les contours entre les groupes sociaux demeurent flous et perméables : c’est précisément au cours de la première moitié de ce siècle que se met progressivement en place un processus de différentiation sociale très marqué, qui a vu en particulier l’émergence d’un groupe de familles en voie d’aristocratisation. Ce groupe, qui passe du statut de principales de la République à celui de véritable noblesse, cherche à se démarquer du reste de la population avec laquelle il était encore jusque-là intimement lié, en particulier par la parenté et les liens du sang, ainsi que par une origine sociale commune, celle de l’artisanat ou de la terre.

  • 24 La bibliographie sur ce sujet est assez vaste. On se reportera, notamment, aux travaux de Roberto B (...)
  • 25 Sur l’évolution des pratiques matrimoniales dans la région, voir Michaël Gasperoni, De la parenté à (...)

27Ce n’est donc pas un hasard si les premières familles à avoir adopté des comportements onomastiques particulièrement marqués dans cette région ont été celles qui se sont constituées en noblesse au milieu du xviie siècle, dans un contexte où la culture généalogique s’affirme très largement. La généalogie apparaît alors comme un moyen de légitimation du pouvoir et du statut social, un élément moteur de la définition de l’identité nobiliaire24. Les entreprises visant à légitimer les origines des familles nobles locales se multiplient à cette époque, qui est aussi celle d’une nette et brusque fermeture de l’aristocratie, qui se met à pratiquer une rigide endogamie familiale25. Les familles principales, qui jusqu’alors n’hésitaient pas à contracter (en étant davantage « donneurs » que « preneurs » de femmes) des alliances matrimoniales avec des familles de petits artisans ou paysans plus ou moins aisées, cessèrent de telles pratiques, excluant de facto les familles en voie d’ascension sociale en dehors du cercle de leur parenté, et donc du pouvoir. Le recours à la généalogie, ascendante comme descendante, permettait alors de dresser les contours de la légitimité et de la continuité d’un nouvel ordre social qui revêtait un caractère héréditaire justifiant la position hégémonique et le statut de certaines familles.

  • 26 ASRSM, Archivio notarile, not. Lattanzio Valli, b.86, S, cc.127-134, 23 juin 1611.

28Examinons le cas de la famille noble des Leonardelli, qui est à l’origine un segment d’une des plus anciennes familles de Saint-Marin, les Belluzzi. Don Leonardo, fils de feu Giovanni Antonio Leonardelli, était l’arrière-petit-fils de mastro Leonardo Belluzzi – (l’ancêtre éponyme). À la fin de sa vie, il se rendit devant le notaire Lattanzio Valli afin d’y rédiger son testament26. Dans la mesure où son frère, Teodoro, n’avait pas eu d’enfants mâles, il désigna comme héritier universel son neveu utérin, Giovanni Antonio – qui portait le même prénom que son grand-père maternel, Giovanni Antonio Leonardelli –, fils de Giovanni Battista Polignani (originaire de la ville de Cesena) et de sa sœur Catterina Leonardelli, « cum conditione, et pacto expresso quod dictus Johannes Antonius vocare debeat de Leonardellis, et stare et habitare teneatur in domo dicti testatoris cum suis filiis et successoribus », ce « in infinitum ». Ses descendants en ligne masculine devront se conformer à cette volonté. Au cas où la continuité ne pourrait être assurée par les hommes, elle devra se faire par l’intermédiaire de la fille aînée, et selon les mêmes conditions. Il est vrai que la famille Leonardelli ne fut guère heureuse de ce point de vue : à la génération suivante, le problème se posa à nouveau, puisque les fils du même Giovanni Antonio n’eurent pas de descendance masculine. Ce fut donc sa fille, qui se prénommait Cattarina (on remarque à nouveau qu’outre le nom de famille, les prénoms aussi se transmettent à l’identique : l’identité du groupe était renforcée par l’attribution des prénoms récurrents), qui dut assurer la continuité de la famille. C’est encore un étranger, cette fois originaire de Casteldurante (aujourd’hui Urbania), Giovanni Battista Benedetti qui, en épousant Cattarina, hérita des biens et du patronyme Leonardelli. Le nom de famille est ici associé à la maison en tant qu’espace physique et symbolique dans lequel se déploie et se perpétue la famille. Il est aussi un patrimoine que l’on transmet, à l’instar des biens dont on hérite (voir Fig. 7).

Figure 7. Généalogie de la famille Leonardelli de Saint-Marin

Figure 7. Généalogie de la famille Leonardelli de Saint-Marin
  • 27 Voir Claude Lévi-Strauss, « Nobles sauvages », réédité sous le titre « L'organisation sociale des K (...)
  • 28 C. Lévi-Strauss, « Histoire et ethnologie », art. cit, p. 1224.

29On pourrait rapprocher cet exemple du système à « maisons », défini par Claude Lévi-Strauss27 comme « d’abord, une personne morale ; détentrice, ensuite, d’un domaine composé de biens matériels et immatériels ; et qui, enfin, se perpétue en transmettant son nom, sa fortune et ses titres en ligne directe ou fictive, tenue pour légitime à la seule condition que cette continuité puisse s’exprimer dans le langage de la parenté ou de l’alliance et, le plus souvent, des deux ensembles » et dont le critère essentiel est que « la filiation vaut l’alliance, et l’alliance vaut la filiation »28. Pour le dire plus simplement, la maison se perpétue soit par la filiation, soit par l’alliance, c’est-à-dire par le mariage de la fille, lorsque la descendance mâle vient à manquer, comme c’est le cas ici. L’alliance vient se substituer à (et même pallier) la transmission patrilinéaire, de sorte à ce que la lignée puisse se perpétuer.

  • 29 é. Haddad, « Qu'est-ce qu'une “maison” ?», art. cit, p. 127.
  • 30 é. Haddad, Fondation et ruine d'une « maison » : histoire sociale des comtes de Belin, 1582-1706, L (...)
  • 31 C’est ce qui émerge du cas étudié par É. Haddad dans sa thèse qui, rappelant que les apports fémini (...)
  • 32 Pierre Bourdieu, Esquisse d'une théorie de la pratique, Paris, Le Seuil, 2015 [1972], p. 100-108.
  • 33 Voir notamment le cas de la famille Germani, dont les dernières descendantes – une fratrie composée (...)

30Élie Haddad, s’inscrivant « dans la lignée de ces travaux qui considèrent la « maison » à la jonction entre un système de pouvoir et des mécanismes de la parenté qui règlent la transmission du pouvoir »29, s’est emparé avec force de ce concept, entendu et utilisé d’abord comme un outil heuristique pour l’étude des pratiques sociales et familiales de la noblesse française à l’époque moderne30. Ici, les mariages hypogamiques semblent la norme (et même constitutifs du système à « maisons »31 ?) : le mari de l’épouse-héritière renonce à son identité agnatique et se rapproprie celle de la famille dont il relève le nom, en contrepartie de quoi il reçoit l’héritage et les biens de la « maison » qui l’accueille, et qui est sur le point de s’éteindre. Dans ce cadre, le nom de famille est conçu, à l’instar du nom de personne, comme un patrimoine symbolique, un élément central dans les stratégies mémorielles et de reproduction de certaines familles, souvent associé aux normes et aux mécanismes qui régissent la dévolution des autres biens32. Il est particulièrement intéressant de noter que ce phénomène de changement de nom ou encore d’apposition du nom et des armes d’une branche alliée à son propre nom de famille peut s’étendre dans l’affinité, même si ce type de cas semble très rare33.

  • 34 Maria Antonietta Bonelli, I Capitani Reggenti, San Mario, Arti Grafiche Della Balda, 1986, p. 242-2 (...)

31Outre l’asymétrie souvent économique entre les conjoints, il est important de signaler que ce type de compromis est accepté, dans la totalité des cas observés – et ce n’est sans doute pas un hasard –, par un migrant, c’est-à-dire une personne extérieure à la communauté. Il devait ainsi être plus aisé pour un étranger, en somme un inconnu, de délaisser son ancien patronyme – auquel, malgré tout, il devait bien être un minimum attaché –, et d’en revêtir un autre qui, localement, légitimait sa cooptation et lui permettait de s’intégrer rapidement dans la société qui l’accueillait, tout en faisant oublier qu’il était à l’origine extérieur au groupe et à la communauté. De fait, le fils de Giovanni Battista Benedetti et de Cattarina Leonardelli, Bernardino, dont l’entière famille adopta le patronyme Benedetti Leonardelli, puis Leonardelli, accéda par la suite aux plus hautes charges de la République, et devint plusieurs fois Capitaine Régent entre 1694 et 172134.

  • 35 Maria Antonietta Visceglia, Il Bisogno di eternità: i comportamenti aristocratici a Napoli in età m (...)

32C’est donc un nom fragile, ici celui du migrant, sans identité ni attaches locales, qui vient aider et renforcer un autre nom fragile, menacé de déshérence, et qui manifeste son « besoin d’éternité »35. Le nom est devenu le moyen, pour ces familles, de s’inscrire dans l’espace et dans le temps, d’exprimer une identité collective forte que l’on désire immortelle.

Le « nom fragile » et le besoin d’éternité : l’épouse et la mère

Mariages en gendre36

  • 36 Par mariage en gendre, on entendra ici un mariage de type hypogamique caractérisé par une résidence (...)

33L’exemple de la famille Leonardelli est le premier cas recensé dans les sources notariales. Petit à petit, cette idéologie du nom comme bien symbolique à transmettre se diffuse dans l’entière société saint-marinaise, touchant aussi bien les familles de l’aristocratie que celles issues de l’artisanat ou de la paysannerie. Lorsque l’extinction d’une famille paraît inéluctable, en l’absence d’héritiers mâles, c’est par les femmes que s’exerce la continuité. Ce phénomène se caractérise par des alliances de type uxorilocal et/ou hypogamique, lorsqu’un homme – dans la quasi-totalité des cas un migrant – s’établit dans la paroisse ou dans le foyer de l’épouse. Le mari adopte ainsi le nom de famille de la maison d’accueil, en même temps qu’il en récupère les biens de la famille que lui transmet la mariée, qui est en général une héritière. Il est remarquable de constater, comme nous avons pu le voir dans le cas de la famille Leonardelli, qu’outre le nom de famille, les prénoms des ascendants maternels sont aussi systématiquement transmis aux enfants du couple.

  • 37 Frédéric Le Play, L'Organisation de la famille selon le vrai modèle signalé par l'histoire de toute (...)
  • 38 Pour Bernard Derouet, toutefois, la reproduction sociale et familiale, dans les sociétés paysannes (...)
  • 39 Donatella Fioretti, Dalla democrazia alla aristocrazia elettiva : il ceto dirigente a San Marino ne (...)

34Cet exemple, et ceux qui vont suivre, montrent que l’on peut rencontrer, dans un pays de droit égalitaire, différentes configurations familiales, qui s’apparentent aux familles-souches définies par Le Play37 et à une forme proche du système à « maisons ». En effet, certaines familles ont tendance à instaurer une forme de primogéniture qui ne dit pas son nom : les cadets sont parfois obligés de migrer et de trouver à se caser dans une maison alliée, en renonçant à leur identité patrilinéaire et aux biens de la famille d’origine après avoir reçu une sorte d’avance sur héritage, et en fondant une nouvelle lignée qui perpétue celle de la maison d’accueil, sur le point de s’éteindre38. Une autre manière d’écarter les cadets était de les inciter à embrasser des carrières ecclésiastiques, et cette pratique était particulièrement courante dans cette petite région de l’Italie centrale, où l’on note un nombre d’hommes d’Église particulièrement élevé dans certaines familles, et notamment au sein de la notabilité paysanne39.

35Si la pratique du mariage en gendre semble au départ moins codifiée que ponctuelle et informelle, et probablement liée à l’élasticité et à l’incertitude onomastique du début de l’époque moderne, on note toutefois une nette évolution dans les sources notariales au xviiie siècle. Dès lors que les patronymes se figent et véhiculent de manière marquée le contenu idéologique de l’identité familiale, les acteurs manifestent un attachement très net à leurs noms de famille et à leur contenu agnatique. C’est en effet à partir de la première moitié du xviiie siècle qu’apparaît régulièrement, dans les testaments ou dans les contrats de mariage, l’obligation explicite et contractuelle de transmettre à tout prix son nom, notamment en l’absence d’héritiers mâles, alors qu’auparavant de telles pratiques concernaient uniquement les membres de l’élite urbaine.

36Voyons quelques exemples qui illustrent ce processus de manière significative. Commençons par la famille Monti, originaire d’une petite localité située dans l’actuelle province de Rimini et composée de 542 âmes en 1701, Talamello. De probable extraction paysanne, Dionigi Monti est devenu notaire et a eu au moins deux fils, tous les deux prêtres (Don Giovanni Paolo et Don Francesco) et une fille, qui a épousé un membre de la famille Gambetti du même lieu, et qui a connu une ascension sociale très similaire. Dans son testament, probablement rédigé dans les années 1780, l’Excellentissime Sieur Dottore Dionigio Monti de Talamello exprime ses dernières volontés de la manière suivante :

  • 40 Biblioteca Civica Gambalunga di Rimini, Miscellanea Manoscritta Riminese, Fondo Gambetti, fas. 1092 (...)

Nous nommons héritiers universels de tous nos biens […] les prêtres Don Giovanni Paolo et Don Francesco, nos fils bien-aimés […] et après leur mort naturelle […] nous substituons, nommons et voulons que leur succèdent Giuseppe [Gambetti] fils ainé d’Anna Lucrezia notre fille bien-aimée […], avec l’obligation précise que ledit [Giuseppe] doive habiter dans notre maison, soit charitable envers les pauvres, et se fasse appeler par le nom de famille de la maison Monti (e si fecci chiamare di cognome di Casa Monti), afin de conserver notre agnation, ce que devront respecter ses enfants, et ses successeurs, s’il n’est pas appelé à prendre la voie ecclésiastique, auquel cas Filippo, autre fils de ladite Anna Lucrezia, toujours avec la même obligation et selon les mêmes conditions, valables pour tous les enfants nés et à naître, toujours en ligne masculin, de ladite Anna Lucrezia […]. Et si des enfants de sexe masculins venaient à manquer, les filles peuvent accéder à la succession, toujours selon le même ordre de succession l’une après l’autre […]40.

  • 41 ASRSM, Archivio Notarile, Not. Giuliano Ceccoli, b.187, V, cc. 36-39, 19 mars 1731 : « abitare in c (...)
  • 42 ASRSM, Archivio Notarile, Not. Giuliano Ceccoli, b.189, FF, c.52, 12 mai 1739 : « assumere il di lu (...)
  • 43 Christiane Klapisch-Zuber note cette nette inflexion patrilinéaire dans la Florence tardo-médiévale (...)

37En « donnant » sa fille en mariage et en lui léguant ses biens, le père oblige son gendre à venir habiter dans sa demeure, à en perpétuer la renommée, le patrimoine, le nom, et l’« agnation », c’est-à-dire l’identité agnatique de la famille. Si ce phénomène a commencé de manière précoce au sein de l’aristocratie, il s’est progressivement diffusé vers le bas, en direction des familles en pleine ascension sociale, comme les Monti, et jusqu’à atteindre les familles paysannes plus ou moins aisées. Ainsi, dans le contrat de mariage de Giacomo Andrea Guiducci, petit paysan originaire d’une paroisse voisine de la Romagne, Montescudo, et de Domenica, fille d’un propriétaire relativement aisé nommé Fabrizio Giannini de la paroisse de Serravalle à San Marino, qui lui impose « d’habiter dans [sa] maison, de vivre avec lui et en sa compagnie, d’y employer tout son travail, ses efforts et son savoir-faire, de demeurer perpétuellement à Lesignano (petit village situé de Serravalle) et de porter son nom de famille »41. Cette obligation est réitérée dans le testament de Fabrizio, qui enjoint à Giacomo « de porter son nom de famille, maintenir et conserver [sa] maison, famille et agnation »42. Cette idée d’agnation est concomitante de l’affirmation définitive du patronyme, qui revêt alors une importance fondamentale dans l’idéologie de l’identité familiale qui, bien qu’elle concerne théoriquement des groupes de descendance cognatiques, connaît une certaine inflexion patrilinéaire43. Il faut perpétuer son nom à tout prix, faire en sorte qu’il devienne éternel, quitte à ce qu’il soit transmis par les femmes si la descendance par les hommes ne peut être assurée. La femme, donc, devient le vecteur de l’identité agnatique de la famille d’origine, aux dépens du mari. Cela advient à travers la transmission matérielle et symbolique des biens et du nom, éléments d’agrégation autour desquels se restructure et s’organise la continuité physique et anthroponymique du groupe agnatique qui est en train de s’éteindre et qui déploie une stratégie de conservation et de perpétuation. En ce sens, le « mariage en gendre » constitue une sorte d’adoption, non au sein du groupe des consanguins mais des alliés proches. On cherche à maintenir la continuité de sa lignée au plus proche de soi et non à travers des branches collatérales, qu’elles soient agnatiques ou cognatiques.

  • 44 B. Derouet, « Territoire et parenté... », art. cit., p. 659-664.

38Bien entendu, ces cas de transmission matrilinéaire du nom de famille sont des indicateurs, et obéissent à des règles bien précise : extinction biologique d’une famille, résidence uxorilocale, famille-souche, mariage hypogamique, immigration. Si ce phénomène n’est pas rare, il convient de noter que toutes les familles qui sont sur le point de s’éteindre – en particulier en dehors de la noblesse – n’adoptent pas une telle stratégie visant à sauvegarder à tout prix leurs noms de famille et qu’en général, la population opte pour un type de résidence patri-virilocal44. Ces exemples, néanmoins assez fréquents, nous permettent de souligner qu’à la longue période d’incertitude ou d’instabilité onomastique succède la généralisation et le triomphe du nom de famille comme symbole et vecteur de l’identité familiale, qui connaît une nette inflexion patrilinéaire.

  • 45 Voir notamment Giorgio Viviano Marchesi, La Galeria dell'onore ove sono descritte le Segnalate Memo (...)

39Si dans la noblesse des cités pontificales ces stratégies onomastiques sont assez fréquentes et impliquent à la fois des changements de noms de famille et des transferts de biens, des retours en arrière sont possibles pour certains segments agnatiques qui, après avoir abandonné un nom et une maison au profit de celui de la branche maternelle, réintègrent le groupe d’origine, sous l’injonction d’un parent, oncle ou cousin, n’ayant lui-même pas d’héritier. Prenons l’exemple, plutôt significatif, de la famille Abati de Pesaro, qui commence par se segmenter une première fois à la fin du xvie siècle. Fabio Abati (né vers 1530) eut notamment deux fils, Annibale et Luc’Antonio, nés respectivement vers 1560 et 1570. Luc’Antonio épousa une dame noble d’Urbino quand Annibale eut plusieurs épouses, dont Mattea Olivieri. La famille de cette dernière offrit à Annibale un copieux héritage, à condition qu’il relève son nom de famille. Leur fils, Pier Antonio, adopta ainsi le nom Abati Olivieri. En 1633, ce dernier épousa en secondes noces Virginia Giordani, elle-aussi issue d’une des familles les plus en vue de Pesaro et alliée à la plus haute noblesse de l’État de l’Église, qui lui donna une nombreuse descendance. Un de leurs trois fils, Giovanni Andrea, épousa Giulia Albani d’Urbino, tante du futur pape Clément XI. Mais ce sont bien les alliances matrimoniales et la descendance de ses deux frères qui nous intéressent : le premier, Annibale, n’eut aucun enfant de son mariage avec Alda Diplovatazi quand le mariage du second, Giulio Cesare alias Pier Antonio, fut particulièrement prolifique. Pier Antonio, qui délaissa son nom de baptême (Giulio Cesare) pour prendre celui de son père, épousa une très proche parente, cousine au deuxième degré canonique et nièce de sa mère, Caterina Giordani. La famille Giordani étant sur le point de s’éteindre, elle renforça, à travers un mariage au plus proche, ses liens avec une branche de la famille Abati Olivieri dont le représentant, Pier Antonio devait « déposer les armes et le nom de famille de ses ancêtres » et relever ceux des Giordani. Pier Antonio quitta donc sa maison et sa paroisse d’origine (celle de San Giacomo), pour s’établir dans celle de son épouse (celle du Duomo de Pesaro). Il est vrai que la famille Giordani était des plus riches et des plus influentes : le grand-père maternel de Caterina, Curzio Borghese de Sienne, était un cousin du pape Paul V Borghese. De cette union proche naquirent plusieurs enfants, dont Camillo et Giulio Cesare. Si ce dernier – qui porte pourtant le prénom de son père – resta dans la maison maternelle pour en perpétuer le nom, le premier – qui porte quant à lui le prénom de son arrière-grand-père maternel, Camillo Giordani ! – fut désigné héritier universel par son oncle paternel Annibale Abati Olivieri, « avec l’obligation de sortir de la Maison Giordani, et de retourner dans celle des Abati Olivieri » (voir Fig. 8)45. Il est probable que ce retour en arrière ait été rendu possible par le fait qu’un des membres de la famille Abati Olivieri puis Giordani avait une nombreuse descendance pouvant ainsi garantir à la fois la continuité de la Casa Giordani et de la Casa Abati Olivieri ; ce nouveau transfert était très certainement une manière, pour la lignée Giordani, de ne pas disperser ses biens et, pour Annibale Abati Olivieri, d’assurer la continuité de sa maison et d’y transmettre et conserver ses biens (qui auraient pu passer aux mains de la parenté de son épouse, Ada Diplovatazi).

Figure 8. Généalogie de la famille Abati Olivieri de Pesaro

Figure 8. Généalogie de la famille Abati Olivieri de Pesaro

Les noms composés

40Les familles portant un nom composé, ou double nom, comme les Abati Olivieri, sont assez rares. Dans certaines localités comme San Marino, cette pratique relève même d’une logique toute particulière, bien qu’elle soit assez proche de celle de la transmission matrilinéaire ou uxoriale du nom de famille. Ce qui distingue les deux, c’est que, dans le cas de la transmission du nom de famille par les femmes, il s’agit de prolonger un groupe agnatique qui s’éteint, tandis que dans le cas du nom composé, il s’agit de perpétuer une lignée qui s’éteint au sein d’un lignage – entendu comme l’ensemble des parents agnatiques proches ou lointains portant le même patronyme – encore vigoureux. C’était d’ailleurs le cas pour la famille Abati, puis Abati Olivieri. Si dans les cités comme Pesaro ou Rimini ce phénomène implique des familles très anciennes et bien ancrées dans le territoire, la situation semble différente dans les bourgs, castra ou terre plus isolés.

41Dans ces petites localités où la noblesse constitue un groupe bien plus restreint et particulièrement identifiable, les acteurs de cette double nomination sont, comme dans le cas de transmissions matrilinéaires du nom et des biens, des migrants, des étrangers à peine arrivés sur le territoire, qui apposent le nom de famille de la maison alliée au leur, en relèvent le nom et les armes, et héritent systématiquement de ses biens. On note très peu de cas, mais ils paraissent assez exemplaires. La plupart concernent des familles aristocratiques pour lesquelles le fait de délaisser leurs antiques noms de famille devait leur paraître plus fâcheux, dans la mesure où la représentation qu’elles se faisaient d’elles-mêmes les empêchait probablement de renoncer à une identité et à un statut que le nom de famille symbolisait, mais dont la condition d’immigrant les empêchait probablement de s’intégrer pleinement à l’élite locale, voire à la communauté dans son ensemble. En effet, s’ils voulaient bénéficier des droits et privilèges locaux, les forains devaient obtenir la citoyenneté. À San Marino, en adoptant le patronyme d’une famille prestigieuse de la République – et ce n’est sans doute pas un hasard si les cas recensés concernent des familles qui s’allièrent à la plus illustre et ancienne famille de San Marino, les Belluzzi –, ces familles pouvaient ainsi prétendre à une complète intégration, en renforçant leurs liens par l’homonymie, en identifiant leur famille à celle, plus ancienne, qui les avait d’une certaine manière cooptées. Sans toutefois renoncer à leur propre identité familiale.

  • 46 D. Fioretti, Dalla democrazia alla aristocrazia elettiva, op. cit., p. 114-115.

42Les quelques cas recensés concernent donc des migrants, qui se sont établis à San Marino après y avoir épousé l’héritière d’une lignée en voie d’extinction. Ainsi la famille Maggi, devenue par la suite Maggi Belluzzi : Coriolano Maggi (né à Sestino vers 1550) était le fils de la sœur de Francesco et Pier Matteo Belluzzi, dont les lignées étaient sur le point de s’éteindre en l’absence d’héritier mâle, mais dont le lignage était encore particulièrement vigoureux puisqu’il comportait de nombreux rameaux. Coriolano avait donc hérité de tous les biens de cette branche de la famille Belluzzi et apposé à son patronyme celui de sa mère, Lucrezia Belluzzi46. Cette étroite alliance avec les Belluzzi était en outre renforcée par le mariage de Coriolano avec une cousine (au 3e et 4e degré de consanguinité), Vittoria di Claudio Belluzzi. La famille Maggi Belluzzi ne tarda cependant pas à quitter la République pour Urbino puis Florence dans la seconde moitié du xviie siècle, ses membres ayant intégré la plus haute noblesse marchésane et toscane. C’est alors que les représentants de la famille délaissèrent définitivement le second nom de famille qu’ils avaient jusque-là fidèlement arboré, celui-ci ne leur étant plus d’aucune utilité en dehors de San Marino.

  • 47 Ibid., p. 109.

43La famille Manenti, originaire d’un village voisin, Montegrimano, avait connu une histoire identique au début du xviie siècle. Giovanni Francesco Manenti, dont la mère était la sœur d’Orazio Belluzzi, avait hérité de son oncle maternel tous ses biens, à condition qu’il s’établît à San Marino, revêtant « l’arma propria » du casato Belluzzi, devînt docteur en droit et exerçât la profession d’avocat47. Au début du xixe siècle, les membres de la famille, qui résidait toujours à San Marino, au contraire des Maggi, portaient toujours le double nom Manenti Belluzzi.

  • 48 Il s’agit de la famille Suzzi (puis Suzzi Valli), originaire des Marches et établie à San Marino à (...)

44Dans les classes populaires, la pratique du double nom était en revanche très rare. Nous n’avons trouvé qu’un seul cas, et il s’agit encore une fois d’un migrant, établi à San Marino après y avoir épousé une autochtone et héritière d’une très ancienne famille de paysans aisés48. Le double nom est donc également intimement lié à la migration, à la résidence uxorilocale et à la transmission des biens de la famille de l’épouse au mari.

Un patronyme transitoire : le matronyme

45Sur l’important stock de noms de famille que l’on a pu recenser à San Marino (un peu plus d’un millier) les matronymes sont très rares, signe que l’identité familiale est avant tout patrilinéaire et agnatique. L’apparition des matronymes répond à des logiques particulières et ponctuelles. Plusieurs cas de figure ont été observés. Tout d’abord, les matronymes concernent les descendants de migrants qui se sont établis dans une paroisse après y avoir épousé une femme issue d’une très ancienne famille locale. La plupart du temps, les enfants et petits-enfants du couple adoptent comme nom de famille le prénom de cette femme. Ainsi, les descendants de Pietro, originaire du petit village de Montetassi, et qui avait épousé Diana Bugli de Faetano, revêtirent le matronyme Della Diana. Autre exemple, toujours dans la paroisse de Faetano, Sebastiano Rosati, originaire de Verucchio, près de Rimini, épousa Dianora, membre de l’antique famille Clini. Ses fils, Giacomino et Giovanni, puis leurs descendants, devinrent les Della Dianora, en référence à leur aïeule (Fig. 9). Dans ce cas aussi, un tel mariage et l’adoption du matronyme qui en découle permettent certainement aux « étrangers » de s’intégrer pleinement à la communauté d’accueil, en mettant en avant leurs racines locales, symbolisées par une ancêtre « célèbre », qui provenait d’une très ancienne famille de la paroisse et que l’on peut immédiatement identifier. Outre l’hypogamie économique, ce type d’union est une forme d’hypogamie symbolique : l’épouse devient le référent commun des descendants. Ce nom se mue ensuite en nom de famille, se « patronymise », et se transmet de manière patrilinéaire. Il témoigne donc d’un moment particulier de la famille, où la femme, mère ou épouse, joue un rôle décisif.

Figure 9. Généalogie des familles Della Diana et Della Dianora

Figure 9. Généalogie des familles Della Diana et Della Dianora

46Un autre cas de figure, particulièrement intéressant, a pu être mis au jour. Il s’agit de la segmentation de lignées de demi-germains, lorsqu’un homme adopte comme nom de famille le prénom de la mère (épouse en secondes noces du géniteur), tandis que son frère, issu d’un lit précédent, perpétue le nom du père et des agnats. Ce fut par exemple le cas des familles Marcucci et Della Bona de Montegiardino et des familles Menghini et Della Marina de Serravalle (Fig. 10).

Figure 10. Généalogie des familles Marcucci/Della Bona et Menghini/Della Marina

Figure 10. Généalogie des familles Marcucci/Della Bona et Menghini/Della Marina

Conclusion

47Entre Marches et Romagne, l’émergence et la consolidation du système anthroponymique à l’époque moderne ont été longues et fastidieuses. Le phénomène des segmentations, qui a été intense et continu jusqu’au début du xviiie siècle, est particulièrement intéressant et significatif, et nous conduit à nous interroger sur la notion et la réalité de « famille ». Cette affirmation tardive du nom de famille et des groupes familiaux qui se dessinent et se définissent lentement à partir de lui est en opposition avec la charge symbolique particulièrement forte que le nom de famille revêt lorsqu’il se stabilise et se fixe, devenant le marqueur principal de l’identité familiale, et objet de nombreuses stratégies.

  • 49 D. Fioretti, Dalla democrazia alla aristocrazia elettiva, op. cit., p. 97-135.

48Au niveau strictement démographique, on doit aussi se poser la question de la relation entre la fixation du nom et la stabilisation et l’enracinement de la population et, dans ce cas, entre patrivirilocalisme et uxorilocalisme, c’est-à-dire entre la reproduction des lignées et la micromobilité généralisée et l’apport ininterrompu de migrants qui les renouvellent et qui jouent, au même titre que les femmes qu’ils épousent, un rôle non négligeable dans la transmission et la pérennisation apparente des groupes de parenté agnatiques et donc des noms de famille. Tout ceci doit être mis en relation avec la complexité des réseaux matrimoniaux au sein desquels les femmes occupent une position centrale. On doit aussi très certainement opérer un rapprochement entre l’émergence tardive du système anthroponymique et l’importante mobilité sociale et matrimoniale qui, depuis le Moyen Âge, avait perduré dans cette partie de la péninsule. La fluidité des rapports sociaux, qui s’observe aussi dans le champ des échanges matrimoniaux, était encore remarquable au début du xviie siècle, et l’absence de groupes sociaux aux contours bien définis faisait que la hiérarchie entre les familles n’était pas clairement établie. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’affirmation des noms de famille est concomitante d’une phase de raidissement des rapports économiques, politiques et sociaux, et correspond au moment de l’émergence d’un groupe en voie d’aristocratisation qui, en cessant de « donner » des femmes vers le bas de la société, c’est-à-dire le monde artisanal et paysan, s’imperméabilisait49. Le mariage et la parenté ont été un moyen efficace, pour cette élite en voie d’aristocratisation, de se distinguer du reste de la société, afin d’étendre son influence, politique, économique et culturelle.

49On perçoit au cours de ce processus de longue durée une nette tension entre ouverture et fermeture, entre stabilité et instabilité, au croisement de problématiques de nature économique, politique, sociale, culturelle et anthropologique. L’affirmation des identités familiales connaît une nette inflexion patrilinéaire et agnatique, ici assez tardive et probablement liée à la permanence et à la prédominance des noms de familles patronymiques issus des noms d’ancêtres apicaux agnatiques, mais qui pourrait avoir prolongé ou complété d’autres formes d’identité. À cet égard, l’importance des surnoms dans cette région doit être soulignée : les registres d’État civil fournis par la commune de Rimini aux recteurs des paroisses tout au long du xixe mais aussi dans la seconde moitié du xxe siècle comportent fréquemment des cases dédiées aux surnoms. Ainsi, dans le petit village de San Martino Monte l’Abate, le formulaire du registre de la population daté du 26 mai 1886 comprend, à côté des colonnes « Nom de famille » et « prénom », celle de « surnom » de chaque famille, que le curé a pris soin de noter. Toujours à San Martino, le formulaire imprimé des fiches de famille résidant dans le village en 1965 comporte la mention « éventuel surnom de la famille ».

  • 50 Romeo Morri et Viola Morri, Cumé chi i dis' ? Soprannomi nella piccola Repubblica di San Marino, As (...)

50D’abord témoins des trajectoires individuelles, des surnoms surgissent constamment dans les sources de l’époque moderne, concurrencent les noms de famille en les supplantant parfois, et servent alors à distinguer les lignées nouvellement créées. À San Marino, les surnoms sont encore très fréquents et font partie du patrimoine local50 : nombre de familles en possèdent un voire plusieurs, qui font référence à un segment de lignée et servent de repère afin de désigner telle ou telle branche qui en est issue. Cette rémanence du surnom est à mettre en relation avec celle d’une forte tradition orale dans cette région, qui consiste à distinguer pour identifier, là où le temps a desserré les liens de l’identité et de la parenté.

Haut de page

Notes

1 Archivio parrocchiale di Montefiore (parrocchia di San Paolo), Liber Tertius Matrimoniorum, ab anno 1654 ad 1670. E sponsali dal 1690 al 1752, Libro I°. Il est particulièrement intéressant de noter que la fille de cet homme aux origines particulièrement modestes épousa, le 29 septembre 1741, à Montefiore, le comte Antonio Lodovico Malatesta, veuf de Maria Battista Guidi (également originaire de Montefiore mais membre de la petite élite locale). Voir, dans le registre ici cité, la seconde partie consacrée aux sponsali dal 1690 al 1752 : « Contracta fuere sponsalia per verba de futuro inter Illusrissimum Dominum Comitem Antonium de Malatestis viduum per obitum Domine Battiste Guidi ipsius quondam uxoris ex una, et Donna Lucretia filia quondam Dominici Foschini ex hac parochia altera ex parte ».

2 Pour un aperçu historiographique, on se reportera au dossier coordonné et introduit par Cyril Grange, « Nommer : enjeux symboliques, sociaux et politiques », Annales de Démographie Historique, n° 131, 2016, p. 5-11.

3 Christian Bromberger, « Pour une analyse anthropologique des noms de personnes », Langages, vol. 16, n° 66, 1982, p. 103-124.

4 Monique Bourin et Pascal Chareille, Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, s.l., Publications de l'Université de Tours, 1989-2008, vol. I-VI.

5 Mélanges de l'école Française de Rome - Moyen Âge, vol. 106, n° 2, 1994 ; Mélanges de l'école Française de Rome - Moyen Âge, vol. 110, n° 1, 1998 ; Andrea Addobbati, Roberto Bizzocchi et Gregorio Salinero (eds), L'Italia dei cognomi, Pisa, Pisa University Press, 2012.

6 Roberto Bizzocchi, « Marchigiani senza cognome. Un'inchiesta nell'Italia napoleonica », Quaderni storici, n° 134, 2010, p. 533-584, citation p. 535.

7 Ce travail s’appuie sur des recherches doctorales et postdoctorales conduites entre 2007 et 2016 en Italie centrale qui m’ont permis de reconstituer de manière systématique la population comprise dans une aire géographique correspondant à l’actuelle province de Rimini, intégrant la République de Saint-Marin et une partie de la région historique du Montefeltro du xve au xixe siècle. L’enquête porte sur une cinquantaine de paroisses, pour la plupart rurales, mais également sur quelques gros bourgs et des petites cités comme Pesaro, Rimini et Urbino, respectivement composées de 6 720, 7 805 et 4 551 âmes en 1701. La base de données issue de ces recherches comporte désormais 75 740 individus et 23 747 mariages.

8 Par lignée ou segment, j’entends ici un « groupe de filiation dont les membres descendent d’un même ancêtre peu [ou plus ou moins] éloigné ». Voir Laurent Barry et al., « Glossaire de la parenté », L'Homme, n° 154-155, 2000, p. 727, ad vocem.

9 Voir notamment Gérard Delille, Famille et propriété dans le Royaume de Naples (xve-xixe siècle), Rome/Paris, école Française de Rome/EHESS, 1985 ; « Représentation, généralisation, comparaison sur le système de parenté européen », Annales HSS, n° 62/1, 2007, p. 137-157 ; « Dal nome al cognome: la matamorfosi dei gruppi di discendenza. L'esempio dell'Italia meridionale », in A. Addobbati, R. Bizzocchi et G. Salinero (eds), L'Italia dei cognomi, op. cit., p. 365-378.

10 Anthony Molho, « Noms, mémoire, identité publique à Florence à la fin du Moyen Âge », Mélanges de l'école Française de Rome - Moyen Âge, vol. 110, n° 1, 1998, p. 137-157.

11 R. Bizzocchi, « Marchigiani senza cognome. Un'inchiesta nell'Italia napoleonica », art. cit., p. 577 ; Jean-François Chauvard, « Come mai certi individui non hanno cognome ? Pratiche di registrazione a Venezia attorno al Concilio di Trento », in A. Addobbati, R. Bizzocchi et G. Salinero (eds), L'Italia dei cognomi, op. cit., p. 345-364.

12 Les états des âmes de 1641 et 1674 sont conservés dans la paroisse de Faetano (APFa), tandis que celui de 1772 se trouve aux archives de San Marino : Archivio di Stato della Repubblica di San Marino (ASRSM), b.190, Stati delle anime.

13 Il est regrettable que le plus gros centre urbain, la Terra, qui s’apparente à une ville (città), bien qu’elle n’en porte pas le titre puisqu’elle n’accueille pas d’évêque, n’y figure pas. Il est très probable que l’écart eût été encore plus grand, la population urbaine étant en large partie composée des familles d’artisans aisés, de notables, ou encore de « nobles » ou en passe de l’être, facilement identifiables dans les sources par leurs patronymes, pour la plupart très anciens, et déjà mentionnés dans la documentation médiévale.

14 Proche des quartiers urbains, la villa de Tessano était composée de nombreuses familles d’artisans et de propriétaires aisés, comme les Giangi ou les Tini, identifiables depuis le Moyen Âge par un patronyme, et dont certains membres étaient liés par l’alliance ou le sang avec les familles principales de la Terra. Il n’est donc pas étonnant que la proportion de familles avec patronyme soit assez importante.

15 ASRSM, Stati delle anime, b.190.

16 Archivio Parrocchiale della Pieve di San Marino, Stati delle anime, 1671, 1703, 1736.

17 Archivio di Stato di Roma, Congregazione economica, b.21, Città di Urbino, Stati delle anime.

18 Voir par exemple le mariage de Donino, paysan domicilié à Petralata, fils de Cesare et de Vittoria avec Lucrezia, originaire du même lieu et fille de Bernardino et Giovanna, à Urbino, le 2 février 1810 (Archivio di Stato di Urbino, Anagrafe Napolonica, b.54, Matrimoni).

19 R. Bizzocchi, « Marchigiani senza cognome. Un'inchiesta nell'Italia napoleonica », art. cit.

20 Paola Magnarelli, Nella rete republicana. Aspetti dell'Ottocento nella Repubblica di San Marino, San Marino, Collana sammarinese di studi storici, 1994, p. 105.

21 Persia Venerandi était la fille de Venerando Venerandi et d’Innocenza Calcigni alias Brandani.

22 ASRSM, Raccola Bonelli, s.II, b.3/10, albero Fabbrini : « si deve provare se Pietro [Brandani alias Francini], che dicessi fratello di Persia [Venerandi] era fratello uterino opure fratello cugino, e se era della famiglia Calcigni o della famiglia Francini, giacché l’una, e l’altra di dette famiglie ora si trovano notate col cognome Brandani ».

23 Anthony Molho, « Noms, mémoire, identité publique à Florence à la fin du Moyen Âge », art. cit., p. 156-157.

24 La bibliographie sur ce sujet est assez vaste. On se reportera, notamment, aux travaux de Roberto Bizzocchi et au numéro des Annales ESC, no 46/4, 1991, consacré à ce thème, ainsi qu’à Germain Butaud et Valérie Piétri, Les Enjeux de la généalogie : xiie-xviiie siècle. Pouvoir et identité, Paris, éd. Autrement, 2006. Roberto Bizzocchi conteste cependant le fait que « les inventions généalogiques servent à anoblir les familles au moment où se ferme l’accès à l’aristocratie dans la société italienne et européenne », rappelant que « la culture généalogique est bien antérieure à la fermeture aristocratique du xvie siècle » : Roberto Bizzocchi, « Culture généalogique dans l'Italie du xvie siècle », Annales ESC, n° 46/4, 1991, p. 794. Il n’en reste pas moins que la question devrait être abordée de manière comparative en tenant compte de la diversité et du morcellement des expériences politiques, économiques et sociales dans les différents contextes de la péninsule italienne.

25 Sur l’évolution des pratiques matrimoniales dans la région, voir Michaël Gasperoni, De la parenté à l'époque moderne : systèmes, réseaux, pratiques. Juifs et chrétiens en Italie centrale, Paris, thèse de doctorat, EHESS, 2013 ; Michaël Gasperoni, « “Fare nobilità”: le strategie matrimoniali dell'aristocrazia sammarinese », Marca/Marche. Rivista di storia regionale, n° 9, 2017, p. 155-165. Un certain nombre d’enquêtes généalogiques et de mémoires fleurissent à cette époque dans la région, voir notamment celle de Pietro Belmonti, Genealogia dell'antica famiglia detta delle Caminate, de' Belmonti, e de' Ricciardelli, raccolta dal capitano Pietro Belmonti, Riminese, nella quale si fa anche particolar mentione delle origini, e discendenze d'altre famiglie, che per diritto di sangue si sono con essa alternativament congiunte, Rimini, Stamperia Simbeni, 1671.

26 ASRSM, Archivio notarile, not. Lattanzio Valli, b.86, S, cc.127-134, 23 juin 1611.

27 Voir Claude Lévi-Strauss, « Nobles sauvages », réédité sous le titre « L'organisation sociale des Kwakiutl », La Voie des masques, Paris, Presses Pocket, 1988, p. 141-164, « Histoire et ethnologie », Annales ESC, n° 38/6, 1983, p. 1217-1231, ainsi que l’entretien qu’il a accordé à Pierre Lamaison, « La notion de maison. Entretien avec Claude Lévi-Strauss », Terrain, n° 9, 1987, p. 34-39. Voir également Maurice Godelier, Métamorphoses de la parenté, Paris, Fayard, 2004, p. 183-142 ; Georges Augustins, Comment se perpétuer ? : devenir des lignées et destins des patrimoines dans les paysanneries européennes, Nanterre, Société d'ethnologie, 1989 Dionigi Albera, Au fil des générations. Terre, pouvoir et parenté dans l'Europe alpine (xive-xxe siècles), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2011, en particulier p. 57-65. Pour une synthèse critique mais également programmatique autour de cette notion et de son usage en ethnologie et en histoire, voir élie Haddad, « Qu'est-ce qu'une “maison” ? », L'Homme, n° 212, 2014, p. 109-138.

28 C. Lévi-Strauss, « Histoire et ethnologie », art. cit, p. 1224.

29 é. Haddad, « Qu'est-ce qu'une “maison” ?», art. cit, p. 127.

30 é. Haddad, Fondation et ruine d'une « maison » : histoire sociale des comtes de Belin, 1582-1706, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2009 ; « La “maison” noble : pistes de recherches concernant les contraintes de la transmission dans la noblesse française des xvie et xviie siècles », in Anna Bellavitis, Laurence Croq et Monica Martinat (eds), Mobilité et transmission dans les sociétés de l'Europe moderne, Rennes, PUR, 2009, p. 203-218 ; é. Haddad, « Qu'est-ce qu'une “maison” ?», art. cit.

31 C’est ce qui émerge du cas étudié par É. Haddad dans sa thèse qui, rappelant que les apports féminins ont souvent été négligés (notamment du fait de la documentation et de l’idéologie patrilinéaire qui sous-tend la construction des généalogies nobiliaires et l’usage etic qui en a été fait), souligne que « l’importance de la transmission matérielle féminine est un premier élément qui permet de formuler l’hypothèse que la parenté nobiliaire fonctionne comme un système à “maisons” », é. Haddad, « La “maison” noble... », art. cit., p. 205. Il faudrait approfondir les recherches dans cette direction : il existe des cas, certes très rares, où des familles transmettent leur nom et leurs armes à des familles de rang a priori supérieur. Voir notamment le codicille du Docteur Flaminio Catelani d’Urbino, qui enjoint à son futur gendre, issu du très ancienne et illustre famille comtale, d’apposer son nom de famille au sien afin de recevoir l’héritage de sa fille, cité dans Ildefonso Di San Luigi Gonzaga, Delizie degli eruditi toscani, Florence, Gaetano Cambiagi, 1778, vol. 4, p. 358 : « Per stabilito, e fermo il Maritaggio, che voglio deliberatamente, che segua tra la Signora Girolima Anna mia Figlia, ed il Signor Conte Giuseppe figlio del Signor Conte Lodovico Ubaldini di Urbino; ed istituisce sua erede detta sua figliuola ; per la cui eredità in effetto acquistata i Signori Conti Ubaldini presentemente uniscono al proprio il cognome de’ Catelani ».

32 Pierre Bourdieu, Esquisse d'une théorie de la pratique, Paris, Le Seuil, 2015 [1972], p. 100-108.

33 Voir notamment le cas de la famille Germani, dont les dernières descendantes – une fratrie composée de six sœurs, pour la plupart religieuses ou veuves, dont le frère, qui avait été marié mais qui était décédé sans héritiers, Pandolfo Germani – établirent un fidéicommis et un droit de primogéniture en faveur des petits-neveux de l’épouse dudit Pandolfo, Livia Ondedei. De fait, les membres de cette branche de la famille Ondedei désignés comme héritiers universels apposèrent ensuite le nom de famille Germani au leur, et en relevèrent les armes. Voir Biblioteca Oliveriana di Pesaro, MS 1809, Albero genealogico della famiglia Germani di Austria, stabilita in Pesaro, ove ottenne la Nobiltà e si estinse nel principio del Secolo xvii la cui eredità passò nella Famiglia Hondedei, formato dal Conte Andrea di Fabrizio Hondedei Germani de’ Conti del Vesale e Ciamberlano di Sua Altezza Serenissima il Duca di Modena nell’anno 1781.

34 Maria Antonietta Bonelli, I Capitani Reggenti, San Mario, Arti Grafiche Della Balda, 1986, p. 242-244.

35 Maria Antonietta Visceglia, Il Bisogno di eternità: i comportamenti aristocratici a Napoli in età moderna, s.l., Guida, 1988.

36 Par mariage en gendre, on entendra ici un mariage de type hypogamique caractérisé par une résidence matri ou uxorilocale au sein duquel l’époux ou ses enfants sont intégrés dans la famille de l’épouse.

37 Frédéric Le Play, L'Organisation de la famille selon le vrai modèle signalé par l'histoire de toutes les races et de tous les temps, Tours, Mame, 1884.

38 Pour Bernard Derouet, toutefois, la reproduction sociale et familiale, dans les sociétés paysannes qu’il étudie, est pensée en fonction d’un critère « de communauté de résidence, de travail et de patrimoine », et non en fonction d’une conception « lignagère » ou d’un critère d’unifiliation. Voir Bernard Derouet, « Territoire et parenté. Pour une mise en perspective de la communauté rurale et des formes de reproduction familiale », Annales HSS, n° 50/3, 1995, en particulier p. 662-664.

39 Donatella Fioretti, Dalla democrazia alla aristocrazia elettiva : il ceto dirigente a San Marino nei secoli xvii e xviii, San Marino, Collana del Centro Sammarinese di Studi Storici, vol. 7, 1994, p. 190.

40 Biblioteca Civica Gambalunga di Rimini, Miscellanea Manoscritta Riminese, Fondo Gambetti, fas. 1092, « Copie d’une partie du testament de l’Excellentissime Sieur Dottore Dionigio Monti de Talamello, contenant l’institution de l’héritière, et son éventuelle substitution ».

41 ASRSM, Archivio Notarile, Not. Giuliano Ceccoli, b.187, V, cc. 36-39, 19 mars 1731 : « abitare in casa dell’accennato Fabrizio, convivere col medesimo, e in sua compagnia, ivi impiegare ogni sua opera, fatica, e industria, stare perpetuamente a Lesignano, ed assumere il di lui cognome ».

42 ASRSM, Archivio Notarile, Not. Giuliano Ceccoli, b.189, FF, c.52, 12 mai 1739 : « assumere il di lui cognome, mantenere e conservare la casa di detto testatore, famiglia, e agnazione ».

43 Christiane Klapisch-Zuber note cette nette inflexion patrilinéaire dans la Florence tardo-médiévale. Selon elle, les hommes sont et font les maisons, quand les femmes n’en sont que des « hôtes passagers », absentes des ricordanze et des généalogies, où elles n’apparaissent que lorsqu’elles sont d’une certaine utilité au lignage ou le renforcent. Voir Christiane Kalpisch-Zuber, La Maison et le nom : stratégies et rituels dans l'Italie de la Renaissance, Paris, éditions de l'EHESS, 1990.

44 B. Derouet, « Territoire et parenté... », art. cit., p. 659-664.

45 Voir notamment Giorgio Viviano Marchesi, La Galeria dell'onore ove sono descritte le Segnalate Memorie del Sagr'Ordine Militare di S. Stefano, Forlì, Marozzi, 1735, Parta seconda, p. 197-199 : « Annibale engendra un autre descendant en ligne directe, rendu plus illustre par la vertu des siens et par les faveurs de la fortune ; ayant obtenu de l’union avec Mattea Olivieri [un fils] Pier Antonio qui, héritant de copieuses richesses, releva le nom et les armes Olivieri en les mélangeant et en les apposant aux siens (« assunse la mistura del Cognome, e dello Stemma Olivieri »). Celui-ci, et quoi qu’il vît peu de temps, engendra avec deux épouses, Maria Mosca, et Vittoria Giordani, de nombreux enfants. […] Giovanni Andrea eut pour destin d’obtenir comme épouse Giulia d’Orazio Albani d’Urbino, tante paternelle du Souverain Pontife. […] Pier Antonio, dont le nom de baptême fut Giulio Cesare, entra [quant à lui] dans la famille Giordani en tant qu’héritier des biens de sa mère, déposant ainsi les armes et le nom de famille de ses ancêtres. Il épousa ensuite Caterina, la fille de Girolamo [Giordani] son oncle maternel et d’Ortensia Borghesi de Sienne, sœur du Cardinal Pier Maria et petite-cousine du pape Paul V, de laquelle il eut six garçons et une fille […]. Camillo fut désigné héritier d’Annibale son oncle paternel, avec l’obligation de sortir de la Maison Giordani, et de retourner dans celles des Abati Olivieri […] ».

46 D. Fioretti, Dalla democrazia alla aristocrazia elettiva, op. cit., p. 114-115.

47 Ibid., p. 109.

48 Il s’agit de la famille Suzzi (puis Suzzi Valli), originaire des Marches et établie à San Marino à la fin du xviiie siècle après que l’ancêtre apical de la famille eut épousé une des dernières représentantes de la riche et antique famille Valli, dont il apposa le patronyme au sien.

49 D. Fioretti, Dalla democrazia alla aristocrazia elettiva, op. cit., p. 97-135.

50 Romeo Morri et Viola Morri, Cumé chi i dis' ? Soprannomi nella piccola Repubblica di San Marino, Asset Banca., San Marino, 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Segmentation des familles de Casole (xve-xviiie s.)
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 2. Principales familles de propriétaires de la paroisse de Montegiardino (xve-xviie s.)
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8618/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 3. Généalogie de la famille Pasini/Micheloni
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8618/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 4. Généalogie de la famille Pasini/Giancecchi/Rossini
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8618/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 5. Généalogie de la famille Pasini/Vichi/Moretti/Tabarini/Pauletti
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8618/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 6. Généalogie de la famille Rossi/Filipucci
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8618/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 7. Généalogie de la famille Leonardelli de Saint-Marin
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8618/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 8. Généalogie de la famille Abati Olivieri de Pesaro
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8618/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 9. Généalogie des familles Della Diana et Della Dianora
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8618/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 10. Généalogie des familles Marcucci/Della Bona et Menghini/Della Marina
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8618/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michaël Gasperoni, « Le « nom fragile » : mobilité onomastique, sociale et géographique entre Marches et Romagne (Italie centrale) à l’époque moderne », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 19 Bis | 2018, mis en ligne le 25 juin 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/acrh/8618 ; DOI : 10.4000/acrh.8618

Haut de page

Auteur

Michaël Gasperoni

Michaël Gasperoni est chargé de recherches au CNRS (Centre Roland Mousnier, UMR 8596). Il a été élève et doctorant à la Scuola Superiore di Studi Storici de l’Université de San Marino (sous la direction de Luciano Allegra) et à l’École des hautes études en sciences sociales (sous la direction de Gérard Delille). Il a consacré ses recherches doctorales aux pratiques matrimoniales et aux systèmes de parenté juifs et chrétiens en Italie centrale à l’époque moderne. Postdoctorant à l’École française de Rome de 2013 à 2016, il a ensuite travaillé sur les aspects démographiques, juridiques, économiques et sociaux des ghettos juifs en Italie (en particulier dans l’État de l’Église et à Mantoue). Il est membre du groupe « Traitement Informatique de la Parenté » (TIP) et coordonne actuellement un projet de recherche collectif consacré à la cartographie numérique de la présence juive médiévale et moderne en Europe du Sud (Espagne, France méridionale et Italie) en collaboration avec des chercheurs espagnols, français, italiens et américains.
Il a notamment publié, « Inheritance and wealth among Jewish women in the ghettos of north-central Italy (17th-18th centuries) », in Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, 2018/1 ; « Les noms de familles juifs à Rome au xviiie siècle. Le ghetto entre onomastique et histoire sociale », Revue des Études Juives, 177/1-2, 2018, p. 155-192 ; « “Fare nobiltà”: le strategie matrimoniali dell’aristocrazia sammarinese », Marca/Marche. Rivista di storia regionale, n°9, 2017/2, p. 153-163 ; « Reconsidering Matrimonial Practices and Endogamy in the Early Modern period. The Case of Central Italy », Reframing the History of Family and Kinship: From the Alps towards Europe, D. Albera, L. Lorenzetti & J. Matthieu (eds), Peter Lang, 2016 ; « La misura della dote. Alcune riflessioni sulla storia della famiglia ebraica nello Stato della Chiesa in età moderna », in Vicino al focolare e oltre. Spazi pubblici e privati, fisici e virtuali della donna ebrea in Italia (secc. xv-xx), La Giuntina, 2015, p. 175-216 ; « Note sulla popolazione del ghetto di Roma in età moderna. Lineamenti e prospettive di ricerca », in Gli abitanti del ghetto di Roma, 1733, A. Groppi (Dir.), Viella, 2014, p. 39-85.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals