Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19-2Résumés de thèseRésumé de thèse. “La transformati...

Résumés de thèse

Résumé de thèse. “La transformation des situations des agriculteurs et agricultrices en transition agroécologique : analyse du soutien des collectifs de pairs par le prisme de la théorie de l’enquête”

Celina Slimi
Référence(s) :

Celina Slimi. (2022), “La transformation des situations des agriculteurs et agricultrices en transition agroécologique : analyse du soutien des collectifs de pairs par le prisme de la théorie de l’enquête”. Thèse de doctorat en Agro-écologie, Université Paris-Saclay, INRAE, AgroParisTechUMR SAD-APT, INRAE. Soutenue le 11 mars 2022. https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-03628207.

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat en Agro-écologie, Université Paris-Saclay, INRAE, AgroParisTech. École doctorale. UMR SAD-APT, INRAE. https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-03628207
Soutenue le 11 mars 2022.

Jury de thèse
Marianne Cerf
, Directrice de recherche, INRAE (Centre IdF-Versailles-Grignon) (Directrice de thèse)
Marianne Le Bail, Professeure, AgroParisTech (Université Paris-Saclay) (Présidente du jury)
Nathalie Girard, Directrice de recherche, INRAE (Centre Occitanie-Toulouse) (Rapporteure & Examinatrice)
Paul Olry, Professeur émérite, AgroSup Dijon (Rapporteur & Examinateur)
Laurent Hazard, Directeur de recherche, INRAE (Centre Occitanie-Toulouse) (Examinateur)
Marie-Hélène Jeuffroy, Directrice de recherche, INRAE (Centre IdF-Versailles-Grignon) (Examinatrice)
Jean-Marie Lusson, Animateur réseau CIVAM, FNCIVAM (Examinateur)
Lorène Prost, Directrice de recherche, INRAE (Centre IdF-Versailles-Grignon) (Co-encadrante & Invitée)
Magali Prost, Maîtresse de conférences, UBO (Co-encadrante & Invitée)

Texte intégral

Introduction

1Ce travail de thèse a pour contexte la transformation de l’activité des agriculteurs et agricultrices qui souhaitent aller vers des formes plus agroécologiques de pratiques agricoles. Face aux défis que rencontre l’agriculture aujourd’hui, plusieurs acteurs (politiques, associations…) évoquent de fait la nécessité pour le monde agricole d’engager une « transition agroécologique (TAE) ». Pour les agriculteur∙rices, cela suppose une modification profonde de leurs pratiques et de leur organisation puisqu’il s’agit notamment de s’appuyer sur des processus écologiques (ex. régulations des bio-agresseurs par d’autres insectes) plutôt que des intrants de synthèse (engrais et produits phytosanitaires) pour obtenir une production agricole de qualité et moins consommatrice en ressources naturelles. C’est en sens que l’on parle de pratiques ou de systèmes de production « agroécologiques ». Les transitions vers ces systèmes agroécologiques modifient considérablement la manière de faire et de penser l’agriculture en induisant de fortes incertitudes liées à une conduite basée sur le « faire avec » plutôt que sur une « maitrise » totale comme celle développé grâce à l’usage des intrants de synthèse (Girard, 2014 ; Lémery, 2009 ; Magda, Lamine, Marsden, & Rivera-Ferre, 2021). Dit autrement, il s’agit de valoriser l’agro-écosystème, dans lequel s’exerce l’activité, et ses singularités plutôt que d’essayer de conformer des pratiques agricoles standardisées. Il devient ainsi important de renouveler la manière d’accompagner les agriculteur∙rices dans le cadre de ces TAE pour les aider à prendre en charge la singularité de leurs situations et le travail avec le vivant. C’est cette problématique de l’accompagnement des agriculteur∙rices dans leurs TAE qui a été à l’origine de ce travail de thèse et, encore plus précisément, le rôle que les pairs peuvent jouer dans cet accompagnement. En effet, les échanges entre pairs sont perçus dans la communauté scientifique (ex. Chantre, Le Bail, & Cerf, 2014) et par les pouvoirs publics (ex. Plan ECOPHYTO) comme une ressource importante pour accompagner les TAE à l’échelle individuelle sans pour autant que leur rôle dans la transformation de l’activité de l’individu soit précisé. Ainsi nous avons choisi de centrer la thèse sur la question de l’articulation des échanges entre pairs et la TAE d’un individu : comment ces échanges entre pairs soutiennent-ils les transitions individuelles des agriculteur∙rices ? Cela nous amène à investir la compréhension des transitions agroécologiques à l’échelle de l’activité, mais aussi à saisir l’inscription concrète de ces échanges entre pairs dans le cours de l’activité. Cette thèse a donc pour objectifs de : i) construire un cadre conceptuel et méthodologique pertinent pour rendre compte l’articulation entre échanges et TAE des agriculteur∙rices, ii) construire une meilleure compréhension du soutien des pairs dans la TAE à l’échelle de l’individu et de son activité, iii) contribuer à élaborer des pistes pour penser le renouvèlement de l’accompagnement des TAE. Afin de rendre compte de cette articulation, j’ai mobilisé l’œuvre du philosophe pragmatiste John Dewey, en particulier la théorie de l’enquête.

Problématique

2Pour rendre compte de l’articulation entre les échanges dans le collectif de pairs et TAE des agriculteur∙rices, je mobilise la théorie de l’enquête (Dewey, 1938) pour proposer de considérer l’activité des agriculteur∙rices dans des TAE comme un engagement dans une série d’enquêtes sur leur situation de travail. À la base de la théorie de l’enquête se trouve l’idée que tout sujet est inscrit dans une transaction constante avec son environnement qui donne du sens à la manière dont il pense et agit. Cette transaction, qui implique autant l’action « active » du sujet sur son environnement que l’action « passive » de l’environnement sur le sujet, est décrite par le terme de « situation ». Lorsqu’une situation est intrinsèquement indéterminée, ambiguë ou troublée, le sujet est amené à reconfigurer ses manières d’agir, d’apprécier, de sentir, percevoir et d’interpréter son environnement pour sortir de l’indétermination. Ce processus de reconfiguration, c’est l’enquête pour Dewey et il la décrit au travers du schème de l’enquête qui comprend l’institution du problème, la suggestion de solution, le raisonnement et l’expérimentation de ces solutions et enfin l’élaboration d’une nouvelle expérience, si les solutions avancées aident à remettre en ordre la situation. La thèse repose sur l’idée que les agriculteur∙rices engagé∙es dans des TAE vivent des situations indéterminées qui peuvent donner lieu à des enquêtes. Et nous proposons d’analyser l’articulation des échanges entre pairs et des TAE des agriculteur∙rice en analysant la manière dont les pairs induisent ou aident l’enquête en cours des agriculteur∙rices. À partir de cette base conceptuelle, et des allers-retours avec le terrain d’étude, j’ai voulu répondre à trois questions de recherche :

  1. Comment décrire les situations des agriculteur∙rices en transition et particulièrement les transactions avec leur environnement social, le groupe de pairs ?

  2. Comment les pairs induisent ou étayent le processus d’enquête de l’agriculteur∙rice ?

  3. Comment l’enquête des agriculteur∙rices évolue dans les situations et quel rôle effectif y jouent les pairs ?

Thèse défendue

3En s’engageant dans la transition agroécologique, l’agriculteur∙rice s’inscrit dans une série d’enquêtes sur des situations indéterminées qui émergent dans le cours de son travail. Le soutien des pairs vient nourrir le processus d’enquête là où l’agriculteur∙rice se trouve dans son cheminement : en induisant l’indétermination ou en étayant une enquête en cours. Je propose alors que l’accompagnement à construire se trouve dans le soutien du processus d’enquête, qui peut s’opérer de l’indétermination à la résolution de la situation indéterminée.

Méthode

4Deux collectifs d’agriculteur∙rices ont été suivis dans ce travail de thèse. Le collectif A, suivi pendant 2 ans, est un groupe d’une quinzaine d’agriculteur∙rices du réseau BASE (Biodiversité Agriculture Sol Environnement, un réseau d’agriculteur∙rices orienté sur l’agriculture de conservation des sols), se réunissant lors de « tours de plaine », c’est-à-dire une visite de certains champs cultivés par un ou des agriculteur∙rices, pour échanger sur leurs pratiques agricoles tout au long de la campagne agricole. Le collectif B, dont j’ai suivi les échanges via une plateforme numérique de type WhatsApp pendant 7 mois, est quant à lui un groupe d’une centaine de personnes, avec une diversité d’acteurs, affilié aux programmes DEPHY et Fermes 30 000 développés dans le cadre du plan Ecophyto mis en place par l’État. Des entretiens s’appuyant sur les méthodes de l’entretien d’explicitation (Vermersch, 1994) ont été réalisés dans les deux collectifs. J’ai traduit une partie des données empiriques en récits d’expériences, un intermédiaire qui me permet d’appréhender la dynamique de l’évolution des situations des agriculteur∙rices et les articulations avec le collectif. Le dialogue entre ancrage dans la théorie de l’enquête et les données empiriques a permis de construire des cadres d’analyse pour étudier : i) la façon dont les échanges entre pairs étayent l’enquête en cours des agriculteur∙rices, ii) l’induction de l’indétermination par les échanges entre pairs, et enfin iii) le soutien effectif des échanges à la transformation des situations des agriculteurs et agricultrices enquêtées.

Résultats

5Cette thèse montre qu’en s’engageant dans la transition agroécologique, les agriculteurs et agricultrices sont confrontés à des situations indéterminées et s’engagent dans des séries d’enquêtes sur leur travail avec le soutien de leurs pairs.

6Un premier cadre d’analyse original inspiré par les travaux de Bruner (1983) de Fabre et Musquer (2009) et de Mayen (2002, 2017) a été développé pour rendre compte de la manière dont les pairs étayent l’enquête d’un∙e agriculteur∙rice, dans le collectif A. Cet étayage se construit dans une tendance vers le soutien de l’institution du problème ou vers la détermination de solutions, bien qu’on observe des allers-retours entre ces phases. Il y a dans l’étayage de l’enquête l’idée qu’autrui s’inscrit dans la situation de l’agriculteur∙rice là où l’enquête est en suspens. Étudier l’étayage des pairs permet de rendre compte de la manière dont les différents éléments de la situation sont manipulés, autant par les pairs que par l’agriculteur∙rice en cours d’enquête, pour construire ce qui fait problème ou ce qui fait solution. Néanmoins, cet étayage n’est potentiellement « efficace » que lorsqu’il vient s’inscrire dans la transaction des sujets concernés par l’enquête, c’est-à-dire lorsque les pairs font l’effort d’établir des relations entre ce qui est présent et absent dans la situation de travail de l’agriculteur∙rice qui fait face à l’enquête.

7En m’inspirant du travail d’Hutter et Farías (2017), j’ai construit un second cadre d’analyse qui donne à voir les diverses manières dont le collectif et les échanges entre pairs peuvent être une source d’indétermination pour les situations des agriculteur∙rices, dans le collectif B, indéterminations qui seront un moteur à l’ouverture d’enquêtes. Quelques éléments ont été particulièrement soulevés, dans notre cas d’étude, pour comprendre ce « potentiel d’induction de l’indétermination » : la façon dont l’environnement d’échange est à la fois ouvert et protecteur, l’intérêt de partage instantané de visuels qui interrogent, décalent et montrent des possibles, le partage de pratiques innovantes, voire transgressives, ou de nouvelles significations pour les objets (ex. les couverts végétaux sont bénéfiques pour la fertilisation du sol), et, enfin, la proposition d’un récit pour la profession agricole en cohérence avec la TAE. Je propose alors de revisiter l’approche diffusionniste de solutions innovantes encore très prégnante dans le monde agricole, en proposant de développer des environnements favorables à l’expression du potentiel d’induction de l’indétermination portée par le collectif.

8Enfin, j’ai proposé un cadre d’analyse permettant de comprendre comment des éléments qui ont émergé pendant les échanges entre pairs ont été intégrés au processus d’enquête d’un des agriculteurs du collectif A. Ce cadre propose d’analyser le processus d’enquête de l’agriculteur∙rice à travers les mouvements entre les éléments expérientiels de la situation (ie. les éléments liés à l’expérience du sujet, les caractéristiques de sa situation, etc.) et des éléments idéels (ie. les hypothèses et idées) qui sont mobilisés pour résoudre l’indétermination. En les mobilisant, je montre la manière dont les « fins-en-vue » et les moyens de l’action se construisent réciproquement à travers l’activité de valuation des conséquences projetées ou concrètes. Ainsi cette dernière permet à l’agriculteur∙rice d’apprécier les idées, émergées dans le collectif, en s’interrogeant à la fois sur les significations données aux objets à travers ce qui est proposé comme idée, et sur les conséquences projetées (simulation cognitive) en amont de l’action ou concrètes lors de la mise à l’épreuve des idées. Le mouvement entre pôle idéel et expérientiel peut avoir lieu lors des échanges entre pairs, mais le plus souvent s’opère à partir des idées évoquées lors de ces échanges combinés avec d’autres développées par l’agriculteur∙rice à partir d’autres caractéristiques de sa situation de travail. In fine, je montre que l’activité de valuation est au cœur de l’enquête du sujet : elle oriente l’action dans une direction souhaitable et soutenable pour le sujet. L’analyse du processus d’enquête est une manière de saisir ce qui fait « système » pour l’agriculteur∙rice au moment de la reconfiguration de sa situation à travers la requalification des objets de sa situation. Les significations données aux objets, initiées par l’échange entre pairs, sont ainsi réactualisées à travers d’autres caractéristiques ou informations issues de la situation.

Discussion

9Dans une perspective motivée par les enjeux d’accompagnement des transformations de l’activité d’agriculteur∙rices, l’objectif de cette thèse est de rendre intelligible la manière dont les échanges entre pairs s’inscrivent dans une enquête sur les situations de travail et viennent mettre en mouvement la situation des agriculteurs et agricultrices et, ainsi leur activité et expérience. Un angle de discussion possible concerne les nombreuses ressemblances entre les approches de conception, mobilisées en ergonomie (Guérin, Pueyo, Béguin, Garrigou, Hubault, Maline, & Morlet, 2021) et en agronomie système (Prost, 2021) pour penser la transformation des activités, et la théorie de l’enquête. Ainsi, s’ouvre la perspective d’envisager le processus de conception de leurs systèmes travail par les agriculteur∙rices comme une enquête (Bousbaci, 2020) à soutenir à partir des situations des agriculteur∙rices. Si les travaux de Schön (1983), inspirés de l’œuvre de Dewey, sur le dialogue avec la situation sont d’ores et déjà bien inscrits dans les approches développées en ergonomie de la conception (Béguin, 2007), mon travail pointe plusieurs pistes complémentaires à ces travaux. Il s’agit par exemple de penser la démarche de conception à partir d’une indétermination qui émerge de la situation de l’agriculteur∙rice et ainsi de saisir la transaction sujet-environnement dans lequel l’agriculteur∙rice est prise pour problématiser la situation. Les pairs ici peuvent être un soutien potentiel autant dans la génération et l’exploration de solutions que dans l’émergence d’une problématique à partir de la situation de l’agriculteur∙rice voire, ils peuvent contribuer à découvrir le potentiel d’indétermination d’une situation. Cela nécessite de configurer le cadre social (ouvert et protecteur) comme d’être attentif∙ve à la manière dont l’agriculteur∙rice qualifie les éléments qui composent sa situation à un instant donné. Il s’agit de comprendre les significations et la valuation dont sont chargés certains objets et la manière dont cela interagit avec d’autres objets qui possèdent leur propre signification et ainsi s’inscrire dans ce que Joas (1999) appelle la créativité de l’agir.

10Les propositions conceptuelles et méthodologiques développées dans cette thèse sont autant de pistes à développer dans des contextes d’intervention et de formation des agriculteurs et agricultrices. Elles ouvrent une voie pour penser l’accompagnement d’agriculteur∙rices considéré∙es comme des acteurs et actrices créatives de leur travail situé. Elles éclairent aussi le rôle d’étayage de l’enquête par des pairs, et plus largement des acteur∙rices du développement agricole tout en mettant en lumière les enjeux de recherche, de formation et d’intervention associés.

Haut de page

Bibliographie

Béguin, P. (2007). Prendre en compte l’activité de travail pour concevoir. Activités, 4(2). https://doi.org/10.4000/activites.1719

Bousbaci, R. (2020). L’Homme comme un « être d’habitude ». Essai d’anthropologie et d’épistémologie pour les Sciences du design. Presses de l’Université Laval.

Bruner, J. (1983). Le développement de l’enfant : Savoir faire, savoir dire. Presses Universitaires de France.

Chantre, É., Le Bail, M., & Cerf, M. (2014). Une diversité de configurations d’apprentissage en situation de travail pour réduire l’usage des engrais et pesticides agricoles. Activités, 11(2), Article 2. https://doi.org/10.4000/activites.1061

Dewey, J. (1938). Logique : La théorie de l’enquête.

Fabre, M., & Musquer, A. (2009). Les inducteurs de problématisation. Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, 42(3), 111‑129.

Guérin, F., Pueyo, V., Béguin, P., Garrigou, A., Hubault, F., Maline, J., & Morlet, Th. (Eds.) (2021). Concevoir le travail, le défi de l’ergonomie. Toulouse : Octarès Éditions.

Girard, N. (2014). Gérer les connaissances pour tenir compte des nouveaux enjeux industriels : L’exemple de la transition écologique des systèmes agricoles. Revue internationale de Psychosociologie, XIX(1), 51. https://doi.org/10.3917/rips.049.0049

Hutter, M., & Farías, I. (2017). Sourcing newness: Ways of inducing indeterminacy. Journal of Cultural Economy, 10(5), 434‑449.

Joas, H. (1999). La créativité de l’agir, trad. de l’allemand par Pierre Rusch (Paris : Édition Cerf).

Lémery, B. (2009). Le développement agricole à l’épreuve d’un nouveau régime de production des savoirs sur le vivant. Sciences en campagne. Regards croisés, passés et à venir. La Tour d’Aigues : Éditions de l’Aube.

Magda, D., Lamine, C., Marsden, T., & Rivera-Ferre, M. (2021). Taking into account the ontological relationship to change in agroecological transitions. In Agroecological transitions, between determinist and open-ended visions (pp. 33‑56). Peter Lang International Academic Publishers.

Mayen, P. (2002). Le rôle des autres dans le développement de l’expérience : Apprendre des autres. Éducation permanente, 151, 81-107.

Mayen, P. (2017). Agir en fonction de ce qui n’est pas là. Questions Vives. Recherches en éducation, N° 27. https://doi.org/10.4000/questionsvives.2053

Prost, L. (2021). Revitalizing agricultural sciences with design sciences. Agricultural Systems, 193, 103225.

Schön, D. A. (1983). The Reflective Practitioner: How Professionals Think in Action. Basic Books.

Stassart, P. M., Baret, P., Grégoire, J.-C., Hance, T., Mormont, M., Reheul, D., Stilmant, D., Vanloqueren, G., & Visser, M. (2012). L’agroécologie : Trajectoire et potentiel. Pour une transition vers des systèmes alimentaires durables. Agroéocologie, entre pratiques et sciences sociales, 27-51.

Vermersch, P. (1994). L’entretien d’explication. ESF Sciences humaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Celina Slimi, « Résumé de thèse. “La transformation des situations des agriculteurs et agricultrices en transition agroécologique : analyse du soutien des collectifs de pairs par le prisme de la théorie de l’enquête” »Activités [En ligne], 19-2 | 2022, mis en ligne le 15 octobre 2022, consulté le 29 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/activites/7764 ; DOI : https://doi.org/10.4000/activites.7764

Haut de page

Auteur

Celina Slimi

cslimi@netc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo SELF
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search