Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18-2Éditorial

Éditorial

Marianne Cerf, Justine Forrierre, Yvon Haradji, Nadia Heddad et Alexandre Morais

Texte intégral

1Le comité de rédaction de la revue a acté en juin dernier le changement de directeur éditorial de la revue. C’est désormais Marianne Cerf qui assurera cette fonction avec l’appui du comité de rédaction restreint dont les membres sont co-auteur.es de cet éditorial, et au-delà, de l’ensemble du comité de rédaction. Cet éditorial est l’occasion de remercier Yvon Haradji de son investissement pour assurer cette fonction pendant neuf années. Il a su conforter les acquis antérieurs, veiller au grain pour qu’Activités reste une revue reconnue dans le champ académique, lui permettre d’être ouverte à la diversité des approches de l’activité et lui assurer sa vocation pluridisciplinaire. Il a été un maillon clé pour garantir la sortie régulière des numéros, tant en contribuant activement au processus d’édition en ligne, mais aussi et surtout en ayant une politique active sur la réalisation et sur la valorisation de communications faites lors des congrès de la SELF et des Journées d’Étude de revue, à côté des articles qui nous sont adressés spontanément. Il a aussi assuré le transfert de la revue sur la plateforme OpenEdition qui contribue à une meilleure visibilité de la revue. Bien sûr, il l’a fait avec l’appui du comité restreint et de l’ensemble des membres du comité de rédaction. Mais la réussite de ces différents challenges doit beaucoup à son énergie, son enthousiasme et aussi son attention à la dynamique collective autour de la revue. Heureusement, Yvon n’arrête pas pour autant son investissement dans la revue, car son expérience est précieuse, ses compétences multiples aussi.

2Rappelons aussi dans cet éditorial que la revue a organisé le 30 septembre 2021, une journée d’Étude sur l’autonomie au prisme de l’activité qui devrait donner lieu ensuite à la publication d’un dossier dans la revue. En attendant, ce numéro d’octobre 2021 de la revue est particulièrement riche. Il compte 6 articles en varia, deux dossiers qui font suite, pour l’un à une journée d’étude de la revue Activités, pour l’autre à un séminaire organisé par les collègues de l’Université Paris 1, 2 résumés de thèse et 4 recensions.

3Le premier article « Activités de formation des enseignants novices et trajectoire de satisfaction professionnelle : conceptualisation et illustration » est proposé par Jérôme Amathieu et Sébastien Chaliès. Leur recherche, inspirée par l’anthropologie culturaliste, vise à produire des éléments théoriques, méthodologiques pour mettre en évidence de la construction située, et dans l’activité, de la satisfaction professionnelle, tout en l’illustrant par un cas d’étude. Le deuxième, porté par Sylvain Connac et Carmen Rusu, intitulé « analyse de l’activité de lycéens en situations pédagogiques de travail en groupe », s’attache à l’étude des activités de confrontations d’idées produites par des élèves travaillant en groupe. Il s’agit alors d’étudier les circonstances et les conditions apparentes d’émergence de conflits socio-cognitifs dans cette configuration coopérative de travail pour produire des recommandations pour l’élève visant la maîtrise du travail de groupe et l’acceptation des incertitudes. Nadège Guidou et Philippe Sarnin dans le texte « Innovation, créativité et qualité de vie au travail : proposition et expérimentation d’un dispositif d’innovation transitionnelle », présente les caractéristiques d’un tel dispositif, et relate une étude de cas permettant de pointer son intérêt pour répondre aux finalités d’une démarche Qualité de Vie au Travail, dépasser les limites de la transformation durable, mais aussi soutenir les acteurs internes face aux obstacles à traverser. Le quatrième article d’Amélie Sandoval et Katia Koltuski, intitulé « Si on ne me fournit pas mes engins, après je peux plus rien faire moi » les apports de l’analyse de l’activité à la compréhension des processus d’engagement et de désengagement au travail », évoque une intervention dans un service de propreté suite à une demande formulée sur l’absentéisme. Il propose une approche clinique pour souligner les relations complexes qui se jouent dans l’activité entre engagement et désengagement et mettre en lumière la difficulté de valoriser le cadre de l’intervention pour traiter de ces tensions. Le cinquième texte porté par Pierre Flandrin, Cécile van de Leemput et Catherine Hellemans, « Activité du manager de réception à l’épreuve de la digitalisation : cas d’un projet d’accueil en mobilité dans une chaîne hôtelière internationale », évoque la façon dont les managers voient leur activité transformée par cette digitalisation mais aussi tentent d’offrir aux réceptionnistes une capacité à gérer les nouvelles situations induites par le dispositif numérique sans nécessairement pouvoir sortir du cadre gestionnaire inscrit dans celui-ci. Enfin, Marianne Zogmal et Laurent Filliettaz proposent un texte « Identifier des routines interactionnelles dans le travail des éducateurs de l’enfance : le cas des arrivées des enfants dans les structures d’accueil » permettant de développer un cadre théorique et méthodologique pour caractériser ces routines interactionnelles et leur rôle dans l’organisation du travail des professionnels de l’éducation et de la petite enfance.

4Ce volume est aussi constitué de deux dossiers. Le premier s’attache à « analyser les mutations des espaces et des temps de l’activité à l’ère de la digitalisation ». Comme le soulignent Pascal Ughetto, Gaëtan Bourmaud et Yvon Haradji, il s’agit de dépasser les discours managériaux qui soulignent que la digitalisation du travail à l’œuvre impose la nécessité d’un remodelage des espaces de travail. L’enjeu est ici de proposer une lecture de ces mutations en interrogeant la place qu’elles accordent, dans la conception et dans les réalisations pratiques, à l’activité et à ses logiques. Plutôt de que considérer les espaces et les temps comme un arrière-plan neutre de déploiement de l’activité, il s’agit de les analyser comme modelés et modelant l’activité, et de pointer ce qu’une telle analyse apporte à la compréhension des mutations en cours et de la façon dont elles se réalisent dans l’usage. Ce dossier comprend, outre l’introduction, les articles de Chiara Lai, Maria Ianeva, Marc-Éric Bobillier Chaumont et Audrey Abitan (approche instrumentale de l’activité), de Nadia Heddad (approche par l’espace construit dans l’action), de Vincent Grosjean, Ophélie Morand, Béatrice Cahour, Marc-Éric Bobillier Chaumon (une intervention par le théâtre forum) et de Nathalie Trisse et Christine Lagabrielle (approche de l’acceptation située).

5Le second dossier, porté par Nadia Heddad interroge la façon dont l’ergonomie et les ergonomes peuvent contribuer à aborder les enjeux des territoires, qu’il s’agisse d’appréhender cette notion à partir des activités humaines (de travail ou autres) qui s’y déploient et interagissent, ou à partir de ce que l’ergonome offre comme ressources pour intervenir sur, dans un territoire, ou encore peut développer comme nouveau territoire d’intervention. Il comprend, outre l’introduction de Nadia Heddad, les textes de Liliana Cunha et Marianne Lacomblez (l’activité de travail et les marqueurs de territorialisation dans le cas des transports collectifs), de Chloé Le Bail, Marianne Cerf et Gwenola Yannou le Bris (le travail de territorialisation dans des systèmes alimentaires en transition vers plus de durabilité), de Jeanne Robert et Pascal Béguin (Faire milieu, faire avec le milieu, et contribuer à la vitalité du tilleul dans les Baronnies), et de Laurent Van Belleghem (territoire d’intervention et simulation distancielle).

6D’autres rubriques sont également régulièrement présentes dans la revue. Ainsi, dans ce numéro vous découvrirez les recensions de l’ouvrage de Valérie Boussard, Marie-Anne Dujarier et Ferruccio Ricciardi (2020), « Les travailleurs du management. Acteurs, dispositifs et politiques d’encadrement », faite par Johann Petit, de celui de François Guérin, Valérie Pueyo, Pascal Béguin, Alain Garrigou, François Hubault, Joël Maline et Thierry Morlet « Concevoir le travail, le défi de l’ergonomie » (2021), faite par Marianne Cerf, de l’ouvrage de Joris Thievenaz « Enquêter et apprendre au travail – Approcher l’expérience avec John Dewey » (2019) faite par Valérie Pueyo et enfin, de l’ouvrage de Christine Vidal-Gomel « Formation et prévention des risques professionnels : vers des formations capacitantes » (2021) faite par Solveig Fernagu. Et pour finir, vous pourrez lire deux résumés de thèse. Celui d’Amélie Sandoval sur sa thèse « Les dynamiques d’engagement et de désengagement au travail. Contribution à leur conceptualisation en clinique du travail, à partir d’une intervention dans un service public de la propreté » permet d’aller au-delà des résultats présentés dans son article présent dans ce numéro. Celui de Marlène Cheyrouze à propos de sa thèse « La conception du travail en horaires atypiques : une démarche d’innovation sociale conduite en milieu hospitalier » permet de comprendre la façon dont elle a souhaité faire de la conception de nouveaux horaires une opportunité d’engager la diversité des acteurs dans la discussion des conditions et des règles du travail concerné.

7Les articles présents dans ce numéro, par la diversité des thèmes et des approches, reflète l’ouverture de la revue tout en affirmant son ancrage autour des questions théoriques et méthodologiques que pose l’analyse de l’activité dans différents espaces de travail et pour différents enjeux de transformation. Souligner cela est l’occasion ici de rendre hommage à deux contributeurs importants pour la communauté des lecteurs de la revue : Gérard Vergnaud, dont l’approche, inspirée de Piaget pour aborder la conceptualisation dans l’action, marque les recherches en didactique professionnelle ; Pierre Rabardel qui a initié, puis développé avec de nombreux collègues, une approche instrumentale de l’activité mobilisée dans de nombreux travaux présentés dans la revue. Le cheminement de sa pensée et l’enrichissement de cette approche au fil du temps se donne à voir sur son site. Ce site vous permettra aussi de découvrir ses autres talents au-delà de son activité professionnelle.

8Nous vous remercions de votre intérêt et de vos contributions à la revue et nous vous souhaitons une bonne lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Cerf, Justine Forrierre, Yvon Haradji, Nadia Heddad et Alexandre Morais, « Éditorial »Activités [En ligne], 18-2 | 2021, mis en ligne le 15 octobre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/activites/7220 ; DOI : https://doi.org/10.4000/activites.7220

Haut de page

Auteurs

Marianne Cerf

Articles du même auteur

Justine Forrierre

Articles du même auteur

Yvon Haradji

Articles du même auteur

Nadia Heddad

Articles du même auteur

Alexandre Morais

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo SELF
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search