Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19-1Commentaires d’ouvragesAnalyse d’ouvrage par François Hu...

Commentaires d’ouvrages

Analyse d’ouvrage par François Hubault

Muriel Prévot-Carpentier, Massimiliano Nivoli & Luca Paltrinieri (dir.) Le philosophe et l’enquête de terrain : le cas du travail contemporain
François Hubault
Référence(s) :

Muriel Prévot-Carpentier, Massimiliano Nivoli & Luca Paltrinieri (coord.), Le philosophe et l’enquête de terrain : le cas du travail contemporain, Collection Travail & Activité Humaine, Editions Octarès, 2020. 288 pages

Texte intégral

1Si le terrain, au sens que lui donnent les SHS habituellement, n’est pas une situation habituellement fréquentée par la philosophie, les auteurs de cet ouvrage soulignent pourtant que les philosophes, à tout le moins celles et ceux qui s’inscrivent dans une certaine tradition de la philosophie – particulièrement celle qui courre de Canguilhem à Schwartz, avec parfois quelques accotements (discutés) à Bourdieu, Foucault, Deleuze, Dewey, Dagognet, Honneth… –, développent une pratique qui les met au contact d’autres disciplines scientifiques, par exemple les SHS, à l’occasion d’enquêtes, particulièrement celles qui s’intéressent à rendre compte des modes d’engagement de l’activité de travail.

2En prenant fermement appui sur l’assertion de Canguilhem que « la philosophie est une réflexion pour qui toute matière étrangère est bonne », et plus encore, « pour qui toute bonne matière est étrangère », Yves Schwartz (p. 242) fonde les raisons du philosophe de se frotter à l’empirique à travers le travail d’enquête : sans ces rendez-vous avec le terrain, impossible de maintenir un usage sain des concepts… de sorte qu’il y va, dit-il clairement, du « métier de philosophe ».

  • 1 Dejours, C. (2021). Ce qu’il y a de meilleur en nous – travailler et honorer la vie. Lausanne : Pay (...)
  • 2 L’expression exacte de Yves Schwartz est : « c’est bien du bon usage de notre faculté des concepts (...)

3Soulignons d’entrée un parallèle, une manière d’écho qui s’impose à nous avec l’adresse à la psychanalyse défendue un peu plus récemment par Christophe Dejours1 dans son dernier ouvrage, qu’il y va de l’avenir du métier de psychanalyste de savoir prendre en considération la part de l’activité de travail dans l’expérience de la subjectivité (dans la perspective de la santé mentale concernée aux deux bouts, par la pathologie et par la sublimation). Pareillement, irais-je à dire, Yves Schwartz souligne la nécessité pour le philosophe qu’il s’aventure hors du périmètre classique de la philosophie, et fréquente, comme Canguilhem avec la médecine, « des terrains non balisés » par la philosophie académique et évite par ce moyen un usage sinon possiblement pathogène des concepts2.

4L’ouvrage propose une introduction et 10 contributions regroupées en 3 parties (faire émerger la pensée des pratiques ; croisements disciplinaires entre sciences du travail et philosophie ; vers un usage ergologique de la philosophie). Dans leur introduction, Muriel Prévot-Carpentier, Massimiliano Nicoli et Luca Paltrinieri posent clairement une ambition originale : refusant tout à la fois la posture qui consiste pour la philosophie à produire de la théorie sur la base de sa connaissance des concepts et à privilégier ainsi la cohérence interne du discours à la fidélité aux données empiriques, tout comme la posture qui consiste à théoriser « par-dessus les épaules » des scientifiques en exploitant les données qu’ils remontent de leurs terrains, l’ambition est ici d’une philosophie à même de produire elle-même « une connaissance spécifique et empirique du travail, en contestant ainsi la division du travail entre “sciences du social” et spéculation philosophique » (p. 10).

5Ainsi, pour Christiane Vollaire, les verbatim ont le même statut que les citations d’auteurs : ils expriment « non pas des “témoignages”, mais une pensée tirée de l’expérience, qui vient fournir ses concepts à une philosophie de terrain, qu’elle nourrit et qui lui donne l’occasion de se dire » (p. 30). Mariagrazzia Cairo Crocco revient plus loin sur cette idée en indiquant que le travail de « diagnostic du présent » qu’elle revendique de poursuivre dans les pas de « l’intellectuel spécifique » dessiné par Foucault, consiste à travailler non plus sur des auteurs mais avec des auteurs (p. 172), en faisant un usage des concepts qui leur fait prendre le risque de saisir, dans ce qui est dit, les enjeux du présent qui permettent de repenser l’activité.

6Par l’accès au terrain, le philosophe cherche ainsi le chemin d’une appréhension de la singularité anthropologique d’une époque. Comme le détaille Éric Hamraoui, il s’agit toujours de prendre le pouls de « ce qui, au cœur même de l’activité de travail, empêche [nous ajouterons : et/ou soutient] l’action de la vie et de la sensibilité » (p. 52). Mais, souligne-t-il, s’il s’aventure seul, sans l’expérience des praticiens, il risque de se perdre dans des enjeux locaux dont la sémiologie propre demande d’autres connaissances. D’où la nécessité, sur l’invitation qu’il reprend de Pierre Cazamian, « de concevoir une “philosophie de l’Homme au travail, toujours en face d’un environnement”, épistémologiquement structurée à la manière d’une “ergonomie” » (p. 39).

7Faire émerger la pensée à partir du terrain de sa production, c’est précisément le projet que développe à sa suite Flore Garcin-Marrou dans un texte qui explore le Théâtre et l’Art comme œuvre en train de se faire et non plus comme œuvre finie. Comme elle dit à la suite de Foucault, il s’agit de « penser la pratique au plus près de ses nécessités internes » (p. 59), comme un processus et non comme un objet, en somme de « penser le travail de l’acteur depuis la scène » (p. 63).

8Dans ce travail de mise en écho des dimensions disparates qui remontent du terrain, le « professeur d’unité », comme Schwartz aime à dépeindre (p. 248) le philosophe, a donc en charge de promouvoir un traitement non antagonique de ce qui se présente plutôt en termes contradictoires. Et sous cet aspect, Alexandra Bidet distingue deux grands apports des réflexions anthropologiques et philosophiques à l’enquête de terrain dans le domaine du travail : l’une souligne la valeur immédiatement socialisante de l’activité de travail, sa portée normative ; l’autre explore plutôt les variations et la variété de l’agir si on accorde que travailler c’est autre chose que seulement faire quelque chose. Et la diversité des manières de faire, les « débats de normes », les « formes de vie » et « la dispersion des intérêts, des préférences et des valeurs » qu’elle recouvre, la notion de style que la clinique de l’activité a reprise aux linguistes (p. 74) doit permettre d’en rendre compte. Avec cette catégorie du style, il est en effet possible de comprendre que chaque forme réalise une variante dans un champ de possibles (p. 79), et de favoriser ainsi une communication des expériences (p. 87).

9Dans la seconde partie, l’ouvrage propose 3 enquêtes exploratoires des croisements entre SHS et philosophie.

10Dans une enquête menée auprès des cadres de l’industrie pétrolière, Pierre-Yves Choquet traque « l’invisible façonnement d’un monde en commun » qui émerge de l’expérience des cadres confrontés à d’authentiques dilemmes éthiques. « Dans la mesure où leur travail s’insère dans un procès de production qui contribue à accentuer le réchauffement climatique, il institue, de ce fait, un rapport médiat avec des lointains (…) Que les lointains soient ici plus “éloignés” que jamais du procès de production c’est là une caractéristique cruciale de la crise climatique » (p. 111). Mais dans les discours critiques dominants, l’activité de ces salariés est ramenée à ce qu’on peut déduire de ce que l’organisation leur prescrit, de sorte que cette essentialisation invisibilise la puissance politique réelle de ces « authentiques délibérations éthiques sur les lieux de travail » (p. 115).

11Dans une manière de complément, Nial Tekin développe une analyse des facteurs et des formes d’aliénation à travers une critique sociale de la modernisation et des transformations du monde du travail dans une usine de la construction automobile d’une marque européenne en Turquie. Par la perte de contrôle de ce qu’on fait, la perte de sens dans ce qu’on fait et l’impossibilité de s’identifier avec ce qu’on fait (p. 129), l’analyse conclut à une impossibilité de se réaliser par/dans le travail et, pour cette raison même à la nécessité de « considérer les exigences morales des sujets » pour comprendre et « critiquer les pathologies sociales » dans le « quotidien » de leur situation (p. 133). Dès lors, la sociologie a vocation à « comprendre et analyser les revendications normatives des sujets qui créent une moralité souterraine » (p. 142). L’aliénation désigne ainsi un processus plutôt qu’un état, « une épreuve d’appropriation dynamique donnant lieu tant à des pathologies sociales qu’à des formes de résistance à ces dernières » (p. 143).

12Dans leur enquête sur la mobilité menée au Portugal et en Bolivie, Liliana Cunha, Marianne Lacomblez et Yves Schwartz reviennent d’abord sur la différence déjà travaillée par F. Garcin-Marrou et que M. Cairo Crocco relance plus loin (p. 172). Pour cela, ils mobilisent cette fois les termes de la distinction entre « science faite » et « science en train de se faire » proposée par Latour qui leur permet de pointer la grande différence entre le projet initialement prévu et ce que la contingence des démarches de mise en place oblige l’activité à prendre en charge. Mais à cela se greffe ici l’importance décisive dans le cas des services, de leur accès. C’est particulièrement le cas quand le temps gagné en vitesse du transport peut être perdu par le temps requis pour accéder au service (p. 150, p. 160), ce qui génère des ruptures d’égalité qui obligent, pour ainsi dire, les conducteurs à des régulations « d’en bas » pour adapter l’offre réelle en modifiant les trajets et les arrêts du réseau réel. Pour les auteurs, l’avenir du service public dépend de cette attention au quotidien et au local (p. 153), de cette échelle où la nature même de l’activité des conducteurs est d’arbitrer des « débats de société » qu’il devient décisif, stratégiquement tout autant que politiquement, de reconnaître.

13Maria Cairo Crocco ouvre la troisième et dernière partie de l’ouvrage en reprenant la perspective de la philosophie de dégager de l’enquête dans un secteur professionnel – ici le secteur de l’insertion et de la formation à partir d’un service RH et formation qui était en train de se mettre en place –, un « diagnostic du présent » qui montre comment s’y mêlent et se démêlent enjeux politiques, éthiques, épistémologiques (p. 173). Sa thèse, clairement énoncée, est que l’enjeu de la pratique philosophique est de débloquer les impasses (p. 176).

14Avec l’enquête de terrain, la philosophie partage avant tout l’enquête, c’est à dire la recherche (p. 209). Sur cette entrée, Gaspard Brun engage un « récit » où il décrit, commente, discute, ses raisons d’avoir « bricolé » (p. 217) une recherche philo-anthropologique dans une entreprise de recyclage de déchets au nord-est de Pékin pour coller au plus près du « terrain »… Il y insiste, l’affaire de l’enquête est moins la méthodologie que la démarche. Et c’est précisément pour lui l’intérêt même de l’ergologie : « l’ergologie qui selon nous n’est pas une discipline, mais davantage une démarche ou une approche, convoque et noue des liens entre les disciplines académiques et les savoirs investis dans l’activité des travailleurs » (p. 211). Le philosophe trouve dans l’ergologie tout ce dont il a besoin pour une enquête de terrain : à la fois un patrimoine philosophique et une conception singulière du concept d’activité. Pour autant, il n’y a aucune raison de se laisser enfermer dans un seul modus operandi, le chercheur devant trouver tout seul les ressources qu’il lui faudra par ailleurs mobiliser pour s’adapter aux contextes du terrain – c’est après tout la forme la plus commune des « matières étrangères » à quoi le philosophe se doit de se frotter –, au point qu’il peut devenir impossible de démêler les aspects biographiques du chercheur et la nature des données recueillies (p. 212). D’où le « bricolage », quasiment revendiqué sous une apparente humilité destinée à marquer la singularité définitive de l’entreprise.

15Yves Schwartz ferme la marche de ce périple très riche, dense, qui laisse parfois le lecteur entre l’adhésion à certaines ouvertures et le sentiment d’une reprise au compte du philosophe de ce que les ergonomes, certains, les psychologues et les psychodynamiciens, certains, les sociologues, certains, les économistes, plus rares il est vrai, soutiennent eux-mêmes, d’ailleurs souvent du fait d’une inspiration qui a sa source dans les travaux de Yves Schwartz, sans qu’ils en aient toujours pleine conscience… C’est que le philosophe a un privilège, il n’a pas de champ propre, mais cela lui crée un devoir, s’instruire des patrimoines des sciences convoquées et éclaircir ce qui était séparé entre elles et dans chacune d’elles. Schwartz distingue ainsi trois registres d’intervention du philosophe : rendre visible les « réserves d’alternatives », de sens, des concepts qui servent à découper le réel (p. 243) ; rendre compatibles des événements hétérogènes (c’est son rôle de « professeur d’unité ») ; objectiver les choix philosophiques implicites qui soutiennent cette mise en cohérence (p. 244). Travailler les paradoxes, aller jusqu’au bout de l’« étrangeté » des matières visées (p. 272), c’est ce qui soutient son projet d’une « anthropologie de l’agir humain ».

16Quelques mots maintenant, pour conclure.

17Bien que G. Brun ait distingué dans les sciences sociales, entre celles qui visent à produire des connaissances sur le travail, et « les approches en analyse de l’activité [qui] visent à comprendre le travail pour le transformer » (p. 211) regroupées sous le vocable d’approches de « transformation du travail », silence est fait sur les approches-connaissances du travail en le transformant, dans la cadre d’une recherche pensée en termes d’intervention dans le terrain du projet, de la transition ou de la trajectoire, du développement… Dans ce type d’engagement, le chercheur est directement impliqué dans le processus qu’il a contribué à monter et auquel il participe, où son « expertise » déborde le paradigme d’une maîtrise scientifico-technique mais se tient plutôt en tension entre des risques multiples, où l’extraterritorialité du chercheur est donc encore moins tenable et la confrontation aux « matières étrangères » encore plus convoquante. Sous cet angle, un point est pour nous important : dans l’intervention, il est impossible de ne pas passer par la mise au clair des différences qui divisent les protagonistes dans leur expérience du réel, aucune ne pouvant finalement se faire reconnaître sans écouter celles à laquelle elle s’affronte, plus ou moins silencieusement. Et cette différence sépare non seulement entre les niveaux hiérarchiques, qu’il faut investir, mais au même niveau entre les personnes qui les vivent souvent si singulièrement qu’elle les divise… et de ce fait, sape tout élan politique.

18C’est finalement une reprise de la question de savoir jusqu’où il faut s’approcher pour comprendre et comprendre pour soutenir, le degré d’engagement de la subjectivité pour objectiver ce qui ne se saisit qu’en le vivant à condition d’étayer des dispositifs réflexifs ad hoc – et c’est là tout l’enjeu du dispositif scientifique, philosophique et politique (le fameux « triangle » de Schwartz ?). A l’heure des mutations et des transitions multiples – écologiques, économiques, sociétales – qui se traduisent concrètement par une extrême hétérogénéisation des logiques de fonctionnement, hybridation et complexification des organisations productives, nous avons besoin, plus que jamais, d’une pensée armée pour accompagner ces défis-là. Et cet ouvrage nous donne l’occasion de nous y mêler.

Haut de page

Notes

1 Dejours, C. (2021). Ce qu’il y a de meilleur en nous – travailler et honorer la vie. Lausanne : Payot.

2 L’expression exacte de Yves Schwartz est : « c’est bien du bon usage de notre faculté des concepts dont il s’agit, et en l’absence de cette excentration, d’un éventuel usage pathogène » (p. 243) : en préférant dire sinon possiblement plutôt que « éventuel », nous ne pensons rien trahir, tout en reconnaissant, certes, indiquer dans cette possibilité un enjeu selon nous plus essentiel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Hubault, « Analyse d’ouvrage par François Hubault »Activités [En ligne], 19-1 | 2022, mis en ligne le 15 avril 2022, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/activites/7444 ; DOI : https://doi.org/10.4000/activites.7444

Haut de page

Auteur

François Hubault

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo SELF
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search