Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20-1Dossier : L'autonomie au prisme d...Concevoir des dispositifs intégra...

Dossier : L'autonomie au prisme de l'activité

Concevoir des dispositifs intégrant une technologie autonome : du technique au politique

Designing autonomous technical devices: from technical to political issues
Nathan Compan, Benjamin Brunet, Mirtha Mestanza, Amélie Renonciat, Ferdinand Monéger, Michel Récopé, Géraldine Rix-Lièvre et Fabien Coutarel

Résumés

L’« industrie du futur » met en avant la transformation technologique via la révolution numérique comme axe majeur de construction des performances industrielles à venir, promesse de flexibilité et d’amélioration des conditions de travail. Nombre de ces technologies visent à être autonomes. Nous interrogerons cette autonomie souhaitée des machines et notamment les principes qui la fondent.
Nous présentons les principaux résultats de trois projets de conception de dispositifs autonomes (DTA) : l’introduction d’un cobot industriel, la conception d’un robot agricole autonome, et la conception de navettes autonomes. Pour chacun de ces trois projets, nous montrerons les limites de l’autonomie, quand elle conduit à laisser de côté la conception du dispositif et donc des relations entre les entités, y compris autonomes.
En évitant de poser la question des dispositifs, les concepteurs réduisent la complexité de leur tâche. Mais les conditions contextuelles favorables à l’effectivité des performances visées par l’introduction de la technologie font ensuite souvent défaut. Dans ces conditions, l’opérateur humain demeure la principale variable d’ajustement à partir de laquelle une intégration, bien que dégradée, reste possible.
Dans la lignée de propositions antérieures inscrites en ergonomie de l’activité, nous défendons l’importance de porter la question de la relation très tôt dans la conception de dispositifs intégrant une technologie autonome. Pour cela, nous défendons l’intérêt d’une approche de la conception fondée sur l’extension des capacités d’action, ainsi que l’intérêt d’une attention plus forte à la dimension politique des projets et donc à la vision du travail futur que ces technologies émergentes soutiennent implicitement.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Remerciements
This research was financed by the French government IDEX-ISITE initiative 16-IDEX-0001 (CAP 20‑25), and 2018 ANR call for projects “Usine du futur”.

1. Introduction

1À la fin du mois de septembre 2021, différents sites d’information relaient ce fait divers : « La police de Glendale, en Californie (États-Unis), a procédé à une course-poursuite un peu particulière ce jeudi. Les autorités ont en effet dû s’organiser pour immobiliser une Tesla dont l’Autopilot était activé. À bord, la conductrice du véhicule était inconsciente […]. Les policiers ont alors déployé plusieurs voitures pour immobiliser le véhicule. Au fait du fonctionnement de l’Autopilot, ils ont réussi à faire ralentir la Tesla jusqu’à l’arrêt sans provoquer d’accident. […] Après l’incident, Tesla a tenu à rappeler que son Autopilot n’était qu’une aide à la conduite destinée à épauler un conducteur pleinement attentif. Ce cas vient renforcer les conclusions d’une étude récente menée par des chercheurs du MIT sur l’Autopilot (Morando, Gershon, Mehler, & Reimer, 2021). Le rapport indique en effet que lorsque le pilotage automatique est activé, la vigilance des conducteurs a tendance à baisser : « les changements dans la durée et la configuration du regard suggèrent une attention visuelle moindre sur la route devant soi lorsque l’Autopilot est engagé, par rapport à ce qui se passe lors de son désengagement et donc du passage à la conduite manuelle. […] Ce changement d’attention visuelle pourrait nécessiter de meilleurs systèmes de gestion du conducteur pour répondre à l’utilisation demandée par les constructeurs » (Morando et al., 2021, p. 10).

  • 1 Il existe bien sûr des raisons juridiques à cette demande de disponibilité. Dans le dispositif actu (...)

2Cette dernière recommandation interpelle : l’opérateur humain devrait rester pleinement disponible pour intervenir en cas de besoin. Mais quelle utilité aurait, pour un « conducteur » de véhicule autonome, cette autonomie, qui ne lui permettrait pas de réaliser d’autres tâches pendant qu’il ne conduit pas1 ? Est-ce réellement d’autonomie dont il faut parler en ces circonstances ? À partir de quel moment une assistance nuit à l’engagement par ailleurs nécessaire de l’opérateur ?

3En effet, si un système technique assure une tâche et que son utilisateur a confiance en lui – ce qui est largement acquis par l’acte d’activation de l’autopilot –, cet utilisateur dédiera son attention à d’autres occupations. Cette réorientation de l’attention est d’autant plus importante que la durée de la tâche autonome croit. Ce qui est plus notable concerne la recommandation des auteurs : s’intéresser davantage aux systèmes de gestion du conducteur, c’est-à-dire concevoir les moyens de maintenir son attention sur la route. Or, au-delà du fait que l’autonomie du véhicule perdra sans doute l’essentiel de son utilité pour l’utilisateur s’il ne peut faire autre chose simultanément, les systèmes de maintien de la vigilance, mis en place par exemple dans le tramway, peuvent poser des problèmes supplémentaires, de risques de troubles musculosquelettiques pour les conducteurs (Doniol-Show, Foot, & Franchi, 2011) ou encore des risques nouveaux d’accident pour d’autres usagers notamment (Foot, 2017). Pourquoi ne pas tout simplement remettre en cause la pertinence des modèles de l’activité humaine sur lesquels reposent ces approches de l’autonomie ?

4S’il parle à chacun, cet exemple peut paraître éloigné des problématiques liées à la révolution numérique dans l’industrie. Il n’en est rien : d’une part, le déplacement autonome des produits et des personnes au sein des organisations industrielles est un enjeu très actuel ; d’autre part, et de manière plus générale, les moyens divers d’assistance à l’opérateur humain via des solutions plus ou moins autonomes (cobots, réalité augmentée ou virtuelle, etc.) posent les mêmes questions fondamentales : sur quels modèles de l’activité humaine se fondent la conception et la mise en place de ces dispositifs ? Comment, et à quels coûts, la mise en œuvre de ces dispositifs révèle-t-elle les failles de ces modèles sur ce qu’est « travailler », tout simplement.

5La question de ces modèles a été posée à de nombreuses reprises, en ergonomie notamment. Elle est toujours là, renouvelée, face aux technologies de l’industrie dite du futur et notamment face aux technologies dites autonomes. Nous développerons dans ce texte l’idée que penser la conception en termes d’autonomie conduit à reléguer, à des stades avancés des processus de conception, nombre de questions relatives à l’activité et au travail humain. Cela a des conséquences sur la performance des projets, et plus particulièrement la qualité du travail lui-même. Pour interroger l’autonomie de ces technologies, nous présenterons nos partis pris théoriques pour l’analyse des usages des technologies autonomes. Nous présenterons ensuite les résultats généraux issus de trois projets récents. Enfin, la discussion proposera une autre approche de l’autonomie ainsi que la notion de situation de collaboration capacitante (ECS) pour porter des exigences fortes en termes de prise en compte de l’activité dans les processus de conception.

2. Le travail industriel et la quête d’autonomie

  • 2 Ce rapport de pouvoir peut d’ailleurs être retrouvé au-delà de l’industrie, par exemple entre le pr (...)

6Dans son sens le plus commun, l’autonomie caractérise la capacité d’être régi par ses propres lois. Elle concerne le plus souvent l’être humain, mais dans le monde industriel, le développement de l’automatisation a progressivement conduit à utiliser ce vocabulaire pour caractériser un système technique, une machine. L’automation désigne pour certains l’achèvement de l’automatisation : c’est-à-dire la suppression totale, non seulement du travail manuel, mais du contrôle même des machines, qu’elles pourraient assurer elles-mêmes. Nombre de travaux, dont Naville (1961), soulignent cette tendance : le développement des techniques de production a toujours tendu vers un déplacement des tâches depuis l’individu vers la machine, avec comme critère principal celui de la productivité. Briand et Cazamian (1996) livrent une lecture politique de ces évolutions, qui ne suivraient pas, selon eux, une histoire naturelle et propre de la technique, mais traduiraient un rapport de pouvoir entre l’organisateur et l’exécutant2 : « la compétition ne se situe pas entre un homme et une machine, mais entre deux hommes, entre deux logiques de production, entre deux cultures » (Ibid., p. 530). Ils inscrivent ainsi l’évolution technique dans des rapports humains, leurs historicités, et cet espace de vie particulier qu’est le travail. Ils convoquent le politique dans la technique.

2.1. L’autonomie des machines

  • 3 Cette dernière est définie par des productions industrielles très flexibles, et capables de petites (...)

7Dans le monde industriel, le développement de l’automatisation a progressivement conduit à utiliser l’autonomie pour caractériser un système technique (par exemple une machine) ayant la capacité à opérer seul un certain nombre de tâches. Cette quête d’autonomie des machines est aujourd’hui largement soutenue par les promesses des « nouvelles technologies » associées à la révolution numérique des systèmes industriels, autrement nommée « industrie 4.0 » (ou « industrie du futur »)3. Très technocentrée à son émergence dans les années 2010, l’industrie du futur verra ses tenants développer progressivement des arguments liés au travail humain. Au premier rang de ceux-ci, est souvent avancée une réduction de la pénibilité (notamment physique), et des expositions des salariés de manière générale, du fait de la prise en charge par la machine des tâches les plus pénibles et dangereuses. D’autres intérêts pour l’utilisateur de la technologie sont peu à peu mis en avant : il est par exemple prôné une répartition dynamique et progressive des tâches entre l’Homme et la technologie (Morel, Chauvin, Rossi, & Berruet, 2008). Cette répartition doit être adaptable au cours de l’action (Kaber & Endsley, 2004 ; Sauer, Chavaillaz, & Wastell, 2016), et associée à une évolution des compétences (Strauch, 2017).

  • 4 L’une des premières et plus célèbre est celle de Bright (1956) qui propose 17 niveaux. Briand et Ca (...)

8La littérature fournit aujourd’hui de nombreuses classifications des technologies, qui présentent sous forme de continuum des niveaux d’automatisation4. L’automatisation la plus complète des technologies y constitue le plus souvent l’ambition la plus élevée. Beer, Fisk, & Rogers (2014) définissent ainsi l’autonomie : « The extent to which a robot can sense the environment, plan based on that environment, and act upon that environment, with the intent of reaching some goal (either given to or created by the robot) without external control » (Ibid., p. 3). Les auteurs, comme la plupart des classifications, proposent un cadre d’analyse des niveaux d’autonomie, depuis la téléopération manuelle, vers l’autonomie totale.

9Nous nommons « dispositifs intégrant une technologie autonome » (DTA) ces systèmes capables de (ou ambitionnant) la réalisation autonome de tâches complexes, y compris dans un environnement ouvert. Cette complexité environnante doit être détectée et permettre au DTA de modifier son comportement. Cet ajustement comportemental peut se produire à différents niveaux : interruption et reprise de tâche, contournement, ajustement de son comportement et de son niveau d’autonomie (Couvent, 2022), replanification automatique de la production (Bachelet, Battistoni, Bimonte, Cariou, Chalhoub et al., 2021). Le nombre d’éléments techniques à associer dans l’industrie du futur pour tendre vers une autonomie la plus grande possible suppose notamment des capteurs multiples, une forte interconnexion, et une vitesse très élevée de traitement de données très nombreuses et hétérogènes. La gestion dynamique de ces données comme leur traitement automatique sont des enjeux majeurs de l’industrie du futur.

10De manière générale, un principe sous-jacent à la conception de DTA est de s’affranchir des variabilités et des « insuffisances humaines » : fatigue, force limitée, capacités cognitives saturées, vieillissement, insatisfactions, etc. Dans la plupart des cas, les dispositifs intégrant une technologie autonome portent (au moins implicitement) l’idée que le « facteur humain » est d’abord source d’erreurs ou de problèmes. Dans cette perspective, l’humain fragilise le système, et l’autonomie des machines doit limiter cet impact négatif. Posée ainsi, l’autonomie de la machine porte l’enjeu d’une moindre dépendance de celle-ci et du système technique à son environnement, notamment humain.

11De nombreux travaux ont déjà décrit les effets sur l’Homme d’une automatisation progressive des outils de production. Friedmann (1964) comme Bainbridge (1983) ont notamment décrit les effets négatifs de l’automatisation sur l’activité de travail des opérateurs, particulièrement en termes d’éclatement de l’activité et des tâches. Ces difficultés liées l’automatisation sont encore aujourd’hui bien présentes (Strauch, 2018).

12La performance finale sera toujours appréciée au regard du service que la machine rend à celles et ceux qui l’exploitent, dont l’opérateur de première ligne. L’évolution dynamique des besoins de ces acteurs différents suppose de fait, tôt ou tard, une reconfiguration/reconception de la machine. Par ailleurs, les dispositifs techniques – même les plus autonomes – sont toujours dépendants de l’intervention humaine, pour leur maintenance, leur supervision, la gestion des imprévus, etc. L’autonomie d’un DTA est donc nécessairement relative.

  • 5 Par ailleurs, l’ambition développementale de plus en plus affirmée en ergonomie renforce la nécessi (...)

13Ainsi penser les DTA en termes d’autonomie stricte dès leur conception revient à sous-estimer la ressource que peut constituer l’humain pour la performance du système. Les opérateurs permettent de récupérer les dysfonctionnements, de palier aux incompatibilités partielles et incomplétudes des systèmes techniques. Cette contribution à la performance reste généralement peu visible et donc peu valorisée dans le silence organisationnel (Rocha, 2014). En excluant l’opérateur, la conception du système technique « autonome » est finalement privée d’une réflexion sur les leviers d’une performance réelle. L’ergonomie a su montrer l’importance de l’intégration des usages et des utilisateurs dans les conduites de projets, notamment pour porter les exigences de l’activité dans les choix de conception et promouvoir une conception anthropocentrée (Falzon, 2004 ; Guérin, Pueyo, Béguin, Garrigou, Hubault et al., 2021 ; Rabardel, 1995)5.

2.2. L’autonomie du travailleur

14L’autonomie de la machine n’est définissable que par rapport à un environnement duquel elle se distingue et s’affranchit, au moins partiellement. L’opérateur, à qui la machine est destinée, qui va la superviser ou la maintenir, est la première des entités de cet environnement, sur laquelle nous nous concentrerons pour le moment. La revendication d’autonomie des travailleurs de l’industrie n’est pas fondamentalement nouvelle (Ughetto, 2018), au sens où la revendication d’autonomie des individus traduit une exigence « de vivre le travail comme une aventure, non monotone, non répétitive, pour se réaliser » (Ibid., p. 37). L’autonomie du travailleur est alors appréhendée comme la possibilité de vivre un travail non totalement réglé par avance.

15Après l’automatisation progressive des systèmes de travail qui a créé des formes diverses de dépendance du travail humain au système technique, la transformation numérique du travail prolonge la revendication d’autonomie : levier d’émancipation pour certains, la transformation numérique est aussi largement décrite comme un moyen de rendre plus dépendant encore le travail humain à une gestion extérieure au sujet lui-même. Prenons cet exemple issu d’un travail de recherche auprès d’une équipe de maintenance testant le potentiel de lunettes de réalité augmentée. Les opérateurs, tous experts renvoient cette analyse contrastée. Tout d’abord, ces lunettes présenteraient l’avantage de libérer l’agent non expert d’une consultation laborieuse d’archives techniques en papier, ou encore de la sollicitation d’une aide. Elles éviteraient aussi potentiellement un déplacement systématique sur site à un agent expert sollicité pour une aide. En ce sens, ces lunettes favorisent le travail et l’autonomie des agents. Mais les agents renvoient également cette crainte au cours des premiers usages : ces lunettes permettent aussi la traçabilité de l’activité et la validation des étapes de l’intervention d’un agent. Elles ont donc le potentiel de lui imposer un ordre, une planification et un temps dans l’exécution des tâches. En ce sens, ces lunettes ne seraient pas favorables à l’autonomie des agents. Ce qui est donc fondamental dans l’analyse de cet exemple ne relève pas des caractéristiques intrinsèques de la technologie, mais de la vision du travail que la technologie va soutenir, voire imposer, via la configuration qui lui sera donnée.

  • 6 Cela positionne de manière particulièrement pertinente les dispositifs d’intervention participatifs (...)

16La quête d’autonomie du travailleur s’inscrit donc nécessairement dans un rapport à l’autre, dans une relation de nécessaire confrontation à un ordre antécédent. La forme moderne du travail inscrit celui-ci dans des organisations, où la subordination est une modalité dominante d’organisation des relations humaines, et où les normes encadrant cette activité sont particulièrement pressantes, et parfois pesantes. Prescriptions, normes, procédures, processus, etc. sont les outils contemporains des organisations pour anticiper le travail à venir, distribuer le plus efficacement possible les tâches, optimiser les conditions de l’atteinte des performances visées. Dans une économie en tension, la recherche de gains est le plus souvent associée à l’idée de maîtrise des variabilités, des différences, des aléas, dans les manières de faire. Aussi, les anticipations tendent à être imposées avec une force toute particulière à l’ère du travail moderne6. Les technologies autonomes constituent bien souvent des moyens de soutenir les rapports de force existants.

17Aborder la question de l’autonomie du travailleur n’est donc possible qu’en introduisant la question de la relation à ce dont il cherche à s’émanciper. Cela interroge fondamentalement la forme de modernité qu’il y aurait à mettre en place des organisations où les travailleurs responsabilisés seraient libérés de la présence de leur management (Detchessahar, 2019). Cette interrogation peut prendre deux directions. La première renvoie au fait que les technologies présentes dans les systèmes de travail permettent aujourd’hui un contrôle de l’activité de l’opérateur bien plus étroit que ne peut le faire un encadrant. L’absence de ce dernier ne garantit donc rien de ce côté-là. L’autre voie d’interrogation tient au fait que l’absence d’encadrement durant le travail réduit les possibilités d’interpellation de l’organisation par les opérateurs. Cette autonomie-là ne serait-elle finalement pas surtout une forme d’abandon de l’exigence de la dispute et de l’instruction, voire de l’institution du conflit comme moyen de développement des organisations et des individus (Clot, Bonnefond, Bonnemain, & Zittoun, 2021) ? L’espace de « jeu » offert par l’autonomie dans les organisations « libérées » et « responsabilisantes » ne constituerait-il pas de fait un confinement de l’activité renormalisatrice des travailleurs (Schwartz, 2000) à des questions traitables dans le périmètre plus limité des interlocuteurs sollicitables, contrôlé par des machines autonomes avec lesquelles on ne peut pas se disputer ?

2.3. Le travail et son organisation : du technique au politique

18Pour l’opérateur comme pour la machine, leur autonomie ne peut se poser en dehors de la relation à ceux vis-à-vis desquels ils sont ou devraient devenir autonomes. Au moment de projeter l’intégration d’une technologie émergente à un système de production, et donc de définir une organisation, l’interrogation devient donc politique : comment faire valoir dans le processus de conception, et toutes les boucles qui le composent, la nécessité d’une considération réelle du travail futur ?

19Cette question générale peut être déclinée :

  • Quelle vision du travail, et donc du travailler (Robert & Béguin, 2021), est ainsi « embarquée » par le système technologique ? La technologie contribue-t-elle à renforcer le pouvoir de certains dans la relation ?

  • Dans ces projets de nouvelles technologies, qui se conçoivent le plus souvent sans les protagonistes des situations d’usage futur, comment préserver une possibilité ultérieure pour l’opérateur de faire valoir ce qui compte pour lui, ou ce qui pourrait compter pour lui ? Il y a un enjeu à concevoir des technologies et des organisations (donc des dispositifs) qui n’évacuent pas (ou ne rendent pas plus difficile), du fait de choix de conception initiaux, toute possibilité de reconception des situations d’usage.

20Comprendre (et accompagner) le développement technologique supposerait donc d’expliciter la vision du travail qui va être ainsi soutenue. Le plus souvent, cet éclairage est absent des travaux. Cela ne signifie pas que ces derniers soient exempts de ce type d’enjeu. Cela signifie qu’inscrite le plus souvent dans la continuité des rapports de pouvoir existants, cette vision n’est pas explicitée, et donc remise en cause.

  • 7 Nous nous inscrivons ici explicitement dans l’héritage Canguilhemien qui situe tout sujet dans un r (...)

21Introduire la relation entre les entités autonomes, revient à convoquer l’organisation, c’est-à-dire les règles qui définissent les relations entre les entités du système socio-technique et qui établissent un « monde plus ou moins commun » (Schwartz, 2004)7. Le travail est donc cette activité humaine qui consiste à produire son milieu, au contact notamment des normes antécédentes, avec lesquelles il faut œuvrer et qu’il faut manœuvrer, pour vivre. « Par son travail [l’Homme] transforme son milieu en même temps qu’il se forme lui-même dans l’épreuve de cette transformation » (Supiot, 2019, p. 18). Le travail est donc une question de relation à l’autre, et de transformation/formation mutuelle, que ne peut enjamber l’autonomie. Face à la double quête de l’autonomie des systèmes techniques et de l’autonomie des personnes, n’est-ce pas finalement le rôle de l’organisation que de favoriser le débat politique sur les relations souhaitables pour le travail futur avec les DTA ?

3. Approche instrumentale, autonomie et déploiement de l’activité

22Les difficultés issues de l’automatisation ont donc déjà posé la question de la contribution des individus aux processus de conception des situations qui les concernent, d’abord pour y injecter des connaissances quant au « travail réel » (Daniellou, 2004), et plus récemment pour soutenir l’ambition développementale réaffirmée de l’ergonomie (Barcellini, 2019 ; Béguin, 2010 ; Falzon, 2013 ; Folcher, 2015). Nous ne questionnerons pas ici les enjeux et différences sous-jacents aux propositions développementales actuelles. Nous nous contenterons de présenter l’approche instrumentale des technologies, proposées par P. Rabardel, qui constitue pour nous un point d’appui essentiel au vu de notre objet. Nous rappellerons ensuite l’ancrage de cette proposition dans une conception du sujet, celle d’un sujet agissant, qui trouve dans la confrontation au milieu les moyens de sa propre construction, en même temps qu’il transforme ce réel-là pour qu’il satisfasse davantage ses aspirations. Cette conception du sujet agissant au travail fonde ce rapport politique que nous évoquions ci-avant, et donne donc la possibilité d’analyser les situations d’usage des technologies émergentes autonomes sous l’angle des possibilités de développement du sujet par leur usage dans le cadre du travail.

3.1. La genèse instrumentale

  • 8 Voir les actes à paraître du colloque « Approche instrumentale : expansion et devenirs » organisé p (...)

23Rabardel (1995) a proposé un cadre d’analyse de l’usage des technologies selon une perspective instrumentale et de nombreux travaux se sont inscrits dans cette voie depuis, et la renouvèlent8.

24Ce cadre pose la technologie comme un artefact ou un outil, dont le devenir est instrumental : l’usage effectif de cet outil établit celui-ci comme instrument de l’activité (Folcher & Rabardel, 2004). « L’instrument n’est pas seulement un objet de forme particulière, aux propriétés physiques déterminées, il est surtout un objet social, avec des modalités d’emploi élaborées au cours du travail collectif. Il est porteur des opérations de travail qui sont cristallisées en lui » (Rabardel, 1995, p. 37). L’instrument s’inscrit dans une perspective historique et sociale héritée de Vygotski et Leontiev, qui fonde le développement de l’activité du sujet. Ainsi, la performance de l’usage d’une technologie par un sujet dépend de l’histoire qui inscrit la technologie dans son activité. Il y a là un élément d’analyse essentiel : celui de la construction, ou de la rencontre, entre l’histoire du projet technologique et l’histoire de l’activité de l’utilisateur. Cette approche conduit à poser comme centrales dans le processus d’appropriation les modalités de cette rencontre : quelle histoire le sujet construit-il avec la technologie dans les projets ? Cette dimension historique du sujet, tout comme la distinction entre capacités d’agir et pouvoir d’agir (Gouedard & Rabardel, 2012), ou encore les prolongements en termes de systèmes d’instruments (Bourmaud, 2016) sont également propices à la convocation de la dimension politique évoquée plus haut, même si elle nous parait relativement secondaire dans les développements produits par P. Rabardel.

25La genèse instrumentale (Rabardel, 1995) caractérise cette appropriation de l’outil comme l’instrument. Elle procède à la fois d’une instrumentation de l’activité (le sujet s’adapte au nouvel artefact), et d’une instrumentalisation par l’activité de l’artefact (spécification et enrichissement des propriétés de l’artefact par le sujet qui lui donne un statut de moyen pour l’activité). L’instrumentation est le processus sur lequel l’accompagnement au changement est le plus souvent pensé lors du déroulement de l’implémentation d’une technologie : il s’agit par exemple de former le sujet à la technologie de manière à ce qu’il adapte son activité, ses savoir-faire. Dans ce mouvement, l’artefact exige une adaptation de l’utilisateur. L’autre mouvement, celui de l’instrumentalisation, se révèle moins fréquemment soutenu par les processus de conduite du changement. L’instrumentalisation de l’artefact fait émerger pour le sujet, à plus ou moins long terme, de nouvelles fonctions et de nouveaux usages potentiels. Cela devrait engager les concepteurs des situations de travail (ingénieurs, équipe méthodes, management de proximité…) à identifier et soutenir les évolutions souhaitables de l’artefact pour répondre toujours davantage aux enjeux de l’activité. La genèse instrumentale suppose donc de soutenir les évolutions de l’artefact lui-même et pas seulement de miser sur une adaptation des individus. Ce soutien peut se jouer à deux niveaux :

  1. Celui de l’utilisateur et de son environnement social proche (collègues, hiérarchie de proximité). Comme le rappellent Folcher et Rabardel (2004), il est pertinent de concevoir des artefacts (des nouvelles technologies dans notre cas) dont les propriétés favoriseront la poursuite du processus de conception dans l’usage, et donc le développement ultérieur des genèses instrumentales. Lorsque les usagers futurs ne sont pas connus, ou lorsqu’ils ne sont pas mobilisables (ou seulement tardivement), les critères de conception de l’artefact peuvent plus ou moins favoriser une genèse instrumentale ultérieure.

  2. Celui de l’organisation quand certaines transformations de l’artefact nécessitent l’intervention d’autres acteurs et d’autres moyens (décideurs, méthodes, etc.), dans une conception plus institutionnelle. Rabardel (1995) souligne aussi que cela peut conduire à engager un nouveau cycle de conception d’un artefact d’une nature très différente.

26Ainsi, par la genèse instrumentale, le sujet développe ses possibilités d’action, condition de développement du sujet et d’une performance maintenue et renouvelée dans un contexte changeant et flexible. Les possibilités d’instrumentalisation de l’artefact technologique pourraient être d’autant plus limitées que l’artefact a été pensé en termes d’autonomie : pourquoi le concevoir « instrumentalisable » puisqu’il doit être autonome ?

3.2. La conception de technologies autonomes serait particulièrement défavorable au processus d’instrumentalisation

27La problématique des technologies autonomes rend cette approche particulièrement intéressante pour étudier la possibilité de favoriser le développement de l’activité et du sujet par ces situations de travail et d’usage des technologies : nous faisons l’hypothèse que les possibilités de genèse instrumentale, et notamment d’instrumentalisation, sont particulièrement négligées par la conception de technologies destinées à être indépendantes de l’humain.

28L’approche instrumentale s’ancre dans une certaine conception du sujet : celle d’un sujet agissant. Cela signifie d’abord que le sujet n’est pas uniquement la cible et le réceptacle de contraintes qui l’environnent et dont il faudrait le protéger, et auxquelles il devrait s’adapter. L’ergonomie et plus généralement les approches fondées sur les théories de l’activité fondent la construction du sujet dans sa confrontation à son monde. Cette confrontation est à la fois le moyen de la transformation de ce monde pour que celui-ci satisfasse davantage les aspirations du sujet, et le moyen de la construction du sujet lui-même. Cette confrontation, qui implique la résistance, n’est donc pas soumission. Dans le monde du travail, l’individu s’astreint bien souvent à des exigences qu’il fixe à sa propre activité et qui dépassent les contraintes extérieures qui lui sont adressées. Et inversement, l’individu ne s’astreint parfois pas aux contraintes qui lui sont adressées. L’activité procède d’arbitrages dynamiques, recomposant en situation son champ des astreintes pertinentes à ses yeux. Ainsi, et au-delà de l’adaptation, l’activité est régulation, transformation du monde. C’est donc dans cette confrontation au monde que le sujet trouve les moyens de sa propre construction, en même temps qu’il transforme ce réel-là pour qu’il satisfasse davantage ses aspirations.

29Pour Wisner (1997, p. 250) « l’élargissement du champ des actions est une des caractéristiques typique et fondamentale du développement humain. […] La compétence des travailleurs est très liée à leur capacité de changer de registre selon les circonstances ». Cet ancrage fondamental de l’activité, dans une recherche d’extension des possibilités d’agir du sujet dans sa confrontation au « réel », n’est pas spécifique à l’ergonomie de l’activité. Bien que les propositions théoriques diffèrent, on retrouve par exemple cet ancrage en psychologie du travail (Bobilier-Chaumon, 2013), en clinique de l’activité (Clot, Prot, & Werthe, 2001), et en sociologie du travail (Bidet & Vatin, 2016 ; Flocco, Durand, Dubet, Lallement, & Linhart, 2014 ; Linhart, 2015). À travers la dialectique fondatrice entre le travail réel et le travail prescrit, ou encore dans l’ergonomie « contradictorielle » de Pierre Cazamian (Cazamian, Hubault, & Noulin, 1996), l’ergonomie porte le fait que cette extension du champ des actions relève d’une forme de conquête. « L’activité est une insubordination qui signe sa fondamentale inaliénalibilité » (Hubault, 2021, p. 231).

30Cette conception du sujet agissant, commune à de nombreuses approches du travail et théorisée par P. Rabardel en termes de genèse instrumentale, constituera notre cadre pour interroger trois projets de conception associés à des technologies émergentes, et donc questionner les rapports entre autonomie des technologies et instrumentalisation. Cette instrumentalisation peut être étudiée à deux échelles complémentaires.

31À l’échelle individuelle, l’appropriation d’une technologie en situation de travail procède d’un processus cognitif : l’artefact entre dans le jeu de cette confrontation du sujet à son monde, et cette confrontation conditionne largement le devenir de l’artefact dans l’activité. Le devenir instrumental de la technologie dépendra donc de la construction par le sujet d’un rapport à la technologie qui soutient l’atteinte de ses buts. Si cette technologie est perçue comme un frein supplémentaire à ses aspirations, et si son usage peut parfois malgré tout être imposé dans certaines organisations, cet usage ne se traduira pas par un développement de cette activité, et donc du sujet lui-même. Celui-ci pourra même développer des stratégies de contournement, de détournement ou encore de sabotage au service de sa confrontation à son monde. C’est à cette échelle d’analyse que vont se situer nos résultats suivants.

32À l’échelle organisationnelle, la genèse instrumentale continuée dans le temps et les usages supposera des soutiens du collectif de travail, du management et de certains services supports. C’est un niveau d’analyse que nous n’investiguons pas ci-après via nos résultats, même si nous y reviendrons dans la discussion.

33L’extension des possibilités d’actions du sujet sur son monde est donc un critère d’appréciation des possibilités de genèse instrumentale. L’instrument peut alors permettre de faire mieux ou davantage que ce que le sujet faisait déjà, ou encore de faire ce que le sujet cherchait à réaliser sans lui et sans y parvenir. L’acceptation de la technologie suppose alors cette instrumentalisation.

4. L’autonomie des nouvelles technologies et le déploiement de l’activité au prisme de trois projets

34Nous avons mis rétrospectivement ce critère d’extension des possibilités d’action à l’épreuve de trois projets de recherche associés à la conception de technologies émergentes et à la question de l’autonomie des technologies. Le premier projet, qui concerne l’implémentation d’un robot d’assemblage, montre une exploitation faible d’une capacité de collaboration a priori forte. Cela enferme l’opérateur dans une tâche classique et répétitive d’approvisionnement, là où une perspective de « collaboration » semblait promise.

35Le second projet concerne un robot autonome agricole de binage, dont l’expérimentation révèle le déficit d’autonomie réelle du robot et de l’opérateur, et fournit donc des orientations à privilégier pour les développements futurs de la technologie.

36Le troisième projet concerne la conception une navette autonome dont la mise en fonction révèle des dysfonctionnements liés à la relation au contexte que seule la présence d’un opérateur humain permet de pallier.

4.1. Projet 1 : l’introduction d’un cobot d’assemblage

4.1.1. Le contexte du projet

  • 9 Projet ANR 2018‑2022 – Collaboration 4.0

37Le premier projet mobilisé ici porte sur l’analyse des conditions de l’introduction d’un robot collaboratif au sein d’un atelier d’assemblage9. Une étude de cas a pu être réalisée pour reconstruire l’histoire de ce projet et tenter de lier cette histoire aux caractéristiques des situations observées (Compan, Coutarel, Brissaud, & Rix-Lièvre, 2021). Ici, le cas est construit à partir d’entretiens, d’observations de situations de travail, de la caractérisation de l’organisation du travail, ainsi que de la consultation de documents du milieu de travail (fiches de poste, etc.). Nous avons donc pu relever, d’une part, l’appréciation globale de chaque projet et, d’autre part, celle des différents acteurs ainsi que leur vécu (chefs d’équipe, dirigeants, ingénieurs, opérateurs), et observer les activités sur le poste de travail pour 2 équipes différentes.

38Les limites identifiées par l’entreprise concernant les robots standards pré-existants ont justifié le lancement de ce projet. Ces limites étaient les suivantes : haut niveau de qualification requis pour les opérateurs en charge des robots ; fiabilité insuffisante et maintenance coûteuse de ces robots. La solution de la robotique collaborative a émergé, mais il n’a pas été question d’une collaboration directe avec l’humain, alors même que les robots collaboratifs (« cobots ») sont conçus dans cette perspective. La forte adaptabilité du cobot était surtout recherchée : il est paramétrable aisément et dispose d’une base roulante permettant facilement de le déplacer. Le cobot est donc prévu pour être accessible, personnalisable (petites et moyennes séries), et sécurisé pour l’opérateur. Du point de vue de l’opérateur, l’objectif affiché était d’abord de limiter les tâches pénibles, lourdes et répétitives.

39Il s’est rapidement avéré que le cobot fut utilisé de manière statique, en autonomie totale et donc sans collaboration particulière avec l’opérateur, et dédié à une tâche unique concernant un produit dont le volume de commande a fortement augmenté. Pour absorber ce volume, un deuxième cobot a donc été acheté. Le projet fut financé à 100 % par l’entreprise. Ce poste « collaboratif » a été conservé pour sa flexibilité et est donc adapté aux petites séries.

4.1.2. La satisfaction globale des opérateurs

40Les opérateurs se montrent satisfaits du cobot. Seuls les membres de l’équipe Méthodes interrogés ne sont pas totalement satisfaits, notamment par la cadence et la mobilité du cobot qu’ils auraient souhaitées plus élevées. Le cobot allège l’opérateur de certaines tâches d’assemblage qui lui étaient dévolues auparavant, et le vécu du travail parait ainsi amélioré. Le cobot dispose d’une bonne utilisabilité et les opérateurs comprennent approximativement son fonctionnement. La cage transparente entourant le cobot facilite cette compréhension : l’opérateur peut observer en permanence les actions du cobot.

41Les marges de manœuvre sont appréciées comme satisfaisantes par les opérateurs eux-mêmes. Ils disent pouvoir organiser leur temps, effectuer des micro pauses (sanitaires) quand ils veulent et des pauses plus conséquentes avec l’aide de leurs pairs. En effet, la seule règle est que la production ne doit pas s’arrêter, il est donc nécessaire que l’opérateur se fasse remplacer au poste s’il souhaite prendre une pause conséquente. L’opérateur dispose donc de possibilités d’ajustement de son activité, il peut adapter son poste de travail (position assise/debout, lumière, siège…) et peut écouter de la musique (via écouteurs) lors de son activité. Il n’existe pas d’espace de discussion sur le travail réunissant l’équipe Méthodes, le chef d’équipe et les opérateurs au même moment. En cas de problème technique, comme une panne du cobot, l’opérateur signale l’incident et celui-ci est résolu dans la journée. Les remontées d’informations sont instantanées vers le chef d’équipe.

4.1.3. Un cobot qui ne collabore pas

42Pour des raisons de sécurité, le robot est encagé au sein de ce poste et n’interagit avec l’humain qu’à travers une plateforme rotative. Il est donc difficile de parler de collaboration : l’opérateur alimente le robot des pièces que ce dernier doit assembler. En termes de conditions de travail, nous trouvons une situation de travail monotone, répétitive et statique, dictée par la nécessité d’approvisionner le cobot. L’opérateur s’adapte à cette nécessité.

  • 10 Jansen et van Middelaar (2018) distinguent coexistence, coopération et collaboration, à partir de l (...)

43Ainsi, malgré la satisfaction globale des acteurs, qui ne constatent pas de dégradation de leur travail au regard des conditions antérieures connues, nous pouvons conclure que les promesses d’une collaboration10 avec le cobot et qui soit profitable à l’opérateur humain ne sont pas réalisées. L’opérateur ne voit pas ses possibilités d’action élargies via le cobot. L’opérateur ne dispose que d’une manière de faire pour réaliser son travail. Aucune ressource collective et organisationnelle n’est mobilisée pour favoriser des évolutions éventuelles du cobot.

44Ainsi, ce cas illustre ce que nous pouvons fréquemment entendre : les conditions dans lesquelles les technologies sont intégrées aux systèmes de travail ne permettent pas la pleine exploitation de leurs potentialités. Dans ce cas, un robot dit collaboratif, est utilisé dans les faits comme une machine autonome facilement paramétrable et donc facteur d’une production flexible. Ce faisant, l’opérateur reste soumis aux contraintes traditionnelles de l’assemblage manuel. N’ayant pas d’attente particulière, les opérateurs se montrent satisfaits par le projet qui sera considéré comme une réussite. Alors que l’entreprise investissait dans une technologie capable de collaboration, les conditions de son introduction dans le système de production en ont fait une machine autonome, privant l’environnement humain des possibilités nouvelles d’action qu’une collaboration effective aurait pu concevoir.

4.2. Projet 2 : l’expérimentation d’un robot agricole autonome pour le binage

4.2.1. Le contexte du projet

  • 11 Le projet “Superob” financé par I SITE CAP 20‑25 réunit trois équipes de recherche publique du site (...)

45Les résultats que nous présentons ci-après ont été construits dans le cadre d’un projet de recherche11 ayant pour ambition d’anticiper les situations agricoles de demain, dans un contexte de supervision de robots autonomes, capables de réaliser sans l’Homme différentes tâches agricoles.

46L’étude ergonomique en cours a pour but d’accompagner la conception de ces futures situations, par l’analyse du travail de différents agriculteurs dans des situations de travail actuelles (dites traditionnelles) pour concevoir des projections quant aux situations de demain impliquant l’usage de technologies autonomes. Nous interrogeons donc la conception du futur système automatisé du point de vue des exigences dont l’activité des agriculteurs témoigne, à partir d’une tâche agricole précise : le binage. Le binage consiste à retourner une certaine profondeur de terre entre les plants de rangs différents, pour lutter contre les mauvaises herbes qui limitent le développement des plants. L’automatisation du binage répond à deux enjeux importants : la disparition des produits phytosanitaires qui traitent actuellement les mauvaises herbes ; et, la perspective de pouvoir réaliser un binage entre les plants d’un même rang (binage intra-rang) alors que le binage traditionnel ne le permet pas aujourd’hui.

  • 12 Le challenge ROSE est cofinancé par l’OFB (Office français de la biodiversité) et l’ANR (Agence nat (...)

47Le binage traditionnel a pu être observé auprès de 5 agriculteurs sur 7 sites et 10 demi-journées d’observation. L’accès au binage robotisé a été possible via un autre projet, nommé Challenge Rose, évaluant des robots de binage12. Nous avons pu observer et analyser une vingtaine de passages de robots sur une parcelle dédiée, avec quatre robots différents et en présence des concepteurs. L’hypothèse qui a guidé l’analyse présentée ci-après est la suivante : l’utilisation effective des robots autonomes dans les exploitations agricoles dépendra largement des possibilités pour l’agriculteur de réaliser d’autres tâches pendant que le robot effectue le binage. Le temps de supervision légère qui autorise ces autres activités doit donc être suffisamment conséquent, par rapport aux situations qui nécessitent une supervision approfondie du robot, voire une intervention directe sur le robot.

4.2.2. Une supervision humaine importante serait nécessaire aujourd’hui pour intégrer des robots à une exploitation agricole

48Nous présentons ici les résultats de l’analyse de l’activité du superviseur d’un des robots observés en projetant ces résultats sur des modalités de supervisions distinctes (légère, approfondie, intervention directe). Le robot concerné par ces résultats propose un binage inter et intra-rang sur 3 rangs à la fois. Il fait partie des plus gros robots autonomes du domaine agricole et vient d’entrer en commercialisation. Ensuite, nous proposerons une projection de ces tâches selon différents modes de supervision. Les données ont été construites dans des conditions quasi-expérimentales (rangs expérimentaux de 30 m, 8 passages par robots, sol favorable) où les concepteurs venaient évaluer les robots. Le tableau 1 présente les pourcentages de temps associés à une tâche réalisée par le superviseur, et classée par niveau de supervision.

Tableau 1 : Pourcentages de temps associés à une tâche réalisée par le superviseur, et classé par niveau de supervision. 
Table 1: Average distribution of tasks carried out over 5 passes and levels of supervision

Tableau 1 : Pourcentages de temps associés à une tâche réalisée par le superviseur, et classé par niveau de supervision.  Table 1: Average distribution of tasks carried out over 5 passes and levels of supervision

49Les deux opérations les plus importantes en termes de durée cumulée sont « la surveillance globale du robot à distance » (39 %) et « le constat des effets du binage passé » (22,6 %). Nous trouvons ensuite « le réglage des outils de binage » (19,7 %), qui pour l’instant, n’est pas un élément automatisé sur le type de robot observé.

50La supervision légère concerne une situation où l’utilisateur surveille le robot de manière globale et à distance. Nous considérons que l’agriculteur, s’il disposait d’une interface de suivi adapté, pourrait réaliser d’autres tâches en même temps. La supervision approfondie et l’intervention directe réunissent des tâches qui accaparent l’attention de l’utilisateur et qui interdiraient donc à l’agriculteur de réaliser d’autres tâches que celles de supervision du robot. Elles se distinguent néanmoins par le fait que la supervision approfondie, si l’interface le permettait, pourrait être réalisée à distance. La supervision approfondie représente 59 % du temps des situations d’usage observées. L’utilisateur se trouve en situation de supervision légère 39 % du temps d’utilisation. Enfin dans 2 % du temps, il réalise des interventions directes sur le robot, c’est-à-dire qu’il doit nécessairement être à côté du robot et agir lui-même dessus.

4.2.3. Orienter la conception par les enjeux de supervision

  • 13 Ces résultats sur la performance du binage restent à ce jour confidentiels. Ils sont cependant très (...)

51Les éléments présentés ici ne sont qu’une partie de nos résultats traitants de la question de l’autonomie des robots et du travail des agriculteurs. Ces résultats montrent qu’en l’état, les possibilités pour l’agriculteur d’allouer son attention à d’autres tâches que celle effectuée par le robot sont limitées. Si l’on intègre la distribution importante des tâches de supervision approfondie sur le temps de l’activité, ainsi que les performances actuellement bien moindres du binage robotisé par rapport au binage traditionnel13, les conditions d’une intégration effective de ces robots dans les exploitations agricoles ne paraissent pas réunies.

  • 14 Les adventices sont des mauvaises herbes dont le développement perturbe la pousse des plants.

52Une partie de ce constat pourrait s’expliquer par l’inadéquation partielle des critères de conception portés par les concepteurs avec les critères de performance issus du travail des agriculteurs. En comparant les critères de performance d’une tâche agricole, construits par l’analyse du travail et les entretiens informels avec les agriculteurs avec les critères d’évaluation par le Challenge Rose, nous montrons que seules 2 catégories de critères sur 5 sont mobilisées par les ingénieurs lors du Challenge. Il s’agit de « la proportion d’adventices14 éliminées sur un certain temps », qui correspond au critère de l’efficacité, et le « degré d’autonomie du robot » (mesuré sur une échelle de Likert de 1 à 7). Les autres catégories de critères issues de l’analyse du travail des agriculteurs ne sont pas mobilisées par les ingénieurs pour comparer la performance des robots : la qualité de réalisation de la tâche, le coût humain, et le maintien de certaines prises d’informations. Ainsi, il est probable que les catégories de critères non prises en compte dans l’évaluation des robots ne guident pas non plus leur conception.

53Cependant, nous montrons, par ce travail d’analyse et de catégorisation des tâches en niveaux de supervision, qu’il est possible de concentrer les efforts de conception et de fiabilisation sur certaines tâches parce qu’elles pourraient favoriser un redéploiement significatif de l’activité, et donc constituer des critères d’acceptation majeurs. En effet, si des moyens de constatation des effets du binage et de réglage des outils étaient fiabilisés et pilotables à distance, l’agriculteur disposerait en théorie de 42.5 % de temps supplémentaire pour réaliser d’autres tâches, tout en supervisant le robot à distance et de manière légère. Ainsi, et parce que les processus de conception demeurent toujours des processus d’arbitrage et de construction de compromis parmi l’ensemble des développements possibles, nos résultats tendent à montrer que la prise en compte des besoins de l’activité de l’agriculteur peut conduire à favoriser certains développements plutôt que d’autres. À ces conditions de développement, l’introduction d’un robot agricole autonome pour le binage pourrait constituer une opportunité d’élargissement des possibilités d’action de l’agriculteur, puisque ce dernier serait libéré d’un temps aujourd’hui dédié à la conduite du véhicule pour réaliser un ensemble d’autres tâches. Le robot pourrait devenir un véritable instrument de l’activité puisqu’il favoriserait l’extension des capacités effectives d’action.

54Enfin, il est important de rappeler que les conditions dans lesquelles nous avons récolté les données sont quasi-expérimentales. Cela signifie probablement quand dans des conditions plus écologiques et donc plus sujettes à la variabilité du terrain, de la météo, des adventices, etc., la supervision approfondie et l’intervention directe représenteraient des pourcentages plus élevés, dégradant encore le pronostic d’intégration de ces technologies dans des exploitations.

4.3. Projet 3 : la conception de navettes autonomes

4.3.1. Le contexte du projet

  • 15 Ce projet « Ergonav » fut financé par la Région Auvergne sur fonds FEDER pour son volet ergonomie, (...)

55Entre 2013 et 2016, nous avons participé à une recherche-action visant l’accompagnement à la conception de navettes autonomes (NA)15. Un développement plus important de cette recherche peut être trouvé dans Monéger, Coutarel, Motak, Chambres, Izaute et Dhome (2018). Nous avons participé aux premières expérimentations ouvertes au public, de deux prototypes de NA sur 6 sites européens, réalisées sur plusieurs semaines :

  • Un parvis d’hôpital et un campus pour une NA « première génération » ;

  • Un autre campus, un site industriel, une technopole, une esplanade de congrès pour une NA « deuxième génération ».

  • 16 Les valeurs en acte caractérisent les valeurs portées par le sujet et dont l’activité en situation (...)

56Nos questions de recherche portaient notamment sur l’analyse des conditions d’acceptation des technologies autonomes à partir de l’expérience vécue et des valeurs en acte16 des accompagnants. Ces accompagnants présents à bord des NA devaient gérer la sécurité et la bonne réalisation du service. En cas d’aléas, l’accompagnant dispose des moyens de prise en main de la conduite de la navette.

57Deux résultats de ces travaux paraissent particulièrement importants ici :

  • Les conditions non optimales d’intégration des NA dans les écosystèmes que sont les sites d’expérimentations ont généré des coûts importants pour un service faiblement utile.

  • L’analyse de l’activité et de l’expérience vécue d’un accompagnant, en condition écologique, révèle les situations critiques non anticipées lors de la conception. Ces situations critiques caractérisent les situations où l’ensemble des prescriptions qui sont adressées à celle-ci ne peut être satisfait par l’acteur. Ces situations sont particulières propices aux interventions humaines puisqu’un arbitrage s’impose à l’accompagnant. Les situations critiques ainsi définies constituent donc un objet particulièrement intéressant pour l’analyse des relations entre l’humain et les NA.

4.3.2. Les difficultés et coûts de l’intégration des NA dans les écosystèmes

58Dans le cadre du projet d’innovation de NA démarré au début des années 2010, les start-ups conceptrices semblaient engagées dans une course contre le temps. Les préoccupations premières des concepteurs étaient une fiabilisation technologique et le déploiement rapide de premiers prototypes afin de démontrer, plus vite que la concurrence, que leurs véhicules roulaient de manière sécurisée. Ainsi, nous avons été sollicités alors que les premiers prototypes étaient déjà conçus. Nous avons d’abord pu mener des études d’acceptabilité après un premier usage (Motak, Neuville, Chambres, Marmoiton, Monéger et al., 2017) et des premières analyses ergonomiques à des fins de conception technique (Monéger, Coutarel, Motak, Chambres, Izaute, & Dhome, 2015). Ce faisant, nous avons remonté aux partenaires concepteurs des limites importantes à l’utilisabilité (accessibilité pour personnes à mobilité réduite, durée plus longue des trajets en NA par rapport à la marche, etc.).

59Avant même que nous puissions approfondir nos analyses, et se saisissant de nos premières spécifications, les concepteurs ont produit une seconde génération de NA. Les coûts ont été très élevés, car, au-delà de la base du véhicule qui a dû être reconçue, la chaine de production a aussi dû subir des transformations importantes.

60Les usages de la seconde génération de NA, purent faire l’objet d’analyses plus approfondies de notre part, dépassant l’aspect technique de l’« objet navette », pour interroger plus globalement la relation de service vécue par les accompagnants. Le constat majeur de ces expérimentations fut la chute progressive d’affluence du service NA, lorsqu’il fut mis à disposition des utilisateurs d’un site plus de deux mois. De manière générale, l’expérience d’un premier voyage en NA était vécue positivement par les passagers, mais ensuite, ils ne refréquentaient pas le service. Nos travaux ont livré plusieurs explications à cela :

  • Dans 19 situations critiques typiques repérées, l’expérience du service était dégradée.

  • Les concepteurs et les exploitants étaient très focalisés sur le critère de sécurité, aux dépens d’autres critères de performance (rapidité, fiabilité, courtoisie…) pourtant essentiels à l’expérience de transport.

  • Les conditions de la performance du service qui étaient externes à la NA n’ont pas fait l’objet d’investigations poussées : les spécificités des sites n’ont pas suffisamment été prises en compte (flux de personnes, activité dans les bâtiments que longeait la NA et devant lesquels elle klaxonnait, largeur des routes et stationnements de livraison par exemple, cohabitation avec la diversité des autres usagers de la route dont les taxis, les vélos, animaux, etc.).

61Ainsi, l’introduction des NA a été associée à de nombreuses difficultés pour différents acteurs : gêne dans la circulation et le stationnement, pertes de temps, adoption de comportements dangereux par exemple pour doubler la NA, dépannage compliqué de la NA immobilisée.

4.3.3. Activité et expérience vécue pour la conception de la relation humains‑automates

62Au cours de nos travaux, nous avons montré que : « le fait de confier aux accompagnants, durant la phase d’implantation, certaines fonctions destinées à devenir automatisées pouvaient servir l’optimisation de la conception du système autonome » (Monéger et al., 2018, p. 26). Par exemple, dans certains contextes les accompagnants communiquaient leur présence aux piétons par le klaxon, faisaient des signaux de la main aux autres automobilistes pour coordonner leurs actions respectives, passaient plus de temps à certains arrêts en anticipant l’arrivée imminente d’un flux de passagers… À d’autres endroits, les analyses systématiques de leurs regards ont montré qu’ils étaient vigilants à des événements que l’automate ne prenait pas en compte. De nombreux repères de conception ont pu être transmis au concepteur pour améliorer le service sur des aspects techniques, infrastructurels, organisationnels, et communicationnels (Monéger, 2018).

  • 17 Nous entendons par là qu’ils vont vivre pleinement cette situation, s’y engager en tant que sujets, (...)

63Les accompagnants, s’ils sont mis dans des conditions qui le permettent, vont habiter17 leur situation. Ils ne se contentent pas de respecter les prescriptions : ils développent un rapport propre aux situations et élaborent des prescriptions propres à leur activité ; ils vivent les situations de contradiction entre les prescriptions et se vivent contraints de les arbitrer ; ils profitent de la possibilité de conduire le véhicule pour mettre en œuvre ces arbitrages. Ces écarts que l’activité humaine en situation produit par rapport aux attentes des concepteurs révèlent les impensés de la conception. Par la relation qu’il a construite avec la navette, avec les usagers du service, avec les autres acteurs du site, dont il a intégré progressivement les enjeux, l’accompagnant montre les voies possibles d’optimisation du service. Ainsi, et de manière plus générale, confier à l’opérateur humain la réalisation de tâches destinées à être automatisées peut permettre de mettre à l’épreuve les anticipations des concepteurs relatives à ces tâches et donc au comportement visé de l’artefact, notamment dans sa relation à son environnement, y compris humain.

64Ce projet montre à la fois les limites d’exploitation associées à un processus de conception centré sur l’autonomie de la navette, et tout le potentiel de l’implication de l’humain pour la mise en œuvre de services destinés à être autonomes et en relation avec le milieu. Cela inclut la relation de la NA à son environnement, notamment social, mais aussi la transformation éventuelle des relations entre les acteurs du fait de l’introduction de la technologie. L’insuffisante prise en compte de ces éléments a conduit à introduire une technologie autonome qui s’est révélée largement sous-utilisée d’une part, et qui a constitué un obstacle à l’activité d’autres usagers d’autre part. L’introduction des NA n’a été associée à un élargissement des possibilités d’action pour aucun des usagers (passagers visés par le service), et elle a représenté une restriction de celles-ci pour certains des usagers (livreurs et autres utilisateurs de la chaussée).

5. Autonomie, relation et dispositifs

65Nous retenons des projets présentés quelques idées principales :

  1. L’autonomie de la machine est le plus souvent abordée en laissant de côté la relation de cette machine à son environnement complexe, dont l’humain. C’est le cas du robot collaboratif qui ne collabore pas, du robot de binage qui suppose une supervision importante de l’opérateur, ou de la navette autonome qu’il faut reprendre en main pour tenter d’assurer une qualité de service minimale aux différents utilisateurs de la navette et des espaces partagés avec cette navette. Cela tend à exclure du champ de la conception les possibilités de déploiement de l’activité des différents utilisateurs. Finalement, cela limite potentiellement les possibilités d’acceptation réelle et située (Bobilier-Chaumon, 2013) de ces technologies émergentes (notamment dans le cas des navettes ou du robot de binage), et donc la concrétisation des promesses associées à ces technologies émergentes.

  2. La question de la relation s’impose nécessairement tôt ou tard aux exploitants quand il s’agit d’introduire la technologie dans des environnements écologiques. Néanmoins, à ces stades avancés de la conception, les possibilités de transformation de la technologie, et donc d’instrumentalisation, sont souvent réduites. Ce sont alors les opérateurs humains qui seront conduits à compenser les impensés de la conception, parfois avec un coût élevé.

  3. Cela étant, l’étude de l’activité des opérateurs humains fournit des éléments précieux pour prolonger et orienter la conception des DTA. Ces prolongements restent difficiles à mettre en œuvre parce que les concepteurs sont pris dans des considérations de mise sur le marché rapide. Le robot de binage est par exemple aujourd’hui commercialisé, conformément à la configuration expérimentée.

  4. La dimension politique relative à la nature du travail futur est absente de ces trois projets. Les acteurs en situation d’élaborer et de porter cette vision ne sont d’ailleurs pas impliqués dans les processus de conception et les choix qui les jalonnent. Ces processus tendent alors à reproduire les rapports de pouvoir en place dans les organisations, sans les questionner.

66La discussion suivante est organisée autour de propositions pour répondre à ces enjeux. Ces propositions relèvent d’une part des rapports entre autonomie et instrumentalisation pour le déploiement de l’activité, et d’autre part de l’intérêt de la notion de dispositif pour intégrer à la conception des technologies émergentes les questions politiques relatives au travail futur.

5.1. L’extension des capacités effectives d’action : l’autonomie et l’instrumentalisation

5.1.1. L’autonomie n’exclut pas la relation

67L’autonomie, telle qu’elle est posée classiquement en ingénierie, convoque donc le plus souvent une pensée où les entités déterminées sont premières, notamment la technologie. Les relations entre les entités du système (la technologie émergente, le système technique environnant, les individus du système, etc.) ne sont envisagées que secondairement, sous la forme d’une nécessité imposée et rendue urgente par la performance à assurer avec le nouveau système. Il faut alors faire cohabiter les entités préalablement constituées, et donc peu modifiables. Il semble souhaitable que la conception des futures situations de travail envisage simultanément l’autonomie et la relation des différentes entités. Le concept d’autonomie ne peut se définir en dehors d’une référence à une extériorité, et donc une relation qu’il convient de définir. Pour le dire autrement, sans penser la relation entre les entités, leur autonomie ne peut pas être caractérisée. Il existe une riche littérature sur l’autonomie du vivant qui soutient cette perspective, dans une approche largement énactive (Barbaras, 2003 ; Canguilhem, 2007 ; Courtial, 2009 ; Jonas, 2001 ; Penelaud, 2010 ; Varela, Thompson, & Rosch, 1993).

68Nous pouvons donc défendre une autre approche de la conception des technologies, y compris autonomes : poser simultanément la question de la conception dynamique des entités et des relations. Le processus de conception doit alors permettre de faire co-advenir les entités et les relations, guidé par un même projet concernant ce que doit permettre le futur système. Si nous entendons par « entités » les éléments du système, cela peut inclure : les caractéristiques de l’artefact technologique (fonctions, commandes, dimensions, etc.) comme les caractéristiques des individus et des collectifs (compétences, effectifs, organisation, etc.). En phase de conception, les possibilités restent très nombreuses pour définir des entités qui assureront la qualité des relations. Les simulations fondées sur des scénarios exigeants permettent de mettre simultanément à l’épreuve les entités et les relations. En phase d’implantation des technologies, les possibilités de concevoir les entités sont très réduites, et ce sont souvent les entités humaines qui vont devoir s’adapter aux entités technologiques. Il en résulte des performances atteintes décevantes ou non optimales.

5.1.2. Certains niveaux d’autonomie élevés construisent des ruptures d’engagement

69Beer et al. (2014) insistent sur les conséquences éventuelles de l’autonomie sur l’environnement humain des robots. « Autonomy is conceptualized as a continuum from teleoperation to full autonomy. […] Assigning a robot with an appropriate level of autonomy is important because a service robot changes human behavior. Implementing service robots has the potential to improve the quality of life for many people. But robot design will only be successful with consideration of how the robot’s autonomy will impact the human-robot interaction » (Ibid, p. 14). Les auteurs proposent une démarche permettant de définir le niveau d’autonomie adapté, à partir des tâches à confier au robot, tout en intégrant les conséquences humaines (acceptation, vigilance, confiance, charge de travail, etc.). Notons d’abord qu’il est assez rare que les conséquences de ces niveaux d’automatisation sur l’activité humaine soient autant mises en avant. Ce modèle porte ainsi le principe qu’un niveau d’automatisation élevé n’est pas ce vers quoi tendre en toutes circonstances (Amalberti, 2013). La complexité de l’environnement (Lin, 2016) est un autre argument en faveur d’une réflexion sur les niveaux d’automatisations pertinents (Rovira, Pak, & McLaughlin, 2016).

70Cela étant, nous émettons également ces regrets vis-à-vis du modèle de Beer et al. (2014) :

  • Les « variables liées à l’humain » n’arrivent qu’en bout de course dans la démarche proposée. Selon une telle modélisation, il est très probable que les concepteurs qui constateraient des effets négatifs pour l’activité humaine cherchent à minimiser ou compenser ces effets, voire à les juger comme un compromis nécessaire, pour ne pas remettre en cause tout le processus préalable. Par ailleurs, et plus fondamentalement, la question des besoins liés à l’activité humaine ne sont pas premiers dans le projet d’automatisation. Ainsi, la question de la qualité des conditions de l’activité future que l’on s’apprête à concevoir ne figure pas au premier rang des critères de la conception.

  • Cette modélisation intègre le classique continuum d’une autonomie croissante, vers laquelle tendent naturellement les concepteurs. Cette autonomie croissante s’accompagne d’une allocation de plus en plus importante des tâches à opérer au robot. Il n’y a pas de modélisation de la nature de l’engagement humain associé. Cela pose implicitement un modèle de l’activité humaine tout aussi linéaire.

71Nous pouvons alors revenir un instant à notre exemple du véhicule autonome présenté en introduction : dans le cadre qui précède, il est attendu de l’humain qu’il reste disponible pour les tâches qui lui sont confiées, y compris dans le cas d’une autonomie importante du système technique et d’une tâche qui dure. S’il n’en est pas capable, parce que distrait, il conviendrait d’intégrer au dispositif des moyens de maintien de sa vigilance. Mais lorsque l’on s’intéresse spécifiquement à l’activité, on constate que celle-ci est aussi faite de ruptures, de réorientations de son attention. Le sujet humain est habité de préoccupations concurrentes, éventuellement hiérarchisées et arbitrées quand des situations l’imposent : il veut assurer sa sécurité, mais aussi régler un certain nombre d’autres questions qui sont siennes, et qui peuvent devenir prioritaires en situation. Nous émettons donc l’hypothèse que le modèle implicite d’un continuum de l’engagement dans l’interaction avec le robot de plus en plus autonome n’est pas adapté à ce que nous connaissons de l’activité humaine, et que des niveaux d’autonomie avancés du système technique avec lequel le sujet interagit tendraient à justifier, de son point de vue, l’allocation de son attention à d’autres préoccupations. Selon l’approche classique de l’autonomie des robots, il faudrait alors introduire des moyens techniques qui imposent au sujet de rester vigilant à la tâche que réalise le robot.

72Accepter la perspective qu’un sujet soit susceptible d’être traversé, à tout instant, de préoccupations concurrentes pose autrement le problème de la conception de DTA : à partir d’un certain niveau d’autonomie de la machine, le sujet réoriente son activité pour satisfaire les autres préoccupations qui sont siennes. Il existerait donc des ruptures et réorientations dans l’activité du sujet que des niveaux élevés d’autonomie favorisent. Admettre ce postulat devrait conduire les concepteurs à favoriser la réalisation par l’opérateur d’autres tâches, simultanément à la tâche confiée au robot, et mettre en place un système d’alerte qui rappelle l’opérateur à la tâche du robot quand cela est nécessaire. C’est le postulat qui sous-tend nos travaux sur le robot agricole : une supervision légère doit autoriser la réalisation d’une autre tâche par l’opérateur avec un système d’alerte ; la supervision approfondie doit permettre à un opérateur, éventuellement à distance, de reprendre la situation du robot en main. Il faut pour cela que la conception du robot ait intégré ces besoins de l’activité humaine d’emblée. Sinon, les compromis de conception, liés aux enjeux d’autonomie du robot par exemple, n’auront pas intégré des moyens de supervisions consommateurs d’énergie (des capteurs, des caméras, un système de communication, une interface distante…) et seront difficiles à embarquer ensuite.

73Une caractérisation des niveaux de mobilisation du sujet (traduits dans notre exemple en niveaux de supervision), et indexée aux niveaux d’autonomie, serait certainement intéressante pour éclairer les choix des concepteurs, mais surtout les clients de la technologie, c’est-à-dire ceux qui auront à assurer différents types de performance avec le système conçu. Nous pensons que les situations où le système technique est très autonome sont certainement favorables à une réorientation de l’activité du sujet, qu’il s’agit moins d’interdire que de soutenir, par des modalités d’alerte, de reprise en main, ou de supervision distante légère ou profonde. C’est à cette condition que la technologie présentera le potentiel d’une extension des capacités d’action pour le sujet. Cela favorisera sans doute par ailleurs l’acceptation de la technologie elle-même si, comme c’est assez souvent le cas, certaines performances du robot (par exemple la vitesse) sont inférieures à celle de l’opérateur. Le robot agricole autonome va moins vite que l’agriculteur et son tracteur traditionnel, mais si l’agriculteur peut allouer un temps significatif à d’autres tâches que la surveillance du robot, la moindre vitesse de ce dernier n’est plus nécessairement un obstacle à son acceptation.

5.1.3. L’instrumentalisation et les situations de collaboration capacitantes (ECS)

  • 18 L’émergence, dans les années 2020, d’une « industrie 5.0 » ambitionne de repositionner le travail h (...)

74Aujourd’hui, tout concepteur prétend mettre l’Humain au centre de l’activité de conception, et plus seulement dans la boucle de conception. Ainsi, l’« Industrie 5.0 » est parfois présentée comme la nouvelle révolution : celle d’une approche anthropocentrée des technologies numériques18. La concrétisation effective de cette ambition n’est pas sans incertitude, car la factorisation de l’activité, via des « facteurs humains » très hétérogènes (Compan et al., 2021 ; Salvendy, 2012), conduit à perdre de vue le rapport anthropologique de l’Homme à la technologie (Dejours, 1995). En réduisant l’humain à une problématique d’attention ou de pénibilité physique par exemple, les exigences formulées aux concepteurs restent faibles. La situation d’usage ne doit pas porter atteinte à l’intégrité de l’individu. La technologie doit permettre de compenser les limites du fonctionnement humain. Nous avons défendu dans cet article l’intérêt de porter une vision complémentaire et développementale de l’usage des technologies : comment l’activité peut se déployer grâce à la technologie ? Cette question justifie l’appui à la théorie instrumentale et donc aux possibilités d’instrumentalisation dans les situations écologiques d’utilisation.

75Dans d’autres travaux (Compan et al., 2021), nous mettons à l’épreuve l’intérêt de la notion de situation de collaboration capacitante (ECS, pour Enabling Collaborative Situation). Cette proposition réunit 3 critères pour interroger le déploiement de l’activité et les possibilités d’instrumentalisation d’une technologie émergente. L’ECS peut être définie de manière générale comme une situation de collaboration entre l’individu et la technologie, par laquelle l’individu accroît ses possibilités d’agir. L’ECS est donc relative, car définie en référence à une situation antérieure. Cet accroissement des capacités d’agir est décliné en trois critères : apprendre une nouvelle manière de faire plus performante et maintenir cet apprentissage ; accroître les possibilités et manières de faire ; et, ajuster les attributs du couple en fonction de l’évolution des situations dans le temps. Nous ne développerons pas ici cette proposition. Retenons seulement que :

  1. Le premier critère renvoie à l’utilité effective de la technologie pour l’utilisateur dans des conditions écologiques. La technologie peut faire l’objet d’instrumentalisation si la performance obtenue est compatible avec les buts principaux de l’activité ;

  2. Le second critère renvoie à l’élargissement des stratégies opératoires mobilisables. L’instrumentalisation est favorisée par un usage qui n’interdit pas les stratégies opératoires construites antérieurement ;

  3. Le troisième critère renvoie à la conception continuée dans et par l’usage. L’instrumentalisation doit être soutenue par les caractéristiques de la technologie elle-même et les caractéristiques de l’organisation sociale (le collectif et l’organisation du travail notamment) qui soutiendront les genèses instrumentales futures et donc l’évolution dynamique des situations d’usage.

76Cette proposition de l’ECS s’inscrit radicalement dans une ontologie de la relation, destinée à répondre aux difficultés rencontrées dans les projets présentés plus haut. Elle fixe également à cette relation entre le sujet et la technologie des critères qui se veulent exigeants et opérationnels, pour soutenir la prise en compte des enjeux de l’activité dans les processus de conception. Enfin, cette proposition étend la question de l’usage à l’organisation, inscrivant l’activité étudiée dans un système organisé à interroger, un dispositif. L’ECS porte le projet politique explicite de repositionner l’opérateur au cœur des processus de genèse instrumentale et donc de l’établir en protagoniste de la conception de ses propres situations de travail, rebattant ainsi les cartes de la distribution la plus fréquente du pouvoir au sein des organisations. De futurs travaux devront tester la possibilité pour les concepteurs de s’approprier un tel cahier des charges et les résultats effectifs obtenus avec celui‑ci.

5.2. Des machines autonomes au politique : la conception de dispositifs

77Nous avons jusque-là utilisé le terme de dispositif sans vraiment le définir. Nous avons défendu l’importance de situer l’usage de la technologie dans une relation à son environnement. Nous avons également situé cette relation au niveau de l’organisation (et plus seulement de l’individu), notamment via le troisième critère de l’ECS. Nous trouvons chez Agamben (2006a, 2006 b) une approche du dispositif propice à rendre compte simultanément de l’hétérogénéité des entités qui composent le DTA, et de la dimension politique de celui-ci. La théorie instrumentale n’interpelle pas directement cet enjeu politique, et les résultats présentés ici tendent à montrer que cette dimension reste très peu interrogée lors des projets. Cela conduit le plus souvent à maintenir, voire renforcer les rapports de pouvoir préexistants. Ainsi, notre proposition de Dispositif intégrant une Technologie Autonome (DTA) vise à porter explicitement les enjeux politiques de la conception du travail futur lors d’un projet à forte valence technologique.

78En s’inscrivant dans le prolongement des propositions de Foucault, Agamben (2006 b) définit ainsi le dispositif : « j’appelle dispositif tout ce qui a, d’une manière ou d’une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants » (p. 31). Pour Agamben, un dispositif produit des processus de subjectivation – il contribue à faire advenir les sujets –, mais aussi de désubjectivation – le sujet disparait, s’efface sous l’emprise du dispositif –, et « c’est par quoi il [le dispositif] est aussi une machine de gouvernement » (2006 b, p. 42). L’auteur précise ainsi les choses : « 1. Il s’agit d’un ensemble hétérogène qui inclut virtuellement chaque chose, qu’elle soit linguistique ou non : discours, institutions, édifices, lois, mesures de police, propositions philosophiques. Le dispositif pris en lui-même est le réseau qui s’établit entre ces éléments. 2. Le dispositif a toujours une fonction stratégique concrète et s’inscrit toujours dans une relation de pouvoir. 3. Comme tel, il résulte du croisement des relations de pouvoir et des relations de savoir » (Agamben, 2006a, p. 26).

79Reformulé pour nos perspectives, un DTA est un ensemble hétérogène associant notamment un artefact technologique doté d’une certaine autonomie, des éléments de discours, des règles et des conduites (donc des individus), inscrits dans un projet politique. Concevoir un dispositif, c’est concevoir les relations de ces entités hétérogènes et éventuellement autonomes, largement fondées par le projet politique concernant le travail futur. Si dans la perspective instrumentale, il s’agit bien de concevoir les usages, il nous semble que la notion de dispositif introduit utilement l’enjeu politique et les questions fondamentales de rapport de pouvoir qui sont portées par ces projets. Cette dimension politique est parfois même très présente à la conscience des opérateurs eux-mêmes : dans un projet de recherche en cours, nous avons pu voir les formes de résistance à l’introduction de lunettes de réalité augmentée dans un service de maintenance industrielle. Pourtant nécessaires au paramétrage de l’outil, certains opérateurs ont éprouvé des résistances à s’impliquer dans le projet, manifestant explicitement auprès des chercheurs le sentiment d’un risque de renforcement du contrôle de leur activité et de perte d’autonomie via un dispositif futur qui enregistrerait la réalisation de chaque tâche, établirait un ordonnancement à respecter et limiterait leur autonomie procédurale.

80Penser la conception en termes de dispositif devrait conduire, pour le cobot, à questionner le contrôle de ce robot par l’opérateur, là où l’opérateur ne fait que suivre la vitesse d’un robot autonome. Penser la conception du robot agricole en termes de dispositif devrait conduire à interroger l’impact de cette technologie sur la gestion globale de l’exploitation et le devenir du métier d’agriculteur ; par exemple, quelle sera l’autonomie de l’agriculteur face aux fournisseurs et gestionnaires de ces robots ? Quels modèles économiques peuvent soutenir de tels investissements sans que l’agriculteur n’y perde la main ? Enfin, pour les navettes autonomes, penser en termes de dispositif devrait par exemple conduire à réinterroger les usages de la chaussée par les autres utilisateurs habituels de celle-ci, là où la navette se trouve simplement « ajoutée » à un écosystème préexistant.

6. Conclusion

81Le développement des technologies s’est largement produit en tendant à confier aux machines de plus en plus de tâches antérieurement réalisées par l’humain. Nul doute que nombre de ces développements ont offert des progrès et des opportunités à un certain nombre d’acteurs, mais nombre de problématiques contemporaines réclame aussi notre vigilance quant au caractère souhaitable des développements, dont on ne constate le plus souvent qu’après coût les effets, faute de modèles pertinents relatifs à l’activité humaine et d’une relégation à des phases tardives de conception des relations entre les technologies émergentes et leurs utilisateurs. En laissant de côté nombre de dimensions nécessaires au dispositif futur permettant d’intégrer la technologie, la conception reporte à des phases ultérieures la conception de « l’ensemble hétérogène » à partir duquel les performances pourront être atteintes. Mais à ces phases ultérieures les choix de conception sont de plus en plus limités et les possibilités de retour en arrière, pour lancer de nouvelles boucles de conception, quasi nulles (le plus souvent). En concevant des technologies, et non des dispositifs, la phase de conception est simplifiée, mais l’implémentation en sera rendue difficile et potentiellement décevante.

82A travers trois projets différents, concernant des technologies émergentes et des phases de conception/implémentation différentes, nous avons montré que ces projets à forte valence technologique ne sont pas construits comme une opportunité de déploiement de l’activité des individus. Des problèmes de performance se font jour, en même temps que des difficultés pour les utilisateurs perdurent, voire même émergent. Cela interroge quant à l’acceptation effective de ces technologies dans les milieux de travail et donc la possibilité pour ces milieux de bénéficier réellement des potentiels de celles‑ci.

83Nos propositions sont de deux ordres : tout d’abord, favoriser les possibilités d’instrumentalisation pour que l’implémentation technologique constitue une opportunité d’extension des capacités d’action du sujet ; ensuite, appréhender précocement la dimension politique sous-jacente aux dispositifs intégrant une technologie autonome (DTA) de manière à mettre en discussion les rapports de pouvoir que les technologies soutiennent implicitement. Assumer cette ambition d’une conception de l’autonomie qui soit d’abord favorable à l’Homme, suppose l’intégration très précoce de la question de la relation aux individus qui vont évoluer autour, et de la nature politique de cette relation. Parce que cette relation est aussi dynamique, l’organisation devra soutenir les genèses instrumentales futures qui ne manqueront pas d’être vécues comme nécessaires face aux évolutions des différentes entités en relation, dont l’humain.

84L’analyse que nous faisons de littérature existante soulève le besoin d’une proposition intégrée et opérante de ces enjeux, à l’adresse des concepteurs. Nous pensons que les modèles les plus fréquents des facteurs humains et de l’autonomie ne sont pas assez exigeants pour les concepteurs. De futurs travaux devront expérimenter l’utilité de notre proposition de situations de collaboration capacitante (ECS) pour guider l’activité des concepteurs.

Haut de page

Bibliographie

Agamben, G. (2006a). Théorie des dispositifs. Po&sie, 115, 25‑33. DOI : https://doi.org/10.3917/poesi.115.0025

Agamben, G. (2006b). Qu’est-ce qu’un dispositif ? Rivages poche.

Amalberti, R. (2013). Piloter la sécurité : théories et pratiques sur les compromis et les arbitrages nécessaires. Paris : Springer.

Bachelet, B., Battistoni, P., Bimonte, S., Cariou, C., Chalhoub, G., Coutarel, C., & Tricot, N. (2021). Towards an Architecture for Online Scheduling of Autonomous Robots in Agriculture: Open Issues. International Journal of Smart Vehicles and Smart Transportation, 4(2). DOI: https://doi.org/10.4018/IJSVST.

Bainbridge, L. (1983). Ironies of automation. Automatica, 19(6), 775‑779.

Barbaras, R. (2003). Vie et intentionnalité. Vrin.

Barcellini, F. (2019). A developmental framework to analyze productive and constructive dimensions of collaborative activity in simulation workshops. Advances in Intelligent Systems and Computing, 821, 452‑456.

Bdiwi, M., Pfeifer, M., & Sterzing, A. (2017). A new strategy for ensuring human safety during various levels of interaction with industrial robots. CIRP Annals, 66(1), 453‑456.

Béguin, P. (2010). Conduite de projet et fabrication collective du travail, une approche développementale. Document de synthèse en vue de l’habilitation à diriger des recherches, 19 novembre 2010, Université Victor Segalen Bordeaux 2.

Beer, J. M., Fisk, A. D., & Rogers, W. A. (2014). Toward a framework for levels of robot autonomy in human-robot interaction. Journal of human-robot interaction, 3(2), 74.

Bidet, A., & Vatin, F. (2016). Travailler c’est produire : activité, valeur et ordre social. M-A. Dujarier, C. Gaudart, A. Gilet, & P. Lénel (Eds.), L’activité en théories (pp. 13‑33). Toulouse : Octarès.

Bobillier-Chaumon, M-E. (2013). Conditions d’usage et facteurs d’acceptation des technologies de l’activité : Questions et perspectives pour la psychologie du travail. Document d’habilitation à diriger les recherches.

Bourmaud, G. (2016). Les systèmes d’instruments : méthodes d’analyse et perspectives de conception. Thèse de doctorat de psychologie, option psychologie ergonomique. Saint-Denis : Université Paris 8.

Briand, R., & Cazamian, P. (1996). Du progrès technique et de ses incidences en ergonomie. P. Cazamian, F. Hubault, & M. Noulin (Eds.), Traité d’Ergonomie (pp. 529‑546). Toulouse : Octarès.

Bright, J. (1956). The mecanization profile. Mechanical Engineering, 620‑624.

Canguilhem, G. (1966/2007). Le Normal et le Pathologique. PUF.

Cazamian, P., Hubault, F., & Noulin, N. (1996). Traité d’ergonomie. Octarès Éditions.

Clot, Y., Bonnefond, J-Y., Bonnemain, A., & Zittoun, M. (2021). Le prix du travail bien fait. La Découverte.

Clot, Y., Prot, B., & Werthe, C. (Eds.) (2001). Clinique de l’activité et pouvoir d’agir. Éducation Permanente, 146.

Compan, N., Coutarel, F., Brissaud, D., & Rix-Lièvre, G. (2021). Enabling Collaborative Situations in 4.0 Industry: Multiple Case Study. Congress of the International Ergonomics Association, 614‑620.

Courtial, J.-P. (2009). Connaissance et conscience par couplage biocognitif. Bulletin de psychologie, 2, 149‑159.

Couvent, A. (2022). Prise en compte des compétences d’un opérateur dans l’ajustement du degré d’autonomie d’un système technique. Thèse de doctorat, Sciences de l’Ingénieur, INRAE, Université Clermont Auvergne & Associés.

Daniellou, F. (2004). L’ergonomie dans la conduite de projet de conception de systèmes de travail. In P. Falzon (Ed), Ergonomie (pp. 359‑373). Paris : PUF.

Dejours, C. (2022). Le facteur humain. Paris : Presses Universitaires de France.

Detchessahar, M. (2019). L’entreprise délibérée. Refonder le management par le dialogue. Nouvelle Cité, GRACE.

Doniol-Shaw, G., Foot. R., & Franchi. P., (2011). Tramway et TMS : une mise en veille de la santé et de la sécurité. In F. Jeffroy & A. Garrigou (Eds.), L’ergonomie à la croisée des risques, SELF’2011, Congrès International d’Ergonomie. Paris, France. https://ergonomie-self.org/

Falzon, P. (2004). Ergonomie. Paris : PUF.

Falzon, P. (Ed.) (2013). Ergonomie Constructive. Paris : PUF.

Flocco, G., Durand, J-P, Dubet, F., Lallement, M., & Linhart, D. (2014). Clairvoyance ou aveuglement des travailleurs : qu’en disent les sociologues ? La nouvelle revue du travail, 5, 1‑25.

Folcher, V. (2015). Conception pour et dans l’usage : la maîtrise d’usage en conduite de projet. Revue des Interactions Humaines Médiatisées, 16(1), 39‑60.

Folcher, V., & Rabardel, P. (2004). Hommes, artefacts, activités : perspective instrumentale. In P. Falzon (Ed.), Ergonomie (pp. 251‑268). Paris : Presses Universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.falzo.2004.01.0251

Foot, R. (2017). La folie des uns fait le travail des autres, la VACMA et le tramway. Travailler, 38(2), 79‑117.

Friedmann, G. (1964). Le travail en miettes. Gallimard.

Gouédard, C., & Rabardel, P. (2012). Pouvoir d’agir et capacités d’agir : une perspective méthodologique ? Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé [En ligne], 14(2) http://journals.openedition.org/pistes/2808 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pistes.2808

Guérin, F., Pueyo, V., Béguin, P., Garrigou, A., Hubault, F., Maline, J., & Morlet, T. (2021). Concevoir le travail, le défi de l’ergonomie. Toullouse : Octarès.

Hubault, F. (2021). Travailler, c’est autre chose que faire quelque chose. In M-A. Dujarier, A. Gillet, P. Lénel (Eds.), L’activité en théories, Tome II (pp. 217‑238). Octarès.

Jansen, A., & van Middelaar, J. (2018). Emergent risks to workplace safety; working in the same space as a cobot. Ministry of Social Affairs and Employment. 79.

Jonas, H. (2001). Le phénomène de la vie. Bruxelles : de Boeck.

Kaber, D., & Endsley, M. (2004). The effects of level of automation and adaptive automation on human performance, situation awareness and workload in a dynamic control task. Theorical Issues in Ergonomics Science, 5, 113‑153.

Kolbeinsson, A., Lagerstedt, E., & Lindblom, J. (2018). Classification of collaboration levels for human-robot cooperation in manufacturing. Advances in Manufacturing Technology XXXII: Proceedings of the 16th International Conference on Manufacturing Research, Incorporating the 33rd National Conference on Manufacturing Research, 151‑156.

Lin, P. (2016). Why Ethics Matters for Autonomous Cars. In M., Maurer et al. (Eds.), Autonomous Driving (pp. 69‑86). DOI : https://doi.org/10.4000/10.1007/978-3-662-48847-8_23.

Linhart, D. (2015). La comédie humaine du travail. Erès.

Monéger, F. (2018). Conception d’un service de transport par navettes autonomes acceptable et sécurisé : approche ergonomique par l’analyse des expériences vécues et des valeurs en acte. Thèse de doctorat ergonomie et psychologie sociale. Université Clermont Auvergne.

Monéger, F., Coutarel, F., Moták, L., Chambres, P., Izaute, M., & Dhome, M. (2015). Quelle pertinence des modèles de l’expérience utilisateur pour la conception d’une navette autonome ? Articulation performance et santé dans l’évolution des systèmes de production, 125‑133.

Monéger, F., Coutarel, F., Moták, L., Chambres, P., Izaute, M., & Dhome, M. (2018). « L’expérience vécue et les valeurs en acte des accompagnants pour la conception d’un service de transport par navettes destinées à être autonome ». Activités, 15(1). DOI : https://doi.org/10.4000/activites.3077

Morando, A., Gershon, P., Mehler, B., & Reimer, B. (2021). A model for naturalistic glance behavior around Tesla Autopilot disengagements. Accident Analysis and Prevention, 161. https://doi.org/10.1016/j.aap.2021.106348

Morel, G., Chauvin, C., Rossi, A., & Berruet, P. (2008). Concevoir des Systèmes Sociotechniques Complexes Résilients et Reconfigurables pour Garantir un Niveau de Sécurité Optimal. Actes ERGO’IA 2008, 145‑148. Bidart/Biarritz, France.

Moták, L., Neuville, E., Chambres, P, Marmoiton, F., Monéger, F., Coutarel, F., & Izaute, M. (2017). Antecedent variables of intentions to use an autonomous shuttle: Moving beyond TAM and TPB? European Review of Applied Psychology, 67, 269–27.

Musso, P., & Supiot, A. (Eds.) (2018). Qu’est-ce qu’un régime de travail réellement humain ? Hermann.

Naville, P. (1961). L’évolution des techniques et ses incidences. In G. Friedmann & P. Naville (Eds.), Traité de sociologie du travail, I. (pp. 347‑370). Armand Colin.

Penelaud, O. (2010). Le paradigme de l’énaction aujourd’hui. Plastir, 18, 2‑38.

Piaget, J. (1967). Biologie et connaissance. Paris : Gallimard.

Rabardel, P. (1995). Les Hommes et les technologies. Approche cognitive des instruments contemporains. Armand Collin.

Robert, J., & Béguin, P. (2021). Faire milieu : penser l’espace du travail et de sa transformation. Activités, 18(2).

Rocha R. (2014). Du silence organisationnel au développement du débat structuré sur le travail : les effets sur la sécurité et sur l’organisation. Thèse de doctorat, Université de Bordeaux, 2014.

Rovira, E., Pak, R., & McLaughlin, A. (2016). Effects of individual differences in working memory on performance and trust with various degrees of automation. Theoretical Issues in Ergonomics Science. En ligne : http://dx.doi.org/10.1080/1463922X.2016.1252806.

Salvendy, G. (2012). Handbook of Human Factors an Ergonomics. Wiley.

Sauer, J., Chavaillaz, A., & Wastell D. (2016). Experience of automation failures in training: effects on trust, automation bias, complacency, and performance. Ergonomics, 59, 767‑780.

Schwartz, Y. (2000). Le paradigme ergologique ou un métier de philosophe. Octarès.

Schwartz, Y. (2004). La conceptualisation du travail, le visible et l’invisible. L’Homme et la Société, (2), 47‑77.

Strauch, B. (2017). The Automation-by-Expertise-by-Training Interaction: Why Automation-Related Accidents Continue to Occur in Sociotechnical Systems. Human Factors, 59(2), 204‑228.

Strauch, B. (2018). Ironies of Automation: Still Unresolved After All These Years. IEEE Transactions on Human-Machine Systems, 48(5), 419‑433.

Supiot, A. (2019). Mondialisation ou globalisation ? Les leçons de Simone Weil. Collège de France.

Ughetto, P. (2018). Organiser l’autonomie au travail. FYP Éditions.

Varela, F., Thompson, E., & Rosch, E. (1993). L’inscription corporelle de l’esprit. Seuil.

Wisner, A. (1997). Aspects psychologiques de l’anthropotechnologie. Le Travail Humain, 60(3), 229‑254.

Haut de page

Notes

1 Il existe bien sûr des raisons juridiques à cette demande de disponibilité. Dans le dispositif actuel gérant la circulation des véhicules, le conducteur est responsable du comportement de son véhicule. En théorie, le véhicule autonome pourrait conduire à bouleverser ces règles : si le conducteur ne conduit pas, comment peut-il être considéré comme responsable ? Pour continuer d’inscrire l’usage du véhicule autonome dans le dispositif existant, il faut demander au conducteur de rester en contrôle permanent de sa situation.

2 Ce rapport de pouvoir peut d’ailleurs être retrouvé au-delà de l’industrie, par exemple entre le producteur d’un produit et le consommateur, via la diffusion de l’intelligence artificielle au plus près du consommateur. Assister le consommateur pour mieux le surveiller/contrôler ?

3 Cette dernière est définie par des productions industrielles très flexibles, et capables de petites séries, pour lesquelles les gains seraient maintenus, grâce à l’internet des objets et aux technologies du numérique. Cobotique, réalité augmentée, intelligence artificielle, maquette numérique, big data… sont des ingrédients permettant de composer l’industrie 4.0, et sa « production intelligente » qui met en réseau les machines, les usines, les clients, les fournisseurs. Ces systèmes « cyber-physique » nécessitent un traitement très rapide d’un très grand nombre de données. Leur fonctionnement le plus autonome possible est ainsi une condition de leur performance.

4 L’une des premières et plus célèbre est celle de Bright (1956) qui propose 17 niveaux. Briand et Cazamian (1996) nous la décrivent ainsi : « le niveau 1 est celui du travail sans outil ; le niveau 2, celui de l’outil à main ; la mécanisation se substitue à l’énergie humaine, elle s’étend au niveau 3 (outil à main avec force incorporée) aux niveaux 4 à 7 (machines-outils) ; l’automatisation (niveaux 8 à 17) débute lorsque la machine comme à prendre elle-même de l’information (niveau 8 : mise en route de la machine par introduction du matériau), elle se précise avec l’autorégulation automatique (niveau 12 : modification du régime en fonction de la mesure d’une caractéristique) pour se parfaire au niveau 17, celui de l’automatisation totale : la machine extrapole les données qu’elle recueille, puis se règle en conséquence » (p. 549).

5 Par ailleurs, l’ambition développementale de plus en plus affirmée en ergonomie renforce la nécessité d’une implication des utilisateurs. Cela va au-delà de la convocation des usages qui peut, elle, être assurée autrement et sans travailleurs eux-mêmes, par exemple par l’analyse ergonomique du travail. S’il existe aujourd’hui des débats sur la diversité des formes et conditions d’une participation des protagonistes à la conception, et les résultats précis que l’on peut attendre de ces formes diverses, le principe de mettre en œuvre cette participation, chaque fois que cela est possible, fait consensus.

6 Cela positionne de manière particulièrement pertinente les dispositifs d’intervention participatifs fondés sur l’identification et le travail de ces normes à l’œuvre pour co-élaborer de nouvelles normes ou règles, dessinant ce qui fera valeur et donc ce qui pré-vaudra. Pour prolonger ces questionnements autour des formes modernes du travail, consulter par exemple l’ouvrage dirigé par P. Musso et A. Supiot (2018).

7 Nous nous inscrivons ici explicitement dans l’héritage Canguilhemien qui situe tout sujet dans un rapport autoréférencé au milieu qu’il cherche à construire pour se construire. « Dans la pénombre, tout travail est – plus ou moins – provocation à faire usage de soi par soi, à penser, même quand on ne le demande pas, comme disait Georges Canguilhem, et donc à construire plus ou moins confusément les ébauches d’un monde plus ou moins commun » (Schwartz, 2004, p. 65).

8 Voir les actes à paraître du colloque « Approche instrumentale : expansion et devenirs » organisé par l’Université Paris VIII du 24 au 26 novembre 2021.

9 Projet ANR 2018‑2022 – Collaboration 4.0

10 Jansen et van Middelaar (2018) distinguent coexistence, coopération et collaboration, à partir de la simultanéité du travail, de l’espace de travail, du but commun et du contact. La collaboration est le niveau d’interaction le plus élevé, où l’ensemble de ces critères est présent. D’autres catégorisations existent (par exemple Bdiwi, Pfeifer, & Sterzing, 2017) et sont globalement convergentes pour associer la collaboration à un niveau élevé d’interaction (Kolbeinsson, Lagerstedt, & Lindblom, 2018), via laquelle l’opérateur trouvera des voies d’apprentissage, d’amélioration de la qualité de son travail ou encore d’amélioration de ses conditions de travail. Ainsi, la situation de collaboration entre l’opérateur et la technologie caractérise une situation de travail dans laquelle une technologie soutient fortement son activité au sens où cette collaboration apporte une plus-value importante à l’opérateur lui-même.

11 Le projet “Superob” financé par I SITE CAP 20‑25 réunit trois équipes de recherche publique du site clermontois, en robotique (laboratoire INRAE), informatique (Laboratoire LIMOS) et ergonomie (Laboratoire ACTé).

12 Le challenge ROSE est cofinancé par l’OFB (Office français de la biodiversité) et l’ANR (Agence nationale de la recherche). http://challenge-rose.fr/

13 Ces résultats sur la performance du binage restent à ce jour confidentiels. Ils sont cependant très en deçà de la qualité de binage observée en situation traditionnelle. La vitesse de réalisation de la tâche par le robot est également nettement inférieure. Notons cependant qu’elle serait compensée par un binage robotisé inter rang et intra rang de qualité associé à une disponibilité significative de l’opérateur (supervision légère) pour la réalisation simultanée d’autres tâches.

14 Les adventices sont des mauvaises herbes dont le développement perturbe la pousse des plants.

15 Ce projet « Ergonav » fut financé par la Région Auvergne sur fonds FEDER pour son volet ergonomie, et inscrit dans un projet FUI autour de la gestion de flotte de navettes autonomes et le Labex IMOBS3.

16 Les valeurs en acte caractérisent les valeurs portées par le sujet et dont l’activité en situation témoigne, par opposition aux valeurs discursives énoncées en dehors de l’activité.

17 Nous entendons par là qu’ils vont vivre pleinement cette situation, s’y engager en tant que sujets, et non se contenter de respecter à la lettre les prescriptions qui leur sont faites.

18 L’émergence, dans les années 2020, d’une « industrie 5.0 » ambitionne de repositionner le travail humain au centre de l’évolution technologique industrielle. Il est possible d’identifier au moins deux enjeux à cela. Le premier concerne la performance réelle des systèmes accueillant les technologies : sans une interaction efficace avec l’Homme, la technologie le produit rien seule. Le second enjeu est celui de l’attractivité : amélioration des conditions de travail et modernité devraient favoriser l’intérêt des plus jeunes actifs pour le travail en industrie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Pourcentages de temps associés à une tâche réalisée par le superviseur, et classé par niveau de supervision.  Table 1: Average distribution of tasks carried out over 5 passes and levels of supervision
URL http://journals.openedition.org/activites/docannexe/image/8224/img-1.png
Fichier image/png, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathan Compan, Benjamin Brunet, Mirtha Mestanza, Amélie Renonciat, Ferdinand Monéger, Michel Récopé, Géraldine Rix-Lièvre et Fabien Coutarel, « Concevoir des dispositifs intégrant une technologie autonome : du technique au politique »Activités [En ligne], 20-1 | 2023, mis en ligne le 15 avril 2023, consulté le 17 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/activites/8224 ; DOI : https://doi.org/10.4000/activites.8224

Haut de page

Auteurs

Nathan Compan

Nathan.COMPAN@uca.fr

Benjamin Brunet

Mirtha Mestanza

Amélie Renonciat

Ferdinand Monéger

Articles du même auteur

Michel Récopé

Articles du même auteur

Géraldine Rix-Lièvre

Articles du même auteur

Fabien Coutarel

Université Clermont Auvergne, Laboratoire ACTé, F-63000 Clermont-Ferrand, France – Fabien.Coutarel@uca.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search