Navigation – Plan du site

Exploitation minière et implantation castrale en Dauphiné médiéval (xe-xve siècles). Surveiller, organiser et prélever la production minière

Thèse soutenue le 14 mars 2018
Benjamin Oury

Texte intégral

1Thèse de doctorat soutenue le 14 mars 2018, dirigée par Mathieu Arnoux, devant un jury composé de : Nicolas Carrier (Université Jean-Moulin Lyon 3), Aline Durand, (Université du Maine), Jean-Michel Poisson, (ÉHESS), Laurent Schneider, (ÉHESS), Catherine Verna, (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis).

2Résumé : Le contrôle des ressources minières est un enjeu dʼimportance pour le pouvoir seigneurial qui, en plus dʼun atout économique, en tire un certain prestige. En Dauphiné, les premières mines de métaux précieux sont exploitées dès la fin du ixe siècle ou le début du xe à lʼArgentière (Hautes-Alpes). Cʼest aussi avec celles-ci que les comtes d'Albon, futurs Dauphins, entament leur appropriation des ressources souterraines de leur territoire grâce à deux donations similaires de lʼempereur Frédéric Ier en janvier et juillet 1155. Les mines de métaux non-précieux, mais très importants pour la société médiévale, comme le fer, sont aussi exploitées assez tôt dans les montagnes dauphinoises, notamment dans la région dʼAllevard (Isère), où les comtes d'Albon installent progressivement leur autorité. En parallèle, les implantations castrales, multipliées depuis les environs de lʼan Mil, sont le reflet de la prise de pouvoir progressive de seigneurs locaux et participent au contrôle des territoires. Le château, au-delà de son rôle militaire propre, fait office dʼédifice multifonctionnel avec la création des États princiers et le développement de leur administration. Ce sont de véritables relais du pouvoir comtal capables de surveiller et de défendre mais aussi dʼadministrer leur territoire, et plus particulièrement en contexte minier. Cependant, les liens entre châteaux et exploitations minières ne sont pas forcément visibles et dépendent souvent de la nature du gisement, précieux ou non, du degré de contrôle du territoire ou de sa topographie. À Brandes (Oisans, Isère) ou à lʼArgentière, sites argentifères, le château est abandonné dès la fin de lʼexploitation minière (fin xiiie – début xive siècle), dans le premier cas, ou est partagé entre deux familles vassales pour le second, signe de liens étroits pour le pouvoir comtal entre mines et châteaux. Cela ne se vérifie pas dans les territoires producteurs de fer où les châteaux ont une tout autre vocation que protéger et encadrer la production minière. La mise en place dʼune nouvelle politique minière après la grande crise du milieu du xive siècle bouleverse aussi la fonction du château qui nʼa alors plus de rôle dans lʼexploitation minière, métaux précieux ou non.

3Mots clés : mine, Dauphiné, château, Moyen-Âge, pouvoir, droits régaliens, territoire, ressource.

4Keywords: Mining and establishment castral in medieval Dauphiné (10th-16th centuries): control, organize and collect mining production.

5Abstract: Control of mineral ressources is a major stake for seigniorial power which, not only gives it economical wealth, but some status as well. In the Dauphiné, mining of precious metals first began at the end of ixth century or the begenning of xth century in LʼArgentière (Hautes-Alpes, France). Itʼs also with these mines that the Counts of Albon, futur Dauphins, start to appropriate their landsʼmineral resources thanks to two similar donations from Emperor Frederick I in January and July 1155. Non-precious metal such as iron, although very important in medieval society, are thus mined from an early stage in the Dauphiné Mountain, particularly around Allevard (Isère), with the Counts of Albon progressively taking control of these mines. At the same time, the castles implantation, which has multiplied starting around the year One thousand, reflects the gradual takeover of locals lords and contribute to their control of the territory. The castle, beyond its military purpose, is a multifonctional building, particulary since the creation of princely states and the development of their administration. It constitues a true representative of countal authority that can keep a close watch over and protect the territoryut also to administrate it, particularly regarding mining. However, the links between castles and mining facilities are not always visible, and they often depend on the type of mineral deposit (precious or not), the degree of control over the territory or its topography. In Brandes (Oisans, Isère) or LʼArgentière, both silver-bearing sites, the castles were respectively abandoned with the end of mining at the beginning of xivth century, and divided between two vassal families close to Counts of Albon, clearly illustrating the links for the counts between mines and castles. This is however not the case in iron-bearing territories where castles have another use than protecting and supervising mining production. The establishment of a new mining policy by the Dauphins, after the great crisis in the mid xivth century, disrupted castel fonctions: it no longer has a role in mining exploitation, whether of precious metals or not.

6Keywords: Mine, Dauphiné, Castle, Middle Ages, Power, Sovereign rights, Territory, Ressource.

7Titolo: Estrazione mineraria ed insediamento castrale in Dauphiné medievale (x-xvi secolo): sorvegliare, organizzare e prelevare la produzione mineraria.

8Parole Chiave: Miniera, Delfinato, Castello, Medioevo, Potere, Dritti reali, Territorio, Risorsa.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Oury, « Exploitation minière et implantation castrale en Dauphiné médiéval (xe-xve siècles). Surveiller, organiser et prélever la production minière », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/acrh/9375

Haut de page

Auteur

Benjamin Oury

E-mail : Benjamin [point] oury [arobase] ehess [point] fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals