Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19-2Commentaires d’ouvragesAnalyse d’ouvrage par Vanessa Rémery

Commentaires d’ouvrages

Analyse d’ouvrage par Vanessa Rémery

Fassier, C. & Lhuilier, D., Travail et transmission
Vanessa Rémery
Référence(s) :

Fassier, C. & Lhuilier, D. (2021). Travail et transmission. Toulouse : Octarès.

Texte intégral

1Paru dans la collection « Le travail en débats » d’Octarès, cet ouvrage collectif et interdisciplinaire est issu des travaux de l’équipe de psychosociologie du travail et de la formation du Centre de Recherche sur le Travail et le Développement au Conservatoire National des Arts et Métiers. Coordonné par Dominique Lhuilier et Christian Fassier, cet ouvrage débute par un bel hommage aux travaux de ce dernier, parti avant la parution de l’ouvrage.

  • 1 Amado, G., Bouilloud, J.-F., Lhuilier, D., & Ulmann, A.-L. (2017). La créativité au travail. Toulou (...)

2Après avoir exploré la question de la créativité au travail1, le collectif de recherche à l’origine du projet s’est élargi et a poursuivi ses travaux autour de la tension entre créativité et transmission en partant du postulat winicotien que la « puissance inventive de l’activité ne naît pas de rien et [qu’] il n’y a pas de création sans tradition » (p. 8). C’est ainsi les « enjeux, modalités et objets de la transmission » qui sont problématisés dans cet ouvrage pour comprendre les articulations « entre normes antécédentes, puissance normative, capacité de création de nouvelles normes » (p. 8). Les contributions proposées offrent aux lecteurs et lectrices une perspective pluridisciplinaire de la transmission par la diversité des approches convoquées (ergonomie, psychologie, sociologie, philosophie, sciences de l’éducation) pour comprendre avec des angles complémentaires autant « ses empêchements, interférences, que sa portée créative » (4e de couverture).

3Dans une passionnante introduction à l’ouvrage, Dominique Lhuilier pose quelques jalons conceptuels importants permettant de se « déprendre des allants de soi » (p. 10). Une conception réductrice de la transmission est parfois véhiculée par l’image du maître « sachant » et de l’élève « apprenant » dans les dispositifs de formation traditionnels. La transmission est plus complexe qu’une histoire de transfert opéré entre deux protagonistes caractérisés par une asymétrie épistémique et générationnelle. C’est non seulement la temporalité de ce processus dynamique et son ancrage dans l’activité de travail que l’autrice souligne, mais également la réciprocité des apprentissages, nourris de l’hétérogénéité des parcours, des âges, des expériences des acteurs, et du collectif de travail dans lequel la transmission s’opère. « S’y jouent tout à la fois la continuité et la rupture, l’identité et l’altérité, la conservation et la recréation, le rapport au passé, aux exigences du présent à l’horizon du futur… » (p. 9). Plus qu’une histoire de personnes, de personnalités ou de motivations, ce sont les conditions matérielles, organisationnelles, sociales, mais également affectives, psychiques qui sont questionnées pour aller au-delà d’une représentation unidirectionnelle, univoque et positive de la transmission. Il existe aussi une face « obscure » de la transmission que l’ouvrage explore avec brio dans plusieurs contributions, lorsque celle-ci « fait défaut », est « fragilisée » ou « empêchée » (p. 11). C’est là une originalité sans conteste de l’ouvrage. En effet, les transformations sociétales auxquelles nous assistons à l’heure actuelle amènent au constat d’une « crise de la transmission » (p. 11) qui trouve son origine dans la montée de l’individualisme, méprisant le passé et ses héritages, promouvant un « sujet autofondé, autoengendré, autosuffisant (…) résistant à la transmission des antécédents, mais aussi à la mutualisation des expériences et des ressources qu’elles contiennent » (p. 12). Notre rapport au temps favorise également cette crise de la transmission nous plaçant dans la temporalité de l’urgence perpétuelle. Dans le monde du travail, c’est à la fois l’emploi et le travail qui sont mis à mal par ce phénomène. La main-d’œuvre, interchangeable, anonyme et isolée par des modes de management et d’organisation du travail avides de productivité, se trouve empêchée de construire une expérience sur le long terme, de s’inscrire dans un collectif, d’échanger sur le travail pour mutualiser ses pratiques, de développer par des marges de manœuvre des moyens de travailler en santé. Comme le souligne l’autrice, « la transmission empêchée complexifie grandement la coopération, le travail collectif de réorganisation du travail prescrit, l’anticipation favorisée par la mise en commun des connaissances et des expériences, la prévention de l’usure et la souffrance au travail par la construction et le partage des savoirs d’usage de soi, de savoir-faire de prudence » (p. 13). De plus, le contexte récent de la pandémie avec l’accroissement du télétravail et la communication à distance a engendré un appauvrissement des relations humaines. C’est ainsi la transmission dans sa dimension ontologique et anthropologique qui est en crise alors même qu’elle porte des enjeux de subjectivation au fondement de ce qui donne à la fois sens à notre existence et matière à nos identités, par la façon dont nous composons avec notre propre expérience et prenons place dans une histoire qui nous traverse.

4À la suite de cette introduction, l’ouvrage se construit autour de cinq parties relativement hétérogènes. La première, intitulée « La transmission dans et par l’activité », est composée de trois chapitres. Y figure d’abord le chapitre co-écrit par Jeanne Thébault, Catherine Delgoulet et Valérie Zara-Meylan qui s’intéresse à la circulation des savoirs professionnels dans les collectifs de travail à partir de la lecture inédite des résultats de plusieurs recherches en ergonomie caractérisées par un contexte d’intensification du travail qui met à l’épreuve la formation en milieu de travail (secteur de la production différent, BTP, soins infirmiers et collectivité territoriale). L’usage de la notion de « circulation des savoirs » plutôt que « transmission » relève d’un choix scientifique qui mérite qu’on s’y attarde au sens où il prend le contre-pied d’un ensemble d’a priori sur la transmission professionnelle en faisant valoir une conception spécifiquement ergonomique de la formation. C’est davantage les caractéristiques du contexte et des conditions de travail en termes de ressources et contraintes qui sont explorées, que les caractéristiques psychologiques des protagonistes impliqués. Le processus de circulation des savoirs professionnels est fortement dépendant des conditions organisationnelles et temporelles dans lesquelles évoluent les collectifs et l’analyse de ces conditions permet d’envisager des repères pour guider l’action. La perspective s’éloigne ainsi d’une approche gestionnaire consistant à référentialiser des savoirs en jeu et explore plutôt la façon dont les savoirs circulent à travers la diversité des pratiques dans un collectif face à la variabilité et la diversité des situations vécues au quotidien.

5Le second chapitre écrit par Christian Fassier s’intitule « Transmission et empêchement, transmission et libertés. Le cas de la Police nationale, une 3e voie à la transmission entre répétition et rupture ». Appréhendée sous l’angle de l’activité empêchée ou développementale, la transmission est analysée dans le cadre d’une recherche-intervention conduite dans des commissariats parisiens. L’auteur questionne la tension reproduction / transformation inhérente au travail policier conduisant paradoxalement à contraindre les agents au respect du passé par la reproduction de ce qui est transmis des anciens, mais aussi à s’engager dans une dynamique d’innovation par la transformation de ce qui est transmis. La transmission est ainsi examinée sous deux perspectives. D’une part, celle de la liberté d’action que procure la transmission, dans certains collectifs, de l’expérience du métier qui soutient la confrontation aux épreuves du travail par une activité « déontique » de réinvention collective de la prescription. D’autre part, celle de l’empêchement de la transmission des ressources du métier, résultant d’une carence de policiers expérimentés sur certains territoires, de soutien managérial et d’un contrôle hiérarchique répressif privilégiant les résultats plus que la réflexion et la délibération collective. Quand la transmission est ainsi empêchée, elle laisse les nouveaux seuls face aux situations complexes et dilemmes auxquels ils se confrontent avec un sentiment d’impuissance et de vulnérabilité.

6Le troisième chapitre est proposé par des chercheuses brésiliennes de l’Institut des droits humains, Thaisa Vilela Fonseca Amaral et Vanessa Andrade De Barros. S’appuyant sur deux recherches sur le trafic de drogue au Brésil, les autrices s’intéressent à la transmission des compétences professionnelles dans ce contexte particulier où le travail se caractérise par son invisibilité. À partir de l’observation ethnographique minutieuse d’une scène de rue dans une communauté locale étudiée, elles mettent en évidence en quoi la rue peut être comprise comme le lieu d’un savoir à transmettre où peut être analysée la circulation des savoirs dans la structure organisationnelle du trafic à travers le système de hiérarchie et de distribution des tâches qui se jouent entre les différents protagonistes. Elles montrent également comment un processus de transmission s’est opéré au cours du travail ethnographique dans la relation aux informateurs pour comprendre les situations de rue observées.

7La deuxième partie de l’ouvrage concerne « Les histoires de travail et leurs récits ». Elle se compose de trois chapitres. Elle prend la focale du récit pour comprendre ses fonctions dans la transmission. Le chapitre 4 proposé par Malika Litim s’intéresse aux fonctions que jouent les petites histoires des milieux professionnels dans la transmission des expériences individuelles et collectives. En quoi ces histoires de travail peuvent-elles être des instruments de développement du métier et de l’activité professionnelle ? À quelles conditions peuvent-elles être la source d’une transmission de l’expérience du travail réel ? À partir d’une recherche-intervention conduite dans un service de gériatrie, l’autrice explore comment l’expérience collective se forge par le truchement des histoires racontées. Elle distingue ainsi les histoires développementales ressources pour l’activité, des histoires suspendues sources de conflit dans l’activité individuelle, et les histoires interdites rendant impossible le développement et laissant les nouveaux arrivants sans « répondant collectif » au sens clinique et sans héritage. « La capacité à faire des histoires vécues de travail une ressource collective, une expérience développementale collective participe de la vitalité des collectifs de travail, car elles équipent chacun dans les situations du quotidien » (p. 104).

8Le chapitre 5 écrit par Daniela Rodriguez est issu d’un travail de recherche doctoral sur les dirigeants de l’économie sociale et solidaire. Ce chapitre met en évidence que le sens de l’activité professionnelle des dirigeants d’entreprise du secteur trouve son origine dans les récits historiques et héroïques qui circulent permettant d’inscrire leur activité dans une histoire collective et sociale. Ces récits occupent une fonction importante pour comprendre les dimensions individuelles et collectives de la transmission des valeurs et pratiques des mouvements et acteurs qui les font vivre. Toutefois, l’analyse de récits d’évènements marquants du parcours professionnel des dirigeants au moment de la reprise d’une organisation montre que ces processus de transmission idéologiques restent parfois lacunaires les laissant seuls dans la gestion du quotidien de l’entreprise. La transmission d’un modèle d’activité professionnelle s’incarne alors dans la figure du « cédant », par ses modes relationnels et les valeurs-en-acte qui traversent la socialisation progressive du futur dirigeant.

9Damien Cru propose dans le chapitre 6 une analyse de la transmission à l’œuvre dans les groupes d’analyse de pratique par le psychodrame. Il y souligne un paradoxe qui tient au fait que les principes qui guident ce dispositif récusent toute volonté de transmission. Pourtant l’animation et le dispositif la favorisent par la méthode privilégiée. À partir d’une analyse du cheminement d’un des participants, l’auteur montre comment s’élaborent et s’articulent les romans laboris (reconstructions imaginaires du parcours professionnel par le récit) aux romans familiaux. Par la mise en circulation de vécus d’événements professionnels dans le groupe, des échos et réactions aux vécus des autres, s’élabore une position subjective trouvant son origine dans des phénomènes d’identification qui permettent de construire des éléments de compréhension de l’histoire personnelle.

10Dans la troisième partie intitulée « Transmission, apprentissage et formation », le chapitre 7 proposé par Fanny Chrétien présente une recherche menée auprès d’éleveurs et agriculteurs avec des apprenants, repreneurs d’exploitation, stagiaires. Elle y analyse les conditions et effets de la transmission professionnelle qui s’opère sur les lieux de travail et pour une grande partie au cours des activités de travail selon des modalités et des régulations qui se mettent en place à travers un ensemble d’activités et d’interactions. Aussi après avoir posé les traits caractéristiques de la transmission professionnelle, l’autrice met en évidence plusieurs conséquences sur les apprentissages professionnels. La première pose que transmettre et apprendre relève de deux logiques étroitement articulées, mais dont les objectifs posés par la première ne garantissent pas l’émergence de la seconde. Dans ce cadre, la notion de « situation potentielle d’apprentissage » développée en Didactique professionnelle permet de penser les conditions favorables à différents niveaux, organisationnel, social, relationnel, interactionnel, matériel, instrumental, didactique. L’étude des configurations de transmission du travail dans les exploitations agrobiologiques définit ainsi les facteurs favorables au développement des savoir-faire et permet de dessiner les contours d’un accompagnement aux processus de transmission par une action sur les propriétés des dispositifs.

11Dans le chapitre 8 d’Ingrid Dekkar et de Valérie Cohen-Scali, nous poursuivons l’analyse des processus de transmission en prenant pour terrain d’étude les dispositifs de formation en alternance chez des apprentis du bâtiment. Comment s’intègrent-ils dans les collectifs de travail en contexte de stage ? Les autrices interrogent, dans ce contexte de transition, le rôle des tuteurs ou maîtres de stage et la qualité des interactions et contextes de travail dans le développement professionnel des apprentis. Comment constituent-ils un espace social structurant de la construction identitaire ? Les résultats montrent l’importance de la dyade tuteur/apprenti dans la transmission du rôle professionnel. Quant au chapitre 9, Gilles Amado y développe une réflexion sur sa propre pratique d’enseignement dans le cadre de dispositifs de recherche-action. Partant d’une distinction entre enseigner et faire apprendre, il propose une clinique de la transmission en mettant en évidence des processus psychosociaux, psychiques et interpsychiques en jeu dans la pratique de formation pour étayer ses propositions pédagogiques.

12La quatrième partie, composée d’un unique chapitre proposé par Claudine Schalc, s’interroge sur la fonction développementale des activités de transmission d’informations. Nous quittons le champ de la transmission professionnelle pour l’analyse des temps de transmissions médicales hospitalières entre soignants dans les équipes de soin pour comprendre en quoi ils participent à la reconnaissance au travail. En prenant le cas des sages femmes et médecins obstétriciens, aux défenses corporatistes respectives fortes, l’autrice montre avec pertinence les enjeux des temps de transmission qui apparaissent comme bien plus que des temps où de l’information s’échange. Au-delà des outils de transmission, les conditions aménagées pour favoriser la coopération et la reconnaissance mutuelle semblent prévaloir. Ce n’est pas un travail où les tâches des uns se succèdent aux tâches des autres de façon mécanique, c’est un travail de mutualisation qui assure la continuité des soins : « transformer, remettre en jeu créent une dynamique collective susceptible de réduire les oublis, les erreurs, les insuffisances et les incompréhensions face aux habitudes et routines qui émoussent la vigilance » (p. 218). L’autrice met ainsi en exergue la dimension collective de la transmission comme temps d’élaboration où se jouent solidarité, coopération, partage de valeurs, construction d’une culture commune, reconnaissance de compétences et du rôle et travail de chacun.

13Enfin, la dernière partie traite des « enjeux sociétaux de la transmission » en explorant d’abord dans le chapitre 11 sa dimension philosophique. Enseignante de philosophie dans une classe de terminale technologique d’un lycée de banlieue, Christiane Vollaire prend sa pratique comme terrain philosophique et se questionne sur la position de l’enseignant vis-à-vis des injonctions paradoxales des politiques de l’enseignement auxquelles sont confrontés les enseignants. À partir d’un cadre foucaldien, elle interroge la finalité démocratique de l’école face à ce dilemme qui pose l’école comme lieu d’égalisation à la condition d’un lieu de normalisation et de conditionnement.

14Le tout dernier chapitre « La transmission du désir d’un vouloir-vivre – Œuvre du travail, horizon de l’activité et potentialité de l’intervention » rédigé par Éric Hamraoui prend appui sur la lecture et l’analyse d’un recueil de textes de Van Gogh sur son activité artistique. L’auteur questionne le sens du travail et de l’existence à travers les modes d’engagement corporel de l’artiste dans son activité, sa façon d’occuper l’espace et habiter le temps. Il cherche à comprendre comment s’opère dans et par son activité créative et son œuvre la transmission du sens de son existence au-delà du travail laborieux de l’artiste caractérisé par l’enfermement et l’envahissement. C’est ainsi une autre facette de la transmission qui est explorée par cette dernière contribution éclairant les dimensions psychiques à l’œuvre.

15Finalement l’ouvrage propose une vision somme toute éclectique de l’articulation entre travail et transmission par la diversité des approches disciplinaires, des problématiques et des terrains. Les lecteurs et lectrices y trouveront matière à penser la complexité théorique et pratique de la problématique. On retient pour notre part que la transmission est au fondement du développement « au » et « du » travail (p. 16) au sens où elle permet de penser les transformations qui s’opèrent au niveau de l’activité, des individus, des collectifs, des métiers. La transmission est au cœur de l’articulation des dimensions productives et constructives de l’activité. Elle étaye ou au contraire enferme, par différentes modalités, les processus de régulations que développent les individus dans l’activité pour composer avec leurs propres normes. S’approprier l’héritage d’un métier, ses valeurs, ses codes, ses manières d’agir et de penser, soulève des enjeux de socialisation dont les collectifs sont porteurs. C’est aussi un processus psychique potentiellement conflictuel que les approches cliniques du travail ont bien problématisé et documenté, où le sujet doit parvenir à « opposer ses normes personnelles aux normes sociales d’un travail prescrit ou d’une culture de métier » (p. 18) dans un mouvement de « reconstruction sélective et mutative de ce qui est donné » (p. 18). Cette perspective permet ainsi de comprendre comment la transmission s’incarne dans un cadre, des dispositifs, des conditions, des modalités, des contenus grâce auxquels les sujets parviennent à trouver une place et à contribuer par leur propre expérience.

Haut de page

Notes

1 Amado, G., Bouilloud, J.-F., Lhuilier, D., & Ulmann, A.-L. (2017). La créativité au travail. Toulouse : Érès

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Rémery, « Analyse d’ouvrage par Vanessa Rémery »Activités [En ligne], 19-2 | 2022, mis en ligne le 15 octobre 2022, consulté le 29 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/activites/7750 ; DOI : https://doi.org/10.4000/activites.7750

Haut de page

Auteur

Vanessa Rémery

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo SELF
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search