Navigation – Plan du site

Généalogie, parenté et histoire sociale. Composition et re-compositions des familles en milieu colonial, Santiago du Chili (mi-xvie-fin xviie siècles)

Jean-Paul Zuñiga

Résumés

Cette contribution cherche à mettre le concept de « système de famille européen » à l’épreuve du contexte colonial hispano-américain au xviie siècle. Le cas hispano-américain se singularise à cet égard par une grande diversité de situations, montrant la coexistence de modèles d’élite contrastant fortement avec ceux des autres groupes sociaux. Face à la centralité de la question patrimoniale comme moteur de l’alliance pour les premiers, les groupes plus modestes déploient en effet une grande diversité de pratiques et de grammaires de l’emparentement. Le « faire famille » se décline ainsi socialement. Cet article met en question la pertinence de fonder cette divergence sur la différence ethnoculturelle – c’est-à-dire de la coprésence, dans les mondes coloniaux, de modèles européens et extra-européens – et s’interroge sur la validité même de la notion de modèle, aussi bien dans le contexte américain qu’européen.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maurice Godelier, « Systèmes de parenté, formes de famille. Quelques problèmes contemporains qui se (...)

1L’histoire de la famille occupe certainement une place tout à fait particulière au sein de la discipline historique, tant ses techniques et ses questionnements en font un carrefour méthodologique et épistémologique singulier. Entre l’histoire des comportements et celle des normes, elle a très tôt été au cœur des protocoles de l’histoire des mentalités promue par « l’école des Annales », et c’est en histoire de la famille qu’ont été le plus rapidement intégrées les potentialités de l’analyse informatique des données, dans le sillage des fiches créées par Louis Henry pour décrypter les ressorts profonds de la démographie des sociétés du passé. L’histoire de la famille et de la parenté a tout naturellement été le terrain de rencontre entre anthropologues et historiens, ces derniers enrichissant leurs problématiques par la réflexion des premiers. L’étude des formes de la parenté a notamment permis de transposer dans l’aire européenne non seulement les questionnaires auxquels les anthropologues soumettent les populations non européennes, mais également les logiques sous-tendant leurs classifications : pour les anthropologues, en effet, les manières dont les hommes pensent la parenté – et notamment le lexique qu’ils déploient pour s’y référer – définissent des groupes et des aires au sein desquelles l’exemple européen peut trouver sa place1. En d’autres termes, l’étude de la famille a mis à la portée des historiens l’éventuelle définition d’un espace européen, analysé non plus à l’aune d’éléments culturels (langues, religion) ou socio-économiques (la féodalité ou la « modernité politique ») hautement controversés et/ou labiles, mais au travers des structures de la parenté censées être ancrées dans un socle très ancien et profond. Car ce que ces structures révèlent en fin de compte, ce sont bien les contours d’un système de parenté, européen en l’occurrence, caractérisé par des formes spécifiques de comprendre et de décliner ce que la notion de famille veut dire (ce qui « fait famille »), ainsi que les manières singulières dont celle-ci se reproduit dans le temps.

  • 2 Yosef Hayim Yerushalmi, « Assimilation et antisémitisme racial », Sefardica. Essais sur l’histoire (...)
  • 3 Quelle que soit sa forme, la fonction première de ce que nous appelons famille est bien d’être le l (...)

2Retenons de cette question la forte charge identitaire qui, de manière explicite ou implicite, est véhiculée par l’idée même de système européen de parenté. Or, cette conjonction entre les problématiques identitaires et celles de la parenté établit une convergence très claire avec certaines des interrogations centrales de l’histoire des empires coloniaux. En effet, une large partie de l’historiographie portant sur les mondes coloniaux (qu’il s’agisse de l’étude des sociétés de la fin du xve siècle ou de celles du milieu du xxe siècle) fait de la couleur de la peau (déclinée la plupart du temps sous le vocable « race ») l’élément fondamental organisant les sociétés coloniales, aspect qui constituerait en quelque sorte la colonne vertébrale sur laquelle seraient fondés les rapports économiques et sociaux ainsi que les hiérarchies de prestige. Cette caractéristique raciale serait même propre aux sociétés ibériques (de part et d’autre de l’Océan), sociétés qui constitueraient de la sorte le berceau des discriminations raciales contemporaines2. On comprend par conséquent à quel point la question des formes familiales et de leur reproduction peut être cruciale pour saisir les mécanismes à l’œuvre dans ces sociétés « nouvelles ». Car dès lors que le phénotype constitue l’élément légitimant le capital matériel en même temps que le signe d’un capital symbolique proprement incorporé, sa conservation doit naturellement s’inscrire dans toute réflexion sur la famille3 ou même sur la parentèle comme lieux d’inscription sociale et identitaire des individus. La famille et ses formes se trouvent par conséquent au cœur de la réflexion sur la construction des sociétés coloniales et constituent un terrain privilégié d’observation et d’analyse.

  • 4 Sur l’empire hispanique en tant qu’« affaire de familles », voir Jean-Paul Zuñiga, « Clan, parentel (...)
  • 5 Parmi ceux-ci, les célèbres tableaux de castes du xviiie siècle mexicain sont certainement les plus (...)
  • 6 J.-P. Zuñiga, « La voix du sang. Du métis à l'idée de métissage en Amérique espagnole », Annales HS (...)

3Le fait que la famille soit conçue en tant que brique de l’Empire et sa condition même de possibilité – ce que les agents de la monarchie catholique affirmaient ouvertement – confirme indubitablement le caractère crucial de l’histoire de la famille dans celle de la construction des mondes coloniaux à l’époque moderne4. La discussion sur « race et empire » lui confère toutefois un intérêt heuristique supplémentaire. En effet, si une grande quantité de documents permet sans aucun doute de retracer la fascination coloniale pour ces questions (sous la forme de discours et d’écrits normatifs sur l’importance de la naissance ou de la couleur)5, dans la documentation issue de la pratique quotidienne, ou même dans toute sorte d’écrits de diverses origines produits par ces sociétés et permettant peu ou prou d’appréhender les principes prescrits ou tacites régissant l’ordre social, la centralité de cette préoccupation pour la couleur ou l’origine s’estompe, se défile en quelque sorte et devient, pour ainsi dire, difficile à saisir en elle-même, ne serait-ce que parce que les classifications des individus ne cessent de changer en fonction des contextes. Face à ce caractère fuyant, certains historiens, se fondant par ailleurs sur les travaux des anthropologues, ont conçu les assignations identitaires coloniales comme des constructions déclinant de manière originale des critères phénotypiques, linguistiques, des univers relationnels, des formes de se vêtir et de se comporter, comme autant de marqueurs permettant de déterminer, de manière contextuelle, ce que l’appartenance voulait dire dans les sociétés de l’Amérique espagnole6.

  • 7 Thomas Calvo, La Nueva Galicia en los siglos XVI y XVII, Guadalajara, Centro de Estudios Mexicanos (...)
  • 8 Antonio de Ulloa, Relación histórica del viaje hecho de orden de su Majestad a la América Meridiona (...)

4D’autres, en revanche, ont interprété cette labilité ou cette absence relativement courante des catégories de couleur des personnes, phénomène bien connu des historiens démographes étudiant l’époque moderne en Amérique espagnole7, comme la marque d’une complexité grandissante des « métissages » à mesure que le temps avançait, ce qui rendait difficile pour les sociétés du xviiie siècle de parvenir à toute forme de classification stable des individus. Or, si les phénomènes démographiques du xviiie siècle expliquent sans doute cette impression de chaos phénotypique évoqué effectivement par tant de voyageurs8, il n’en reste pas moins que l’on trouve dans une large mesure les mêmes flottements au xviie et même au xvie siècle pour assigner les individus de manière catégorique et définitive : la recherche de catégories et de définitions claires se heurte ainsi toujours à une espèce d’évanescence du concept de couleur/race lui-même.

5Ce débat, en apparence éloigné de la question qui nous occupe, peut être à même d’éclairer notre compréhension des diverses manières de concevoir ce que construire la famille voulait dire dans l’Amérique espagnole de l’époque moderne.

  • 9 Roger Chartier, article « Culture populaire », in André Burguiere (dir.), Dictionnaire des sciences (...)
  • 10 Dominique Kalifa, « Les historiens français et “le populaire” », Hermès, La Revue, n° 42/ 2, 2005, (...)

6Car on ne peut qu’être frappé par le parallélisme entre les problèmes posés par l’éternelle disparition des « vraies » frontières de couleur et celle étudiée voici plus de trente ans par Roger Chartier, qui s’intéressait alors à la notion, évanescente elle aussi, de « culture populaire » en Europe, fondement civilisationnel qui aurait constitué cette essence première dont on déplorait la disparition au xvie siècle tout comme au xixe ou au xxe siècle, forçant ainsi l’historien à s’interroger sur les modalités de ces morts et renaissances successives… ou à se résoudre à admettre le caractère factice de la notion elle-même9. Se ralliant à Roger Chartier, Dominique Kalifa déplorait en 2005 que ce constat, « la culture populaire n’est qu’une vue de l’esprit » – puisqu’elle est amenée à disparaître à chaque génération – n’ait pas mené à une étude des pratiques, permettant de contourner le problème d’une histoire des représentations10.

7Cette histoire sociale des pratiques est en effet d’autant plus importante qu’elle permet de soulever des problèmes fondamentaux tels que celui du rapport entre les comportements individuels et les règles générales, entre les tactiques humaines pensées hic et nunc et les structures de longue durée. La question qui se pose est dès lors de savoir s’il est possible de mettre en travail cette tension entre normes et pratiques en l’appliquant au problème des modèles de la famille et de leur réalisation dans les sociétés de l’Amérique espagnole. La démarche semble d’autant plus fertile que toutes ces interrogations sont centrales à toute l’historiographie sur la famille et ses formes à l’époque moderne.

8Cette contribution a pour but de se situer à la croisée de ces différents questionnements, entre l’histoire des représentations (issues notamment de sources prescriptives) et celle des pratiques telles qu’elles émergent de toute la documentation écrite et non écrite – les généalogies étant des sources créées par l’historien en faisant la synthèse de toutes sortes de traces – rendant compte des travaux et des jours des hommes du passé.

Nom, famille et alliance : stratégies familiales et histoire sociale

  • 11 Francisco Chacón Jiménez, Juan Hernández Franco, Espacios sociales, universos familiares : la famil (...)
  • 12 Jean-Pierre Dedieu, « Familles, majorats, réseaux de pouvoir. Estrémadure, xve-xviiie siècle », in (...)
  • 13 Jaime Contreras, Bernardo J. García et Ignacio Pulido (eds), Familia, religión y negocio. El sefard (...)
  • 14 Les différents types de famille étudiés, par exemple par J.-P. Dedieu dans la cadre de ses travaux (...)

9Dans le domaine de l’histoire de la monarchie hispanique à l’époque moderne, l’étude des stratégies familiales a été depuis fort longtemps l’une des approches privilégiées de l’histoire politique. Tout un pan de l’histoire de la « famille ibérique » a ainsi été mobilisé pour mettre en avant l’endogamie des élites locales, au travers notamment de la prosopographie des édiles11. Il en a été de même pour l’étude de l’institution du majorat et de ses logiques de transmission12, ou encore pour celle des réseaux marchands13. Dans tous ces domaines, la mise en exergue des formes de l’alliance, notamment la pratique des mariages croisés ou entre cousins, a été un outil permettant d’étudier la consolidation et le déploiement de forts liens de solidarité et d’expression d’intérêts communs14.

  • 15 G. Delille, « La famille en Méditerranée occidentale aux xviiie et xixe siècles : transformations e (...)
  • 16 Je fais ici référence au mariage d’un frère et une sœur avec une sœur et un frère, sorte d’échanges (...)
  • 17 Sur les rapports entre alliance et construction identitaire, voir notamment Enric Porqueres i Gené, (...)

10Or, les stratégies familiales mises en avant par ces études puisent vraisemblablement à un ensemble de comportements familiaux bien décrits pour d’autres régions européennes15, notamment en ce qui concerne la question des structures identitaires de longue durée, s’exprimant dans la gestion des alliances en particulier. En Castille comme dans le reste de l’Europe occidentale, l’alliance apparaît comme le moment du modelage des générations successives par les générations présentes : la notion même de « stratégie familiale » est toute tournée vers ce caractère performatif que les parents imposent à leur progéniture. Cette gestion des conjoints a recours à tout un ensemble de procédés déjà décrits pour les édiles ou la noblesse castillane (alliance croisées, alliances doubles16, renchaînements d’alliance), autant de pratiques dessinant les contours de nébuleuses familiales ayant en commun un fort sentiment d’appartenance dont ces comportements seraient justement la face visible. L’alliance et la lignée sont, dans cette optique, de puissants éléments de cohésion identitaire donnant sens à des comportements individuels et déterminant en outre une véritable éthique sociale, en même temps but et moyen, pouvant s’inscrire dans la durée sous la forme de cultures spécifiques de la parenté. On comprend dès lors le rôle central accordé à l’alliance dans cette approche17.

  • 18 G. Delille, « Dans l'Italie des xvie-xviiie siècles : des comportements familiaux ou des cultures d (...)
  • 19 J.-P. Dedieu, « Familles, majorats, réseaux de pouvoir… », art. cit.
  • 20 M. Godelier, « Systèmes de parenté, formes de famille », art. cit.

11Ces caractéristiques, observées en Italie18 ou en Espagne19, ont également été décrites pour les sociétés de l’Amérique espagnole, où les formes familiales des élites urbaines se conforment en tout point au modèle de la métropole européenne. La notion d’Euro-Amérique20 prend ici tout son sens, comme les exemples de deux « familles coloniales » des élites de Santiago du Chili aux xviie et xviiie siècles (les Irarrazabal et les Fontecilla) aux ramifications péruviennes, andalouses et madrilènes, permettent de l’illustrer (figures 1 et 2).

Figure 1. Généalogie de la famille Irarrazabal

Figure 2. Généalogie de la famille Fontecilla

12Tant les Irarrazabal que les Fontecilla déploient en effet l’ensemble des mécanismes décrits plus haut : si l’exemple de la famille Irarrazabal montre un cas classique de bouclage consanguin avec une claire visée d’accumulation patrimoniale (aux 3e et 5e générations), celui, plus tardif, des Fontecilla constitue quant à lui un véritable catalogue des pratiques disponibles pour souder une lignée. Les Fontecilla Saenz de la première génération redoublent l’alliance avec la famille Lopez de Sotomayor par le double mariage d’un frère et d’une sœur Fontecilla avec une sœur et un frère Lopez de Sotomayor, tandis que le troisième membre de cette fratrie épouse sa cousine germaine. La génération suivante reboucle l’alliance avec la première génération par un deuxième mariage entre cousins, tandis que la dernière génération redouble et reboucle à nouveau les lignées dans un clair exemple de forte endogamie familiale, y compris par le biais d’un mariage entre oncle et nièce (alliance Fontecilla Sotomayor-Aranguiz Fontecilla).

  • 21 David Warren Sabean, « Kinship and Class Dynamics in Nineteenth-Century Europe » in David Warren Sa (...)

13On peut noter en ce sens que si l’exemple des Irarrazabal correspond pleinement aux stratégies de concentration patrimoniale étudiées par Jean-Pierre Dedieu pour la péninsule ibérique – des alliances entre cousins sont une méthode classique pour concentrer les majorats de la famille –, la généalogie des Fontecilla semble quant à elle tout à fait en phase avec le « siècle du mariage entre cousins » décrit par David Sabean pour l’Europe du xixe siècle21.

14Les approches évoquées jusqu’ici ont cependant en commun d’être fondées sur l’analyse minutieuse des comportements des familles de la noblesse ou des élites économiques, au sein desquelles la question de la transmission du patrimoine était un enjeu de taille ainsi que l’objet de discours, et même d’une culture familiale distinctive. On peut également ajouter qu’en raison de leur notoriété et de leur poids patrimonial, ces groupes, et c’est là un truisme pour tout historien, sont ceux qui ont laissé le plus de documents nous permettant de les étudier. La question est donc de savoir si les comportements révélés par ces analyses renvoient à des pratiques spécifiques à certains groupes sociaux uniquement, ou bien s’il s’agit d’attitudes pouvant être généralisées à l’ensemble de la société. En d’autres termes, il s’agit de poser le problème du passage de l’étude de la norme à celui de la normalité (comprise sous l’angle de la plus grande fréquence, de la plus forte représentation attestée). L’insertion des comportements des familles nobiliaires ou patriciennes au sein de l’ensemble des pratiques mobilisées par les familles à l’époque moderne peut être une manière heuristiquement fertile de reconsidérer les normes et les usages des unes et des autres.

15Le fait de s’intéresser aux horizons ouverts aux contemporains, à la totalité des répertoires possibles dessinés par les différents cas documentés, permet ainsi de concilier approche individuelle et règles collectives. Déplacer la focale vers les pratiques individuelles ne constitue donc pas une forme de négation du social – de ce que l’on pourrait désigner comme les structures contraignantes –, mais représente au contraire une volonté d’en comprendre les règles, les exceptions et les ressorts… un moyen de déchiffrer, en somme, la fragile équation qui consiste à mettre en regard règles et comportements individuels afin d’atteindre les particularités d’un cycle de vie.

16En posant la question de l’existence de pratiques majoritaires, il s’agit par conséquent de les situer afin de savoir si celles-ci correspondent ou non aux normes socialement prescrites, ou encore si les différentes pratiques minoritaires (celles des membres des élites notamment) ont des points de convergence entre elles ou non. Cette démarche permet dans un même mouvement de considérer préceptes, comportements collectifs et parcours individuels dans un effort pour restituer les dynamiques transformatrices que toute société déploie. Norme, normalité et pratiques nous rendent ainsi capables de saisir et de comprendre le changement.

La preuve par le monde colonial ?

17Le terrain de cette étude n’est pas anodin puisqu’il correspond aux colonies américaines du roi de Castille, d’où la question légitime de savoir si ce milieu peut avoir une pertinence pour la discussion des formes familiales des sociétés d’Ancien Régime en général. L’exemple des Irarrazabal pour le milieu du xviie siècle ou des Fontecilla pour le xixe siècle montre clairement que ces familles coloniales se comportaient bien comme d’autres familles européennes de leur rang à la même époque. L’intégration au sein de la Couronne de Castille a pour effet de lier indissociablement la Castille et « ses Indes », avec des conséquences indélébiles sur les deux rives. Il convient en outre de souligner, pour l’objet qui est le nôtre, que les prescriptions normatives qui pèsent sur toutes ces formes familiales, droit canon – le mariage est un sacrement et ne relève de ce fait que de l’Église –, droit royal – les contrats matrimoniaux et les dots sont passés devant notaire et sont régis par le droit castillan –, sont les mêmes pesant sur les familles castillanes de l’époque et, peu ou prou, sur les familles de la catholicité de l’Europe occidentale. Bien sûr, la volonté d’imposition violente de ces règles sur les différentes sociétés originaires ainsi que sur les victimes de la traite atlantique, et, plus largement, la complexe construction de sociétés où les multiples pratiques et legs culturels constituent autant d’arènes de confrontation et de négociation quotidiennes, représentent des facteurs qui impriment un sceau particulier à chacun des contextes américains. Cependant, si le monde colonial peut certes présenter des particularismes, il n’en reste pas moins qu’il permet assurément de répondre à certaines des questions posées ci-dessus, notamment à celle des formes de l’accommodation américaine des normes pré- et post-tridentines qui s’imposent à tous les sujets du monarque catholique. Les manières américaines de s’adapter ou non à ces règles sont peut-être spécifiques mais elles n’en sont pas moins révélatrices de mécanismes et de réalités qu’il convient de mettre en regard des exemples européens.

  • 22 De fait, la « guerre d’Arauco » se poursuit pendant toute la période de domination espagnole, et ju (...)
  • 23 Serge Gruzinski, Carmen Bernand, Histoire du Nouveau Monde, tome II. Les métissages (1550-1640), Pa (...)

18Fondée en 1541 par Pedro de Valdivia sur des terres qui constituaient un avant-poste inca contre les populations de langue mapudungun s’étendant sur le centre et le sud de l’actuel Chili, la ville de Santiago végète pendant de nombreuses années, avant d’affirmer sa vocation de centre de la colonie. En effet, la mort du conquistador Valdivia aux mains de ceux que les Espagnols appellent les Araucans, en 1553, marque le début d’un rééquilibrage des zones d’implantation européenne. Celui-ci résulte notamment du basculement dans une véritable guerre ouverte faisant suite à une période mêlant de sanglantes incursions de conquête à des formes de domination « négociée », par le biais d’alliances avec des chefs autochtones locaux notamment. Le grand soulèvement des différentes chefferies australes en 1599, insurrection qui rase tous les établissements espagnols au sud du fleuve Bio-Bio souvent citée comme le début d’un conflit séculaire, ne fait ainsi qu’entériner un mouvement de reflux débuté bien avant. Malgré des vicissitudes, Santiago devient de la sorte l’arrière d’un conflit qui s’éternise22. La ville bénéficie de son rôle de centre commercial et d’approvisionnement du front, voyant éclore une modeste économie, stabilisée essentiellement autour de l’activité agricole et artisanale. Si les premiers conquistadors accaparent au moment de la fondation de la ville les terres urbaines et périurbaines, laissant « hors du tracé » de la ville la population autochtone, celle-ci, tout comme les nouveaux venus européens et non-européens, intègre rapidement cette société urbaine en construction, preuve du caractère illusoire de cette « impossible séparation »23.

  • 24 Voir en ce sens la Recopilación de Leyes de los Reynos de las Indias, Madrid, Julian Paredes, 1681, (...)
  • 25 Suites de Jeronimo de Alderete et de Marina Ortiz de Gaete, femme de Pedro de Valdivia, venue s’éta (...)

19Or dès le début de ce processus, la famille se situe au cœur du dispositif de domination hispanique. Composées de bandes d’hommes très mobiles et difficilement contrôlables, les cliques de conquistadors constituaient non seulement un fléau pour les sociétés amérindiennes, mais également un défi pour la lointaine Couronne qui cherche dès lors à les fixer par tous les moyens. L’exigence de bâtir une maison et de fonder une famille pour pouvoir bénéficier de postes publics, de prébendes et de concessions – de terres ou de main d’œuvre notamment – témoigne de cette préoccupation24. Dans le cas du Chili, l’année 1555 voit l’arrivée de l’un des premiers contingents importants de familles entières destinées à se perpétuer sur place25. Par la suite, la fossilisation de conflit austral entraîne, pendant tout le xviie siècle et au-delà, l’envoi depuis le Pérou et depuis la Castille de colons-soldats, censés s’établir sur place au bout de trois années de service armé et y fonder une famille. Les formes très particulières que prend ce processus expliquent tout l’intérêt que peut avoir pour l’historien l’utilisation des généalogies comme outil pour l’histoire sociale. La reconstruction de généalogies du Santiago espagnol peut en ce sens constituer un outil heuristique permettant d’observer les définitions pratiques du concept de famille pour l’ensemble des habitants de la ville et non seulement parmi les membres du patriciat. Livres paroissiaux et registres notariés (procurations, testaments, inventaires après décès, contrats de travail et d’apprentissage, contrats de vente et de location immobilière notamment), permettent ainsi de reconstruire des généalogies « modestes » sur quatre ou cinq générations (du milieu du xvie au premier tiers du xviiie siècle, voire davantage parfois), mettant à la disposition des chercheurs un matériau d’analyse précieux.

  • 26 Les « mandas forzosas » étaient, comme leur nom l’indique, obligatoires. Sur cette question, voir F (...)

20D’emblée, la seule évocation de la figure du notaire et de l’héritage impose le droit successoral comme un premier cadre d’analyse. Dans le cas de Santiago, comme dans celui de toutes les villes de l’Amérique espagnole, les lois régissant les successions étaient celles définies par le droit castillan, au sein duquel dominait la pratique du partage égalitaire entre les enfants légitimes (mâles ou femelles) du testateur ou de la testatrice. Après avoir réservé un cinquième de tous ses biens – dit « cinquième de libre disposition » – pour les frais funéraires et les legs particuliers ainsi que pour les œuvres pieuses volontaires ou obligatoires26, le testateur devait en effet partager les 4/5e restants entres tous ses descendants légitimes. Si toutefois celui-ci souhaitait tout de même favoriser un seul de ses enfants, le droit l’autorisait à augmenter la part légitime de ce dernier dans la limite d’un tiers de tous les biens héritables (dit « tiers préciputaire ou de mejora »). L’usage que faisaient les contemporains de ces deux possibilités constitue une approche très riche pour comprendre les logiques à l’œuvre.

  • 27 Armando de Ramón, « Santiago de Chile, 1650-1700 », Historia, n 12, 1974, p. 93-373 et n°13, 1975, (...)

21On peut ajouter que cette confrontation entre les normes et ce que les individus en font dans le cadre de la construction de la famille gagne considérablement à être située, ce qui permet de dés-essentialiser bien des comportements en les ramenant à leur contexte précis d’occurrence. La reconstruction d’un cadastre de Santiago au tournant des xviie et xviiie siècles réalisée voici près d’une quarantaine d’années par l’historien chilien Armando de Ramon et ses étudiants (Plan 1) autorise une telle démarche27.

Plan 1. Cadastre de la ville de Santiago à la fin du xviie siècle

22À partir de cette source, enrichie de données d’archives, il a été possible de localiser les lieux de résidence des familles étudiées. Ce travail de spatialisation a notamment permis de déceler des comportements non exprimés ouvertement par les documents eux-mêmes : ainsi, témoins de ventes et de testaments, de procurations et d’autres actes notariés, s’avèrent être le plus souvent les voisins immédiats des intéressés (ce qui ne peut être compris qu’en visualisant les domiciles sur un plan, puisque les documents eux-mêmes restent muets sur la raison de la présence d’un témoin à un acte passé devant notaire). Plus qu’une simple question pratique d’opportunité – les voisins sont les personnes les plus facilement mobilisables parce que les plus proches géographiquement, notamment en cas d’ondoiement ou de testament in articulo mortis –, bien d’autres actes transforment le sens qu’il faut donner à leur présence. Pour les ventes ou procurations par exemple, les intéressés se déplacent à l’étude du notaire ; dans ce cas, le témoignage des voisins relève clairement d’une marque de confiance, dévoilant explicitement des sociabilités tissées à l’échelle du quartier de résidence. Cette approche autorise l’étude de l’ensemble des relations que différents acteurs – commerçants, boutiquiers, apprentis, compagnons, maîtres, journaliers, manouvriers… – nouent avec leur entourage, qu’il s’agisse de voisins, de créditeurs ou de débiteurs et, dans le cas qui nous intéresse ici, d’une nébuleuse d’amis, de protégés et de légataires, vivant souvent sous le même toit et apparentés par les « liens du sang » ou non. Un monde social en somme, permettant de décliner la notion de famille telle que vécue par des couches modestes, auparavant moins clairement perçues, et par conséquent moins étudiées par l’historiographie.

Les Rodas : une famille à l’image d’un quartier ?

23Pour les historiens travaillant sur la famille en Castille et dans les Indes de Castille à l’époque moderne, la question de la variabilité de la transmission du nom demeure bien souvent une entrave à l’élaboration de généalogies. En effet, contrairement à d’autres royaumes chrétiens, l’Aragon au premier chef, ce n’est qu’au xviiie siècle que la règle de l’héritage patrilinéaire du nom s’impose comme pratique universelle en Castille, les usages étant jusqu’alors très libres, chaque individu d’une même fratrie pouvant porter des noms de famille différents, puisés le plus souvent dans le patrimoine anthroponymique des quatre grands parents, mais pouvant parfois sauter encore plus de générations. Dans certains cas cependant, le prestige ou l’attachement à un nom était tel que la variabilité onomastique s’en trouvait considérablement réduite et, pour peu que le nom fût peu courant, comme dans le cas des noms non castillans, le travail d’identification des groupes familiaux en est grandement simplifié. C’est notamment le cas de la famille Rodas (figure 3), fondée vers 1560 par un marin et marchand grec, Jorge de Rodas, dont les descendants héritent tous, génération après génération, du patronyme Rodas, faisant ainsi preuve d’une unité onomastique peu commune pour les fratries contemporaines en milieu castillanophone, d’un côté comme de l’autre de l’océan.

  • 28 Pedro de Malta a sans doute été d’abord marin en Nouvelle Espagne, où il a eu trois enfants : Domin (...)

24Jorge de Rodas, naturel de Céphalonie dans la mer Ionienne, était sans doute issu du milieu des marins chrétiens ayant préféré quitter Rhodes suite à la défaite de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem et la conquête de l’île par les Ottomans en 1522. Sa présence comme marin sur le bateau de Pedro de Malta28, avec lequel il se rend au Chili en 1555, tendrait à confirmer ce lien, puisque c’est à Malte que s’établissent les hospitaliers de Saint Jean en 1530.

Figure 3. Généalogie de la famille Rodas

  • 29 Marchand à Valdivia entre 1566 et 1580.
  • 30 Marchand originaire de San Lucar de Barrameda (province de Cadix), ayant d’abord résidé en Nouvelle (...)
  • 31 Lettre de vente d’une « (…) vigne d’Hernán Páez, effectuée en son nom par Alonso Escudero, à Jorge (...)
  • 32 Voir Matteo Salonia, Genoa's Freedom : Entrepreneurship, Republicanism, and the Spanish Atlantic, L (...)
  • 33 James Lockhart, The Men of Cajamarca : A Social and Biographical Study of the First Conquerors of P (...)

25Entre 1555 et 1566, date probable de sa mort, Jorge de Rodas, en association avec d’autres marchands et propriétaires ou pilotes (maestres) de navires – Andres Pérez, Dimitre Griego, Nicolao Griego, Vicencio Pascual, Miguel Joanes29 et Alonso Moron30 – se livre au commerce entre Valdivia, Valparaiso et Callao. Bien que ses affaires le retiennent à Valdivia une bonne partie de l’année, Jorge achète une maison et une vigne à Santiago du Chili en 1559 en compagnie d’Anton Zamorano31. Le terrain, de près d’un hectare et demi, jouxte d’autres propriétés peu à peu occupées par des hommes avec un background similaire au sien : Andrés Hernandez, marchand arrivé au Chili avec Pedro de Malta tout comme Jorge, le génois Pedro Fernandez Perin ou encore maese Vicencio Pascual, marin macédonien ayant épousé doña Jeronima, fille du marin génois Juan Ambrosio Justiniano32, dont le nom indique un lien très probable à la Mahone de Chios, et renforce le rôle de la Méditerranée orientale comme berceau de ce groupe de marins. Sis de l’autre côté de la colline Santa Lucia, hauteur constituant la première limite donnée par les conquistadors au tracé de la ville de Santiago, ces terrains se situent hors les murs – virtuels – de Santiago et constituent une sorte de faubourg ouvrant sur l’arrière-pays agricole irrigué de la cité. En ce sens, ils correspondent sociologiquement, peu ou prou, à ces zones périurbaines où s’établissaient – ou étaient relégués –, selon James Lockhart, les marins et autres gens de mer, souvent non castillans, dans le premiers temps de la colonisation (plan 2)33. Cette propriété, même si elle s’amenuise au cours des années, constitue le noyau foncier sur lequel vivent les descendants de Jorge de Rodas jusqu’au début du xviiie siècle.

Plan 2. Le faubourg Santa Lucia avec ses parcelles

26L’examen de la généalogie de cette famille appelle toute une série de remarques tant la famille fondée par Jorge de Rodas paraît résumer à elle seule diverses caractéristiques distinguant les familles coloniales aux xvie et xviie siècles.

Les enjeux du nom

27Ce qui frappe d’emblée est sans conteste la singularité de la norme anthroponymique de cette famille qui, malgré la domination du nom Rodas à travers les cinq générations considérées ici, a également recours à d’autres noms disponibles au sein de la parentèle. Si ce trait illustre parfaitement la conformité entre les usages castillan et « castillano-américain » des normes onomastiques, le caractère très fluctuant de l’identification de certains membres de la famille, portant tantôt un nom tantôt un autre dans la documentation, au point de compromettre parfois l’identification par l’historien, semble plutôt indiquer une approche plus pragmatique de ce que le nom représente. C’est vraisemblablement en fonction du contexte que les acteurs privilégiaient une « identité » plutôt qu’une autre, ce qui est manifeste dans le cas des filles Rodas de la dernière génération. En effet, lorsque la référence au nom Rodas peut s’avérer utile, notamment lors de la rédaction de documents portant sur la propriété d’une parcelle, les intéressés déclinent volontiers cette identité plutôt qu’une autre. À d’autres moments cependant, la mise en avant d’un père au nom illustre – c’est notamment les cas de Maria, fille du capitaine Mendez de Contreras, à la 5e génération (figure n°3) –, semble avoir présenté plus d’avantages aux yeux des contemporains. Le port du patronyme Rodas par Ana de Rodas, domestique de Juliana de Rodas, relève encore d’un autre cas de figure : doit-elle être considérée comme une fille adoptive, d’où la présence de ce nom dans certains documents, ou se plie-t-elle à l’usage d’autres famuli – esclaves et affranchis, Indiens d’encomienda notamment – qui portaient bien souvent le nom de leurs maîtres ?

28Enfin il faut souligner le rôle fondamental tenu par les femmes dans la transmission du nom Rodas. Celle-ci obéit en effet à une matrilinéarité très affirmée, à tel point que l’on peut dire que la véritable fondatrice de la lignée est Maria, la fille du marin grec, dont le prénom est répété presqu’à chaque génération, contrairement à Jorge, prénom relativement peu usité en castillan à l’époque et qui disparaît à tout jamais du lignage avec son porteur.

29En dehors de la question onomastique, les femmes de cette famille donnent un sens social particulier, une chair, au fait de partager un nom. À chaque génération, elles semblent avoir élevé, seules, leur progéniture et, en alliant les liens du sang à ceux du voisinage, elles ont construit un espace affectif et physique s’exprimant par la participation et le souci de chaque sœur au sort des autres, et de leurs nièces et neveu.

L’illégitimité généralisée

  • 34 Il est en tout cas possible que Maria, comme son frère Juan, soit née avant l’arrivée de leur père (...)

30Le deuxième aspect marquant, et qui explique sans doute l’élargissement du stock onomastique auquel ont recours les membres de cette famille, est bien entendu le nombre élevé de naissances illégitimes (indiquées en rouge dans le schéma généalogique) qui caractérise la famille Rodas. Élément présent peut-être dès l’origine – nous ne savons pas si Maria était une fille légitime de Jorge de Rodas34 – chaque génération, à l’exception du couple Maria de Rodas-Gonzalo Diaz, fait cohabiter enfants légitimes et illégitimes au sein de la même maisonnée. Juana, Beatriz – et Ana ? – sont ainsi toutes les trois filles illégitimes de Juliana de Rodas, tout comme Doña Maria Bejarano [Mendez], Constanza Juarez et doña Ana Zapata, filles de Maria de Rodas, Doña Catalina de Rodas ou Palacios, fille de Beatriz de Rodas et, très probablement, Clara de Villalobos, fille de Juana de Rodas.

  • 35 Th. Calvo, La Nueva Galicia, op. cit.
  • 36 C’est-à-dire, ayant au moins un des deux parents considéré comme « Espagnol » et de ce fait enregis (...)
  • 37 Voir J.-P. Zuniga, Espagnols d’Outre-Mer. Émigration, métissage, et reproduction sociale à Santiago (...)

31En cela, la famille Rodas épouse l’un des traits les plus originaux des sociétés coloniales, qui connaissent des taux d’illégitimité sans aucune commune mesure avec ceux des métropoles. Depuis longtemps remarquée par les historiens démographes, cette spécificité, d’abord liée à l’exploitation sexuelle des femmes de la domesticité (souvent amérindiennes) ou des esclaves africaines, s’avère en fait être un trait marquant davantage les populations hispaniques que les autres groupes des sociétés coloniales35. À Santiago, au milieu du xviie siècle, près de 25% des enfants hispaniques36 baptisés étaient illégitimes, sans compter une proportion équivalente d’enfants « trouvés » (de padres no conocidos)37.

  • 38 Dans son testament, Juliana dit ouvertement que Juana et Beatriz sont ses enfants naturels, tandis (...)
  • 39 C’est sans doute les cas pour Clara de Villalobos, qui dit être enfant légitime lorsqu’elle rédige (...)
  • 40 Un terrain de près de 700 m².
  • 41 « que e criado como a hijas a las quales rruego y encargo a los dichos mis hijos las faborescan y a (...)

32Malgré ce caractère généralisé, le sujet reste cependant délicat, et si dans certains documents – en général les testaments ou codicilles rédigés aux portes du trépas – on précise ouvertement le caractère illégitime d’une filiation38, dans d’autres, on préfère mentir39 ou rester évasif, se contentant de dire qu’il s’agit « d’orphelines » recueillies et élevées à la maison, comme le fait Hernan Juarez dans son testament en 1611 au sujet de Juana et de Beatriz de Rodas, demi-sœurs de sa femme Maria et filles de Juliana, dont il tait la filiation. Maria de Rodas pour sa part, dit de Constanza Juarez en 1637 qu’il s’agit d’une criada (domestique) qui l’a servie avec loyauté, mais aussi bien le nom de Constanza (s’agit-il d’une fille illégitime de son mari ?), que le legs foncier que lui donne Maria40 ou encore l’énigmatique recommandation laissée à ses enfants légitimes (« vous connaissez les obligations qui vous lient... ») laissent peu de doutes sur la place de Constanza dans la fratrie. Le ton se fait encore plus appuyé lorsque Maria de Rodas évoque Ana Zapata et Maria Mendez, les plus jeunes, « que j’ai élevées comme mes propres filles et je recommande et je prie mes enfants de les aider et de les protéger car ils ont grandi ensemble et j’ai confiance qu’ils le feront ainsi »41.

  • 42 AES vol. 96, F 238v.
  • 43 AES vol. 95, F 391.

33La lettre de dot de Doña Maria Mendez (appelée aussi Bejarano) rédigée seize ans plus tard, en 1654, ne laisse pourtant aucun doute quant à l’identité de ses père et mère42, tandis que la procuration pour tester faite en 1658 par Maria de Rodas précise en toutes lettres que Doña Ana Zapata était bien sa fille naturelle43.

  • 44 Bartolomé Bennassar, Histoire des Espagnols, Paris, Armand Colin, 1985, t. 1, p. 402.

34Par conséquent, si l’on ne peut probablement pas parler d’une attitude ouvertement décomplexée à l’égard de ces naissances hors mariage – à l’instar des hidalgos castillans étudiés par Bartolomé Bennassar44 –, le fait est que ces enfants illégitimes constituent une donnée majeure de la configuration de la famille Rodas, tout comme ils l’étaient à l’échelle de tous les milieux hispaniques des Amériques à la même époque.

35Enfin, tout comme un grand nombre de ces enfants illégitimes de Santiago, aucune mention ne permet de savoir si les illégitimes de la famille Rodas (dès la fondatrice elle-même) étaient ou non métis. Sur plus d’un siècle, aucun des documents se rapportant à cette famille ne donne de précision sur cette question pourtant considérée comme centrale par tout un pan de l’historiographie. Certes, cette absence de mentions de la couleur peut renvoyer à des formes d’occultation, formes intériorisées de discrimination. Le fait cependant que cela recouvre toute la production documentaire traitée pour cette famille, et sur une aussi longue période de temps, indique à tout le moins – toute assignation identitaire étant par définition relationnelle – une négociation impliquant une acceptation par les reste de corps social de cette absence d’« ethnicisation ».

La dot comme outil de transmission patrimoniale

  • 45 La dot demeure en effet un patrimoine féminin inaliénable, de sorte qu’après la dissolution de la c (...)

36Le troisième élément qui frappe à l’examen de cette généalogie est celui de la place que les femmes y tiennent en tant que bénéficiaires des biens fonciers de la famille. On retrouve logiquement cette importance des femmes dans la production documentaire ; de fait, la plupart des actes compulsés ici pour cette famille sont rédigés par le notaire au nom de femmes : dots signées par les mères ou testaments féminins constituent le cœur des sources consultées, tandis que seuls trois testaments correspondent à des hommes de la famille. Le fait que la substance des biens qui passent de génération en génération soit justement la terre, celle que le fondateur Jorge de Rodas avait achetée en 1559, explique le poids documentaire des testaments féminins, qui retracent la circulation de ces biens sous forme de dot45.

  • 46 Le tiers préciputaire peut en effet être attribué collectivement à deux ou plus des membres d’une m (...)
  • 47 Sur cette question, voir J.-P. Zuñiga, Espagnols d’outre-mer, op. cit., chap. XII.

37Car la question de l’établissement des filles constitue bien, à l’époque, l’un des enjeux majeurs de tout parent. C’est ce qui explique la paradoxale prépondérance des femmes dans cette documentation, produite par un système qui en faisait par ailleurs des mineures légales, ne pouvant entreprendre – à l’exception des veuves – aucune démarche légale sans l’autorisation préalable de leur père ou de leur mari. À tous les échelons de la société, ce souci pour l’établissement des femmes s’exprime tout particulièrement par la place qu’elles prennent dans le partage successoral. Les dots promises aux futurs gendres par les parents des jeunes filles à marier étaient en effet calculées à titre d’« avances » sur la part légitime devant leur revenir plus tard par la voie testamentaire. Le cas échéant, au moment de régler la succession, les parents veillaient à réserver aux filles la mejora ou tiers préciputaire afin d’éviter toute contestation sur le caractère inégalitaire du partage que cette estimation trop précoce de la dot entraînait bien souvent. La phrase « por ser mujer » ou « mujeres »46 – littéralement « en raison de leur sexe » – accompagne ainsi de manière récurrente les clauses testamentaires favorisant les femmes, la mejora en particulier47.

  • 48 Testament de Gonzalo Diaz, AES vol. 7, F 212 (1590).

38C’est ainsi que, dans le cas des Rodas, Maria de Rodas, la fille du fondateur, hérite de la totalité des biens fonciers de son père (au détriment, donc, de son frère Juan), tandis que dans son testament son mari Gonzalo Diaz précise que leur fille Juliana a reçu en dot bien plus qu’elle n’aurait dû recevoir eu égard aux biens que possédait le couple, raison pour laquelle il laisse ce qui reste de ses biens – du bétail – à ses deux autres enfants, Gaspar et Baltasar48. À la mort de sa mère, Juliana de Rodas accapare par conséquent la totalité de l’héritage foncier laissé par son grand-père, qui est ensuite partagé par les générations successives. Juliana donne la plus grande partie à ses filles Maria – à qui échoit la mejora – et Juana, sous forme de dot, Gonzalo et Beatriz, restée célibataire, devant se contenter quant à eux de parts plus modestes.

Plan 3. L’héritage de Jorge de Rodas : partage entre ses quatre enfants (ca. 1569-1645)

  • 49 Maria de Rodas vend une première parcelle vers 1627, Clara en vend deux vers 1671 et en 1678, alors (...)

39La génération suivante, constituée des enfants des trois sœurs Rodas (Maria, Juana et Beatriz), accélère l’atomisation du legs, toujours réservé aux femmes, légitimes et illégitimes, sans jamais l’agrandir, signe d’une plus grande précarité économique : Clara de Villalobos ou Rodas est même obligée de vendre à plusieurs reprises des lopins de son héritage pour subvenir à ses besoins, tout comme l’avait fait sa tante Maria de Rodas avant elle (plans 3, 4 et 5)49.

Plan 4. L’héritage de Jorge de Rodas : les enfants de Beatriz et de Juana de Rodaz

Plan 5. L’héritage de Jorge de Rodas en 1692

40Malgré cet indéniable déclin économique cependant, on ne peut que constater l’efficacité de ce dispositif ayant permis à la famille Rodas de subsister dans le même faubourg de Santiago entre le milieu du xvie et la fin du xviie siècle.

41Par comparaison, le rôle des hommes de la famille apparaît bien plus précaire et instable. Car face à la forte sédentarité des femmes illustrée par cette généalogie, la caractéristique première des hommes du lignage est avant tout leur mobilité spatiale. Cela est manifeste en ce qui concerne les nombreux migrants (en jaune sur la figure généalogique n°3) qui alimentent génération après génération le lignage, à l’intérieur et en dehors du mariage : il s’agit là, assurément, d’un trait proprement « colonial » de cette famille. En effet, le marché démographique – on ne saurait dire matrimonial – de la famille Rodas se situe bien à l’échelle impériale. Levantins (comme Jorge de Rodas l’ancêtre éponyme), Portugais (à l’image de Gonzalo Diaz ou d’Antonio Rodriguez de Olivera), Castillans (Hernan Juarez, Antonio Mendez de Contreras, Pedro de Baena, Bernabé Villalobos, Pedro Quintero…, tous Andalous) ou créoles du Chili et du Pérou (Diego Palacios, Lucas de Añasco) constituent la trace visible de cette construction politique intercontinentale à l’échelle de la famille Rodas.

42La mobilité – réponse sans doute à la précarité économique – se mesure également à la plus grande propension des hommes de la famille à tenter leur chance ailleurs, disparaissant dès lors des sources locales, sans laisser de trace de leur activité (contrats, procurations ou ventes) ou de leur mort (testaments). C’est le cas de Juan de Rodas – resté à Valdivia ? – et de ses neveux, Gaspar et Baltasar ; c’est également le cas de Rafael Blanco, parti à Potosi vers 1630, suivi peu après par son beau-frère Gonzalo de Rodas. Ni l’un ni l’autre ne reviendront jamais. Pedro de Baena et Pedro Quintero disparaissent également très rapidement des sources : est-ce encore la marque de gens de peu ne possédant donc guère de biens susceptibles de laisser des traces ? Gonzalo Diaz déclare en tout cas à la fin de sa vie n’avoir rien apporté au patrimoine du couple, tandis qu’Hernan Juarez, pulpero louant une boutique sur la place de Santiago, semble lui aussi avoir vivoté avant de décéder trop tôt. Les autres figures masculines de cette famille sont les pères illégitimes, et s’ils restent anonymes bien souvent, ils se manifestent parfois, par le biais de lettres de dot notamment – c’est le cas du capitaine Antonio Mendez de Contreras par exemple –, mais également, pourrait-on dire, par le biais des patronymes puisque dans une société aussi étroite, le fait de porter un nom qui n’appartenait pas au patrimoine onomastique de la mère était sans doute une indication de l’identité du père adressée à l’ensemble de la cité.

Criar : liens du sang ou liens du cœur

  • 50 AES vol. 96, F 328, AES vol. 314, F 65.
  • 51 Testament de Maria de Rodas (1658) où elle demande à son fils Francisco Bejarano de veiller sur Ana (...)
  • 52 C’est-à-dire certaines de fonctions essentielles de la notion de parenté selon M. Godelier, « Systè (...)
  • 53 « (…) a una niña a quien tengo obligación que save su nombre el muy Rdo. Pe. Predicador fray Juan M (...)

43Il convient enfin de souligner l’importance capitale accordée dans tous ces documents à la vie en commun comme élément fédérant et définissant la commune appartenance. Car ce qui apparaît ici clairement, c’est une définition de la famille dépassant largement la question de l’origine commune (qui serait marquée par le nom) ou de l’alliance. Légitimes, illégitimes et enfants recueillis constituent un groupe soudé par la vie commune, par les expériences partagées et par le voisinage. Les tournures employées par les acteurs eux-mêmes, telles que « élever comme mes propres filles »50, « je vous demande de veiller sur elle comme un père »51, ou encore les termes « frère » et « sœur », « cousin » ou « tante » – les seuls utilisés dans ces documents, souvent à la première personne, pour désigner les liens unissant les uns aux autres les protagonistes de ces actes –, doivent être considérés comme autant de manières de définir le cercle de la famille, quel que soit le statut juridique revenant à chacun. En ce sens, ne peut-on pas considérer la faiblesse relative de l’emprise onomastique des pères, dont les noms demeurent assez « volatiles », comme l’expression de noms moins « apparentants » car non-assis sur une cohabitation et la création des liens d’identification que celle-ci implique ? Le recours répété dans les testaments à une rhétorique des affects fondée sur la notion de commerce fréquent et d’expériences partagées – Maria de Rodas ne base-t-elle pas la solidarité familiale sur le fait d’avoir « grandi ensemble » ? – semble soutenir cette proposition. Le terme criar (« élever » dans le sens de nourrir aussi bien que d’éduquer et de prendre soin52), présent à chaque génération, et recouvrant aussi bien les illégitimes que les enfants recueillis, serait par conséquent la facette affective et construite au quotidien du terme « obligation », renvoyant davantage à une rhétorique des « devoirs du sang ». Si Clara de Villalobos laisse dans son testament un coffre en bois « à une enfant envers qui j’ai des obligations, et dont le frère Juan Manzo, dominicain, connaît le prénom »53, indiquant par là même qu’elle ne l’a pas élevée, sa nièce Maria Rodriguez de Olivera, dernier membre de la famille a figurer sur cette généalogie, laisse en 1692 deux legs à deux enfants qu’elle a élevés (« criado »), Leonor Rodriguez et Sebastian Flores, reproduisant en cela une pratique bien établie dans la famille.

  • 54 Mantecón en fait une manière de redéfinir la famille hors la seule alliance ou co-résidence, en ins (...)

44La notion de « famille d’expérience », pour reprendre l’expression de Tomas Mantecon en la détournant quelque peu54, semble par conséquent correspondre à la situation mise en lumière par l’exemple des Rodas. Elle permet à tout le moins de considérer des définitions et redéfinitions vernaculaires de ce que « faire famille » voulait dire pour les contemporains, et en retour de réinterroger les prescriptions légales et les pratiques des élites.

  • 55 Voir notamment Signe Howell, « Kinning : The Creation of Life Trajectories in Transnational Adoptiv (...)

45Les recherches actuelles en anthropologie de la parenté tendent à mettre en avant l’importance de cette dimension non normative de l’emparentement, exprimant à travers le langage de la parenté traditionnelle des réalités nouvelles55. Dans le cas des Rodas, c’est certainement la conjonction entre un lieu et un ensemble de liens tissés par la vie en commun qui a donné une chair au nom de famille. Il est en ces sens révélateur que la vente des derniers lopins de la propriété originelle, à l’extrême fin du xviie siècle, marque également la disparition du patronyme, dont l’usage commençait à s’étioler.

Conclusion

46L’exemple de Santiago à la fin du xviie siècle montre une multiplicité de pratiques d’emparentement, que l’on ne saurait réduire à celles dont les élites sociales étaient coutumières. L’approche par la contextualisation et l’attention à la diversité des pratiques sociales peut en ce sens être une voie pour historiciser la question des systèmes de parenté, dans une dialectique permettant de saisir ensemble la norme et la diachronie. Dans l’exemple étudié ici, un même ensemble de règles juridiques et religieuses a donné naissance à des adaptations originales, et si le droit tendait à défavoriser les enfants illégitimes, les pratiques vernaculaires ont permis de tirer parti de tous les interstices juridiques pour intégrer ces enfants au sein d’une définition revisitée de la famille et de la parenté. Cette redéfinition ne contourne pas du tout les fortes dissymétries de genre et de couleur propres à cette société coloniale hispanique, mais elle les réinvestit dans un équilibre tendu et précaire. Peut-on penser que les « réalités » nouvelles auxquelles devaient faire face les familles hispano-américaines étaient à ce point liées au contexte de la colonisation que leur expérience « exceptionnelle » ne peut rien apporter à notre compréhension de la famille et de la parenté ailleurs ?

  • 56 Alexis de Tocqueville, Œuvres complètes, tome IV, L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, Michel L (...)

47Gageons que l’expérience coloniale est moins exceptionnelle qu’il n’y paraît ou, dit autrement, que son exceptionnalité ne tient pas tant à ses différences par rapport à un éventuel « modèle » européen qu’à l’intensité des phénomènes que l’on pouvait y constater : « Quand je veux juger de l’esprit de l’administration de Louis XIV et ses vices » écrivait Tocqueville, « c’est au Canada que je dois aller. On aperçoit alors la difformité de l’objet comme dans un microscope »56.

Haut de page

Notes

1 Maurice Godelier, « Systèmes de parenté, formes de famille. Quelques problèmes contemporains qui se posent en Europe occidentale et en Euro-Amérique », La revue lacanienne, n° 8/3, 2010, p. 37-48.

2 Yosef Hayim Yerushalmi, « Assimilation et antisémitisme racial », Sefardica. Essais sur l’histoire des Juifs, des marranes et des nouveaux-chrétiens d’origine hispano-portugaise, Paris, Chandeigne, 1998 [1982], p. 255-292. Voir également David Nirenberg, « Race and the Middle Ages : the Case of Spain and Its Jews », in Margaret R. Greer, Walter D. Mignolo, Maureen Quilligan (eds), Rereading the Black legend, Chicago, University of Chicago Press, 2007, p. 71-87. Pour des tentatives de mise en relation des formes européennes et coloniales d’exclusion voir notamment l’article de Julio Caro Baroja, « Antecedentes españoles de algunos problemas relativos al mestizaje », Revista Histórica, n° 28, 1965, p. 197-210 ; Stuart B. Schwartz, « Brazilian Ethnogenesis : Mestiços, Mamelucos and Pardos », in Serge Gruzinski, Nathan Wachtel (éds), Le Nouveau monde, mondes nouveaux. L’expérience américaine, Paris, Éditions Recherches sur les civilisations/Éditions de l’EHESS, 1996, ainsi que James Sweet, « The Iberian Roots of American Racist Thought », William and Mary Quarterly, vol. LIV, n° 1, 1997, p. 143-166. Pour une « origine créole » du racisme, voir Jorge Cañizares, « New World, New Stars : Patriotic Astrology and the Invention of Indian and Creole Bodies in Colonial Spanish America, 1600-1650 », The American Historical Review, n 104/1, 1999, p. 33-68 ; Renato Mazzolini, « Las Castas : interracial crossing and social structure, 1770-1835 », in Staffan Müller-Wille, Hans-Jorg Rheinberger (eds), Heredity produced. At the Crossrads of Biology, Politics and Culture, 1500-1870, Cambridge, The MIT Press, 2007, p. 349-373. Dans cette veine voir également le récent ouvrage de Jonathan Schorsch, Swiming the Christian Atlantic. Judeoconversos, Afroiberian and Amerindians in the Seventeenth Century, Leyde, Brill, 2009.

3 Quelle que soit sa forme, la fonction première de ce que nous appelons famille est bien d’être le lieu de conception et d’engendrement des nouveaux êtres. Cf. M. Godelier, « Systèmes de parenté, formes de famille », art. cit., p. 42.

4 Sur l’empire hispanique en tant qu’« affaire de familles », voir Jean-Paul Zuñiga, « Clan, parentela, familia, individuo : métodos y niveles de análisis », Anuario/IEHS, vol. 15, Tandil, (Argentine), 2000, p. 51-60.

5 Parmi ceux-ci, les célèbres tableaux de castes du xviiie siècle mexicain sont certainement les plus connus : ils représentent toujours un homme, une femme de phénotypes différents, ainsi que l’enfant qu’ils ont procréé. María Concepción García Saiz, Las castas mexicanas. Un género pictórico americano, Milan, Olivetti, 1989 ; Ilona Katzew, Casta Painting: Images of Race in Eighteenth-Century Mexico, New Haven, Yale University Press, 2004.

6 J.-P. Zuñiga, « La voix du sang. Du métis à l'idée de métissage en Amérique espagnole », Annales HSS, n° 54/2, 1999, p. 425-452 ; Jacques Poloni-Simard, La mosaïque indienne. Mobilité, stratification sociale et métissage dans le corregimiento de Cuenca (Équateur) du xvie au xviiie siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2000 ; Joanne Rappaport, « “Asi Lo Paresçe Por Su Aspeto” : Physiognomy and the Construction of Difference in Colonial Bogotá », Hispanic American Historical Review, n° 91/4, 2011, p. 601-631.

7 Thomas Calvo, La Nueva Galicia en los siglos XVI y XVII, Guadalajara, Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos, 1989, Christopher Lutz, Santiago de Guatemala, 1541-1773: City, Caste, and the Colonial Experience, Norman, University of Oklahoma Press, 1994.

8 Antonio de Ulloa, Relación histórica del viaje hecho de orden de su Majestad a la América Meridional, Madrid, Antonio Marín, 1748 ; et Noticias Secretas de América, sobre el estado naval, militar y político del Perú y provincia de Quito, Londres, Impr. R Taylor, 1826 [mss de 1748] ; Jean-Paul Duviols (éd.), Mémoires du Mexique. Le manuscrit de Jean de Monségur, 1707-1709, Paris, Chandeigne, 2002.

9 Roger Chartier, article « Culture populaire », in André Burguiere (dir.), Dictionnaire des sciences historiques, Paris, PUF, 1986 et Culture écrite et société. L'ordre des livres (xive-xviiie siècle), Paris, Albin Michel, 1996).

10 Dominique Kalifa, « Les historiens français et “le populaire” », Hermès, La Revue, n° 42/ 2, 2005, p. 54-59.

11 Francisco Chacón Jiménez, Juan Hernández Franco, Espacios sociales, universos familiares : la familia en la historiografía española, Murcia, Editum, 2007.

12 Jean-Pierre Dedieu, « Familles, majorats, réseaux de pouvoir. Estrémadure, xve-xviiie siècle », in Juan Luis Castellano et Jean-Pierre Dedieu (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l'Ancien Régime, Paris, CNRS Éditions, 1998, p. 111-146.

13 Jaime Contreras, Bernardo J. García et Ignacio Pulido (eds), Familia, religión y negocio. El sefardismo en las relaciones entre el mundo ibérico y los Países Bajos en la Edad Moderna, Madrid, F. Villaverde, 2003 ; Enriqueta Vila Vilar, Guillermo Lohmann Villena, Familia, linajes y negocios entre Sevilla y las Indias : Los Almonte, Madrid, Fundación Histórica Tavera, 2003 ; Ana María Presta, Encomienda, familia y negocios en Charcas colonial (Bolivia) : los encomenderos de La Plata, 1550-1600, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 2000.

14 Les différents types de famille étudiés, par exemple par J.-P. Dedieu dans la cadre de ses travaux sur les logiques de transmission du majorat, mobilisent la notion de modèle et de tactiques au service des stratégies familiales de concentration patrimoniale aboutissant soit à la constitution de grands patrimoines nobiliaires, soit (ou en même temps) à l’extinction de lignées, sacrifiées justement sur l’autel de ces stratégies de concentration patrimoniale.

15 G. Delille, « La famille en Méditerranée occidentale aux xviiie et xixe siècles : transformations et continuités », in Antonio Morales Moya (coord.), 1802, España entre dos siglos, Madrid, Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales, 2003, vol. 3, Sociedad y cultura, p. 125-138 ; « Représentation, généralisation, comparaison : sur le système de parenté européen », Annales HSS, nº 62/1, 2007, p. 137-159 ; « La France profonde : relations de parenté et alliances matrimoniales (xvie-xviiie siècle) », Annales HSS, nº 70/4, 2015, p. 881-930.

16 Je fais ici référence au mariage d’un frère et une sœur avec une sœur et un frère, sorte d’échanges de femmes entre deux familles, par opposition au mariage double « simple », comme dans le cas où deux frères épousent deux sœurs.

17 Sur les rapports entre alliance et construction identitaire, voir notamment Enric Porqueres i Gené, Lourde alliance. Mariage et identité chez les descendants de juifs convertis à Majorque (1435-1750), Paris, Éditions Kimé, 1995.

18 G. Delille, « Dans l'Italie des xvie-xviiie siècles : des comportements familiaux ou des cultures de la famille », in Francisco Chacón Jiménez, Llorenç Ferrer i Alòs (coord.), Familia, casa y trabajo : Congreso Internacional Historia de la Familia : Nuevas perspectivas sobre la sociedad europea, Murcie, Universidad de Murcia, 1997, p. 49-62.

19 J.-P. Dedieu, « Familles, majorats, réseaux de pouvoir… », art. cit.

20 M. Godelier, « Systèmes de parenté, formes de famille », art. cit.

21 David Warren Sabean, « Kinship and Class Dynamics in Nineteenth-Century Europe » in David Warren Sabean, Simon Teuscher and Jon Mathieu (eds), Kinship in Europe, Approaches to Long-Term Development (1300-1900), New York, Berghahn Books, 2007, p. 301-313 ; Jon Mathieu, « Kin Marriages : Trends and Interpretations from the Swiss Example », in ibid., p. 201-230. 

22 De fait, la « guerre d’Arauco » se poursuit pendant toute la période de domination espagnole, et jusqu’au xixe siècle républicain.

23 Serge Gruzinski, Carmen Bernand, Histoire du Nouveau Monde, tome II. Les métissages (1550-1640), Paris, Fayard, 1993, chap. VIII « L’impossible ségrégation », p. 222-249.

24 Voir en ce sens la Recopilación de Leyes de los Reynos de las Indias, Madrid, Julian Paredes, 1681, livre VI, titre IX.

25 Suites de Jeronimo de Alderete et de Marina Ortiz de Gaete, femme de Pedro de Valdivia, venue s’établir au Chili avec sa maison cette année.

26 Les « mandas forzosas » étaient, comme leur nom l’indique, obligatoires. Sur cette question, voir Fernando Martínez Gil, Muerte y sociedad en la España de los Austrias, Cuenca, Ediciones de la Universidad de Castilla la Mancha, 2000, p. 563-564 ; Juan Uría Maqua, Alonso de Bello (1552-1632): un indiano perulero de los siglos XVI y XVII, Oviedo, Universidad de Oviedo, 2005, p. 231 sq.

27 Armando de Ramón, « Santiago de Chile, 1650-1700 », Historia, n 12, 1974, p. 93-373 et n°13, 1975, p. 97-270.

28 Pedro de Malta a sans doute été d’abord marin en Nouvelle Espagne, où il a eu trois enfants : Domingo, mort à Santiago du Chili en 1561, Pedro et Juana de Malta, résidents à Antequera (Oaxaca) en 1561-1565. Le mari de Juana, Anton Galán se rend à Santiago en 1565 pour récupérer l’héritage de sa femme. Voir Alvaro Jara, Rolando Mellafe (transcription paléographique) Protocolos de los Escribanos de Santiago. Primeros fragmentos, 1559 y 1564-1566, Santiago, Dibam, Centro de Investigaciones Diego Barros Arana, 1996, vol. 2 (1565-1566), p. 532.

29 Marchand à Valdivia entre 1566 et 1580.

30 Marchand originaire de San Lucar de Barrameda (province de Cadix), ayant d’abord résidé en Nouvelle Espagne (Tocaima).

31 Lettre de vente d’une « (…) vigne d’Hernán Páez, effectuée en son nom par Alonso Escudero, à Jorge de Rodas et Antón Zamorano », Santiago, 21 avril 1559, Archivo de Escribanos (notaires) de Santiago (dorénavant AES) vol. 1, F 16.

32 Voir Matteo Salonia, Genoa's Freedom : Entrepreneurship, Republicanism, and the Spanish Atlantic, Lanham, Maryland, Lexington Books, 2017, p. 149-151.

33 James Lockhart, The Men of Cajamarca : A Social and Biographical Study of the First Conquerors of Peru, Austin, University of Texas Press, 1972.

34 Il est en tout cas possible que Maria, comme son frère Juan, soit née avant l’arrivée de leur père au Chili en 1555. Dans le cas contraire elle serait née à Santiago et se serait mariée avant l’âge de 15 ans, après le décès de son père en 1566. Juan reçoit quant à lui une procuration pour gérer les biens du marchand grec Jorge Polo, ami proche de son père, en 1565 (AES vol. 1, F 95), ce qui semble incompatible avec une naissance après 1555. Le fait que le capitaine du bateau dans lequel Jorge était marin, Pedro de Malta, soit venu de la Nouvelle Espagne, où il avait sa famille, pourrait indiquer une éventuelle naissance mexicaine pour les enfants de Jorge de Rodas. Voir AES vol. 1 et 2.

35 Th. Calvo, La Nueva Galicia, op. cit.

36 C’est-à-dire, ayant au moins un des deux parents considéré comme « Espagnol » et de ce fait enregistrés dans les livres paroissiaux réservés aux « Espagnols ».

37 Voir J.-P. Zuniga, Espagnols d’Outre-Mer. Émigration, métissage, et reproduction sociale à Santiago de Chili au 17e siècle, Paris, Édition de l’EHESS, 2002, p. 92-105. Sur ces questions pour la même période dans d’autres régions de l’Amérique espagnole, voir Th. Calvo, La Nueva Galicia, op. cit.

38 Dans son testament, Juliana dit ouvertement que Juana et Beatriz sont ses enfants naturels, tandis qu’Anita est présentée comme criada (AES vol. 93, F 65, 1638). Elle demande cependant expressément à sa fille Maria qu’elle « prenne bon soin de ses autres sœurs », alors que dans son codicille, elle fait uniquement référence à « me filles » sans d’autre précision (AES vol. 95, F 91, 1645) ; dot de Juana de Rodas : AES vol. 86, F 276 (1619) ; testaments de Maria de Rodas : AES vol. 93 (1637) ; AES vol. 98 (1658).

39 C’est sans doute les cas pour Clara de Villalobos, qui dit être enfant légitime lorsqu’elle rédige son testament en 1671, alors que c’est probablement faux. Voir AES vol. 314, F 65 et son probable acte de baptême en 1634, Archives de l’Archevêché de Santiago, registres paroissiaux, livre 2, f. 17v.

40 Un terrain de près de 700 m².

41 « que e criado como a hijas a las quales rruego y encargo a los dichos mis hijos las faborescan y amparen pues se an criado juntos y fio lo haran », Testament de Maria de Rodas, AES vol. 93, F 92 (1637).

42 AES vol. 96, F 238v.

43 AES vol. 95, F 391.

44 Bartolomé Bennassar, Histoire des Espagnols, Paris, Armand Colin, 1985, t. 1, p. 402.

45 La dot demeure en effet un patrimoine féminin inaliénable, de sorte qu’après la dissolution de la communauté conjugale par mort de l’époux, la dot doit être garantie et prélevée sur le corps de biens avant tout legs, remboursement de dettes ou partition successorale.

46 Le tiers préciputaire peut en effet être attribué collectivement à deux ou plus des membres d’une même fratrie.

47 Sur cette question, voir J.-P. Zuñiga, Espagnols d’outre-mer, op. cit., chap. XII.

48 Testament de Gonzalo Diaz, AES vol. 7, F 212 (1590).

49 Maria de Rodas vend une première parcelle vers 1627, Clara en vend deux vers 1671 et en 1678, alors que doña Maria Bejarano, incapable de payer l’hypothèque pesant sur une de ses deux parcelles, est contrainte de la céder aux franciscains en 1689.

50 AES vol. 96, F 328, AES vol. 314, F 65.

51 Testament de Maria de Rodas (1658) où elle demande à son fils Francisco Bejarano de veiller sur Ana Zapata. AES vol. 95, F 391

52 C’est-à-dire certaines de fonctions essentielles de la notion de parenté selon M. Godelier, « Systèmes de parenté, formes de famille », art. cit. p. 42.

53 « (…) a una niña a quien tengo obligación que save su nombre el muy Rdo. Pe. Predicador fray Juan Manzo », AES vol. 314, F 66.

54 Mantecón en fait une manière de redéfinir la famille hors la seule alliance ou co-résidence, en insistant sur sa dimension affective : la notion de famille s’appliquerait non seulement à tous ceux que les individus, dans leur action quotidienne, reconnaissent comme membres de leur groupe familial et avec lesquels ils se sentent solidaires, mais également aux membres passés de cet ensemble dont on conserve le souvenir. Voir Tomas Mantecón, « Les factions dans la famille "infanzona" de Cantabrie de l'Ancien Régime », in J.-L. Castellano et J.-P. Dedieu (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs, op. cit., p. 67-88.

55 Voir notamment Signe Howell, « Kinning : The Creation of Life Trajectories in Transnational Adoptive Families », Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 9, n°3, 2003, p. 465-484 ; Agnès Martial, S’apparenter. Ethnologie des liens de familles recomposées, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003 ; Enric Porqueres i Gené (dir.), Défis contemporains de la parenté, Paris, Éditions de l’EHESS, 2009.

56 Alexis de Tocqueville, Œuvres complètes, tome IV, L’Ancien Régime et la Révolution, Paris, Michel Lévy frères, 1866 [1856], notes p. 273.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Généalogie de la famille Irarrazabal
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 2. Généalogie de la famille Fontecilla
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Plan 1. Cadastre de la ville de Santiago à la fin du xviie siècle
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8623/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende Figure 3. Généalogie de la famille Rodas
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8623/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Plan 2. Le faubourg Santa Lucia avec ses parcelles
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8623/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Plan 3. L’héritage de Jorge de Rodas : partage entre ses quatre enfants (ca. 1569-1645)
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8623/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Plan 4. L’héritage de Jorge de Rodas : les enfants de Beatriz et de Juana de Rodaz
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8623/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Plan 5. L’héritage de Jorge de Rodas en 1692
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8623/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Zuñiga, « Généalogie, parenté et histoire sociale. Composition et re-compositions des familles en milieu colonial, Santiago du Chili (mi-xvie-fin xviie siècles) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 19 Bis | 2018, mis en ligne le 25 juin 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/acrh/8623 ; DOI : 10.4000/acrh.8623

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Zuñiga

Historien spécialiste des sociétés hispano-américaines à l'époque coloniale, J.-P. Zuniga est directeur d’études au Centre de recherches historiques de l’EHESS. Ses recherches ont tout d’abord porté sur les migrations de colons vers l’Amérique coloniale, recherche associée à celle des notions de communauté, sociabilités, parentèle et appartenance (Espagnols d’outre-mer. Émigration, métissage et reproduction sociale à Santiago-du-Chili au 17e siècle, Éditions de l’EHESS, 2002). De la circulation des personnes (migrants, soldats, agents de la monarchie) la recherche s’est par la suite élargie aux modèles et aux représentations (iconographiques et textuelles) et en particulier à la singulière articulation des catégories identitaires dans un cadre impérial et colonial. (Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, Bibliothèque du CRH – EHESS, 2011). Il tente ainsi d’historiciser les différentes logiques et manières de dire le lien social au sein de l’empire hispanique (sang, lignage, « race ») par rapport aux autres expériences impériales contemporaines (De la casta a la raza. Decir el lazo social en la América española, siglos xvii-xviii, Editorial de la Universidad de Granada - à paraître). Ses travaux actuels portent sur la question des travailleurs urbains en Amérique hispanique aux xviie et xviiie siècles.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals