Navigation – Plan du site
Commentaires d’ouvrages

Analyse d’ouvrage par Marianne Lacomblez

Catherine Delgoulet, Vincent Boccara et Marta Santos (Eds.). (2019). Les formateurs au travail – Conditions d’exercice, activités, interventions
Marianne Lacomblez
Référence(s) :

Catherine Delgoulet, Vincent Boccara et Marta Santos (Eds.). (2019). Les formateurs au travail – Conditions d’exercice, activités, interventions. Toulouse : Éditions Octarès, 235 pages.

Texte intégral

1Voici un livre qui permettra de mettre les pendules à l’heure à qui s’intéresse aux liens à établir entre l’analyse de l’activité de travail et les actions de formation.

2Il a été coordonné par trois enseignants-chercheurs connus pour avoir fait leurs armes dans ce domaine depuis une bonne vingtaine d’années et qui se sont imposés par la qualité et l’originalité de leur réflexion.

3Ils ont tenu, à présent, le pari de réunir dans une publication agencée en deux grandes parties, les contributions de 19 auteurs réputés, également, pour le caractère innovant de leurs recherches, ayant convoqué les traditions scientifiques de l’ergonomie, de la psychologie du travail, de la didactique professionnelle ou de l’ergologie.

4L’avant-propos avec lequel les trois coordinateurs ouvrent ce livre donne à comprendre d’emblée l’usage que le lecteur pourra en concevoir : en suivant la logique de l’organisation de la publication et en entamant une analyse privilégiée de la première partie, consacrée à la question des conditions de travail des formateurs ; ou en ciblant d’abord la seconde, parce qu’elle reprend le fil de travaux menés concernant l’ergonome en tant que formateur. Chacune de ces parties est agrémentée d’une introduction et d’une synthèse, ce qui permettra d’orienter les lectures en plusieurs temps puisque les lignes essentielles des différents chapitres y sont tracées et que les grands débats soulevés y sont situés.

5La première partie, qui inclut 5 chapitres, est le résultat d’une coopération de chercheurs de trois pays (France, Canada, Portugal), soutenue durant plusieurs années par diverses sources de financement. Car les constats, transversaux, sont plutôt préoccupants, notamment en raison de l’invisibilité, à plusieurs niveaux, de la complexité de l’activité du formateur, restreinte dans la large majorité des cas, à son travail en salle de formation. Le formateur s’en retrouve souvent à la marge des décisions qui, pourtant, le concernent – transformant son activité sans la connaître et dès lors, le plus fréquemment, sans améliorer les conditions de son exercice. Assurer un travail pédagogique de qualité expose, de fait, le formateur à bien des péripéties, dans un parcours professionnel très généralement précaire, où les risques de détérioration de la santé ne sont pas négligeables et où l’on se retrouve fort seul face aux dilemmes de tous les jours. L’abandon précoce est ainsi la règle, alors que l’expérience est fondamentale dans ce métier. Et le lecteur comprendra aisément combien ce champ est fertile en projets de recherches et d’interventions.

6Quant à la seconde partie, elle s’inscrit dans la tradition, bien reconnue aujourd’hui, qui traite des questions soulevées lorsque l’ergonome, ou le psychologue du travail, est amené à se positionner en tant que formateur. Dans le texte introductif de cette partie, les coordinateurs rappellent le cadre de référence qui oriente les quatre chapitres et le problématisent à bon escient dans ce texte tout en fournissant les sources bibliographiques utiles pour se le remettre en mémoire. Ce faisant, ils n’éludent néanmoins ni les questions qui restent en suspens ni celles qui sont émergentes, ni encore celles qui n’ont pas été traitées et qui, comme souligné dans la conclusion, mériteraient de l’être.

7On insistera ici sur le constat que l’ergonome assure un rôle essentiel dans le champ de la formation, qu’il le veuille ou non, car son intervention est en vérité toujours une action formative, construite dans la dynamique d’un dialogue entre savoirs formalisés et savoirs d’expérience. Ce qui montre d’emblée, à la fois, la diversité des modalités de ces actions, toujours conçues en « endogénéité », et ce qu’elles exigent en suivi, puisque leur ancrage dans le réel des activités des protagonistes qui s’y retrouvent engagés est incompatible avec la délimitation temporelle et spatiale de la salle de formation.

8L’illustration de la couverture, conçue par Susana Fernandes, est, on le notera, une excellente entrée en matière de ce croisement d’expériences et de réflexions qui donne au collectif des auteurs réunis ici une force de persuasion qui ne laissera aucun lecteur indifférent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Lacomblez, « Analyse d’ouvrage par Marianne Lacomblez », Activités [En ligne], 16-2 | 2019, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 19 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/activites/4812

Haut de page
  • Logo SELF
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals