Navigation – Plan du site

De la simultanéité en histoire globale

Adrien Delmas

Résumés

Cet essai porte sur la simultanéité comme figure discursive de l’histoire globale. Sa question est simple : pourquoi l’histoire globale se contente-t-elle parfois de constater des simultanéités pour démontrer des connexions ? Après quelques exemples tirés de l’historiographie récente (Sanjay Subrahmanyam, Serge Gruzinski, Romain Bertrand), nous voudrions illustrer le fait que le problème de la simultanéité dans ses rapports à l’histoire à grande échelle ne date pas d’hier. Sans prétendre à quelconque exhaustivité, nous nous arrêterons sur quelques cas (Polybe, Eusèbe de Césarée, João de Barros, Joseph Scaliger) qui démontrent combien la simultanéité constitue l’un des soucis les plus anciens de cette volonté d’embrasser l’ensemble du monde connu à un moment donné, et d’en proposer une histoire. Pour finir, nous reviendrons à la question de l’écriture de l’histoire de nos jours pour me demander si la question de la simultanéité ne nous impose pas de basculer d’une science des conditions de possibilité (Michel Foucault) à une science des conditions de disponibilité

Haut de page

Texte intégral

1. Constater des simultanéités et démontrer des connexions

  • 1 Hayden White, Metahistory: The Historical Imagination in Nineteenth-century Europe, Baltimore, John (...)
  • 2 « Les cadres chronologiques et géographiques de la recherche historique deviennent parfois pesants. (...)
  • 3 « [L’histoire globale] s’attache à ne pas ériger en étalon de normalité une élusive « trajectoire-t (...)
  • 4 Le rapport entre cette « première mondialisation » est celle dont nous sommes coutumiers (et témoin (...)

1Cet essai porte sur la simultanéité comme figure du discours historique contemporain, figure au sens de figure rhétorique, poétique, ou narrative, ou encore figure au sens de trope pour parler comme la théorie littéraire et Hayden White quand il étudie les « modes tropologiques » du discours historique du xixe siècle1. Ce qui revient à dire, pour paraphraser le sous-titre de sa fameuse Métahistoire, que la simultanéité fait selon nous partie de l’imagination historique du xxie siècle, tout au moins d’une imagination bien particulière que l’on appellera, par commodité, l’histoire globale. À défaut de répondre à une définition unique, l’histoire globale répond tout de même à quelques critères incontournables. Ses auteurs, qui, disons-le d’emblée, furent mes maîtres tout au long de ma formation, refusent d’abord de considérer le cadre national comme le cadre d’analyse pertinent des processus historiques2. Ils se refusent ensuite, autant que faire se peut, aux simples comparaisons, surtout quand celles-ci consistent à constater combien l’Europe avait « de l’avance » sur d’autres parties du monde dans les processus dits de la modernité tels que la formation de l’État, la constitution des savoirs, le développement économique etc.3 Au contraire, ils cherchent plutôt à « décentrer le regard » et pour ce faire, à montrer comment ces processus sont en fait le résultat d’entrelacements, de relations, d’échanges entre les quatre coins du monde. Comme nous le verrons, la période de prédilection de l’histoire globale que nous analyserons débute avec le xvie siècle et le désenclavement du monde consécutif, entre autres, aux navigations océaniques. Mais au récit de l’« occidentalisation du monde » qui a dominé bien des écoles historiques du xixe siècle jusqu’à la World History, cette lecture oppose une évolution synchrone de la « première mondialisation »4. Le terme le plus usité, au point de faire école, est celui d’histoire connectée, auquel on associe volontiers le nom de Sanjay Subrahmanyam, auteur que nous suivrons tout au long de cet article.

  • 5 « On dit encore ceci : le même jour, Gélon et Théron triomphèrent en Sicile du Carthaginois Amilcar (...)

2Avec le terme de connexion, on voit poindre le problème que pose la figure de la simultanéité, d’abord d’un point de vue théorique : un historien peut constater une simultanéité, mais cela ne démontre en rien une connexion. Deux phénomènes peuvent avoir lieu simultanément, cela ne signifie pas qu’ils sont liés. Pire, on pourrait même considérer que cela signifie le contraire : il faut que deux phénomènes soient strictement isolés pour qu’ils soient tout à fait simultanés. Dit autrement, s’ils sont effectivement liés, ne serait-ce que de manière infime, alors deux événements ne peuvent se dérouler exactement simultanément. Aristote s’étonnait ainsi à la lecture d’un Hérodote qui rapportait que les batailles de Salamine et d’Himère avaient eu lieu le même jour5 :

  • 6 Aristote, Poétique, 23, 1459 a, 25 (traduction Charles Émile Ruelle). Voir Philippe Gauthier, « Le (...)

De même que, dans le temps où fut livrée la bataille navale de Salamine, avait lieu celle des Carthaginois en Sicile, ces deux batailles n’avaient pas le même objet, de même, dans la succession des temps, tel événement prend place après tel autre sans qu’ils aient une fin commune6.

  • 7 Voir aussi H. Jordheim, «Synchronizing the World: Synchronism as Historiographical Practice, Then a (...)
  • 8 Voir sur ce point la somme magistrale de Hervé Inglebert, Le Monde, lʼHistoire. Essai sur les histo (...)

3La question de cet essai est simple : comment, dès lors, lʼhistoire connectée se contente-t-elle parfois de constater des simultanéités pour démontrer des connexions ? Après quelques exemples tirés de l’historiographie récente, j’essaierai d’illustrer le fait que le problème de la simultanéité dans ses rapports à l’histoire à grande échelle ne date pas d’hier7. Sans prétendre à quelconque exhaustivité, je m’arrêterai sur quelques cas qui démontrent combien la simultanéité constitue l’un des soucis les plus anciens de cette volonté d’embrasser l’ensemble du monde connu à un moment donné, et d’en proposer une histoire8. Pour finir, je reviendrai à la question de l’écriture de l’histoire de nos jours pour me demander si la question de la simultanéité ne nous impose pas de basculer d’une science des conditions de possibilité à une science des conditions de disponibilité.

2. Un trope historiographe

  • 9 S. Gruzinski, « Les mondes mêlés de la monarchie catholique et autres « connected histories », Anna (...)

4Des nombreux livres de Serge Gruzinski, celui qui pose le plus directement la question de la simultanéité est Quelle heure est-il là-bas ?, interrogation sous-titrée Amérique et islam à l’orée des Temps modernes. À côté de titres comme Les quatre parties du monde (2004), L’Aigle et le Dragon (2011) ou plus récemment encore La machine à remonter le temps (2017), cet ouvrage représente une nouvelle tentative pour « rétablir les connexions continentales et intercontinentales que les historiographies nationales se sont longtemps ingéniées à débrancher ou à escamoter »9 :

  • 10 S. Gruzinki, Quelle heure est-il là-bas ? Amérique et Islam à l’orée des Temps modernes, Paris, Seu (...)

« Quelle heure est-il là-bas ? » Ce livre voudrait fouiller cette interrogation en montrant qu’elle ne se réduit pas aux effets cumulés et récents des technologies de la communication. Elle a connu, au contraire, de lointains précédents que l’analyse historique contribue à mettre en lumière. Elle est le fruit du démantèlement progressif d’univers cloisonnés, physiques et mentaux, longtemps enracinés dans la terre, la nation, la race, la religion ou la famille. Ce démantèlement a connu une prodigieuse accélération à l’orée des Temps modernes, comme le révèlent les deux témoignages que nous allons longuement explorer et qui nous obligent à naviguer entre Amérique et terres d’islam10.

  • 11 S. Gruzinki, Quelle heure est-il là-bas ? Amérique et Islam à l’orée des Temps modernes, Paris, Seu (...)

5Le livre est en effet tout entier construit autour d’une simultanéité, ou d’une quasi-simultanéité, qui est celle de la publication de deux ouvrages. D’un côté, le Tarih-i Hind-i garbi, l’histoire de l’Inde de l’Ouest, fut rédigé par un chroniqueur anonyme ottoman vers 1580 comme le résultat d’une commande du Sultan. De l’autre, le Repertorio de los tiempos fut publié par Heinrich Martin en 1606 dans la ville de Mexico. Or, il s’avère que la chronique ottomane prend le Nouveau Monde comme objet et inversement, le livre mexicain parle – entre autres choses – du péril turc aux portes de l’Europe. Dans quel monde un tel croisement des curiosités est-il possible, se demande Gruzinski ? L’auteur cherche dans et autour de ces deux livres la possibilité que deux auteurs aussi éloignés aient produit ce regard croisé contemporain, « sans jamais se rencontrer » dit-il11. Son essai se construit autour d’un parallèle, voire d’une similitude, tout au moins d’une simultanéité, et non autour d’une relation entre les deux ouvrages. En un mot, le chroniqueur turc n’a pas lu l’historien mexicain et l’inverse est encore moins vrai : nous reviendrons plus tard sur cette question de la lecture. De la même manière, L’Aigle et le Dragon, est lui aussi construit autour d’un parallèle : la conquête (réussie) par les Ibériques du Mexique et celle (manquée) de la Chine dans les premières décennies du xvie siècle. Gruzinski ne s’intéresse pas tant aux liens qui unit les deux événements – et ils sont nombreux – qu’à leurs contrastes, proposant un récit du xvie siècle plus basé sur des parallèles que sur des croisements.

  • 12 S. Gruzinski, L’Aigle et le Dragon, Démesure européenne et mondialisation au xvie siècle, Paris, Fa (...)

Cette histoire se résume en une simple formule : dans le même siècle, les Ibériques ratent la Chine et réussissent l’Amérique. C’est ce que nous découvre une histoire globale du xvie siècle, conçue comme une autre manière de lire la Renaissance, moins obstinément eurocentrée et sans doute plus en phase avec notre temps12.

6On voit là tout de même poindre un problème : après avoir décrété les vertus de l’histoire connectée, tout se passe comme si l’auteur se contentait de relever des simultanéités pour conclure à des connexions. Tout au moins peut-on constater que la simultanéité acquiert une position centrale dans l’architecture du récit d’histoire globale telle que le construit Gruzinski.

  • 13 Voir le compte rendu du livre par P. Boucheron, « Orient-Occident, la rencontre n’a pas eu lieu », (...)

7Notre second exemple est tiré d’un livre aussi récent que fameux de Romain Bertrand. L’Histoire à parts égales fait le récit sur plus de six cents pages de la rencontre entre les Hollandais et les Javanais à l’aube du xviie siècle. Derrière un titre programmatique, la proposition est convaincante : par une égale importance heuristique donnée aux sources produites par les sociétés en présence, il est possible de produire un récit symétrique de leur rencontre. Ce réétalonnage des rencontres entre des sociétés éloignées, lieu de toutes les asymétries historiographiques jusqu’à aujourd’hui, nous donne une vision bien différente de ce moment impérial de l’histoire moderne. L’arrivée des Hollandais au tournant du xviie siècle apparaît ainsi comme secondaire au regard des Javanais, au point de passer presque inaperçue dans un premier temps ; quand, de l’autre côté, elle eut valeur de quasi fondation nationale pour les Provinces Unies. Plus éloquent encore, sur bien des points que Bertrand creuse chapitre après chapitre, tout se passe comme si la rencontre « n’avait pas eu lieu »13 : poids et mesure, monnaie, commerce, religions, organisation sociale, rapport au temps etc. Pourquoi ? Parce que dans chacun de ces domaines, l’incommensurabilité prévalait, autrement dit, on ne parlait de la même chose de part et d’autre. Au sein de cette liste de rendez-vous manqués patiemment examinés, un chapitre sur la pensée politique de l’époque détonne cependant, un chapitre qui s’arrête sur les traités politiques qui émanent de chaque côté de la rencontre et semblent cette fois bel et bien « converser » :

  • 14 Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales, Récits d’une rencontre Orient-Occident, Paris, Seuil, 2 (...)

Sauf à postuler d’emblée l’incommensurabilité des textes en présence, il est de fait impossible de comprendre ces théorisations à l’aune d’autre chose que de productions européennes strictement contemporaines. Faire parler Hobbes avant l’heure revient à se dispenser à bon compte de se mesurer à l’étrangeté de Bodin, de Campanella ou de Bruno. L’opération de compréhension ne relève par conséquent pas seulement du déplacement dans l’espace, mais aussi, et surtout, du bond dans le temps. Si la Démonomanie de Bodin et l’Expulsion de la bête triomphante de Bruno nous surprennent tant, et conversent si bien avec le Sirat al Mustakim d’al-Raniri et le Al-Muntahi de Hamzah Fansuri ; si les propositions des théoriciens de la « constitution mixte » s’accordent à ce point avec les considérations d’al-Jauhari sur le pacte moral qui lie le raja et son peuple ; si l’on trouve une même apologie de la prophétie et de l’astrologie comme arts du gouvernement dans les serat des poètes de cour de Kerta et la Cité du Soleil de Campanella, c’est que le lieu de l’exotisme n’est pas le monde malais ou javanais, mais ce moment particulier que fut, d’un bout à l’autre de l’Eurasie, la fin du xvie siècle14.

8Autrement dit, après s’être efforcé de marquer plusieurs différences insurmontables, Bertrand s’émerveille, dans un de ses chapitres, des résonnances qui existent entre des théories politiques éloignées avant d’en conclure qu’ils constituent un seul et même corpus, du fait de leur simultanéité. Il semble s’agir là d’un raccourci, voire d’un court-circuit, que l’on pourrait presque considérer comme en contradiction avec le projet lui-même. Discours de la synchronie et non plus de la diachronie, on comprend aisément que la simultanéité revête toute son importance au moment de produire un récit historique « à l’horizontale », débordant des cadres géographiques traditionnels. Mais on remarque également, et presque paradoxalement, que le jeu qui devrait consister à écarter les simultanéités du récit, à les dépasser, à les remplacer par des démonstrations et des descriptions de connexions, semble un instant avoir égaré ses règles. Nous reviendrons sur les difficultés pour démontrer des connexions au sein d’un tel étalement spatial, mais pour le moment, il suffit de noter que si les simultanéités, comme celles entre des livres anciens chez Gruzinski ou Bertrand, peuvent nous mettre sur la voie d’une connexion, elles n’en sont pas pour autant la démonstration.

  • 15 Carmen Bernand et S. Gruzinski, Histoire du Nouveau Monde, tome 1 : De la découverte à la conquête, (...)

9Que ce soit tout au long d’un livre ou à l’occasion d’un chapitre, les simultanéités peuvent ainsi devenir des recours narratifs du genre de l’histoire globale. Mais le plus souvent, c’est au détour d’une simple phrase que se cache un tel réflexe qui consiste à constater une simultanéité pour suggérer une connexion. Nous ne prendrons qu’un exemple : « Machiavel a composé Le Prince en 1513 et publié son Arte della Guerra dans les mois où Cortés entreprenait sa marche sur Mexico. Le conquistador affronte au Mexique l’une des questions que Machiavel pose à Florence », constate ainsi Gruzinski quelque part dans son Histoire du Nouveau Monde, non sans inviter son lecteur à en tirer une conclusion quant aux liens entre les deux événements15.

3. « Aux origines de l'histoire globale »

  • 16 Sanjay Subrahmanyam, The Portuguese Empire in Asia, 1500-1700. A Political and Economic History, Lo (...)
  • 17 S. Subrahmanyam, Explorations in Connected History, Delhi, Oxford University Press, 2004.

10Venons-en à présent à un troisième historien contemporain, référence de l’histoire globale, Sanjay Subrahmanyam. Depuis ses ouvrages sur les réseaux marchands de l’océan Indien, l’Empire portugais d’Asie ou Vasco de Gama16, Subrahmanyam a publié de nombreux essais historiographiques. En embarquant avec le fondateur du terme d’« histoire connectée »17, il s’agira d’abord de continuer à illustrer ce recours à la figure temporelle et narrative de la simultanéité. Puis, en suivant quelques-uns de ces recours, d’entamer, d’effleurer seulement, un projet qui consisterait à produire une archéologie de cette figure dans le discours historique. Pour ce faire, je propose de relire la leçon inaugurale au Collège de France de Subrahmanyam, donnée le 28 novembre 2013 et publiée depuis chez Fayard. Sous le titre explicite « aux origines de l’histoire globale », la leçon expose la généalogie d’un genre bien particulier, appelé ici la « xénologie ». Cette science xénologique, dont Subrahmanyam propose de remonter le cours, consiste pour un historien à écrire non pas l’histoire des siens, mais bien, comme l’ont fait par exemple le chroniqueur ottoman et Heinrich Martin au tournant du xviie siècle, celle des autres. Or, aux « origines de l’histoire globale » réside une troublante simultanéité :

  • 18 S. Subrahmanyam, Aux origines de l’histoire globale, Paris, Collège de France, Fayard, 2014, p. 26- (...)

L’historien chinois de la dynastie Han occidentale, Sima Qian, est né quand Polybe avait déjà soixante ans environ. Comme son homologue grec, il a participé à des campagnes militaires […] Moins complexe peut-être dans sa géométrie culturelle et politique que la schématisation de Polybe et son « point de vue absolu », le texte de Sima Qian nous offre néanmoins un autre point de départ pour tracer les généalogies de l’idée d’histoire universelle18.

11Cette simultanéité – à quelques années près – entre deux des pères fondateurs de l’histoire « xénologique », semble d’abord relever de l’anecdote, voire de la coïncidence. Il ne s’agit pas ici d’un parallèle qui chercherait à démontrer une connexion cachée, méconnue ou encore à découvrir, ni même à la suggérer Autant elle n’a aucune ambition heuristique, autant elle reste nécessaire à la construction de l’arbre généalogique du genre : elle reste en tout point narrative. Pour nous, elle est aussi l’occasion de nous arrêter un instant sur Polybe. Né vers 208 avant J.-C., Polybe fut général, homme d'État, théoricien politique et historien. À l’instar des historiens d’aujourd’hui, Polybe était dur avec ses prédécesseurs historiens, et pas des moindres puisque l’on trouve parmi eux Hérodote et Thucydide. Il leur reprochait de ne pas voir que les affaires du monde étaient liées entre elles. Or liées, elles l’étaient selon Polybe, et ce depuis le troisième siècle avant notre ère :

  • 19 Polybe, Histoire, Paris, Gallimard, Quarto, 2003, p. 70-71.

J’ai constaté qu’il ne manquait pas d’historiens pour nous offrir le récit de telle ou telle guerre considérée isolément et de certains faits concomitants, mais il ne s’est trouvé personne, à ma connaissance, qui eût seulement tenté d’étudier l’ensemble des événements pour déterminer quand et comment la connexion s’est établie entre eux et quel a été le résultat de cet enchaînement19.

12Cela pourrait ressembler, avec près de vingt-cinq siècles d’avance, au manifeste de la nouvelle histoire globale. Comme chez les historiens modernistes qui identifient volontiers une « première mondialisation » au tournant du xvie siècle, Polybe assure que cette connexion généralisée est datable avec précision. Selon lui, elle remonte aux années 220 avant notre ère, soit les débuts de la deuxième guerre punique :

  • 20 Polybe, Histoire, Paris, Gallimard, Quarto, 2003, p. 68.

Jusqu’à cette date, l’histoire du monde était restée en quelque sorte compartimentée, car, entre toutes les actions humaines, il n’y avait pas plus d’unité de conception et d’exécution que d’unité de lieu. À partir de ce moment au contraire, l’histoire du monde s’est mise à former comme un tout organique. Les affaires d’Italie et d’Afrique se sont trouvées désormais liées aux affaires de Grèce et d’Asie et il y a eu convergence de toutes choses vers un aboutissement unique20.

13Là aussi, la grande convergence des affaires du monde avait un moteur que Polybe appelle la Fortune :

  • 21 Polybe, Histoire, Paris, Gallimard, Quarto, 2003, p. 71.

Ainsi donc j’ai pensé qu’il ne fallait à aucun prix négliger et laisser tomber dans l’oubli le plus beau et le plus instructif des ouvrages de la Fortune. Sans doute celle-ci n’a-t-elle jamais cessé de produire du nouveau et d’intervenir dans la vie des humains, mais rien de ce qu’elle a fait antérieurement ne peut se comparer à ce qu’elle vient d’accomplir en mettant en scène les dramatiques événements de notre époque21.

14À partir de ce constat d’une convergence toujours plus grande des histoires éloignées, Polybe peut construire un récit basé sur des simultanéités. Chaque livre relate ainsi, pour une période donnée, les affaires d’Italie, puis de Grèce, puis d’Afrique, puis d’Asie etc. – avec un lien entre elles, la Fortune. Un tel récit prend logiquement le nom de synopsis, et le rôle de l’historien consiste bien à « voir ensemble », à connaitre la direction, l’intention de la Fortune dans l’établissement des simultanéités. Beaucoup a été écrit sur Polybe, beaucoup reste à dire, mais le commentaire le plus synthétique est celui de François Hartog, cité par Subrahmanyam dans sa leçon inaugurale :

  • 22 Polybe, Histoire, édition publiée sous la direction et préface de François Hartog, Paris, Gallimard (...)

D’où la solution, à la fois théorique et pratique, finalement trouvée par Polybe, la synopsis est le point de vue même de la Fortune. Ce voir comme la Fortune a l’avantage d’offrir un point de vue absolu, hors point de vue, qui rend possible l’opération polybienne, mais il en constitue en même temps le point aveugle22.

4. Les colonnes d'Eusèbe

  • 23 Voir F. Hartog, « La temporalisation du temps : une longue marche », dans Jacques André, Sylvie Dre (...)

15Comme le remarque Subrahmanyam, Polybe tomba dans un relatif oubli jusqu’à sa redécouverte à la Renaissance. Le Moyen Âge latin hérita plutôt d’un autre « père » de l’histoire universelle qui est Eusèbe de Césarée. Ce dernier est étrangement absent de la brève généalogie de Subrahmanyam, mais pas complètement puisqu’y figure rapidement Isidore de Séville, en tant qu’exemple du genre historiographique de la chronique universelle médiévale. Avec les chroniques universelles d’Eusèbe, Isidore et autres pères de l’histoire ecclésiastique, nous sommes face à un modèle bien différent de celui de Polybe puisque là où les choses convergeaient, on pourrait presque dire qu’elles ne font plus que coexister. Eusèbe est né vers 265 en Palestine et fut l’élève d’Origène dont l’immense bibliothèque, où un exemplaire de Polybe se trouvait, fut le jardin. Il est l'auteur de nombreuses œuvres historiques, apologétiques, bibliques et exégétiques parmi lesquelles son Παντοδαπή ίστορία ou histoire générale qui se compose de deux parties. Une Χρονογραφία où il s’efforce d’établir, pour chaque peuple – Babyloniens, Assyriens, Mèdes, Perse, Juifs, Égyptiens, Grecs et Romains – la succession chronologique des grands événements de leurs histoires ; et un Κανών χρονικός ou règle du calcul des temps, dans lequel il dispose ces histoires en colonnes parallèles, pour ensuite dégager des synchronismes qui deviennent alors l’objet ultime de l’ouvrage. Il est à noter que ces synchronies du premier historien de l’Église avaient quelque chose de révolutionnaire si jusqu’alors, l’histoire ancienne était plutôt pensée dans la succession et non la coexistence des différents empires23. Le modèle eusébien des synchronismes fit bien plus d’émules que la synopsis de Polybe, à commencer par Saint Jérôme dont la traduction en latin et le prolongement des tables d’Eusèbe, les Chronicum ad annum Abrahæ, ont jeté les bases de toutes les chroniques de l'Occident médiéval. Mais Eusèbe fit des émules bien au-delà du monde latin et on peut donc regretter que pour en venir là, Subrahmanyam utilise dans sa leçon inaugurale une nouvelle fois le court-circuit de la simultanéité :

  • 24 S. Subrahmanyam, Aux origines de l’histoire globale, Paris, Collège de France, Fayard, 2014, p. 29- (...)

Il s’avère que les dates d’Isidore coïncident presque parfaitement avec celles de la vie de Mahomet, à l’autre bout du monde méditerranéen. En effet, on assiste à un passage de bâton historiographique. À la fin du premier millénaire de l’ère chrétienne, la tradition est consolidée par l’émergence d’un nouveau courant historiographique associé à l’Islam et exprimé dans un premier temps en arabe, mais puisant dans des sources plus anciennes, en grec et en syriaque. Le nom d’Abu Ja’far al-Tabari, grand savant de Bagdad à la fin du ixe et au début du xe siècle, est souvent considéré comme le plus important pour marquer l’origine de cette tradition des tarikhs24.

  • 25 Tabâri, La Chronique, Paris, Actes Sud, 1984, p. 19.
  • 26 Denise Aigle, « L’histoire sous forme graphique, en arabe, persan, et turc ottoman. Origines et fon (...)

16Ce rapprochement entre Isodore et Mahomet pour en venir à l’historiographie musulmane a quelque chose d’arbitraire, mais là encore, pas d’ambition heuristique, un simple « passage de bâton » narratif. Suivre le fil des tarikhs avec Subrahmanyam ne serait pas sans de nombreux et précieux éclairages sur d’autres utilisations de la figure de la simultanéité dans le discours historique ; comme chez al-Tabari lui-même et sa fameuse تاريخ الرسل والملوك, ou histoire des prophètes et des rois, qui propose une histoire du peuple de Mahomet mais aussi une histoire préislamique des Babyloniens, Égyptiens, Perses et Juifs. Partant du constat qu’il existe des « désaccords dans la chronologie de l’époque écoulée depuis Adam »25, Tabari opte pour des récits séparés jusqu’à la naissance de Mahomet. À l’autre bout de ce fil qui passe par des historiens tels que Biruni, Ferdowsi, Baihaqi, Nizami, Juzjani, Dehlavi ou Rashid al-Din, on trouve par exemple les taqwīm ottomans dont la partie ǧadwal expliquent justement les différentes façons de compter les temps depuis Adam pour constater leurs différences26. Visuellement, leur disposition en colonne n’est pas sans rappeler les essais de synchronie eusébiens.

5. Le désenclavement du monde

17En suivant le fil de la leçon inaugurale de 2013, nous en venons au xvie siècle où Subrahmayam semblait pressé d’arriver :

  • 27 S. Subrahmanyam, Aux origines de l’histoire globale, Paris, Collège de France, Fayard, 2014, p. 39 (...)

On assiste à plusieurs transformations historiographiques importantes au courant du xve siècle […] Cependant, pour comprendre l’émergence, dans le contexte de la première modernité, d’une nouvelle histoire globale qui se démarque de la tradition reçue d’histoire universelle, il faut commencer à l’autre bout de l’Eurasie27.

  • 28 Joao de Barros, Ásia II, Coimbra, Imprensa da universidade, 1932, p. 191.
  • 29 Joao de Barros, Ásia I, Coimbra, Imprensa da universidade, 1932, p. 5.
  • 30 S. Subrahmanyam, «On World Historians in the Sixteenth Century», Representation, v. 91, no 1, 2005, (...)
  • 31 C.R. Boxer, João de Barros: Portuguese Humanist and Historian of Asia, New Delhi, Concept Publishin (...)

18Nous voilà donc au Portugal, à l’extrémité occidentale de l’Europe, et à ses vaisseaux qui appareillent vers les quatre continents. Après avoir cité Lopes et Zurara, Subrahmanyam en vient à João de Barros. Celui-ci produisit non seulement les textes théoriques et juridiques les plus aboutis pour tenter de penser et justifier l’entreprise ultramarine lusitanienne, mais il récolta également les faits et gestes de cette expansion pour en écrire l’histoire. Nommé feitor de la Casa da India en 1532, Barros put puiser, pour la rédaction de ses fameuses Décades d’Asie, à de nombreuses sources. Il avait ainsi accès à la correspondance officielle de la couronne avec les possessions d’Asie, aux données cartographiques et administratives, aux récits écrits mais aussi à ceux, rapportés oralement par toute sorte de de voyageurs, capitaines et autres survivants des pérégrinations portugaises. Mais c’est surtout au nom de son utilisation des textes historiques venus d’autres traditions que Subrahmanyam fait de Barros le héros d’une nouvelle histoire globale et le fossoyeur des chroniques universelles d’inspiration eusébienne. En effet, depuis Lisbonne qu’il ne quitta jamais, il avait à disposition des sources écrites récoltées par les voyageurs autour de l’océan Indien et rapatriées en Europe. Les exemples peuvent se multiplier où il mobilise, dans ses Décades, des écrits rapportés du lointain. Ainsi précise-t-il, avant de se lancer dans le récit de la pénétration musulmane en Inde, que « dans ce récit qui est le nôtre, puisque nous avions toutes les chroniques et qu’elles furent traduites pour nous, nous allons maintenant suivre celle des Maures »28. Ailleurs, il explique avoir élaboré son travail en « suivant ce que les Perses et les Arabes ont écrit dans leurs Tarigh »29. Grâce à Subrahmanyam notamment30, on sait par exemple que Barros a lu et utilisé la fameuse chronique de Mir Khwad, la Rawżat aṣ-ṣafāʾ fī sīrat al-anbiyāʾ w-al-mulūk w-al-khulafāʾ. Cette utilisation que Barros a pu faire de matériaux venus des quatre coins du monde a poussé certains, comme Charles Boxer, à en faire le « père de l’orientalisme »31. S’il critique à nouveau explicitement cette appellation dans sa leçon inaugurale, Subrahmanyam fait bien du chroniqueur portugais le chaînon manquant de la véritable xénologie et ce, au titre des livres venus du lointain qu’il possédait dans sa bibliothèque :

Si la collection de Barros ne nous est pas parvenue, on sait qu’il a réussi à mettre la main sur des textes en chinois, en arabe, en swahili, en persan et en kannada.

  • 32 Adrien Delmas, «Writing in Africa: the Kilwa Chronicle and other Sixteenth-Century Portuguese Testi (...)

19Passons rapidement sur l’erreur qui consisterait à croire qu’il y avait un texte swahili sur les étagères de Barros à Lisbonne au xvie siècle. Bien que le fameux chroniqueur portugais dît bien rapporter au chapitre 2 du livre II « ce que nous apprenons d’une chronique des rois de cette ville [de Kilwa] », on peut sincèrement douter qu’il s’agît là d’un texte écrit trouvé à l’arrivée des Portugais en 1505 à Kilwa, sur la côte Est-Africaine. Et quand bien même un tel texte aurait circulé, il n’était certainement pas en swahili32.

6. La lecture, ou les conditions de disponibilité

20Ce détail linguistique est tout de même l’occasion de quitter un moment ces listes d’auteurs trop rapidement convoqués et d’illustrer le fait que la notion de lecture ne peut pas être prise à la légère. Elle est peut-être la clef de la tension qui rapproche et oppose simultanéité et histoire globale. Subrahmanyan en fait le constat lui-même quand il fait référence à des lectures significatives au cours de sa généalogie inaugurale. Ainsi, toujours à propos João de Barros, mais du côté de sa réception désormais, il constate que :

  • 33 S. Subrahmanyam, Aux origines de l’histoire globale, Paris, Collège de France, Fayard, 2014, p.  48

[…] dans le monde des chroniqueurs d’expression castillane, [Barros] a certainement été très lu et apprécié. Bartolomé de las Casas le cite à maintes reprises, et de la même façon les Portugais du milieu du xvie siècle s’empressaient de lire leurs homologues au-delà de la frontière. Donc, du point de vue historiographique, Portugais et Espagnols au xvie siècle formaient une seule « constellation », pour reprendre la formule proposée par l’historien allemand de la philosophie Dieter Henrich33.

  • 34 « Pour le tour surprenant qu’ont pris les choses, je tiens tout d’abord à remercier Roger Chartier  (...)
  • 35 On retient en général : L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, comme l’expression la plus (...)

21Les historiens disposent bien de nouveaux outils relatifs à cette notion de lecture mais l’histoire globale ne les a peut-être pas complètement digérés. Roger Chartier, l’une des figures centrales de ces nouveaux outils, est néanmoins cité plusieurs fois dans la leçon inaugurale de Subrahmanyam au Collège de France34. Seule la lecture semble pouvoir nous prémunir de certains excès interprétatifs liés à la simultanéité à commencer par celui qui consiste à constater une simultanéité pour démontrer une connexion. Dans le cas d’une généalogie intellectuelle comme celle que propose Subrahmanyam, n’est-ce pas la lecture qui permet de transformer des simultanéités en connexions ? Reprenons un instant les quelques exemples évoqués trop vite dans ce texte : au iiie siècle avant J.-C., Sima Qan a-t-il lu Polybe ? Non. Au xe après J.-C., Tabari a-t-il lu Isidore ? Non, certainement pas, mais l’un et l’autre ont certainement lu Eusèbe. Au xvie siècle, Barros a-t-il lu Mir Khawand ? Oui, c’est démontré. Justement, à défaut de pouvoir démontrer des actes de lecture pas toujours évidents à repérer, pensons a minima en termes de disponibilité. Pour en revenir aux premiers exemples tirés de Gruzinski et Bertrand : au xvie siècle, la chronique turque anonyme était-elle disponible à Heinrich Martin ? Très probablement non. Au tournant du xviie, Bodin et Campanella étaient-ils disponibles à Bukhari al-Jauhari et autres théoriciens malais ? Certainement pas. Cela pose dès lors tout un autre ensemble de questions, parfois très matérielles, mais qui seules permettent d’éviter quelques pièges. Au xvie siècle, la Chronique de Kilwa était-elle disponible à Barros ? Oui, mais pas sous la forme que l’on croit, certainement pas écrite, certainement pas en swahili. En plus de penser en termes de conditions de possibilité comme Foucault35, il s’agit bien de penser en termes de disponibilité, voire de conditions de disponibilité. Les mauvaises langues diront que c’est là une science de l’information, ou pire des techniques de l’information. Il n’empêche, on ne peut pas séparer notre connaissance de ces simultanéités de celle des techniques qui les rendent susceptibles d’être quelque chose de plus que de simples coïncidences. Et l’on revient ici à la question posée par Roger Chartier à l’occasion d’un colloque fondateur pour cette école française de l’histoire globale en 2000, à laquelle Subrahmanyam répond, en introduction de sa leçon inaugurale quelques années plus tard :

  • 36 Roger Chartier, « La conscience de la globalité », Annales. Histoire, Sciences Sociales. 56e année, (...)

Penser le monde, mais qui le pense ? Les hommes du passé ou les historiens du présent ?36

7. La date comme simultanéité

22La question de la simultanéité et de ses rapports avec l’écriture de l’histoire mérite d’être creusée dans bien d’autres directions. Si l’on considère un instant nos pratiques, il est clair qu’une simple date, que ce soit un jour, une année ou un siècle, porte toujours en son sein une figure de la simultanéité. La question posée aux historiens est de savoir à partir de quand une telle abstraction, si nécessaire à la profession, déborde parfois de ses prérogatives et prend valeur de figure narrative voire explicative dans nos récits. Autant dire que l’on ne bannira pas aisément la présence de la simultanéité dans les reconstructions du passé. À défaut, prenons un dernier exemple, au xvie siècle comme il se doit, non seulement parce que tous les historiens contemporains qui nous ont accompagné jusqu’ici sont des modernistes, mais parce qu’il est clair que la question de la simultanéité fut explicitement posée par certains auteurs, souvent des historiens, qui ont cherché à « penser le monde » à ce moment-là.

  • 37 Un exemplaire de Polybe, édité par Isaac Casaubon à Francfort en 1610, se trouve bien dans la bibli (...)
  • 38 « Son Eusèbe » disait-il. J. Scaliger, Thesaurus temporum. Isagogici Canones, Leyde, T. Basson, 160 (...)
  • 39 Joseph Scaliger, Opus novum de emendatione temporum, Paris, M. Patissonium, 1583.

23Tel est le cas de Joseph Scaliger, lui aussi présent à une ou deux reprises dans le texte inaugural de Subrahmanyam, mais comment en aurait-il pu être autrement ? Lecteur de Polybe37, éditeur d’Eusèbe dont il poursuit et élargit l’œuvre en quelque sorte38, Scaliger a passé de longues années à essayer de synchroniser les calendriers qui lui sont tombés entre les mains, toujours plus nombreux en cette période charnière pour les circulations des manuscrits entre les continents : syriaque, perse, juif, égyptien, grec, alexandrin, byzantin, juif, samaritains, musulman, copte, arménien, romain, mais aussi indien, mexicain ou chinois. Son essai de synchronie universelle débuta ainsi à la lecture d’un « comput » éthiopien probablement collecté lors de son passage à Rome en 1563 et qu’il pensait publier isolément dans un premier temps. Mais c’est finalement au cœur de son ouvrage magistral où il rapproche de manière révolutionnaire chronographie et astronomie, le De emendatione temporum39, quʼil va loger le calendrier abyssin, au livre 7 exactement. Soit entre les livres 5 et 6, où il propose une révision des grandes dates de l’histoire universelle depuis la création du monde ; et le livre 8, où il pose les bases d’une nouvelle réforme du calendrier suite à celle, récente, du Pape Grégoire XIII. Avec le recul, autant son essai pour créer un étalon temporel universel semble une réussite, autant sa vision de l’histoire du monde semble correspondre étroitement à celle de l’histoire sainte héritée des chroniques universelles médiévales, loin des nouvelles perspectives offertes par exemple par des historiens portugais qu’il avait pourtant lus. Comme quoi, on peut être bon chronographe et mauvais historien : l’inverse est peut-être vrai également.

Haut de page

Notes

1 Hayden White, Metahistory: The Historical Imagination in Nineteenth-century Europe, Baltimore, John Hopkins, 1973, p. xi.

2 « Les cadres chronologiques et géographiques de la recherche historique deviennent parfois pesants. Leur rigidité masque souvent des réflexes ethnocentriques tapis derrière les traditions historiographiques ». Serge Gruzinski, « Les mondes mêlés de la monarchie catholique et autres « connected histories », Annales. Histoire, Sciences Sociale. 56e année, no 1, 2001, p. 85.

3 « [L’histoire globale] s’attache à ne pas ériger en étalon de normalité une élusive « trajectoire-type occidentale » dont le scenario vaudrait destin universel des sociétés », Romain Bertrand, « Histoire globale, histoire connectée », dans Christian Delacroix et al. (dir.), Historiographies. Concepts et débats I, Paris, Gallimard, 2010, p. 368.

4 Le rapport entre cette « première mondialisation » est celle dont nous sommes coutumiers (et témoins) est une question à part entière que se pose régulièrement Serge Gruzinski, non sans ambiguïté parfois. « Aujourd’hui, l’omniprésence des médias distille en nous l’illusion que nous sommes autant témoins que contemporains des événements du monde. Qu’en est-il à la fin du xvie siècle ? ». S. Gruzinki, Quelle heure est-il là-bas ? Amérique et Islam à l’orée des Temps modernes, Paris, Seuil, 2008, p. 35. Sur les questions de synchronies, voir Helge Jordheim, « Multiple times and the work of synchronization », History and Theory, v. 53, 2014, p. 498-518.

5 « On dit encore ceci : le même jour, Gélon et Théron triomphèrent en Sicile du Carthaginois Amilcar, tandis qu’à Salamine les Grecs triomphaient des Perses. » Hérodote, L’Enquête, VII, 166 (traduction A. Barguet).

6 Aristote, Poétique, 23, 1459 a, 25 (traduction Charles Émile Ruelle). Voir Philippe Gauthier, « Le parallèle Himère-Salamine au ve et au ive siècle avant J.-C. », Revue des Études Anciennes, v. 68/1-2, 1966, p. 5-32.

7 Voir aussi H. Jordheim, «Synchronizing the World: Synchronism as Historiographical Practice, Then and Now», History of the Present, v. 7/1, 2017, p. 59-95.

8 Voir sur ce point la somme magistrale de Hervé Inglebert, Le Monde, lʼHistoire. Essai sur les histoires universelles, Paris, Puf, 2014. Plus récemment encore, Alessandro Stanziani, Les entrelacements du monde : histoire globale, pensée globale, xvie - xxie siècles, Paris, CNRS Éditions, 2018.

9 S. Gruzinski, « Les mondes mêlés de la monarchie catholique et autres « connected histories », Annales. Histoire, Sciences Sociales. 56e année, no 1, 2001, p. 87.

10 S. Gruzinki, Quelle heure est-il là-bas ? Amérique et Islam à l’orée des Temps modernes, Paris, Seuil, 2008, p. 14.

11 S. Gruzinki, Quelle heure est-il là-bas ? Amérique et Islam à l’orée des Temps modernes, Paris, Seuil, 2008, p. 11.

12 S. Gruzinski, L’Aigle et le Dragon, Démesure européenne et mondialisation au xvie siècle, Paris, Fayard, 2012, p. 13.

13 Voir le compte rendu du livre par P. Boucheron, « Orient-Occident, la rencontre n’a pas eu lieu », Le Monde des livres, 29 septembre 2011.

14 Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales, Récits d’une rencontre Orient-Occident, Paris, Seuil, 2011, p. 374.

15 Carmen Bernand et S. Gruzinski, Histoire du Nouveau Monde, tome 1 : De la découverte à la conquête, une expérience européenne 1492-1550, Paris, Fayard, 1991, p. 349.

16 Sanjay Subrahmanyam, The Portuguese Empire in Asia, 1500-1700. A Political and Economic History, Londres, Longman, 1993 ; The Career and Legend of Vasco da Gama, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

17 S. Subrahmanyam, Explorations in Connected History, Delhi, Oxford University Press, 2004.

18 S. Subrahmanyam, Aux origines de l’histoire globale, Paris, Collège de France, Fayard, 2014, p. 26-27.

19 Polybe, Histoire, Paris, Gallimard, Quarto, 2003, p. 70-71.

20 Polybe, Histoire, Paris, Gallimard, Quarto, 2003, p. 68.

21 Polybe, Histoire, Paris, Gallimard, Quarto, 2003, p. 71.

22 Polybe, Histoire, édition publiée sous la direction et préface de François Hartog, Paris, Gallimard, Quarto, 2003, p. 29, cité par S. Subrahmanyam, Aux origines de l’histoire globales, Paris, Collège de France, Fayard, 2014, p. 26 ; S. Gruzinski reprend aussi cette préface de F. Hartog dans Quelle heure est-il là-bas ? Amérique et Islam à l’orée des Temps modernes, Paris, Seuil, 2008 p. 59.

23 Voir F. Hartog, « La temporalisation du temps : une longue marche », dans Jacques André, Sylvie Dreyfus-Asséo, François Hartog (dir.), Les récits du temps, Paris, Puf, 2010, p. 18-29.

24 S. Subrahmanyam, Aux origines de l’histoire globale, Paris, Collège de France, Fayard, 2014, p. 29-30.

25 Tabâri, La Chronique, Paris, Actes Sud, 1984, p. 19.

26 Denise Aigle, « L’histoire sous forme graphique, en arabe, persan, et turc ottoman. Origines et fonctions », Bulletin d’études orientales, v. 58, 2008, p. 11-49.

27 S. Subrahmanyam, Aux origines de l’histoire globale, Paris, Collège de France, Fayard, 2014, p. 39 et 41.

28 Joao de Barros, Ásia II, Coimbra, Imprensa da universidade, 1932, p. 191.

29 Joao de Barros, Ásia I, Coimbra, Imprensa da universidade, 1932, p. 5.

30 S. Subrahmanyam, «On World Historians in the Sixteenth Century», Representation, v. 91, no 1, 2005, p. 26-57.

31 C.R. Boxer, João de Barros: Portuguese Humanist and Historian of Asia, New Delhi, Concept Publishing, 1980, p. 119, cité par S. Subrahmanyam, «Intertwined Histories: Crónica and Tarikh in the Sixteenth-Century Indian Ocean World», History and Theory, v. 49, no 4, 2010, p. 141. Dans la leçon inaugurale, il ne mentionne plus Boxer. S. Subrahmanyam, Aux origines de l’histoire globale, Paris, Collège de France, Fayard, 2014 p. 46.

32 Adrien Delmas, «Writing in Africa: the Kilwa Chronicle and other Sixteenth-Century Portuguese Testimonies» dans A. Brigalia, and M. Nobili (eds.), The Art and Craft of Literacy: Manuscript Cultures in Muslim Sub Saharan Africa, Berlin, De Gruyter, 2017, p. 181-206.

33 S. Subrahmanyam, Aux origines de l’histoire globale, Paris, Collège de France, Fayard, 2014, p.  48.

34 « Pour le tour surprenant qu’ont pris les choses, je tiens tout d’abord à remercier Roger Chartier », S. Subrahmanyam, Aux origines de l’histoire globale, Paris, Collège de France, Fayard, 2014, p. 18.

35 On retient en général : L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, comme l’expression la plus aboutie de l’épistémologie foucaldienne.

36 Roger Chartier, « La conscience de la globalité », Annales. Histoire, Sciences Sociales. 56e année, no 1, 2001, p. 119-123.

37 Un exemplaire de Polybe, édité par Isaac Casaubon à Francfort en 1610, se trouve bien dans la bibliothèque de Scaliger. R. Smitskamp, The Scaliger Collection, Leyde, Smitskamp oriental antiquarium, 1993.

38 « Son Eusèbe » disait-il. J. Scaliger, Thesaurus temporum. Isagogici Canones, Leyde, T. Basson, 1606.

39 Joseph Scaliger, Opus novum de emendatione temporum, Paris, M. Patissonium, 1583.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Delmas, « De la simultanéité en histoire globale », L’Atelier du Centre de recherches historiques [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 05 avril 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/acrh/9586 ; DOI : 10.4000/acrh.9586

Haut de page

Auteur

Adrien Delmas

Adrien Delmas est directeur du Centre Jacques-Berque (USR 3136) et chercheur associé à l'Institut des mondes africains (UMR 8171). De 2012 à 2016, il a été directeur scientifique de l'Institut français d'Afrique du Sud. Il a publié des articles sur les récits de voyage à l’époque moderne notamment Les voyages de l’écrit. Culture écrite et expansion européenne à l’époque moderne, Paris, Honoré Champion, 2013) et coordonne le programme ANR Globafrica sur l'histoire médiévale africaine (XIe-XVIIe siècles).
E-Mail :adrien_delmas [arobase] hotmail [point] com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
L'Atelier du Centre de recherches historiques – Revue électronique du CRH est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo CRH - Centre de recherches historiques
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals