Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19-2Résumés de thèseRésumé de thèse. “Faire avec, fai...

Résumés de thèse

Résumé de thèse. “Faire avec, faire milieu. Contribution à une anthropologie de la vie à partir de l’ethnographie du travail du tilleul dans les Baronnies provençales”

Jeanne-Martine Robert
Référence(s) :

Jeanne-Martine Robert. Faire avec, faire milieu. Contribution à une anthropologie de la vie à partir de l’ethnographie du travail du tilleul dans les Baronnies provençales. Thèse de doctorat en Anthropologie, Université Lumière Lyon 2. Pascal Béguin, Denis Cerclet (dirs.). 2021

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Thèse de doctorat en Anthropologie. École Doctorale : Sciences Sociales – E.D. 483. Université Lumière Lyon 2. Environnement Ville Société – UMR 5600.
Soutenue le 20 octobre 2021.

Jury de thèse :
Pascal Béguin
, Professeur des Universités, Institut d’Études du Travail de Lyon – Université Lyon 2, EVS UMR 5600, IMU. (Directeur)
Denis Cerclet, Maître de conférences HDR, Université Lyon 2, EVS UMR 5600. (Directeur)
Carole Baudin, Professeure, He-arc Ingénierie. (Rapporteure)
Marianne Cerf, Directrice de recherche, INRAe. (Rapporteure)
Michel Rautenberg, Professeur des Universités, Université Jean Monnet, Centre Max Weber UMR 5283. (Président du jury)
Éric Sabourin, Chercheur CIRAD, CIRAD, Département Environnement et Sociétés ES, UMR ART-DEV

Texte intégral

Introduction

1La thèse traite de la question de la relance de la culture du tilleul dans les Baronnies provençales et aborde cette activité agricole et économique sur le mode d’une écologie du travail. Racontée comme une histoire de mort et de vie, de gestes de travail, d’amour et de trahison, de senteurs et de sensations, elle propose un renversement de perspective sur l’environnement et le travail en décrivant les liens tressés entre des humains et des arbres à partir de l’ethnographie du travail fait avec le tilleul pendant 150 ans. Mésestimé pour la tisane industrielle jugée insipide qu’il est devenu, aimé pour la production paysanne qu’il a été, le tilleul raconte des manières de « faire milieu », c’est-à-dire des manières de faire tenir ensemble cette multiplicité hétérogène qui rend possible la vie, de « faire avec » tout ce qui nous traverse.

Problématique

2Le tilleul des Baronnies, dont les fleurs sont cueillies et séchées manuellement, a représenté jusqu’à 90 % de la production française, avec un maximum de 400 tonnes commercialisées à la fin des années 1950. Vendu sur des foires à des négociants locaux dès le début du siècle, le tilleul est déclaré « mort et enterré » dans les années 2000 suite à des crises financières. Il est cependant aujourd’hui réinvesti avec intérêt par de nouvelles générations de cueilleurs et de négociants. L’enquête ethnographique a soulevé 2 enjeux dans cette histoire. Le premier est lié à l’ampleur des phénomènes dont parlent les cueilleurs. Ceux-ci racontent les échelles, les bractées, les variétés, les séchoirs et les foires. Mais aussi les tracteurs, les divorces, le foin, les cerisiers, l’exode et les fermes abandonnées. Comme un bout de tissu tiré emporte toute la nappe, les cueilleurs racontent, par l’histoire du tilleul, celle des mutations du monde rural. Alors, que faire de cette complexité ? Le deuxième enjeu est lié à l’ambivalence des sentiments des cueilleurs et négociants. Amère ou enthousiaste, leur passion s’exprime lorsqu’ils déclarent que le tilleul, « ce n’est plus rien » ou qu’il est « encore quelque chose ». Le tilleul ressemble à un mort-vivant. Cependant, si les arbres, les cueilleurs et les négociants sont encore bien là, alors, qu’est-ce qui est mort ou vivant dans cette histoire ?

3Pour y répondre, la thèse pose une hypothèse centrale. La valeur donnée au tilleul, à savoir s’il est quelque chose ou s’il n’est plus rien, n’est pas simplement économique ou affective, ni même symbolique. Sa valeur est vitale, car elle est relative à une chose : les gestes de travail du tilleul permettent de « faire avec » des phénomènes multiples et hétérogènes, en les tressant pour les rendre cohérents. Ils permettent de « faire milieu ».

Méthodes

4À la croisée de l’ethnobotanique et du développement local, l’enquête de terrain a été initiée dans le cadre d’une commande du Parc Naturel Régional des Baronnies provençales (PNRBP) pour une étude sur la « culture du tilleul ». Le terrain s’est déployé en trois volets. Une enquête ethnobotanique sur les traits botaniques et culturaux des variétés de tilleul a été réalisée. Les rencontres avec les cueilleurs dans 5 vallées différentes ont permis de constituer un herbier de plus de 200 échantillons et de synthétiser leurs connaissances. S’éloignant d’une approche symbolique des relations humains-végétaux, l’approche de cette enquête est celle définie par Jean Bazin : s’intéresser à ce que les cueilleurs font « quand ils font ce qu’ils font » (Bazin, 2008). De plus, 75 entretiens semi-directifs sont réalisés qui portent sur la mémoire et l’actualité de la cueillette et de la commercialisation, les techniques de travail et la place du tilleul dans la vie de ceux qui l’ont travaillé. Diversifiant les points de vue, croisant les approches diachronique et synchronique, sont rencontrés des cueilleurs, des négociants, des pharmaciens, des élus, des techniciens, des transformateurs, des apiculteurs, des pépiniéristes. Alliées à un travail de collecte d’archives personnelles et municipales, les histoires individuelles se croisent pour rendre compte d’un récit choral, d’une singularité collective. Enfin, ces données sont complétées par des observations participantes en cueillant le tilleul dans 5 configurations de travail. Ces temps d’immersion dans le rythme et la sensorialité du travail permettent de saisir la diversité des manières de faire des cueilleurs.

5L’ethnographie du travail du tilleul sur 150 ans raconte une histoire de gestes de travail. Ces gestes sont vus comme des gestes de « mise en correspondance ». Cette expression de l’anthropologue Tim Ingold désigne l’essence du « faire » (Ingold, 2017). Selon lui, le « faire » est un processus de croissance généré par le maillage de forces, de phénomènes hétérogènes, de lignes (Ingold, 2011), auquel l’humain adjoint ses propres forces en les liant. Le geste de greffe du tilleul, en démultipliant les variétés, est représentatif de cette mise en correspondance. Précoces et tardives, faciles à trier ou séchant rapidement, les variétés ont pour objectif de faciliter la cueillette en mettant en correspondance les caractéristiques de l’arbre avec les critères du commerce et les conditions du travail agricole : rapidité de la floraison, vulnérabilité des bractées aux manutentions, critère commercial de qualité visuelle, disponibilité d’une main-d’œuvre familiale, maturité des autres cultures… Ce « geste », au sens de Flusser (2014), fait partie d’un ensemble d’autres gestes : plantation, taille, cueillette, achat, conditionnement… Ensemble, ils initient une mésogenèse qui commence à la fin du 19e siècle et qui entrelace 3 phénomènes (une crise agricole sur tous les produits de rapport, l’émergence du commerce de plantes aromatiques et les plantations de tilleuls issus des forêts sauvages). Ils donnent naissance au travail de la cueillette du tilleul dans les Baronnies, modulant ses paysages, son écologie, son économie, ses rythmes, ses affects, ses manières d’y vivre.

6Dans cette mésogénèse, la valeur du tilleul n’est pas indexée à son prix de revient, pourtant négocié avec acharnement sur les foires. Elle est liée à « l’expérience esthétique », au sens du philosophe John Dewey (2010), que le travail du tilleul permet. Par cette expression, Dewey désigne l’accord, l’état d’unisson retrouvé entre le vivant et son environnement alors que celui-ci est marqué par « le flux tourbillonnant du changement ». Il nomme « valuation » (Dewey, 2008) le processus par lequel les individus se mettent à tenir aux choses qui génèrent cette qualité d’expérience, c’est-à-dire qui font tenir ensemble un ensemble mouvant d’événements disparates et chaotiques. Le travail du tilleul prend de la valeur pour autant que ses gestes accordent le rythme du végétal à la vie économique et sociale. Ce qui vaut alors, c’est en partie l’argent, en tant qu’il joue rôle essentiel de complément dans des systèmes de polyactivité. Il vaut, car il participe à financer les travaux, les études, l’achat de la première mobylette, car il permet de pallier aux aléas climatiques et aux périodes de chômage. Mais ce qui vaut, c’est surtout ce que le travail permet de vivre. Les foires et les journées de cueillette passées sous les arbres fleuris rassemblent toutes les générations et toutes les professions (enfants, grands-parents, femmes, hommes, cousins, amis, agriculteurs, salariés et étudiants) au même moment, dans tous les villages de toutes les vallées. Tout ceci participe du sentiment d’harmonie qui marque tant la passion que les cueilleurs décrivent comme un ensorcellement. À cet égard, la baisse des prix d’achat du tilleul sur les foires, qui amène à la « mort » du tilleul, signe la perte de cette harmonie. Au-delà de la crise financière, elle est le symptôme d’un phénomène plus profond : celui du désajustement des gestes de travail. Celui-ci commence dès les années 1960 lorsque les négociants changent leur conditionnement en cartons pour l’infusette. Ils s’accordent alors à l’industrialisation et mélangent le tilleul des Baronnies séché à la main avec les ballots de tilleul importé noirs d’humidité. De leur côté, les cueilleurs sont pris dans l’industrialisation du travail agricole (notamment le développement des monocultures de fruitiers) et la désertification du monde rural qui ne leur permet plus de faire avec le tilleul.

7Avec la reprise actuelle de la cueillette, on assiste aujourd’hui à une pluralisation des gestes de cueillette. Le geste de taille est remarquable à cet égard. Développé à partir des années 1960, il s’est étendu sur l’ensemble de la zone de cueillette avec 2 principes : l’ensoleillement des branches intérieures et la forme arrondie permettant la pose des échelles en bois. Par la cueillette des branches coupées depuis le sol, ce geste étend les collectifs de travail aux enfants et grands-parents. La reprise des arbres après la crise des années 2000 pose cependant le problème de la restauration des tilleuls abandonnés. La population des cueilleurs s’est diversifiée : aux agriculteurs et salariés, se rajoutent des néo-ruraux cueilleurs de plantes aromatiques. Pour chacun correspond un système de travail différent en fonction du nombre de personnes présentes au foyer, du réseau amical disponible, de la propriété des arbres, mais aussi de la relation à la plante. On voit ainsi des duos père-fils qui tronçonnent drastiquement les propres tilleuls pour les « rabattre » côtoyer des équipes qui restaurent doucement au sécateur et à la scie à main des arbres situés dans des résidences secondaires. Cette diversification des gestes de cueillette est concomitante d’une diversification des gestes de commercialisation : circuits-courts, qualités biologiques, origine française, réseaux étrangers… Aux foires disparues, se sont substitués le minitel puis internet et le tourisme international. Cette pluralisation des manières de faire est analysée comme des expressions de la normativité des cueilleurs. Cette normativité est définie par Georges Canguilhem comme étant la caractéristique du vivant (Canguilhem, 1965 ; 1966). Celui-ci développe des normes pour répondre à ses besoins dans un environnement chaotique. Par ces normes, il se fait son milieu qui est la condition de son existence. Ce milieu est le fruit d’un rapport de composition du vivant à tout ce qui l’environne et l’expression de sa créativité vitale. C’est ce que montre, entre autres, l’adaptation des gestes de taille.

Thèse défendue

8Mort pour les uns, vivant pour les autres, le tilleul l’est à la mesure de sa valuation. Celle-ci est liée à un tressage qui permet, ou non, de mettre en correspondance une multitude de phénomènes de natures diverses (départ des enfants, modes de conditionnement, rythme végétatif, climat, mécanisation, législation…). Ni embrouillamini, ni structure préexistante, le tressage est une forme qui émerge de la répétition ordonnée et rythmique des gestes quotidiens du travail. En trouvant une certaine manière de faire tenir ensemble l’hétérogène, les gestes de travail permettent de « faire milieu » en « faisant avec » tout ce qui traverse l’existence. Ce « faire milieu » n’est pas un espace délimité et dominé (Macherey, 2016). C’est une qualité d’expérience, une harmonie nécessaire à la continuité de l’existence.

Discussion

9À la croisée de l’anthropologie, de la philosophie et de l’ergonomie, le concept de milieu place cette thèse dans le champ de la vie, en dépassant la dichotomie entre sciences du vivant et sciences sociales (Ingold, 2018). Par là, cette thèse est une contribution au projet historique de l’anthropologie de Marcel Mauss : rendre compte de l’aspect vivant d’êtres complets et complexes (Mauss, 1950). Elle suit avec rigueur un principe épistémologique à la source de la compréhension des phénomènes de la vie : ne pas analyser, c’est-à-dire, selon Georges Canguilhem (1966), ne pas découper en morceaux ce qui ne peut être compris que comme une totalité. C’est ce que permet le terme de « geste ». En reliant l’action à la sensorialité (Baudin, 2021), à la pensée, à l’affectivité et à l’imaginaire, il vise à rendre compte, pour reprendre les mots de Yves Schwartz, de l’obscure synthèse de l’hétérogène en nous (Schwartz, 2007). Ainsi, le terme de geste permet de ne pas nourrir le divorce entre action et pensée qui a conduit, selon Dewey, à une dépréciation du faire (Dewey, 2014).

10Ce positionnement théorique est connecté aux enjeux d’action dans le monde concret. En effet, la thèse raconte une histoire de milieux qui fait compter tout ce qui nous traverse et avec lequel nous vivons : non seulement les humains et les non-humains (végétaux et animaux), mais aussi les objets, les lieux, les événements, les émotions. Dans un contexte où les enjeux de l’anthropocène interrogent nos manières de vivre, cette histoire met en perspective les gestes de travail en ce qu’ils rendent possible certaines formes de vie. Elle a d’ailleurs structuré un projet de valorisation du travail du tilleul, porté par le PNRBP. Il a été conduit durant 2 ans en collaboration étroite avec l’équipe d’ergonomie du laboratoire EVS-CTT. Les expérimentations menées se sont appuyées sur la conduite de projet telle que théorisée en ergonomie (Béguin, 2010) et la diversité des phénomènes tressés par les gestes de travail pour faire de la cueillette une ressource pour la vie sur le territoire (Béguin, & Robert, 2021).

11Ainsi, la thèse relie, de manière nouvelle pour l’anthropologie, les champs de la vie et du travail en inscrivant le travail au centre des enjeux vitaux. En effet, le terme de geste inscrit les mouvements rythmés du corps (Cerclet, 2014) comme centres de l’activité et sources de formation des choses. De plus, le « faire milieu » dépasse la séparation des sphères de l’activité propre à la modernité (Pereira, 2015), en réinscrivant le travail dans l’ensemble des sphères de l’existence auxquelles sa liaison est nécessaire pour former les équilibres vitaux. Enfin, l’expression « faire avec » ne reconduit pas les visions antagonistes et les applications mortifères du travail comme productivité et emprise sur le monde. Elle donne place au travail de composition créatrice du vivant, sans reconduire la confusion entre sujétion et passivité auquel est ramené l’usage quotidien du terme « adaptation ». La thèse a pour but de rendre compte du « travailler » (Béguin, Ruiz, & Robert, 2022) comme participation à la formation des choses, selon des alternances de réceptivité et d’expressivité. Ce choix théorique crée des liens féconds entre l’anthropologie et l’ergonomie, en pensant la vie en santé comme relative un certain arrangement de l’hétérogène, selon des problématiques de liaison et de déliaison, de dispersion et de rassemblement des phénomènes qui traversent et constituent le vivant.

12La thèse, à partir du motif du tressage, déploie un vocabulaire du lien qui est la base épistémologique des termes convoqués par l’ethnographie : notamment complexité, cohérence et adaptation. Ce motif amène une révolution de la pensée et de la sensibilité en remettant au centre de nous-mêmes ce que le terme « environnement » met à l’extérieur et que nous avons tant de difficulté à relier par la suite (Ingold, 2018). Par là, la thèse ouvre sur un débat de normes qui lie les enjeux de la prospective du travail (Pueyo, 2020) et ceux de l’anthropologie : « envisager un futur commun à tous et frayer des voies nouvelles » (Ingold, 2017). Que faisons-nous tenir ensemble par nos gestes ? Que faisons-nous vivre et mourir, de nous-mêmes et du monde, quand naît ou meurt un geste ? Quels possibles pour la vie ouvrons-nous quand nous en changeons ?

Haut de page

Bibliographie

Baudin, C. (2021). Mise en abîme des « corps inspirés » : L’urgence du retour au sensible. Actes 55e Congrès de la Société d’Ergonomie de Langue Française. L’activité et ses frontières. Penser et agir sur les transformations de nos sociétés (p. 56‑61). Paris : ARPACT.

Bazin, J. (2008). Des clous dans la Joconde : L’anthropologie autrement. Essais. Toulouse : Anacharsis.

Béguin, P. (2010). Conduite de projet et fabrication collective du travail : Une approche développementale (Habilitation à diriger des recherches). Université Victor Segalen Bordeaux 2, Bordeaux.

Béguin, P., & Robert, J. (2021). Faire milieu : Penser l’espace du travail et de sa transformation. Activités, 18(2). https://doi.org/10.4000/activites.7038

Béguin, P., Robert, J., & Ruiz, C. (2022). Travail et Travailler. In E. Brangier & G. Valery (Eds.), Dictionnaire encyclopédique de l’Ergonomie. 150 notions clés. Paris : Dunod.

Canguilhem, G. (1965). La connaissance de la vie. Problèmes et controverses (2e éd.). Paris : Vrin.

Canguilhem, G. (1966). Le normal et le pathologique. Quadrige (12e éd.). Paris : Presses Universitaires de France.

Cerclet, D. (2014). Marcel Jousse : À la croisée de l’anthropologie et des neurosciences, le rythme des corps. Parcours anthropologiques, 24‑38.

Dewey, J. (2008). La théorie de la valuation. Tracés, (15), 217‑228.

Dewey, J. (2010). L’art comme expérience. Folio Essais, Gallimard.

Dewey, J. (2014). La quête de certitude : Une étude de la relation entre connaissance et action. Bibliothèque de philosophie. Paris : Gallimard.

Flusser, V. (2014). Les gestes. Cahiers du Midi. Bandol/Paris : Al Dante/Aka.

Ingold, T. (2011). Une brève histoire des lignes. Bruxelles : Zones sensibles.

Ingold, T. (2017). Faire : Anthropologie, archéologie, art et architecture. Bellevaux : Dehors.

Ingold, T. (2018). Marcher avec les dragons. Points Essais (Points.).

Macherey, P. (2016). Canguilhem et l’idée de milieu. Présenté au Colloque « Georges Canguilhem. Science, Technique, politique : perspectives actuelles ». 22 avril, Liège.

Mauss, M. (1950). Sociologie et anthropologie (11e éd.). Paris : Quadridge/PUF.

Pereira, I. (2015). L’expérimentation en immersion. Une méthode d’enquête ethnographique pragmatiste. Revue des sciences sociales, 54, 148‑155.

Pueyo, V. (2020). Pour une Prospective du Travail. Les mutations et transitions du travail à hauteur d’Hommes (Habilitation à diriger des recherches). Université Lumière Lyon 2, Lyon.

Schwartz, Y. (2007). Un bref aperçu de l’histoire culturelle du concept d’activité. Activités, 4(2), 122-133. Consulté le 21/04/2021 à l’adresse https://doi.org/10.4000/activites.1728

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne-Martine Robert, « Résumé de thèse. “Faire avec, faire milieu. Contribution à une anthropologie de la vie à partir de l’ethnographie du travail du tilleul dans les Baronnies provençales” »Activités [En ligne], 19-2 | 2022, mis en ligne le 15 octobre 2022, consulté le 29 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/activites/7798 ; DOI : https://doi.org/10.4000/activites.7798

Haut de page

Auteur

Jeanne-Martine Robert

jeanne.robert34@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo SELF
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search