Navigation – Plan du site

« We shall not be moved-El barrio no se vende ». Analyse critique des mobilisations contre la gentrification San Francisco (États-Unis) et contre la prédation immobilière à Valparaiso (Chili)

Thèse en co-direction soutenue le 12 décembre 2018
Florian Opillard

Texte intégral

1Thèse dirigée en co-direction par Alain Musset (ÉHESS) et Cynthia Ghorra-Gobin (Université Sorbonne Nouvelle), soutenue le 12 décembre 2018, devant un jury composé de : Renaud Le Goix (Université Paris Diderot), Christelle Morel Journel (Université Jean Monnet, Saint-Étienne), Catherine Naveu (CNRS), Fabrice Ripoll (Université Paris Est Créteil) et Sébastien Velut (Université Sorbonne Nouvelle).

2Résumé : Cette recherche porte sur les mobilisations urbaines contre les effets des politiques dites néolibérales, dans les villes de San Francisco et de Valparaíso. L’enjeu est de comprendre comment se structurent dans ces deux espaces urbains des collectifs de lutte non-institutionnels, qui participent à des degrés d’intensité divers à la construction de coalitions urbaines pour influer sur les rapports de pouvoir dans la production urbaine. Ce travail s’inscrit dans une démarche transdisciplinaire. Tout en étant ancré dans la géographie, il interroge les modalités de structuration d’actions collectives à partir de méthodes et de questionnements de l’anthropologie et de la sociologie de l’action collective. La démarche est par ailleurs résolument comparative, elle prend le parti d’une analyse des réponses organisées à des politiques globales dans deux cas spécifiques, pour en souligner les facteurs de différenciation et les points communs. Dans un premier temps, l’analyse propose de rentrer de plain-pied dans les luttes urbaines par des récits de situations d’engagement autour de motifs communs dans les deux cas : la dépossession des habitant.es de leur logement et la privatisation des infrastructures urbaines. Cette thèse approfondit ensuite les caractéristiques des groupes en question, pour les réinsérer dans leurs contextes militants et urbains respectifs. Enfin, cette recherche souligne l’adaptation des formes d’action collective à la financiarisation de l’urbain : d’une part la transformation des répertoires d’action, dans lesquels les militant.es s’attaquent spécifiquement aux capitaux symboliques des acteurs dominants. D’autre part, la forme même des « collectifs militants » représente des formes d’adaptation à la pénétration des rationalités néolibérales.

3Mots clés : mouvements sociaux, droit à la ville, comparaison, néolibéralisme, dimension spatiale, financiarisation, anti-eviction Mapping Project, San Francisco, Valparaíso, Cerro Barón Organizado Organizado.

4Abstract: his research analyses urban mobilizations against the consequences of neoliberal policies at the urban level, in the city of San Francisco (United-States) and the city of Valparaíso (Chile). It aims to understand the structuration of non-institutionnal activist collectives participating in the construction of urban coalitions, which tackle the structure of power in the urban production. This study falls within a transdisciplinary approach. While borrowing mostly from geography, it questions urban mobilizations through the lens of the anthropology and sociology of social movements. Comparison is another central element in this research: it analyzes local resistance to global policies in two specific cases. First, this work enters urban struggles through the narratives of contention’s motives: the dispossession of inhabitants and the privatization of urban infrastructures. It then delineates the sociological characteristics of the groups mobilized in collective actions. Finally, it stresses the adaptation of collective to the financialisation of the urban production: on one hand, the transformation of repertories of action, which specifically target the symbolic capital of dominant agents; on the other hand, the very dispositive of the “activist collective”, which represents a form of adaptation to the generalization of the neoliberal reason.

5Keywords: Social movements, Right to the city, Comparative approach, Neoliberalism, Spatial dimension, Financialization, Anti-eviction Mapping Project, San Francisco, Valparaiso, Cerro Baron Organizado.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Opillard, « « We shall not be moved-El barrio no se vende ». Analyse critique des mobilisations contre la gentrification San Francisco (États-Unis) et contre la prédation immobilière à Valparaiso (Chili) », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/acrh/9359

Haut de page

Auteur

Florian Opillard

E-mail : Florian [point] opillard [arobase] ehess [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals