Navigation – Plan du site

Système de parenté et histoire sociale : éléments pour un débat

Introduction
Élie Haddad

Résumés

Parmi les travaux récents en histoire de la parenté, celui de Gérard Delille se distingue par son ambition : comprendre le système européen de la parenté et de l’alliance entre Moyen Âge et époque moderne, à la croisée de l’histoire et de l’anthropologie. Cet article revient sur les principaux éléments de ce système et sur la conception de la parenté qui le fonde, avant de présenter les grandes figures de l’alliance – bouclages consanguins, échanges entre lignées alternées, renchaînements d’alliances – qui y sont à l’œuvre, et ce pour interroger la relation entre ce système d’alliance et le système de parenté plus général, qui n’est pas exempte de tensions. L’article discute alors la place de la parenté par rapport aux autres structures sociales et les manières d’envisager les relations entre structures et contextes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi ces différentes propositions, mentionnons, outre les travaux de Gérard Delille cités plus loi (...)
  • 2 Pour un aperçu désormais un peu ancien de ces débats en anthropologie, voir le numéro spécial dirig (...)

1Depuis deux décennies, après une période d’éclipse relative, l’élucidation des phénomènes de parenté dans les sociétés anciennes, principalement européennes, est de nouveau à l’ordre du jour. La bibliographie récente en témoigne, qui compte plusieurs parutions portant des propositions fortes d’interprétation générale de ce qui est parfois appelé structures de la parenté, parfois système de la parenté, ou bien systèmes familiaux, ou encore système de l’alliance, organisation domestique, mécanismes de la transmission1… Derrière ces notions, qui toutes interrogent le rôle de la parenté dans l’organisation sociale, se trouvent différentes manières de concevoir la parenté, différents modèles anthropologiques ou historiques, différentes façons de travailler à l’articulation entre anthropologie et histoire. À cet égard, la clarification des enjeux intellectuels généraux comme des méthodes employées demeure souvent difficile, du fait des auteurs eux-mêmes, qui n’explicitent pas toujours les prémices de leur manière de développer une histoire de la parenté, du fait également de la complexité du champ de l’anthropologie de la parenté, marqué par de forts débats, eux-mêmes renouvelés dans les vingt dernières années2.

  • 3 Gérard Delille, Famille et propriété dans le royaume de Naples (xve-xixe siècle), Rome/Paris, École (...)
  • 4 G. Delille, Le Maire et le prieur. Pouvoir central et pouvoir local en Méditerranée occidentale (xv(...)
  • 5 On se reportera notamment à son article « La France profonde. Relations de parenté et alliances mat (...)
  • 6 Voir, dans deux perspectives très différentes, François-Joseph Ruggiu, « Histoire de la parenté ou (...)
  • 7 Ce recueil est le fruit d’une journée d’étude tenue le 24 novembre 2016 au Centre de Recherches His (...)

2Parmi les propositions d’interprétation générale qui ont été faites, celle de Gérard Delille a ouvert la voie et n’a cessé de se développer au fur et à mesure des recherches de celui-ci. Parti dans les années 1980 d’une analyse des rapports entre le fonctionnement de la parenté et les relations de propriété et de travail dans le monde rural des Pouilles en Italie sur la longue durée3, G. Delille s’est progressivement tourné vers les rapports entre pouvoir et parenté dans la même région, pour comprendre le système de l’alliance qui structurait ces derniers4. Il n’a pas hésité ensuite à franchir les frontières et à s’intéresser à d’autres lieux, élaborant méthodiquement et progressivement, par l’analyse intensive de sources exceptionnelles, un modèle de compréhension du système de parenté européen entre Moyen Âge et époque moderne, ainsi que de son évolution au cours du xviiie siècle, affinant constamment son interprétation générale ainsi que les fondements méthodologiques de son travail5. Dans un article paru dans les Annales HSS en 2015, il poursuit cet approfondissement à travers l’analyse de plusieurs cas en France, tout en répondant aux critiques qui lui ont été adressées6 et en prenant en compte certains aspects de celles-ci pour mieux étayer les résultats d’une recherche au long cours. C’est ce texte notamment qui a suscité chez l’ensemble des participants au présent volume l’envie de poursuivre les discussions soulevées par un travail qui croise histoire et anthropologie de la parenté au service d’une interprétation générale de l’évolution des sociétés d’Europe et d’ailleurs, en y confrontant leurs propres méthodes et terrains de recherches ; également l’envie de mettre à jour les différents enjeux (méthodologiques, historiques, théoriques, mais aussi documentaires) d’une approche singulière dans le paysage de la recherche actuelle7.

3« Les règles de la parenté, entre histoire et anthropologie », le titre de cette réflexion collective invite à prendre en compte un triple aspect du travail de G. Delille. D’abord, son ancrage dans un questionnement anthropologique fortement marqué par l’œuvre de Claude Lévi-Strauss et celle de Françoise Héritier. Ensuite, l’aspect profondément historien de la démarche de recherche, les structures étant toujours considérées comme pleinement historiques et porteuses de dynamiques sans lesquelles les changements ne se comprendraient pas. Le niveau de l’interrogation, enfin, particulièrement affirmé dans les travaux menés par G. Delille depuis une quinzaine d’années : la parenté et ses règles, les structures de l’alliance et de l’échange, leurs conséquences sociales et économiques. De ce triple aspect on prendra aisément la mesure en lisant sa contribution à ce recueil, de même que l’on saisira à quel point ce modèle est en travail constant : les logiques générales de l’échange qui fondent le système y sont rappelées avant d’être confrontées aux transmissions de terres et interrogées à travers le prisme des unions entre paires de germains.

  • 8 Voir infra pour l’origine et la définition de cette expression. D’une manière générale, pour toutes (...)
  • 9 Enric Porqueres i Gené participait également à la journée d’études du 24 novembre 2016 durant laque (...)

4Les articles qui suivent cette contribution permettent de cerner les points de débats qui existent, soit par rapport à la démarche elle-même, soit par rapport à des interprétations des faits élaborés par G. Delille. Anita Guerreau-Jalabert décentre le regard vers le Moyen Âge pour mieux revenir sur les interprétations à donner au système de l’alliance et sur ses fondements augustiniens, lesquels renvoient à l’idée de diffusion de la caritas : les renchaînements d’alliance8 en sont alors une traduction permettant une densification des relations sociales et une grande souplesse dans l’orientation des alliances. Sylvie Steinberg et Jean-Paul Zuñiga interrogent le modèle à partir de ses marges – la bâtardise, le monde colonial hispano-américain –, qui précisément ne sont pas pensées comme marginales mais révélatrices d’éléments du système de parenté moins apparents lorsqu’on se situe en son cœur : les transformations dans la filiation et dans la conception du sang qui la porte, qui obligent à reformuler le questionnaire de l’anthropologie de la parenté (S. Steinberg), la multiplicité des pratiques d’apparentement possibles et des usages qui en sont faits dans le monde colonial, qui interrogent la généralité du système de l’alliance tourné vers la reproduction et la conservation des positions acquises décrit pour les élites (J.-P. Zuñiga). Michaël Gasperoni procède en partie de manière semblable en regardant la région des Marches en Italie centrale, dont les évolutions décalées chronologiquement vers l’aval permettent de revenir sur la place du système onomastique dans la parenté et sur l’historicité même de la famille comme catégorie, sur les liens en outre qu’entretiennent ces changements avec la rigidification des rapports sociaux. Robert Descimon et Claire Chatelain s’attachent à des analyses intensives à une échelle micro pour interroger la façon dont la parenté est agie, le rapport entre les logiques générales et les comportements individuels et collectifs des acteurs, la manière dont les structures sont actualisées : soit pour contester l’idée d’un interdit des mariages dans le nom et proposer une lecture sociale de ces derniers (R. Descimon), soit pour prendre en compte les rapports micropolitiques dans la parenté comme facteurs de changement historique (C. Chatelain)9.

5En guise d’ouverture, il n’est sans doute pas inutile d’exposer les principaux éléments du système européen de parenté proposé par G. Delille et de présenter à grands traits les questions théoriques et historiques qu’il soulève. Je me concentrerai d’abord sur les règles et le rôle de la parenté, puis sur les formes de l’alliance et de l’échange qui en sont le cœur, avant de revenir sur la façon dont est appréhendé le contexte historique de la parenté. Pour faire émerger certains points de discussion, je ferai dialoguer les propositions de G. Delille avec mes propres recherches sur la parenté dans la noblesse française d’Ancien Régime, poursuivant ainsi un dialogue entamé avec ce dernier depuis plusieurs années et qui a constamment nourri mon travail.

Règles et rôle de la parenté

Le système européen de parenté et d’alliance

  • 10 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 912-913.

6G. Delille a récapitulé dans son article de 2015 quelles sont pour lui les « règles principales de ce système de parenté et d’alliance » de l’Europe occidentale, entre Moyen Âge et époque moderne10. Elles sont au nombre de quatre.

71/ On ne se marie pas dans la parenté masculine de son père et de ses mères. Concrètement, donc, on n’épouse pas des personnes portant son patronyme ou celui des ascendantes en ligne masculine (sauf segmentation des groupes de descendance masculine qui voient leurs noms changer ou bien être modifiés par l’apparition de sobriquets distinctifs). C’est cette première condition qui oblige à se tourner vers des collatéraux d’alliés ou des alliés d’alliés pour se marier.

82/ « Il y a évitement progressif, dans une lignée descendante directe, des groupes agnatiques alliés et orientation des alliances vers d’autres groupes alliés de collatéraux ou alliés d’alliés qui tendent ainsi à glisser, le long des générations, d’une branche à une autre ». Un tel système suppose une conscience du patrilignage comme groupe de descendance à travers lequel s’organisent les échanges.

93/ « Les reprises ou bouclages d’alliance s’effectuent indifféremment à travers des échanges restreints ou généralisés dans la diachronie longue par des échanges entre lignées alternées masculines ou mixtes ». Les lignées à considérer ne sont donc pas seulement masculines, l’ensemble des règles énoncées nécessitant au contraire le passage par des maillons féminins. On est bien dans le cadre d’un système cognatique.

  • 11 Françoise Héritier, L’Exercice de la parenté, Paris, Gallimard/Seuil, « Hautes Études », 1981.

104/ « Une fois les interdits de consanguinité dépassés, il y a reprise d’alliance entre la descendance d’Ego et la descendance de ses collatéraux directs ». Là encore, les descendances à considérer sont cognatiques. La reprise des alliances aux limites des interdits de la parenté apparentent l’Europe médiévale et moderne aux systèmes semi-complexes mis en évidence par F. Héritier dans son étude des Samo de Haute-Volta11.

  • 12 G. Delille, « Parenté et alliance en Europe occidentale… », art. cit., p. 99.

11Notons que ces règles ne sont pas des prescriptions écrites que l’on trouverait dans les textes de l’époque, mais se déduisent de l’organisation des alliances, concordante dans différents lieux et à différentes périodes. La seule règle explicite est celle de l’interdit des quatre degrés canoniques promulgué par l’Église dont l’application très nette se perçoit, dans toutes les études, par le nombre de bouclages qui se font à la limite ou juste au-delà des quatre degrés prohibés. Si l’on combine les deux interdits de mariages (dans le nom du père et le nom des mères), tout bouclage dans la société chrétienne médiévale et moderne ne peut se faire qu’en passant par deux maillons féminins. Dans cette perspective, un mariage « préférentiel » avec la cousine parallèle matrilatérale aurait pu se mettre en place : en 2010, G. Delille interprétait l’interdit canonique de quatre degrés comme un moyen d’éviter ces bouclages courts en voie purement féminine qui auraient conféré à l’alliance une place prépondérante par rapport à la filiation et auraient transformé le système en système matrilinéaire12. Une telle interprétation suppose cependant une antériorité des interdits de mariage dans le nom du père et des mères par rapport aux interdits canoniques fixés lors du concile de Latran en 1215. Or ces interdits ont précédé l’apparition des patronymes dans les couches supérieures de la société, au xiiie siècle précisément, avant leur extension très progressive dans le reste de la population. Aussi cette interprétation, logique d’un point de vue structural, pose problème dans une optique historique. C’est peut-être la raison pour laquelle G. Delille ne l’a pas reprise par la suite, se tournant plutôt vers les gloses de l’interdit canonique pour comprendre les fondements ecclésiaux du système de parenté européen occidental.

  • 13 G. Delille, Le Maire et le prieur, op. cit., p. 302 sq.

12Ces règles auraient eu cours jusqu’au xviiie siècle. Dans son article de 2015, G. Delille revient sur les raisons de la transformation ultérieure de ce système en traçant des pistes du côté de l’augmentation de la mobilité aussi bien urbaine que rurale à la fin du xviiie et au xixe siècle, qui rompt tant les possibilités d’intégration des nouveaux arrivants dans les mécanismes locaux de l’échange que les équilibres dans les lieux de départ. Des articles précédents avaient déjà mis en évidence l’importance du facteur démographique de la baisse du nombre d’enfants mariés dans la diminution des possibilités de ces jeux de l’échange, les lignées se retrouvant isolées et fragilisées par le célibat des cadet(te)s13.

La parenté comme champ autonome

  • 14 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 914.

13Il faut insister sur le structuralisme qui préside au travail de G. Delille dans son analyse de la parenté européenne chrétienne, non dans une optique qui consisterait à l’opposer à l’histoire ou à y voir une mécanique qui s’imposerait aux individus – à cela, G. Delille répond tant par son travail qui pense les structures comme pleinement historiques et dynamiques que par ses remarques sur l’articulation des contextes, sur lesquelles je reviendrai –, mais pour souligner le fait que la parenté y est considérée comme un champ autonome dont l’interprétation relève de la compréhension des logiques qui lui sont propres, sans faire appel à d’autres aspects sociaux ou économiques. « Procéder suivant un ordre hiérarchique, qui dans notre cas précis ravale les relations d’alliance et de parenté au rang de sous-produit de la démographie ou de l’économie, est une erreur aux implications considérables qui détourne le raisonnement de la réalité profonde des jeux de l’échange et des rapports sociaux »14.

  • 15 Comme le rappelle Maurice Godelier, dans les études fondatrices de cette discipline, « le fait qu’u (...)
  • 16 Ibid., p. 129-130.
  • 17 François Héran, Figures de la parenté. Une histoire critique de la raison structurale, Paris, PUF, (...)

14G. Delille pose ainsi nettement la question du niveau où l’on situe la parenté et ses règles dans la société, et donc du contenu que l’on assigne à la notion de parenté. Nombre des désaccords existant dans le domaine de l’histoire de la parenté relèvent des réponses différentes apportées à cette question, sans qu’elles soient toujours explicitées, et qui engagent des démarches intellectuelles différentes, voire opposées. G. Delille est fidèle à l’anthropologie de la parenté des fondateurs lorsqu’il accorde à celle-ci une autonomie par rapport aux autres domaines de l’organisation sociale15. Des propositions explorent d’autres voies. Maurice Godelier, par exemple, pose différemment cette question de l’autonomie relative des relations de parenté par rapport à l’organisation sociale lorsqu’il écrit qu’« entre un paysan qui n’a rien à transmettre et un seigneur qui a des titres, des terres, une généalogie glorieuse à transmettre, la parenté ne peut avoir ni le même sens ni la même importance, même si les termes de parenté que l’un et l’autre utilisent sont identiques »16. Si le sens de la parenté au sein d’une même société est si différent d’un groupe à l’autre, peut-on encore parler d’autonomie de la parenté ? Faut-il à ce point distinguer entre sens et structure, ainsi qu’y invite François Héran pour qui il y a dissociation entre formes et contenus, l’analyse structurale n’ayant rien à dire a priori de ces derniers17 ?

  • 18 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 911.

15Au fond, le problème est celui-ci : quelle place occupent les circonstances sociales de l’exercice de la parenté dans les structures de la parenté ? À cette question, G. Delille répond clairement dans son dernier article que cette place est subordonnée : « Mais quelle est l’implication, en arrière-plan, de facteurs comme le rang social des différentes familles, leur poids démographique, le rôle et la place différenciés de chaque enfant et de chaque sexe (aînés, cadets, héritiers, enfants dotés ou non…), la résidence et le rapport au territoire, l’activité économique, la mobilité, etc. ? Étudier les rapports entre mariages et dots des filles/transmission des biens sans prendre en compte la logique profonde qui organise les alliances, c’est s’enfermer dans un raisonnement circulaire »18. Qu’est-ce que la parenté dans cette perspective ? C’est l’organisation des relations d’alliance et de filiation suivant des règles qui orientent les échanges dont ces relations sont le support. Cet ordre de la réalité est autonome par rapport aux autres ordres de la réalité sociale, même s’il est investi par les individus et les groupes, puisqu’il laisse évidemment la place à toutes sortes de choix et de manipulations, et même s’il a des implications considérables, notamment sur les dynamiques économiques.

  • 19 M. Godelier, Métamorphoses de la parenté, op. cit., p. 119.

16G. Delille s’inscrit donc en faux contre la définition beaucoup plus large de M. Godelier pour qui les composantes de la parenté sont : 1/ les modes de descendance et les groupes qu’ils engendrent, la filiation, les réalités matérielles et immatérielles héritées et transmises le long des générations qui se succèdent, la famille et la résidence ; 2/ les règles du mariage, les stratégies d’alliance, la prohibition de l’inceste, et de nouveau la résidence après le mariage, la famille, le lignage, etc. ; 3/ Les représentations de ce qu’est un enfant, du processus de sa conception, de son développement, et la signification dans des cultures différentes de ce que nous nommons dans notre langue « paternité », « maternité », « consanguinité », « affinité », etc., donc le langage qui désigne la famille et les relations qui la fondent, ainsi que l’ensemble des droits et des devoirs qui lient des parents entre eux19.

  • 20 L. Barry, La Parenté, Paris, Gallimard, 2008, p. 17.
  • 21 Marshall Sahlins, What Kinship Is – And Is Not, Chicago/Londres, The University of Chicago Press, 2 (...)

17La perspective de G. Delille est également différente de deux autres théories récentes de la parenté : celle de Laurent Barry, pour qui « [l]a parenté, (…) est un procédé taxinomique qui porte sur l’humain, et qui trie entre nos “semblables” et les autres dans l’ensemble des individus qui sont réellement ou putativement liés entre eux par la naissance ou par le mariage »20 ; celle, culturaliste, de Marshall Sahlins pour qui la parenté est « mutuality of being » et participation étroite à l’existence de l’autre21.

18Voyons donc comment ces relations d’alliance et de filiation sont orientées et de quels échanges elles sont les supports.

Système de l’alliance

19Les schémas généalogiques construits par G. Delille pour différents lieux, en Italie et en France, et pour différentes époques, montrent la présence, partout, de bouclages consanguins, d’échanges entre lignées alternées et de renchaînements d’alliances, avec quelques variations dans les types dominants. Examinons-les successivement.

Bouclages consanguins

20Les bouclages consanguins renvoient à toutes les formes d’alliances qui se font dans une même descendance cognatique (puisque la reconnaissance de la parenté en Europe est cognatique). Dans ce cadre, un cousin ou une cousine, croisé(e) ou parallèle, patrilatéral(e) ou matrilatéral(e), est un consanguin au 2e degré canonique. On sait que les interdits de mariage ont été fixés par l’Église au 4e degré canonique lors du concile de Latran (1215). Selon les études, les bouclages existent depuis le haut Moyen Âge et se concentrent entre le 4e et le 7e degré. Théoriquement, en-deçà du 4e degré, il faut obtenir une dispense, mais il n’est pas certain qu’elle soit toujours demandée, selon les lieux et les périodes. Le nombre de degrés peut varier selon la personne que l’on prend comme point de départ dans le couple, cela en raison des décalages générationnels qui ont lieu fréquemment au sein des familles où les naissances s’étalent sur plusieurs années. Il faut insister sur le fait qu’il s’agit là de descendances cognatiques et, en même temps, qu’au point de départ, il n’y a bien qu’un lignage qui est pris en compte, c’est-à-dire, en l’occurrence, dans la perspective de G. Delille, une ascendance cognatique remontant à un ancêtre commun (figure 1).

Figure 1. Mariages à la limite des interdits de parenté

  • 22 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 888-890.

21La caractérisation de ces lignages ne peut se faire par un nom, comme on le voit dans les figures 2, 3 et 4 qui reprennent celles proposées par G. Delille dans son article de 201522. Cela rend la lecture et l’élucidation de ces bouclages difficiles, particulièrement si on les développe, ce que j’ai fait pour les schémas en question. Le travail de caractérisation des alliances passe par une étape préalable de réduction des schémas pour faire émerger leur cohérence, ce qui signifie aussi que certaines informations se perdent. Ce point n’est pas anodin puisque, comme nous allons le voir, ces alliances peuvent s’encastrer dans des schémas plus complexes faits de redoublements et/ou de renchaînements d’alliances qui peuvent avoir une signification pour les acteurs.

Figure 2. Bouclage à la quatrième génération selon G. Delille, et schéma développé

Figure 3. Bouclage à la quatrième / cinquième génération selon G. Delille

Figure 4. Bouclage à la quatrième/cinquième génération selon G. Delille

22Il faut également noter que ces bouclages ne sont a priori en rien liés à des questions de transmission du patrimoine. Ils ne suivent pas nécessairement une logique de circulation des dots avec un retour, puisqu’ils peuvent prendre toutes les formes possibles de passages masculins et féminins dans les deux lignées concernées.

  • 23 Pour une interprétation à l’échelle d’une population entière de ce type de mariages rapprochés, not (...)

23Dans mes propres investigations sur la noblesse française d’Ancien Régime, en examinant les généalogies, je ne perçois jusqu’à présent que peu de bouclages consanguins, mais il est vrai que le biais patrilinéaire des sources rend la saisie de ces bouclages peu aisée. Il y a quelques cas remarquables de mariages dans le nom assez rapprochés, avec nécessité de dispense, qui semblent davantage se faire au xviiie siècle23. Un exemple typique de bouclage implique en 1572 les Gouffier, les Cossé et les Montmorency, et il est double (figures 5). Le mariage de Jeanne Cossé avec Gilbert Gouffier se fait au 3e degré canonique, tandis que celui de Renée de Cossé avec Charles de Montmorency se fait au 4e degré canonique pour elle, au 3e pour lui. Les deux mariages ont lieu la même année, ce qui laisse supposer une intentionnalité. Celle-ci n’est probablement pas d’ordre patrimonial au premier chef, mais davantage d’ordre politique. Elle resserre des liens plus anciens entre ces familles à la cour.

Figure 5. Bouclages consanguins chez les Gouffier, les Cossé et les Montmorency

24L’apparente faible présence des bouclages consanguins dans la noblesse française pose une question statistique valable pour toutes les formes d’alliances spécifiques sur lesquelles l’attention du chercheur se concentre. Pour affirmer que ces alliances sont réellement recherchées, il faut pouvoir montrer qu’elles sont statistiquement supérieures à la simple probabilité de leur conclusion compte tenu d’un ensemble populationnel donné et des réalités démographiques de l’époque. En l’état, la recherche de bouclages consanguins systématiques aux limites des interdits de mariage dans la moyenne et haute noblesse française d’Ancien Régime ne me semble pas exister, ce qui pose la question de ce qui relève des adaptations du modèle de parenté ou de la remise en cause d’un ou de plusieurs éléments qui en sont constitutifs.

Échanges entre lignées alternées

  • 24 F. Héritier, op. cit.

25Les échanges entre lignées alternées ont été analysés par G. Delille qui s’est fondé, pour les mettre en évidence dans l’Europe médiévale et moderne, sur les travaux que F. Héritier avait réalisés sur les Samo24. Les échanges entre lignées alternées mettent en jeu deux lignages ayant chacun plusieurs lignées, qui vont s’allier à tour de rôle au fil des générations (figure 6).

Figure 6. Échanges entre lignées alternées

  • 25 Voir à ce sujet les réflexions de Michaël Gasperoni et Jasmin Hauck, « La représentation graphique (...)

26Comme on le voit sur les schémas, ces lignées peuvent être cognatiques, point que G. Delille mentionnait dès son travail sur Manduria mais qui, dans les développements ultérieurs, a pu être minoré au profit d’un vocabulaire insistant davantage sur une réalité patrilignagère qui dominait dans les Pouilles. Il a ensuite parlé de « quasi-patrilignages » et, désormais, évoque les lignages, qu’il considère comme cognatiques. Un point suscite encore débat. Dans les schémas proposés par G. Delille, il est frappant que des noms patronymiques soient assignés aux deux lignages de départ lors même que les membres qui en font partie n’ont très vite plus rien à voir, au moins pour certains d’entre eux, avec ce nom de départ, puisque les descendances sont cognatiques. Il y a là une difficulté qui tient à notre perception de la famille comme fondée sur le patronyme25. Mais si l’on suit la logique des échanges entre lignées alternées, il faudrait considérer le système des alliances comme parfaitement déconnecté de l’inflexion patrilinéaire portée par le nom patronymique. Cette remarque vaut, on l’a vu, pour les bouclages consanguins et, on va le voir, pour les renchaînements d’alliance. Les échanges sont aussi et là encore a priori déconnectés de toute circulation des dots, caractère cognatique des lignées considérées oblige.

  • 26 G. Delille, « Échanges matrimoniaux entre lignées alternées… », art. cit., p. 246 sq.

27Les échanges entre lignées alternées semblent absents de la haute noblesse française – celle pour laquelle la reconstitution des généalogies est possible – du xvie siècle et d’après. G. Delille avait noté très tôt que, à l’exception de la Provence, ce type d’échanges disparaissait dès la fin du xve siècle dans la noblesse française26. Un rare exemple concerne les Montmorency et les d’Humières, au cours du xvie siècle (figure 6). Encore est-il très limité, ces échanges n’existant apparemment pas auparavant et ne se renouvelant pas par la suite. Des raisons conjoncturelles expliquent certainement l’alliance de 1561 entre Guillaume de Montmorency et Léonore d’Humières, les deux familles ayant été très liées à la cour au service des rois François Ier et Henri II. Toujours est-il que ce type d’échanges n’a aucun caractère structurant dans la noblesse française de l’époque moderne.

Figure 7. Échange entre lignées alternées impliquant les Montmorency et les d’Humières

28Gérard Delille donne des cas convaincants de tels échanges entre lignées alternées, à Manduria mais également à Langres aux xvie et xviie siècles. Une hypothèse est que leur absence dans la haute et moyenne noblesse française tient au niveau social des familles et à l’importance des différences hiérarchiques entre elles, qui se traduisent aussi, bien entendu, dans les fortunes. Ces différences contraignent les possibilités d’alliances et empêchent peut-être le développement de tels échanges entre lignées alternées.

Renchaînements d’alliances

  • 27 Tina Jolas, Yvonne Verdier et Françoise Zonabend, « Parler famille », L’Homme, n° 10/3, juillet-sep (...)

29La notion de renchaînement d’alliance a été proposée par Tina Jolas, Yvonne Verdier et Françoise Zonabend à partir de l’étude de pratiques matrimoniales qui subsistaient encore au milieu du xxe siècle en Bourgogne, et elle a permis une avancée considérable dans l’élucidation des formes d’alliance de la société française ancienne27. Les renchaînements d’alliance désignent les mariages qui renouent dans l’affinité, en combinant alliance et/ou consanguinité, suivant des profondeurs temporelles qui peuvent varier de deux à trois générations et plus (figure 8). Trois schémas différents dominent. Dans le premier cas, c’est par l’intermédiaire d’une alliance entre collatéraux d’alliés, donc entre consanguins d’alliés de consanguins, que se fait le renchaînement. Dans le second schéma, le renchaînement à une génération de différence n’implique que les consanguins de chaque côté d’une première alliance, donc des consanguins d’alliés. Dans le troisième graphique, le renchaînement se fait à une génération de différence et implique là encore des consanguins d’alliés, mais avec un décalage générationnel et donc une plus grande profondeur chronologique que dans le second schéma.

  • 28 Ces schémas reprennent ceux publiés dans ibid., p. 20-21.

Figure 8. Figures de renchaînements d’alliance28

  • 29 Klaus Hamberger, Michael Houseman et Cyril Grange, « La parenté radiographiée : un nouveau logiciel (...)

30Il me semble que l’on peut noter une différence entre ces différents types de renchaînements. À y regarder de près, les schémas deux et trois pourraient s’interpréter comme des formes d’échanges entre lignées alternées. Pour le dire autrement, les échanges entre lignées alternées me semblent une forme particulière de renchaînement d’alliance qui se fait uniquement avec des collatéraux d’alliés, sans mettre en jeu des consanguins d’allié de consanguins, et où joue une logique générationnelle marquée par une plus grande profondeur temporelle. Cette pratique de relance des alliances crée une grande densité de liens familiaux tout en évitant les interdits de parenté. Elle reste difficile à interpréter, comme le soulignent les concepteurs du logiciel d’analyse des réseaux matrimoniaux PUCK, en raison des multiples circuits possibles formant de tels renchaînements29.

  • 30 É. Haddad, « Kinship and Transmission within the French Nobility, Seventeenth and Eighteenth Centur (...)

31Dans ce système, les échanges se font en passant par des maillons féminins. Les lignées sont donc indifférenciées. Ces schémas correspondent parfaitement à ceux que je peux percevoir dans la noblesse des xvie-xviie siècles où de tels renchaînements sont fréquents et nécessitent, pour être repérés, de remonter tant par les hommes que par les femmes. Ces renchaînements peuvent s’accompagner de bouclages qui, pour reprendre la formule de G. Delille, s’encastrent parfois. Ainsi, dans la figure 9 où l’on retrouve les deux bouclages Gouffier-Cossé-Montmorency (il faut se souvenir pour cela que René de Cossé épouse en 1503 Charlotte Gouffier, la sœur d’Artus, comme indiqué dans la figure 5), on voit que l’un de ces bouclages, celui de Jeanne de Cossé, s’inscrit également dans un renchaînement d’alliances qui met en jeu à la fois les Le Roy et le remariage de Guillaume Gouffier. J’ai pu montrer que ces renchaînements passant par les remariages sont une figure très fréquente dans la noblesse. J’en concluais, reprenant une formule lévi-straussienne, que, structuralement, dans cette société, l’alliance vaut la filiation et la filiation vaut l’alliance30.

Figure 9. Renchaînement d’alliance et bouclage consanguin

32La densité de ces renchaînements se mesure lorsqu’on essaie de suivre différents types de parcours généalogiques au sein de ces familles. Considérons la figure 10. Le premier mariage de Guillaume Gouffier permet, cette fois, de regarder du côté des d’Amboise, où l’alliance d’une sœur de Louise avec un Hangest conduit à la génération suivante à une alliance avec les d’Humières et à l’échange entre lignées alternées mentionné plus haut, lequel s’inscrit désormais dans un ensemble plus vaste de renchaînements. Et l’on pourrait suivre ces différentes familles et figurer les renchaînements qui les lient ailleurs si c’était possible graphiquement. On verrait par exemple que Jean II d’Humières a un fils, Jacques, marié à Renée d’Averton, que ces deux-là ont un fils, Charles, et une fille, Anne, lesquels s’allient avec une sœur et un frère d’Ongnies dont la tante paternelle, Louise d’Ongnies, est l’épouse de René de Cossé, le père d’Artus. Et ainsi de suite.

Figure 10. Renchaînements d’alliance

  • 31 F. Héran, Figures de la parenté, op. cit., p. 250-253.
  • 32 Voir M. Gasperoni, « Reconsidering Matrimonial Practices… », art. cit., ainsi que les travaux du gr (...)

33Une question mérite cependant d’être posée : y a-t-il réellement une recherche des renchaînements ou bien ces derniers sont-ils la seule conséquence de l’endogamie généralisée qui limite la taille des groupes au sein desquels sont choisis les alliés ? L’importance des renchaînements ne reflèterait, selon F. Héran, qu’une mécanique probabiliste résultant des conditions démographiques ainsi que de l’ancrage et du relatif isolement des populations de l’Europe moderne31. Seules des analyses statistiques précises fondées sur des corpus précis et suffisamment vastes peuvent lever cette interrogation en comparant les probabilités théoriques de renchaînements avec ceux qui ont été réellement effectués. Les travaux déjà réalisés en ce sens indiquent que c’est la prévalence de certains types de circuits qui est significative32.

  • 33 La question de la dot, de son paiement ou de sa restitution est complexe. On souhaite simplement in (...)
  • 34 Michel Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques xve-xvie siècles, Paris, Éditions de l’EHESS (...)
  • 35 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 905.

34Si l’on admet, jusqu’à preuve du contraire, le caractère fondamental des renchaînements dans le système d’alliance de l’Europe médiévale et moderne, il faut noter que, pas plus que dans les échanges entre lignées alternée et dans les bouclages consanguins, il n’y a de bouclage des circuits de la dot33. Dans la noblesse, Michel Nassiet avait déjà observé que cette absence de bouclage devait être mise en rapport avec les différences hiérarchiques entre les « maisons » nobles, certaines étant en position de donner des filles par rapport à d’autres, et inversement, en fonction de leur situation sociale par rapport à ces autres « maisons »34. G. Delille montre également qu’à Langres, on distingue des groupes « donneurs » de femmes et des groupes « preneurs » : « Il faut tenir compte des niveaux sociaux et de la place assignée aux aîné(e)s et aux cadet(te)s dans de telles relations ». Il ajoute : « Un autre problème demeure : dans quelles conditions s’adresse-t-on à des alliés d’alliés plutôt qu’à des alliés de collatéraux plus proches ? »35. Répondre à cette question permettra de savoir si persiste, malgré tout, une différence entre alliance et filiation dans les raisons qui organisent le choix des conjoints.

La parenté comme contexte historique

Système de l’alliance et système de parenté

  • 36 François Héran a montré que, d’un point de vue structural, il est indifférent de parler d’échange d (...)

35S’il n’y a pas de bouclages des circuits des dots, l’échange dont parle G. Delille n’est pas un échange des femmes, mais un échange qui prend pour support des hommes aussi bien que des femmes par l’intermédiaire de l’alliance entre des groupes36. Deux questions se posent alors : quels sont ces groupes, et qu’échangent-ils ?

  • 37 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 890.

36Les groupes tels qu’ils sont présentés dans les schémas de G. Delille sont des groupes de descendance masculine, des groupes patronymiques, ce qui se comprend bien sûr en relation avec la première règle du système d’alliance selon laquelle on ne se marie pas dans le nom du père ni dans le nom de la mère, le nom renvoyant ici au patronyme. Cependant, les schémas présentent des maillons féminins. Dès qu’il y a deux maillons féminins, le nom change. La question se pose alors de savoir ce que sont ces lignages et ces lignées échangistes puisqu’il ne s’agit ni de patrilignages ni de patrilignées, et comment cela s’articule avec l’idée de groupes patronymiques échangistes. Si l’on reprend la figure 10, on pourrait, à l’instar de ce que propose G. Delille, distinguer un groupe A, celui des d’Amboise, qui renchaîne avec un groupe C, celui des Montmorency, par l’intermédiaire d’un groupe B, Gouffier. Mais comme le renchaînement passe en fait par deux maillons féminins, c’est une Hangest qui opère le renchaînement par un mariage avec un Gouffier, tandis qu’à la génération suivante, toujours dans le même groupe A, c’est une d’Humières qui renchaîne avec un Montmorency. Quelle est « la continuité des familles » assurée par ces « mécanismes profonds »37 ? Il semble dans ce cas, comme dans d’autres présentés par G. Delille, que ce ne soit pas la continuité d’une famille patronymique, puisque les échanges passent par des noms sans cesse différents – même s’ils sont orientés et si on peut évidemment penser que dans le cadre de ces échanges généralisés, les groupes de descendance patronymiques trouvent à se perpétuer par l’intermédiaire de ce système d’alliance. Mais celui-ci était-il indispensable à une telle perpétuation ?

  • 38 A. Guerreau-Jalabert, « La désignation des relations de parenté en latin médiéval », Archivum Latin (...)
  • 39 Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècle). Essai d’anthropologie socia (...)
  • 40 Voir son article dans ce recueil.

37Et faut-il alors penser que la définition de la famille n’est pas caractérisée par une conception patrilinéaire et qu’il faut penser en termes de groupes de descendance indifférenciés ? Ce serait cohérent avec le cognatisme de la parenté dans l’Europe chrétienne et avec la définition du lignage qui, durant le Moyen Âge, est cognatique38. Régine Le Jan a montré, pour l’époque carolingienne, l’existence de renchaînements d’alliance dans les familles aristocratiques aux ixe et xe siècles39. Des travaux complémentaires seraient nécessaires pour voir s’il en est de même dans d’autres espaces de la chrétienté au haut Moyen Âge. Si tel était le cas, l’idée d’Anita Guerreau-Jalabert selon laquelle le système d’alliances trouve son fondement dans la théorie augustinienne de la diffusion de la caritas et dans les constructions théologiques qui ont suivi concernant l’alliance dans la chrétienté médiévale serait confortée40.

38Mais se pose alors la question du rapport entre ce système d’alliance et l’apparition du patronyme, et plus généralement l’inflexion patrilinéaire de la conception de la famille – l’article de Michaël Gasperoni indiquant que cette apparition ne va pas nécessairement avec une telle inflexion qui peut préexister par la caractérisation agnatique de l’usage des noms de baptême. Si, en effet, l’existence d’un système d’alliance marqué par les renchaînements depuis le haut Moyen Âge était confirmée, celui-ci serait alors déconnecté des autres éléments du système de parenté exposé par G. Delille, et notamment de l’interdit de mariage dans le nom du père, qui suppose une conception de la famille patrilinéaire. Cela nécessiterait de repenser le rapport entre les deux.

  • 41 Ce terme est repris des travaux de Claude Lévi-Strauss et de quelques anthropologues américains qui (...)
  • 42 Fanny Cosandey, « ‘La maîtresse de nos biens’ : pouvoir féminin et puissance dynastique dans la mon (...)
  • 43 É. Haddad, « Noms de famille et noms de terre dans la noblesse française à l’époque moderne », Anna (...)

39Résoudre cette difficulté suppose peut-être de reposer la question de l’échange et d’introduire un autre point de débat. Dans la circulation des individus, hommes et femmes, entre les lignages et les lignées, ne s’échangent pas que des relations de parenté. L’approche que j’ai développée pour la noblesse en termes de « maisons »41 et de substantialisation de la famille permet d’insister sur le fait qu’avec les individus circulent d’abord et avant tout des biens et des droits42. Tournées vers la perpétuation des possessions et des positions acquises, les « maisons » se construisent par des biens, soit charges, soit fiefs de dignité, soit seigneuries, autour desquels les hommes tournent, qui sont la substance des familles. La « maison » n’est pas simplement un attachement à un nom : c’est aussi un rapport aux biens, ce qui explique que la transmission du nom de famille puisse précisément ne pas se faire par les mâles, en cas de relèvement de noms et d’armes, et qu’il ne s’agit donc pas, à proprement parler, d’un patronyme. Durant tout l’Ancien Régime, la noblesse française fonctionne sur un système onomastique double – nom de famille, nom de terre –, et ce n’est que progressivement au cours du xvie siècle que le mot de « maison » en vient à signifier le patrilignage, que le nom de famille est défini comme nom de la « maison », et donc que ce dernier devient un réel patronyme43. Cela n’empêche pas que l’idée selon laquelle la « maison » associe un nom et des biens demeure jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Les individus tentent d’immobiliser certains biens – notamment les seigneuries principales – au sein de leur « maison » tandis que d’autres sont mobiles, s’agrègent au patrimoine central ou s’en détachent ; chacun porte des droits qui pèseront peut-être sur ces biens et les feront changer de « maison ». Ce qui s’échange, ce qui circule, ce sont des biens et des droits dont les individus sont les supports.

40Si l’on synthétise ce qui précède, on peut dire que les groupes capables d’échanger par l’intermédiaire de l’alliance et de la parenté, et de se structurer ainsi, ne résultent pas du système de parenté lui-même, par l’intermédiaire de groupes de descendances patronymiques institués et reconnus comme tels, puisqu’il n’y a pas d’homologie entre le système de l’alliance et une conception patrilinéaire de la famille. Ils nécessitent en revanche un travail de construction dans la durée d’une cohésion familiale horizontale et projetée verticalement. La transmission joue un rôle central dans cette construction car ce sont les biens et les droits associés à un nom qui assurent la continuité familiale. Les jeux de l’alliance ne sont pas moins fondamentaux puisqu’ils créent des potentialités de solidarité (et de conflits) avec d’autres familles prises dans ce même processus de construction, des rapports de dépendance en fonction de la place hiérarchique des uns et des autres. Le système de l’alliance assure à l’échelle des groupes dominants le maintien de leur position de domination ainsi qu’une capacité d’accueil en leur sein contrôlée par le mariage, et à l’échelle des familles des possibilités de réorientation des positions politiques ainsi que des conditions favorables à la conservation de leur fortune.

41J’incline donc à penser que les logiques qui président aux bouclages consanguins, aux échanges entre lignées alternées et aux renchaînements d’alliances doivent, pour être pleinement comprises, intégrer les processus sociaux, économiques et politiques. Si j’en reviens à la noblesse, les processus de transmission, parce qu’ils mettent en jeu des biens mis en circulation par la monarchie, des rapports de pouvoir qui évoluent, et, à un niveau général, les contours mêmes du second ordre, ne sont pas indépendants de la place de la noblesse dans l’organisation des pouvoirs ni de ce qui se passe dans le rapport entre noblesse et pouvoir monarchique. L’analyse de la dynamique historique nécessite de passer de l’ordre de la parenté à celui de ses usages qui s’inscrivent dans d’autres structures que celle de la parenté. Il s’agit donc de comprendre l’articulation entre parenté et social à travers la transmission, c’est-à-dire de comprendre comment les choses bougent ensemble, pas forcément dans le même sens, pas forcément au même moment, et pourquoi elles bougent.

42La conception cognatique de la parenté et les interdits instaurés par l’Église, véritables structures invariantes durant le Moyen Âge et l’époque moderne, laissaient la place à différentes possibilités dans les jeux de l’alliance et de la transmission. La question demeure de savoir pourquoi les renchaînements ont dominé, pourquoi les échanges entre lignées alternées ont été plus importants ici que là, pourquoi les bouclages ont été plus ou moins recherchés, pourquoi des partages égalitaires ont été préférés à tel endroit, durant telle période ou dans tel groupe, et pourquoi des inégalités plus marquées avec des idéologies familiales différentes ont prévalu dans d’autres lieux, d’autres temps ou d’autres groupes, ce qui implique bien sûr de faire la part des différentes traditions juridiques. Si l’on suit les remarques qui précèdent, les réponses à ces questions se trouvent dans l’exercice social de la parenté qui implique de prendre en compte d’autres champs, d’autres facteurs que celui de la parenté, celle-ci ne pouvant alors être considérée comme un champ autonome.

Structures et contextes

43Je voudrais finir sur un enjeu méthodologique qui me paraît fondamental dans le travail de G. Delille et sur lequel il est revenu à plusieurs reprises, notamment dans son dernier article dans lequel il insiste, en conclusion, sur le fait que l’on ne saurait ignorer les structures, ou mieux, dit-il, « les contextes longs », sans amputer notre compréhension du passé.

44Le passage du terme de « structure » à celui de « contextes longs » ou, dans l’article du présent recueil, à celui de « logiques générales », est un moyen d’éviter l’accusation d’anhistoricisme qui frappe le structuralisme et toute référence aux structures en histoire voire, plus largement, dans les sciences sociales, et qui est parfois étendue à toute référence à l’anthropologie en histoire. De telles perspectives procèdent d’une simplification de la diversité des positions qui ont pu se revendiquer du structuralisme ou mobiliser la notion de structures. Il est vrai, cependant, que dans ses réflexions sur les rapports entre anthropologie et histoire, la place que Cl. Lévi-Strauss accorde à l’histoire pose problème. Aussi est-il utile de considérer ce qui différencie quelque peu la démarche de G. Delille de celle de Cl. Lévi-Strauss malgré l’importance évidente de l’anthropologie de la parenté de ce dernier dans le travail du premier.

  • 44 Cl. Lévi-Strauss, « Histoire et ethnologie », Annales ESC, n° 38/6, novembre-décembre 1986, p. 1217 (...)

45L’article de Cl. Lévi-Strauss paru dans les Annales ESC en 1983, à un moment où la question des rapports entre anthropologie et histoire était débattue depuis nombre d’années déjà, paraît daté aujourd’hui, en raison notamment de la façon dont son auteur considère que les sociétés sur lesquelles travaillent les ethnologues ont pour principe d’organisation (il écrit « armature ») la parenté, par opposition aux sociétés modernes44. Et pourtant, il pose des questions fondamentales – parce que structurelles – sur les usages de la parenté dans les sociétés, sur la façon dont on fait jouer l’alliance et la filiation à des fins politiques et sociales de perpétuation, au moins dans les groupes dominants. Sa perspective est d’emblée comparative, et pour être ainsi comparative, il lui faut isoler des éléments en partie décontextualisés qui permettent d’établir de telles comparaisons. L’objectif n’est pas de trouver des ressemblances ou des différences, du moins pas seulement. Il s’agit de trouver les unes et les autres ensemble, au service d’une construction intellectuelle permettant de comprendre les logiques sociales à l’œuvre partout dans les différentes sociétés pour, dans un second temps, les réinvestir en contexte afin de voir comment elles jouent – et du coup mettre en évidence leurs différentes façons de jouer, dans une optique classificatoire qui est peut-être ce qu’il y a de plus daté dans cette approche. Il faut cependant reconnaître la force de la démarche intellectuelle qui fait de la comparaison un outil heuristique dont l’objectif est bien de produire un surplus de compréhension de tous les termes de la comparaison.

46Pour autant, le problème se pose de savoir ce qu’est le contexte dans cette perspective structurale comparative. Dans ce que Cl. Lévi-Strauss considère comme contexte, le temps est écrasé par une longue durée (en Europe, par exemple, le Moyen Âge et l’époque moderne) sans changement. Cela pourrait faire penser aux contextes longs dont parle G. Delille, mais c’est là que la manière dont Cl. Lévi-Strauss isole certains traits porteurs de la comparaison dans une perspective classificatoire trouve sa limite, parce qu’elle les fait fonctionner en dehors des structures sociales qui sont les leurs. Du coup, les changements qui peuvent être à l’œuvre dans ces sociétés, et donc dans la façon dont la parenté est agie, échappent en grande partie à son analyse. Ainsi, la « maison » devient un phénomène qui englobe l’ensemble de l’histoire des sociétés européennes féodales et nobiliaires du Moyen Âge et de l’époque moderne. Elle est ce moment de l’histoire qui précède l’étape d’un développement historique qui voit la disparition de l’organisation des sociétés par la parenté, remplacée par l’État. Perspective évolutionniste qui a été très critiquée dans laquelle l’histoire est seconde par rapport à l’anthropologie, en ce sens qu’elle n’est que la déclinaison d’une évolution que l’anthropologie met à jour. Certes, Cl. Lévi-Strauss s’en défend, refuse l’amalgame entre élémentaire et antérieur, complexe et postérieur. Il cherche également à répondre aux accusations qui font des structures de purs artefacts intellectuels dénués de réalité. Le recours à la manière dont procède la cladistique lui permet de montrer comment l’analyse anthropologique structurale, à partir de critères choisis, choisis parce que primaires et fonctionnant à l’identique quelle que soit la complexité de la société étudiée (et les relations de parenté font partie de ces critères), permet d’analyser les différentes sociétés et de proposer les différents cheminements possibles dont l’histoire – seconde, donc – se chargera de dire lesquels ont été effectivement parcourus.

  • 45 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 925.

47Pour G. Delille, en revanche, une structure est pleinement historique et porteuse de dynamiques historiques. Le problème du rapport entre structure et sujets, structure et histoire est un problème analytique : « Faire parler les structures à la place des sujets est un risque qui peut déboucher sur l’abstraction ; faire parler les sujets en dehors des structures en est un autre, tout aussi grand, qui peut déboucher sur le relativisme. Le problème n’est pas de choisir un élément d’explication plutôt qu’un autre mais de situer les uns par rapport aux autres »45. Au fond, on pourrait dire que Cl. Lévi-Strauss est tombé dans ce risque de l’abstraction par sa logique classificatoire qui revenait à isoler des éléments conçus alors comme extérieurs à l’histoire, à tout contexte historique. La perspective de G. Delille est très consciente du constructivisme qui préside à l’élaboration de tout contexte, mais il reste fermement attaché, en historien, à l’idée qu’un contexte est toujours pleinement historique, même si l’on peut – et l’on doit – déterminer des contextes dont les échelles temporelles sont différentes. On ne saurait d’ailleurs faire de ces contextes longs une spécificité des sociétés occidentales qui seraient ainsi hors du domaine de l’anthropologie et de ses « relations simples, concrètes, peu variables », selon le mot de Fernand Braudel (cité p. 914) dans son débat avec Cl. Lévi-Strauss.

48Certains anthropologues répondraient peut-être qu’il faut se défaire de toute idée de relations simples, concrètes et peu variables, qui s’appliqueraient de manière assez mécanique. D’autres, anthropologues, historiens, sociologues, répondraient peut-être qu’il faut se défaire de toute idée de contextes longs. D’autres voies existent, comme celle développée par Cl. Chatelain dans son article pour ce volume, qui insiste sur la nécessité de prendre pleinement en compte la diversité inhérente aux théories indigènes de la parenté, toujours socialement situées, pour saisir les propriétés structurales de cette dernière, ce qui nécessite l’analyse des répertoires d’actions et d’énonciations mobilisés par les acteurs dans les conflits, à une échelle micro. S. Steinberg soulève quant à elle la question de ces contextes durables qui, du point de vue de l’historien, ne le sont pas tant que cela. Le problème est à la fois analytique et disciplinaire.

  • 46 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme xve-xviiie siècle. 2. Les jeux de l’éc (...)

49Pour ma part, je souscris à cette idée d’articulation des contextes construits par le cheminement de la recherche, très salutaire alors que la réduction du contexte au champ d’observation immédiat des actions produites par les acteurs et aux données qu’ils mobilisent eux-mêmes dans leur action domine désormais dans l’historiographie, fruit ambigu de certaines conceptions de la sociologie pragmatique aussi bien que du retour à un empirisme positiviste méfiant vis-à-vis de toute théorie ou de toute idée de structure. Cette méthode de recherche est aussi une manière d’articuler les échelles et l’affirmation que, dans l’étude intensive de terrains situés, il est possible de faire émerger les différents contextes, les différentes temporalités qui travaillent les sociétés. L’échelle de l’analyse n’est pas l’échelle du terrain mais celle de ses questionnements et des contextes que ceux-ci peuvent faire émerger. L’étude privilégiée de la transmission que je mène dans la noblesse française d’Ancien Régime s’inscrit dans une telle démarche. En revanche, on l’aura compris par les lignes qui précèdent, des différences existent dans la place que G. Delille et moi assignons aux différents éléments que nous analysons et aux rapports entre l’ensemble parenté et l’ensemble société que je comprends, à la manière de F. Braudel, comme « l’ensemble des ensembles »46. D’autres contributeurs à cet ouvrage placent autrement le curseur entre les différents éléments de l’analyse.

50On peut tirer un dernier fil de ce débat entre structures et contextes : c’est qu’il faudrait désormais trouver les moyens de comparer non pas des traits fixes mais des dynamiques pour aller plus loin dans la comparaison et la connaissance des sociétés. C’est un des grands défis auxquels sont confrontées les sciences sociales. Le recours à l’anthropologie devrait s’en trouver modifié. Car ce qui est premier, c’est bien l’historicité. Or, du point de vue analytique, nous faisons toujours l’inverse car nous ne savons pas faire autrement. Nous fixons les structures et historicisons ensuite. Comprendre les dynamiques de manière structurelle : Cl. Lévi-Strauss posait déjà la question (mais en inversant les termes : il s’agissait de comprendre les structures de manière dynamique) et tentait d’y répondre. Nous avons toujours à inventer une réponse à ce problème, pour ne pas tomber dans le mécanisme ni dans l’appauvrissement intellectuel qui voit dans l’individu la clé ultime de la réalité historique.

Haut de page

Notes

1 Parmi ces différentes propositions, mentionnons, outre les travaux de Gérard Delille cités plus loin, Dionigi Albera, Au fil des générations. Terre, pouvoir et parenté dans l’Europe alpine (xive-xxe siècles), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2011 ; Jack Goody, La Famille en Europe, Paris, Seuil, 2001 ; Michel Nassiet, La Violence, une histoire sociale. France xvie-xviiie siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2011 ; Enric Porqueres i Gené, Individu, personne et parenté en Europe, Paris, Éditions de la MSH, 2015 ; David W. Sabean, Simon Teuscher, Jon Mathieu (eds), Kinship in Europe. Approaches to long-term development (1300-1900), New York, Berghahn Books, 2007. On se reportera à la bibliographie en fin de volume pour un panorama – non exhaustif – des travaux en anthropologie et en histoire de la parenté et de la famille.

2 Pour un aperçu désormais un peu ancien de ces débats en anthropologie, voir le numéro spécial dirigé par Laurent Barry, « Question de parenté », L’Homme, n° 154-155, avril-septembre 2000. Pour un point de vue de médiéviste : Chloé Maillet, « À quelle anthropologie de la parenté se réfèrent les historiens ? L’histoire de la parenté spirituelle médiévale à l’épreuve des new kinship studies », L’Atelier du CRH, no 06, 2010 (en ligne : http://journals.openedition.org/acrh/2768).

3 Gérard Delille, Famille et propriété dans le royaume de Naples (xve-xixe siècle), Rome/Paris, École française de Rome/Éditions de l’EHESS, 1985.

4 G. Delille, Le Maire et le prieur. Pouvoir central et pouvoir local en Méditerranée occidentale (xve-xviiie siècle), Paris, Éditions de l’EHESS, 2003.

5 On se reportera notamment à son article « La France profonde. Relations de parenté et alliances matrimoniales (xvie-xviiie siècle) », Annales HSS, n° 70/4, octobre-décembre 2015, p. 881-927. Mais pour apprécier le développement et les inflexions du modèle proposé par G. Delille, il est préférable de lire l’ensemble des principaux articles qu’il a publiés sur la question, notamment : « Échanges matrimoniaux entre lignées alternées et système européen de l’alliance : une première approche », in Jean-Luc Jamard, Emmanuel Terray et Margarita Xanthakou (dir.), En substances. Textes pour Françoise Héritier, Paris, Fayard, 2000, p. 219-252 ; « Réflexions sur le “système” européen de la parenté et de l’alliance (note critique) », Annales HSS, n° 56/2, mars-avril 2001, p. 369-380 ; « Représentation, généralisation, comparaison. Sur le système de parenté européen », Annales HSS, n° 62/1, janvier-février 2007, p. 137-157 ; « Parenté et alliance en Europe occidentale. Un essai d’interprétation générale », L’Homme, n° 193, 2010, p. 75-136 ; « Dal nome al cognome : la metamorfosi dei gruppi di discendenza. L’essempio dell’Italia meridionale », in Andrea Addobbati, Roberto Bizzocchi, Gregorio Salinero (a cura di), L’Italia dei cognomi. L’antroponimia italiana nel quadro mediterraneo, Pise, Pisa University Press, 2012, p. 357-370.

6 Voir, dans deux perspectives très différentes, François-Joseph Ruggiu, « Histoire de la parenté ou anthropologie historique de la parenté ? Autour de Kinship in Europe », Annales de démographie historique, n° 119, 2010/1, p. 223-256, et É. Haddad, « Deux modèles récents de la parenté à l’épreuve de la noblesse française d’Ancien Régime », L’Atelier du CRH, n° 09, 2012, (en ligne : http://journals.openedition.org/acrh/5086).

7 Ce recueil est le fruit d’une journée d’étude tenue le 24 novembre 2016 au Centre de Recherches Historiques à l’EHESS. Celle-ci a inauguré un nouveau lieu d’échanges au sein du laboratoire, baptisé « journées du CRH », destiné à faire se rencontrer et dialoguer des membres du laboratoire ou des chercheurs extérieurs à celui-ci autour des travaux qui s’y font, suivant une formule souple laissant une grande place à la discussion. Je remercie vivement le CRH et sa direction qui ont permis le financement de cette journée, Gérard Delille, qui a accepté de se prêter au jeu de la discussion, ainsi que tous les participants qui ont bien voulu confronter leurs propres recherches à ses travaux. Toute ma reconnaissance va à Cécile Soudan, qui s'est chargée de l'édition et de la mise en ligne des textes, ainsi qu'à Anne Varet-Vitu qui a réalisé les schémas et les cartes. Merci enfin à Michaël Gasperoni pour sa relecture et ses commentaires qui m'ont permis de préciser certains points.

8 Voir infra pour l’origine et la définition de cette expression. D’une manière générale, pour toutes les questions de définition des termes anthropologiques de la parenté, je renvoie au « Glossaire de la parenté » in Laurent Barry (dir.), dossier « Question de parenté », L’Homme, n° 154-155, avril-septembre 2000, p. 721-732.

9 Enric Porqueres i Gené participait également à la journée d’études du 24 novembre 2016 durant laquelle il a développé, sous le titre « Factums et stratégies matrimoniales », une critique de l’idée de stratégies liées à la reproduction sociale, non pour les nier mais pour insister sur le sens donné par les acteurs à leurs actions patrimoniales, qui échappe à cette notion de stratégie. Enric Porqueres i Gené n’a malheureusement pas été en mesure de remettre un article issu de sa communication.

10 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 912-913.

11 Françoise Héritier, L’Exercice de la parenté, Paris, Gallimard/Seuil, « Hautes Études », 1981.

12 G. Delille, « Parenté et alliance en Europe occidentale… », art. cit., p. 99.

13 G. Delille, Le Maire et le prieur, op. cit., p. 302 sq.

14 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 914.

15 Comme le rappelle Maurice Godelier, dans les études fondatrices de cette discipline, « le fait qu’un même type de terminologie se retrouve ainsi sous des variantes diverses dans des sociétés de structure et de culture aussi différentes, et se maintienne malgré de grands changements dans l’organisation de la société, témoigne […] de l’autonomie relative des rapports et des systèmes de parenté par rapport à l’apparition et à la disparition d’autres caractéristiques de l’organisation sociale ». M. Godelier, Métamorphoses de la parenté, Paris, Flammarion, 2010 [2004], p. 257. Cette perspective n’est plus vraiment de mise aujourd’hui puisque des travaux ont montré les variations entre les formes de descendance et d’alliance autorisées et la terminologie de la parenté. Si l’on prend le cas de la terminologie de la parenté dans l’Europe médiévale et moderne, elle ne permet pas de se faire une idée du fonctionnement de la filiation et de l’alliance. Ainsi, les interdits de parenté mis en place par l’Église portent sur des catégories de consanguins (de cousins) qui ne sont pas distinguées dans la nomenclature : ils introduisent la distinction par le nombre de degrés, qui a varié au cours du Moyen Âge. Pour reprendre le propos de M. Godelier, avec la terminologie eskimo, on se trouve dans un système ouvert dans lequel aucun bouclage de l’alliance, aucun échange n’est induit par le vocabulaire lui-même (ibidem., p. 295). Si des bouclages ou des renchaînements apparaissent, la terminologie de la parenté ne nous sera d’aucun secours pour les comprendre.

16 Ibid., p. 129-130.

17 François Héran, Figures de la parenté. Une histoire critique de la raison structurale, Paris, PUF, 2009, p. 77 et 536-537.

18 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 911.

19 M. Godelier, Métamorphoses de la parenté, op. cit., p. 119.

20 L. Barry, La Parenté, Paris, Gallimard, 2008, p. 17.

21 Marshall Sahlins, What Kinship Is – And Is Not, Chicago/Londres, The University of Chicago Press, 2013.

22 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 888-890.

23 Pour une interprétation à l’échelle d’une population entière de ce type de mariages rapprochés, notamment dans l’aristocratie, voir Michaël Gasperoni, « Reconsidering Matrimonial Practices and Endogamy in the Early Modern Period. The Case of Central Italy (San Marino, Romagna and Marche », in Dionigi Albera, Luigi Lorenzetti et Jon Matthieu (eds), Reframing the history of family and kinship: from the Alps towards Europe, New York, Peter Lang, 2016, p. 203-232. Voir également l’interprétation donnée par Robert Descimon pour le cas parisien dans ce volume.

24 F. Héritier, op. cit.

25 Voir à ce sujet les réflexions de Michaël Gasperoni et Jasmin Hauck, « La représentation graphique d’une asymétrie sociale et culturelle  : du genre dans les dispenses matrimoniales, entre Moyen Âge et époque moderne », Genre & Histoire, n° 21, 2018, à paraître.

26 G. Delille, « Échanges matrimoniaux entre lignées alternées… », art. cit., p. 246 sq.

27 Tina Jolas, Yvonne Verdier et Françoise Zonabend, « Parler famille », L’Homme, n° 10/3, juillet-septembre 1970, p. 5-26. F. Zonabend, « Le très proche et le pas trop loin. Réflexions sur l’organisation du champ matrimonial des sociétés à structures de parenté complexes », Ethnologie française, nouvelle série, n° 11/4, octobre-décembre 1981, p. 311-318.

28 Ces schémas reprennent ceux publiés dans ibid., p. 20-21.

29 Klaus Hamberger, Michael Houseman et Cyril Grange, « La parenté radiographiée : un nouveau logiciel pour l’analyse des réseaux matrimoniaux », L’Homme, n° 191, 2009, p. 107-138.

30 É. Haddad, « Kinship and Transmission within the French Nobility, Seventeenth and Eighteenth Centuries: The Case of the Vassé », French Historical Studies, n° 38/4, 2015, p. 567-591, notamment p. 583-585 ; « Deux modèles récents de la parenté… », art. cit., par. 34-38.

31 F. Héran, Figures de la parenté, op. cit., p. 250-253.

32 Voir M. Gasperoni, « Reconsidering Matrimonial Practices… », art. cit., ainsi que les travaux du groupe Traitement Informatique de la Parenté.

33 La question de la dot, de son paiement ou de sa restitution est complexe. On souhaite simplement insister ici sur la déconnexion entre les circuits dotaux et les échanges matrimoniaux. Pour une première approche historienne de la dot : Bernard Derouet, « Dot et héritage : les enjeux de la chronologie de la transmission », in André Burguière, Joseph Goy, Marie-Jeanne Tits-Dieuaide (dir.), L’Histoire grande ouverte. Hommages à Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris, Fayard, 1997, p. 284-292 ; Angela Groppi et Gabrielle Houbre (dir.), « Femmes, dots et patrimoines », dossier spécial de Clio, n°  7, 1998 (en ligne : http://clio.revues.org/document348.html) ; Paola Lanaro, « La restituzione della dote. Il gioco ambiguo della stima tra beni mobili e beni immobili (Venezia tra Cinque e Settecento) », Quaderni Storici, n° 135, décembre 2010, p. 753-778 ; Beatrice Zucca Micheletto, « À quoi sert la dot ? Aliénations dotales, économie familiale et stratégies des couples à Turin au xviiie siècle », Annales de démographie historique, n° 121, 2011/1, p. 161‑186 ; François Bougard, Laurent Feller et Régine Le Jan (dir.), Dots et douaires dans le haut Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2002.

34 Michel Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques xve-xvie siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 2000, notamment p. 135-156. Je retrouve les mêmes conclusions dans É. Haddad, Fondation et ruine d’une « maison ». Histoire sociale des comtes de Belin (1582-1706), Limoges, Pulim, 2009, chapitre 2.

35 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 905.

36 François Héran a montré que, d’un point de vue structural, il est indifférent de parler d’échange des femmes et d’échange des hommes. F. Héran, Figures de la parenté, op. cit., p. 51-53.

37 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 890.

38 A. Guerreau-Jalabert, « La désignation des relations de parenté en latin médiéval », Archivum Latinitatis Medii Aevi, t. 96-97, 1986-1987, p. 65-108.

39 Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (viie-xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 316.

40 Voir son article dans ce recueil.

41 Ce terme est repris des travaux de Claude Lévi-Strauss et de quelques anthropologues américains qui l’ont extrait de l’optique classificatoire dans laquelle il avait été forgé. Voir Cl. Lévi-Strauss, « Nobles sauvages », Culture, science et développement : contribution à une histoire de l’homme : mélanges en l’honneur de Charles Morazé, Toulouse, Privat, 1979, p. 40-55, republié dans La Voie des masques sous le titre « L’organisation sociale des Kwakiutl », Paris, Presses Pocket, « Agora », 1988, p. 141-164 ; Janet Carsten et Stephen Hugh-Jones (eds), About the House. Lévi-Strauss and Beyond, Cambridge, Cambridge University Press, 1995 ; Rosemary A. Joyce et Susan D. Gillespie (eds), Beyond Kinship. Social and Material Reproduction in House Societies, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2000.

42 Fanny Cosandey, « ‘La maîtresse de nos biens’ : pouvoir féminin et puissance dynastique dans la monarchie française d’Ancien Régime », Historical Reflexions / Réflexions historiques, n° 32/2, 2006, p. 381-401 ; Patrice Alex, « Succéder par raccroc. La résistible perpétuation des Hurault de L’Hospital », in Robert Descimon et É. Haddad (dir.), Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la haute robe parisienne (xvie-xviiie siècle), Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 107-123.

43 É. Haddad, « Noms de famille et noms de terre dans la noblesse française à l’époque moderne », Annales de démographie historique, n° 131, 2016/1, dossier spécial « Nommer : enjeux symboliques, sociaux et politiques » préparé par Cyril Grange, p. 13-36.

44 Cl. Lévi-Strauss, « Histoire et ethnologie », Annales ESC, n° 38/6, novembre-décembre 1986, p. 1217-1231. Le terme d’« armature » est à la p. 1224.

45 G. Delille, « La France profonde… », art. cit., p. 925.

46 F. Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme xve-xviiie siècle. 2. Les jeux de l’échange, Paris, Armand Colin, 1979, p. 408.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. Mariages à la limite des interdits de parenté
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Légende Figure 2. Bouclage à la quatrième génération selon G. Delille, et schéma développé
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8684/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 3. Bouclage à la quatrième / cinquième génération selon G. Delille
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8684/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 4. Bouclage à la quatrième/cinquième génération selon G. Delille
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8684/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure 5. Bouclages consanguins chez les Gouffier, les Cossé et les Montmorency
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8684/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Figure 6. Échanges entre lignées alternées
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8684/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Figure 7. Échange entre lignées alternées impliquant les Montmorency et les d’Humières
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8684/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figure 8. Figures de renchaînements d’alliance28
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8684/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 9. Renchaînement d’alliance et bouclage consanguin
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8684/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figure 10. Renchaînements d’alliance
URL http://journals.openedition.org/acrh/docannexe/image/8684/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élie Haddad, « Système de parenté et histoire sociale : éléments pour un débat  », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 19 Bis | 2018, mis en ligne le 08 août 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/acrh/8684 ; DOI : 10.4000/acrh.8684

Haut de page

Auteur

Élie Haddad

Élie Haddad est chargé de recherche au CNRS, membre de l’équipe RHiSoP (Recherches en Histoire Sociale du Politique) du Centre de Recherches Historiques (UMR 8558, EHESS-CNRS). Ses travaux portent sur l’histoire sociale de la noblesse française à l’époque moderne (xvie-xviiie siècles). En s’appuyant sur l’anthropologie de la parenté, il mène actuellement une recherche visant à dégager les mécanismes de la transmission matérielle et symbolique par lesquels étaient assurés le maintien et la reproduction de la prééminence sociale nobiliaire. Il a publié Fondation et ruine d’une « maison ». Histoire sociale des comtes de Belin (1582-1706) (Limoges, PULIM, 2009), co-dirigé avec Robert Descimon Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la haute robe parisienne (xvie-xviiie siècle) (Paris, Les Belles Lettres, 2010), et avec Pierre Bonin, Fanny Cosandey et Anne Rousselet-Pimont À la croisée des temps. Approches d’histoire juridique, politique et sociale (Rennes, PUR, 2016).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals